(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Journal de la Société des américanistes"

This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 
to make the world's books discoverable online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 
to copyright or whose legal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 
are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other marginalia present in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journey from the 
publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we have taken steps to 
prevent abuse by commercial parties, including placing technical restrictions on automated querying. 

We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use these files for 
personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort to Google's system: If you are conducting research on machine 
translation, optical character recognition or other areas where access to a large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for these purposes and may be able to help. 

+ Maintain attribution The Google "watermark" you see on each file is essential for informing people about this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it legal Whatever your use, remember that you are responsible for ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countries. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can't offer guidance on whether any specific use of 
any specific book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liability can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps readers 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full text of this book on the web 

at http : //books . google . com/| 









^^^^^¿^s^^^s^s^^s^^^^ 






^^^Ê^^^^^^^^K^^^^S^^tÊÊ^^B^'^^. 






^^^^SB^^HBB^^^^HHN|u 






^^^■r :::^r' .M^,:^ 


L 




//^^■P^^^HKji^^^BCh ^^^é^L^Wm 


V 




'^^^^^-Z^S^^^BSW^ . ^'^ ^^^SSiB 


\ 






\ 






^ 




^T ^198?4^^^^IBi^^^^^HBK^^^-7vjv' 


Jl 




■ ■'^^^^^^^rj^^^ML 


4 




Ç _f «'t^^i»^^ . 


7 




ff^ roBCft^tf. ^¿^^I^^I^^^^^^SAl' 


J" 




V iwy ?y^*^^^^<arj!l; 


^ 




v^üflHlBBft^Mr 






. v^nF^^^^^^^^^^^^^P^PP^HHBWv*" 






^/^4 "^^Éi 


^^^^^H 


^ 


<í^^ • -- . ..-.Ji 


^^■•■^i^ 


SCK 


^^■^^^^^nBE^'^^'^iS 


/ 


^^^^^^^^^^^^^^^^K^^^K - ' * *~ ^^^^^P9r^^^^^^^ 


i^^^L«£S^ 




« a 






1 ,^ „ t- 


ifc. * 




^^^^Kv^- '^ ■ ^^iJ 


O 2 


L ^ 


' '^ 




^^^^^^^^^^^^f^ ^mSaà 


^^^^P9^^^-jfl^V 


%-i^ 




vWKi 


' - A±v. •.i^B9^lfl^EL»¿.¿ICíi^ir^2 


^ 1 






\^ 




1^ 




^^^^^^^^^^ 


•'i-^ ^ J 




« 


^^^ 



.'^T. 









s 



Journal de la Société 
des américanistes 

Société des américanistes de Paris 



¡.-f '• 





Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



^ / 3 . 730C 



WAY 31 Í966 






JOURNAL 



DE LA 



SOCIÉTÉ DES AMÉRIGANISTES 



DE PARIS 



NOUVELLE SÉRIE — TOME III — NUMÉRO 1 




AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 

61, RUB BB MJFFON, 61 



1906 



Digitized by 



Google 



PRINCIPAUX ARTICLES PARUS 

DANS LE 

JOURNAL DE LA SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES 



PREMiÈHE SftRlE 

Tome I ^ 

E.-T. H AMY. l^lude sur ks coUectionaaméricaiiies réunies à Gênes à l'occasion 
du IV" Centenaire de la découverte de TAmérique (5 planches). — 
H. CoHDiER. État actuel de la Ijucstion du « Fou-Sang i>. -r- H. de 
Charencey. Mélanges sur quelques dialectes de la famille Maya-.Quicfïé. — 
L. DB TuHENNE. Une légende indien»ne. — H. Froidbvaux. Documents inédits 
sur Godin des Odonnais. — E.-T. Hamy. Note sur un Wampum des Hurons. 

— Le Codex Becker n^ 1 et le ManuscrU du Cacft¡ue. — J. Hébert. Particula- 
rités du décor sur terre cuite en Colombie. 

Tome II 

H. CoRniER. Américains et Français à Canton au xviii® siècle. — G. Marcel. 
L'apparition cartographique des Monts Tumuc-Humac. — H. Froidevaux. 
Une faule d^impression des Lettres édifiantes, — I^ucien Adam. Pronoms et 
indices [Personnels de Tltonama. — K.-T. Hamy. Note sur les collections 
ethnographiques de Muneraty. — Les pierres sculptées de la vallée de Tuli 
(2 iig.). — Note sur une figurine yucatèque {ñ^.). — Anciennes peintures 
sur peau des Indiens IlMnois (1 pi.,, 3 Cig.)» — H. de La Vaulx. A travers la 
Patagonie (3 planches). — C. Lumholtz. Exploration au Mexique (1894- 

, 1H97). 

Tome III 

,Aj. Gémn. Notes d'archéologie mexicaine fcartc, 1 pi.). — H. de La GrasseriKj. 
De la langue Allentiak. — M. de Peralta. Les aborigènes de Costa-Rica (carie). 

— K.-T. Hamy. Figurine en steatite deLytlon (Colombie anglaise) (8 fig.). — 
H. ^'^liRNEAL^ Ancienne sépulture de la rivière Arauca (1 pi., 3 fig.)» 

Tome IV 

E T. Hamy. Le joyau du Vent (16 ñ¡;.), — H. de Ciiauengey. Études algiques. 

— L. Lejeal. Campagnes archéologiques récentes dans TOaxaca. — 
D. CiiARNAY, Notes d'histoire et d'arcliéologîe mexicaines. — H. Froidevaux. 
Un docurrtent incdil «sur I.ahonlan. 



Digitized by 



Google 



JOURNAL 



DE LA 



_¿ f_ 



SOCIETE DES AMERÏGANISTES 
DE PARIS 



Digitized by 



Google 



MACON, PROTAT FRÍRRS, IMPIHMBVlli 



Digitized by 



Google 



JOURNAL 



ÚE KA 



SOCIÉTÉ DES AMÉRIGANISTES 



DE PARIS 



NOUVELLE SÉRIE — TOME III 




AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 
61, RUB OB BurroN, 61 

1906 



Digitized by 



Google 



MACOIf, PROTAT FRBRRS, IMPRIMBVRi 



Digitized by 



Google 



JOURNAL 



ÚE KA 



SOCIÉTÉ DES AMÈRIGANISTES 



DE PARIS 



NOUVELLE SÉRIE — TOME III 




AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 
61, BUB OB BurroN, 61 

1906 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



aOIKRAL BOOKBINOINa CO. 

80 S3 & 

" 335ST OOS 2095 

QOAUTT CONTROC MAMK 



NOTE 
SUR UNE STATUETTE MEXICAINE 

EN WERNERITE 
REPRÉSENTANT LA DÉESSE IXCUINA 

Par m. le D' E.-T. HAMY 

Membre de Tlnstitut el de l'Académie de Médecine, 
Professeur au Muséum dllistoire naturelle, 
Président de la Société des Américanistes. 



I 

Ixcuina (de ixili visage, cui prendre et na apocope de naui. 
quatre), la déesse qui prend quatre visages, était ainsi appelée au 
Mexique, dit Sahagun, « parce que Ton prétendait que cette divinité 
représentait quatre sœurs : la première, qui était Taînée, portait le 
nom de Tiacapan ; la seconde s'appelait Teieu ; la troisième était 
nommée Tlaco ; la quatrième, qui était la plus jeune, s'appelait 
Xocoyoizin, Ces quatre sœurs passaient pour être les déesses des 
passions charnelles. Elles portaient en effet des noms qui com- 
prennent tous les âges féminins aptes au plaisir de la chair ^ ». 

Ixcuina s'appelait encore Tlaçolteotl [tlaçolli, ordure; /eo//, divi- 
nité ^) ou Tlaelquani [tlaelli^ ordure; qua. manger), déesse de saleté 
au mangeuse de saleté ; ce dernier nom lui était attribué, parce 
que les hommes et les femmes enclins au vice lui confessaient leurs 
péchés, dans la personne de ses prêtres, et en obtenaient le pardon, 
« quelque sales et hideux qu'ils fussent ». 

1. Sahagun, Histoire générale des choses de la Nouvelle- Espagne^ trad. 
Jourdanet et Simeon. Paris, 1880, in-8*, liv. I, chap, xii, p. 22-25. 

2. Tl&lzolteucihua. signora delP immondenza (Fabregat, Códice^ Borgiano, 
Anal, del Mas. Nac. de Mexico, vol. V, p. 243, 1899). 

Société des AméricMiUttei de PMriê, 1 



Digitized by 



Google 



2 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

C'est SOUS cet aspect de Tlaçoiteotl que la divinité chamelle est 
le plus souvent représentée dans les lares de terre cuite ou tepito- 
tons que nous connaissons, debout ou agenouillée et portant, sus- 
pendu au cou, un phallus symbolique. 

Dans le Tonalamatl^ Ixcuina revient au cinquième rang de chaque 
treizaine et préside en outre la treizième de ces subdivisions {ce 
ollin) où elle se présente parfois sous des apparences bien diffé- 
rentes. 

Le Codex Borbónicas , par exemple, nous montre la déesse 
sexuelle, dans la double fonction de la conception et de la partu- 
rition. 

Suivant la croyance commune des Mexicains, l'être nouveau se 
formait dans le plus haut du ciel sous l'influence de la dualité créa- 
trice et il en descendait pour prendre place dans le sein de sa mère * ; 
aussi la jeune créature déjà formée est-elle peinte dans le haut de la 
feuille XIII du Codex avec des empreintes de pas qui jalonnent 
sa route vers Ixcuina, vue de face par une exception unique dans 
le Tonalamatl et présentée avec des dimensions inusitées dans les 
tableaux voisins^. 

Celle-ci porte un superbe bonnet conique, à longue pointe 
recourbée de deux couleurs [la pintan de dos colores)^ rouge et 
noir, et décoré, selon son axe, de croissants dont les cornes sont 
tournées vei's le ciel et qui se détachent en blanc sur le double 
fond colot'é. Cette coiffure se termine par un volumineux panache 
de plumes jaunes ou blanches piquetées de noir ; un deuxième 
plumet pareil au premier se détache du front et se recourbe à 
droite. 

Le turban est couvert de crochets et de points noirs ornant 
aussi les pendants qui tombent de deux larges oreillères d'or. 
M. Seler croit voir dans ce détail l'indication de la mise en usage du 
coton non encore (ilé^. 

1. Cf. Fr. del Paso y Troncoso, Descripción histórica, y Exposición del 
Códice Pictórico de los antiffuos Nanas que se conserva en la biblioteca de /a 
Camera de diputados de Paris [antiguo Palais Bourbon), Horencia, 1899, in-8«*, 
p. 74. 

2. L'auteur de ce Codex a peut-être voulu signaler ainsi Tiniportance que 
prenait à ses yeux la déesse dont les prêtres recevaient les confessions luxu- 
rieuses et étaient les interprètes habituels du tonalamatl, 

3. Ed. Seler, The Tonalamatl of the Aubin Collection, London, 1901, p. 96. 



Digitized by 



Google 



NOTE SUR UNE STATUETTE MEXICAINE EN WBRNERITE 3 

Le visage est barbouillé de rouge et une sorte d'oiseau noirâtre, 
dont le bec long et pointu s'applique sur la crête nasale, étale sur 
les lèvres de la déesse ses ailes et sa queue qui lui font un masque 
original. 

Ixeuina est assise, les jambes écartées, sur une couverture, mi- 
partie rouge et noire, ornée des mêmes croissants blancs qui déco- 
raient déjà le bonnet et disposés en trois rangées de six. 

Elle a revêtu (ce qui la confond en partie avec Toci et Chicome- 
coatl) la peau d'une victime humaine, dont les mains retombent 
au-dessous de ses poignets et qui lui couvre les jambes jusqu'aux 
chevilles. 

Un jupon de même étoffe que le tapis, décoré comme la couver- 
ture, couvre tout l'abdomen et la tête d'un jeune sujet issant entre 
les cuisses, apparaît les bras tendus en avant et tirant sur les deux 
anses engagées d'un long cordonnet blanc. Le nouveau-né porte 
déjà la coiffure et les oreillères de sa mère, dont il ne diffère que 
par l'absence de toute peinture faciale. 



II 

C'est cette même figure divine, débarrassée de tous ses acces- 
soires et simplifiée, autant que possible, pour les exigences de la 
glyptique, que reproduit la statuette en pierre dure qui fait 
l'objet principal de cette courte communication. 

Cette pièce, très importante, que j'avais autrefois entrevue chez 
un marchand d'antiquités de la capitale \ avait été acquise pour sa 
magnifique collection de pierres dures travaillées par feu M. Damour, 
le minéralogiste bien connu de l'Académie des sciences. Elle est 
devenue récemment la propriété de mon confrère et ami, le docteur 
Ribemont-Dessaignes, de l'Académie de médecine, qui a- bien 
voulu m'autoriser à la mouler pour le Musée d'ethnographie et à 
le présenter à notre Société. 

Cette statuette, qui mesure 192 mm. de hauteur, sur 120 de 
largeur et 130 d'épaisseur, est d'une roche parfaitement polie d'un 

1. J'y ai fait une allusion rapide dans mon Commenlaire du Codex Borbo- 
nicui (p. 11). 



Digitized by 



Google 



4 SOaÉTÉ DES AlfÉRlCANISTES DE PARIS 

vert blanchâtre pâle, tachetée par place de noir et de brun jaunâtre. 
Elle a été déterminée avec quelque réserve par Damour comme 
wernerite (densité 2,85). 

Une femme, d*une vérité ethnique tout à fait saisissante, est 
assise, la tête rejetée en arrière, les traits du visage contractés, la 
bouche largement ouverte par un rictus douloureusement expressif. 
Tout le corps se contracte en un effort sauvage : les genoux écar- 
tés sont ramenés vers la poitrine, les bras collés au corps, les 
mains solidement appliquées sur íes fesses distendent de leur mieux 
Torifice génital d'où sort un gros enfant, les bras étendus en avant. 

L'accouchée a pour tout vêtement une opulente chevelure figu- 
rée par de longues stries parallèles et coupée carrément en bas et 
en arrière à la hauteur des coudes. Mais de doubles trous, évidés 
avec adresse dans la roche dure, signalent de place en place des 
appliques de nature inconnue, qui devaient donner à la figure 
divine, comme je vais le montrer rapidement, un aspect fort ana- 
logue à celui qu'elle prend à la page du tonalamail^ décrite ci- 
dessus. Ce sont d'abord deux trous, percés au milieu du front, un 
peu au-dessus de la racine des cheveux et qui devaient servir à 
fixer le long bonnet recourbé décrit précédemment. Deux autres 
trous qu'on voit dans la chevelure, en arrière des tempes, suppor- 
taient sans doute le turban ; deux trous plus laides, perforant le 
lobule, assuraient l'oreillère et deux autres encore supportaient un 
double pendant. 

A la hauteur du menton, le bord des cheveux est une fois encore 
symétriquement percé de doubles trous, destinés, semble-t-il, à 
attacher un pectoral. 

Enfin, on voit deux paires de ces mêmes trous doubles, l'un en 
arrière des mains pour fixer le tapis, l'autre au bord externe des 
pieds pour attacher les sandales. 

Les yeux ont été évidés comme ceux de presque toutes les statues 
mexicaines d'un travail un peu artistique. On y avait, sans aucun 
doute, inséré une plaque de nature indéterminée. 

Les narines, largement ouvertes, ne présentent aucune trace de 
perforation de la sous-cloison, ce qui exclut tout pendentif sous- 
nasal. Seize dents, toutes égales, se montrent dans la bouche large- 
ment ouverte. Les seins coniques se terminent par un large mame- 
lon . Les clavicules et la fourchette stemale sont évidées avec un cer^ 



Digitized by 



Google 



Journal de la Société des Américanistes. Nouv. Sér., T. 111. PI. I. 



PboU>tfpl« Bertkaud 



IXCUINA 

Statuette en wernerite. 

(Collection Ribcmont-Oessaigne). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



NOTE SUR UNE STATUETTE MEXICAINE EN WEKNERITE 5 

tain soin et les côtes, Tappendice xiphoïde, le bord costal et les mains 
sont assez correctement indiqués. 

Pareils dessins se reproduisent d'ailleurs en plus petit sur Tenfant 
dont les bras se portent en avant et en bas, comme s'ils voulaient 
saisir les anses symboliques qu'on leur voit tenir serrées dans le 
Borbonicus, Le cou de l'enfant est isolé à l'aide de deux larges 
évidements. 

Enfin, les doigts des pieds et des mains ont été sommairement 
indiqués pardea stries parallèles, et la cheville rendue par une sorte 
de bouton arrondi. 

On retrouvera la plupart de ces caractères bien apparents dans la 
belle photogravure reproduite ci-contre. 

Je remercie, en terminant ce rapide exposé, M. le docteur Ribe- 
mont-Dessaignes de m'avoir permis de donner ici cette figure et 
celte description d'une pièce absolument unique dans l'histoire de 
Tart mexicain. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



SOPHUS RUGE 

ET SES VUES SUR COLOMB 

Par m. Henry VIGNAUD 

Vice-Président de la Société des Amcricanistes. 



Il y a déjà deux ans que le savant laborieux et eminent critique 
dont je vais vous entretenir n'est plus ; mais le D^ Ruge a tenu une 
si grande place, en Allemagne, dans les études qui ont pour objet This- 
toire des découvertes géographiques, et particidièremenl celle du 
Nouveau-Monde, qu'une Société comme la nôtre ne peut manquer 
au devoir d'honorei la mémoire d'un homme qui a traité avec une 
compétence exceptionnelle tantde sujets louchant à l'Américanisme, 
compris dans le sens le plus étendu. 

Sophus Ruge, qui naquit, le 26 mars 1831 , à Dorum, en Hanovre, 
et qui mourut à Dresde le 26 décembre 1903, était le fils d'un 
simple médecin de campagne. Il parait avoir tout d'abord tourné 
ses vues vers l'état ecclésiastique ; mais les livres tie voyage et d'his- 
toire avaient un tel attrait pour lui que, peu à peu, il se détacha de 
la théologie pour s'occuper des questions de géographie historique, 
où il devait conquérir sa juste renommée. 

En 1858, il enlève, au concours, la place de professeur d'histoire 
à l'École commerciale de Dresde; en 1862, il obtient le grade de 
docteur en philosophie de l'Université de Leipzig à la suite d'une 
thèse curieuse sur Seleucus, cet astronome chaldéen du ii® siècle, 
dont nous savons bien peu de choses, mais dont Strabon tenait 
grand compte, et, en 1873, il publie un mémoire des plus intéres- 
sants sur une question de géographie américaine qui est restée un 
problème non encore complètement résolu : celui de l'origine de 
la dénomination de détroit d'Anian attribuée, trois cents ans avant 
sa découverte, au détroit de Bering, que Ton voit figurer sous ce 
nom de Fretum Aniani^ et d'une manière relativement exacte, sur 



Digitized by 



Google 



8 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANI8TES DE PARIS 

des cartes du xvi® siècle dont la première est celle de Zaltieri, de 
1565, et la seconde, celle de Merca tor de 1569. 

C'est Tannée suivante que Ruge passa à TÉcole supérieure tech- 
nique de Dresde (i^olytechnikum), où il enseigna la géographie et 
l'ethnographie jusqu'à sa mort. Il donna à cette chaire d'une insti- 
tution privée, n'ayant aucune attache officielle, un éclat exceptionnel. 
Pendant les trente années qu'il l'occupa, il déploya une activité 
scientifique extraordinaire. Cette activité s'étendit à bien des 
questions, mais celles relatives à la géographie historique eurent 
toujours les préférences de Ruge et on peut dire que c'est princi- 
palement à lui qu'est dû le grand développement, pris en Allemagne, 
par ces intéressantes études, qui ont presque disparu de nos 
recueils périodiques spéciaux. 

C'est ainsi qu'il publia successivement, de 1874 à 1903, plusieurs 
éditions de son Manuel de géographie qui est devenu classique en 
Allemagne ;. une seconde édition de V Histoire de la géographie de 
Peschel (1877), à laquelle il ajouta une masse considérable de ren- 
seignements nouveaux ; sa grande Histoire de l'époque des décou- 
vertes (1881), dont il préparait une nouvelle édition quand la mort 
vint le surprendre ; une monographie étendue sur la découverte de 
l'Amérique, insérée dans l'ouvrage publié par la Société de géogra- 
phie de Hambourg à l'occasion du IV® centenaire de ce grand évé- 
nement ; une histoire erudite du développement de la cartographie 
américaine jusqu'en 1570 ; une autre monographie, très importante, 
sur Vasco da Gama, qui parut en 1899, et enfin son Columbus^ 
dont la première édition est de Tannée 1901 et qui projette sur le 
grand Génois une lumière nouvelle si vive et si pénétrante. 

Dans les dernières années de sa vie. Ruge s'était spécialement 
occupé des découvertes des Portugais. En 1901 , il donna un curieux 
travail sur Valentin Fernand, cet Allemand morave qui imprima en 
1502, à Lisbonne, un curieux recueil de voyages et auquel nous 
devons la relation de Gomez, ainsi qu'un mémoire sur les Acores, 
et, en 1903, il commença la publication d'une étude sur les décou- 
vertes des Portugais le long de la côte d'Afrique, que la maladie, 
dont il ne se releva pas, ne lui permit malheureusement pas 
d'achever; c'est un de ses plus remarquables travaux. Ruge a aussi 
donné dans divers recueils géographiques et historiques, notamment 
dans la Gazette géographique de Gotha [Zeitschrift fur wissent- 



Digitized by 



Google 



SOPHUS RUGE ET SES VUES SDR COLOMB 9 

schaflliche Géographie)^ et dans les Geographischen Mitteilungen^ 
un nombre considérable d'articles critiques et de notices bibliogra- 
phiques dont la réunion formerait plusieurs volumes. Les notices 
bibliographiques surtout sont de véritables modèles du genre, faisant 
connaître très exact.emenl et toujours avec compétence, sinon avec 
bienveillance, les ouvrages auxquels elles se rapportent. 

Je ne saurais donner ici une liste de tous les travaux de Ruge 
qui remplirait à elle seule plusieurs pages ; mais je voudrais montrer 
la part considérable qui revient à ce savant dans l'évolution des idées 
à laquelle nous assistons aujourd'hui, sur la valeur de Colomb et 
sur le caractère de son œuvre. 

Ruge a été le premier à soumettre à un examen critique sévère 
les données que la tradition colombienne nous a transmises à ce 
sujet. Le premier, il a vu que Colomb n'était pas seulement un 
rêveur, un mystique sans aucune instruction, mais aussi un homme 
peu véridique, et il a osé le dire, ce qui était donner une preuve 
de courage plus rare qu'on ne le croit. Lorsqu'il publia en 1876 son 
mémoire sur les idées que Colomb se faisait du monde [Die Wer- 
tanschauueng des Columbus ^ Dresde), la tradition colombienne, 
telle que l'ont formulée le fils du découvreur et Las Casas, était 
généralement acceptée. La critique ne l'avait pas encore sérieu- 
sement entamée et c'était toujours elle que suivaient les auteurs. 
L^ouvrage du comte Roselly de Lorgnes, dont les éditions se multi- 
pliaient dans toutes les langues, avait donné à cette tradition une 
forme populaire et séduisante qui attirait les lecteurs : la légende 
menaçait de prendre ta place de l'histoire. Sousla plume enflammée 
de son panégyriste, le navigateur heureux était devenu un marin 
consommé, un cosmographe savant qu'éclairait l'inâpiration divine. 
Le visionnaire se transformait ainsi en homme de génie, et le Génois 
autoritaire, violent et avide qui n'hésita jamais à dissimuler la 
vérité, quand son intérêt l'y conviait, prenait des proportion? qui 
le rendaient digne de l'auréole des saints. 

C'est au moment où le courant d'idées créé par cet ouvrage en 
faveur de la canonisation de Colomb prenait une forme alarmante, 
que parut le petit mémoire mentionné ci-dessus, où Ruge mit impi- 
toyablement à jour la nullité scientifique et les défaillances morales 
de celui qu'on voulait élever si haut. Ce mémoire valut à son auteur 
des critiques ameres et indignées. On lui jeta à la tête toutes les 



Digitized by 



Google 



10 SOaÉTÉ DES AMERICAN ISTES DE PARIS. 

mauvaises raisons que Tauteurde ces lignes se vit opposer, quand, 
suivant la voie ouverte par Ruge, il apporta la preuve que la seule 
des raisons de croire à la conception scientifique de Colomb que la 
critique avait laissé subsistei — Texistence d'une correspondance avec 
Toscanelli — ne valait pas mieux que toutes les autres. Les opi- 
nions de Ruge, formées à la suite d'études approfondies, ne pou- 
vaient être ébranlées par des contradictions qui ne s'appuyaient 
que sur des témoignages dont la source remontait à Colomb lui- 
même, auquel, malheureusement ou ne peut plus ajouter implici- 
tement foi, ou qui n'étaient motivées que par des raisons de senti- 
ment dont la critique n'a pas à tenir compte, si respectables 
qu'elles soient. Il les reprit à nouveau, les creusa davantage et 
leur donna la forme rigoureuse et inattaquable qu'elles ont prises 
dans son Columbus^ la dernière de ses œuvres importantes, l'une 
des plus solides de cet esprit vigoureux et clairvoyant. 

Je dois noter cependant que, sur un point important. Ruge est 
allé trop loin dans le jugement sévère qu'ffa porté sur Colomb. 
Après d'autres, mais mieux que tous, il a montré son insuffisance, 
non seulement comme marin et comme cosmographe, mais encore 
comme penseur et, ainsi que nous-méme, mais avant nous, il a fait 
voir que l'homme moral, chez le découvreur de l'Amérique, n'était 
pas supérieur au navigateur. Mais il ne s'est pas arrêté là : il a 
enlevé à Colomb, pour la donner à Toscanelli, la seule chose qui 
lui appartint réellement : le mérite de sa grande découverte. Cette 
manière de voir n'était pas nouvelle, car, en réalité, elle date du 
jour où d'Avezac déclara au congrès d'Anvers, de 1871, que Tosca- 
nelli avait été l'initiateur de la découverte de l'Amérique, et depuis 
lors l'idée n'a cessé de faire du chemin; mais personne ne l'a 
développée et mise en relief comme Ruge, et, aujourd'hui, elle 
domine dans la littérature colombienne. En Italie elle est courante, 
et nous avons vu M. de LoUis lui-même réduire le rôle de Colomb 
à celui d'exécuteur des plans d'un autre. En Espagne, l'Académie 
d'histoire a donné le prix fondé par notre président honoraire à 
M. Altolaguirre, qui a soutenu la même thèse en présentant 
Colomb sous un jour encore moins favorable, et aux Étals-Unis 
M. Thacher, tout en croyant louer Colomb, a adopté la même 
opinion, sans voir, peut-être, où elle le conduisait. 

Dans cette curieuse phase de l'évolution de nos idées sur la valeur 



Digitized by 



Google 



80PHUS RUGE ET SES VUES SUR COLOMR 11 

réelle de Colomb et sur son rôle véritable dans Tévénement le plus 
mémorablede Thistoire du Mondejo est l'Allemagne qui a fait les plus 
grands pas. Ruge lui-même y a été dépassé. Le savant professeur 
s'était borné à voir dans Colomb le plagiaire deToscanelli; aujour- 
d'hui un autre savant allemand n'hésite pas à lui contester même le 
courage et l'énergie, nécessaires à l'exécution d'un plan dont il 
n'élait pas l'auteur, et croit que la découverte de l'Amérique est due 
au seul fait que le chef de l'entreprise n'osa pas revenir en arrière. 

Il faut remettre les choses à leur place. Colomb ne doit rien à 
Toscanelli. Il a trouvé ce que réellement il était allé chercher à 
l'Ouest : des iles et des terres nouvelles sur l'existence desquelles 
il avait recueilli toutes sortes d'indications qui lui avaient donné 
l'inébranlable conviction qu'avec des moyens d'exécution suffisants 
il les découvrirait. Ces moyens matériels d'action, il les a cherchés 
de divers côtés, il les a demandés avec une persistance que rien n'a 
pu rebuter, et quand il tes eut obtenus, à force d'obsessions, il a 
résolument mis son projet à exécution. 

La découverte de l'Amérique n'est donc pas un accident heureux, 
comme sont obligés de le soutenir ceux qui croient que Colomb 
était parti de Palos pour exécuter un plan emprunté à Toscanelli, 
plan que la rencontre inattendue d'un grand continent aurait fait 
avorter. Il a trouvé l'Amérique, non par hasard, mais parce qu'il 
l'avait cherchée; il a fait, comme on l'a dit excellemment, ce que 
personne n'avaitfait avant lui, etceque personne ne pourra faire après 
lui. En ce sens, il est bien le révélateur du Globe, et la place qu'il 
occupe dans le Panthéon des grands hommes est bien plus belle 
que celle qui lui reviendrait s'il n'avait trouvé l'Amérique qu'en 
poursuivant la réalisation d'une entreprise insensée. 

Malheureusement, on n'a pas de plus mauvais juge que soi- 
même, et Colomb, qui n'avait aucune science et qui n'était qu'un 
rêveur, sujet à des hallucinations, se persuada, après son arrivée 
aux Antilles, qu'il se trouvait parmi les îles du voisinage des 
Indes dont Marco Polo^ avait parlé et, une fois féru de cette idée, 
il s'appliqua à trouver toutes sortes de raisons pour montrer qu'il 
avait toujours voulu aller aux Indes ; peut-être même parvint-il à 
se le persuader à lui-même. 

C'est au retour de Colomb que celte singulière prétention, dont 
il n'avait jamais été question auparavant, fut avancée pour la 



Digitized by 



Google 



12 SOCIÉTÉ DES AMÉR1CAN1STB8 DE PARIS 

première fois, timidement d'abord et ensuite très délibérément. 
Nous voyons alors Colomb chercher et marquer dans VHistoria 
Rerum de Pie II, dans Vimago Mundi du cardinal d'Ailly, et 
dans Marco Polo, tous les passages avec lesquels il a construit sa 
théorie de la petitesse du Globe et de la proximité des côtes orien- 
tales de l'Asie, qu'il a donnée, ensuite, pour être la base scienti- 
fique et la raison déterminante de son entreprise. 

Que la correspondance attribuée à Toscanelli soit authentique 
ou non, il est certain qu'elle n'a n'a été produite que pour confirmer 
cette prétention nouvelle de Colomb. On n'a qu'à ouvrir le livre 
de Las Casas et les Historie pour voir que c'est uniquement dans 
ce but qu'on a publié ces pièces, dont on ne soupçonnait pas l'exis- 
tence auparavant, et que sont seuls à connaître les deux premiers 
biographes de Colomb. Si celui-ci n'avait pas soutenu qu'il ne 
s'était embarqué à Palos que pour aller au Cathay, jamais il n'en 
aurait été question. La supposition, ainsi accréditée par Las Casas 
et par l'auteur des Historie, que c'est à Toscanelli que Colomb 
devait la théoriedu grand dessein qu'il disait avoir eu, était devenue 
une certitude pour la plupart des auteurs et serait probablement 
restée dans l'histoire,* si la publication intégrale des notes que 
Colomb a mises aux livres où il a puisé ses idées scientifiques 
n'avait montré qu'il n en pouvait être ainsi. 

Alors même, en effet, qu'aucune des nombreuses raisons qui ont 
été avancées pour montrer que la correspondance attribuée à Tos- 
canelli est apocryphe, ne serait valable, le fait seul que nous pou- 
vons aujourd'hui, au moyen de ces notes révélatrices, déterminer 
l'origine exacte de chacune des idées sur lesquelles Colomb a fondé 
sa théorie de la possibilité du passage aux Indes par la voie de 
rOuest, suffit pour établir que le savant florentin est étranger à la for- 
mation de cette théorie chez le découvreur de l'Amérique. Tous 
ceux qui maintiennent encore aujourd'hui que Toscanelli a été 
l'initiateur de la découverte de l'Amérique et qui confisquent au 
profit de ce savant le mérite, propre à Colomb, d'avoir conçu et 
exécuté son entreprise d'après des données foncièrement person- 
nelles qu'il estimpossibledattribuer à l'astronome florentin, mécon- 
naissent ce fait capital, qui doit dominer toute discussion ou tout« 
recherche sur l'origine du projet dont la découverte de l'Amérique 
a été la conséquence. 



Digitized by 



Google 



SOPHDS RUGE ET SES VUES SUR COLOMB 13 

Ruge a commis cette erreur qui a faussé son jugement, si droit 
d^ordinaire, quand il a parlé de Tinfluence que /foscanelli aurait 
eue sur Colomb. Cependant, malgré les réserves qu'il est néces- 
saire de faire sur ce point, je n'hésite pas à dire que les travaux de 
ce judicieux et perspicace critique ont exercé une influence consi- 
dérable sur la formation des idées qui tendent de plus en plus, 
aujourd'hui, à se substituer à celles accréditées par la tradition 
colombienne, et le fait que j'ai eu à me plaindre de lui est une 
raison de plus pour moi de reconnaître hautement ce qui lui est 
dû. 

Et puisque je viens de faire allusion au différend, ou plutôt au 
malentendu qui a existé entra Ruge et moi, qu'il me soit permis de 
m'expliquer ici franchement à ce sujet. 

Lorsque je publiai mon livre sur Toscanelli qui apportait, en 
fait, d'autres et importantes raisons à l'appui des opinions qu'il 
avait lui-même exprimées sur Colomb, il l'accueillit très mal et 
attaqua les vues nouvelles qui sont présentées, avec les mêmes 
préjugés qui avaient caractérisé les injustes critiques dont ses 
propres idées furent l'objet, avant que le temps n'eût montré 
qu'elles étaient justifiées. 

Par une méprise queje ne m'explique pas bien encore, il ne vit, 
dans la question de l'authenticité des pièces attribuées à Toscanelli, 
qu'une question de cartographie, alors qu'elle était essentiellement 
une question de critique historique, ayant une portée qui dépas- 
sait de beaucoup le cadre où il la renfermait, et, considérant le 
livre à ce point de vue étroit, il le jugea avec la plus grande 
rigueur. 

Cette attitude inattendue de la part d'un critique chez lequel je 
m'attendais à trouver un allié m'affecta autant qu'elle me surprit, et 
j'eus le tort de la relever dans une réplique dont je n'ai jamais 
cessé depuis de regretter les termes un peu vifs et la forme 
agressive. Ce n'était pas le ton qu'il convenait de prendre avec un 
homme dont la vie tout entière fait honneur aux lettres savantes 
et qui avait acquis par ses longs et méritants travaux, avec le droit 
de tout dire, celui d'être écouté avec déférence. Ce que j'écris ici, 
jeTaurais dit à lui-même, s'il avait vécu, et je suis certain que, comme 
un autre de mes adversaires, et non des moins éminents, M. Uzielli, 
dont je m'honore aujourd'hui d'être l'ami, il aurait rendu justice 



Digiti: 



zed by Google 



14 SOQÉTÉ DES AMÉR1CANISTES DE PARIS 

aux inlenlions d*un homme qui, comme lui-même, ne cherchait et 
ne cherche que la vérilé. 

Ruge a laissé plusieurs enfants dont Tun, le D' Walter Ruge, 
suit la voie laborieuse tracée par son père. Il a embrassé le profes- 
sorat comme lui et Ta remplacé aux Geographischen Mitteilungen, 
auxquelles il collaborait depuis plusieurs années déjà, et a pris une 
place marquante dans cette revue bibliographique et géographique, 
Tune des plus influents de TAUemagne. 

Il existe un assez grand nombre de notices biographiques et 
critiques sur Sophus Ruge el son œuvre. Les plus importantes que 
je connaisse sont dues : à M. S. Gunther qui était Tami de Ruge 
[Allgemeine Zeilung, Munich, 20 janv. 1904), au professeur 
J. Partsh [Geographisch Anzeiger de Gotha), au • professeur 
Gravelius, de la Société de géographie de Dresde (19 janv. 1904), 
et au professeur Luigi Hugues, dont la monographie : Sophus Ruge. 
Cenni biografici e bibliografici, Turin, 1904, est un travail 
critique complet et excellent en tous points. 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A L'ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE 

DU 

MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 



LE MIXTECAPAN 
Par m. Léon DIGUET 

Chargé de missions du Ministère et du Muséum, 
Membre de la Société des Américanistes. 



La région montagneuse et accidentée qui constitue encore 
aujourd'hui le pays des Indiens mixtees et qui vint former, après 
rétablissement des Espagnols, la province de la Mixteca, était 
désignée par les Nahuatls sous le nom de Mixtécapan. Ce territoire, 
comprise peu de choses près entre le 16 et le 18® de latitude nord 
et le 99® et le 101® de longitude, occupe, dans la division géogra- 
phique actuelle, une partie assez importante de l'état de Oaxaca, 
plus une fraction des états de Puebla et de Guerrero. 

Le nom que les indigènes donnaient à leur pays à l'époque de 
leur indépendance est inconnu. On sait seulement, par le père 
Antonio de loa Reyes, missionnaire de Teposcolula et auteur d'une 
grammaire sur la langue du pays \ que les Mixtees étaient désignés 
par leurs voisins les Zapotees sous le nom de Mixtoguijxi (chats 
sauvages), dénomination probablement ironique et venue de l'as- 
périté des sites que ces Indiens avaient choisis pour s'y établir. 

D'après Pimentel ^, les dénominations de Mixtees ou Mixlecatl 

1. Arle en lengua mixteca compuesta por el padre Fray Antonio de los 
Rfj/es de la orden de predicadores^ vicario de Tepuzculula (1593), publié par 
íe comte H. de Charencey ; Atençon, 1889. 

2. Francisco Pimentel, Cuadro descriptivo y comparativo de las lenguas de 
México, i, II, chap. -34. 



Digitized by 



Google 



16 SOaÉTÉ DBS AMÉRICAN18TES DE PARIS 

et de Mixiécapan dérivent du mot náhuatl Mixtlan (terre des nuages 
ou des brumes), terme composé de Mixtli [nuée) et du suffixe 
tlan^ locatif. Ce nom aurait été donné au pays à cause du climat 
froid et brumeux qui règne très fréquemment sur les régions éle- 
vées du massif de la Haute Mixtèque. 

Les limites du Mixtécapan étaient : au nord, le pays des Popolo- 
cos, restés indépendants, et dont la ligne frontière avec le Mixtéca- 
pan s'étendait de Zapótitlan de las Salinas à Acatlan ; à Touest, les 
provinces conquises par les Aztecs sur certaines tribus de Popo- 
locos, et dont les limites, depuis Acatlan, venaient aboutir aux 
rivages du Pacifique en passant par Tlalpan ; à Test, les rios de 
Tehuacan, de las Vueltas et Atoyac oaxaqueño, qui,* formant de 
profondes vallées dans cette région éminemment montagneuse, 
séparent, du nord au sud, le Mixtécapan des pays occupés par les 
populations mazatèques, cuica tèques et zapotèques ; au sud, les 
rivages du Pacifique que les Mixtees appelaient Sahaandevoni (pied 
du ciel). 

Cette délimitation du pays habité par les Mixtees est d'ailleurs 
loin d'être rigoureuse. Les frontières ont plusieurs fois varié. Ainsi 
dans le nord, les indigènes du territoire de Coixtlnhuaca étaient 
unis avec certaines tribus de Popolocos qui s'étaient rendues indé- 
pendantes des autres tribus de même race dont le grand centre 
était Tecamachalco. La domination ou l'influence mixtèque s'éten- 
dit donc à une époque jusqu'à Tehuacan. A l'est, les habitants 
d'Almoloyas, alliés à ceux de Yanhuitlan agrandirent leur 
domaine en soumettant les Cuicatecs jusqu'à la sierra de Teo- 
titlan. Plus au sud, les Mixtees envahirent le pays des Zapotees et 
établirent des colonies dans la vallée d*Oaxaca. Aussi les Zapotees 
furent-ils obligés, pour empêcher les incursions mixtèques, d'élever 
des forteresses, auprès de Zimatlan et de Huizo, et d'y entretenir 
des garnisons. 

Le Mixtécapan était partagé en trois grandes divisions dont les 
dénominations, subsistant encore aujourd'hui, correspondaient à des 
altitudes et climats différents. C'étaient : 

{^ La Haute Mixtèque^ comprenant toute la partie culminante 
du massif montagneux, contrée au climat généralement frqid et 
humide, offrant des escarpements abrupts, bordés de profonds 
ravins. C'est là que la tradition place le berceau de la civilisation 



Digitized by 



Google 



'^« Ui 



'/í'*'»Pdr/e&íril)iisdcí^í 



^yPiaxUa 



Acallan 

o 



^V 



Chil^P Alillepeq^i 



Cha 2: 



\^ Caltcpcc 
uinJ>a s^ 



Teaui slcpec 



.Vnamaizmgo ^n^KslaKua^Vfuyoi 



CARTE DU 

MIXTECAPAN 



^Uephtlan 

4, \ad Camino 






"'^/Z 



SAhuehu£lkn 




H\iajoWhllanol'« 






AcAlepec q^ 






Tut^^ 






1^ ^ TiTuncin^o 



WRRITOrñf 



DES 



)iniq lui 



Sikcayoâpam 
.pâTiicnifo 

Juxllaff\ii^ca 
¿7© 



Nundoo. ^, 






/ 



Tlâji 






>h%» Npchisllan • V^. 

^..-Jí¡.^ tel ïi. \:ri> & 

^ \^ ' Yodocuno \ unu 'n%¿,*^\5 



'^odocuno 



Jàdh-pfc 



>fun^co' 






.iJ()itilhTiUnl«n¿i 






Jicdyan | 



c YosfiUlo 



Yosonolu /o 
o 



fov>)tua 




" -él ofoa 

*<• 'Sil 

• - w ;^; oCijilapa. 



Taina 2 ala 
o 



'Chfh 






Ajoyíh 



(Omel 



H^ Wg YuTiduna 

/ /v V V jcoYUntbid 

) ., ruehicfelonoí © V n 

acolchislah^àj o "^ 

X)ch}xlIdMwc<? 

/o 




Ixc^lan I Teoz^fcvwlco 

VYosondual Smdihuí^ 
¡o 

ijiciepeí 






YuUnino 



Ylvulindû 
lo > .. 

Tfflinofnulca''' ¿V^ 



.•<ói;** 



o 

:^<f T£B!%{IUT01RÉ 



, TÀrfomuIca^' ty*>Mji 



-> — ^ Pinoltpa vs*^— 



ZA/'^ 



jIiuiIl 



01/ 



¿'/fiuajololilUix 
^ ** Jamillepec 



V?. £^w,*.¿ii^ii''^ ítl?;:.2^^^72'CA/VW 






M>í 



^4" 



IVmeníalleppc 



^"^ hÙ 




Q V i 



Société det Améric&nitUi de Paris. 



Digitized by 



Google 



18 SOCIÉTÉ DES AMÉRIGANI8TES DE PARIS 

mixtèque et c'est ce qui lui a valu le nom de Ñudzaviñuhu (terre 
estimée, vénérée). 

2« La Basse Mixtèque ou Ñuñine (terre chaude), région relative- 
ment basse, chaude, aride, beaucoup moins accidentée que la 
précédente, formant toute la partie nord et ouest du Mixtécapan 

3*^ La Mixtèque de la côte^ comprenant les plaines basses et géné- 
ralement peu accidentées qui s'étendent jusqu'à l'océan Pacifique.- 
Les indigènes donnaient à cette partie de leur territoire le nom de 
Ñuñdaa (terre plane) ou Ñuñama (terre de maïs). 

Outre ces trois principales divisions, les Mixtees employaient 
encore quatre autres dénominations pour désigner certaines régions 
offrant quelques particularités. 

Ainsi la partie nord-est de la Basse Mixtèque qui confinait avec 
le pays des Popolocos et qui avait une population mélangée, où 
Mixtees et Popolocos vivaient en harmonie sous un même régime, 
se nommait Toxijñudzahui. Les contreforts escarpés de la Haute 
Mixtèque avaient reçu pour la partie qui confine avec la vallée 
d'Oaxaca le nom de Tocuixiñuhu et, pour la zone qui, faisant suite 
à cette dernière, descendait vers le sud, le nom de Ñuñdehoui (terre 
du ciel). Enfin Ñuñuma (terre des brumes) désignait le contrefort 
occidental, c'est-à-dire la crête montagneuse connue sous le nom de 
Sierra de Putla. Ce nom de Nuñuma lui fut donné parce que la 
vapeur d'eau qui s'élève du Pacifique vient s'y fixer en formant des 
brouillards. 



I 
TOPONYMIE 

Les dénominations géographiques du Mixtécapan, telles qu'elles 
sont encore usitées, sont pour la plupart d'origine nahuatle, du 
moins en ce qui concerne les localités un peu importantes. Cette 
sqbstitution d'une langue étrangère à celle couramment encore 
parlée dans le pays pour la désignation des localités peut trouver 
son explication dans les événements de diverses époques. D'abord, 
le commerce florissant, établi depuis une époque sans doute reculée, 
entre les Mixtees et les populations civilisées des différentes parties 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 19 

du Mexique. Ensuite, plusieurs guerres ayant été engagées avec les 
puissants souverains de la vallée de Mexico, les Mixtees, sans avoir 
été complètement vaincus et asservis, durent néanmoins subir des 
relations continuelles avec les Aztecs pour le règlement des tributs. 
Enfin l'arrivée des Espagnols et surtout l'établissement des mis- 
sionnaires fit prévaloir la nomenclature nahuatle, larjuelle, quoi- 
qu'un peu altérée, s'est maintenue jusqu'à nos jours. Toutefois, les 
anciennes dénominations en langue mixtèque ne sont pas perdues : 
elles sont demeurées quelque peu courantes parmi les indigènes, 
qui, tout en adoptant les us et coutumes espagnols, ont su conser- 
ver leur langue, ainsi qu'une grande partie de leur ancien caractère 
national. 

La dénomination des petites localités dont le nom mixtèque n'a 
pas été changé offre quatre affixes qui reviennent fréquemment 
dans la composition des mots, ce sont : 

{^ Yodo ou Yoso^ plateau, plaine (Yodocono, Yodohino, Yodo- 
yuxi, Yodañaña, Yosocani, Yosocuta) ; 

2^ Yuca ou YoucoUy montagne (Yucuane, Yucucuy, Yucuyachi, 
Yucutandua, Yucutindo, Yucuxaco) ; 

3® Yfi/a, Yusa ou Youta, rivière (Yutachi, Yutacoyo, Yutandu, 
Yutanduchi, Yutatiana, Yuteche) ; 

4^ Ñuhu ou gnohoa^ terre, village (ñuñu, ñuñuma, ñuxaa, 
ñuxaño, ñuxini, ñudiche, ñundeya, Yucuñuftu). 

Le P. Antonio de los Reyes donne, dans sa grammaire, une liste 
en náhuatl et en mixtèque des principales localités dn Mixtécapan. 
Avant de reproduire cette liste, je citerai dans les deux langues 
quelques etymologies qu'il m'a été possible de retrouver, sur la 
toj. nymie de certaines localités. Elles montreront que, assez sou- 
vent, comme le remarquent quelques historiens, la substitution du 
mot náhuatl au mixtèque s'est faite par simple traduction r 

Achiutla. Ñundecu ou Ñ^dico. Náhuatl: achio, fréquent; oztli, 
grotte ; tlan, localité ; localité de la grotte fréquentée. Mixtèque: 
ñuñu, village ; dico, pulvérisé. — Aponía. Yutainoho. Náhuatl : 
atl, eau ; poloa, faire de la boue. Mixtèque : Yuta, rivière ; tnoho, 
seigneur. — Adeques. Duluche. Náhuatl : adeques, commence- 
ment; tète, sommet. Mixtèque : tindui, sommet; luchi, petit. — 
Amoltepec. Yucùmama. Náhuatl : amolli^ savon ; tepeti, montagne. 
Mixtèque : yucu, montagne ; mama, savon. — Atoyac. Yuiacano. 



Digitized by 



Google 



20 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTëS DE PARIS 

Náhuatl: atoyac, rivière. Mixtèque : Yuta, rivière : canu, grande. 
— Amusgos. Ñuñuma. Náhuatl : amoxtii, papierd'agave ; co, loca- 
lité. Mixtèque : ñu, de ñqhu, village ; ñama, totomaxtle ou feuille 
qui enveloppe Tépi de maïs. 

Chicahuaxtepec. Yucacahua. Náhuatl : chicahuatl, fort, fortifié ; 
tepetl, montagne. Mixtèque: j^ucu, montagne; cahua, grotte. — 
Chacaltongo, Ñuñdeya, Náhuatl : ehacalli, écrevisse; tontli, dimi- 
nutif; co, localité. Mixtèque : ñuhu, village; ndeya, nombreux. — 
Ckachoapam. Yulañañi. Náhuatl: chalonia, mettre la zizanie; 
choca, pleurer; apam, rivière. Mixtèque: Yuta, rivière; ñuni, 
frère. — Coixtlahuaca. Yodocoo. Náhuatl : coati, serpent ; ixtla- 
huacan, plateau. Mixtèque : yodo, plateau; coo, serpent. (La popu- 
lation de cette ville élait en partie popoloco. Ces Indiens donnaient 
à Coixtlahuaca le nom de Yuguinche qui a la même signification 
qu*en náhuatl et en mixtèque.) — Cuilapan ou Coyolapan. Saha- 
yuco. Náhuatl : cuUoa, peindre ; ou coyotl, coyote ; apam, rivière. 
Mixtèque: saha, en bas, au pied ; yucu, montagne. 

Etlalongo. Yucunduchi. Náhuatl : etl, haricot; tontli, diminutif; 
co, localité. Mixtèque : yucu, montagne ; n'duchi, haricot. 

Huajuapan. Nudzaï ou Ñudee, Náhuatl : huaxim, « leucena 
esculenta » ; o, de otli, chemin ; apam, rivière ; oatl, source. Mix- 
tèque : ñuhu, village ; dee, valeureux. — Huajolotipac. Teyudicolo. 
Náhuatl : huexolotl, dindon ; ipac, sur, au-dessus, jusqu'à. Mix- 
tèque : teyu, ravin ; dicolo, dindon. — Huaœolotitlan^ Huacuchi, 
Náhuatl : huexolotl, dindon; tlan, localité. Mixtèque : hua, bien, 
bon; cuchi, mur. — Huiziepec, Yucuihu. Náhuatl : huitztl, épine; 
tepetl, montagne. Mixtèque: yucu, montagne? iñu, épine. 

Ixcailan. Yosoopche. Náhuatl: ixcatl, coton: tlan, localité 
Mixtèque : yoso, plateau ; cache^ coton. 

Jaltepetongo. Itun nufi. Náhuatl : xalli, sable ponceux ; tepetl, 
montagne; co, localité. Mixtèque: itun, monticule; nuti, sable. — 
Jicayan^ Nuchicua, Náhuatl : xicalli, jicara ; yan, localité. Mix- 
tèque : nuhu, terre; chicua, fruit de mamey. — Jamiltepec. 
Casando. Náhuatl t xamilli, adobe; tepetl, montagne^ Mixtèque : 
casan, maison ; duo, adobe. 

Mitlatongo. Ahdayas. Náhuatl: mitlan, enfer ; tontli, diminutif ; 
co, localité. Mixtèque : Andayas, enfer (ce nom semble avoir été 
donné à cause d'une grotte d'où sort une poussée d'air). 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A L*ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 21 

NochUtlan, Nuataco ou Nunduco. Náhuatl : nochestli, coche- 
nille; tlan, localité. Mixtèque : ñuhu, terre; atoco, vers; n'duco, 
cochenille. 

Ometepec. Yucuvui. Náhuatl : orne, deux ; tepec, montagne. 
Mixtèque ; yucu, montagne ; vui, deux. 

Pozotitlan. Itundujia. Náhuatl: pozonallo, écumant, mousseux; 
titlan, localité. Mixtèque : itun, colline ; dujia, « pozole ». — Pulla, 
ou Podían. Ñucaa. Náhuatl : poctli, brume ; tlan, localité. Mix- 
tèque : ñuhu, terre; Ccia, ocre. — Pinoíepa. Dooyu. Náhuatl : 
pinolli, poussière; tepetl, montagne ; pan, localité. Mixtèque : duvo, 
adobe; yu, pierre. 

Tlajiaco ou Tlachquiaucho. N'dijiñu ou Ñdiflu, Náhuatl : tlacho, 
jeu de pelote ; quiahuitl, endroit phmté d'arbres. Mixtèque : 
ñ'dijinu, panorama, point de vue. — Teqnistepec. Yucununa. 
Náhuatl : tequisquitl, salpêtre; tepec, montagne. Mixtèque: yucii, 
montagne ; ñuüa, salpêtre. 

Yuquila. Excuhue. Náhuatl : xiuh. chose belle; quilitl, ama- 
ranthe; tlan, localité. Mixtèque : escu, amaranthe; hue, teint, 
peint. 

Voici maintenant la liste des localités, avec la correspondance 
des noms en Náhuatl et en Mixtèque, d'après Touvrage du père 
Antonio de los Reyes : 



1® Haute Mixtèque, 



Náhuatl. 


Mixtèque, 


Vanhuillan 


Yodzocahi 


Chachuapa 


Yuta nani 


Cuy o tepec 


Yucu nana 


Tiltepec 


Yucuinoo 


Tepozcolula 


Yucundaa 


Tlajiaco 


N'dijifîu 


Chicahuaxtia 


Tnut nono 


Cuiquila 


Ñuu cuine 


Ocotepec 


Yucuite 


Coixtlahuaca 


Yodocoo 


Tequistepec 


Yucuyu 


Ycatlan 


Sidzaa ou Yosocache 



Digitized by 



Google 



22 



SOaÉTÍ DBS AMÉRICAHISTES DE PARIS 



Achiutia 


Ñundecu 


Malinaltepec 


Yucuane 


Tlatlaltepec 


Yucuquesi 


Aiayac 


Teyta 


Tlaltzultepec 


Yucucuihi 


Chalca tongo 


Nundaya 


Amoltepec 


Yucunama 


Yololepec 


Yucuñeni 


Atlallanca 


Ñunquaba 


Apoala 


Yutatnoho 


Quautla 


Dzandaya 


Chicahuaxlepec 


Yucacadza 


Nocbîstlau 


Ñqatoco ou Ñunduco 


Quautlilla 


Yucundec 


Etlatongo 


Yucunduchi 


Tilan tongo 


Nuntnoo 


Mitlatongo 


Dzandaya ou Andayas 


Patlaixtlahtmca 


Yodzocono 


Tejupa 


Ñundaa 


Tzoyaltepec 


Añuu 


Tonaltepec 


Yucundij 


Tamazulapa 


Tequevui 


Tuctla 


Yucuyaa ou Ñuuhuia 


Teotzaqualco 


Chiyocanu 


Tzenzontepec 


Yucucetuvi 


Penóles et Elotepec 


Yucundedzi 


Mixtepec 


Yadzoñuu, huico 



2^ Basse Mixtèque. 



Tonala 

Atoyac 

Iqualtepec 

Tlapauala 

Silacayoapam 

Tlapalcinco 

Justlahuaca 

Tecomantlahuaca 

Tlacotepec 

Ycpactepec 

Tezoatlan 

Huajuapan 



Ñuu nine 

Yntacanu 

Yucunicana 

Ytnundahua 

Ñunduyu 

Yutanaha 

Yodzocuiya 

Yodzo Yaha 

Yucucuanu 

Yucunuyu 

Nusiya 

Ñundzaí ou Ñudee 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 23 



Chila 


Toayui 


Yxitlan 


Ñuusaha 


Cuyotepec 


Ñuuñaña 


Miltepec 


Diahaaduyua 


Camoilan 


^undihi 


Xochitepetongo 


Aytíu 


Guajolotitlan 


Yuhuacuchí 


Tequistepec 


YucMj^daye 


Chazumba 


Yodzoâuqueude 


Guapanapa 


Tiiuiiuiio 


Capotitlan 


Cthiyayadza 


Acatepec 


Yucuinuyo 


Petiacingo 


J^Iubujuyiii 


Acatlan 


Yv.iadisaha 


Piaxtla 


Sa.banuhucu 


Chianila 


ÑMJbu^uende 


Tlapa 


Yiitaqdayu 


Alcusauca 


Yiiiaqus^ 



3^ Mixtèque de h côte. 



Putla • 


Nucaa 


Cacatepec 


Yucusatuta 


Amusgos primeros 


Yudzotaca 


Amusgos secundos 


Yodzocosa 


Xicayan del padre nieto 


Ñuhusiquaha 


Xicayan de Tobac 


Ñuhudzahui 


Ometepec 


Yucuvui 


Ygualapa 


Yutañeni 


Totoltepec 


Yucudzaa 


Pinotepa 


Dooyu 



1. I^ père AntOQJo de Jos Reyes place Pulla dans la MUtèque de la côte, 
quoique cette ville soit considérée par d'autres auteurs comme appartenant au 
royaume de Tilantongo, c'est-à-dire à la Haute Mixtèque. 



Digitized by 



Google 



24 SOCIÉTÉ DES AMÉRiCANlSTES DE PARIS 

II 

OROGRAPHIE ET HYDROGRAPHIE 

Dans sa presque lolalilé, le Mixlécapan consiste en un rameau 
de la Sierra Madre de Oaxaca, qui, se trouvant séparé du reste du 
soulèvement par de profondes vallées, vient constituer un massif 
indépendant. Ce massif montagneux, dont la Haute Mixtèque peut 
être considérée comme le centre ou le point culminant, oflFre dans 
cette région l'aspect d'une contrée des plus mouvementées. Par- 
tout le sol se montre fort accidenté. Ce ne sont que successions 
d'escarpements et de plateaux, souvent bordés de précipices, limi- 
tant de profondes barrancas par lesquelles se déversent, à la saison 
des pluies, d'impétueux torrents qui viennent alimenter les cours 
d'eau de la zone plus plane des vallées. 

Les grandes rides montagneuses de la Hante Mixtèque, dont les 
pics les plus importants portent, en général, les noms des localités 
auprès desquelles ils se dressent, sont : les sierrasde Itundujia, 
Chicahuaxtla, Juxtlahuaca, Nochisllan, Teposcolula, Putla, etc. 
Dans les parties basses du Mixtécapan, les chaînes de montagnes 
qui prennent naissance, pour la plupart, au massif central, sont 
beaucoup moms rapprochées. Elles déterminent de larges vallées, 
où s'échelonnent les centres populeux de la Basse Mixtèque et de la 
Mixtèque de la côte. Ces sierras, en général, comme celles du mas- 
sif central, n'excèdent guère une hauteur de 2.500 mètres; Elles 
n'ont d'autre désignation que celle qu'elles empruntent aux locali- 
tés voisines. Ce sont, du nord au sud, les chaînons ou sierras des 
districts de Juquila, Jamiltepec, Ometepec, Morelos, Huajuapan, 
Coixtlahuaca, Teotitlan. 

C'est grâce, en partie, à la configuration orographique de leur 
pays, que les Mixtees ont pu conserver encore jusqu'à nos jours 
quelque chose de la physionomie native. Car, au début de leur 
civilisation, rencontrant un sol naturellement défendu, ils purent 
donner libre cours, sans inquiétude, à leur organisation et à leur 
activité et, par là, arriver rapidement à constituer une nation puis- 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTUDC GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 2S 

santé qui, quoique à la fin vaincue par les Aztecs, garda certains 
traits d'autonomie jusqu'à l'arrivée des Espagnols. Ces derniers, ne 
rencontrant là qu'une région peu accessible et peu apte à leur 
fournir les richesses qu'ils cherchaient avant tout, ne s'y établirent 
pas et laissèrent cette province presque uniquement sous l'adminis- 
tration des missionnaires. 

Le territoire mixtèque est situé en partie sur la ligne de partage 
des eaux qui vont au golfe du Mexique et à l'océan Pacifique. Mais 
ce qui s*en développe sur le versant Atlantique, ne comprend, corn- 
paralivement à l'autre versant, qu'une très faible superficie. Le 
réseau hydrographique du versant Atlantique qui fournit son apport 
aux affluents du rio Papaloapam est représenté, au nord, par les 
ravins et les rivières, à sec une grande partie de l'année, qui 
affluent au rio Tehuacan et, au sud, par les torrents des conlreforts 
occidentaux de la Haute Mixtèque, qui viennent, à la saison des 
pluies, grossir considérablement les eaux du rio de las Vueltas^ 
lequel, après une course des plus tortueuses dans la profonde cañada 
de los €ues s'unit au rio de Tehuacan et au rio Grande de Ixtlan^ 
pour former le rio de QuiotepeCy un des plus importants affluents 
du Papaloapam. 

La ligne de démarcation des deux versants cotirt, à peu de 
chose près, en ligne droite du nord au sud-est, depuis le village 
de Caltepec jusqu'à la sierra de Huizo, auprès du village de San 
Sebaslian de las Sedas. C'est une petite localité, aujourd'hui sans 
importance, mais qui, topographiquement, présente cet intérêt, 
d'être le point où le rio Atoyac oaxaqueño prend naissance et d'où 
de l'est à l'ouest, part une nouvelle ligne qui vient séparer dans la 
région élevée de la Haute Mixtèque les bassins des deux grands 
cours d'eau qui se dirigent vers le Pacifique. 

Quant au versant Pacifique, indépendamment du rio de Omelepec 
et de quelques rivières de peu d'importance qui arrosent la 
Mixtèque de la côle, la contrée se partage en deux grands bassins 
hydrographiques dont la ligne de séparation décrit dans le centre 
de la Haute Mixtèque, en partant de Las Sedas, une courbe ondulée 
qui passe par Nochistlan, Yanhuitlan, Teposcolula, Tlajiaco. Le 
versant occidental présente donc deux réseaux hydrographiques 
distincts, dont les eaux se jettent dans le Pacifique par des direc- 



Digitized by 



Google 



26 SOCIÉTÉ DES AMÉR1GAN18TES DE PARIS 

lions diamétralement opposées, au nord par V A toy ac poblano, 
ai&uent du rio de las Balsas^ au sud par le rio Verde. 

Le réseau nord comprend le rio Tlapaneco qui prend sa source 
dans la sierra de Morelos (Guerrero), auprès d'Allamaxalcinco, et 
forme, du sud au nord, la frontière occidentale de la Basse Mix- 
tèque, et le rio Mixteco^ important cours d'eau, auquel viennent se 
joindre les rios de Mixtepec^ Justlahuaca, Teposcolula et Huajua- 
pan. Les trois premiers prennent leur source dans la Haute Mixtèque 
et le quatrième qui se réunit avec celui de Teposcolula, arrose la 
partie septentrionale du Mixtecapan. 

Le rio Verde, qui dessert le versant sud, forme, depuis Las Sedas, 
la grande vallée d'Oaxaca et reçoit, dans son cours supérieur où il 
prend le nom d^Atoyac oaxaqueño, les torrents des contreforts de 
la Haute Mixtèque. Ce n*est que beaucoup plus au sud que la plus 
grande partie des eaux du bassin méridional lui est apporté par le 
rio Peñoles. 



Ill 
HAUTE MIXTÈQUE OU ÑUDZAVIÑUHU 

La Haute Mixtèque, ce vaste plateau au sol des plus disloqués, 
est donc vraiment le réservoir hydrographique de la plus grande 
partie du Mixtecapan. 

Dans la division actuelle, cette contrée comprend les districts de 
Teposcolula, Tlajiaco, Nochisllan et partie de ceux de Juxtlahuaca. 
Etla, Alvares. Les délimitations naturelles sont : au nord, les con- 
treforts voisins de Coixtlahuaca qui représentent la partie élevée el 
le début de la zone désignée sous le nom de Tocuixiñu(lzahui\ à 
Test, la profonde gorge au fond de laquelle coule le rio de las 
Vueltas et les contreforts limitrophes du pays des Zapotèques ; au 
sud les prolongements de ces mêmes contreforts, d'où le rio 
Peñoles ou de Guanana vient se jeter dans le rio Verde ; à Test par 
les versants occidentaux des sierras de Putla et de Juxtlahuaca. 

La tradition place sur la Haute Mixtèque le berceau de la civili- 
sation nationale, étendue, plus tard, à tout le pays et parvenue à 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÍTUOE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 27 

un haut degré de prospérité. Deux localités sont indiquées comme 
ayant été le point de départ de Témigration qui colonisa le pays, 
AposUa et Achiulla. Les colonies s'accrurent et formèrent des centres 
urbains qui, quoique réduits aujourd'hui à de simples villages , 
n'en constituèrent pas moins, lors de la conquête européenne, des 
villes florissantes. Nous nous arrêterons aux principales. D'abord, 
Apoala et Achiutla que nous venons de nommer. 

Apoala (Santiago) n'est plus aujourd'hui qu'une petite bourgade 
de 800 habitants, située à une altitude de t. 600 mètres, dans un 
ravin formé par trois chaînons dépendant de la sierra de Nochistlan. 
Les crêtes de ces chaînons offrent un certain nombre de pics qui 
portent les noms de Huautla, Nodon, Jaltepetongo, Apasco, 
Chicahua, et la Peña colorada dont la hauteur atteint 2.900 mètres. 
Le village est traversé par une rivière torrentueuse qui prend sa 
source dans une grotte nommée Yuviyucuman (grotte profonde). 
Cette grotte célèbre, aux époques précolombiennes, par les pèleri- 
nages qui y avaient lieu, se trouve sur la montagne Yucuman 
(montagne profonde). La rivière, désignée aujourd'hui sous le nom 
de rio de Apoala, se précipite après de nombreux rapides dans le rio 
de las Vueltas, auprès de Tomelin, après avoir traversé un étroit et 
pittoresque canon de 250 mètres de profondeur. 

Ce qui a fait localiser le lieu d'origine de la nation mixtèque 
à Apoala, c'est son nom mixtèque Yutatnoho ou Yuiatnuhu^ tra- 
duit dans les auteurs par rivière d'où sortirent les seigneurs, la race, 
la lignée. Apoala, toujours suivant la tradition, devait sa fondation à 
une famille venue d'un point qui plus tard se nomma Tilantongo. 
Cette famille s'étant accrue considérablement, se dispersa ensuite 
pour coloniser le reste du pays. Dans la division politique actuelle, 
Apoala appartient au district de Nochistlan. 

Achiutla ou Achutia (Achioztlan) est représenté aujourd'hui 
par deux villages situés à peu de dislance l'un de Tautre, San Juan 
Achiutla et San Miguel Achiutla, dont la population totale arrive 
à peine à i.800 individus. L'altitude moyenne prise entre les deux 
villages est de 1.800 mètres. La ville ancienne était placée au nord 
du village de San Miguel, sur le plateau où s'élève aujourd'hui l'église. 
Avant la conquête, la population atteignait 14.000 habitants, mais 
elle se trouva considérablement réduite à la suite d'une épidémie 
de « mazahuatl ». Établie au centre de la Haute Mixtèque, Achiutla 



Digitized by 



Google 



28 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

était la résidence du chef qui gouvernait le Mixtécapan. Après la 
scisdion qui divisa le pays en trois principautés, cette ville resta 
le centre spirituel où résidait le taysRcca ou chef religieux. Le 
temple était fameux. On y venait, de toutes parts, pour rendre 
hommage à une divinité considérée comme une personnification de 
Quetzalcoatl. C*était une émeraude de grande dimension sur 
laquelle se liouvaient gravés un oiseau et un serpent. Ce joyau 
excita Tadmiralion des Espagnols par la perfection et le fini de son 
travail; il fut déiruit par les missionnaires *. 

Auprès de Tancienne ville s'ouvre une grotte, Tentrée présumée 
d'un souterrain qui communiquait avec le village de San Juan et 
par lequel, eu temps de guerre, on pouvait aller de Tun à l'autre 
des deux villages. 

Le nom náhuatl d'AchiutIa parait lui venir de celte grotte. En 
le décomposant, on y trouve, en effet : Achio fréquemment, ozlli 
grotte, tlan localité (localité de la groUe fréquentée) ou Atl eau, 
chipimi goutter, oili route, tlnn localité (endroit des routes où 
suinte l'eau). Quant au nom mixtèque Ñdico; il signifie pulvérisé. 
Ce nom aurait été donné au nouveau village, à cause de l'émeraude 
vénérée que les missionnaires avaient réduite en poudre. 

La situation géographique, la splendeur et l'importance religieuse 
d' Achiutla sont probablement les causes qui l'ont fait considérer 
comme le lieu d'origine de la nation mixtèque. Jusqu'à présent, 
on n'a pas d'ailleurs de renseignements précis qui puissent prou ver 
sa priorité sur Apoala. Quelques auteurs plus récents ont cru, sans 
plus de fondement, devoir placer ce lieu d'origine à Tilantongo ou 
à Sosola. Achiutla est situe dans le district de Tlajiaco. 

Nochistlan ou Nocheztlan (Santa Maria Asuncion), petite ville 
encore aujourd'hui d'une certaine importance par sa situation 
géographique et politique, est le chef-lieu du district auquel elle 
donnesbnnom. Elle s'étend sur un plateaude 1.700 mètres d'altitude. 
Leclimîit, parsuile d'une exposition aux vents, est froid. La popula- 
tions'élèveà 2.400 habitants. Au tempsde la splendeur des Mixtees, 

1. Le renom de la divinité que symbolisait celle émeraude était si répandu 
dans tout le Mexique, que Moclezuma, lorsqu'il apprit Karri vée des Espagnols, 
envoya immédiatement au souverain mixtèque des émissaires chargés de riches 
présents, afín qu'en son nom on fit faire des sacrifices et que Ton consultât' 
ridule au sujet des étrangers. 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTUDË GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 29 

Nochistlan était le principal centre commercial du Mixtécapan. De 
là Ton expédiait la cochenille dans les pays civilisés les plus 
éloignés. Le souverain d'Achiutla se servait de ses voyageurs com- 
merçants comme de diplomates et d'émissaires pour sa politique. 
L'ancienne ville, dont il existe encore les ruines, connues sous le nom 
de Pueblo viejo^ se dressait sur une hauteur à proximité du plateau 
où fut bâtie la cité moderne. 

Yanhuitlan (Santo Domingo) avait, à peu de chose près, la même 
importance religieuse qu'Achiutla. Elle possédait, comme cette der- 
nière ville, une grotte ou temple souterrain fameux, où résidait un des 
grands chefs religieux. Les vieillards et les femmes qui, à cause de 
leur faiblesse, ne pouvaient gravir les pentes escarpées de la mon- 
tagne d*Achiutla, venaient apporter leurs offrandes à ce temple. 
Comme Nochistlan, Yanhuitlan était un grand centre commercial 
d'où Ton exportait les graines et les fruits jusqu'au Guatemala. 

Après la conquête espagnole, les religieux dominicains y instal- 
lèrent leur premier couvent. A cette époque, c'était une ville bien 
peuplée, dont la population s'élevait, selon Burgoa, à 12.000 
familles. Aujourd'hui elle n'est plus représentée que par un simple 
village d'un millier d'habitants. Yanhuitlan, qui se trouve à une 
altitude de 1 .790 mètres, est situé dansle district de Teposcolula, sur 
la ligne de partage des eaux des versants nord et sud du Paci- 
fique. 

Tilantongo (Santiago ) était la principale résidence des souve- 
rains du Mixtécapan, ce qui fit donner à la Haute Mixtèque le nom 
de royaume de Tilantongo. Cette ville, située à une altitude de 
i .740 mètres, à peu prèsà égale distance d' Achiutla et de Yanhuitlan , 
est aujourd'hui complètement déchue de son antique splendeur; 
ce n'est plus qu'un simple village de 900 habitants du district de 
Nochistlan. 

Chalcatongo (Santa Maria) gardait la nécropole des monarques de 
Tilantongo et des pontifes d' Achiutla. Cette nécropole, où les corps 
momifiés étaient conservés dans des loges creusées à même le roc, 
consistait une grotte profonde des environs. La grotte renfermait 
encore les archives de la nation et une foule d'objets précieux que 
l'on voulait dérober aux regards du vulgaire. L'entrée était, sous 
peine de mort, interdite au peuple; les prêtres seuls pouvaient y 



Digitized by 



Google 



30 SOCIÉTÉ DES AMÉRICÀNISTES DE PARIS 

pénétrer. Ghalcalongo, aujourd'hui, n'est plus qu'un bourg de 
2.500 habitants, appartenant au district de Tlajiaco, 

Après ces six principales villes qui représentent les grands centres 
d'évolution et d'activité des habitants de la Haute Mixtèque, on 
en comptait un certain nombre qui ont aussi joué un rôle très 
important jusqu'à l'arrivée des Espagnols, tant au point de vue 
religieux ou commercial qu'au point de vue des guerres et des 
luttes que les Mixtees eurent à soutenir contre les Zapotees, ou 
contre les souverains de Mexico. Tels sont: Tecomaxllahuaca où, 
du haut d'une montagne, on sacrifiait et précipitait les prisonniers 
de guerre ; Chicahuaxtla^ situé sur la sierra de ce nom, avec de 
nombreuses grottes, parmi lesquelles une tout spécialement servai 
de temple souterrain; Tlajiaco et Teposcolula^ villes ayant 
conservé en partie leur importance et devenues aujourd'hui, au 
même titre que Nochistlan, chefs-lieux des districts auxquels elles 
donnent leur nom. 

Les villes situées sur le sommet des escarpements qui bordent 
la Haute Mixtèque étaient, pour la plupart, des places fortes qui 
défendaient les routes donnant accès au plateau central, telles 
étaient : Sosola ou Tzoizolan^ cité bien défendue par la nature. 
Les deux rivières qui l'entourent ont découpé de hautes berges à 
pic, la protégeant et l'isolant de tous côtés, sauf en un étroit pas- 
sage qui servait d'entrée. De cette conformation lui vient très pro- 
bablement sa dénomination nahuatle (/zo/zo/ coupure, blessure, í¿d/i 
localité) . Sosola fut en quelque sorte la porte de la Haute Mixtèque* 
La caàadaqui^ de la vallée du rio de las Vueltas, y conduisait, ren- 
dait facile l'accès des hauteurs du plateau central. A l'époque des 
guerres avec les Aztecs, la ville fut le théâtre de sanglantes batailles 
et, à l'arrivée des Espagnols, cefutpar celte route que la première 
expédition de reconnaissance envoyée par Fernand Gortez pénétra 
dans la Haute Mixtèque. Aujourd'hui Sosola n'est plus représenté 
que par les trois villages de San Geromino, San Juan et San Mateo, 
dont le chiffre de la population atteint à peine un millier d'habi- 
tants. 

Almoloyas (S^*^ Maria) se trouve placé sur le versant oriental de 
la crête montagneuse de Jaltepetongo, Apaxcoet Apoala. Aux flancs 
de cette sierra, à partir d'une hauteur de 2.000 mètres et 
à proximité de la ville, se trouve toute une série de promontoires 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A L*ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU BTEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 31 

étages les uns au-dessus des autres, dépendant des versants de 
deux montagnes désignées en langue mixièque sous les noms 
de Cahuaxandu et Cahuanducuayo. Ces promontoires, bordés 
de précipices, donnent à la localité un caractère de pittoresque 
vraiment grandiose. A une époque ancienne, les habitants 
d'Almioloyas, voyant le peu de ressources que leur territoire 
pouvait leur fournir, résolurent de s'annexer les fertiles terrains 
appartenant à leurs voisins les Cuicatecs, ce pourquoi ils s'allièrent 
aux habitants de Yanhuitlan, et moyennant une certaine redevance 
annuelle, ces derniers, très nombreux, les aidèrent à envahir et à 
soumettre toute une grande étendue de terrain jusqu'à la sierra de 
Teotitlan. Cette conquête assura la splendeur d'Almoloyas et les 
Cuicatecs. demeurèrent sous la domination mixtèque jusqu'aux 
guerres avec Ahuitzotl et Mocteuzoma. Almoloyas et Sosola furent 
les deux villes frontières les plus importantes de la souveraineté de 
Tilanlongo. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'un modeste village du dis- 
trict de Nochistlan, de 300 habitants, situé à une altitude de 1.800 
mètres. Sur la frontière occidentale de la Haute Mixtèque, on voyait 
Putla ou Poctlarij ville dont la position géographique joua, dans les 
rapports entre la Haute Mixtèque et la Mixtèque de la côte, un 
rôle d'une certaine importance. Elle avait un marché fameux dont 
les ruines subsistent encore. La présence de ce marché marqua une 
époque dans révolution du Mixtécapan. Il donnait lieu annuel- 
lement à une fête de plusieurs jours à laquelle les habitants du 
royaume de Tilantongo et ceux de la principauté de Tututepec 
venaient concourir en apportant les produits de leurs territoires. 
L'institution de cette fête fut le prélexte d'un conflit entre les 
deux principautés. Jusqu alors, elles avaient été unies dans une 
sorte de fédération. De cette fédération, la Haute Mixtèque avait, 
d'abord, eu la direction. Puis, le souverain de Tilantongo en avait 
été frustré au profit du prince de Tututepec. La victoire de te der- 
nier consacra la vassalité de la Haute Mixtèque dont les habi- 
tants durent apporter leur tribut annuel à la fête dont je viens de 
parler. Le prince suzerain y assistait en personne dans un édifice 
construit pour lui sur la place du marché. 

Cette exigence finit par exaspérer les habitants de la Haut 
Mixtèque. Ils s'entendirent ppur secouer un despotisme oppresseur ; 
ils se réfugièrent donc dans les montagnes escarpées des environs 



Digitized by 



Google 



32 SOCIÉTÉ Des AMÉRICAiMSTES DE PARIS 

et y établirent des fortifications capables de soutenir un long 
siège. Les Mixtees de la côte tentèrent vainement de les déloger 
de oes positions si bien choisies. Après une lutte acharnée qui, de 
part et d'autre, fit de nombreux morts, les belligérants, pour ne 
pas s'épuiser inutilement, résolurent, tout en conservant leur auto- 
nomie réciproque, de faire la paix et de conclure, sur le pied d'éga- 
lité, une alliance pour leurs entreprises commerciales et politiques 
et la défense du pays. 

Putia est situé à une altitude de 1.280 mètres. Le climat, par 
suite de Texposition, est chaud et humide. Le nom de PutIa 
ou Poctlan signifie, en náhuatl, terre des brumes on fumées 
[Poclli, nuage, brume, fumée). Le nom mixtèque signifie terre 
ocreuse [Cna ocre, tezontle). Ce nom a été substitué à celui de 
Nuñuma (même signification que Poctlan), étendu lui-même à toute 
la sierra des environs, à cause des brumes qui viennent journelle- 
ment s'y fixer et semblent une fumée. 

Putla n'est plus aujourd'hui qu'un bourg d'un millier d'habi- 
tants, n'ayant guère d'autre intérêt que d'être un endroit central 
par où passent les voies de communication entre les hauteurs et la 
côte. Dans la sierra, où ce village subsiste, les indigènes ont con- 
servé presque intacte leur antique manière de vivre. 

Deux autres villes frontières, quoique placées en dehors des 
limites de la Haute Mixtèque et appartenant au territoire zapo- 
tèque, peuvent être considérées suivant la tradition comme d'ori- 
gine mixtèque. Ce soni H u izo et Cuihpa, Huizo (San Pablo} ou 
Guajolotitlan^ point stratégique de premier ordre à Tépoque des 
guerres que les Mixtees eurent à soutenir avec les Aztecs et les 
Zapotees, leurs voisins, s'étend sur la sierra qui porte le même 
nom. De sa position l'on commandait la profonde vallée du rio 
de las Vueltas et la vallée d'Oaxaca, à peu de distance de la Cañada 
de Sosola, laquelle accédait à la Haute Mixtèque. 

Les Zapotees étant parvenus à s'en emparer, y établirent une 
garnison pour contenir les incursions des Mixtees sur leurs terres. 
Ultérieurement les Azteos, afin de dominer le pays mixtéco-zapo- 
tèque et de faciliter les rapports avec leurs vastes colonies du 
Soconusco et du Guatemala, s'en rendirent maîtres. 

On l'a vu d'autre part : de la sierra de Huizo partent les lignes 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A L*ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 33 

de hauteurs qui séparent les trois grands bassins hydrographiques 
du Mixtécapan. 

Huizo, appelé par les Zapotees Huitzazoo^ c'est-à-dire réunion 
de guerriers (nom qui fut changé en celui de Guajolotitlan après 
la conquête du monarque aztèque Ahuitzotl), est aujourd'hui une 
bourgade de 2.000 habitants à Taltitude de 1.700 mètres, dans le 
district d'Etla. 

Cuilapa, Cuiloapam ou Coyolapam (Santiago), ville forte aujour- 
d'hui de 3.434 habitants, appartient au district central d'Oaxaca 
et se trouve à une altitude de 1.656 mètres. Ce fut, à une certaine 
époque, le point le plus avancé des Mixtees dans la vallée d'Oaxaca 
et la rivale de Zaachila, capitale zapotèque ^ 

On ne connaît guère l'histoire de Cuilapa. Néanmoins on pense 
que son origine fut mixtèque. A l'arrivée des Espagnols et au 
moment de l'alliance des Zapotees et des Mixtees contre l'invasion 
aztèque, Cuilapa parait avoir appartenu complètement aux 
domaines du souverain zapotèque de Zaachila, quoique sa popula- 
tion fût restée en grande partie mixtèque. Il y existait, selon la tra- 
dition, une grotte servant d'entrée à un souterrain qui conduisait à 
Monte Alban. Il servait au gouverneur de la ville à se rendre à la 
célèbre forteresse, lorsqu'il ne voulait pas être vu de ses sujets. 

En résumé, la Haute Mixtèque fut le lieu d'origine et le centre 
de l'expansion mixtèque ; ce fut toujours la partie la plus peuplée; 
du Mixtécapan. 

Aujourd'hui encore, le type, considéré comme celui de l'ancienne 
population, type d'ailleurs assez métissé, est encore bien repré- 
senté. Si la population autochtone est moins agglomérée dans les 
grands centres, elle se trouve, par contre, disséminée dans un grand 
nombre de petits villages, dont la majeure partie conserve encore 
sa dénomination mixtèque. 

Moins riche en métaux précieux que la Mixtèque de la côte, la 
Haute Mixtèque, pays en général froid, se rattrapait par son acti- 

1. Dans un manuscrit d'Augustin Salazar daté de 1580, cité par Orozco y 
Berra {Geografía de las lenguas de Mexico), il est dit que les habitanls de Cui- 
lapa furent en guerre avec ceux de Teozapotlan ou Zaachila et que, vainqueurs 
et maîtres de la vallée de Oaxaca, ils obligèrent les villes de Mitia et Tetipac à 
leur payer tribut. 

Société des ÁmiricMnities de Paris. 3 



Digitized by 



Google 



34 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

vité dans Tindustrie, les arts et le commerce. Elle possédait, 
cependant, certains centres aurifères. 

Ainsi Moctezuma ayant dit à Cortés qu'une partie de Tor qui 
lui était payé comme tribut par les Mixtees venait de Sosola, le 
Conquistador envoya une expédition pour juger de la richesse dont 
le puissant monarque de Tenochtitlan lui avait parlé. 

Comme la route, depuis la dernière guerre aztéco-mixtèque, était 
ouverte jusqu'à la vallée de Oaxaca et garnie de troupes envoyées 
de Mexico, les Espagnols purent parvenir facilement jusqu'à la 
sierra de Huizo et voir les mines de Sosola. Ils revinrent à 
Mexico, non seulement avec Tor recueilli, mais aussi avec l'impor- 
tante notion que ces endroits étaient très peuplés, que les habitants, 
en général, étaient mieux vêtus que les Mexicains, qu'ils possé- 
daient des maisons bien faites et en meilleure pierre qu'en aucun 
endroit jusqu'alors connu des Européens. L'expédition espagnole 
fut entièrement émerveillée des grandes villes de Sosola, Tamasu- 
lapa, Yanhuitlan, Achiutla, etc. 



IV 
BASSE MIXTÈQUE OU ÑUÑINE 

La Basse Mixtèque est beaucoup moins accidentée et moins éle- 
vée que la Haute Mixtèque ; le climat, par suite, se montre plus 
chaud et plus sec, et le sol plus aride. Dans la division politique 
actuelle la Basse Mixtèque est partagée entre les trois états de 
Puebla, Oaxaca, Guerrero. 

De l'état de Puebla, elle ne comprend que le sud des districts de 
Tehuacan et d'Acatlan. C'est la partie la moins favorisée de la 
région, quant à la végétation, franchement désertique en certains 
endroits. Les cours d'eau qui irriguent la contrée sont, à l'ouest, les 
tributaires du rio de Acatlan et, à l'est, ceux du rio de Tehuacan, 
rivières souvent à sec une partie de l'année et, à cause de la nature 
calcaire de la région, circulant parfois en cours souterrain K 

1. Dans les régions à cours d'eau souterrains, les indigènes, pour se procu- 
rer Teau" nécessaire à Tagriculture, pratiquent encore aujourd'hui un système 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A L*ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 35 

De l'état de Oaxaca, la Basse Mixtèque occupe les districts de 
Huajuapan, Sylacayoopam, Coixtiahiiacan, plus une fraction à 
Touest de celui xle luxtlahuaca et à Test de celui de Teotitlan. 

Enfin, dansTétat de Guerrero, les districts de Moreloset d'Aba- 
solo, extrémité occidentale de la contrée. 

Dans Tes états actuels de Puebla et Oaxaca, la population de la 
Basse Mixtèque était en partie composée de Popolocos et de Mix- 
tees. Ces deux tribus indiennes, assez différentes, pourtant, dans 
leurs mœurs et surtout par leur langue, vivaient en harmoiijLe sous 
un même régime gouvernemental. Coixilahuaca, la capitale, 
comptait une population mélangée et Nodon^ ville située ji peu 
de distance de cette dernière, était habitée excluisivement pv des 
Popolocos. 

Après les guerres avec les Aztecs, la Basse Mixtèque, à peu près 
complètement soumise à la domination du puissant empire de 
Mexico, fut divisée en deux provinces par les conquérants : la par- 
tie nord de la population mixte, qui correspondait à la division 
politique actuelle Oaxaca-Puebla, constitua le Coixtlahuacan, et la 
partie occidentale, appartenant à Oaxaca-Guerrero, devint la pro- 
vince de Xicayan. 

Antérieurement, à l'époque de la complète indépendance du 
Mixtécapan, la Basse Mixtèque avait toujours dépendu du royaume 
de Tilantongo qui nommait le gouverneur de cette province. Le 
dernier gouverneur mixtèque fut Alonillzin, sous le règne duquel 
éclata, à propos de difficultés entre commerçants, la guerre avec les 
monarques de Mexico et de Texcoco. Les Mixtees, vainqueurs au 
début, ne tardèrent pas à éprouver de cruels revers. Atoniltzin fut 
tué. C'est alors que le pays tomba au pouvoir des Aztecs. Ces der- 
niers donnèrent le gouvernement à un des leurs, nommé Cuau- 
xochitl. 

• 

de drainage qui rappelle les Cenotes du Yucatan. A cet eiTet, ils pratiquent jiis- 
qu*à la couche aquifère des puits généralement peu profonds, dîj^tants les uns 
des autres d^une vingtaine de mètres. Lorsque ces puits sont établis sur une cer- 
taine longueur, on les réunit par une galerie souterraine qui collecte les eaux 
d*infíltration et constitue un réservoir ou uiie conduite d'eau capable d'alimen- 
ter des canaux d'irrigation. L'entretien du système est des plus simples: il 
suffît de descendre par les puits et de débarrasser les surfaces filtrantes des 
concrétions calcaires qui les obstruent. 



Digitized by 



Google 



36 SOCIÉTÉ DES ÂMÉRICANISTBS DE PARIS 

Moins bien peuplée et moins avancée en civilisation que la Haute 
Mixtèque, la Basse Mixtèque avait néanmoins un certain nombre 
de villes importantes, mais dont Thistoire est aujourd'hui complè- 
tement perdue. 

Coixtlahuaca, la capitale et le siège du gouverneur nommé 
par le souverain de Tilantongo, à une altitude de 2.000 mètres, sur 
les contreforts de la Haute Mixtèque, peut être considérée comme 
appartenant géographiquement à cette dernière. A Tépoque de sa 
splendeur, Coixtlahuaca était une ville très commerçante où se 
concentraient tous les produits de la Basse Mixtèque. Elle occupait 
donc par ce fait un rang égal à celui de Nochistlan. 

Comme nous l'apprend le Père Duran *, son marché était très 
fréquenté par les trafiquants de tous pays, surtout ceux de la par- 
tie centrale du Mexique, Mexico, Tezcoco, Chalco, Xochimilco, 
Coyoacan, Tacuba, Azapotzalco. On y vendait des objets d'or et 
de pierres fines, des plumes précieuses, de la cochenille, du cacao, 
des tissus de toutes couleurs, fabriqués avec du coton ou du poil de 
lapin, de la poudre d'or pour les échanges, etc. 

Ce marché fut le théâtre de l'agression des Mixtees contre les 
marchands de Mexico qui déchaîna la terrible guerre, plus haut 
mentionnée, avec les Aztecs. 

Déchue de sa splendeur à Tissue de cette guçrre, Coixtlahuaca 
ne recouvra jamais qu'en partie son importance première. La domi- 
nation européenne, tout en lui conservant son rang de capitale de 
province, la fît sujette de Teposcolula. C'est, maintenant, uñe petite 
ville de 2.300 habitants, chef-lieu du district qui porte son nom. 
Les autres villes ou villages ayant eu une importance au point de 
vue historique sont : 

1^ Dans le Coixtlalhuacan, province qui s'étendait depuis la vallée 
du rioTehuacan jusqu'aux environs de celle du rio Tlapaneco, Calte- 
pec, Chazumba, Acatlan, Piaxtla etTIalpa, villes frontières; Petla- 
cingo, Tequistepec, Chila, Miltepec, Tlamacingo, Chilislahuaca, 
Cuyotepery, Atoyac, Huajolotitlan, Jolotepec, Sahuatlan, Huajua- 
pandeLeon, Tulancingo, Silacayoapan, Tlapanecinco, Tecomaxtla- 
huaca, Ygualtepec, Tamazola, Ahuehnetlan, Juxtlahuaca, etc. 

2® Dans la province de Xicayan, à laquelle fut ajoutée, à l'époque 

1. Historia de las Indias de Nueva España^ 1. 1, ch. xxii, p. 188. 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTÜDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 37 

espagnole, une grande partie de la Mixtèque de la côte et qui 
semble avoir eu comme limite méridionale le rio Ometepec, Oli- 
nalan, Jitlutepec, Jicayan*, Huehuetono, Tlacochisllahuaca, Xochis- 
tlahuaca, Azoyu, Zacoalpa, etc. 

Cette dernière zone de la Basse Mixtèque avait, en grande partie, 
un sol moins accidenté et jouissait à peu près du même climat 
que la Mixtèque de la côte. C'était la partie la plus chaude de la 
province. 

Elle est restée célèbre par sou industrie, qui fournit encore 
aujourd'hui aux indigènes des articles d'exportation et une source 
importante de revenus. Les principaux objets fabriqués et exportés 
du pays sont en première ligne ces sortes d'écuelles ou de récipients 
connus sous le nom de « jicara » (Xicalli) ou de « jicapaxtle ^ », 
suivant leur grandeur. Ils sont fabriqués, soit avec le fruit du 
calebassier {Crecentia cajete)^ soit avec celui des nombreuses 
variétés de cucurbitacées cultivées. Ces jicaras, dont la fabrication a 
donné leur nomàla ville et à la province (Xicalli, jicara, Yan, endroit), 
sont en général revêtues à leur intérieur, pour les rendre imper- 
méables aux liquides, d'un enduit rouge ocreux, et peintes extérieu- 
rement d'ornements de couleurs assez vives. L'intérieur et l'exté- 
rieur sont vernis avec l'huile de la cochenille à graisse du Spondius 
[Coccus axin)y vernis très brillant qui peut supporter un certain 
temps l'action de Teau chaude sans se détériorer. Le bois de « lináloe » 
[Bursera delpechiana Poisson) ^ qui est très abondant dans cer- 
tains endroits el quia donné son nom au village d'Olinalan, est très 
employé dans une industrie spéciale à la région, celle des coffrets 
de différentes formes et de différentes grandeurs qui servent à par- 
fumer les objets que l'on y renferpne. Ces coffrets, afin que l'essence 
dont le bois est imprégné ne s'évapore pas trop rapidement, sont 

1. Quatre villages portent le nom de Jicayan. Ce sont: Jicayan de la munici- 
palité de Tlacoch istia huaca dans le district d'Ometepec, San Juan, San Pedro 
et Santiago dans le dislrict de Jamiltepec (Mixtèque de la côte). 

2. Les jicapaxties, encore plus ornés que les jicaras, sont fabriqués avec les 
fruits de ces grandes cucurbitacées, dont le diamètre peut atteindre 50 centi- 
mètres. Ils sont tout spécialement expédiés à Tehuantepec, où les jeunes 
Indiennes les emploient comme corbeilles pour contenir les fardeaux qu'elles 
portent sur leur tête (jicaras et jicapaxties sont tout simplement les fruits 
coupés par le milieu, de façon à fournir deux écuelles). 



Digitized by 



Google 



38 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

protégés extérieurement par le même revêtement de peinture et de 
vernis que les jicaras. La région fournit encore à l'exportateur 
indigène divers autres produits, tels que le caoutchouc, la vanille, 
la salsepareille, r indigo, etc. 



V 
MIXTÈQUE DE LA COTE ÑUÑDAA OU ÑUÑAMA 

La Mixtèque de la côte était la partie la plus riche de tout le 
Mixtécapan. Les mines produisaient les métaux précieux en notable 
quantité et le sol, situé sous un climat chaud, bien irrigué par ses 
cours d'eau, était d'une extrême fertilité. Celte province s'étant 
rendue indépendante du reste du pays, à la suite des circonstances 
mentionnées plus haut, n'avait pas été touchée par la conquête des 
Aztecs. Elle constituait donc à l'arrivée des Espagnob une princi- 
pauté riche et prospère. Un souverain héréditaire résidait à Tutu- 
tepec. Il laissait le commandement du fief de Jamiltepec à un de ses 
parents et l'investiture aux chefs qui administraient Pinotepa. D'après 
Burgoa, son influence s'étendait jusqu'à Putla et la longueur de ses 
domaines sur la côte atteignait soixante-dix lieues. 

Au lendemain de la destruction de Mexico en 1521, Fernand 
Cortez, qui connaissait la réputation de richesse du pays, envoya 
une expédition sous les ordres d'Alvarado. Alvarado gagna la 
Mixtèque de la côte par le sud, en suivant la vallée d'Oaxaca, 
rencontrant partout des villages très peuplés et des terres bien 
cultivées. Sur son parcours il n'éprouva aucune hostilité, car les 
indigènes, terrorisés par la valeur des vainqueurs de Mexico, ne 
tentèrent même pas de s'opposer à son passage, il revint à Mexico 
chargé de butin et rapporta en or une valeur de vingt mille «castel- 
lanos de oro >> qui lui fut payée à titre de tribut par le souverain 
de Tututepec. 

Si on ne connaît que fort peu de chose, au point de vue de l'his- 
toire, sur la Basse Mixtèque, on en connaît encore moins sur la 
Mixtèque de la côte. Ce pays, après la conquête, fut colonisé par les 
soldats espagnols, mais comme la région était assez malsaine, les 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 39 

colonies ne devinrent guère prospères. Ne pouvant contraindre les 
indigènes aux travaux des mines ou des champs, les colons furent 
réduits à importer des nègres dont les métis, connus sous le nom 
de ZamAoi, constituent aujourd'hui une grande partie de la popula- 
tion rurale. La Mixtèque de la côte fut étudiée vers 1883 par Maler 
qui, parcourant le pays, rencontra un certain nombre de vestiges 
d*es anciens monuments * . 

La Mixtèque de la côte se trouve en partie sur les districts 
d' Abasólo (Guerrero), Jamiltepec et Juquila, cesdeux derniers appar- 
tenant à Tétat de Oaxaca. A part quelques chaînes de montagnes 
ou de collines, de place en place, le sol, en général, est peu élevé ! 
Ce sont surtout de vastes plaines qui s'abaissent progressivement 
vers les rivages du Pacifique. De là vient le nom mixtee de 
Nuftdaa (terre plane) ou Ñuñama (terre des maïs). En dehors du 
rio Ometepec et du cours inférieur du rio Verde, la Mixtèque de 
la côte, quoique assez bien irriguée, ne comprend guère de fleuves 
un peu importants. La majeure partie du réseau hydrographique est 
représentée par de petites rivières qui proviennentdes régions avoi- 
sinant les contreforts de la sierra de Putla. 

Les limites de la Mixtèque de la côte étaient : au nord et à Touest, 
la Basse Mixtèque ; à Test, les contreforts occidentaux de la Haute 
Mixtèque appelés Síuñuma, ou sierra de Putla, et la partie sud- 
ouest du Zapolécapan; au sud, les rivages du Pacifique. 

Tututepec ou Yucudzaa était la capitale et la résidence du 
monarque de la Mixtèque de la côte. C'était une ville très peuplée, 
aux habitations pressées, à Tépoque de Tarrivée des Espagnols. Au 
centre de la ville s'élevaient le palais du souverain et un éeocalli. 

Les villes principales de la Mixtèque de la côte étaient : Pino- 
tepa, Igualtepec, Zacatepec, Tulislahuaca, Amusgos primeros et 
segundos, Huastepec, Jicaltepec, Huijolotitlan, Jamiltepec, Juquila 
Panislahuaca. Toutes ces villes ne sont plus aujourd'hui que de 
petites bourgades, peuplées en grande partie, comme le sud de la 
Basse Mixtèque, par des Zambos. 

1. Maler, <r Basse Mixtèque »; Revue d'Ethnographie ^ n** 2, 1883. 



Digitized by 



Google 



40 SOaÉTÉ DES ÂMÉRICANISTES DE PARIS 



VI 



DIVISION LINGUISTIQUE, CIVILISATION, ARCHÉOLOGIE 

DU MIXTÉCAPAN 



La langue mixtèque, abstraction faite du popoloco, parlé dans 
une grande partie de la Basse Mixtèque, comprend, d'après le Père 
Antonio de los Reyes, onze dialectes qui sont c/eux de : Teposco- 
lula, Yauhuitlan, Basse Mixtèque occidentale, Coixilahuaca, Tla- 
jiaco, Cuilapa, Mitlautongo, Tamarulapa, Xaltepee, Nochistlan et le 
dialecte des montagnes. Ces dialectes, dont il est impossible d'éta- 
blir au juste le domaine géographique, sont désignés, on le voit, 
d*après les localités ou villes où ils étaient en usage. La langue 
qui passait pour la plus claire, la plus universellement parlée et la 
mieux comprise dans toute Tétendue du Mixtécapan était celle de 
Teposcolula. C'était, avec celle de Yauhuitlan, la plus courante dans 
toute la partie centrale de la Haute Mixtèque, c'est-à-dire dans la 
région où se trouvait le gouvernement suprême et où Ton place 
Torigine et le berceau de la population qui étendit sa civilisation 
et son iniluence morale sur tout le pays. Les autres dialectes 
reçurent probablement des modifications par le contact et les rela- 
tions avec les pays avoisinants. Ainsi Nochistlan confinait avec les 
Zapotees el les Cuica tecs; Coixtlahuaca, avec les Popolocos; la 
Basse Mixtèque occidentale, avec les Amusgos que l'on pense 
avoir été une tribu de Mixtees. La Mixtèque de la côte, dans son 
dialecte, se rapprochait beaucoup de celui de Teposcolula, mais 
avait beaucoup de sons chuintants ; enfin Cuilapa, qui était en 
ploiu territoire zapotèque, avait un dialecte qui se rapprochait de 
celui do Yauhuitlan, fait dû probablement à l'origine de la colo- 
iiination. 

Ni>54 connaissances sur l'origine des Mixtees sont très vagues. 
Loii iuis45iionnaires qui eurent en main, peu après la conquête, les 

►, comme archiiH) 
erprélations con- 
on généralement 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A l'ÉTCDE GEOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 41 

admise, les autochtones du Mixtécapan étaient de même race que 
les Popolocos habitant le nord du pays ^ Parmi eux vint s'établir 
une colonie toltèque qui sans apporter de grands changements aux 
coutumes et à la langue finit par améliorer le pays et le mettre sur 
la voie du progrès, en introduisant les arts, Tindustrie et en déve- 
loppant rinstinct commercial. 

Comme on Ta vu, les Mixtees étaient d'habiles artistes, excellant 
dans Fart de travailler les métaux précieux et les pierres dures, 
dans la conception de Tart décoratif. On retrouve encore parfois, 
en fouillant les anciennes sépultures, des joyaux en or délicats, des 
pierres précieuses finement gravées et une céramique remarquable. 

Dans rindustrie et l'agriculture, les Mixtees n'étaient pas moins 
avancés ; les fabrications étaient nombreuses et certaines sont 
restées aujourd'hui une ressource pour le pays, en donnant lieu à 
un important trafic. Ce qui a rendu à jamais célèbres les Mixtees 
et leurs voisins les Zapotees, c'est la production de la cochenille. 
Cette exploitation dénote de la part des indigènes un réel savoir et 
une connaissance approfondie des choses de la nature, car non seu- 
lement l'insecte qui fournit la matière colorante si recherchée, 
mais aussi la plante qui sert à son développement sont inconnus à 
l'état sauvage. L'origine de cette industrie n'a donc pu être que le 
résultat d'observations suivies et d'une sélection habilement prati- 
quée *. 

1 Les Popocolos ou Chuchones, comme on les appelle daos les étals de 
Oaxaca et Puebla, étaieot, diaprés Orozeo y Berra, une nation disséminée sur 
divers points du Mexique où elle formait des agglomérations ou des villages dans 
lesquels la façon de vivre était des plus primitives. Ces Popocolos offrent de 
nombreux traits de ressemblance avec les Otomis dont ils ne sont peut-être 
qu'une fraction. Le principal centre de ces Indiens était Tecamalchalco, mais 
ceux qui vivaient au nord du Mixtécapan s'étaient rendus indépendants de ce 
dernier; ils vivaient soit dans une sorte de commensalisme ethnique avec les 
peuples sur le territoire desquels ils se trouvaient, soit plus indépendants, en 
formant des laciaanazgoSy ou fíefs plus ou moins tributaires les uns des 
autres. 

2. La cochenille qui est encore cultivée par les indigènes est le Daciylopius 
coceas (Costa) ; elle est désignée sous le nom de cochenille fine, farineuse, domes- 
tique, grana fina. On ignore si elle provient de la cochenille sauvage, Daciylo- 
pius tomentosus (Lamarck), cochenille cotonneuse, grana silvesiriSy qui se ren- 
contre sur la plupart des opuntias et que les producteurs ont grand soin de 



Digitized by 



Google 



42 SOaETÉ DES AMÉRICAMSTES DE PARIS 

Le commerce élail très en faveur parmi les Mixlecs. On a vu que 
trois villes avaient des marchés très fnéquentés. Les marchands 
allaient porter leurs produits dans des régions aussi reculées que 
celles du Guatemala. Ce commerce fut donc une grande source de 
prospérité pour le pays dont le sol se montrait en certains endroits 
peu productif. C'est surtout aux échanges commerciaux que Ton 
attribue la grande quantité d'or que les Espagnols trouvèrent à leur 
arrivée en Mixtèque. Car le métal précieux ne servait pas seule- 
ment à la fabrication des joyaux ou des objets d'art; il était très 
employé pour les transactions commerciales. Il circulait alors ren- 
fermé dans des tuyaux de plumes et servait de monnaie. Les mines 
exploitées dans la région n'assuraient pas une production suffi- 
sante pour la consommation. 

Comme archéologie, le pays mixtèque n'offre pas de monuments 
ou de construclions aux vastes proportions comme ceux qui se 
rencontrent sur le territoire limitrophe du Zapotécapan (Mitla, 
Monte Alban,Guiengola). 

Les vestiges anciens que l'on rencontre sur toute l'étendue du 
pays appartiennent à trois catégories : 1** les ruines des anciennes 
villes telles que Nochistlan, Putla, Yuxtiahuaca, Chila ; 2** les 
Mogotes ', sorte de tumulus, représentant les restes d'un monu- 
ment religieux ayant eu, dans la plupart des cas, une destination 
funéraire, mais que le temps, les intempéries et la végétation ont 
dégradés au point de leur donner une forme, toujours pareille, de 
collines ou de monticules naturels; 3"" les camps fortifiés, placés 

détruire, lorsqu'elle s'introduit dans les nopaleries. Cette cochenille sauvage 
dont la femelle est moitié moins grosse que celle de la grana fina^ envahit tel- 
lement les articles des nopals qu'elle fínit par élouiïer la cochenille fíne. Les 
nopals usités pour la culture de la cochenille sont : VOpuntia splendida (Web) 
ou « nopal de castilla » eiVOpanlia Hernandezi (D. C.) ou « nopal de San 
Gabriel ; le premier est inerme et sert à Pélevage de la cochenille pondeuse ; 
le second, fortement épineux et par conséquent mieux protégé contre les des- 
tructeurs, sert pour la cochenille tinctoriale qui se récolte en grande quantité 
pour Tusage local et l'exportation. 

1. Cf. Lejeal, » Campagnes archéologiques récentes dans TOàxaca »,«/ooriui/ 
de la Société des Américanistes^ t. IV, 1'* série, n*» 2, p. 174, et, dans la même 
publication, mes « Notes d'archéologie mixtéco-zapotèque (Tumulus et camps 
retranchés), nouvelle série, t. II, n** 1, p. 109. 



Digitized by 



Google 



CONTRIBUTION A L ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE DU MEXIQUE PRÉCOLOMBIEN 43 

toujours sur les crêtes des montagnes ou au bord des hauteurs peu 
accessibles. 

La forme extérieure et la constitution ultérieure des mogotes^ 
ainsi que celles des édifices des camps retranchés, sont à peu de 
chose près partout les mêmes. Dans les mogotes, les matériaux de 
construction sont généralement de briques crues ; dans les camps 
retranchés, de pierres et de mortier. Tous offrent dans leur aspect 
le caractère bien tranché d'une architecture spéciale qui parait 
être propre à la région mixtéco-zapolèque, région qui représente 
en grande partie ce qui, avant la conquête espagnole, était nommé 
VAnahuac ayotla. 



BIBLIOGRAPHIE 

BuRGOA. Palestra historial o historia de la provincia de San Hypolito de 
Oaxaca del orden de predicadores (México, 1670). — Description geográfica 
de la America septentrional y de la nueva iglesia del Occidente (México, 
1674). 

Carribpo. Estudios históricos y estadísticos del estado oayaqueño (México, 
1849). 

Garcia y Cubas. Diccionario geograficOy histórico y biográfico de los Estados 
Unidos Mexicanos (México, 1888). 

José Antonio Gay. Historia de Oaxaca (Mexico, 1880). 

Jose-Maria Murguia y Galardi. Estadística antigua y moderna de laprovin- 
cia de Oaxaca y 18*26-27 (reproduit en partie dans le Boletin de la Sociedad 
mexicana de Geografia y estadistica^ P™ época, p. 159, t. 7). 

Orozco y Berra. Geografia de las lenguas de México (México, 1864). Apén- 
dice al diccionario universal de Historia y de Geografia, 1855. 

Penafiel (D' Ant.). Nomenclatura geográfica de México. Etimologías de 
los nombres de lugar correspondientes A los principales idiomas que se hablan 
en la República (México, 1897). 

Antonio de los Reyes. Arte de la lengua mixteca, publicada en casa de Pedro 
Balli (México, 1593), réédité par le comte H. de Charencey(Alençon, 1889). 

Vazquez. Apuntes topográficos del distrito de Tlajiaco del estado de Oaxaca, 
Mix teca alta [Bole tin de la Sociedad de geografia mexicana, 2* época, 1. 3, 
p. 238, 1871). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LA 

PLUS ANCIENNE VILLE DU CONTINENT AMÉRICAIN 
eu MANA DE VENEZUELA 

SES ORIGINES — SON HISTOIRE — SON ÉTAT ACTUEL ' 
Par m. Jules HUMBERT 

Docteur es lettres, 

Professeur agrégé «u Lycée de Bordeaux, 

Membre de la Société des Américanisles. 



Parmi les éléments qui exercèrent le plus d'influence sur la fon- 
dation et l'administration des colonies espagnoles en Amérique, il 
faut placer, en première ligne, le sentiment religieux. Aussitôt que 
les conquistadores eurent foulé le sol du nouveau monde, Tambition 
et la cupidité ne tardèrent pas, il est vrai, à germer dans leur 
cœur; mais Tidée première qui présida à la conquête, le désir 
d'Isabelle la Catholique, celui de Colomb lui-même, c'était avant 
tout de gagner des âmes pour le ciel, de répandre la foi chrétienne 
parmi des nations inconnues et sauvages. C'est ce qui explique le 
rôle important que ne tarda pas à jouer le clergé dans l'Amérique 
à peine découverte. Son action fut à l'origine éminemment bienfai- 
sante et civilisatrice. Malheureusement l'œuvre des religieux fut 
entravée, dès le début, par celle des conquistadores, et la cruauté de 
ces derniers rendit trop souvent stérile le zèle apostolique des 
missionnaires. De là des conflits qui retardèrent pendant longtemps 
les progrès de la colonisation. 

En Tannée 1513, des dominicains conduits parles Pères Francisco 
de Cordoba et Juan Garces abordèrent à l'ouest de la côte de 
Cumaná, en un lieu appelé Manjar^ voisin de Piritû. u Les Indiens, 

1 . Source principale : Archivo general de Indi&s^ Seville. 



Digitized by 



Google 



46 SOCIÉTÉ DES AMÉR1CÁNISTES DE PARIS 

dit Herrera S les reçurent avec de grandes démonstrations d'amitié, 
et grâce à la mansuétude des religieux, des relations cordiales 
s'établirent entre eux et les indigènes, m Les naturels consentirent 
à recevoir des moines les premières leçons de Talphabet, et tout 
faisait augurer pour l'avenir une paix durable, lorsqu'un incident 
malheureux vint tout bouleverser. 

Quelques mois s'étaient à peine écoulés que l'on vit arriver sur 
la côte une embarcation chargée d'Espagnols qui venaient à la 
pèche des perles. Les Indiens, qui, dans ces circonstances, prenaient 
toujours la fuite, restèrent dans leurs habitations, comptant sur la 
protection des religieux. Le capitaine du navire invita à diner à 
son bord le cacique du pays, et, quand celui-ci avec sa femme et 
dix-sept autres membres de sa famille eurent mis le pied sur le 
vaisseau, le capitaine prit le large et gagna l'Ile Saint-Domingue, 
emmenant les Indiens comme esclaves. Alors les indigènes, ne 
doutant pas que les dominicains n'eussent été les complices des 
pirates, assaillirent le couvent et mirent à mort tous les religieux, 
martyrisant plus particulièrement Juan Garces. Ils l'attachèrent à 
un arbre, lui portèrent toutes sortes d'outrages et prolongèrent 
longtemps son martyre avant de lui ôter complètement la vie. 

Malgré le peu de succès de cette première tentative, de nouveaux 
religieux, franciscains et dominicains, vinrent à la terre- ferme en 
1518. Les franciscains s'établirent dans le bâtiment même 
qu'avaient élevé les Pères Garces et Cordoba et que n'avaient pas 
détruit les Indiens ; les dominicains fondèrent leur couvent à cinq 
lieues plus à l'ouest, dans le pays de Chichiribichi, et l'appelèrent 
Santa Fé, parce qu'il se trouvait bâti au bord du golfe du même 
nom ^. 

Dès leur arrivée aux côtes orientales du Venezuela, nous disent 
les chroniqueurs, « les nouveaux missionnaires eurent la preuve de 
la bonté naturelle des indigènes qui, oubliant leur rancune passée, 
reçurent avec la plus franche hospitalité ces apôtres de l'évai^gile ^ »>. 
De véritables petites colonies agricoles s'étaient fondées autour des 

1. Antonio de Herrera : Historia general de las Indias, Decades II, lib. II. 

2. Rapport officiel des auditeurs de Saint-Domin««^ue au roi d'Espagne, cité 
plus bas. 

3. Herrera, Dec. H, IX, 8 et 9 — Oviedo : Historia de las Indias, lib. XIX. 
— A. Rojas: Estudios históricos (Caracas, 1891), p. 54, 55. 



Digitized by 



Google 



GUM ANA DE VENEZUELA 47 

monastères; les Indiens avaient appris à défricher le sol, à faire 
croître les légumes et les plantes d'Europe, et celte vie patriarcale 
durait depuis deux ans, quand, un beau jour de 1520, un aventurier 
espagnol, Hojeda^ vint demander Thospitalité aux dominicains. 
Ceux-ci payèrent cher leur générosité. Le lendemain, Hojeda s'en- 
fonce dans le pays des Tageres, sous prétexte de se procurer du 
maïs; il loue trente Indiens pour apporter à sa caravelle des charges 
de cette denrée ; les indigènes montent sur le navire, et Hojeda 
lève l'ancre à Tinstant. 

Comme en 1513, de terribles représailles furent exercées contre 
les religieux. « Le dimanche 3 septembre, comme les dominicains 
célébraient la messe, les Indiens Tageres, conduits par leur cacique, 
entrèrent dans le monastère, sous prétexte qu'ils allaient à l'office, 
et tuèrent deux religieux qui se trouvaient là, ainsi que neuf 
personnes qui étaient dans le monastère... Ils saccagèrent et 
brûlèrent le couvent, tuèrent jusqu'à un cheval, un chien et un 
mouton qui s'y trouvaient. Il ne s'échappa qu'un Indien de Cubagua, 
employé au service des Pères, qui se hâta de porter la nouvelle à 
Antonio Flores, alcalde major de cette île ^. » Et les auditeurs de 
Saint-Domingue, en rapportant ces faits au roi, le 14 décembre 
suivant, demandaient le châtiment des Indiens. 

C'est alors que fut décidée la première expédition armée contre 
les côtes de Cumaná (1521). Le commandement en fut confié à 
Gonzalo de Ocampo. On lui recommandait ^ de n'agir qu'avec pru- 
dence, ne punissant que les Indiens qui avaient réellement pris part 
au meurtre des dominicains. Mais Ocampo, tenant peu de compte 
de ces instructions, se liyra sur les indigènes aux plus horribles 
cruautés, passant les uns au fil de l'épée, pendant ou empalant les 
autres, et expédiantà la Española ses caravelles remplies d'esclaves*. 

1. On ne sait s'il était fils ou neveu du célèbre Alonzo de Hojeda qui, le 
premier, débarqua sur le territoire du Venezuela en 1499. V. notre livre sur 
Les Origines vénézuéliennes (Paris, Fon témoin tf, 1905), pp. 29 sqq. 

2. A sus Majestades los oidores é oficiales reales de Santo Domingo, à 14 de 
noviembre de I5*i0. Arch, gen, de Ind,, Seville, Est. 154, Caj. 4, leg, 15. 

3. Provision real emanada del Almirante, de la Audiencia é oficiales de 
Santo Domingo de la Isla Española, á '20 de enero de 1521, dando instrucciones 
al capitán Gonzalo de Ocampo para la guerra de los Indios. Arch, gen, de Ind,^ 
Seville, Est. 2, caj. 2, leg 1/14. 

4. Herrera, Dec. H, lib. IX, 9 et 10. 



Digitized by 



Google 



48 SOCIÉTÉ DES AMÊRICANISTES DE PARIS 

En même temps, pour réparer les ruines qu'il avait causées, il jetait 
les fondements de la ville de Nueva Toledo, à une demi-lieue du rio 
de Cumaná. Mais cet établissement ne devait pas durer, car à peine 
Ocampo était-il parti que les Indiens détruisirent les fondements 
de la nouvelle ville. Les fransciscains de Piritû, qui jusque-là 
avaient été épargnés, payèrent à leur tour pour les abus commis 
par Ocampo. Les indigènes fondirent sur leur maison qu'ils incen- 
dièrent ; le Père Denis fut blessé mortellement ; les autres par- 
vinrent à gagner la côte et purent s'enfuir dans une embarcation 
qu'heureusement ils trouvèrent ancrée dans la baie de Santa Fé. 

Une seconde expédition armée fut décidée, et le commandement 
en fut donné à Jacomé Castellón qui partit de la Española à la fin 
de 1521, avec cinq caravelles et trois cents hommes bien armés. 
Castellón était habile capitaine, et en même temps homme de pru- 
dence et de conseil. Après avoir pacifié le pays, il éleva sur le bord 
de la mer une forteresse destinée bien moins à menacer les Indiens 
qu'à les protéger contre les incursions des aventuriers européens 
et des marchands d'esclaves de Cubagua ^ , et dans le voisinage de la 
Nueva Toledo, à l'ouest du Cerro Colorado, il éleva la Nueva Cor- 
doba qui fut le fondement de la ville actuelle de Cumanà. 

Cette expédition de Castellón ne fut donc pas aussi infructueuse 
que l'avait été celle d'Ocampo. Elle fut au contraire féconde en 
résultats durables ; elle ramena d'une façon définitive la paix dans 
cette partie de la terre-ferme et laissa debout une ville où bientôt 
« les indigènes rassurés vinrent se joindre aux Espagnols et, par la 
culture de la terre, contribuer à la prospérité de la première cité 
fondée sur le continent américain ^. » 

Peu de temps après, la Nueva Cordoba échangeait son nom contre 
celui de Santa Inez de Cumaná, et cette ville devenait la résidence 
d'un gouverneur dont la juridiction s'étendit bientôt de la province 
de Cumanâ, à celles de Guyane et de Barcelona, après la fonda- 
tion de Santo Tomé en 1592 et de Nueva Barcelona en 1637. 

1. Cette forteresse fut détruite par le tremblement déterre de 1530 qui 
anéantit la ville de Nueva Cadiz, capitale de Tîle de Cubagua (V. Juan de 
Castellanos : Elegías, I"* parte, XIII). 

2. A Rojas : Estad, hist., p. 86-87. Il s'agit ici du continent proprement dit; 
on sail en effet que la première ville espagnole de l'Amérique insulaire, Santo 
Domingo, avait été fondée par Bartolomé Colon, en 1495. 



Digitized by 



Google 



CUMANÀ DE VENEZUELA 49 

Cependant, malgré l'initiative des premiers gouverneurs, les 
progrès de ces trois provinces furent extrêmement lents durant tout 
le xvu® siècle et pendant les premières années du xviii^. Les 
Espagnols se trouvèrent alors en contact dans la Guyane avec les 
Hollandais auxquels ils cédèrent le pas presque partout, et en Amé- 
rique, comme ailleurs, n la puissance hollandaise a été faite pour 
beaucoup de la décadence espagnole sous les derniers Habsbourg^ ». 

Si la domination de TEspagne fut maintenue dans ces contrées, 
c'est à l'activité des missionnaires qu'elle le dut. Les capucins 
aragonais avaient établi leur centre principal d'action à Cumaná, 
et, de là, rayonnant dans toute la région, ils avaient réussi à la fin 
du xvu^ siècle à fonder une vingtaine de missions. A côté de ces 
établissements religieux, les Espagnols n'avaient en 1720, dans la 
province de Cumaná, que trois établissements civils : 

l^La capitale de Cumanáy ne renfermant pas plus d'une centaine 
de toutes petites maisons, bâties de boue et de troncs d'arbres, et 
couvertes de chaume. « Les habitants de cette ville étaient très 
pauvres, bien que quelques-uns d'entre eux possédassent de petites 
fermes sur la côte du golfe ou dans la vallée de Cariaco ^. »> 

2^ La ville de San Balthasar de los Arias^ autrement appelée 
Cumanacoa^ <i consistant en 20 ou 25 maisons de boue, couvertes de 
chaume, habitées par de pauvres cultivateurs, la plupart mulâtres 
ou nègres^ ». Les environs produisaient du tabac, mais seulement 
en quantité suffisante pour la consommation de la province. 

3^ La ville de San Felipe de Austria^ ou Cariaco ^ où la culture 
du cacao avait été répandue dans de petites fermes appartenant aux 
gens de Cumaná, qui avaient l'habitude d'y venir et d'y résider 
temporairement. Les habitants étaient également des nègres et des 
mulâtres « qui vivaient dans environ 30 cabanes couvertes de 
chaume, éparses çà et là sur des terrains où ils cultivaient leur blé, 
manioc, bananes et produits de différentes espèces ^ ». 

1 . G. Pariset : Histoire sommaire du conflit anglo-vénézuélien en Guyane^ 
ÍÍ93'Í897 (Berger-Levrault, édit.), 1898, p. 12. 

2. Rapport de Don José de Diguja, gouverneur de Cumaná, à S. M. le roi 
d'Espagne, 15déc. 1763. Arch, gen. de Ind., Seville, 133, 3, 16^ p. 5 du 
ms. 

3. /(/., p. 6 du ms. 

4. Id. 

Société des ÁmérieMni$te$ de Paris, 4 



Digitized by 



Google 



50 SOCIÉTÉ DES ÁMÉRICANISTES DE PARIS 

Au xviii^ siècle, sous l'actif gouvernement des premiers rois 
Bourbons, TEspagne secoua sa torpeur. On envoya à Cumanà des 
gouverneurs intelligents, tels que Tornera, Sucre, Espinosa, Diguja, 
qui travaillèrent au relèvement et à la prospérité du pays. Leurs 
rapports * contiennent de vastes plans d'organisation et d'adminis- 
tration ; ils font preuve d'un sentiment remarquable des nécessités 
d'une colonisation qui veut être à la fois agricole et commerciale. 
Malheureusement les mesures proposées, fortification des anciens 
postes, fondation de nouveaux établissements, extension des 
plantations, faveurs accordées aux colons, création de ports de 
registre, envois fréquents de navire de la métropole *, ne reçurent 
pas toujours une prompte solution, ou du moins leur exécution 
se trouva souvent retardée par la mauvaise volonté des audien- 
cias \ intermédiaires administratifs entre les gouverneurs et la 
couronne. Ces corps lout puissants voyaient d'un mauvais œil les 
progrès des provinces, craignant sans doute qu'il ne s'y créât quelque 
jour de nouveaux conseils d'Elat capables de les surveiller ou de 
rivaliser avec eux. Cet antagonisme entre l'activité des gouverneurs 
ou des agents part¡culier^ de la couronne et le mauvais vouloir de 
ses grands mandataires officiels a été, selon nous, une des princi- 
pales causes de la faiblesse du régime colonial espagnol. 
• On peut juger néanmoins des progrès accomplis dans la région 
orientale du Venezuela, de 1720 à 1761, si Ton constate qu'en cette 
dernière année k»s missionnaires avaient à leur charge 39 pueblos 
où élait groupée une population de 26 à ¿7.000 indigènes *. 
Quant à la population urbaine de la province de Cumanà, elle avait 
considérablement augmenté. Deux villes nouvelles, Carupano et 
Hio (Caribes, comptaient, la première 928, et la seconde, 1.077 habi- 
tants ; San Ballhasárde los .\rias avait 88 maisons et 795 habitants; 
San Felipe de Auslria, 192 maisons el 1.395 habitants. La capitale, 
Cumanà, possédait une population de 4.372 âmes. « Tous les habi- 

1. .\rch, gen. de fnd., Seville, 56,6, 19 ; 131, 5, 7 ; 133, 3, 16. 

*2, Le rapport (le Miguel Marmion, gouverneur de Guyane, à Don Antonio 
Valdes, secrétaire d'État du département des Indes, du 10 juillet 1788, est un 
des [)lus intéressants à étudier, comme plan complet de colonisation. ArcA.iye/i. 
de Indias, Seville, 131, 2, 17. 

3. Celles de Santa Vé et de Santo Domingo. 

i. Rapport de Diguja, p. 13 du ms. 



Digitized by 



Google 



CUM ANA DE VENEZUELA 51 

tants mâles valides, écrit Diguja ^ sont inscrits pour le service mili- 
taire, et la force entière comprend 799 hommes, dont 290 sont 
blancs, le reste nègres, mulâtres el sang-mèlé. La ville renferme 
environ 80 maisons de pierre, couvertes en tuiles, 150 maisons cou- 
vertes en tuiles, mais bâties de bois et de boue, et 200 m*iisons envi- 
ron, également bâties de bois et de boue et couvertes de chaume. 
L'église paroissiale et les couvents sont construits avec les mêmes 
matériaux. On a rassemblé 18.000 pierres pour bâlir Téglise, mais 
la construction n'a pas encore été commencée, faule d'archilecte, 
el on attend l'arrivée deTévêque de Puerto Rico qui doit en désigner 
un. La ville u*a pas de monuments publics. Un tiers des habitants 
est adonné à Tagriculture el à l'élevage du bétail ; un autre tiers se 
livre à la pèche el à d'autres occupations maritimes ; le reste com- 
prend des commis et employés du gouvernement et des ouvriers. » 

Tel était à peu près l'état de Cumanà lorsque naquit dans cette 
ville un des héros de Tindépendance américaine, Antonio José de 
Sucre, le vainqueur d'Ayacucho, Tami de Holivar et le premier 
président de la république de Bolivie '. 

Dans le Venezuela moderne, Cumanà fut d'abord, avec Barcelona 
el Malurín, une des trois principales villes de l'Etat de Hermiidez. 
Puis elle devint le chef-lieu du nouvel Etat de Sucre. La ville compte 
environ 10.000 habitants. Jouissant d'un climat chaud, avec une 
température moyenne de ^7^ centig. (minimum, 23^; maximum, 
31*^), elle est entourée d'un territoire fertile et propre à la culture 
des produits tropicaux, tels que café, cacao, bananes, oranges, etc. 
Sa principale richesse consiste en un raisin excellent qui vaut, dit- 
on, celui de Malaga, el qu'elle exporte dans les Antilles et aux 
Etats-Unis. Malheureusement (]umaná, comme toutes les villes du 
Venezuela, a subi le contre-coup des guerres civiles qui, trop sou- 
vent, ont désolé le pays. Cependant, grâce à sa situation exception- 
nellement favorable sur les rives du Manzanares, le plus impor- 
tant corn's d'eau de la région, distante d'un mille seulement du golfe 
de Cariaco auquel elle est reliée par un tramway, il n'est pas 
douteux que Cumanà ne soit appelée, sous un régime de paix, 
à devenir un centre agricole et commercial des plus importants. 

I. l(J.,p. 17. 

*i. Cf. X'iiiceiil et lïumberl : Sinmn lUtlinir. »ti vie, son œuvre [Bulletin de 
¡a Société de (géographie de Bordeaux, I8U8. ii"^ l'J-20). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



JOURNAL DE lA S»¿ DFs AMÉRICANISTHS dl PARIS. T. Ill (Kouv. Sciie Pl, 



FOUILLES DR TKOTIHUACAN 



Vue gciicralc de Tcolilui.ican prise au pied de la Pyramide du Soleil. 

Pyramide de la Lune (côté Sud), vue de la Voie Sacrée. 

Pyramide du Soleil (face Sud). 

Pyramide du Soleil et arroyo de San Juan. 

Pyramide du Soleil (face occidentale) ; escalier dégagé par M. Batres. 

Pyramide du Soleil (face occidentale) ; entrée de la Sacristie, d'après M. Batres. 



Photog. Demoulin. 

Digitized by 



Google 



EXCURSION 

AUX 

PYRAMIDES DE SAN JUAN TEOTIHUACAN 

Par'M°>« Jeanne ROUX 



Le Gouvernement fédéral du Mexique, grâce aux efforts de 
M. Justo Sierra, ministre de Tlnstruction publique et des Beaux Arls, 
ayant décidé de consacrer au déblaiement et à la restauration des 
ruines de Teotihuacan, jusqu^à concurrence d'une somme d'un 
million de piastres, Tallocalion nécessaire, les travaux, sous la 
direction de M. Leopoldo Bastres, inspecteur général des Monu- 
ments historiques, ont commencé au mois de février dernier. On 
pense qu'ils dureront de huit à dix ans. 

La plaine de Teotihuacan occupe le coude nord-est de la vallée 
de Mexico. EHe est limitée au nord par les montagnes d'Hidalgo : 
l'une d'elles, le « Cerro Gordo », aux pentes douces, longue- 
ment étalées de l'est à l'ouest, est l'ancien volcan dont les laves 
ont servi à la construction des pyramides qui s'élèvent à ses pieds. 
Au sud, la plaine s'étend jusqu'aux derniers contreforts de la 
« Sierra Nevada » qui se recourbe vers l'est, unissant ses derniers 
échelons aux montagnes de Tlascala. Un simple ressaut de ter- 
rain marquant le seuil de « los llanos de Apam », célèbres par 
leurs magueyales dont le pulque est fameux, limite notre plaine à 
Test, laissant apercevoir, bien au delà, les lignes de la « Sierra 
Madre » ; tandis qu'à l'ouest, la vue s'étend librement par-dessus 
quelques ondulations de terrain et la large nappe du lac de Texcoco, 
sur toute la vallée de Mexico, bornée au loin par les « Montes de 
las Cruces ». Le soir, lorsque les brouillards de la lagune sont peu 
épais, du haut de la Pyramide du Soleil, on aperçoit les taches 
fauves des lumières de Mexico, à cinquante kilomètres dans le 
sud-ouest. 



Digitized by 



Google 



34 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAXISTES DE PARIS 

Le paysage est noble, de lignes douces et fuyantes, et le terrain, 
fertile (pi. II, fig. íj. L'endroit ne pouvait être mieux choisi pour 
y asseoir la ville des dieux et y élever leurs gigantesque temples. 

Le chemin de fer mexicain de Veracruz passe à trois kilomètres 
au sud des ruines. Bien que la station porte le nom de San Juan 
Téotihuacan, cette petite ville est à près d'une lieue de là, au 
nord-ouest, formant ainsi l'un des sommets d'un triangle dont les 
deux autres seraient la gare et la Pyramide de la Lune, et dont les 
côtés auraient de trois à quatre kilomètres. Plusieurs petits villages 
dépendant de San Juan sont disséminés dans la plaine. Quoiqu'il y 
ail plusieurs haciendas dans le voisinage, la propriété est assez divi- 
sée et la plupart des habitants ont leur morceau de terre, où ils 
sèment du maïs. Partout aussi des nopals dont quelques-uns 
énormes, et qui se couvrent en août de lunas rouges (figues de Bar- 
barie), fruit préféré de cette région. Pas d'arbres; tous ont disparu, 
leur bois vendu au chemin de fer ou aux usines de Mexico. Un seul 
a résisté à la destruction, parce qu'il a la vie dure et repousse tou- 
jours si vite de la moindre racine laissée en terre, qu'en deux ou 
trois ans son. tronc atteint un pied de diamètre. C'est le faux poi- 
vrier, le « Pirii » des Mexicains: le shinus molle^ de la famille des 
térébinthacées. Son gracieux feuillage finement découpé, si vert et 
vert toute l'année, ses jolies grappes de grains de corail sont les 
seules notes ga'^^s et fraîches à Wvú dans cette saison où vous ne 
voyez partout que de la pierre ou de la terre sèche. 

Près de la gare, disséminées au milieu des terres cultivées, sont 
quelques maisons formant le petit village de San Sebastian. Parmi 
leurs habitants, le plus célèbre est Espiridion Barrios, qui non 
seulement vend — et fabrique — depuis des années des antiquités, 
des « Moctezumas », spécialité pour touristes américains, mais 
encore a l'honneur de posséder dans sa propriété les ruines d'une 
ancienne maison tolteca, la « maison au bain ». Ces ruines ne se 
composent que de murs, rasés à une hauteur d'un mètre environ, 
mais indiquant bien le plan général et permettant de reconstituer 
les dimensions de chaque chambre. Ils sont épais, de pierres brutes 
noyées dans une sorte de mortier de terre battue, recouvert d'une 
mince couche de chaux, fine et résistante, sur laquelle sont peintes 
les fresques. Elles sont de peinture ronge, la teinte plate rehaussée 
de bandes plus foncées et ornée de petites circonférences. Sur l'un 



Digitized by 



Google 



EXCURSION AUX PYRAMIDES DE SAN JUAN TEOTIIIUACAX o5 

de ces murs, protégé par un hangar, se trouve la fresque du Dieu, 
probablement de Tonacatecuhtli, également en rouge, et que le pro- 
priétaire reproduit sur des plaques de béton ancien pour les ama- 
teurs. 

L'une des chambres, un peu en contre-bas des autres, était évi- 
demment une salle de bain avec sa piscine rectangulaire peu pro- 
fonde et parfaitement conservée, ses conduits d'arrivée et de sortie 
de Teau. Le sol est d'un béton très résistant, recouvert encore par 
places d'une légère couche de chaux stuquéc. Espiridion continue 
ses fouilles petit à petit, à la mesure de ses forces et des subsides 
qu'on lui offre. Il possède là, d'un seul tenant, quelques milliers de 
mètres de terrain où il a raison de compter, je pense, sur une 
trouvaille importante un jour ou l'autre. Il nous montre deux 
médaillons de terre jaune clair, intacts, de cinq centimèlres de dia- 
mètre, représentant une lête de tecolote ' hibou i, qu'il a trouvés il 
y a quelques jours. 



Cette fois-ci, je désire arriver aux pyramides par le « Chemin 
des Morts », en le prenant dès la citadelle et en le suivant sur les 
deux kilomètres de sa longueur. Il faut à peu près vingt minutes de 
marche pour aller de la gare à ramoncellement de terre et de .murs 
d'adobes, surmonté de monticules, appelé citadelle. Il devait cer- 
tainement être à la fois une forteresse et la place terminale, avec 
ses quinze petites pyramides, pour les processions qui parcouraient 
la Voie sacrée; mais, dans le dernier cas, on ne peut s'expliquer 
pourquoi elle ne se trouvait pas exactement à Textrémité de cette 
Voie, en face la Pyramide de laLune, au lieu d'être à côté (en face 
de celle du Soleil, il est vrai). Nous descendons et nous voici sur 
la Voie sacrée, très large alors. Les Mounds se succèdent régulière- 
ment à droite et à gauche. Les terres charriées par les eaux s'y 
sont accumulées en plusieurs mètres d'épaisseur; et c'est à travers 
des champs labourés, préparés pour les semailles de maïs et d'orge, 
que nous allons. Les monticules offrent toujours leur aspect de 
pyramides tronquées, sous la végétation qui les recouvre et qui en 
a si bien épousé les formes, que, souvent, des rangées de magueyes 
(agaves) suivent les lignes des étroites plates-formes, en dessinant 



Digitized by 



Google 



56 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

ainsi les différents corps. L'une des faces, celle de Tescalier, du 
côté de la Voie sacrée, est renflée, la terre s'y étant plus facilement 
accumulée. Des monceaux de pierres sur lesquels poussent, tou- 
jours, pirús et nopals séparent les pièces de terre labourée. Trou- 
vera-t-on là-dessous un pavé, un revêtement? c'est probable. 

Mais voici le terrain coupé à pic. C'est, à une profondeur d'une 
dizaine de mètres, la rivière San Juan, sans une goutte d'eau : nous 
la travei*serons donc facilement. Auparavant, je prends une vue de 
la Pyramide du Soleil avec, au premier plan, la coupure et le lit de 
sable delà rivière (fig. 4). Remontés de l'autre côté, nous reprenons 
notre marche. Plus près de nous, la grande Pyramide nous apparaît 
merveilleusement dorée dans le soleil du matin, tandis que la 
Meztlizacualliy plus petite, plus informe, sous sa végétation pas 
encore dépouillée, se détache sur le fond sombre du « Cerro Gordo ». 
Nous prenons sur la gauche pour revoir les ruines du a Palais » 
mis à jour par M. Charnay. Elles sont intactes ; le sol est soigneuse- 
ment balayé, et, pour que les murs ne continuent pas à s'eflTriter, 
M. Batres les a fait consolider à la partie supérieure par un peu de 
maçonnerie nouvelle. Dans la grande salle, les bases des six colonnes 
pyramidales demanderaient la même protection, la maçonnerie 
qui les forme se détruisant peu à peu. Mon souvenir allait, ému 
et reconnaissant, vers le courageux explorateur français qui a tant 
travaillé au Mexique, lorsque PZspiridion m'appelle pour me faire 
voir une excavation remplie de pierres, d'où M. Charnay aurait 
retiré un coffre plein de riches vêtements. Je lui explique que 
c'était le fameux monolithe de la Croix qui avait été trouvé là, à 
l'entrée d'un petit souterrain, mais sans le convaincre. Dans son 
cerveau, c'est l'image des beaux vêtements dorés qui reste. 



Et nous continuons notre route par la « Voie sacrée » (et non 
o Camino de los Muertos », puisque tout indique que c'était la voie 
triomphale parcourue par les cortèges religieux et que chaque 
petite pyramide, dédiée à un dieu de moindre importance, ne pou- 
vait servir de tombeau, étant massive). Elle se rétrécit; nous 
laissons à notre droite la majestueuse Tonatiuhzacualli\ et, à moitié 
route, je prends la vue de la Meztlizacualli. La distance entre les 



Digitized by 



Google 



EXCURSION AUX PYRAMIDES DE SAN JUAN TEOTIHUACAN 57 

deux est de huit cents mètres. Les deux rangées de Mounds qui 
s'étaient rapprochées, de façon à ne plus laisser entre elles qu'une 
cinquantaine de mètres, s'évasent alors, pour former, en avant de la 
Pyramide de la Lune, une place demi-circulaire du plus majestueux 
effet, avec, au milieu, comme à la citadelle, un monticule isolé. La 
proéminence, en avant de la pyramide, indique largement Tescalier, 
de chaque côté duquel se trouve un tlaielli moins élevé (fig. 2). Tout 
cela est encore recouvert déterre, de pierres et de végétation, surtout 
de nopals et de yuccas, très développés sur le versant nord. L'exca- 
vation qui se trouve à mi-hauteur, de même que le puits du som- 
met, ne sont que des restes de travaux de mines faits dans le but de 
chercher des trésors dans les chambres souterraines supposées. De 
chambres souterraines, de réduits sépulcraux, il ne semble y en 
avoir dans aucune de ces pyramides. Leur mode de construction 
en exclut la possibilité. 

Du haut delà Pyramide de la Lune, les vigies devaient surveiller 
admirablement les pentes du « Cerro Gordo » et les passages par 
où pouvaient entrer les ennemis du nord, Cuaxtecas, et autres. 
C'était, comme celle du Soleil, à la fois une forteresse, un temple et 
un observatoire. — Tout autour, de pauvres petits ranchos, dans 
les nopals, sont, comme les champs labourés, entourés de murs 
faits de laves entassées, dégringolées des pyramides. Ces laves 
très poreuses sont de couleurs variées (brun, rouge, violet, bleu). 
Je n'en avais encore vu de pareilles, ni dans le Pedregal de Coya- 
can formé par les coulées de l'Ajusco et qui rappelle les cheires du 
Puy-de-Dôme et du Pariou, en Auvergne, ni au Popocatepetl, 
dont la lave est noire. Dans l'une de ces cours, sur le versant nord, 
une surprise : un flamboiement de géraniums fleuris égaie les 
dessous toujours si laids des nopals ; et l'on est touché quand on 
pense que les habitants doivent aller chercher l'eau à plus de trois 
kilomètres de là et qu'il pleut si rarement du mois d'octobre au mois 
de mai. Cette idée fait excuser aussi la crasse épaisse des pauvres 
enfants qui viennent vousoff'rir, dans leurs chapeaux ou leurs jupes, 
desquantitésdedébrisde poterie et de flèches trouvés dans les champs 
voisins. En fouillant dans l'assortiment pour en choisir quelques-uns, 
je note — toujours — le contraste, parmi les petites têtes si connues 
comme « têtes de Téotihuacan », de ces profils si vivants (ressem- 
blant si bien à tant de gens que l'on connaît qu'ils en semblent 



Digitized by 



Google 



S8 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

les portraits ; avec leur crâne cylindrique, leur front étroit, leur 
prognathisme inférieur qui laisse les grosses lèvres ouvertes sur 
les mâchoires débordantes), et de ces autres figures presque plates, 
d'expression reposée, hiératique, avec leurs mitres, pendants 
d'oreilles et colliers compliqués. 

Nous reprenons la Voie sacrée par Test, après avoir fait le tour 
de la Meztlizuaciilli. Voici au coin d'un sentier, sur une grosse 
pierre dressée, un granit, Tébauche informe d'une image féminine 
avec une petite c;ivité rectangulaire à la place du nombril; sur les 
côlés, quelques signes hiéroglyphiques inconnus. Près de là se 
trouve la petite pyramide mise à jour, il y a quelques années, par 
M. Garcia Cubas. Elle offre ceci de particulier, c'est qu'à Tencontre 
des autres, ses escaliers (elle en a trois) ne donnent pas sur la Voie 
sacrée. Il en est deux, dont l'un en retrait, sur la face est et le 
troisième sur le coté nord. Chacun de ces escaliers garde des 
traces de peinture, rose, jaune et blanc. L'excavation faite dans la 
maçonnerie pour y rechercher un réduit funéraire est toujours 
béante. 

Quelques centaines de mètres de plus, et nous voici au pied de 
la Tonaii'uhzacunlli (fig. 3). 



Les mesures ont été rectifiées par M. Batres. La base est 
carrée, de 253 mètres de coté ; la hauteur est de 85 mètres. 
Les quatre corps se dessinent nettement. C'est là que les tra- 
vaux, menés très rapidement, ont commencé il y a un peu 
plus de huit mois. Il s'agissait de rendre à la Pyramide du 
Soleil son aspect primitif, de la nettoyer, de la restaurer. On 
sait que ces pyramides sont conslrniles par superposition, par 
emboîtement ; le centre étant formé d'une pelite pyramide massive, 
et chaque couche successive, parfaitement, terminée, avec sa maçon- 
nerie recouverte de chaux et son escalier. Appuyés sur cette 
maçonnerie, au long de chaque corps, étaient construits des contre- 
forts, de quatre mètres cinquante d'épaisseur, dont les intervalles 
étaient ensuite remplis de terre et de pierres, le tout recouvert à 
son tour par une maçonnerie de pierres de lave (tezontle) unies par. 
un simple mortier de terre battue et passé à la chaux. Ces pierres 
ne sont ni taillées ni même dégrossies. 



Digitized by 



Google 



EXCURSION AUX PYRAMIDES DE SAN JUAN TÉOÏIHUACAN 59 

A Tépoque où Téotihuacan était habité et les pyramides en usage, 
un entretien continuel devait être nécessaire pour éviter Teffondre- 
ment de la couche supérieure et conserver la superficie unie. 
D'ailleurs elles étaient peintes, probablement chaque corps d'une 
couleur différente, et cette peinture devait être refaite souvent. 

Les pyramides une fois abandonnées, cette couche extérieure, 
il est facile de le comprendre, craqua bientôt. Pierres et terre rou- 
lèrent ensemble, heureusement retenues par les plates-formes et la 
masse de l'escalier, de sorte que ce fut, tout de même, un manteau 
protecteur pour la maçonnerie immédiatement inférieure que ces 
masses roulantes recouvertes de végétation. 

Beaucoup des contreforts de la Pyramide du Soleil se sont effon- 
drés eux aussi. Ceux qui restent sont conservés soigneusement. 
Etant donné cet état d'éboulement de la couche supérieure, il n'y 
avait qu'une chose à faire, semble-t-il : l'enlever complètement, 
nettoyer la pyramide jusqu'à la seconde maçonnerie, de sorte, que, 
les travaux terminés, elle aura bien son aspect d'autrefois, mais sera 
diminuée d'une épaisseur moyenne de quatre mètres cinquante, 
soit de trois cent mille mètres cubes à peu près. 

Les deux premiers corps sont nettoyés ; la maçonnerie est consoli- 
dée, au fur et à mesure, par du mortier introduit entre les pierres ; 
les éperons ou contreforts sont réparés de la même façon, et, h la 
base de l'angle sud-ouest, un morceau intact de la couche éboulée 
ailleurs permet de se rendre compte de l'épaisseur enlevée. Cette 
restauration ne peut donc se faire que par une destruction. Mais 
quel autre moyen y avait-il? 

Depuis trois mois, les travaux les plus intéressants se font sur la 
face ouest, celle qui est en regard de la Voie sacrée et où l'on déblaie 
les escaliers. Ce sont d'abord, à la base, des passages autrefois cou- 
verts, adossés d'un côté à la pyramide et, de l'autre, à un tlatelli que 
supportent d'énormes murs. De là un premier escalier, perpendicu- 
laire à la pyramide, mène à un palier. Sur la photographie (fig. 5 
et 6), la tache plus obscure des marches, à droite, est la partie res- 
taurée ; elles sont de maçonnerie comme tout le reste. Du palier 
part un autre escalier appuyé, celui-là, sur la pyramide et qui obli- 
quement monte jusqu'à la première plate-forme (il est vu de profil 
dans la photographie) . Cette partie découverte est sur le côté gauche 
de la pyramide. Il reste à déblayer la masse de terre et de pierres 



Digitized by 



Google 



60 SOaÉTÉ DES AMÉR1CAM8TE8 DE PARIS 

qui, au centre de ce premier corps, recouvre Tautre escalier, faisant 
pendant au premier et s'y réunissant probablement par quelques 
larges marches uniques avant d'arriver à la plate-forme. Ces degrés- 
là se perdent ensuite sous les décombres. La tache sombre, au 
premier plan de la photographie, est une excavation faite sous Tesca- 
lier, où l'on a trouvé les premières marches d'un autre escalier 
similaire, appartenant à la couche ou pyramide inférieure ; elles 
sont intactes. Chaque pyramide, bien qu'elle dut être recouverte 
par une autre, était donc entièrement terminée, avait ses escaliers. 
Était-ce une question rituelle ou un moyen de faciliter la montée 
ou la descente des travailleurs? il semble que, dans ce dernier cas, 
des échelles eussent suffi. M. Batres croit que la construction s'est 
faite sans interruption, qu'une pyramide n'a pas été mise en usage 
pendant un certain temps avant d'être augmentée par la superpo- 
sition d'une autre. Ce qui semble appuyer sa théorie, c'est que les 
plus petites sont construites de la même façon. 

C'est là, devant cette masse de terre qui reste encore à enlever, 
pour terminer le dégagement de ces véritables propylées, que l'inté- 
rêt s'éveille intense Que va-t-on y trouver? Quel monument se cache 
entre les deux rampes? La statue du Dieu a-t-elle roulé jusque-là, 
ou la trouvera-l-on au sommet, dans les déblais de la plate-forme 
supérieure? 

Partout où cela est nécessaire, la maçonnerie des escaliers et de 
leurs murs de soutènement a été réparée dans le même appareil. 
Ce qui n'a pas été difficile, les maçons des villages voisins construi- 
sant encore leurs murs de la même façon. Seulement les nouveaux 
murs ne sont ni crépis, ni peints comme les anciens sur lesquels 
les restes de fresques roses sont préservés par un lattage. Ces 
passages couverts devaient être à l'usage exclusif des Sacerdotes. 



Parmi les objets les plus importants trouvés jusqu'ici et qui sont 
déposés au ministère de l'Instruction publique, un fragment de sta- 
tue de femme, en porphyre vert admirablement poli, est tout à fait 
remarquable. Les jambes sont brisées au-dessusdes genoux. Il n'y a 
plus ni bras ni tête ; le tronc est long et mince ; les épaules sont 
étroites et remontées, les seins et les muscles sont à peine indi- 



Digitized by 



Google 



EXCURSION AUX PYRAMIDES DE SAN JUAN TEOTIHUÂCAN 61 

qués; l'ensemble rappelle certaines statues archaïques de Mycènes. 
Cette statue présente la même particularité que Tébauche informe 
dont j'ai parlé plus haut, une cavité en bas du ventre destinée 
probablement à recevoir un objet quelconque. De plus, sous l'ais- 
selle se trouvent deux autres cavités coniques parfaitement nettes 
et polies que remplissaient d'une manière exacte des cônes de 
porphyre polis, eux aussi ^ La statue entière devait mesurer à 
peu près quatre-vingts centimètres de hauteur. On remarque 
ensuite une tête d'homme de la même pierre, demi-grandeur 
nature, d'un modelé et d'une expression extraordinaires; un tube 
d'obsidienne de dix centimètres de longueur sur un de diamètre, ou, 
plutôt, un cylindre, percé dans toute sa longueur d'un étroit canal 
et travaillé à l'extérieur de. façon merveilleuse ; et, enfin, des pail- 
lettes d'obsidienne de la grandeur et de l'aspect de celles que l'on 
emploie encore aujourd'hui, irisées, et percées d'un trou pour être 
cousues à plat sur l'étoffe, étonnent. 

Avec quel outil, par quel procédé ont pu être obtenues ces per- 
forations ? 

Sur les lieux mêmes des fouilles on a laissé les grands objets : 
des pierres de taille, revêtements de murs, probablement, avec, 
sculptés en bas-relief, des Nahui-Ollin, les dents de Tlaloc, des 
flammes ; deux têtes d'ocelotl, sculptées dans les grandes pierres 
brisées, devaient être posées peut-être de chaque côté d'un escalier; 
des fûts de colonnes, une main fermée ayant appartenu à une sta- 
tue colossale ; sur une grande pierre, une ébauche d'une croix rap- 
pelant celle trouvée par M. Charnay ; des poussoirs de tezontle, de 
nombreux débris d'objets et de statuettes en terre cuite. 



La Pyramide du Soleil repose sur une plate-forme s'étendant à 
plus de cinquante mètres tout autour, et ensevelie sous les terres 
charriées par les eaux. On la met à jour, à l'angle sud-ouest; elle 
est faite d'une épaisseur de plusieurs mètres d'adobes, réduites 
maintenant à une masse compacte et reposant sur le sous-sol de 
tepetate. La partie supérieure, formée d'une couche de béton très 

1. Ils 86 sont, par malheur, égarés, depuis le transport de la statue à 
Mexico. 



Digitized by 



Google 



62 SOCIÉTÉ DES AMÉRICÂNISTE8 DE PARIS 

dur, est revêtue encore par endroits de sa légère pellicule de chaux. 
Dans le même angle, un des Mounds a été nettoyé et la pyramide 
tronquée, à trois corps, de base carrée de vingt mètres de côté, de 
dix mètres de hauteur, apparaît avec son escalier simple de teocalli, 
tourné du côté de la Voie sacrée. Cet escalier est entier, mais la 
maçonnerie s'en effrite. 

A côté, juste au pied de la face sud de la Pyramide du Soleil, 
M. Batres a découvert, dès le début des travaux, « la Casa de 
los Sacerdotes ». C'est, adossée à un petit teocalli, sur le bord 
de la plate-forme formant terrasse de ce côté-là, une construc- 
tion d'une vingtaine de pièces, grandes et petites, les unes parais- 
sant de simples passages avec un canal d'écoulement pour Teau ; 
deux autres avec une cavité ronde comme une cuvette, dans le sol de 
béton. L'une de ces cavités est percée au centre d'un trou. Les murs 
sont très épais, mais tous rasés à une hauteur variant de soixante- 
quinze centimètres à deux mètres ; ils ont été continués dans leur par- 
tie supérieure par de la maçonnerie neuve pour les protéger. Ils sont 
recouverts de la même couche de chaux qu'ailleurs, avec les mêmes 
fresques de couleur rouge ; les mieux conservées sont protégées 
par des lattages. Les toits devaient être faits de lames de schiste 
gris que l'on retrouve tout autour. C'est là que M. Batres a rencon- 
tré des ossements humains, parmi des morceaux de bois carbonisés, 
des pierres ou autres objets y ressemblant, fondus, tordus, 
réduits en scories, attestant la force de Tmcendie qui détruisit la 
ville des dieux quand l'ennemi s'en empara. Ce qu'il est difficile 
de s'expliquer dans ce cas, c'est que les peintures et la couche stu- 
quée des murs des autres pièces de la Casa de los Sacerdotes soient 
aussi bien conservées et sans trace d'incendie. Ne serait-ce pas 
plutôt une preuve qu'au moment de fuir devant l'ennemi, les 
Sacerdotes auraient brûlé là les corps de ceux des leui^ tués dans 
les derniers combats, ainsi que des objets précieux, peut-être cul- 
tuels, qu'ils ne pouvaient emporter? Ils auraient élevé le bûcher 
dans l'une des chambres, celle où ont été retrouvés les restes en 
question. 

A l'angle sud-est de la Pyramide du Soleil s'élève, avec ses 
dépendances, une jolie petite maison que M. Batres a construite 
pour le service de l'inspection archéologique et où l'on est sûr de 
recevoir une hospitalité aussi large qu'aimable. 



Digitized by 



Google 



EXCURSION AUX PYRAMIDES DE SAN JUAN TÉ0T1HÜACAN 63 

Les travaux de la Pyramide du Soleil dureront probablement 
encore un an ; le coût total en a été calculé à deux cent mille piastres 
à peu près. Puis on entreprendra les travaux de la Pyramide de la 
Lune, le déblaiement et la réfection de la Voie sacrée ainsi que de 
tous ses tia teles, et, enfin, les fouilles pourront continuer dans les 
centaines de ruines ensevelies sous les Mounds de la plaine. 



C'est une belle œuvre, bien digne de Tesprit large et généreux 
du ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, de M. Justo 
Sierra, poète et historien. Ses conséquences archéologiques et histo- 
riques peuvent à peine se calculer maintenant; mais ce sera tou- 
jours un hommage, une réparation, un témoignage de reconnais- 
sance du Mexique actuel à la race qui fut la première, dans cette 
vallée, l'initiatrice de la civilisation, aux Toltecu-Nahoas. 

Un musée va être incessamment construit sur les ruines mêmes 
de Téotihuacan pour y abriter les objets recueillis au cours des tra- 
vaux. Le chemin de fer mexicain a promis un embranchement qui 
arrivera à cent mètres de la grande Pyramide et non seulement 
facilitera l'excursion aux touristes mais permettra de débarrasser le 
terrain de l'énorme accumulation de pierre. Celle-ci se vendra faci- 
lement à Mexico. Ainsi donc ces laves, aux si jolies couleurs, 
rejetées d'abord par le Cerro (îordo, extraites ensuite des terrains 
d'alluvions par les Indiens qui élevèrent la ville des dieux, rejetées, 
et transportées par les Indiens actuels, iront servir à l'édification des 
villas modern-style des quartiers neufs de Tenochtitlan. 



Nous reprenons au soleil couchant le chemin de la gare. Ciel et 
montagnes, tout est rose vers Touesi, tandis qu'à Test la lune s'élève, 
calme et radieuse, opalisantdeses rayons les voiles bleus et mauves 
qui, peu à peu, couvrent tout. Une heure, un moment d'une soirée 
pareille, suffit pour vous faire comprendre, à tout jamais, le culte 
des astres. 

Notre dernière halte nous amène dans l'atrium de l'église de San 
Sebastian. Sur la terre nue et poudreuse, au ras du sol, les pauvres 
tombes gisent tout de travers, sur lesquelles d'habitude les gens 



Digitized by 



Google 



64 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

passent sans sourciller, mais dont quelques-unes, dans ces premiers 
jours de décembre, gardent encore, sèches et fanées, les guirlandes 
de zempoalxochitl jaunes dont on les avait ornées le Jour des Morts. 
La façade de Téglise, avec sa tour blanchie à la chaux, de loin, fait 
de TefTet, mais, de près, ne montre que ses lézardes, ses murs salis 
aux gouttières; une porte ancienne, assemblage de morceaux de 
chêne, formant d'assez jolis dessins, paraît, faute d'entretien, 
devoir s'effondrer au premier mouvement. Même désolation 
sur la façade sud : pas de vitres aux fenêtres ; de mauvais volets de 
bois fermant mal. Puis, de l'autre côté de l'abside, au pied du mur 
exposé au nord, s'étend l'agriable tapis d'un peu de gazon auquel 
l'ombre a permis de pousser, et, sur ce mur lui-même, un tas de 
choses amusantes sont esquissées dans le mortier par des lignes de 
petits morceaux de tezontle qui courent autour des grosses pierres 
pour les consolider : des oiseaux de toute sorte, de face et de pro- 
fil ; des scènes de duel, de petits bonshommes brandissant desépées- 
espagnoles plus grandes qu'eux, des fleurs, des orïiements. Imaginez 
une page énorme de dessins enfantins faits dans le mortier, avec 
de petites pierres, par ces hommes au cœur toujours religieux, qui 
travaillaient, sous la direction d'un bon Franciscain, à leur nouveau 
temple, — réplique à l'énorme Pyramide, simplement, géométri- 
quement belle, élevée par les ancêtres au Père divin, le Soleil ! 

Mexico, décembre 1905. 



Digitized by 



Google 



TEXTES ET DOCUMENTS 



UN MÉMOIRE POLITIQUE DU XVIIP SIÈCLE 
RELATIF AU TEXAS 

Publié par M. le Baron Marc de VILLIERS DU TERRAGE, 

Membre de la Société des American ¡stes. 

Les limites du Texas * restaient, au commencement du xviii® 
siècle, excessivement vagues, et son territoire, souvent appelé 
la province d'Assinaïs, se trouvait aussi peu délimité que celui de 
la Louisiane, auquel les Américains, en 1803, prétendirent incor- 
porer toutes les contrées s'étendant jusqu'à la Californie. 

Après Soto, au xvi® et au xvii® siècle, les Espagnols parcoururent 
le Texas à maintes reprises, mais aucune relation précise de leurs 
voyages ne nous a été conservée ^, aussi l'histoire de la colonisation 
de celte région ne commence guère qu'à l'époque du débarque- 
ment de Cavelier de La Salle à la baie du Saint-Esprit ou de 
Saint-Bernard. 

Les aventures et la fin malheureuse de notre compatriote sont 
trop connues pour qu'il soit besoin de les retracer ici : rappelons 
simplement qu'Alonzo de Léon, gouverneur de Cohahuila, se mit 
en campagne en 1689, avec l'intention de détruire le nouvel éta- 
blissement français. A son arrivée, il trouva que les Indiens avaient 
déjà accompli sa besogne; il se borna à ramener quelques-uns des 
survivants de l'expédition, restés prisonniei's chez les Peaux-Rouges, 
et à châtier deux des assassins de de La Salle. 

1. Cette dénomination provient, croit-on, du nom d'une ancienne tribu 
indienne et sa signifícation serait : amis ou blé, 

2. Sauf, peut-être, ceux de la catégorie, très mal connue et peu étudiée 
encore, de la collection Aubin- Goupil à la Bibliothèque nationale de Paris. 

Société des AméricAniâteM de P^ris b 



Digitized by 



Google 



66 SOCIÉTÉ DES ÁMÉR1CAN18TB8 DE PARIS 

Léoiif puis son successeur Téran, fondèrent entre le Rio Grande 
et la rivière de la Trinité diverses missions, mais aucune ne pros- 
péra. 

Dans les premières années du xvm* siècle, La Mothe-Cadillac, 
gouverneur de la Louisiane pour le compte de la Compagnie des 
Indes occidentales, chargea Juchereau de Saint-Denis d'explorer 
le Texas dans Tespoir d'arriver à nouer des relations commerciales 
avec les comptoirs espagnols. Toutefois la méfiance de nos voisins 
et une passion romanesque de Juchereau pour la fille du comman- 
dant d'un des postes espagnols rendirent ses tentatives stériles. 11 
traversa pourtant à diverses reprises le pays des Cenis et se rendit 
même, à deux reprises, à Mexico, la seconde fois, il est vrai, tout à 
fait contre son gré. 

En 1721 , une deuxième tentative d'établissement français, dans la 
baie du Saint-Esprit, échoua complètement, et, dès lors, la frontière 
entre la Louisiane et les possessions espagnoles se trouva tacitement 
fixée entre notre poste des Natchitotchez, situé sur la Rivière Rouge, 
et le fort espagnol Adaès ou des Adayes, fondé, en 1718, un peu 
plus au Sud. 

Les missions espagnoles du Texas tombèrent d'elles-mêmes si 
rapidement en ruines, ou se trouvèrent si souvent détruites par 
les Indiens, qu^il est main tenant très difficile de déterminer, exacte- 
ment, la situation de la plupart. 

Il convient d'insister tout particulièrement sur l'hostilité des tri- 
bus indiennes, contre les Espagnols, puisque c'est elle qui a servi 
longtemps de base à notre système politique en Amérique et, par 
suite, a conduit le chevalier de Kerlerec, gouverneur de la Loui- 
siane, à rédiger en 1753 le mémoire que nous publions ici dans son 
intégrité et sa disposition matérielle ^ 

Les Canécis, visés principalement par ce mémoire, formaient 
une peuplade dont il est assez rarement fait mention, au moins 
sous ce nom. Peu de cartes la mentionnent : pourtant celle de Dan- 
ville (1756) la place près des sources de la Rivière Rouge. 

Pour qui connaît tant soit peu l'histoire de nos colonies, il est 
inutile d*ajouter qu'aucune suite ne fut donnée à ce rapport. 
Kerlerec restait, d'ailleurs, souvent un an sans recevoir de dépêches, 

L Archives du ministère des Colonies. — Louisiane, vol. 37. 



Digitized by 



Google 



PROJET DE PAIX ET d' ALLIANCE AVEC LES GANNEQS 67 

et celles qui finissaient par lui parvenir répondaient, en général, 
à des demandes vieilles de quatre ou cinq ans 1 



PROJET DE PAIX ET D'ALLIANCE AVEC LES CANNECIS 
et les avantages qui en peuvent résulter^ 

envoyé par Kerlérec, gouverneur de la province de la Loüisianne, 

en 1753. 



L'espagnol des Nouvelles Filippines (A) n'a jamais voulu donner 
les mains à la convention qui lui a esté si souvent proposée par 
mes prédécesseurs, gouverneurs de cette province de la Loüisianne, 
de se rendre réciproquement les déserteurs de leurs poste des 
Adailles, au notre des Natchytochès, 

Nous avons saisy dans le poste bien des occasions différentes, 
où celuy des Adailles se trouvoit réduit a la dernière dizette de 
vivres pour Tenguager a cette condition avec promesse de le secou- 
rir aussylôt. El toujour dans lasuitte, en semblables nécessité, nos 
tentatives ont toujours esté infructueuses et nous avons veu ce voisin 
obstiné, malgré la faim et la miisere, se résoudre a envoyer chercher 
dès grains a 300 lieux ; plustot que de les tirer le mesme jour de 
chez nous en tombant d'accord d'un cartel que le gouverneur des 
Adailles scait exister entre Pensacola et la Nouvelle Orléans : 

(A) La province des Nouvelles Filippines ou Texas ^ est une des plus 
vaste mais des plus déserte que l'Espagne possede dans ce nouveau 
monde ; elle s'est peu attachée a la peupler à cause de notre voisinage, 
et a esté bien aise de laisser im interval de 150 lieues au moins du premier 
poste au second, pour en faire envisager le trajet plus difficile. 

Cette province contient le fort des Adailles, dont le gouverneur a 
le titre de Capitaine Général, et commande les capitaines de la Baie du 
S* Esprit, de Saint Xavier, de la rivière du Nord, S** Roza, de Saint 
Antoine, les gouverneurs de Coaquila {Monclova) et du nouveau royaume 
de Léon, il se dit aussy command^ de Pensacola. Cette province 
depend pour le spirituel de Févéché de Goadalaxara. 



Digitized by 



Google 



68 SOCIÉTÉ OES AMÉRICANISTES DE PARIS 

Il est incontestable que l'Espagnol, chagrin de nos établissements 
sur la rivière Rouge et aux Natchytotchez, nous voit avec des yeux 
bien jaloux résider sur des terres qu'il scait estre de plein pied avec 
celles du Mexique, il spécule sans doutle que, s'il survenoil quelque 
différent entre les deux couronnes, la notre pouroit entreprendre 
sur ces riches provinces ; ce qui luy paroit d'autant plus aisé, quil 
scait qu'en franchissant environ 200 lieues de beau pays (mais que 
son habile politique a laissé désert et inhabité) nous nous rendrions 
maîtres, et presque sans coup ferir, des fameuses mines de Santa 
Roza de Quitteria (B), Boca de Leones et de Monterey; un party 
considérable de sauvages bien conduit por teroit, a coup sur, la guerre 
et la désolation jusqu'à Mexico mesme. 

(B) S** Roza de Quitteria est un petit fort situé sur la gauche de celui 
de la riviere du Nord environ à 20 lieues dans les terres ; il va des mines 
très riches, ainsy qu'à Boca de Leones peu distant du mesme endroit. 
Monterey est la capitale du nouveau royaume de Léon ; elle fut presque 
entièrement ruinée par une inondation arrivée en 1750. Escandou, Gou- 
verneur de Tampico acheva de rafiToiblir ainsi que tous les postes qui en 
dépendent, en 1751, par les levées d'hommes qu'il fît pour peupler la coste 
et soutenir les missions établies cette mesme année le long du Golfe et 
depuis la Baie du S* Esprit jusqu'à son gouvernement. 

On reconnoistra aisément cette vérité, — quand on scaura que 
leur presidio des Adailles (G), qui est notre frontière, et un de 
leurs forts le plus renommé, n'est pourtant qu'un méchant penta- 
gonne très irrégulier, délabré et gardé par soixante mulâtres nulle- 
ment agueris et qui ne tiendront pas deux heures contre trente bons 
soldats européens. 

(G) Ce presidio des Adailles fut construit en 1720, un an après la 
prise de Pensacola par M. de Chamelin ; les Espagnols n'y avaient aupa- 
ravant qu'une mission composée de deux moines et de deux soldats : 
M. Blondel, capitaine de nos troupes alors commandant aux Natchytochès, 
les en chassa; la paix, ayant esté conclue, le marquis de Cazafuerta, 
alors vice roy du Mexique, dépécha le commandant de Sant Miguel avec 
100 soldats et quelques familles pour rétablir ce mesme poste des Adayes ; 
cette occasion estoit belle pour exiger dans le temps un cartel et telles 
conditions qu'on eut voulu : il estoit chargé de bien du monde, sans 
vivres et ne pouvant en tirer que de chez nous, mais la Compagnie des 
Indes, alors maitresse de ce pays, qui n'envisageoit que son commerce, 



Digitized by 



Google 



PROJET DE PAIX ET O ALLIANCE AVEC LES CANNECIS 69 

et qui cependant projettoit d*en ouvrir un considérable dans ce poste- 
négligea ou ne fit aucune attention à ce point capital. 

Leurs forts de S* Xaxier (D), de la Baye du Saint Esprit, de la 
Riviere du Nord, etc., où Ton ne trouveroit que de semblables garni, 
sons, n'ont pas mesme de palissades, et ne forment qu'un amas de 
méchantes chaumières serrées les unes contre l^s autres et couvertes 
en pailles. 

(D) S' Xavier est un poste etably en 1748 à 150 lieues de celuy des 
Adailles, sur les parages de celuy des Cannecis et a la solUcitation des 
moines franciscains qui s'estoient flatté de gagner cette nation ; il y ont 
très peu réussy et se sont fait tuer beaucoup de monde. On sait que la 
Baye du S' Esprit esta nous, c'est la mesme que notisapellons S' Bernard ; 
les Espagnols s'en estoient emparé après le massacre de nos gens par les 
Indiens de la côte qui arriva environ en 1719 ; ils l'ont quitté depuis et, a 
deux différentes reprises, se sont réétablis la première fois à 10, et la 
seconde à 20 lieues, tirant sur leurs provinces ; ils ont encore deux ou 
trois de nos canons ; il reste à sçavoir si les Espagnols, nous laisseront 
paisiblement établir un poste dans cette Baye qui nous apartient et c'est 
sur quoy il me semble qu'il seroit en règle que les deux cours pronon- 
çassent ; il y a une belle rivière qui se dégorge dans cette baye que les 
Espagnols nomment rio de Guadalupe. 

La rivière du Nord ou Bio Grande passe pour estre aussy large que le 
fleuve S' Louis et se perd dans le golfe ; il y a un poste à 60 lieues au dessus 
de l'embouchure, gardé, par un capitaine et quelques soldats, des habi- 
tants, deux missions et nombre de bestieaux. 

Quanta Saint Antoine (E) les maisons y sont de-pierres, mais 
cette ville esl sans murailles et sans forteresse ; considérable par 
la multitude d'Indiens rengés en missions, et c'est de ces derniers 
qu'elle recevroit, ainsy que touttes les antres, Téchek le plus mortel, 
puisqu'il est certain qu'au premier mouvement ils se rangeront du 
costé de leurs ennemis et se livreraient a toute la haine qu'ils 
nourissent contre ses habitants dont, à juste titre, ils se regardeni 
comme les esclaves. 

(E) Sant Antonio de Becave, étably en 17Í2 par des familles tirées des 
Canaries, et auxquelles le roy catholique ainsy qu'à leurs descendants a 
acordé de beaux privileges et de grandes immunités, et à leurs établis- 
sement le titre de ville. C'est la première que l'on rencontre allant au 



Digitized by 



Google 



70 SOaÉTÉ DBS AHÉB1CAKISTE8 DE PARIS 

Mexique ; il s y fait du sucre ; on y voit cinq belles missions et une 
prodigieuse quantité d'Indiens. 

La façon dont les franciscains gouvernent les Indiens, mérite d'estre 
cittée ; ils ne leurs souffrent aucunes armes^ et mesme point de couteaux 
qui ne soyent épointé. Sur la moindre échapée, on les amarre et 
ils sont fustigés de toute importance, ils les forcent de faire du maïs sur 
lequel ils leur donnent leur ration, et s'aproprient le surplus, et enfin les 
occupent aux mines et aux travaux les plus durs ; il n'est pas douteux 
qu'une condition aussy servile et aussy déplorable, ne nous donât de 
biens faciles moyens de gagner des hommes aussy misérables ; qui, de 
tous temps, et depuis qu'ils ont entendu prononcer le noms françois, se 
sont voué a nous estre tributaires de préférence. 

...Celte certitude qu'a l'Espagnol de sa foiblesse, des risques qu'il 
peut courir et la défiancé où il est des tentatives que nous ne pou- 
vons manquer de faire tot ou tard est ce qui l'enguage a persister 
sur le refus de ce cartel (F). Il connaît la légèreté des soldats de notre 
nation, combien il leurs en coutte peu de quitter leurs drapeaux et 
la peine capitale quils encourent a les rejoindre, il est convaincu 
que le moyen le plus efficace de nous faire renoncer a un établisse- 
ment, solide dansées quartiers là (en y plaçant une garnison nom- 
breuse) sera toujours de donner un azile inviolable a nos déser- 
teurs ; on ne tn^auroit disconvenir que ses veues en ce point sont 
très justes. 

Mesme raison le determine à ne point consentir à la traite des 
bestiaux ; nous sommes des voisins incommodes, a craindre, et 
auxquels on ne scauroit rendre la vie trop dure. 

C'est en quoy il est a propos d'arrester les yeux sur le peu tie grati- 
titude de l'Espagnol toujour lent a reconoistre un bienfait, puisque, 
sollicité par nos gouverneurs, ils se refusent aux besoins de notre 
province ; prompt à oublier ceux qu'on luy rend puisqu'il n'a pas 
éprouvé chez nous mesme opiniâtreté, quand nous avons esté requis 
par ses commandants de leurs rendre le service dont il s'agit en fait 
de vivres par don Prudentiô de Arobio, don Thomas de Winto- 
nizen, don Francisco Garcia Carlos, don Pedro des Bario et don 
HyacintoGauregue,aujourdhuy gouverneur des Adailles, qui depuis 
5 à 6. mois, s'est trouvé dans la plus parfaite dizette, et auquel j'ay 
fait passer 250 quarts de maïs. 



Digitized by 



Google 



PROJET DE PAIX ET D^ALLIANCE AVEC LES CANNBCIS 7i 

(F) On n'a jamais pu scavoir au juste ce quHls font de nos déserteurs 
ou ce qu'ils deviennent ; ils les laissent peu séjourner aux Adayes, et 
nullement dans les postes circonvoisins ; il y a toutte apparence, ou quils 
les employent aux mines, ou qu'ils les relèguent dans le fond des terres 
du Nouveau Mexique en Californie, etc. 

En fait de bestieaux par don Juste Bonneo et don Carlos de 
Franquis (G) que ce dernier n'a pas encore payé jusqu'à ce jour à 
la concurrence de 3000 piastres. 

Ne seroit il donc pas permis de nous venger de la dureté de l'Es- 
pagnol, de diminuer son orgueil, et de le conduire par une voye bien 
scure a ce que nous exigeons si légitimement de luy. 

(G) Ce don Carlos de Franquis vint, il y a environ quinze ans, relever 
le nommé Sandoval accusé d'avoir vendu aux Francois le terrain où ils 
transportèrent le fort, de dessus Fisle où il estoit, et qui existe aujourd'huy ; 
il le fit mettre aux fers et le traita bien indignement, mais enfin ces 
mesmes violences et plus encore ses altercations avec les moines le firent 
relever luy mesme ; il partit sans paiyer 3000 piastres quil doit aux 
habitants du poste des Natchy toches pour du maïs, chevaux et bestiaux : 
on le dit aujourdhuy colonel du regiment royal de Savoye servant en 
Espagne ; on a écrit bien souvent h Mexique à ce sujet, les gouverneurs 
des deux couronnes s'en sont melles ; enfin l'année passée il vint un 
exprès s'informer de cette affaire, et, après les recherches nécessaires, 
celuy de Mexique fit espérer qu'elle se termineroit bientôt a la satis- 
faction des intéressés; le x^omte de Gigedeau, cy devant orcucita vice 
roy, vient de demander dans ses dernières lettres à don Hyacinto com- 
mandant deà Adayes d'en estre instruit, ce qui annonce beaucoup de 
lenteur. 

Nouspourions, en moins d'un an, nousaproprier des pays immenses 
voisins attenant, et le disputant en richesses a la Nouvelle-Espagne ; 
ce sont les terres de Cannecys (H), elles ne sont annexées ny a 
l'une ny à l'autre couronne, puisque aucune ny a arboré son 
pavillon. 

(H) Ces Cannecys sont inonibrables, ils font des torts infiny aux Espa- 
gnols, étendent leurs courses jusquau centre de la Nouvelle Espagne, 
leurs tuent journellement du monde, leurs ont défait des convoys entiers 
et souvent leurs enlèvent leurs cavaillades ou marchandises de transport. 

Ces Indiens, de tout temps ennemis déclarés de l'Espagnol et de 
touttes nos nations sauvages cy après, sont étendus au delà de ce 



Digitized by 



Google 



72 SOaÉTÉ DES AMÉHICANISTES DB PARIS 

que Ton s'en figure. L'Espagnol les nomme apaches^ ils font des 
hostilités continuelles sur les villes de Coaguila (I) de S^ Antoine et 
le poste de S* Xavier. 

Nous les nommons Cannecys et ils se battent avec les Cadoda- 
quiou, naytannes, quitesinge, louacana, hyscanis, assinais, nacok- 
dosé, nadacok, aiches, yalassé, etc. Les Ozages, Arkansas, Missou- 
ris, et Illinois les nomment Catoka, sous les trois différents noms 
ils sont les mesmes, s'entendent tous et parlent une mesme langue. 

Tous les sauvages desnommé cy dessus, leurs ennemis et qui nous 
sont aliés, s'accordent tous d'une voix unanime à reconoistre le 
gouverneur françois de la Louisianne pour leur père ; aucun ne le 
desavouera jamais dans la moindre de ses volontés. Je pouvois leur 
dire que mon intention est de nétoyer et applanir les chemins, que 
je ne puis plus souffrir de les voir teints et rouges du sang de mes 
enfans, en un mot que je veux la paix généralle ; cette proposition, 
estant suivie d'un présent comme il est d'usage a leur égard, il est 
certain qu'ils le recevraient avec des témoignages de joye infiny, 
puisque l'humanité est de tous les hommes, et qu'il est rare d'en 
trouver dans le général qui ne préfèrent les douceurs de la paix aux 
horreurs de la guerre. 

(I) Coaguila petite ville, avec titre de gouvernement un peu au delà de 
Saint Antoine, nullement fortifiée et avec fort peu de troupes ; il s'y fait 
un commerce considérable de toute sorte de bétail, on y fabrique des 
draps et des baguetes comme a Queyetano ; on y fait du savon, du vin, 
de Feau-de-vie, de beaux froment, on y voit des oliviers,et, assez proche 
de là, est un morne où Ton trouve beaucoup d aymant, c'est la seconde 
ville sur la routte de mexique. 

Nos nations respirent d'autant plus cette paix qu'à peine peuvent- 
ils faire un pas sans courir risque d'estre égorgé ; les Cannecys 
sortent rarement de leurs limites sans donner dans quelques pièges : 
donc les uns et les autres se feroient une grande fête de devenir 
amis ; leur interest commun et la nouveauté les y pousseroient en 
leurs réprésentants mille douceurs et aventages dans cette aliance ; 
mais les plus flattés seroient sans contredit les Cannecys par l'envie 
qu'ils ont de voir et d'acquérir nos marchandises (K), et la jalou- 
sie qu'ils portent aux autres, qu'ils scavent jouir du privilège de 
commercer librement avec nous. 



Digitized by 



Google 



PROJET DE PAIX ET d'aLLIANCE AVEC LES CANNECIS 73 

(K) les nations que nous avons, tant sur la rivière Rouge quaux envi- 
rons, ne vivent presque que de beufs ; les Cannecys ne conoissent point 
d'autre nouriture ; pour en trouver il faut que les uns et les autres sortent 
dans les prairies souvent au hazard de se rencontrer et où le plus foible 
succombe toujours sous le plus fort ; il est donc bien aisé de juger com- 
bien ces différentes nations s'attacheroient à ceux qui leurs procureroient 
la paix. 

Je suis très persuadé qu'on réussiroit du premier abbord en fai- 
sant choix d'une personne connue et au fait des usages de nos 
Indiens : elle s'aboucheroil avec eux, comme on vient de le dire, et 
lèverait chez eux un poste suffisant et bien armé pour entrer sur les 
parages des Cannecys (non encore prévenus) sans en craindre de 
surprise. Quand on en seroità portée, on détacheroit une esclave 
de cette nation qui nous seroit familier, sachant sa langue et la 
notre, y porter la nouvelle qu'un chef françois est arrivé, qu'il 
demande à les voir, qu'il est chargé d'un présent pour eux et d'un 
pavillon de ma part ; et qu'il vient pour leur procurer la paix avec 
leurs ennemÍ3 (L). Est-il douteux qu'ils ne vinssent tous en foule 
s'éclaicir d'une si heureuse nouvelle et cymenter pour toujours cette 
paix si peu atendue et si désirée depuis tant d'années? 

(L) L*espagnol n'ignore pas combien cette paix luy seroit désavanta- 
geuse si elle venoit à se conclure entre ces nations que j'ay desja dit, qui 
nous servent de barière entre les Cannecys et nous ; ils avouent qu'ils 
seroiént contraints d'abandonner beaucoup de ses forts et surtout celui 
des Adaiyes et la province entière, n'estant plus en état de risquer aucun 
convoye que les Cannecys pilleraient et massacreraient, aidés des armes 
à feu et enhardis à faire des prises par l'avantage décidé qu'ils auraient 
dans les premières aventures. 

Nous serions donc instalé dans cette nation puissante, à mesme 
de fouiller et de découvrir ses terres, d'y faire un commerce bril- 
lant, des établissements considérables à deux pas de Coaguila (M), 
du SkUillo^ et de S* Antoine, maîtres du chemin de S*» Feez, 
avancé dans celuy du Mexique, sûrs qu'au premier signal que nous 
ferions le Cannecys iroit fondre sur l'Espagnol avec lequel il seroit 
de pair pour les armes à feu, et les munitions qu'il tirerait de 
nous, en un mol à mesme de nous flatter d estre les arbitres de son 
trouble ou de son repos, et de tirer vanité ou avantage de ce pou- 



Digitized by 



Google 



74 80€IÉTÉ OES AMÉRICANISTES DE PA|il8 

voir que nous aurions de luy procurer de la tranquililé ou de luy 
laisser faire beaucoup de mal. C'est ce quil est prudent de luy 
préparer de longue main, en cas de guerre et de rupture ouverte 
avec celle monarchie. 

(M) Saltillo est la 3*^ ville que Ton trouve en allant des Adaiyes a 
Mexique, et à moitié chemin de cette capitale. Les Espagnols, qui ont 
voyagé chez nous, la comparent à la Nouvelle Orléans ; elle est gouvernée 
par un alcade ou juge de police ; il n'y a point de troupes ; il s'y fait de 
grandes affaires et on y voit beaucoup de monoye et de matières ; dans 
son voisinage est un bourg peuplé de tlascaltecs,ces fameux Indiens qui du 
temps de Montezuma formoit ime république qui épousa le party de Hemand 
Ck)rtez et ne contribua pas peu à luy faciliter sa conquête ; ils sont nobles, 
exemps de tout tributs, fidels à l'Espagnol mais peu nombreux. 

Santa Fez capitale de cette province, que les Espagnols apellent Nuevo 
Mexico, où il y a des mines d'or et d'argent tres riches ; il ne con- 
naissent d'autre route pour y aller que celle de mexique et rabattent par 
Chicayua n'osant se risquer à faire la traverse des Cannecys, ce qui leur 
abrègeroit le chemin de plus de 400 lieux. Celuy dont ils se servent est 
très pénible à cause des montagnes escarpées qu*il faut franchir, et c'est 
ce qui les empêchent d'ouvrir et de travailler autant qu'ils le désirent les 
riches mines de cette province, parla difficulté d'en transporter le métal; 
il est à observer que c'est toujours le Cannecys qui les en prive et que 
c'est par luy que nous pouvons nous les aproprier. 

De quel œil l'Espagnol envisagera-t-il donc ces progrets ? que 
penseroit-il de nous voir si près du centre de ses provinces et chez 
nous dans ces belles contrées, qu'il tache inutilement d'envahir 
depuis si longtems, qui luy ont coutté tant de sang sans aucun 
fruict (N). 

(N) la dernière campagne qui s'est faite par les Espagnols sur les 
Cannecys fut extrêmement desavantageuse à ces premiers ; ils s'y présen- 
tèrent au nombre de 200 hommesj et estoient commandés par le gou- 
verneur de Coaguila ; il tomba dans une embuche pour s'estre laissé 
découvrir, fut dangereusement blessé, perdit plus de la moitié de son 
inonde, presque tous ses chevaux et ses bagages; ce fut en 1743 ; depuis 
cette avanture, l'Espagnol se contente de rester sur la défensive. 

Il n'est pas douteux que le vice roy, inquiet et jaloux, ne mán- 
queroit pas d'éclater, qu'il se récrirait, que nous sommes des uzur- 
pateurs (O), en quoy il seroit très facile de refutter son accusation, 
puisqu'en fait de pénétrer le premier dans un pays ; c'est moins 



Digitized by 



Google 



PROJET DE PAIX ET DALLIANCE AVEC LES CANNEOS 75 

commettre une hostilité, que faire une découverte et une acquisi- 
tion des plus légitimes. 

(0) L'Espagnol nous taxeroit d'usurpateur, non que ces terres soyent a 
luy, mais il espère en estre un jour possesseui^, et on doit avouer qu'elles 
sont à sa bien sceance, mais qu'elles nous conviendraient beaucoup et 
qu'il y auroit regrets de les voir en d'autr^es mains. 

Il seroit donc a souhaiter que l'on put^ plustot que plus tard, s assurer 
de cette nation pour prévenir, que le désespoir d'estre harcelle par toutes 
les nations qui les environnent ne les oblige de se livrer aux Espagnols : 
c'est même ce qu*ils espèrent et ce dont ils se flattent. 

Enfin, supposé que cette aiTaire fut portée comme il ne seroit pas 
douteux à la cour de Madrid, que de là on en écrivit à celle de 
France, et que, vu Tunion des deux couronnes il en vint à résulter 
des ordres conformes aux désirs de l'Espagnol, que nous fussions 
contraint, en un mot, d'abandoner cette nouvelle découverte ; ne 
serions nous pas en droit, en qe cas, de profiter de la circonstance 
pour exiger de luy le cartel établi à Pensacola, la traite des bes- 
tieaux et le commerce libre, et luy ne devroit-il point s'estimer 
trop heureux de se soumettre à de telles conditions et aussy 
justes? (P). 

Cet article mérite aittention, et s'il n'a pas lieu, il ne faut 
jamais compter sur un établissement florissant aux Natchytochès, 
par la très grande facilité que trouvent nos troupes pour la déser- 
tion ; et, si par un accommodement de nécessité, le cartel avoit 
lieu, qu'il fut exécuté de bonnefoy de part et d'autre, que le com- 
merce des bestiaux fut libre, on en feroit dans les commencements 
des aprovisionnements si considérables que l'infraction de ce traité 
deviendroit fort indifférente puisque on auroit eu le temps d'en 
établir des souches par toute la colonie ; nous pourions encore éta- 
blir avec Saint Domingue une branche de commerce très utile par 
la traitte des mulets que nous en pouvons tirer qui content rendu à 
la Nouvelle Orléans de 100 à 120^ pièce, et que Ton vend à 
Saint Domingue 8 à .900^ ^le l'Equité de La Rochelle vient d'en 
embarquer 40 pour Saint Domingue qui lui ont coutté 100^ ; il 
en a porté au Cap francois 39 bien portans qu'il a vendu comme 
je viens de le dire ; il en seroit de mesme des chevaux. 

Enfin de ce commerce bien entamé en résulteroit infailliblement 
celuy de plusieurs autres différents objects ; nous aurions ce que 



I 



Digitized by 



Google 



76 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

Ton a sollicité depuis si longtemps sans réussite, et le Cannecys 
déjà initié dans noire commerce, ne voudroil plus y renoncer, il 
nous suivroit luy mesme si nous le quittions ; ce qui luy seroit aisé 
vu cette paix que nous luy aurions procuré avec ces nations qui 
servent de barrière entre luy et nous, et qu'il faudroit toujours 
luy ménager. 

la saison la plus propice pour cette entreprise seroit l'automne 
où les chaleurs ne seroient pas intollérables, les praieries point 
dépourvues d'eau et, par cette raison, le voyage moins pénible aux 
hommes qui Tentreprendroient, et plus suportable aux bêtes de 
charge dont il faudroit se servir. 

Si le projet paroit mériter attention et qu'on y aperçoive un bien 
pour cette province, il faudra uzerd'un secret inviolable et se com- 
porter dans Texécution de façon que l'étranger aprenne en mesme 
temps qu'il a estéconçu et remply ; il seroit à craindre, s'il trans- 
piroit, qu'il ne mit tout en œuvre, et ne s'imposât mesme des con- 
ditions onéreuses vis à vis de ces Indiens pour se les concilier, au 
moins pendant quelque temps et dans un besoin si pressant, ce 
qui les mettroit dans les suites en droit de dire que nous leurs 
aurions aliéné cette nation de son domaine. 

(P) Il est certain que si on estoit sollicité par l'espagnol de se désister 
de cette découverte et que nous prissions sur nous de temporiser cet 
accord et de luy laisser conoistre que peut-être nous le ferions en vue de 
quelque autre interest, il n'en est pas un seul qu'il ne nous sacrifia, et qu'on 
seroit surpris de sa grande docilité à souscrire à toutes nos demandes. 

Le commerce que nous aurions avec le Cannecys consisteroit en 
chevaux, mulets, peaux de bœuf, de biches, de daims. 

Ajoutons y le commerce que nous ferions avec les Espagnols qui, 
malgré eux, seroient nos voisins. 

A une demie journée de marche du village des Quitesinges, on 
trouve les grandes prairies où l'on a beaucoup à souffrir de la soif 
en esté, estant obligé de faire souvent 20 et 30 lieues sans trouver 
d'eaux, ce qui empêche les sauvages de sortir dans cette saison, cet 
inconvénient n'a point lieu dans l'automne ; les dits Quitesinges 
sont à environ 65 lieues des Natchitoches. 

A la Nouvelle Orléans le \^^ octobre 1753. 

ksRLÉRBC. 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA SOCIETE 



SÉANCE DU MARDI 10 JANVIER 1905 

Présidence de M. le D*^ E.-T. Hamy, membre de l'Institut 
ET de l'Académie de médecine. 

Le procès- verbal de la séance du mardi 6 décembre 1904 ayant été lu et 
adopté, le Secrétaire dépouille la correspondance. La correspondance manu> 
scrite se compose : 1** d'une note de M. le chevalier Van Panhuys, fonctionnaire 
au ministère royal des Colonies de Hollande à La Haye, résumant les dernières 
explorations néerlandaises dans les régions montagneuses du Suriman ; "I^ d'une 
lettre de M. de Mibr, accompagnée de renseignements biographiques sur 
M. Baz ; 3" d'une lettre de M. le D' Rivet, relative à son itinéraire sur les con- 
fins de l'Ecuador et du Pérou septentrional; 4** d'une lettre de M. Humbert, 
remerciant de son élection comme membre de la Société; 5® dune dépêche 
ministérielle au sujet des Échanges internationaux; 6^ de diverses lettres con- 
cernant soit la distribution, soit l'échange du Journal, 

La correspondance impriméese compose : 1® des envois ordinaires {Globus, 
22, 23, 24 a, 1904; 1, 1905; Boletín del Museo Nacional de México, numéro 
supplémentaire, et Anales, n® 10 ; Boletín del Cuerpo de Ingenieros de Minas 
del Peru, 10 et 15); d'un certain nombre de périodiques nouveaux, obtenus par 
voie d'échange {Museon, années 1900-1904 ; Bulletin et Mémoires de la Société 
d'Anthropologie de Paris ^ n*» 3, 1904; American Journal of Science, janvier 
1905; Relatorio da Directorio de la Sociedad scientifîca de Sao-Paulo, 1903- 
1904). 

L'envoi du Journal, à titre d'essai, avec cette dernière Société, nouvellement 
formée, est immédiatement proposé et voté ; de même l'hommage de quatre 
années de notre collection (1900-1904) à la rédaction du Museon de Louvain. 

Au nom du duc de Lourat, le Président signale la décision prise par le gou- 
vernement mexicain de faire procédera des fouilles méthodiques à Teotihuacan, 
ainsi que la prochaine publication d'un texte espagnol des Abhandlungen du 
D' Seler. m. le D' Hamv attire, d'autre part, l'attention de l'assemblée sur l'ar- 
rivée récente au Muséum d'une collection céramique, provenant du Bas-Pérou 
et dont l'envoi se doit au capitaine Berton, attaché militaire à la légation fran- 
çaise à Lima et collaborateur du service géodésique péruvien. Nous n'avons 
que peu de détails sur l'origine précise de ces pièces très nombreuses et assez 
inégales en valeur. Cependant l'envoi de M. le capitaine Berton mérite l'inté- 
rél, parce qu'il renfermait quelques moules en creux destinés à reproduire des 



Digitized by 



Google 



78 SOaÉTÉ DES AMÉR1CAN18TES DE PARIS 

fruits. C'est un genre de pièces toujours assez rare. M. Hamy présente aussi 
unsiluador dont l'embouchure, dépouillée de sa gaine par un accident, laisse 
voir un dispositif très spécial. 

M. Hébert promet d'étudier les moules précités et de rédiger une note à ce 
sujet. D'ores et déjà, les pièces en question le contirment dans ses anciennes 
idées au sujet de l'usage que les céramistes péruviens faisaient des moules en 
creux. Ils poussaient des pièces dans les creux et les rapportaient pour complé- 
ter des vases. 

M. Marcel communique sa notice nécrologique sur Gabriel Gravier (voir 
Journal^ nouv.sér., t. II, p. 137). 

La parole est ensuite donnée à M, Fboidevaux pour sa communication 
relative aux travaux géographiques du Congrès de Stuttgart D'après le 
compte rendu qui sera publié dans le Journal (voir t. II, p. 325), les sciences 
géographiques, histoire des découvertes et de la colonisation, ont tenu dans 
les séances de la XIV^ session une place plus considérable qu'à New- York. 
Tout n'était pas, d'ailleurs, d'égal intérêt dans les mémoires qu'elles ont 
inspirés. M. Froidevaux insiste sur les études de MM. Wilhelm Ruge de 
Leipzig, J. Fischer de Feldkirch (Vorarlberg) et Auguste von Volkenhauer de 
Gœttingue. Le -globe de Gemma Frisius, par sa date (entre 1535 et 1537), que 
M. Ruge est parvenu à préciser, offre cet intérêt d'avoir été l'un des premiers 
à placer l'Amérique dans un dessin à peu près correct du monde terrestre. 
Moins général que le précédent, l'exposé que le R. P. D*" Fischer, bien connu 
comme spécialiste, a consacré à la cartographie des découvertes normandes 
en Amérique, met au jour un nombre respectable de documents inédits qui 
permettent de suivre les variations du type cartographique du Groenland 
pendant deux siècles. Enfin, M. von Volkenhauer s'est, lui aussi, adressé 
à la cartographie du xvi« siècle, spécialement celle de Terre-Neuve, pour 
trouver des preuves nouvelles que la science, dès cette époque, connaissait 
la déclinaison magnétique et savait en tenir compte. En terminant, M. Froi-. 
devaux se réjouit de la part prise par les américanistes français en général, 
et la Société en particulier, à l'œuvre du Congrès et il signale le grand et 
légitime succès- remporté par la lecture de notre Président sur Humboldt et 
Bonpland. D'un autre côté, la distribution de la brochure de notre confrère, 
Jules Humbert, offerte en hommage à la XIV* session, a été accueillie avec 
une faveur marquée par les congressistes allemands. 

M. le D'Hamy, tout en remerciant M. Froidevaux de son excellent résumé, 
lui reproche amicalement d'avoir passé sous silence sa contribution personnelle 
et il propose, ce qui est accepté, qu'à une prochaine réunion, lecture soit faite 
du mémoire sur les flibustiers de la baie de San Blas au xvin* siècle. 

M. Lejeal donne communication d'un manuscrit envoyé par M°** Signe Rink 
sur l'origine du mot « Kilâlek «, nom populaire des Groenlandais (voir 
Journal^ nouv. sér., t. II, p. 117). Par des arguments empruntés à la philo- 
logie et à l'histoire, l'auteur réfute létymologie courante {Skraeling), consacrée 
par l'opinion de Kleinschmidt, et prouve que les Inuits orientaux ont dû 
apporter d'Asie le vocable sous lequel ils se désignent eux-mêmes. 

La séance est levée à 6 heures. 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA SOaÉTÉ 79 



SÉANCE DU MARDI 7 FÉVRIEK 4905 

PiiásiDBNCB DB M. LE D' R.-T. Hamt, membbb de l'Institut 

ET DE L^ACADániB DE MáDEClNE. 



Après la lecture du procès- verbal de la dernière séance (10 janvier 1905) qui 
est adopté sans modifications, le Secrétaire dépouille la correspondàbce impri- 
mée et manuscrite. 1** Correspondance imprimée : Globus^ n^ 2, 3, 4, 5 ; 
Anales del Museo Nacional de Montevideo^ t. 1 ; Boletin de la. Sociedad 
Antonio Álzate, n®»5-r0; Zeitschrift de la « Berliner Anlhropologisohe Gesell- 
schaft » (collection depuis 1896, plus lé numéro courant de 1905} ; Publications 
de r « Université de Californie » ; « Annuaire » (Life and Culture of the Hupa èi 
Hupa Texts par Pliny Goddard ; Exploration of the Potter Creek Cave par 
William Sinclair) ; Transactions du Département d'Anthropologfie et d^Archéo- 
logie de r Univers! té de Pennsylvania à Philadelphie, 1905, vol. I ; Proceedings of 
the American Philosophical Society^ vol. 43, n** 177; Papers of the Peabody 
Museum^ u Harvard University » (A Penitential Rite of ancient Mexicans par 
Mrs Zelia Nuttall; Representation of Deities of the Maya Manuscripts par 
Schellhas) ; Bulletin et mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris ^ n*4; 
Revue de C École d'Anthropologie de Paris y n"* l. — 2^ Correspondance manu- 
scrite : accusés de réception du Journal; demande d*échange (c< Historical 
Society of Wisconsin »); lettre relative au service du Journal (Muséum de 
rUniversité de Philadelphie); note nouvelle de M. Van Panhuys au sujet des 
explorations dans la Guyane hollandaise. 

1/échange demandé parT** Hiçtorical Society of Wisconsin » est accordé. 

M. le Président dépose sur le bureau, au nom de M. Emile Waonee, voya- 
geur du Muséum, une note sur les Indiens Guatos de Matto Grosso (Brésil), due 
à M. Ë. Monoyer, agent de la a Compagnie des produits Cibils » à Saô José, sur 
le rio Saô Lourenço. Cette petite étude a le mérite d^offrir Tethnographie som- 
maire, mais complète, d'une des races indigènes les moins bien observées jus- 
qu'ici. En raison de sa nouveauté, M. Hamy en propose Tinsertion au Journal^ 
après les changements qui paraîtraient nécessaires (voir t. H, p. 155). Il annonce 
ensuite la mort de M. Giraed de Riallb, ancien ministre de France à Santiago 
du Chili, disparu au moment où les loisirs de la retraite allaient, sans doute, 
lui permettre de prendió part à nos travaux. M. Hamy veut bien accepter de 
rédiger une nécrologie de cet américaniste qui laisse quelques écrits estimables. 

I^ parole est successivement donnée à MM. DiGUExet le comte DBCHARENCBr; 
h M. Diguet pour la biographie de notre ancien collègue, M. Baz; à M. de Cha- 
rencey pour Téloge du marquis de Nadaiixag, Tun des membres fondateurs de 
la Société des Amer icanis tes, M. de Charencey est parvenu à dresser, de 
Tœuvre si copieuse du défunt, une bibliographie qui peut être très utile (voir 
t. II, p. 133). 



Digitized by 



Google 



80 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANI8TES DE PARIS 

M. Lejbal rend enfin compte, selon Tordre du jour, des principaux mémoires 
ethnographiques présentés au Congrès des Américanistes de Stuttgart (v. infra, 
p. 123). 11 signale d'abord l'abondance des études consacrées par les améri- 
canistes allemands à l'Amérique du Sud, probablement sous Tinfluence de 
MM. Von den Steinen, Reiss, Ehrenreich, organisateurs de la XIV* session. 
Cette dernière se trouve ainsi en curieux contraste avec la réunion de New- 
York en 1902, dans laquelle le continent méridional n'avait inspiré que trois 
mémoires. La seconde partie de la communication de M. Lejeal est consacrée 
à l'analyse sommaire des contributions qui lui ont paru les plus importantes 
ou les plus nouvelles. Ce sont, dans Tordre préhistorique, Tétude de M. Hans 
Meyer, de Leipzig, sur u Tère préhumaine dans les régions andines équatoriales » 
et le travail de Sir Clément Markham sur « Tâge mégalithique au Pérou ». 
Viennent ensuite, pour Tethnographie moderne, une note curieuse de M. Gôldi 
(du Muséum de Para) sur le maniement de la hache de pierre dans le domaine 
fluvial de TAmazone ; Texposé de M. le chevalier Van Panhuys (La Haye) sur 
Tornamentique de la (jiiyane hollandaise; celui de M. Khrenrerch (Berlin) sur 
les mythes et les légendes chez les peuples primitifs du Sud-Amérique; celui 
du comte Rosen (Stockholm) sur les Indiens Chorotes du Chaco bolivien. La 
parenté des contes d'animaux d'un bout à Tautre du monde américain semble 
la conclusion à tirer du travail de M. Ehrenreich; M. Rosen a démontré que 
les Chorotes constituent un groupe linguistique distinct des Mataccos et Tobas 
auxquels on les assimilait jusqu*ici. Pour d'autres régions, le D*^ Schrnelz 
(Leyde) a soumis au Congrès les éléments d'un corpus de pictographies et 
pétroglyphes des Antilles hollandaises qui paraîtraient confirmer Tanalogie 
des monuments en question avec ceux des Antilles françaises et de la région 
de TOrénoque. 

M. Stolpe (Stockholm) a étudié les détails fournis par l'expédition envoyée à 
la recherche d'Andrée sur les anciens établissements esquimaux du Groenland 
septentrional. Les explorateurs suédois ont retrouvé là tous les éléments d'une 
ethnographie complète, restes d'habitations, de magasins, ustensiles et tombes, 
et même, sur un point particulier, tout un cimetière. Tous les objets exhumés 
(parmi lesquels l'auteur du mémoire a noté surtout des jouets d'enfants) sont 
bien conservés et présentent peu de traces d'usure. D'autre part, les cadavres 
avaient été enterrés avec soin. On peut donc supposer que les habitants de ces 
stations n'ont pas été détruits, mais qu'ils abandonnèrent leur résidence pour 
émigrer ailleurs. Enfin, M. Sapper (Tubingue) a communiqué au Congrès une 
monographie très étendue des Indiens Pokonchis (distincts de la Vera Paz et 
San Cristobal, Guatemala), d'après les observations du savant local Vicente 
A. Narciso. Ce mémoire contenait un texte historique indigène inédit de Tannée 
1565. 

Après cette lecture, suivie d'un échange d'observations entre MM. Hamt, 
Gonzalez db la Rosa et Lejbal, la séance est levée à 5 heures 50. 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA 80CIÉTÍ 81 



SÉANCE DU MARDI U MARS 1905 

Prbsidbnck db m. le D*^ E.-T. Hamy, membbb db l'Institut 

ET DE l'AgAD¿1|IB DE MÉDECINE. 



La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal du 7 février 1905, 
adopté sans modifications. Le Secrétaire dépouille ensuite la correspondance 
manuscrite et imprimée. 

La première comprend : des lettres relatives aux échanges (Société anthro- 
pologique de Vienne, « Smithsonian Institution ») ; des lettres relatives à la 
rédaction du Journal^ numéro en cours d'impression (MM. de Jonghe, Protat, 
Boman, Adam). — La correspondance imprimée se compose des publications 
suivantes : MUleilungen der Anihropoloffischen GeselUchafi in Wien (numéro 
courant) ; Globus^ n®* 6, 7, 8, 9 (le numéro 7 est particulièrement intéres- 
sant, comme consacré à commémorer le 70^ anniversaire du professeur 
Richard André) ; Bulletin of the United States National Museum (n® 51) ; Ame- 
rican Antiquarian and Oriental Journal (january-february, n® 173); Revue de 
V École d'Anthropologie (février 1905) ; Boletin del Cuerpo de Ingenieros de 
Minas del Peru^ n<» 5) ; Boletin dé la Sociedad geográfica de Lima (n^.l). 

D'autre part, notre collègue, M. le baron Hulot, a fait hommage à la Société 
de son livre, récemment réimprimé: De l'Atlantique au Pacifique, Enfín, 
M. le Président veut bien se dessaisir, en faveur de la bibliothèque, d'une série 
de brochures américanistes et d'un certain nombre d'exemplaires des Memorias 
delà Societad Antonie Álzate qui compléteront notre collection. 

M. ViQNAUD offre également une bibliographie du D*^ Sophus Ruge par 
M. Hugues. 

M. Hamy, reprenant la parole, annonce la mort de deux américanistes émi- 
nents: le professeur Bastían, de Berlin, et le D*^ Stolpe, de Stockholm, il résume 
à graixds traits leurs carrières. M. Hamy insiste sur la grande prospérité que le 
professeur Bastian avait su donner au Musée roy^l d'ethnographie de Berlin, 
qu'il a dirigé presque jusqu'à sa mort; et sur les collections dont il enrichit son 
pays, entre autres la série des bas-reliefs de Santa Lucia Cozunñahualpa et la 
collection péruvienne acquise du D** Macedo. Quant à M. Stolpe, ses nombreux 
voyages et ses travaux ont eu pour but l'étude comparative du dessin décora- 
tif. Il y avait appliqué avec succès les procédés de reproduction par frottis, 
imaginés jadis par le colonel Duhousset pour les monuments de l'art persan. La 
biographie de M. Stolpe sera rédigée par M. Boman (voir m/ira, p 94); M. de 
Jonghe se charge delà nécrologie de M. Bastian (voir t. II, p. 289). 

M. Vignaud dépose sur le bureau un exemplaire de son dernier ouvrage : 
Études critiques sur la vie dé Colomb avant ses découvertes, A propos de cette 
présentation, MM. Hamy et Gabriel Marcel disent rapidement l'originalité et la 
forte documentation du livre dont M. Marcel rendra compte dans le Journal, 

Société des Américanistes de Parig. 6 



Digitized by 



Google 



82 SOCIÉTÉ DES AMÉBICâKISTBS DE PARIS 

M. le comte de Charbngbt annonce la prochaine apparition da 2* volume 
de L Année philologique qui se publie sous sa direction. U y signale, comme 
capables d*intéres8er les Américanistes les chapitres rédigés parle R. P. Morice 
et le D^ Nicolás l^n, ce dernier constituant une véritable bibliographie des 
langues mexicaines [voir Journël, nouv. sér., t. Il, p. 347). 

Lecture est donnée : 1* par le Secrétaire d*une noie de M. de Jonche, relative 
au « Club des Américanistes de Berlin » (voir Journal^ nouv. sér., t. II, 
p. 168) ; 2*" par M. Henri Ck>BDiBa d'une analyse du Catalogue des ouvrages 
relatifs à t Amérique conservés par la Bibliothèque nationale de Paris (voir 
Journal, t. II, p. 171). 

Le petit travail de M. de Jonghe porte principalement sur les recherches du 
D*^ W. Lehman n à propos de la paléographie mexicaine et soulève, à ce point 
de vue, diverses observations. M. Hamy regrette que M. Lehmann ait semblé 
méconnaître la parenté du Manuscrit du Cacique avec le Codex Becker n^ 1 de 
Darmstadt. M le duc de I^obat dit quelques mots du Codex Sanchez Solis^ 
autrefois possédé par le baron WalcLer Goiter. M. Lbjbal note une erreur 
légère dans les classifications paléographiques de M. Lehmann. Enfin, MM. Hamt 
et Marcel font ressortir Timportance des pictographies, reproduisant Tenquête 
géographique de 1596 dont M. Lehmann n*a pas dit un mot. Les originaux sont 
en Espagne ; mais la Nationale en possède quelques très bonnes photographies 
(section de géographie). 

Quant à l'analyse de M. Cordier, elle signale Tœuvre tout à fait méritoire et 
vraiment scientifique de la bibliographie monumentale entreprise par M. Bar- 
ringer et regrette Tinsuifisance budgétaire qui n*en a permis qu'une reproduc- 
tion autographique. 

En Tabsence de l'auteur, la communication sur les flibustiers du Darien est 
remise à la séance d'avril. 

Pour la remplacer, M. Lbjbal donne lecture des principaux passages du ira* 
vail sur les Memoriales de Moiolinia qu'il a présenté au Congrès de Stuttgart. 
C'est une comparaison détaillée du texte récemment publié par notre confrère, 
M. Luis Garcia Pimentel, avec la Historia de los indios de la Nueva España^ 
publiée en 1858 par le père de M. Garcia Pimentel, Garcia Icazbalceia. Il résulte 
de cette confrontation que les Memoriales constituent une première version de 
la Historia^ moins parfaite peut-être, au point de vue littéraire, mais plus com- 
plète comme érudition. D'autre part, les emprunts que Mendieta, Torquemada 
et divers autres historiographes avouent avoir faits à leur devancier ont été 
tirés des Memoriales et non de la Historia. La publication nouvelle comble 
donc une lacune considérable dans l'histoire de la tradition franciscaine relative 
à l'antique ethnographie du Mexique. 

En fin de séance, M. le duc db Loubat communique un procédé de conserva- 
tion des fresques anciennes qni est utilisé avec succès à Pompéi et à Délos 
et propose, ce qui est adopté, de le faire connattre, par la voie du Journal^ au 
moment où le gouvernement mexicaiin forme le projet de fouilles méthodiques 
à San Juan Teotihuacftn (voir t. II, p. 165). 

La séance est levée à 5 heures 50. 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA SOCIÉTÉ 83 



SÉANCE DU MARDI 4 AVRIL 1905 

PaésiDENCE DE M. LB D' E.-T. Hamt, membre de l'Institut 

ET DE L'ACAOéMIE DE MÉDECINE. 



Le procès- verbal de la séance du 14 mars est lu et, adopté. La correspondance 
manuscrite se compose de lettres de MM. Protat, de Jonghe, Adam, Raoul de 
L.a Grasserie et Lehmann-Nitsche, relatives soit à la publication du numéro 
courant du Journal^ soit au service des échanges, soit à des projeta d'articles 
ou de collaboration. La correspondance imprimée comprend : 1® Zeitschrift fur 
Ethnologie, 1905, Heft I; 2« Globuè, n»* 10, 11, 12; â<» Wûrtenbergische 
jAhrbûcher fur SlaiisUk und Landeskunde, 1904, Heft II '^ i^ Bulletin et 
Mémoires de la Société d' Anthropologie de Paris , n® 5; 5® Revue de t Eco le 
€r Anthropologie de Paris, mars 1905; 6^ deux brochures de M. le D' Lehmann- 
Nitsche et intitulées. Tune : Altpatagonische, angeblich-syphilitische Knoehen 
aus dem Museum zu La Plata ; et Tautre : Sammlung Boggiani von Indiàner- 
lypen aus dem Zentralen Sûdamerika, 

M. le Président dépose, d'autre part, sur le bureau des numéros récem- 
ment reçus des Anales del Museo nacional Salvadoreño, dont M. le D' Verneau 
veut bien acccepter de rendre compte. Puis M. Hamy annoncé la mort de 
M. Henri de Saussure, membre correspondant de la Société, depuis Torigine, 
qui laisse d'importants travaux sur la géographie physique et Thistoire natu- 
relle des régions mexicaines. Une notice nécrologique sera consacrée dans le 
Journal à notre regretté collègue (voir infra, p. 97). 

M. Gabriel Marcel rend compte des Études critiques sur la vie de Colomb 
avant ses découvertes, le récent ouvrage de M. Henry Vignaud, dont il s'at- 
tache à montrer la documentation originale et minutieuse (voir «/borna/, nouv. 
sér., t. II, p. 151). 

Lecture est ensuite donnée de diverses notices destinées au Journal de la 
Société (sur \a piedra las Tecomates, par le D' Hamy ^ sur Tœuvre d'Adan Qui- 
ro^a, par M. Boman 2). 

L'ordre du jour appelle, enfin, la communication de M. Henri Froidevaux. 
Ce travail, envoyé par son auteur au Congrès de Stuttgart, ^t rédigé d'après 
des sources en partie nouvelles, est consacré à Thistoire mystérieuse de la 
flibuste française au xvin^siècle. Il étudie l'existence, entre 1700 et 1750, d'une 
petite colonie de forbans, installés- dès la fin du xvn* siècle, sur les côtes du 
Darien. Quelques détails sont des plus curieux, en particulier l'organisation 
toute patriarcale de ce groupe qui parait avoir accueilli dans son sein des élé- 
ments indigènes. M. Froidevaux insiste sur quelques-uns des chefs suprêmes de 

1. Voir nouv. sér. t. II, p. 164. 

2. Ibid., p. 139. 



Digitized by 



Google 



84 SOOÉTt DE» AMÉUCAKISTES DE FABU 

c^^ flíbufttíer» da Darien, notaminefil le chef Dopais, doot Faction leodit à 
confeti tuer dans 1 isthme de Panama un étaUisseroent français régulier. Un 
chapitré* du mémoire augmente avantageusement la liste des expéditions de 
la flibuftte contre les territoires espagnols. 

En fin de %é»nce^ il est procédé à la rerision de la liste de la Société. Deax 
membres sont déclarés démissionnaires, en exécation de Tarticle 5 des statuts. 
Des démarches seront faites par le bureau auprès de diverses personnes sus- 
ceptibles d'accepter les places vacantes de membre titulaire. 

La réunion ^e sépare à 5 heures 50. 



SEANCE DU MARDI 3 MAI 1905 

PuéatDEncz de M. le D*^ E.-T. Hamt', membbb de l^Inshtct 

ET DE L*ACADÉM1E DE MEDECIKE. 



IjA séance s'ouvre par la lecture du procès-verbal de la réunion du 4 avril 
qui e«t adopté. Puis le Secrétaire dépouille la correspondance manuscrite et 
imprimée. l>a première comprend des lettres relatives à Torganisation de la 
séance 'M. Léon I)iguet<, au service du Journal (M. Chavero), à des projets 
de publication ^M. Haoul de La Grasserie]. L'administration du journal le 
New-York World demande, d'autre part, des renseignements sur Tœuvre et 
la publication de la Société et la Direction générale de Statistique du Paraguay 
notifie »a réorganisation. 

\jA correspondance imprimée se compose des envois des périodiques habi- 
tuels et de quelques hommages : * 

Proceedings of *he American and Antiquarian Society (vol. XV) ; Boletín 
del Cuerpo de Ingenieros de 'Minas del Peru (n<»* 18-19); Globus (13, 14, 
15, 16); American Antiquarian and Oriental Journal (march-april 1905, 
n« 2) ; Anales del Museo Nacional de México (2» Época, t. I,n'*» 11 et 12) ; Museon 
(1905, vol. VI, n*» I); fíevue de I* École d'Anthropologie de Paris (n® 4, 
avril 1905); Los Popolocas, par le D' Nicolás León (envoi de Tauteur); Peru 
primitivo ; notas sueltas ; La Lluvia {Escritura americana)^ par D. Pablo 
Patron ; La Pinta ó Ceara (ees trois derniers ouvrages offerts par M. Patron). 

M. le \y 11 AM Y lit quatre courtes notices sur des américanistes récemment 
décédés (MM. Philippi, Chapman, Andrews, J.-B. Hatcher*). 11 donne ensuite 
Tanalyse de quelques documents qu'il a reçus sur la section d'Anthropologie de 
l'Exposition de Saint-Louis, après avoir expliqué pourquoi le comité français, 
chargé d'organiser la participation officielle de la France dans cette section, 
a dû renoncer à sa tâche. Cette abstention, imposée par les circonstances, a été 
remarquée et regrettée ; mais la plupart des États européens Pavaient imitée. 

1. Voir infra, p. 94. 



Digitized by 



Google 



ACTB8 DE LA SOCIÉTÉ 85 

L^Exposition anthropologique n'a donc été vraiment complète quen ce 
qui concerne TAmérique même et, spécialement, les Etats-Unis. A ce point de 
vue, un vaste campement des tribus indiennes subsistantes, organisé au Park, a 
semblé surtout curieux. Une vingtaine de groupes ethniques y étaient 
représentés et y vivaient, sous les yeux des visiteurs, leur vie journalière. Tout 
à côté, « rÉcole indienne » permettait de suivre les divers procédés pédago- 
g'iques employés aux États-Unis en vue d'obtenir l'assimilation des autoch- 
tones. Bien moins curieuse dans sa partie archéologique où toutes les séries en 
vitrine n'apportaient -que des choses déjà connues, la section d'Anthropologie 
avait réuni, au point de vue de l'histoire coloniale et celle de la Louisiane e 
particulier, des documents de tout premier ordre. A côté d'eux, quelques pièces 
très contestables. On ne voit pas trop ce que peut représenter la carte de Taddeo 
Visco de Gênes ; on doute à bon droit de son authenticité, et la lettre qui 
raccompagneparatt également suspecte * . 

Après cet exposé, accueilli avec grand intérêt, M. Verneau donne à la Société 
des nouvelles de M. le D' Montane et fait part du projet, formé par notre col- 
lègue, de présenter au prochain Congrès préhistorique de Monaco, en 1906, 
un travail d^nsemble sur l'île de Cuba. 

La parole est ensuite donnée k M. Léon Diguft pour sa communication, 
prévue à l'ordre du jour, sur la sépulture indigène dans la Basse-Californie méri- 
dionale [Journal^ nouv. sér., t. II, p. 3:29). Il s'agit de la région, insulaire et 
continentale, jadis occupée par la race Péricue^ aujourd'hui complètement 
éteinte. Les lieux funéraires, signalés déjà en 1885, par M. Ten Kate, et étudiés 
plus complètement, à son dernier voyage, par M. Diguet, sont en général de 
petites grottes ou, plus exactement, des poches naturelles, qui s ouvrent à la 
surface des roches volcaniques. M. Digue t a pu rencontrer quelques-unes de 
ces sépultures in sUa et parfaitement intactes. De ses observations, il résulte : 

1^ Que les ossements sont, pour la plupart, recouverts d'une couche de pein- 
ture rouge; 

2^ Que les cavités funéraires en question n'étaient que des sépultures provi- 
soires; 

2^ Que les ossements y étaient disposés, à l'aide de tissus, de feuilles de pal- 
mier et de bandelettes, en paquets faciles à transporter ; 

4^ Que ce mode d'inhumation ne semble pas avoir existé chez les Guaycuras 
et Cochimis, voisins septentrionaux des Péricues. 

Après la conférence de M. Diguet, accompagnée de tout un matériel funéraire 
recueilli par lui, M. le Président remercie notre actif voyageur et, en même 
temps, le félicite de la récente distinction dont vient de l'honorer la Société de 
Géographie (Prix Ducros-Aubert). De son côté, notre vice-président, M. Henry 
ViGNAUD, s'est vu décerner le prix Jomard, destiné à couronner les meilleurs 
travaux sur l'histoire de la Géographie. Le dernier numéro du Journal a d^ail- 
leurs mentionné ces succès qui ont été pour nous des joies de famille. 

La séance est levée à 5 heures 45. 

1. Voir Journal, nouv. sér., t. II, p. 339. 



Digitized by 



Google 



86 SOaÉTÉ DES AMÉIUCANISTE8 DE PARIS 



SÉANCE DU MARDI 20 JUIN 1905 

Présidence de M. le D*" E.-T. H amy, membre Db l'Institut 

ET DE L*ACAP¿MIE . DE MÍDECINE. 



Le procès-verbal de la séance du mardi 3 mai, ayant été lu et adopté, le 
Secrétaire dépouille la correspondance. La correspondance imprimée comprend, 
d'abord, les périodiques habituels [Globus^ 18-22; Miííetlungen der Anthropo^ 
logischen GesetUchûfl in Wien^ B. 35, Heft II und III ; Boletín del Cuerpo 
de Ingenieros de Minas del Peru y 20-21 ; Anales del Museo nacional de 
México, t. 11, n^ 2, febrero 1905; fíevue de l'École d'Anthropologie de Parisy 
n® 5, mai 1905; Bulletin et mémoires delà Société d'Anthropologie, 1905, n* 1.; 
Actes de la Société philologique, 1904 ^Proceedings of the Davenport Academy 
of Sciences, 1904; Proceedings of the American Philosophical Society^ 
i. LXIII]. Mais il faut aussi noter des périodiques américanistes nouveaux dont 
notre campagne de propagande a provoqué Tenvoi en échange (Boletindel Ins- 
tituto geographico Argentino; Boletim do Museu Goeldi, vol. IV, 1904, n<^ 1-3 ; 
Bulletin of the American Geographical Society, 1-6 ; Annual Beport of the 
Smithsonian Institution, 1903-1904). Enfin, nous avons reçu les ouvrages sui- 
vants : Inheritance of Digital Malformations in the A/an by William C. Farabee 
(in : Papers of the Peadohy Museum); Basket-Designs of the Indians of North- 
western by D' Alfred L. Kroeber(in: Publications of the University of Cali- 
fornia) ; Verslag van de Gossini Expeditie par le lieutenant A. Franssen Her- 
derchee ; Contributions of American Archaeology to human History by 
William H. Holmes. 

La correspondance manuscrite se compose de lettres relatives aux échanges 
( Accademia dei Lincel ; Museo de la Plata ») et au service du Journal (Minis- 
tère de rinstruction publique; M. Alfredo Chavero ; c< American geographical 
Society ») ; à Torganisation de la séance (Baron de Villiers du Terrage); aux 
dépenses d'impression (M. Jules Protat); à la publication du numéro d'octobre 
(MM. de La Grasserie, Walter Lehmann, commandant Bourgeois, Eric Boman 
et Marcel). Le Secrétaire analyse rapidement une lettre de M"^ Jeanne Roux qui 
donné quelques nouvelles intéressantes sur le mouvement archéologique à 
Mexico. Enfin M. le duc de Bassano annonce la démission de M. db Uhiostb 
qui est acceptée. 

M. le comte de Charencby dépose sur le bureau le t. II dd V Année Linguis- 
tique, dont il avait annoncé la publication à une précédente séance. 

Au nom de M. Jules Humbert, M. Lbjbal fait hommage à la Société des deux 
volumes intitulés : L occupation allemande du Venezuela et Essai sur la colo- 
nisation du Venezuela. Il rend brièvement compte de la soutenance solide et 
brillante des ces deux thèses qui a valu, à la fín du mois dernier, à notre nou- 
veau collègue le titre de docteur es lettres avec mention honorable. M. Mabgbl 



Digitized by 



Google 



ACTB8 DE LA SOCIÉTÉ 87 

veut bien accepter de parler dans le Journal de V Essai sur la colonisation 
espagnole (voir Jourual^ nouv. sér., t. II, p. 320). I>e premier des deux volumes 
ne sera pas analysé, puisque la Société a été heureuse d'en publier la partie 
la plus importante dans le numéro d'octobre 1904. Et, à cause de cela même, 
M. Hamy tient à rappeler le succès obtenu au Congrès de Stuttgart par la 
publication de cet extrait sur les Welser. 

L'ordre du jour appelle le vote sur les candidatures de MM. le chevalier L. 
C. van Panhuys et Boman, présentés à la dernière séance, Tun par MM. Hamy 
et Lejeal, Tautre par MM. Hamy et Vemeau. MM. van Panhuys, chef de 
bureau titulaire au ministère néelandais des Colonies, et Eric Boman, ancien 
collaboraleur des Missions scientifiques suédoise et française en Amérique du 
Sud, sont proclamés membres de la Société des Américanistes, Le Président 
souhaite la bienvenue è M. Boman, présent à la séance. Il est sûr que cette 
élection rendra plus actif encore le concours très dévoué que, depuis un an, 
M. Boman veut bien prêter à notre publication. 

Reprenant la parole, M. le D** Hamt donne lecture d'un mémoire sur « deux 
pierres d'éclair (pedras de coriseo) de TÉtat de Minas-Geraës (Brésil) » (voir 
Journal, nouv. sér., t. IL p. 323). Il s'agit de deux haches polies, recueillies à 
Los Tronqueros, près de Passa-Quatro, par M. Emile Wagner, correspondant 
du Muséum. Ce qui fart l'intérêt de ces deux pièces, c'est moins leur forme qui 
rappelle certains objets néolithiques de l'ancien monde, que les traditions qui 
s'y rattachent. D'après les indigènes, ce sont des « pedras encantados », des 
« pedras de coriseo », nées de l'éclair et pourvues d'un pouvoir aussi mysté- 
rieux que redoutable. En manière de conclusion, M. Hamy rapproche ces 
préjugés de la légende des pierres de foudre , si répandue dans le « Folk- 
lore » des deux mondes. 

Après cette communication très appréciée, M. Boman, selon l'ordre du jour, com- 
munique une étude sur « l'itinéraire du licencié Matienzo et la distribution géogra- 
phique des peuples de l'extrême-nord-ouest argentin au xvi* siècle ». Don Juan 
de Matienzo, oYdor de Las Charcas, est l'auteur d'un projet de route stratégique 
et commerciale, présenté en 1566 a Philippe II d'Espagne. Ce document, publié 
dans le^ Relaciones geográficas de las Indias, vise l'établissement de communi- 
cations régulières entre la ville de La Plata (aujourd'hui Chuquisaca ou Sucre) 
et la forteresse de Gaboto sur le Rio Paraná. Jusqu'à ce jour on a'avaitpu resti- 
tuer d'une manière satisfaisante cet itinéraire, parce qu'on ne savait pas iden- 
tifier la plupart des noms topographiques ou ethnographiques, rapportés par 
Matienzo. Son double voyage sur le haut plateau frontière de l'Argentine et de la 
Bolivie a fourni à M. Boman l'occasion d'une étude topographique et topony- 
miqûe sérieuse. Il reconstitue l'itinéraire de Matienzo, qui, selon lui, traversa, 
du nord au sud, la Puna de Jujuy, pour passer dans la a vallée Calchaquie » par 
le défilé de l'Acay. La principale utilité de cette restitution est de permettre de 
faire état des renseignements ethnographiques fournis par Matienzo, puisqu'on 
peut localiser désormais l'habitat des peuples qu'il a décrits. Il est ainsi prouvé, 
par exemple, que les Chichas se trouvaient un peu au sud de la frontière argen- 
tine-bolivienne. La Puna de Jujuy était occupée par un peuple que Matienzo 



Digitized by 



Google 



88 SOaÉTÉ DES AMERICAN I8TR8 DE PAHIS 

ne nomme point, mais dans lequel M. Boman verrait volontiers les ancêtres de 
Atácamenos actuels. Enfin les Diaguites occupaient les vallées au sud de TAcay . 

M. le D' Hamy, après avoir félicité M. Boman de ses patientes et ingénieuses 
déductions, donne ensuite le parole à M. Lbjbal qui entretient la Société de 
quelques questions d'ordre intérieur, indique sommairement la composition du 
prochain fascicule du Journal et dépose sur le bureau quelques analyses biblio- 
graphiques (Hapa-Life et Hapa-Texls, par Pliny Earle Goddard ; El Monolito 
de Coatlinchan^ par D. Alfredo Chavero, etc.) dont il résume à grands traits 
l'essentiel (voir Journal^ nouv. sér.. t. II, p. 291 et 295). 

En fin de séance, M. Hamy confie à Texamen de M. Lejeal un cahier de notes 
et documents sur l'ancienne histoire du Mexique, envoyé par un correspondant 
de La Rochelle. 

La Société, après avoir décidé qu'elle ne ^se réunirait pas avant le mois de 
novembre, se sépare à 6 heures 15. 



SÉANCE DU MARDI 7 NOVEMBRE 1905 

Pbbsiobncb db m. le D' E.-T. Hamy, mbmbrb db l'Insutut 

ET DB L*ACAl>¿MlB DB lf¿DBClNB. 



Le procès-verbal de la séance du mardi 20 juin est lu et adopté. 

Le Secrétaire par intérim dépouille la correspondance. — La correspondance 
imprimée comprend, outre les périodiques ordinaires, différentes revues nou- 
velles qu'il convient de mentionner particulièrement : Anales de la Sociedad cien- 
tífica Argentina (julio 1905), Boletín Instituto geográfico Argentino (t. XXI), 
Serriftk de la « Société Humanistique » d'Upsala (t. IV, V, VI,VII, VIH), Ameri- 
can Anthropologist (1905, n®' 1 et 2 et suppl.), a ñeifista de la Faculdad de 
Letras de La Habana (n^ 1 et 2), Bulletin de la Société d'Études coloniales 
de Bruxelles (12* année, janvier 1905). — . En outre, la Société a reçu une 
série d'ouvrages dont il lui est fait hommage et dont liste est annexée au 
présent procès-verbal * . 

Par suite à cette présentation, M. G. Maegbl dépose sur le bureau le tirage à 
part de son article paru dans la Géographie {Christophe Colomb devant la cri- 
tique) où il dégage les principales conclusions énoncées par M. H. Vignaud dans 
le premier volume de ses Etudes critiques. 

En ce qui concerne les nouveaux périodiques reçus, le Président prie M. le 

1. MaferUU for the physical Anthropology of the Eastern European Jews^ par 
Maurice Fishberg; BrainWeight in Vertebraters, par Ales Hrdlicka; The United States 
National Museum, par Richard Rathbun ; Indianer Studien in Zentralbrasilieny par le 
D' Max Schmidt ; Limites entre Honduras et Nicaragua, par le D' Membrefko; The 
Northern Maidu, par le D' Roland B, Dixon; La Edad de la Piedra en Patagonia, par 
Felix Ou tes. 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA SOCIÉTÉ 89 

EK Verneau de vouloir bien examiner la Revista de la Faculté des lettres de La 
Havane et M. Cordier de faire de même pour le Bulletin de la Société dT Etudes 
coloniales de Bruxelles, 

La correspondance manuscrite, dont le Secrétaire aborde ensuite le dépouil- 
lement, comprend : P des lettres relatives à l'organisation de la séance ; 2^ des 
accusés de réception, des demandes d'échange ; Z^ des lettres relatives à Tad- 
mission dans la Société (M"»« NuUall, MM. van Panhuys et le D' Lehmann 
Nitsche; 4® une lettre de M. de La Grasserie relative à la publication, aux frais 
de la Société, d^une grammaire sioux et des renseignements scientifiques de 
MM. Mac Curdy et Roland Dixon; 5^ différentes circulaires relatives à des bu- 
nions déjà passées (American Anthropological Association, Société d'Anthropo- 
logie de Vienne) ou futures (Congrès des Sociétés savantes, Congrès des América- 
nistes de Québec); 6^ des lettres relatives au Journal et à Tadministration finan- 
cière delà Société. 

En ce qui concerne les demandes d'échange, la Société décide : \^ pour le 
Cercle d'Études coloniales de Bruxelles, que son Bulletin, examiné par M. Cor- 
dier, ne présentant pour nous aucun intérêt, il n'y a pas lieu de faire l'échange ; 
2^ pour le Musée de Mexico, qui demande toute Tancienne série in^® du Jour- 
nal, — laquelle lui a été envoyée en son temps, — qu'on lui demandera en 
échange toute la série ancienne, qui manque à la bibliothèque ; 3** que ce n'est 
pas l'usage d'échanger les publications de la Société avec celles d'un simple par- 
ticulier, et que par conséquent il est impossible de répondre favorablement à la 
lettre de M. Outes. En outre, sur la demande du duc de Loubat, la Société 
décide l'envoi du Journal à la Southwest Society of the archaeological Institute 
of America^ de Los Angeles, Californie. , 

Puis la Société admet comme membre ordinaire le D'^ Lbhmann-Nitschb, 
présenté par MM. H amy et Verneau. 

Au sujet de la proposition faite par M. de La Grassbrib, M. le D*^ Haut 
expose que : 1** de longues études ont déjà été publiées sur le sujet; 2^ les 
ressources de la Société ne lui permettent pas d'assumer les frais d'une sem- 
blable publication. Il sera répondu dans ce sens à M. de La Grasserie dès le 
retour du Secrétaire général. 

Enfin, relativement au Congrès de Québec, M. Lejeal écrira au bureau pour 
lui accuser réception dé la circulaire et lui demander d'en envoyer un certain 
nombre que la Société transmettra à ses membres. 

Le Secrétaire par intérim signale enfin un extrait de la Bibliographie des 
Annales Ae Géographie pour 1904, analysant un travail de M. Vignaiid inséré 
dans le Journal de la Société. 

Après Pexamen de toutes ces questions, le Président prononce l'éloge de 
M. JuLBs Oppbbt, vice-président d'honneur de la Société. Puis il déclare vacante 
la place de membre d'honneur qui sera pourvue à une prochaine séance. 

L'ordre du jour appelle la communication de M. le D** Hamt sur AicAard 
Grandsire, qui fut mêlé de manière très active au mouvement scientifique 
dans l'Amérique du Sud pendant une dizaine d'années, de 1816 à 1828. 
M. Hamy le montre rouvrant les communications avec La Plata en 1817, 



Digitized by 



Google 



90 SOCIÉTÉ DES AMÉBIGANISTES DE PARIS 

revenaut à Buenos-Aires en 1824, essayant à plusieurs reprises de délivrer 
Bonpland, prisonnier du D** Francia au Paraguay, et mourant en 1828 sur les 
chutes du Yary. G est d'après les archives des Affaires étrangères et une 
collection d'archives personnelles que M. Hamy a pu retracer la vie très 
mouvementée de Grandsire, dont les observations de naturaliste qous échappent, 
et dont les travaux topographiques ont disparu. 

M. Hamy annonce aussi avoir retrouvé »la plus grande partie des lettres 
écrites d'Amérique par Joseph de Jussieu. La séance se termine à 6 heures 10, 
après lecture d'un curieux travail de M. J. Humbebt sur la « plus ancienne ville 
du continent américain, Gumaná de Venezuela, ses origines, son histoire, son 
état actuel » (voir supr&y p. 45). 



SÉANCE DU MARDI 5 DÉCEMBRE 1905 



En Tabsence de MM. Hamy, président, malade, et Henry Vignaud, empêché, 
M. le duc de Bassano accepte la présidence de la réunion. M. Froide vaux veut 
bien, pour la seconde fois, suppléer le Secrétaire, retenu en Allemagne par ses 
travaux. 

Lecture est donnée du procès-verbal de la séance du 7 novembre qui est 
adopté. A propos du compte rendu de la communication de M. Humbert, 
M. Gonzalez de La Rosa croit devoir contester la priorité de fondation accordée 
à Gumanà de Venezuela par l'auteur du mémoire. Notre confrère se propose de 
soumettre prochainement à la Société quelques notes sur ce point particulier. 

La correspondance manuscrite comprend, outre les lettres d'excuses de 
MM. Hamy, Vignaud, de Gharencey et Lejeal, deux accusés de réception 
(Ministère de l'Instruction publique; Peahody Museum), 

La correspondance imprimée se compose des quinze périodiques el ouvrages 
suivants : 

Proceedings and Transactions of the Royal Society of Canada (2^ series 
vol. X, 1904, 2 fase); Report of the S^ International Geography Congress y 
Washington, 1904) ; American Geographical Society Bulletin, november 1905 ; 
American Anthropologist^ july-september 1905 ; The American Antiquarian 
and Oriental Journal, n® 5 ; Field Columbiam Museum (plusieurs fascicules) ; 
Mitteilungen der Anthropologischen Gesellscháft in Wien (B. 25, H. 4 und 5); 
Globus, B. 88, n' 19 und 20; Rendiconti delta Reale Aceademia dei Lincei 
(fase. 5 et 6); Memorias y Revista de la Sociedad cientifica Antonio Álzate 
(t. XHl, n'^'O et 10; L 21, n«« là 4); Anales del Museo nacional de México 
(2* série, t. II, n® 9); Boletin del Cuerpo de Ingenieros de Minas del Peru 
(n® 25) ; Anales del Museo nacional de San Salvador (t. I, n® 12; t. II, n*> 14); 
Revista de Sociedade scientifica de Sao Paulo (sept. 1905) ; Revue de V École 
d'Anthropologie de Paris (novembre 1905). 

Au noni de l'auteur, M. Froidevaux présente le récent ouvrage de M. le ly 
Hamy sur Dombey, donne lecture dé quelques passages de i'avant-propos et 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA SOaÉTÉ 91 

analyse rapidement le volume, en attendant un compte rendu plus détaillé qui 
sera inséré au Journal. M. Froidevaux lit encore un compte rendu sur le livre 
de M. le marquis de Dampierre (Essai sar les sources de Chistoire des Antilles 
françaises). A propos de cette lecture, M. Marcel s*associe pleinement à Téloge 
qui vient d'être fait du travail de M. de Dampierre. Mais il émet quelques 
réserves à propos de la comparaison établie par Particle avec le répertoire de 
M. Harisse sur la Nouvelle- France, qu*il juge inférieur à Tétude sur les 
Antilles. Rnfín, il insiste sur Timportance qu'aurait la découverte des papiers du 
P. de Fouquet pour une publication de ce genre. 

L'élection inscrite à Tordre du jour, à une place de membre d'honneur et une 
place de membre titulaire, est renvoyée à la séance de janvier. 

La parole est donnée à M. Léon Diguet pour sa communication sur la géogra- 
phie du Mixtecapan. Dans ce mémoire, résumé d'un travail plus développé 
qui sera bientôt publié (voir supra, p. 15), l'auteur donne d'abondants et 
curieux détails topograpbiquev €t toponymiques, d'après les historiens espa- 
gnols et les recherches personnelles auxquelles il s'est livré pendant son dernier 
voyage. Incidemment M. Diguet s'étend sur le travail très compliqué de la 
cochenille en Mixtèque. Il expose, en particulier, la transformation de l'insecte, 
obtenue au Mexique par une culture habile de Vopuniia. 

Cet exposé, vivement apprécié, provoque quelques observations de M. Boman 
qui parle de la cochenille sauvage dont les Indiens de la Bolivie et de l'Argentine 
se servent pour la teinture. Il y a, en somme, d'après M. Diguet, deux espèces 
tout à fait distinctes [Daciylopius iomentosusde Lamarck et Dadylopius coccus 
Tosía) dont la première, l'espèce sauvage, donne un produit moinç abondant. 
A propos de l'art tinctorial américain, M. de La Rosa rappelle que la cochenille 
est inconnue des Péruviens anciens, qui employaient, pour obtenir du rouge, un 
mollusque de genre Purpura, fourni en abondance par leur littoral. 

A cause des fêtes du jour de l'an, la prochaine réunion est fixée au deu- 
xième mardi de janvier. 

L'ordre du jour étant épuisé, la séance est levée à 5 heures 30. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



NÉCROLOGIE 



Edm. ANDREWS 

Le docteur Edmond Andbbws est mort le 22 janvier 1904, à Tâge de 80 ans. 
Cétait un géologue très expérimenté, il s'était surtout occupé de la période gla- 
ciaire. Son principal mémoire, publié en 1870 et qui eut beaucoup de retentis- 
sement dans le monde scientifique, a pour titre : The North American Lakes^ 
considered as Chronometers of post-glacial Times. E. H. 



E.-J. CHAPMAN 

Edward John Chapmann, professeur de minéralogie et de^géologie à TUni- 
versité de Toronto, est mort à The Pines, Hampton-Wick, le 28 janvier 1904. 
Il avait pris le goût de l'histoire naturelle en Algérie où ii avait servi dans la 
Légion étrangère. Rentré en Angleterre, il devint élève de Brunnel et passa 
quelques années à V University College, avant de gagner le Dominion, pour 
prendre bientôt possession de la nouvelle chaire de minéralogie et de géologie 
fondée à T Université de Toronto. Il a été Tun des collaborateurs assidus* du 
Canadian Journal of Industry, Sciences and Art, où il a publié toute une série 
d'études consacrées principalement à faire connaître le sol canadien et ses 
richesses. E. H. 



J.-B. HATCHER 

John Bull Hatcher, Fun des conservateurs du musée Carnegie, à Pittsburg, 
•est surtout connu pour ses trois voyages scientiliques en Patagonie, exécutés de 
1896 à 1899. Né à Corperstown en Illinois, le 11 octobre 1861, il a succombé le 
3 juillet 1904, âgé seulement de 43 ans. E. H. 



R.-A. PHILIPPI 

Rudolf Amandus Phiuppi, né à Charlottenbourg, le 14 septembre 1808, 
médecin et naturaliste, était passé au Chili en 1851 et il avait obtenu en 1853, à 
rUniversité de Santiago, une chaire de zoologie et botanique. Il est devenu plus 



Digitized by 



Google 



94 SOaÉTÉ DES AMÉRICANI8TES DE PARIS 

tard directeur du Museo Chileno. Ses recherches, longuement prolongées, de 
géographie et d^histoire naturelle, ont porté principalement sur TAtacama, au 
nord, et sur TAraucanie, au sud. Il a consacré au désert d'Atacama un volume, 
qui est son œuvre principale : Reiae durch die Wûste Aíacamüy parue à Halle 
en 1860 ; il a publié dans les Peternutnn'i Miiiheilangen, de 1860 à 1892, de 
nombreuses monographies sur les provinces de Valdivia et d*Arauco, la Cor- 
dillera Pelada^ les lacs des Andes chiliennes, les analogies entre les flores du 
Chili et de l'Europe (1892). La Société des Naturalistes de Cassel a édité son 
voyage à TArauco de 1889 et le Zeitschrift fur Ethnologie contient un mémoire 
de lui sur le Grypolherium et la caverne d^Eberhardi ;enñn il a donné au Globus 
de 1904 un mémoire sur ¿a nationalité des Sud-Américains. 
Philippi est mort à 96 ans, à Santiago, le 26 juillet 1904. 

E. Hamy. 



HJALMAR STOLPE 

Parmi les pertes que Tethnographie et les études américanistes ont subies 
pendant Tannée dernière. Tune des plus sensibles est celle de M. Hjalmar Stolpb, 
directeur de la section d'ethnographie du Riksmuseum de Stockholm, mort le 
27 janvier 1905, peu de temps après son retour d'un voyage d'études aux prin- 
cipaux musées d'Allemagne. Au cours de ce voyage, Stolpe avait aussi pris par- 
tie au XIV* Congrès international des Américanistes, à, Stuttgart, où sa com- 
munication sur les résultats des recherches de la mission scienti^que suédoise 
au Groenland (1899) fut écoutée avec beaucoup d'intérêt. 

Hjalmar Stolpe était né à Gefle, dans le nord de la Suède, en 1841. Il termina 
ses études par le doctorat es sciences à T université d'Upsal en 1872 et il se dédia, 
au commencement de sa carrière, à la zoologie. Au cours d*études sur la faune 
des îles dii lac de Mâlar, son attention fut attirée par d'anciennes perles en 
ambre jaune qu'il avait trouvées sur l'Sle de Bjôrkô et il découvrit là une 
ancienne nécropole composée de plusieurs centaines de sépultures. Les fouillées 
très méthodiques qu'il effectua dans cette nécropole Lui inspirèrent deux rap- 
ports préliminaires et à sa mort le travail définitif sur cette exploration était 
presque achevé. Ce travail sera probablement publié par les soins du gouverne- 
ment suédois. 

Stolpe fut l'un des fondateurs de la Société suédoise d'anthropologie, fondée 
en ] 873 et actuellement transformée sous le nom de Société suédoise d'anthro- 
pologie et de géographie * et il fut l'organisateur d'une importante exposition 
d'ethnographie qui eut lieu à Stockholm en 1878 et 1879, sous le patronage de 
cette Société. 

Pendant les années 1883-1885, Stolpe fit un grand voyage de circumnaviga- 
tion à bord de la frégate suédoise la Vanadis^ d'où il rapporta une collection 

i, « Svenska SftlIskapetfOr antropologi och geografi. » 



Digitized by 



Google 



NÉCROLOGIE 95 

de Tethnographie ancienne et moderne de plus de sept mille objets. L* Amérique 
du Sud y est représentée spécialement par les résultats des fouilles du voyageur 
à Ancon. Ces collections furent exposées d'abord à Stockholm en 1886 et à 
Oôteborgen 1887. 

Stolpe fut le vrai créateur du Musée d'ethnographie de Stockholm et grâce 
à sa connaissance profonde des musées européens, en général, a son talent d'pr- 
ganisateur, à son art d'attirer l'attention des Mécènes sur son œuvre, ce musée 
fut agencé d'ui^e manière modèle. 

Des générosités privées, des missions scientifiques entreprises le plus souvent 
sur l'initiative de Stolpe, enrichirent successivement l'institution. 

L'une des œuvres principales de Stolpe est son étude sur le développement de 
l'art décoratif chçz les peuples sauvages, publiée en 1890-1891. Ce travail a fait 
époque et ses théories sur la transformation des figures humaines et animales en 
ornements géométriques sont aujourd'hui généraliement acceptées. En dehors des 
collections du musée de Stockholm, Stolpe a employé comme matériaux pour sa 
démonstration environ trois mille copies d'objets qu'il avait prises au cours 
de ses nombreuses visites à la plupart des musées de l'Europe. C'est spéciale- 
ment sur l'ethnographie des Polynésiens que Stolpe a fondé cette étude et cette 
classification de l'omamentique des peuples primitifs. 

Pour l'Amérique, il a développé les mêmes recherches dans un grand ouvrage, 
richement illustré: Éludes sur V&rt décoratif des Américains^ paru en 1896, 
honoré du prix institué, à TAcadémie de Stockholm, par M. le duc de Loqbat. 

Stolpe assista à presque tous les congrès tenus en Europe et en Amérique et 
intéressant à un titre quelconque l'anthropologie, l'archéologie «t l'ethnogra- 
phie. Dans ces réunions et partout où il passa, son caractère franc et loyal, 
l'aménité et la courtoisie de ses manières, son savoir vaste et solide, ses points 
de vue profonds sur l'ensemble de la science préhistorique de l'homme, lui ont 
attiré les sympathies de tous. Sa mort a été une perte sensible pour l'ethnogra- 
phie en général, pour l'Américanisme et pour tous ceux qui étudient ces sciences. 

E. BOMAN. 

LISTE DES ÉCRITS DE HJALMAR STOLPE 

Naturhistoriska och arkeologiska under sôkningar pà Bjôrkô i Melaren 
[Recherches de l'histoire naturelle et de l'archéologie de l'île de Bjôrkô dans le 
lacMftlaren]. (tt Ofversikt af Kongl. Svenska Vertenskaps-akademiens Fôrhand- 
lingar. ») Stockholm, Í872 et 1873. 

Bjôrkôfyndei [Les découvertes à; Bjôrkô]. Stockholm, 1874. 

Grafundersôkningar pà Bjôrkdj [Fouilles dans les tombeaux de Bjôrkô]. 
(« Tidskrift fôr Antropologi och Kulturhistoria. ») Stockholm, 1876. 

Sur les découvertes faites dans tile de Bjôrkô. (« Compte rendu de la 7* ses- 
sion du Congrès international d'anthropologie et d'archéologie préhistoriques », 
tome II, p. 619.) Stockholm, 1874. 

Sor Vorigine et le commerce de Vambre jaune dans Vaniiquité. (« Compte 



Digitized by 



Google 



96 SOCIÉTÉ DBS AMÉRICAN13TBS DE PARIS 

rendu de la 7* session du Congrès in lernational d*anthropologie et d'archéologie 
préhistoriques », tome II, p. 777.) Stockholm, 1874. 

En kri$ien begrafmngsplais [Un cimetière chrétien]. (« Kongl. Vitterhets- 
Historîe-och Antiquitets-akademiens Mánadsblad for 1878 », p. 671.) 
Stockholm, 1878. 

GràfundersôkningAr pá Bjôrkô à Mâlaren àr 1 881 [Fouilles dans les tom- 
beaux de Bjôrkô pendant Tannée 1881]. (« Svenska Fomminnesfôreningens 
Tidskrift », tome V, n*» 13, p. 53.1 Stockholm, 1882. 

Vendelfyadet i M&Uren [La découverte de Vendel dans le lac Mfilaren]. 
(a Antiquarisk Tidskrift. » ) Stockholm, 1884. 

Svenska myror [Fourmis suédoises]. (<i Entomologisk Tidskrift. ») 
Stockholm, 1882. 

Den allmánna, elnografiska atsiállningen i Stockholm [L'exposition d'ethno- 
graphie de Stockholm]. (« Tidskrift for Antropologi och Kulturhistoria. ») 
Stockholm, 1878-1879. 

Exposition ethnographique* de Stockholm^ 1878-79, Photographies par 
C.-F. Undeberg, texte par Hjalmar Stolpe. Stockholm, 1881. 

De etnografiska museerna' i Europa [Les musées d*ethnographie de l'Eu- 
rope]. Stockholm, 1882. 

Pàskôn i Slilla oceanen [L'île de Pâques dans le Pacifiques (^^ Ymer n, 
p. 150.) Stockholm, 1883. 

Ont Vanadisutstâllningarna 1886 och 1887 [Sur les expositions des collec- 
tions faites pendant le voyage de la frégate la « Vanadis », en 1886 et 1887]. 

Bjôrkô i Mataren, En vág leaning for resande [Bjôrkô dans le lac Mâlaren; 
guide pour touristes]. Stockholm, 1888. 

Sur les collections ethnographiques faites pendant le voyage autour de la 
terre de la frégate suédoise la « Vanadis » dans les années 1883-1885. Rap- 
port au 8® Congrès des Orientalistes. Stockholm, 1889. 

Om Kristiania universitets elnografiska samling [Sur les collections d'ethno- 
graphie de l'Université de Christiania]. (« Ymer », p. 53.) Stockholm, 1890. 

Ueber sûdamerikanische und mexikanische Wurfbretter. (« Int. Archiv fur 
Ethnographie », Bd. III.) Leyde, 1890. 

Utvecklingsfôreteelser i nalurfolkens ornamentiky I et II [Évolution de Tart 
décoratif chez les peuples sauvages]. ( « Ymer. »> ) Stockholm, 1890 et 1891. 

Evolution in 'the Ornamental Art of Savage Peoples, Ethnographical 
researches by Dr. Hjalmar Stolpe of Stockholm ^ translated by Mrs, C, H, 
March, (« Transactions of the Rockdale Literary and Scientific Society. ») 

Entwickelutigserscheinungen der Ornamentik der Naturvôlker, (« M ittheil- 
ungen der Anthropologischen Gesellschaft in Wien », Bd. XXII, p. 19.) Vienne, 
1892. 

Det tyska antropologiska sâllskapets 24 :de àrsmôte i Gôttingen och Hanno- 
ver den 5-9 aug, 1893 [La 24* session annuelle de la Société allemande d'an- 
thropologie du 5 au9août 1893]. ( « Ymer», p. 121.) Stockholm, 1894. 

Oth vàrt elnografiska museum, sârskildt om dess afdelning II [Sur notre 



Digitized by 



Google 



NÉCROLOGIE 97 

musée d'ethnographie, spécialement sur sa deuxième section]. (« Ymer », 
p. 132.) Stockholm, 1895. 

Tuna-fyndei [La découverte de Tuna]. (« Ymer », p. 219.) Stockholm, 1895. 

Anders fíeizius. Tal vid minnesfesíen í Svenska Sàllskapel for Antropologi 
oçh Geografi den 23 oktober 1 896 [Anders Relzius. DiscouVs à la fête de la 
Société suédoise d'anthropologie et de géographie le 23 octobre 1896]. («Ymer», 
p. 213.) Stockholm, 1896. 

Studièr i amerikansk ornameniik; elt bidrag till ornamentikens biologi 
[Études sur l'art décoratif des Américains ; contribution à la biologie de Fart 
décoratif]. In-folio. Stockholm, 1896. 

On American Ornamental Art, (Compte rendu du X* Congrès international 
des.Américanistes.) Stockholm, 1894. 

Kristian Bahnson [Necrologue]. (« Ymer », p. 77). Stockholm, 1897. 

Gastaf Nordenskiôld [Necrologue]. (Compte rendu du X" Congrès interna- 
tional des Américanistes). Stockholm, !894. 

ifber die Tàiowirang der Oster-Insalaner, (Abhandlungen des Kôniglichen 
Zoologischen und Anthropologisch-Ethnographischen Museums zu Dresden, 
Festschrift, 1899.) Berlin, 1899. 

Utslàllning af arkeologiska och etnografiska samU? fpr fràn Central^ 
Amerika i K. Akademien for de fria Konsterna [Expo ion de collections 
archéologiques et ethnographiques de TAmérique centra^., dans TAcadémie 
royale des Beaüx*Arts]. Stockholm, 1900. 

Über die Forschangsergehnisse der schwediachen Grônland-Expedition 
vom Jahré 18 99, (A paraître dans le Compte rendu du XIV" Congrès inter- 
national des Américanistes, tenu à Stuttgart 1904.) 



Henri de SAUSSURE 

Louis-Frédéric-Henri de SAUSSURE, né, à Genève, le 27 novembre 1829, 
mort, à Genève, le 20 février 1905, était membre correspondant de la Société 
des Américanistes de Parisy depuis la fondation. En effet, TAmérique et, plus 
spécialement, le Mexique, après avoir inspiré ses premiers travaux, restèrent, 
jusqu'à sa fin, ses objet» préférés d'étude. 11 leur appliqua Tardeur de curiosité, 
l'esprit critique et l'activité laborieuse, héréditaires, semble-t-il, dans celte 
famille des Saussure qu'on a pu qualifier de dynastie scientifique. Et sa biblio- 
graphie aniéricaniste est tellement touffue qu'il faut renoncer à la dresser ici. 
Description d'un volcan éteint du Mexique (a Bulletin de la Société géologique 
de France », Paris, 1857) ; Note sur le Pic d'Orizaba (« Archive des Sciences 
physiques et naturelles », Genève, 1858) ; Observations sur les mœurs de divers 
oiseaux du Mexique (ibid.); Note sur le volcan de Jorullo (« Bulletin de la 
Société Vaudoise des Sciences naturelles », Lausanne, 1859); Mémoire sur 
quelques mammifères du Mexique (« Revue de Zoologie », Paris, 1860); 
Société des Américanisles de Pans. 7 



Digitized by 



Google 



98 SOaÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

Mémoires pour servir à Vhistoire naturelle du Mexique^ des Antilles et 
des États-Unis (Genève, 1858-71, 2 vol. in-8o) ; Études sur les myriapodes du 
Mexique (« Mission scienlifíque au Mexique, publiée par ordre du ministre de 
r Instruction publique », VI« partie, Paris, 1872, petit in-fol., pi.) ; Coup d'œil 
sur l'hydrologie du Mexique (« Mémoires de la Société de Géographie de 
Genève, t. III, 1862) ; — voilà les écrits les plus connus de notre vénérable 
collègue. On ne s'étonnera pas de la part exclusive occupée en cette liste 
par rhistoire naturelle (et, surtout, Tentomologie) et par la géographie (sur- 
tout la géophysique). L'atavisme, comme l'éducation, vouait le petit-fíls 
d'Horace-Bénédict de Saussure, le neveu de Théodore de Saussure, Télève de 
Pictet de La Rive, d'Henri Milnc-Edwards et de Blanchard, à ces sciences 
d'observation. 11 y a dignement marqué sa place à côté de ses parents et de ses 
maîtres. La valeur des Éludes sur les myriapodes est proclamée par l'hospitalité 
que lui donna le recueil de la « Mission scientiñque française » ^ Quant au 
Coup d'oeil sur rhydrologie^ la carte qui l'accompagne rendit les plus précieux 
services à TKlat-major français, pendant le malheureuse guerre de 1862-67; elle 
fut la base des beaux travaux topographiques du général Niox et le livre lui-même, 
s'il pu être complété sur quelques points, n'en demeure pas moins classique. 

Pour apprécier comme il convient ces œuvres d'Henri de Saussure, il faut, 
d'ailleurs, se reporter aux circonstances dans lesquelles il les prépara. Son voyage 
dans l'Amérique moyenne qui dura près de deux ans aurait mérité d'être plus 
largement narré qu'en quelques articles, fort colorés, du reste, et pleins de bonne 
humeur, du Journal de Genève. C'est presque un roman de Gustave Aimard, 
avec, en plus, le charme du style et la véracité scrupuleuse. Pronunciamentos , 
attaques de rateros, captivités au pouvoir des deux ou trois candidats prési- 
dentiels qui, en ces temps-là, tenaient toujours la campagne, évasions mouve- 
mentées, longues chevauchées, rien n'y manque. Mais le plus extraordinaire, 
c'est que le voyageur, parmi tant d'épisodes tumultueux, ait pu travailler et 
rassembler autant de solides matt^riaux. Une âme héroïque dans son désir de 
voir et de savoir, à la façon de Humboldt, de Bonpiand et de Dombey, vivait 
certainement en ce je«ine homme. C'était en 1854-56. Saussure avait alors de 
vingt-cinq à vingt-sept ans ! 

Un autre trait de la carrière américaniste de Saussure, c'est la variété de sa 
production. On a peut-être eu tort de tant insister plus haut sur la prépon- 
dérance qu'il accorda aux sciences naturelles. En fait, pourvu de cette forte 
culture générale qui devient de plus en plus rare, parce qu'elle est, de plus en 
plus, difficile à acquérir, il s'intéressait à toute chose, car il le pouvait, et pou- 
vait, en tout ordre de connaissances, faire besogne utile. Il se passionnait 
presque autant à l'étude de l'homme qu'aux spectacles de la nature. Le passé des 
régions qu'il visitait l'a toujours préoccupé. Il fut donc ethnographe et archéo- 
logue. Au surplus, jusqu'en ces toutes dernières années, c'est à des hommes 

i. M. de Saussure avait été, en outre, appelé par Victor Duruy à faire partie de la 
u Commission scientifíque du Mexique ». En cette qualité, il fut nommé chevalier 
de la Légion d'honneur. L'Exposition nationale de Genève lui valut la croix d'officier. 



Digitized by 



Google 



NÉCROLOGIE 99 

tels que lui, c*esi-à-dire à de purs acîenli fiques , qu*on a dû souvent les 
recherches les plus fécondes sur le Précolombien. Sans évoquer, de nouveau, 
le souvenir de Humboldt, que de médecins, ingénieurs, zoologistes, géologues, 
botanistes, etc., remplissent le livre d'or du Mexicanisme! Et faut-il rappeler 
qu'aujourd'hui même les maîtres de cette science, encore imparfaitement cons- 
tituée sont, en France, un médecin-an thropologis te, et, en Allemagne, un ancien 
botaniste? 

Toutefois, on doit le dire avec franchise, après avoir reconnu le zèle de 
Saussure pour explorer, à l'occasion, les antiquités mexicaines, son effort, sur 
ce terrain spécial, fut moins heureux ou, plus exactement, le résultat de cet 
effort semble nu>ins durable. Cela se conçoit. Pour la plupart, les articles 
archéologiques de Saussure remontent à une date déjà ancienne. Or il n'est 
pas de province historique où les théories et les points de vue se soient 
plus complètement renouvelés, et dans une plus courte période, que l'histoire 
ancienne du Mexique. Sous cette réserve, on lit encore avec fruit la Description 
des ruines d'une ancienne ville mexicaine {« Bulletin de la Société de Géogra- 
phie », Paris, 1858) et l'étude dur le grand téocalli de Tihuatlan [découvert 
par Saussure lui-même] {Globe de Genève, t. XXXV, 1896). C'est que fauteur, 
dans la description architecturale, apportait la même précision que dans la 
monographie d'une espèce végétale ou animale. La publication du Manuscrit du 
Cacique («Codex Becker» n** 1) * apparaît moins satisfaisante. L'appareil critique 
en est absent. L'on se demande comment l'auteur a pu publier son fac-similé, 
sans chercher des termes de comparaison dans les documents déjà connus du 
même genre ; on se demande, surtout, comment, si perspicace, il a accueilli, sans 
la discuter, l'invraisemblable tradition du « Cacique » de « Tindu », v Sar-ho», 
et de sa femme a Con-huyo » *. Encore faut-il observer qu'à défaut d'une autre 
édition, celle-ci, bien qu'imparfaite, reste indispensable. 

Au résumé, même dans sa partie contestable, l'œuvre américaniste de 
M. Henri de Saussure est intéressante. Elle est hors de pair dans les autres 
parties. C'est un éloge qu'ambitionnent beaucoup de savants. D'autres qui l'ont 
personnellement connu, ont montré ^ dans Saussure le chef moral de cette 
curieuse aristocratie genevoise qui veut être, avant tout, une aristocratie de 
l'intelligence et du talent ; ils orlt fait revivre l'homme de grand caractère et de 
grandes manières, l'ami dévoué, le confrère généreux qu'il était, toujours 
prêt k aider les travailleurs de son savoir et de son appui. La Société des 
Américanistes s'associe de grand cœur à ces hommages. 

L. Lrjbal. 

1. Genève, 1892, in-4«obl. 

2. V. Journal, anc. sér., t. I, p. 171, et nouv. sér., t. II, p. 260. 

3. V. notamment la notice de M. Arthur de Claparède dans le Globe de Genève, 
t. XUV, Bulletin, p. 143 (février-avril 1905). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 



H. P. Stbbnsby : Om Eskimo Kullarem Oprindelse iD' W, Lehmann). — Baron 
M. DB ViLUBRs DU Tbrragk: Les dernières années de lar Louisiane française 
(L. Lejeaiy. — D^ Nicolas Lbón : Los Popolocas (L. Lejeal). — D' Paul 
ScHBLLHAs : Die GôUerges tallen der Mayahandschriflen. — Representation of 
Deities of the Maya Manuscripts (L. Lejeal). — M. B^ón García : Los 
Mayas primitivos^ — Supersticiones y Leyendas Mayas (U Lejeal). — D' Max 
Schmidt : Indianer studien in zentral Brasilien (Ed. dé Jonghe). — Daniel 
García Acbvbdo : Contribución al estudio de la cartografía de los paises deV 
Rio de la Plata {G. Marcel). — Rodolfo R. Schuller: Geografía física y esfé- 
rica de las Provincias del Paraguay compuesta por don Felix de Azara 
(G. Marcel). — L. M. Torrbs : La Geografía de dopL Felix de Azara 
{G. Marcel). — Bolivia-Brasil (G. Marcel). — B. Saavbora : El Litigio 
Pera-Boliviano (G. Marcel). — Félix F. Outes : La Edad de la Piedra en 
Patagonia (E. Boman). 

H. P. Steensíby. Om Eskimo Kultureas Oprindelse. En etnogra- 
fisk og' SLTitropogeografisk S<£/í/íe [Sur les origines de la civilisa- 
tion des Esquimaux]. Kobenhavn, Salmonsen et frères, 1905, 
in-8*de 2i3p. 

Dans cette étude étendue et savante, Tauteur traite le problème difficile des 
origines de la culture des Esquimaux, si admirablement adaptée au climat et 
autres conditions sévères de la vie physique dans les régions arctiques. A Taide 
de la très riche littérature qui existe sur cette question et se fondant aussi sur 
des études personnelles soigneuses du matériel ethnographique conservé dans 
les musées de Copenhague, Berlin et Londres, M. Steensby a successivement 
abordé les divers points de vue de son sujet. Il traite d'abord de l'anthropologie 
physique des différentes tribus d'Esquimaux. 

Le point important des relations supposées entre les Inuits et certains 
peuples de race mongolique, traité précédemment par Pouvrage de M. Bâlz^ 
ramené àû ^^as des « taches dermiques mongoles » (blan Plet) qu'on a trouvées à 
la fois chez les Groenlandais de Test et de Touest, chez les Japonais, les Chinois, 
les Coréens et lea Polynésiens. L*ethnographe danois se garde de tirer de ces 
faits des conclusions quelconques, quant à Torigine ethnique de ses clients. Il 

i. Bfllz : « Zur Frage von der Rassenverwandtschaft Indischen, Mongolen und 
Amerikanen », in : Zeitschrift fur Ethnologie (BerL Anihropol, GeselUchaft 
Verhdlg), 4901, p. 393. 



Digitized by 



Google 



*02 SOaÉTÉ DES AMÉRICANI8TE8 DE PARIS 

nous manque pour cela, dit-il, des données à cet égard sur la dermatologie des 
Indiens de TAmérique du Nord et les Mongols de TAsie du Nord-Est. C'est très 
prudent, à mon sens. Ne savons-nous point, par M. Starr, que les mêmes 
taches pigmentaires s'observent au Yucatan (Tecax) et au Chiapas (Palenque) S 
et par MM. Balz et R. Lehmann-Nitsche qu'elles sont très communes chez les 
enfants métis de TAmériqi^e méridionale ^ ?• 

La linguistique prouve Tunité du « stock » ethnique esquimau. Il ny a entre 
les diverses tribus que des différences dialectales. Ainsi donc Punité de langage 
correspond ici à une certaine unité de culture, puisqu'en dehors des Esqui- 
maux proprement dits, nous ne connaissons, à vivre à leur mode, que les 
Tchouktches côtiers qui parlent la langue tchouktche et les Aléoutes qui sont 
absolument isolés au point de vue linguistique. 

La culture de la race inuite, telle qu'elle existe aujourd'hui, est née et s^est 
jléveloppée d'une manière originale, sous l'influence* du milieu géographique du 
Nord, dans une contrée qui n*est point du tout son berceau. L'analogie frap- 
pante qu'on relève entre la maison de prairie (preerihus) et la maison des 
Esquimaux, d'autres traits encore amènent l'auteur à chercher les origines et 
les parentés sur le continent américain, éntreles Rocheux et la baie d'Hudson, 
jusqu'à l'extrémité septentrionale des grandes prairies. D'après M. Steensby *, 
la culture des Inuits, c'est le mode d'existence d'hiver de pécheurs et chasseurs 
indiens. Ils l'adoptèrent et se l'adaptèrent aux environs du «Coronation gulf ». 
Quant aux migrations, elles suivirent celles des troupeaux de rennes, reculant 
de plus en plus vers le nord, sur les glaces de l'Archipel arctique. Ces migra- 
tions furent aussi influencées par la direction des vents réguliers, par les glaces 
qu'ils accuu^ulent en telles masses qu'elles rendaient presque impossible un pas- 
sage au nord-ouest. 

Une autre partie de l'ouvrage est consacrée à des monographies descriptives 
de types de culture, selon les tribus, Aléoutes compris. Parti de ce principe que 
la culture des Esquimaux est inséparablement liée à celle de leurs voisins 
indiens de l'Amérique du Nord, M. Steensby insiste sur les points de contact 
ethnographiques entre ceux-ci et ceux-là. Il leur consacre un chapitre spécial, 
de même qu'à l'architecture domestique, très remarquable, et dont le principe 
est communiste. L'origine de la tribu occidentale des Tinnés est aussi étudiée 
en détail. 

Une bibliographie alphabétique termine cet ouvrage qui se recommande à 
l'attention de tous les américanistes. 

D' Walter Lbhmann. 

4. Starr : «Notes upon the Ethnography of Southern Mexico »; in : Proceedingi of 
the Davenport Acad, of Science, Part. II, vol. IX, 1902, S. A., p. 13. — « The sacral 
Spot in the Maya Indian », in: Science, N. S., XVII, n® 428. 

2. Cf, CentralbUtt fur Anthropologie, 1902, p. 329 ; et Globus, B. LXXXV (1904), 
p. 297-301. A ce dernier article, le D'' Lehmann-Nitsche a joint une abondante 
bibliog^phie. 

3. « Eskimokulturen er en oprindelig nordindiansk Kulturform, hvis Vinterside 
bar faaet en ualmindelig stœrkudviklingsved Tilpasning til Polarhavets Vinteris » 
(Steensby, op. jud,, p. 199). 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 103 



Baron Marc de Villiers du Terr age. Les dernières années de la, 
Louisiane française. Paris, 1904, E. Guilmoto, petit in-4° de 
v-468 p., 64 illustr., 4 cartes. 

Le sujet seul de ce gros livre com manderai i raltention. A pari deux épisodes 
classiques : Témouvanle odyssée de La Salie, à la fin du règne de Louis XIV et, 
sous la Régence, la lugubre comédie dont Law fut Taudacieux metteur en œuvre, 
— rhistoire de la Louisiane, on le sait, est fort mal connue. Après Law, le 
nom de la colonie mississipienne apparaît rarement, sauf dans les innombrables 
accords diplomatiques de Tavant-dernier siècle et, le 30 avril 1803, cédée à ses 
maîtres actuels, elle disparaît, pour ainsi dire sans bruit, de notre mouvance 
lointaine. Elle a néanmoins vécu pendant cette longue période. Vie singulière 
et dont M. le baron Marc de Villiers du Terra ge fait bien saisir, dès les premières 
lignes, toute Tétrangeté. 

tt Un créole français, âgé de cinquante ans en 1804, écrit-il, après être devenu 
Espagnol, puis s'être retrouvé, pour quelques jours, Français, finalement se 
voyait Américain. » Ces vicissitudes ont une raison facile à expliquer. Personne, 
à commencer par la France, ne se souciait alors de la Louisiane. Choiseul, à 
Tépoque du Pacte de Famille, écrivait cette phrase suggestive : « L'union avec 
TEspagne est plus utile que la Louisiane... » Le mot mérite d'aller grossir la 
liste déjà si touffue des sottises lapidaires dues aux hommes d^esprit illustres, 
à côté de l'exclamation méprisante de Voltaire sur les « arpents de neige » 
canadiens. Ailleurs que chez nous, l'opinion n'était pas, en somme, plus favo* 
rabie. Voyez qu'au Traité de Paris, l'Angleterre préféra à la possession de la 
Louisiane celle de la Floride, et que l'Espagne, forcée de troquer Tune contre 
l'autre, dédaigna, durant six années, de s'installer à Nouvelle-Orléans. Trente- 
huit ans plus tard, négligence analogue. Bonaparte, dont on exagère peut-être la 
sollicitude à l'égard de notre expansion lointaine, signe, en 1800, avec TEspagne 
le traité de San Ildefonso qui nous rend, moyennant finances, les bouches du 
Mississipi, et il attend jusqu'en 1803 pour les réoccuper. A ce moment déjà, 
elles n'étaient plus à nous. 

Que l'on justifie comme on voudra ces faits, par des fatalités de politique géné- 
rale et aussi par le fâcheux renom de la Louisiane depuis la banqueroute du 
Système, on ne les supprimera pas dans leur réalité brutale, ni dans leur résultat 
funeste. A l'indifférence des gouvernants répond toujours celle des gouvernés.. 
Les colons louisianais en arrivèrent bien vite à ne plus s'émouvoir des chan- 
gements de nationalité qui leur étaient imposés et qu'ils n'apprenaient que long- 
temps après la décision officielle. Aussi marchandaient-ils parfois leur dévoue- 
ment à la France. On chercherait en vain dans leurs annales les pages héroïques 
qui illuminent celles du Canada français. Le patriotisme ne devait s'éveiller en eux 
qu'après l'annexion aux États-Unis, patriotisme en partie double, fait de grati- 
tude pour la patrie nouvelle et de fidélité aux anciennes traditions françaises. 
A l'époque étudiée par M. de Villiers du Terrage, une seule fois, seréi'éla chez 



Digitized by 



Google 



104 SOaÉTÉ DES AMÉRIGANISTES DE PARIS 

eux un sentiment collectif et violent, dans une enfantine révolte contre 
r Espagne, suivie d'un essai, plus puéril encore, d'autonomie qu'étouffa bien 
vite une cruelle répression. Il est, pourtant, un bel épisode de cette histoire 
louisianaise. Mais les créoles n'y sont pour rien. 

On le lira tout au long dans les chapitres où notre collègue a présenté son 
héros de prédilection, le chevalier de Kerlérec, gouverneur entre 1755 et 1762. 
Kerlérecdont M. de Villiers a dessiné la fígure énergique et loyale, avec le soin 
pieux dont on trace un portrait de famille, est vraiment un méconnu. « On a 
oublié son nom, puisqu'il faut, en temps de guerre, pour passer à la postérité, 
avoir vaincu ou... s'être fait battre. Pourtant Kerlérec a fait mieux qu'un con- 
quérant. » Grâce à lui, l'Angleterre, malgré ses victoires au Canada et en 
Floride, n'osa même pas attaquer la colonie. Or les forces de cette dernière ne 
dépassaient pas un millier d'hommes. « Les meilleurs soldats, anciens déser- 
teurs, n'avaient pour mettre dans leurs fusils que de la poudre souvent moisie. » 
Mais le commandant militaire, appliquant la politique qu'on admire avec raison 
chez Montcalm au Canada, avait su se concilier l'élément indigène et préparer 
une coalition de tribus indiennes qui, sans doute, aurait pu, moyennant un 
léger secours delà métropole, créer sur le flanc du domaine anglais une puis- 
sante diversion. C'eût été peut-être la perte du Canada conjurée. Un pareil 
trait valait d'être cité. 

Où l'admiration pour ce Breton rude et fin redouble, c'est lorsqu'on constate 
les obstacles locaux qui se joignaient à l'abandon de la France pour compliquer 
sa tâche. Les conflits entre gouverneurs et intendants étaient là endémiques. 
Un certain intendant et ordonnateur des finances, Rochemore, nous apparaît 
fort proche parent du trop célèbre intendant Bigot, de la Nouvelle^ France. 
C'est, dans toute son horreur, le roAin, perverti par les préjugés de procédure 
et de foorme que ses pareils, trop souvent, confondent avec le respect de la 
légalité. L'Anglais est aux portes. Notre fonctionnaire « ultra-civil » proteste 
contre TetTectif des troupes qui ne dépasse point un bataillon ; il voudrait des 
M milices » ; il blâme la construction des remparts de Nouvelle-Orléans ; s'op- 
pose à tout, ne décide rien; car il attend toujours lés ordres du Roi. A côté de 
lui, sa digne épouse, « madame l'intendante », jalouse de la femme du gouver- 
neur, groupe une petite cour de mécontents : officiers à qui Kerlérec a refusé 
un galon supplémentaire; spéculateurs véreux; adjudicataires indélicats des 
subsistances et des travaux, dont Kerlérec a le tort de paralyser les louches 
entreprises ; policiers et scribes, animés comme leur chef, de Ja traditionnelle 
antipathie de Técritoire administrative contre Tépée. Tout ce monde s'agite, 
intrigue, rédige des... rapports au ministre, entrave la défense par d'honnêtes 
trafics sur les munitions, les armes, les bâtiments et l'affame par l'accapare- 
ment des blés. Et c'est Kerlérec qu'on punit d'exil à son retour en France. En 
plus ou moins dramatique, les malheurs de Lally ont leur réplique dans toute 
notre histoire coloniale du xvni« siècle. 

La situation devait se prolonger sous les successeurs du chevalier de Kerlérec. 
Le dernier d'entre eux, Adbry, eut d'interminables démêlés avec l'intendant 
Foucault qu'appuyait, en sous-main, un certain Père Hilaire, comme pour 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 105 

démentir le proverbe sur ralliance... mythique... du sabre et du goupillon ! La 
courte domination de TEspagne ne connut point ces misères, ni Tadministration 
napoléonienne, encore plus courte. Mais O'Reilly, le gouverneur castillan, ne 
dédaignait pas la potence comme moyen de persuasion et, quant au préfet de 
Napoléon, Laussat, on sait que Napoléon s'entendait à la domestication des 
préfets. 

La modestie de M. de Villiersla conduit à se trop souvent effacer devant les 
documents nombreux qu'il a réunis. Mais ces documents, — puisse ma courte 
analyse Fa voir prouvé !, — sont d'un tel intérêt que l'œuvre se lit avec plaisir 
et profit. Bien des enseignements, encore actuels, de politique coloniale sont à 
tirer des Dernières années Je la Louisiane française. Parla conscience qui l'ins- 
pire, l'œuvre était digne du prix Loubat dont l'Institut l'a couronnée. 

L. Lejbal. 



D' Nicolas León. Los Popolocas (Conferencia del Museo Nacio- 
nal. Sección de Etnología. Num. 1). México, Imprenta del Museo 
nacional, 1905, in-8« de 28 p. 

Acceptons, sans la discuter, la forme « Popolocas », employée par M. León. 
On m'assu;*e, pourtant, que les indigènes en question s'appellent eux-mêmes 
« Popolocos ». Cette remarque faite, il ne les faut point confondre avec les 
« Pupulùcas » du Guatemala (rattachés linguistiquement, tout au moins, aux 
Cakchiquels) et du Nicaragua (qui semblent être delà famille Lenca). Les Popo- 
locas de M. León habitent le Mexique. Aux temps précolombiens, ils avaient 
pour centres: 1^ la partie méridionale du territoire tlaxcaltèque (où ils vivaient 
côte à côte avec les Otomis ; 2^ certaines régions de TÉtat de Puebla (Tepeaca, 
Tepexi, Tecamachalco, Tehuacan, Acatlan] ; 3^ certains cantons de l'Oaxaca 
(Goixtlahuaca, Huajuapan, partie de Teposcolula) ; et 4^ le pays de Tlalpa 
(Guerrero). Une langue popoloca existe encore daos l'État de Puebla (Azingo et 
Mezontla) et dans d'assez nombreux pueblos de l'État de Oaxaca. Elle a été 
parlée, mais elle est complètement éteinte dans le Guerrero. Enfin les Popolocas 
actuels de l'Ktat de V^era-Cruz emploient la langue mixe. 

M. le D^ León admet la complète identité des Popolocas d'autrefois et 
d'aujourd'hui. De plus, tout en avouant que le terme mexicain « popoloca » 
(équivalent à l'espagnol tartamudo, bègue), qualificatif dédaigneux, a pu s'appli- 
quer, comme le « barbare » des Grecs et des Latins, à des hommes très diffé- 
rents, M. León n'en considère pas moins comme acquis que les Popolocas pré- 
cortésiens constituaient une seule et unique nation. Ceci posé, il rappelle les 
données, assez vagues d'ailleurs, de l'historiographie à leur sujet. Ce résumé 
historique est intéressant. Pour sa part, il éclaire les luttes incessantes soute- 
nues, les uns contre les autres, par les petits Étatis d'avant la Conquête. Vient 
ensuite une ethnographie assez minutieuse qui repose sur les observations 
recueillies personnellement par l'auteur, pendant plusieurs mois. Elle ne révèle 



Digitized by 



Google 



106 SOCIÉTÉ DES AMÉRIGAMI8TES DE PARIS 

rien de tout à fait nouveau. Par exemple, quant aux croyances, on trouve, là 
comme ailleurs, la superposition des pratiques extérieures du catholicisme au 
vieux subsiralum païen, f e prêtre est donc considéré comme une manière de 
sorcier; dans une certaine mesure, la zoolâtrie coexiste (celle du serpent, en 
particulier) avec la dévotion à la Vierge et aux saints. C'est un trait qu'on 
rencontre chez tous les indigènes au Mexique. Mais ces analogies doivent être 
mises en lumière avec autant de soin que les faits originaux, propres à chaque 
groupe national. Ainsi futilité des remarques de M. León n'est pas douteuse. 

Après beaucoup dautres modernes (Brinton, je crois, fut du nombre), le 
D*" Nicolas León s'inquiète des origines ethniques de ses clients et il les classe 
dans la même famille que les Mixtèques. Comme hypothèse, c'est assez vrai- 
semblable; mais comme conclusion, insuffísamment justifíé. On cherche les 
preuves de la parenté que veut démontrer l'auteur. Ethnographiquement, on 
vient de voir qu'il ne peut y en avoir, puisque les mœurs et coutumes des Popo- 
locas leursont communes avec beaucoup d'autres peuplades qui n'ont rien de 
mixtèque. Les arguments archéologiques de M. León n'ont pas plus de .valeur. 
Pour qu'ils fussent probants, il nous faudrait la certitude préalable que les 
monuments, situés dans le domaine linguistique des Popolocas, sont bien leur 
œuvre. Rien ne Tínfírme; mais rien ne l'indique avec précision. Riein, en der- 
nière analyse, n'empêche donc de penser que, si cette architecture ressemble à 
l'architecture mixtèque (y a-t-il d'abord une architecture mixtèque, ou des 
modes de construire, pratiqués par toutes les nations montagnardes du versant 
Pacifique ?), c'est que les Mixtèques, sans doute, ont passé parla. 

Les relations anthropologiques sont-elles plus fortes? M. León l'affirme. Mais 
il remet à la monographie in extenso qu'il promet les mensurations qui servent 
de base à sa conviction. Il insiste davantage, sans toutefois assez préciser, sur 
un caractère physique qu'on rencontrerait à la fois chez le Popoloca et chez le 
Mixtèque : l'o/'o mixieco. Ce serait, si j'ai bien compris, quelque chose d'ana- 
logue au « sacral spot », étudié chez les Mayas par M. Starr. Les spécialistes 
décideront si des particularités de ce genre suffisent à établir une parenté 
ethnique. 

Enfin, M. León produit des raisons linguistiques tirées de l'examen comparatif 
du vocabulaire popoloca, assez considérable (environ 2.000 mots) qu'il a pu 
recueillir. Quelques-uns des faits allégués paraissent assez significatifs. D'autres 
indiqueraient plutôt un rapport entre l'idiome popoloca et le hia-hiu^ la langue 
de ces Otomis qui partageaient avec les Popolocas la réputation d'un langage 
informe. En somme, jusqu'à l'entier développement de la thèse soutenue par 
M. León, on peut retenir ce résultat que, quant à la langue,- mais seulement 
quant à la langue, et encore, par certains caractères seulement de la langue, les 
Popolocas,. — là où M. León les a observés, — semblent, comme les Chochones, 
s'apparenter aux Mixtèques. En pareille matière, nous devons savoir nous con- 
tenter de solutions partielles et provisoires. 

L. Lbjeal. 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 107 



D** Paul ScHELLHAS. Die Gottergastalten der Mayahandschrif- 
ten. Zweite umgearbeitete Auflage. Berlin, A. Asher und C**, 
1904, petit in-4« de 42 p., 65 illustr., et 1 pi. h. t. 

— Representations of Deities of the Maya Manuscripts. 2'^ Édition, 
translated by Selma Wesselhoft and* A. M. Parker {Papers of 
the Peabody Museum... Harvard University). Cambridge, Edited 
by the Museum, 1905, in-8« de 40 p., 65 ill. et 1 pi. h. t. 

Comme les commentaires du professeur Fôrstemann sur les trois Codices de 
Paris, Madrid et Dresde, le petit livre du D^ Paul Schellhas sur les représenta- 
tions divines dans les manuscrits mayas, paru en 1892, était rapidement devenu 
classique. On a appris avec plaisir que Tauteur en avait presque simultanément 
publié une seconde édition allemande et une traduction anglaise. Toutes deux 
ont paru sous le patronage de lami éclairé des études américaines qu'est notre 
collègue de Boston, M. Charles P. Bowditch. 

Elles constituent véritablement une œuvre nouvelle, d'abord par la forme 
qui semble incontestablement plus nette que dans la première version. En 
1892, quand les GôUerges tallen firent leur entrée dans la littérature de notre 
science, certaines des idées qu'elles énonçaient, certaines des interprétations 
qu'elles donnaient, pouvaient passer pour des hypothèses. Depuis douze ans, 
maints faits sont venus confirmer les vues de M. Schellhas et, surtout, les tra- 
vaux analytiques, cités en commençant, de son ami, M. Fôrstemann. Là donc 
où le savant et ingénieux paléographe proposait, il y a douze ans, des conjec- 
tures, il peut aujourd'hui émettre des affirmations et, en beaucoup de cas, ses 
propositions ont revêtu un caractère d'évidence qui l'a dispensé de les accom- 
pagner de leurs preuves, en réimprimant son opuscule. 

Mais le fond de cette réimpression aussi est nouveau en bien des endroits. 
Car M. Schellhas est de ces chercheurs qui ne se lassent jamais et le temps lui 
a suggéré beaucoup de solutions supplémentaires. Sous ce rapport, quelques 
hiéroglyphes de dieux, jugés comme mal interprétés précédemment, ont 
disparu, ou ont été remplacés, ou encore transposés. Mais on remarquera sur- 
tout que le texte offert par l'éditeur Asher introduit une quinzième identifica- 
tion d'icône qui ne figurait point dans le texte de Richard Bertling. Il s'agH 
d'un petit personnage humain qu'on trouve rarement dans le DresdensiSy qui 
manque complètement dans le Peresianus^ mais qui revient au moins quatre 
fois dans le « Manuscrit de Madrid ». Frappé de ses doigts énormes aux extré- 
mités turgescentes comme ceux de la patte de grenouille, M. Schellhas baptise 
cette image der Golt Frog et croit reconnaître en elle le noumène qui présidait 
au mois Maya i/o. Notre auteur se montre d'ailleurs très réservé pour définir 
l'essence et la fonction de cette divinité qu'on appellera désormais le dieu P, Le 
dieu H [Chicchan) lui parait toujours déconcertant par la variété de ses formes 



Digitized by 



Google 



108 SOCIÉTÉ DES AMERICANISTES DE PARIS 

iconographiques. Il se déclare loujourd embarrassé pour distinguer I de O 
(tt Déesse de Teau, d'une part, et deTautre « Déesse aux traits de vieille femme »). 
Enfín il donne encore comme très provisoire son explication des « dieux noirs », 
L et 3/ (le « dieu noir aux babines rouges »)• Et, par le fait, ce dernier surtout 
est embarrassant, en particulier, quant à Tun de9 hiéroglyphes qui raccom- 
pagnent ou le remplacent (v. flg..48). Un des traits intéressants de cette édition 
nouvelle est le tableau des combinaisons, qui associent le plus fréquemment les 
divinités avec les animaux mythologiques, chien, vautour, jaguar, etc. 

La version anglaise, due à la plume de deux collaboratrices du « Peabody 
Museum », et revue, d'ailleurs, par Tauteur, suit pas à pas Tpuvrage original. 
Elle ne sera pas inutile aux Français qui lisent les deux langues, pour se bien 
rendre maîtres des discussions minutieuses de M. P. Schellhas. Mais quand 
donc posséderons-nous une traduction française de certains de ces livres étran- 
gers fondamentaux? Et quand donc le catalogue iconographique de M. Schel- 
lhas aura-t-ilson équivalent pour les monuments de la statuaire ? 

L. . Lbjbal. 



Manuel Rejón Garcia. Los Mayas primitivos. Merida de Yucatan, 
« Rivisla de Yucatan », 1905, in-8*» de 124 p. 

— Supersticiones y Leyendas Mayas. Merida de Yutaiah, « Ri vista 
de Yucatan », 1905, in-8 de 144 p. 

Ces deux volumes se composent d'articles de journaux. Valaient-ils la peine 
d'être réunis ? Pour le premier des deux recueils, la réponse est franchement 
négative. Le travail le moins contestable qu'il nous apporte est intitulé : « Los 
Nombres Mayas ». Un linguiste de carrière ferait probablement toutes ses 
réserves sur les théories de M. Rejon Garcia qui en est encore aux vieilles 
méthodes de comparaisons étymologiques et de rapprochements phoniques. 
D'ailleurs, un dictionnaire de noms de lieux suppose deux conditions : qu'on a 
un système raisonné et immuable de transcription et aussi qu'on a complète- 
ment dressé la liste des mots en cause. Ces deux cas he se trouvent pas réalisés 
ici L*auteur qui adopte, sans nous en donner toujours les raisons, des ortho- 
graphes très éloignées de l'orthographe courante, en change souvent plusieurs 
fois pour un nom déterminé. D'autre part, des noms très connus ont été omis. 
Quant à l'archéologie de M. Manuel Rejon Garcia, elle nous promène à travers 
les monuments, ajoutant de^^i de-là quelques bonnes observations personnelles, 
les hiéroglyphes et les katouns (à propos desquels notre guide se montre mal 
instruit des travaux allemands^, la religion et l'ethnographie précolombiennes, 
sans oublier les langues indigènes (au sujet de quoi reparaissent les procédés 
plus haut signalés], le tout, pour aboutir à l'origine... égyptienne des Yucatèques. 
Il serait cruel d'insister. Ce phénomène de dépravation scientifique s'accom- 
pagne d'une connaissance assez étendue des données et des œuvres les plus 
générales de l'anthropologie et de l'histoire. Et, en parlant de lui, je pense à 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 109 

feu Lopéz, le très érudit auteur des- Races Aryennes du. Pérou ^ livre nourri 
(l*un savoir réel et bourré d*idées originales en ses erreurs. 

Supersticiones y Leyendas Mayas yñui mieux que son frère jumeau. 11 est 
brillamment écrit et se lit avec plaisir, sans nous apprendre beaucoup de choses 
nouvelles. Stephens, Brasseur et bien d^autres — que M. Rejón Garcia con- 
naît — nous avaient déjà renseignés sur la persistance des offrandes aux 
Racabs, la misa rnUpera, etc. On trouvera, toutefois, dans cette seconde publi- 
cation, quelques détails inédits de folk-lore. L'authenticité n*en semble pas 
douteuse. Malheureusement, on ne nous renseigne pas toujours avee la préci- 
sion désirable sur la localité de provenance. Les meilleures pages sont celles qui 
s'efforcent de montrer l'influence du sorcier (A' men] dans chaque village sur les 
mœurs rurales, et la bizarre coexistence des croyances précolombiennes avec la 
pratique du catholicisme. 

S'il s'en tenait à l'étude scrupuleuse des faits, M. Rejón Garcia rendrait de 

réels services à l'Américanisme. 

L. Lbjeal. 



D' Max Schmidt. Indianerstudien in zentral Brasilien, Erlebnis*^e 
und ethnologische^ Ergebnisse einer Reise in den Jahren 1900- 
1901. Berlin, Dietrich Reimer, 1905. Mit 281 Textbildern, 
12 Lichtdrucktafeln und einer Karte, 456 p. 

I^s régions du Xingu et de ses sous*aÎfluents sont difficilement abordables 
par le Nord S cause de ses nombreuses Cachoeiras. L'autre route parle sud pré- 
sente le grand inconvénient de longs Voyages parterre pour passer du bassin du 
Rio Paraguay dans celui de 1' Amazonas. Cette situation géographique permit 
aux habitants de ces régions de développer jusqu'à nos jours leur vie indigène 
sans subir l'influence de nos ciyilisations européennes* Aussi l'intérêt des 
ethnographes s'est-il porté depuis quelque temps vers ces tribus. En 1884, se 
place je premier voyage de M. Karl von den Steinen suivi bientôt d'un second 
voyage et de deux expéditions de M^ Hermann Meyer. Peu de temps avant la 
seconde ex pédition'de M. Meyer, cinq voyageurs américains y trouvèrent la mort 
de la main <les Suya's. Le D*^^ Schmidt ne se laissa pas effrayer par leur sort et 
résolut d'entreprendre le voyage tout seul et avec des moyens modestes. 

Arrivé à Cuyaba le 10 novembre 1900, il voulut attendre la fin des grandes 
pluies et profiter des crues de la fin dé mars pour passer dans les eaux du 
Kulisehu. Du 10 décembre au 1*'''. janvier il fit une excursion chez les Bakairi's 
du rio Novo. Il partit de Cuyaba le 19 mars. Après un voyage par terre de 
44 jours, il put s'embarquer sur le Kulisehu. Sur deux canots il descendit cet 
affluent du Xingu et dépassa le 9 mai le village Maigeri situé sur la rive 
gauche du fleuve. Plus loin, M. Von den Steinen avait trouvé encore deux 
villages Bakairi's, Igueti et Kuyaku Alieti. Ceux-ci ont disparu depuis et 
M. Schmidt les trouva remplacés sur la rive droite par le village Maimaieli. 



Digitized by 



Google 



lio SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

C*est le dernier établissement Bakairi sur le Kulisehu. Quelques journées df 
navigation plus loin sont établis les Nahukua's, qui volèrent à notre voyageur 
une grande partie des menus objets d*échange qu*il amenait avec lui. Pour 
arriver plus vite chez les Auetô's, on ne ñt pas de halte chez les Mehi-naku*s. 
Les vols dont il avait été Tobjet de la part des Nahukua's, firent prendre à 
M. Schmidt la résolution d'abandonner son projet premier qui était d*aller jusque 
chez les Kamayura's. Il se promettait de passer quelques semaines chez les 
Aueto's, mais la rapacité de ces derniers ne le cédait pas à celle des Nahukua's 
et le courageux explorateur s'aperçut bientôt que le plus sage dans ces circon- 
stances était de regagner au plus vite le village Bakairi Maimaieti. Ici il séjourna 
quelque temps. Malheureusement la fièvre le surprit au milieu de ses travaux. 
Encore tout brisé par la maladie, il prit Théroïque résolution de partir en ame- 
nant avec lui sur trois canots ses collections ethnographi((ues. A Tendroit où il 
s'était embarqué sur le Kulisehu, il dut abandonner ces objets acquis au prix de 
tant de sacrifices et s*en remettre à Thonnêteté du chef des Bakairi*s du Para- 
natinga, Antonio. Cette confiance ne fut heureusement pas trompée et, après de 
longues attentes, Tethnographe put rentrer en possession de ses collections, en 
mars 1901. L^abandon de la collection au Kulisehu rendit moins impraticable 
dans les circonstances actuelles la traversée des régions inhospitalières qui le 
séparaient de Cuyaba; maisil faut lire dans les mémoires mêmes de M. Schmidt 
les épisodes de cette pénible traversée qui sont d'une lecture captivante. 

A Cuyaba où il était arrivé le 19 juillet, M. Schmidt prit à peine le temps de 
se remettre quelque peu des accès de fièvre. Il descendit bientôt le rio Cuyaba, 
puis le San Lourenço et s'arrêta à Amolar sur le rio Alto Paraguay. Amolar est 
situé à quelque distance des lacs de Gaiba et deliberaba, territoire des Guato's 
auprès desquels le docteur Schmidt fit des études ethnographiques détaillées. 

Tel est en quelques mots le contenu de la première partie du livre de 
M. Schmidt : il y raconte les péripéties de ses voyages d'un ton simple et humo- 
ristique. La seconde partie, celle qui intéresse surtout Taméricaniste, expose les 
résultats scientifiques du voyage. 

Les Indiens du Kulisehu appartiennent à des familles linguistiques diffé- 
rentes. Les Bakairis et les Nahukua's sont Caraïbes. Les Mehinaku'set les Yau- 
lapitis appartiennent au groupe Nu-arovaque, les Aueto'set les Kamayura's au 
groupe Tupi. Ces Indiens se livrent à Tagriculture, mais un genre d'agriculture 
assez rudimentaire. Comme ils n'ont pas de bétail, c'est la chasse et la pêche qui 
leur livrent la nourriture animale. Ils ne dépendent ainsi de l'agriculture que 
pour leur nourriture végétale, c'est-à-dire le manioc. Pour, cultiver cette 
plante, ils abattent dé grandes parties de forêts auxquelles ils mettent ensuite le 
feu. Ainsi préparé, le champ peut livrer deux récoltes, ce qui exige six ans. Ce 
fait exerce une grande influence sur la vie de ces indigènes qui sont relative- 
ment sédentaires. Ce genre particulier d'agriculture n'est pas non plus san^ 
influence sur l'état social ; le travail du déboisement exige la collaboration 
d'un grand nombre de familles et cela explique qu'ils vivent sous un régime 
de communauté qui n'exclut pas cependant la propriété individuelle. 

Les Guato's sont traités plus in extenso. M. Schmidt les examine successi- 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITÏQUE HI 

vement au point de vue historique, ethnographique général, linguistique^ anthro- 
pologique, psychologique, social et juridique. 

Les premières données que nous possédions sur cette peuplade remontent à 
Azara {\oi/ages dans VAmér, mérid., vol. II, Paris, 1809). En 1846, Castelnau 
{Expéd, dans les paHies centrales de V Amérique du iSoc/, Paris, 1850) en ren- 
contra et donna à leur sujet quelques renseignements généraux avec un petit 
vocabulaire. En 1883, R. Rohde acquit chez eux une collection ethnogk»a- 
phique qui se trouve actuellement au musée de Berlin, et en 1895, J. Koslowsky 
publia, dans la Revista del museo de la Plala^ les résultats de son séjour chez. 
lesGuato's du haut Paraguay en 1894, et, tout récemment, en avril 1905, un 
résident français au Brésil, M. Monoyer, donnait, ici même, une courte, mais 
substantielle notice sur les peuplades de rio Sao Lourenço. Ces publications 
n'ont pas empêché M. Schmidt de nous présenter dans une étude d'ensemble 
bien documentée une foule de renseignements entièrement neufs. 

Le Guato habite un pays de lagunes. Comme tel, il passe une bonne partie 
de sa vie en canot. Il ne met pas beaucoup de soin à la construction de sa 
maison. Celle-ci est en général très petite, de forme rectangulaire, et sert au 
logement d'une seule famille. Du moment que les conditions climatériques le 
permettent, il passe la nuit au dehors. Il se sert pour cela non du hamac mais 
d'une natte recouverte d'une peau de jaguar ou de cerf au-dessus de laquelle il 
tend un fílet pour se protéger contre les piqûres de mosquitos. Ce filet ne se 
rencontre dans l'Amérique du Sud que chez les Guato's ; M. Schmidt le 
considère justement comme le produit de besoins locaux spéciaux. Le savant 
ethnographe décrit minutieusement les instruments de chasse et de pêche, 
lances, arcs et flèches, des flèches spéciales pour le tir aux oiseaux et un arc 
spécial servant à tuer les petits oiseaux au moyen de petites balles en terre 
cuite. Au surplus, le milieu dans lequel vit le Guato lui fournit en quantité 
suffisante, et sans exiger de lui de grands eiTorts, tout ce qu'il lui faut pour sa 
nourriture végétale et animale. Les mets, chose assez curieuse, sont préparés 
parles hommes. Les viandes sont, en général, bouillies et non rôties. La poterie 
et les autres ustensiles manquent d'ornementation. 

I^ langue guato est, quant aux racines, monosyllabique. M. Schmidt s'occupe 
d'abord de ces racines ; il étudie ensuite la dérivation des polysyllabes et les modi- 
fications phonétiques qu'elle entraîne ; suit un vocabulaire qui comprend 
507 mots. Pour compléter ces renseignements linguistiques, le docteur Schmidt 
ajoute quelques phrases en Guato avec la traduction portugaise et allemande. 
Il avait recommandé à l'Indienne Rosa de s'entretenir lentement avec lui comme 
s'il la comprenait ; il nota les phrases et se les fit traduire ensuite en portugais. 
Nous avons donc tout lieu d'admettre que ces phrases représentent la façon de 
parler des Guato's. 

Au physique, le Guato présente cette particularité que les parties inférieures 
de son corps sont beaucoup moins développées que les parties supérieures; il a 
les jambes en forme de X et les pieds aplatis. M. Schmidt y voit un effet delà 
vie prolongée en canot. 

On est tenté de croire que psychiquement le Guato est peu doué. Cela 



Digitized by 



Google 



112 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANI8TE8 DE PARIS 

semble ressortir de la négligence avec laquelle il construit sa maison, de son 
manque de prévoyance, de Tabsence totale de dessin et d'ornementation. 
Toutefois M. Schmidt pense qu'il s'agit moins d'incapacité que d'abus de 
boissons alcooliques et d'une certaine indolence d'esprit qui peut se comprendre 
au milieu d'une nature qui livre d'elle-même tout ce qu'il faut pour vivre. 

La vie sociale est peu développée. Le Guato n'est pas en rapport avec les 
tribus voisines. 11 n'échange pas les produits de son industrie contre les leurs. Il 
se contente d'acheter aux Brasiliens des étoffes, du tabac, de l'eau-de-vie, des 
couteaux. Il est avant tout individualiste, et vit isolé. Cela s'explique en partie 
par l'absence totale d'agriculture. Il n'existe pas la moindre division du travail 
entre les différentes familles. Tout au plus à l'intérieur de la famille l'homme 
s'occupe de la chasse et de la peche, delà fabrication des instruments qui y sont 
nécessaires, et de la préparation des aliments ; la femme file, tisse et fabrique la 
poterie. Sur le canot, elle est assise au gouvernail. 

Politiquement, les Guatos forment trois centres : l^ceux du Paraguay supé- 
rieur; 2^ ceux des lacs de Gaiba et d'Uberaba et de la colline de Caraca rà ; 
3^ ceux du S. Lourenço inférieur. Les chefs de ces centres sont désignés par le 
gouvernement brasilien qui tient en général compte des propositions des indi- 
gènes ; ceux-ci proposent d'ordinaire le descendant mâle du chef défunt. L*in- 
fluence des chefs est très réduite. 

Je veux encore attirer l'attention sur deux points qui sont traités avec une 
compétence particulière, les institutions juridiques et le tressage dans ses 
rapports avec l'ornamentique. 

Les familles Guato's sont monogames. Dans la nomenclature des parents, le 
frère aîné est distingué du frère cadet : le cousin aîné est mis sur le même 
pied que le frère aîné, et le cousin cadet sur le même pied que le ttère cadet; 
l'oncle paternel est distingué de Toncle maternel. Chez les Bakairi'sde M'aima ieti, 
M. Schmidt s'est livré à des recherches particulières sur l'organisation 
familiale. Il n'est pas arrivé, il Tavoue lui-même, à résoudre tous les problèmes 
qu'elle soulève. Le principe de la communauté chez ces Indiens est territorial. 
Plusieurs familles habitent une même maison et M. Schmidt a examiné scru- 
puleusement les liens de parenté existant entre les personnes qui habitent la 
même maison. La conclusion de ce relevé est très intéressante : Les habitante 
d*une maison forment une grande famille. En se mariant, l'homme va habiter la 
maison de sa femme, les chefs semblent faire exception à cette règle ; il existe 
entre le mari et les frères de sa femme des rapports très étroits. De lu sans 
doute le rôle de l'oncle maternel vis-à-vis des enfants. En cas de mort de 
la femme, on doit épouser la sœur de celle-ci. Ces indigènes sont monogames 
toutefois ils peuvent avoir des femmes habitant d'autres localités. 

Dans un travail intitulé: « Ablcituag Südamerikanischer Geflechtsmuster aus 
der Technik des Flechtens » et publié dans la Zeitschrift fur Ethnologie (fase. 
3et 4, pp. 490-512), M. Schmidt avait dojà prouvé sa compétence particulière 
en matière de tressage et d'ornamentique. Il distingue trois procédés de tressage 
dont les deux premiers surtout nous intéressent Le premier se sert de feuilles 
de palmier et s'appelle, de ce fait, Palmblallflechierei. Le deuxième au contraire 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 113 

f 

se sert de deux fils et s'appelle Doppelfadenflechlerei. Le premier procédé se 
subdivise d'après le point de départ du tressage en Fiederblatlge fléchie et en 
Fâcher b la lige fléchie . La Fiederhlatlflechlerei ne produit pas de motifs parti- 
culiers d'ornement, et est surtout usitée chez les Guato's qui ont développé 
aussi la Doppelfadenflechlerei^ en rapport étroit avec leur textile. 

Chez les indigènes du Kulisehu, c'est surtout le procédé des Fâcherblall- 
geflechlen qui est en honneur. Ce procédé, comme M. Schmidt le montre en 
détail, donne nécessairement lieu aux motifs décoratifs les plus divers. Chose 
frappante, ces motifs décoratifs qui se trouvent sur les objets tressés, produits 
naturellement par la technique même du tressage, se retrouvent sur des dessins, 
sur des vases, sur des calebasses, sur des masques, etc. Le mereschu et Vuluri, 
motifs décoratifs familiers des indigènes du Kulisehu, se retrouvent aussi sur 
des corbeilles, obtenues simplement par le procédé du tressage. Le fait que les 
Guato's avec leurs Fiederhlaltgeflechten ne possèdent pas d'ornamentique, 
tandis que les Indiens du Kulisehu avec leurs Fàcherblallgeflechlen possèdent 
une grande richesse de motifs décoratifs réductibles pour la plupart aux motifs 
du tressage, prouve suffisamment, à mon avis, la justesse de la théorie de 
M. Schmidt, que Tornamentique des régions du Kulisehu est née de la technique 
même du tressage. 

Ed. DE JONGHB. 



Geografía física y esférica de las provincias del Paraguay y 
Misiones Guaranies^ compuesta por Jon Felix de Azara, capitán 
de navio de la Real Armada,,,, ario de 1190. Manuscrito de la 
Biblioteca nacional de Montevideo. Bibliografía, Prologo y Ano- 
taciones por Rodolfo R. SciiULLER. Montevideo, 1904, in-8** de 
cxxxii-468 pages avec reproductions de carles et tableaux ^ 

Luis Maria Torres, l.a Geografía física y esférica del Paraguay y 
Misiones Guaraníes de don Felix de Azara. Examen crítico de 
su edición. La Plata, Taller de impresiones oficiales, 1905, gr. 
in-8*^ de 203 pages ^. 

S'il est des gens à qui la vie sourit, pour qui tout est facile, qui, moins bien 
doués que tant d'autres, n'entreprennent rien sans que le succès ne vienne 
couronner leurs efforts, certes Félix de Azara ne fut pas de ceux-là. 

Né en 1746, il fit ses études à l'Université de Huesca et les termina à l'école 
militaire de Barcelone. Comme alfere/ d'infcénieurs, il prit part en 1775 ix Tex- 

{. Publié dans les Anales del Museo narionnl de Montevideo^ où cette œuvre forme 
le tome l^^ de la Sección historico-filosofica. 

2. Extrait du tome VII de la fíetnxta del Museo de la Plain. 

Société des Américanistet de Paris. 8 



Digitized by 



Google 



114 SOaÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

pédition d'Al^r et y fut si grièvement blessé qu'il fut laissé pour mort. Sa bles- 
sure ne mit pas moins de cinq ans à se refermer et Ton dut, plus tard, en Amé- 
rique, la rouvrir pour en extraire un fragment de côte qui y était demeuré et le 
faisait cruellement souffrir. Sa constitution était extrêmement vigoureuse, car 
s'étant cassé la clavicule en tombant de cheval, il guérit sans Tintervention d*un 
médecin. 

Il était capitaine en 1776, lorsque le gouvernement espagnol, deux ans plus 
tard, organisa de concert avec le Portugal une commission destinée à mettre 
fin aux incessants conflits qu'engendrait l'indétermination des frontières en 
fixant d'une manière définitive les limites de leurs possessions américaines 
réciproques. 

Azara fut désigné pour en faire partie avec le grade de colonel d^ingénieurs 
et au moment du départ, reçut la commission de capitaine de frégate. 

Les commissaires espagnols travaillèrent avec le zèle le plus méritoire, mais ils 
se virent contrariés par la mauvaise foi de leurs concurrents. Ceux-ci ne pouvaient 
se décider à abandonner les territoires qui leur étaient enlevés par la décision 
des commissaires et sur lesquels ils s'étaient sans droit et subrepticement éta- 
blis. Leurs prétentions, leurs retards se virent plus d'une fois encouragée, il 
faut bien le reconnaître, par Tindifférence ou la mollesse des gouverneurs espa- 
gnols, quand ceux-ci, concussionnaires effrénés, ne touchaient pas le prix de 
leurs coupables complaisances. Notons que nous ne faisons que reproduire ici 
les accusations portées par les Espagnols eux-mêmes. 

Les négociations paraissent s'éterniser ; Azara, dont le zèle et les capacités 
avaient été fort appréciés, fut laissé dans le pays, le Paraguay, pour continuer 
les opérations.. 

Il conçut alors le projet de lever la carte de cette immense contrée dont les 
frontières seules avaient été déterminées. C'est à ses frais, sans Taide des vice- 
rois, dont il n'avait aucun secours à attendre, dont il avait, au contraire, à 
redouter le mauvais vouloir — ne faisant rien, mIs détestaient les explorateurs 
— et c'est à leur insu qu'il dut accomplir partie de ses grands voyages. 

Qu'était le pays qu'il devait parcourir? des campagnes plates à perte de vue, 
coupées de rios, de lagons et de lacs, de bois, désertes ou parcourues par des 
sauvages plus féroces que les animaux dont on avait à redouter les attaques. 
Azara ne consacra pas moins de treize années à cette belle entreprise, mais il 
reconnaît lui-même qu'il n'aurait pu la terminer sans le zèle et le dévouement 
de ses compagnons. 

Que de fatigues, eu effet, et de privations au milieu de ces déserts ! Il nous 
explique lui-même la façon dont il s'y prenait pour arriver à ses fins. Une légère 
pacotille de verroteries, de couteaux, de miroirs et d'eau-de-vie pour les sau- 
vages. Pour lui, un seul vêtement, un peu de sel et de café, pour les siens, du 
tabac et l'herbe du Paraguay, le maté. Le. gibier devait fournir la nourriture et 
s'il faisait défaut, on était réduit à une maigre ration de viande de vache séchée. 
On avait un grand nombre de cbevaux, jusqu'à douze par homme, sans comp- 
ter ceux qui portaient les instruments et les provisions ; on les montait tour à 
touret Ton pouvait ainsi marcher rapidement. La nuit, chacun gardait un cheval 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE H5 

au piquet, tandis que les autres chevaux allaient paître. On avait aussi de grands 
et forts chiens. Une heure avant Tapparition du soleil on se levait, les uns prépa- 
raient le déjeuner, tandis que les autres partaient à la recherche des chevaux 
qui s'étaient parfois éloignés du camp de plus d'une lieue et on les lassait. 

Un homme s'avançait seul, en avant-garde, pour ne pas être distrait par la 
conversation d'un compagnon et Ton marchait ainsi protégé par des flanqueurs 
jusqu'à deux heures avant le coucher du soleil. Quel merveilleux dîner lorsqu^on 
pouvait alors s*em parer d'un tatou, mais que de fois aussi Ton devait boucler sa 
ceinture I 

Tous couchaient sur la terre nue ; seul. Azara possédait un hamac et Ton 
devait, avant de s'étendre, battre la brousse pour en chasser les vipères qui 
sont abondantes. C'est seulement quand on se Rxait dans un canton qu'on y 
construisait des ranchos de paille pour se protéger de la pluie. 

Cette vie active, coupée d'observations astronomiques, d'opérations géode- 
siques, de calculs, de dessins, de la description du pays et de ses habitants, 
d'une correspondance assez rare avec ses chefs ou ses relations, ne suffísait pas 
à la fièvre de travail d'Azara. Les quadrupèdes et les oiseaux devinrent l'objet 
de ses études, bien qu'il fût dépourvu même d'instruction générale en histoire 
naturelle, mais le sujet lui parut si attachant et si nouveau qu'il s'y livra avec 
passion.. 

Azara aurait voulu conserveries peaux des oiseaux, mais, mal outillé, il les 
vit se détériorer rapidement et dut se contenter de faire la description de ces 
animaux, aussitôt qu'ils lui parvenaient. C'est à ce moment que venait de 
paraître la grande Histoire naturelle de BuiTom. Azara se consacra à la complé- 
ter et à la rectifier, en décrivant les animaux que celui-ci avait ignorés ou mal 
connus. 

Si Azara qui n'avait visité aucune grande collection, qui n'avait échangé ses 
vues, ses renseignements avec aucun naturaliste, se trompe parfois, s'il compare 
ou réunit des objets qui n'ont pas de véritable analogie, s'il sépare en différents 
genres des espèces qui devraient être réunies, il n'en a pas moins rendu à la 
science de grands services, en lui révélant quantité d'animaux dont on ignorait 
l'existence et dont il décrit l'allure, les mœurs et les habitudes avec l'expérience 
et la finesse d'un homme qui les a observés en liberté, avec toute la perspicacité 
et l'acuité d'un véritable savant. 

Pour éloignés qu'ils fussent de la vie pratique, ces travaux eurent cependant 
le don d*exciter la jalousie des autorités ; c'est ainsi que le gouverneur d'Asun- 
cion fit interdire à Azara l'accès de la bibliothèque publique et empêcha les 
Indiens de lui apporter des oiseaux. Il lui fit voler la lettre de remerciements et 
le brevet de citoyen qui lui avait été décerné comme récompense de ses travaux. 
On l'accusa de vouloir livrer ceux-ci aux Portugais, le gouverneur de Buenos- 
Ayres fit saisir ses caisses, lui fit voler des papiers et des mémoires dont il 
publia sous son nom une partie dans un périodique, et avec tout ce qu'il put 
réunir de publié ou d'inédit en composa une œuvre importante qu'il envoya 
également sous son propre nom. 

Mais Azara, instruit par Texpérience, avait remis à des personnes sûres 



Digitized by 



Google 



116 SOCIÉTÉ DES AMÉR1CÁNISTE8 DE PARIS 

diverses copies de ses travaux, ce qui explique qu'on possède encore un aussi 
^rand nombre de ses manuscrits à Montevideo. 

KtcependantyCet oflicier qu*on persécutait si indignement, si lâchement, dont 
on cherchait sans cesse à rabaisser le mérite, on n*hésitait pas à recourir à lui 
dans tous les cas embarrassants, parce qu'on connaissait son inlassable patrio- 
tisme. Tantôt on Tenvoie reconnaître la côte méridionale absolument déserte 
où le gouverneur voulait tenter des établissements, tantôt on le charge de 
reconnaître la frontière du Brésil et de repousser les Portugais toujours si 
envahissants, tantôt enñn de transporter sur Tlbiary des familles qu'on avait 
attirées d'l']urope et qui vivaient dans la capitale aux frais du trésor sans rendre 
aucun service. 

Enfin cessa Tinjuste oubli dont Azara était depuis si longtemps victime et il 
rentra en Européen 1801. Son premier soin fut de publier la partie de ses 
travaux sur lesquels son gouvernement n'avait à exercer aucun contrôle, c'est- 
à-dire sa description des quadrupèdes et des oiseaux de l'Amérique méridionale. 
11 vint ensuite à Paris où Fattirait le désir bien naturel de faire connaissance 
avec nos savants ; puis après la mort de son frère (1803), il se retira dans son 
pays natal où il mourut en 1821, brigadier des armées navales. 

Ses voyages dans l'Amérique méridionale ont été publiés pour la première 
fois à Paris en 1809 par Walckenaer, annotés par Guvier et suivis de 
l'Histoire naturelle des oiseaux du Paraguay et de la Plata, ave^c notes de 
Sonnini. 

Comme nous avons eu l'occasion de le dire au cours de ce compte rendu, il 
y a de nombreux manuscrits de ses récits de voyages épars dans diverses col- 
lections officielles ou particulières et de nombreux mémoires ont été publiés 
dans des périodiques. 

C'est un de ces manuscrits qui se trouve à la bibliothèque de Montevideo 
qui a été publié avec prologue, bibliographie, annotations et reproductions de 
cartes par M. le D*^ Rodolfo Schuller, chef de la section ethnologique du musée 
de la Plata. Cette publication était-elle bien utile? Ajoule-t-elle beaucoup à la 
gloire d'Azara ? Faut-il y voir autre chose qu'un premier jet, une ébauche du 
texte'définitif qu'Aura a publié à Paris en 1809? De bons esprits ont été de 
cet avis et notamment M. Luis Maria Torres dont on a pu lire le titre.de la 
critique en tête de cet article. 

Il faut dire que ce n'est pas la première fois qu'on publie des manuscrits 
d'Azara et personne n'a encore oublié les Viajes inéditos du même auteur qu'a 
édités Barthélémy Mitre en 1873. Kn réunissant ces derniers à la relation fran- 
çaise, que reste- t-il de biea original dans la Geografía, física y eéférica de 
M. Schuller? En réalité, bien peu de choses : quelques paragraphes relatifs au 
voy.ige à la Laguna Ibera, une comparaison entre les Indiens du Chaco et les 
Guaranis et quelques passages sans importance. 

L'existence de ces copies, menées à un degré de perfection inégal, s'explique 
parfaitement et par les précautions que l'auleur dut prendre pour dérober au 
vice-roi ses manuscrits et par les modifications et augmentations que ses études 
postérieures lui permirent d'apporter au texte primitif. Et cependant nous ne 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 117 

saurions blâmer la publication de M. Schuller. Elle remet en lumière un per- 
sonnage bien digne d'être étudié; elle nous apporte sur lee modalités de sa 
pensée et sur l'évolution de ses connaissances des aperçus nouveaux et tout est 
digne d'être recueilli qui vient d'un homme aussi remarquable^ d*un savant qui 
s'est fait tout seul. Nous ne saurions donc pas accepter, dans toute sa rigueur, 
la conclusion de M. Torres : « Ce qui aurait, dit-il, quelque intérêt serait une 
description de la forme primitive, autographe des travaux d'Azara où les acci- 
dents graphiques seraient propres à Fauteur, accompagnée de notes, gloses et 
autres commentaires historiques, afín de satisfaire les exigences actuelles de 
toute bonne entreprise éditoriale. » 

Ceci est autre chose ; on peut critiquer la façon donnée par M. Schuller à son 
édition, on peut trouver, en effet, qu'elle n'est pas ù la hauteur des exigences 
actuelles ; il ne s'ensuit pas que la publication du manuscrit soit inutile ou 
inopportune et c'est cela qu'il importait surtout de dire. 

Gabriel Marcel. 



BoliviU'Brasil, Exposición que la Sociedad geográfica de La Paz 
dirige à las Sociedades geográficas de Europa y América, — 
La Paz, Tall. Tip. Lit. de J.-M. Gamarra. 1903, in-8^ de 148 p. 

Bautista Saavedra. El litigio Pera-lioliviano. La Paz, « Imprenta 
Artística » Velarde, Aldazoza y Co. 1903, in-8*^ de 159 p. 

Toutes les publications auxquelles donne lieu une rectification de frontières 
entre deux Etats sont toujours, aux points de vue historique et géographique, 
d'une haute importance. Les deux parties contondantes ont un égal intérêt à mieux 
connaître les territoires en litige, leur topographie et leurs ressources, comme 
aussi à rechercher et à publier les documents sur lesquels ils s'appuient et qui 
serviront à prouver Tancienneté et la réalité de leurs droits. Aussi fouillent-elles 
avec un égal acharnement les dépôts publics et les collections particulières où 
peuvent se cacher quelques documents d'archives inconnus. 

La fin du xix* siècle aura vu un assez grand nombre d'arbitrages et de recti- 
(ications de frontières dont il faut se féliciter hautement. En effet, il n'y a pas 
bien longtemps encore ces différends se seraient terminés par de longues et 
sanglantes guerres qui n'auraient d'ailleurs pas prouvé la justice des revendi- 
cations des deux parties tout en les ruinant. 

Ont passé par nos mains nombre de publications faites dans ces diverses 
occasions et nous avons pu constater combien elles ont pu jeter de nouvelles 
liimières siir Thistoire de la colonisation européenne en Amérique, combien 
elles ont servi à la divulgation de textes et de cartes jusqu'alors enfouis dans 
la t>Oudre des archives et qui, reproduits ou analysés, nous font mieux 



Digitized by 



Google 



118 SOCIÉTÉ DES AMÉR1CANI8TES DE PARIS 

connaître les découvertes des anciens explorateurs el les travaux des vieux 
cartographes. 

C*est aujourd'hui seulement que nous avons connaissance des deux documents 
dont on peut lire le titre en tête de ce compte rendu. La question qu'ils pré- 
ten«laient éclairer a été jugée depuis plus de deux ans; il est donc bien tard 
pour en parlei. 

Nous le ferons néanmoins quand ce ne serait que pour signaler Texistence 
bibliographique de ces mémoires qui n'ont eu que trop peu d'influence sur le 
règlement définitif de la question. 

L'exposition publiée par la Société géographique de La Paz fait admirablement 
ressortir la politique constamment suivie par le Portugal et par son héritier 
direct le Brésil dans toutes les questions territoriales. Tous deux ont toujours 
interprété avec une grande largeur de vue — à leur profit s'entend — les clauses 
des traités. Quand elles leur étaient défavorables, ils ne les observaient pas et 
s'arrangeaient toujours pour encourager sous main l'infiltration de leurs sujets 
dans les pays qui pouvaient être contestés plus tard, de manière à se créer des 
droits éventuels. C'est ainsi qu'ils ont procédé pour le territoire contesté de la 
Guyane, c'est ainsi qu'ils ont agi avec tous leurs voisins. Quand il a pensé 
que la question était mûre, le Brésil a entrepris avec eux des négociations 
directes ou par arbitrage. Ajoutons qu'il a été rarement malheureux dans ces 
affaires et il le doit à l'habileté diplomatique, à la science géographique et his- 
torique de son ministre actuel des Affaires étrangères, M. le baron de Rio- 
Branco, qui a fouillé les archives de toute l'Europe pour y faire copier les docu- 
ments et les cartes qui pouvaient intéresser le Brésil. 

On ne s'attend pas à ce qu'à notre tour nous venions refaire l'historique de 
la question de TAcre. Il nous suffira de dire que ce territoire contesté est ainsi 
appelé du nom d'un des affluents du Puruset forme un énorme triangle qui fut 
longtemps considéré comme sans valeur, si bien que ni le Pérou, ni la Bolivie, 
ui le Brésil ne songèrent à exercera son sujet de sérieuses revendications. Mais 
en ces dernières années, il avait pris une valeur considérable depuis qu'on y 
avait trouvé des mines d'or, de pétrole, de charbon, et qu'on y avait rencontré 
en nombre immense ces fameuses lianes à caoutchouc dont la consommation 
est devenue depuis quelque temps si importante. Un premier traité en 1867, 
suivi d'un protocole en 1898, avait reconnu les droits de la Bolivie sur cette 
région, mais les habitants bien stylés et soutenus se soulevèrent, rejetant le 
joug peu pesant de la Bolivie qui dut envoyer contre eux deux expéditions. 
Les menées du Brésil, celles du Pérou qui n'hésita pas à faire valoir ses droits, 
créèrent une telle agitation que la Bolivie se décida à mettre l'exploitation de 
l'Acre entre les mains d'un syndicat anglo-américain. 

Du coup, le Brésil jeta feu et flammes, protestant contre Tintrusion d'étran- 
gers dans un différend qui ne les regardait pas. Il y eut un moment d'émotion 
très vive et Ton craignit que la guerre se déclarât entre Brésil et Bolivie. 

La moins forte des deux parties céda, comme toujours. En mars 1903, un 
modus vivendi régla les droits en litige jusqu'à ce qu'un traité définitif signé à 
Petropolis le 17 novembre de la même année vînt définitivement consacrer le 



Digitized by 



Google 



BDLLBTIM CailTIQUE 119 

partage. Tous ceux qui s'intéressent à ces questions de frontières devront se 
rendre compte dans la carte publiée par M. Huot dans l'Année cariographique 
1904 de M. Schrader, de la façon peu équitable du partage. La Bolivie n'obtint 
que le petit triangle entre le Madeira et son affluent TAbuna, tandis que tout le 
territoire confinant au cours inférieur de TAcre était dévolu au Brésil; c'était 
dix fois plus au moins, mais, on le sait, la loi du plus fort est toujours la 
meilleure et tout le monde ne peut pas dire : Ego nominor leo. 

Telle fut la conclusion du conflit que racontent dans leurs différentes phases 
les publications de M. Bautista Saavedra et de la Société géographique de La 
Paz. C'est rhistorique du procès*, mais on ne trouve, ni dans Tun ni dans l'autre 
de ces exposés, aucun de ces documents ignorés, textes ou cartes, qui généra- 
lisent rintérêt local et personnel de la publication au grand profit de l'histoire 
générale et de la science géographique. 

Gabriel Marcel. 



Félix F. OuTES. La edad de la piedra en Patagonia. Buenos Aires, 
imprenta de Juan A. Alsina, 1905, gr. in-8® (tome XII des 
Anales del Museo Nacional de Buenos Aires^ p. 203-575, 
206 fig.). 

Le volumineux travail de M. Outes est un recueil très complet sur l'industrie 
préhistorique de la pierre en Patagonie. 

L'auteur commence par un aperçu de la géologie, de la flore et de la faune 
du territoire qu'il étudie, c'est-à-dire une description sommaire du milieu dans 
lequel ont vécu les anciens habitants de la Patagonie, description nécessaire à 
tout ouvrage d'ethnographie ancienne ou moderne, mais surtout quand il s'agit 
d'un pays dont la géographie générale est encore très imparfaitement connue. 
M. Outes donne ensuite un résumé des renseignements ethnographiques sur les 
« Patagons n fournis par les voyageurs qui ont visité Textrême sud du continent 
américain, dès sa découverte jusqu'à nos jours. 

Comme paléolithiques sont décrites des pièces trouvées dans huit endroits 
différents, distribués depuis le Rio Chubut jusqu'au Rio Santa Cruz, tout près 
de la côte maritime. Deux de ces gisements sont illustrés par des coupes géolo- 
giques. M. Outes les réfère tous à l'époque acheuléenne de Mortillet. 11 n'est 
pas encore suffisamment prouvé que la Patagonie ait eu un âge paléolithique 
et il sera impossible de décider cette question avant que la géologie de ce terri- 

i. Une édition spéciale d'un journal de Sucre, La Induitria, a publié le 14 mai 190t3 
tout UD numéro sur la question qui nous occupe, accompagné d'une carte qui n'est 
que la réduction' de celle publié dans YExpoticion de la Bolivie. On consultera avec 
fruit le • Mapa mostrando a nova fronteira entre o Brasil et a Bolivia na regiao 
Amasonica Rio »>, Imp. nacional (1904). 2 éditions. 



Digitized by 



Google 



120 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

toire ail été étudiée d'une manière satisfaisante. Les faits établis pour le vieux 
monde, quant à ia classification par époques de Tindustrie lithique préhistorique, 
ne sont pas équivalents aux faits similaires du nouveau monde et Tapplication 
de cette même classification en Amérique ne donne pas de résultat. Cette inté- 
ressante question : Texistence du paléolithique en Patagonie — reste encore à 
résoudre et la solution ne peut s^attendre que sur la base d'une exploration 
systématique de la géologie patagonne et de fouilles dans les gisements, effec- 
tuées avec un critérium scientifique. Cependant, les pièces publiées par 
M. Dûtes sont belles, et il a rendu un service à la palethnologie en les faisan** 
connaître. 

Pour sa période néolithique, M. Outes, en dehors de sa propre collection, a 
eu à sa disposition les riches collections du Musée national de Buenos Aires, du 
Musée de La Plata, de MM. Florentino Ameghino, R. Lehmann-Nitsche, 
J.-B. Ambrosetti et Angel Fiorini. Par milliers sont détaillés des lames, des 
racloirs, des scies, des poinçons, des burins, des couteaux, des hachoirs, des 
pointes de flèches, de javelines et de harpons aux formes les plus variées ; enfin, 
des bolas, des pierres perforées, des fusaïoles, des pilons, des objets de parure, 
des pierres gravées. De chaque caié^or'xe, quelques spécimens typiques sont 
représentes en d'excellentes figufes, dessinées très soigneusement, avec beau- 
coup d'habileté et d'exactitude par Tauteur lui-même. Une série de ces grandes 
haches de pierre, si caractéristiques pour la Patac^onie, et quelques exemplaires 
de pipes à fumer, sont spécialement intéressants 

Le matériel classé et décrit par M. Outes est très nombreux; Ton peut dire 
que nulle part U ne serait possible de réunir un matériel plus complot. L'auteur 
dit lui-même qu'il a soigneusement écarté toute pièce dont la provenance n'était 
pas authenti<|uement garantie, et il faut l'en croire parce qu'il a toujours mon- 
tré une probité scientifique ignorée de certains auteurs et un esprit de méfiance 
d'autant plus utile que les objets d'une provenance douteuse ne sont pas rares 
dans les collections sud-américaines. 

U ne carte dressée avec soin et avec clarté indique la situation géographique 
de plus de cetits gisements. C'e.st, en partie jlier, le long de h côte de l'Atlan- 
tique et des rivières que se trouvent ces j;isements. Les vastes déserts qui 
s'étendent entre les rivières sont encore absolument inexplorés. De nombreux 
tableaux synoptiques et d'excellents indices facilitent l'usage du travail comme ' 
livre de référence. 

M. Outes qualifie son ouvrage : « Etude d'archéologie comparée w, et, en fait, 
il a vraiment épuisé la littérature contenant des renseignements sur l'industrie 
lithique des autres régions [surtout américaines) dont les objets peuvent être 
comparés avec les objets correspondants de la Patagonie. Le résultât de ces 
comparaisons est celui que produisent généralement des études de ce genre, 
c'est-à-dire la constatation d'analogies partielles et isolées entre régions les plus 
diverses. M. Outes trouve des points de contact de l'industrie lithique de 
Patagonie avec celle du Chili, de l'Uruguay, du Brésil méridional, du Mexique, 
des États-Unis, de la Colombie britannique, des Esquimaux. 

En résumé, le joli ouvrage de M. Outes est un livre utile pour tous ceux qui 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 121 

s'intéressent au préhistorique américain et il y rend compte de tout ce qu'on 
connaît actuellement sur l'industrie primitive de Textrême sud du continent 
américain. Nous Ten félicitons sincèrement. 

E. BOMAN. 



Daniel Garcia Acevedo. — Contribución al estudio de la carte- 
g rafia de las países del Rio de la Plata, — 1. El mapa inédito 
de Ruy Diaz de Guzman. — II. La relación cartográfica del 
doctor R. R. Schuller. Montevideo, 1905, in-8 de 34 pages avec 
un fac-similé. 

Les arbitrages dans les questions de délimitations de frontières amènent deux 
résultats : ils donnent lieu au règlement définitif de questions parfois vieilles 
de plusieurs siècles; ils tirent enfin de la poudre des archives quantité de 
documents inconnus, cartes et textes, infíniment précieux pour Thistoire de la 
géographie; tel est le cas pour celui dont nous avons ci-dessus transcrit le titre. 

Diaz de Guzman fut Fauteur d'une chronique des 'provinces du Paraguay 
appelée l\4rjren/ineet qui fut terminée en 161*2. Dans le texte, il fait allusion à 
une carte qui devait raccompagner, carte assez grossièrement dessinée et qu'on 
croyait perdue. Celle qu'a reproduite M. Garcia Acevedo existe aux Archives 
des Indes et paraît répondce à la description faite par Diaz de Guzman dont elle 
porte le nom au verso. M. Garcia Acevedo la décrit et compare les informations 
qu'elle contient avec le texte de VArgentinay avec lequel elle concorde parfaite- 
ment. Il en recherche la date et arrive à la conclusion qu'elle dut être dressée 
entre 1593 et 1607. 

L intérêt qu'il y avait à examiner en détail cette carte, c'est qu'elle fíxe les 
limites des possessions portugaises et espagnoles dans l'Amérique du Sud, sui- 
vant le traité de Tordesillas de 1494 et qu'on y voit figurer toutes les villes, 
villages d'Indiens et forts que l'Espagne possédait à Tépoque où elle fut dressée, 
à l'ouest de la ligne de démarcation le cours du Pipiry, affluent de l'Uruguay, 
y figure ainsi qu'une colonie d'Indiens, fondée par TEspagne au centre des ter- 
toires en litige entre le Brésil et la République Argentine. Il en résulte que le 
Pipiry était connu bien avant la fondation de la vaste confédération jésuitique 
en ces régions. On voit quel était pour les deux parties contractantes l'intérêt de 
ce document. 

Dans la seconde partie de la brochure que nous analysons, M. Garcia Acevedo 
passe en revue la bibliographie de M. le D*^ Schuller, insiste sur l'intérêt histo- 
rique que présentent certaines des cartes enregistrées et s'arrête longuement sur 
la Mapa de las Cortes^ datée de 1749, qui est devenue la base suivie pour le 
règlement de toutes les questions de frontières entre le Brésil et les républiques 
américaines voisines. 



Digitized by 



Google 



122 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

Le travail de M. Garcia Acevedo constitue une bonne contribution à Tétude 
précise et détaillée de la cartographie américaine qui est aujourd'hui infiniment 
mieux connue et appréciée qu'il y a seulement vingt ans. Les magnifiques atlas 
de fac-similés publiés par le gouvernement brésilien sous la direction de M. le 
baron de Rio Braneo aujourd'hui ministre des Affaires étrangères auront gran- 
dement contribué à ce résultat aussi précieux pour les géographes que pour les 
historiens. 

Gabriel Mabcbl. 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRIGANISTES 



I. Le Congrès de Stuttgart (Ethnographie moderne et questions précolom- 
biennes) (L. Lbjbal). — II. Voyages du D** Koch dans les bassins du río 
Negro et du río Japura (Ed. de Jonche). — III. Sur un document céramique 
péruvien relatif à la lèpre précolombienne (D"" W. Lbhmann). — IV. Mouve- 
ment scientifique (Harriet Ph. Eaton, D' W. Lbhmann,' L. Lbjbal, comte 
Louis de Turbnnb). 



Le Congrès de Sintig^rt {Ethnographie moderne et questions précolombiennes). 

Mon collaborateur et ami Froidevaux a précédemment * indiqué Tabondance 
des communications consacrées à l'histoire géographique et coloniale par les 
adhérents du Congrès de Stuttgart. La remarque s'appliquerait encore mieux 
aux travaux d'ethnographie moderne, présentés à cette session, presque aussi 
nombreux, proportionnellement, qu'à la session new-yorkaise de 1902. Le fait 
s'explique. On veut fixer la physionomie de l'indigène amérícain, avant qu'il ne 
disparaisse complètement sou» l'afflux des races étrangères, devant les progrès 
du métissage, sous l'effort d'une- colonisation — ou d'une extermination — 
méthodique. Ce désir a inspiré les treize mémoires dont voici les titres : 

1 . Boas (professeur Franz). — Influence de la division sociale des Indiens 
Kwakiutl sur leur civilisation. 

2. Bogoras (Waldemar). — Idées religieuses primitives cT après la tradition 
des Chukchees. 

3. Ehrbnreich (D' Paul). — Distribution des mythes et légendes chez les 
peuples sud-américains et leurs rapports avec les mythes et légendes du Nord- 
Amérique et de V ancien Monde, 

4. JoGHBLSON (Waldemar). — Les éléments asiatiques et américains des 
mythes Koriaks. 

{. V. Journal, nouv. sér., t. II, n« 2 (octobre 1905), p. 325. 



Digitized by 



Google 



124 SOaÉTÉ DBS AMÉRICANISTBS DB PARIS 

5. Lbhmann-Nitschb (D'' Robert). — ¿Mythes européens des Araucaniens de 
t Argentine. 

6. Meyer (D*" Hermann). — L'art des Indiens du fíio Shingu. 

7. Panhuys (Jonkh'' L. C. va^). — Quelques détails sur Vornamentique des 
nègres de Surinam. 

8. Panhuys (Jonkh' L. C. van). — Une coutume européenne du paganisme 
transportée en Amérique. 

9. Begbl (D' Franz"). — Quelques faits relatifs aux survivants des Indiens 
f< bravos » á Voues t d'^ntioquia. 

10. Sapper (Prof. Karl). — Usages et coutumes des Indiens Pokonchis. 

11. Sbler (M"* Ed.). — Le vêtement de V Indienne au Mexique. 

12. Stolpe (D' Hjalmer). — Les stations d* Esquimaux du Groenland nord- 
oriental, 

13. Thalbitzer (D"^ William). — Dialectes et migrations des Esquimaux. 

Cette liste est en soi significative des préférences que nos confrères d'Alle- 
magne portent aux choses de TAmérique du Sud. Ils ont fait de ce conlineni 
leur domaine de prédilection. Au surplus, dans le continent septentrional, grâce 
aux admirables enquêtes organisées par les savants des États-Unis, il y a bien 
moins de nouveautés à trouver, quant à Tobservalion des indigènes actuels. Le 
seul secteur encore imparfaitement reconnu est celui qui englobe, avec le 
Groenland, les régions subarctiques et le Dominion dans toute son étendue, 
certaines parties de la côte occidentale. Dans ce secteur, M. Franz Boas, de 
New- York, s'est réservé le peuple kwakiutl qui, on le sait, n'a plus de secrets 
pour lui. Son mémoire de Stuttgart était précisément destiné à résumer ses idées 
essentielles sur l'organisation sociale de ses clients préférés. Cette division 
est relativement récente ; elle a même varié plusieurs fois durant le siècle 
dernier. On en peut donc suivre avec certitude révolution et même en mesurer 
rinfluence sur toutes les institutions des indigènes de Vancouver. Elle domine 
d'abord le régime de la propriété. Chacune des grandes familles qui groupent 
la population kwakiutl marque de son blason spécial et ad m i nistr^' collective- 
ment les champs, les sites de pêche, les barrages à saumons, dont ses membres 
tirentjeur alimentation. Chacune de ces familles agit comme unité, aussi bien 
dans les actes sociaux que dans les cérémonies religieuses de la tribu. Les con- 
fréries religieuses, les associations magiques sont constituées sur le modèle de 
ces familles et l'art, aussi bien que les croyances, est en connexion intime avec 
les nécessites qui résultent de cette di<^ision sociale, très loin poussée au sein 
de chaque groupe autonome (séparation des sexes, des âges, etc.). 

La conférence très intéressante du professeur de Columbia University ira 
utilement grossir le nombre déjà considérable des travaux inspirés par la Morris 
K. Jesup Expedition. Depuis cette mémorable campagne scientifique, d'autres 
grands voyages collectifs ont été entrepris sur son modèle vers diverses contrées 
de r Extrême-Nord. C'est à celui des Suédois, en 189^1, que se réfère le mémoire 
de Stolpe, sa dernière œuvre, hélas I Cette campagne à la recherche d'Andrée 
n'a pas été tout à fait infructueuse, puisque les explorateurs ont pu se livrer à 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 125 

des reconnaissances scientifiques très étendues sur la cAte E. de Groenland, 
ainsi qu'aux Terres « François-Joseph » et « Roi Oscar II »>. Fendant ce voyage, 
ils rencontrèrent maints vestiges de stations d'Esquimaux, non seulement sur 
les littoraux, mais tout le long des fíords les plus pénétrants et ramifiés. Ces 
découvertes, ainsi que le faisait judicieusement remarquer Stolpe, modifient \in 
peu les idées reçues sur les conditions d'habitat de la race ¡nuit. D'ailleurs, le 
type de maisons et de magasins révélé par les stations dont il s'agit est en tout 
semblable au type déjà conau. De même les sépultures, Jont on a exhumé un 
cimetière complet. Mais le matériel que renfermaient demeures et tombes est 
Tun des plus vastes qu'on ait vus encore. 11 comprend jusqu'à des jouets 
d'enfants, en particulier des maisons en miniature. Ultérieurement, des trou- 
vailles analogues devaient être faites par le capitaine Sverdrup pendant l'expé- 
dition du Fram. Comment la population qui a laissé tous ces restes est-elle com- 
plètement disparue du Groenland nord-oriental ? C'est une des questions que 
s'est posées Stolpe. Le soin que révèlent sans exception tous les cas étudiés 
'd'inhumation, l'amène à conclure que les Esquimaux de ces parages n'ont pas 
été détruits, ni ne se sont éteints naturellement, mais émigrèrenl. Le D*^ Stolpe 
a recherché ensuite l'origine de ces Inuitsdu N.-E. groenlandais, assez différents 
par quelques détails de l'outillage, de leurs congénères delà côte occidentale, et 
il a tenté de jalonner la route qu'ils purent suivre, à la poursuite du loup et 
du bœuf polaires, le long des îles américaines, jusqu'aux cantons septentrionaux 
de V Inlandsis. 

Très curieux, le chapitre d'histoire ethnique traité par l'ancien directeur du 
« Riksmuseum »de Stockholm était, on le voit, très resti-eint. M. W. Thalbitzer, 
de Copenhague, aime les grands problèmes. C'est à celui des migralioníf-géné- 
ralesdes Esquimaux qu'il s'est attaqué. Quoiqu'il en soit des résultats auxquels 
il croit être arrivé, son travail offre cette véritable originalité de méthode 
d'appliquer la phonétique à un sujet étudié jusqu'ici par de tout autres procédés. 
La méthode phonétique n'est pas à la vérité un moyen à la portée de tous. Il 
implique une science linguistique très solide et j'ajouterai : toute jeune, c'est-à- 
dire instruite des perfectionnements récents réalisés par notre compatriote, 
l'abbé Kousselot. Il suppose encore la plus minutieusç enquête m situ. Or le 
D' W. Thalbitzer réalisaitces deux conditions. Son savoir, il Ta prouvé naguère 
par un bon livret L'information sur place, il put la mener pendant la 
can>pagne danoise de 1900-1901 ^ qui lui permit d'explorer personnellement le 
Groenland entre les 68** et 7*2*» 47, soit, à peu près, entre Holstenborg et Uper- 
nawik. En confrontant avec ses remarques personnelles toute la littérature 
connue sur les langues parlées depuis Poinl-Barrow (Alaska septentrional), 
le Groenlarid de l'Est, l'auteur a pu vérifier par la phonétique la longue antério- 
rité des dialectes occidentaux sur les dialectes orientaux et déterminer les 



1. V.* compte rendu de A phonetical Study of Ihe Eskimo language (Journal, 
2« ser., t. Il, p. 141). 

2. Les travaux de o«s explorations sont publiés dans le tome XXXI des Medelelser 
nm Grônland (Copenhague, 1904). 



Digitized by 



Google 



126 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAN18TES DE PARIS 

variations phonétiques qu'a subies la langue originelle en passant d'un versant 
à Tautre du monde américain. Pour ne citer que les plus importants des exemples 
donnés, t, a et a des dialectes occidentaux deviennent à Test e et o ; j se change 
en s, D autre part, au Groenland, le système consonantal des dialectes du 
Nord est plus régulier, plus voisin de Tidiome primitif que celui des dialectes 
du Sud. Si vous entrez dans le détail géographique de ces altérations, si vous 
arrivez à déterminer le point de la carte où elles se sont produites ou aggravées, 
vous posséderez évidemment, par le fait même, toute une série de repères 
importants pour Thistoire du mouvement des peuplades ; vous pourrez reconsti- 
tuer en partie leur itinéraire et leur chronologie. C'est ce qu'a fait M. Thalbitzer. 
Il suit ainsi les migrations des Inuits orientaux le long des côtes septentrionales 
de l'Amérique du Nord anglaise, jusqu'au détroit de Davis. Là ils se seraient 
divisés en deux groupes. Le premier aurait pris la direction du Sud pour aboutir 
au Labrador et au Saint- Laurent, se partageant sans doute en deux bans dont 
l'un se retrouve peut-être dans le Groenland austral et central. L'autre aurait 
émigré vers le Groenland septentrional, en deux ou trois passages, à travers le 
Smith Sund. Encore une fois, il faut renoncer, pour le moment, à critiquer, 
comme à accepter sans réserves les théories de M. Thalbitzer; c'est le principe, 
le principe seulement, qui est curieux, qui semble être juste et devoir être fécond. 
Et ce travail, en tous cas, apporte de nouvelles confirmations à ce que l'on pen- 
. sait déjà de l'incroyable mobilité du petit monde des Inuits à travers les âges. 
Mais les Esquimaux n'ont pas été seulement des voyageurs. Les relations com- 
merciales aidant, ils semblent avoir été d'infatigables propagateurs de procédés 
techniques et de folk-lore, parmi les peuples avec lesquels ils trafiquaient. 
C'est l'une des notions à retenir du volumineux mémoire produit par 
M. W. Jochelson. M. Jochelson, de Saint-Pétersbourg, n'est pas un philologue. 
Il est, ou doit êtfe anthropologue. Tout au moins applique-t-il à l'ethnographie 
et, plus précisément encore à la mythographie, la méthode anthropologique dite 
des moyennes. Nous avons donc su par lui que sur les 139 légendes koriaques 
connues, 122 ne sont pas exclusivement koriaques, dont 101 peuvent être rap- 
portées à la culture indienne du Nord américain, soit 83 ®/o; 34, soit 29 "/o, se 
rattachant à la mythologie des Inuits, et 22, soit 18 ^/a, au folk-lore mongolo- 
turc et de l'ancien monde en général. Allant plus loin dans son pourcentage, 
M. Jochelson a déterminé le nombre et la proportion des fables koriaques qui 
se retrouvent à la fois dans plusieurs mythologies non-koriaques. Et ce furent, 
de ce chef, des additions et des divisions, et des totaux et des quotients en 
imposante quantité. J'ose dire, cependant, que cette partie du mémoire n'en a 
pas imposé au Congrès et n'a obtenu qu'un succès d'estime. En pareille matière, 
aprioriy les chiffres sont illusoires. Ceux de M. Jochelson ont-ils pu tenir un 
compte assez sérieux de la forme des mythes qu'il compare ? Et quant aux idées, 
que de différences de détail peuvent, en se superposant, donner à deux légendes 
identiques par la donnée fondamentale des allures et un sens tout à fait diffé- 
rents ! Inversement, que d'analogies de détail aussi peuvent apparenter deux 
traditions dont le thème manifestement diffère ! Cela encore ne s'exprimera point 
au moyen des chiffres. M. Jochelson en était si bien comme nous persuadé, qu'à 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 127 

sa recherche statislique il a joint quelques observations, — combien plus intéres- 
santes et significatives que ses moyennes ! — sur les divers éléments étrangers 
de la mythologie koriaque. Il considère comme de provenance mongolo-turque 
certaines descriptions de nature, épithètes et métaphores, certaines inventions de 
lacs de feu, de montagnes ardentes, de monstres polycéphales, certaines histoires 
de filles dérobées par leur père aux poursuites de leurs amoureux qui constrastent 
avec Tallure habituelle des fables koriaques, moins étoiTées, plus sèches, géné- 
ralement enfantines. Au surplus, ces emprunts de la mythologie koriaque à la 
littérature populaire asiatique sont en nombre relativement restreint. Restreinte 
aussi la pénétration du folk-lore des Koriaks par celui des Esquimaux, laquelle, 
selon M. Jochelson, a dû s'accomplir par l'intermédiaire des Chuecos, voisins 
actuels des Esquimaux. Par contre, les points de contact de la légende koriaque 
avec celle du Nord-Amérique sont innombrables, évoquant les régions et les 
tribus les plus variées, non seulement les Indiens du versant Pacifique, Tlinjits, 
Haldas, Tsimshians, Kwakiutl, mais ceux qui vivent ou vivaient à l'intérieur, 
comme certains Athapascans. A ces derniers auraient été surtout dérobées les 
formes extérieures de certains m^-thes ; aux gens de la côte, le caractère plus 
foncier des épisodes, des idées et des personnages. Les Chuecos auraient été eux 
aussi les agents de cette transmission, étant admis, d'ailleurs, comme je Tai 
indiqué plus haut, que les Esquimaux leur en avaient apporté la matière dans 
leurs mouvements de régression vers la mer de Behring. 

Au résumé, Tétude de M. Jochelson aboutit à cette conclusion que la culture 
intellectuelle des Koriaks, comme leur ethnographie matérielle, est dominée 
par des influences venues d'Amérique. De plus en plus se justifierait donc la 
double hypothèse de M. Franz Boas sur les rapports étroits et lointains des 
indiens du Nord américain avec les Sibériens du Nord-Ouest et sur la nécessité 
d'étudier ceux-ci pour comprendre l'histoire de ceux-là. 

Cette théorie, on s'en souvient, avait été, pour la première fois, vérifiée sur 
place, chez les Chukchees, par un compatriote de M. Jochelson, l'ethnographe 
russe Waldemar Bc^oras, de Moscou. Depuis l'importante dissertation où il 
consigna les résultats de ses recherches V M. Bogoras a entrepris une série 
d'enquêtes plus détaillées sur les croyances des peuples de TAsie nord-orientale 
intéressés dans la question. Sa conférence du Congrès de Stuttgart en fut un 
spécimen. Elle visait surtout à montrer par des exemples concrets comment les 
Chukchees paraissent s'être élevés graduellement à l'intelligence du phénomène 
de la mort, à la conception de Tâme distincte du corps et au culte des esprits 
qui n'est pour eux que celui des ancêtres. Quant aux conséquences générales à 
dégager d'une pareille démonstration, nous n'en avons point trouvé et il ne 
saurait y en avoir, au moins provisoirement, d'autre que celle-ci : Timpor- 
tance, chaque jour plus grande, attribuée par les américanistes aux phéno- 
mènes religieux, ainsi qu'aux faits de folk-lore. 

A ces deux ordres très voisins de recherches touchait l'important travail du 

i. Voir: «< The Folk-Lore of North-eastem Asia, as compared with that of North- 
western America >» {American Anthropologist^ N. S., vol. 4, n« 4, 1902, p. 577-684). 



Digitized by 



Google 



12& SOaÉTÉ DE8 ABÍÉRICANISTES DE PARIS 

D' Paul Ehrenreich de Berlin, que son auteur, devançant la publication des 
Actes du Congrès a fait depuis peu paraître ^ Un compte rendu détaillé en 
sera donné dans un de nos prochains numéros. Dès maintenant, je me borne à 
traduire, en le complétant par quelques brèves indications, le sommaire, rédigé 
par M. Ehrenreich lui-même, pour le « Diurnal » ou bulletin quotidien de la 
session (23 août 1904). Je me suis proposé, écrivait en substance alors notre 
confrère, en m'inspirant des travaux récents qui ont prouvé la relation entre 
mythes nord-américains et mythes de TAsie du Nord-Est, de rechercher, d*une 
part, si le Sud-Amérique offre aussi des provinces mythologiques correspon- 
dant à ses régions ethniques ou naturelles et, dans Taffirmative, quelle 
influence le folk-lore de ces divers groupes a pu exercer sur celui des groupes 
voisins ; et, d'autre part, à examiner si Ton peut constater dans les mythes et 
traditions de l'Amérique méridionale quelque parenté avec ceux du Continent 
nord et de Tancien monde. Les matériaux malheureusement très incomplets que 
Ton possède ont été examinés par M. Ehrenreich dans Tordre systématique 
suivant : mythes relatifs à la création ; mythes de cataclysmes, inondations, 
embrasements ; mythes de la terre et du ciel ; mythes de lorigine des êtres ; 
mythes solaires, lunaires, stellairesetsirdériques ; mythes ancestraux et héroïques 
(en particulier, mythes des jumeaux, si fréquents dans le folk-lore de TAmérique 
du Sud). De cet examen, Fauteur croit pouvoir déduire l'existence de trois pro- 
vinces ou cercles n mythologiques (Tupi-Guarani, Arouaque, Caraïbe), dont 
il détermine les tendances et les caractères. 11 croit à leurs rapports et, autant 
que me Tindique la lecture sommaire de son texte imprimé, il trouve la preuve 
de ces rapports dans le caractère mixte de la mythologie péruvienne, surtout 
composée d'emprunts. Il croit également à lanalogie de toutes ces fables sud- 
américaines avec celles de la côte nord-ouest de l'Amérique septentrionale et 
avec quelques mythes japonais. On le voit, avec ce travail, nous continuons à 
é*'oIuer dans le cercle d'idées où nous avaient introduits tout à l'heure 
MM. Boas, Bogoras et Jochelson. Est-il utile d'ajouter que, pour l'instant, 
dans toutes les similitudes constatées, M. Ehrenreich n'incline à voir que des 
phénomènes de « convergence », selon l'expression des my thographes. Conver- 
gences, c'est-à-dire coïncidences accidentelles, comme il s'en dégage, chaque 
fois que l'on examine deux grpupes séparés de littérature orale, voilà comment 
M. Lehmann-Nitsche qualifie, de son côté, beaucoup des analogies qu'il a ren- 
contrées entre les mythes des Araucans de l'Argentine et ceux de l'Europe. 
Quelques-uns de ces points de contact sont assez saisissants pour que le sympa- 
thique conservateur puisse à leur propos rapprocher les contes d'animaux (car 
nous sortons ici de la mythologie purement religieuse) analysés par lui de plu- 
sieurs Marchen des frères Grimni. Mais quelques-uns aussi sont d'origine pure- 
ment européenne, transmis aux montagnards de la Cordillère par les Espagnols. 
Voici, maintenant, après ces éludçi» générales, des travaux de pur détail qui, 
par leur caractère même, se prêtent moins aisément à l'analyse. Notre collègue, 
lé^ chevalier L. C. Van Panhuys, de La Haye, est venu compléter ses précédents 

1. Berlin, Asher ii. C«, 1905, in-S» do 108 p. 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMERICAN ISTES 129 

exposed sur Tart décoratif des nègres de Surinam, par une monographie de 
leurs tatouages qui ajoute plusieurs observations nouvelles aux faits relatés par 
Joest, Kappler, Crevaux, etc. L'opération elle-même n avait jamais été décrite 
avec autant de soin, ainsi que les instruments, les substances (végétales sur- 
tout) qiiy emploient les femmes. Elle n'est accompagnée d*aucune cérémonie 
religieuse. Elle s'accomplit en plusieurs stades, à partir de l'âge de 7 ans, pra- 
tiquée successivement sur la face interne du pouce, sur le front, le ventre, les 
joues, le menton, les jambes et la poitrine. On ne connaît pas la raison de cet 
ordre invariable qui semble relever de l'empirisme. On n'est pas mieux rensei- 
gné sur le sens des dessins de tatouage. Les nègres fournissent difficilement des 
explications. Peut-être sont-ils incapables d'en donner; peut-être se défient- 
ils de l'Européen et de ses quolibets I M. Van Panhuys a pu dresser pourtant 
une courte liste de représentations assez fréquentes : la queue d'aigle (c'est le 
tatouage « wajé »), l'ananas, la hache, le scorpion, et quelques figures humaines, 
entomologiques et astronomiques. Puissent les coloniaux du Surinam entendre 
son vœu et continuer rapidement ce relevé méthodique 1 Car le Nègre des Bois, 
une fois christianisé, renonce assez vite à se tatouer. 

Les traditions d'art et de technique sont peut-être les plus périssables. Divers 
ouvrages, analysés ici-même, sur la vannerie et la céramique des tribus nord- 
américaines ont déjà permis de constater la déformation qu'ont subie les vieux 
procédés de fabrication et de décor ; sous Tinfluence des habitudes euro- 
péennes. Ainsi cette partie de l'ethnographie est-elle de celles qu'ont le plus 
spécialement étudiées les explorateurs récents du Brésil intérieur. On l'a vu 
plus haut (cf. p. 109) par le compte rendu des Indianersiudien de M. le 
D' Max Schmidt. A Stuttgart déjâu, un devancier de M. Schmidt dans le bassin 
du Xingu, l'ancien conservateur du « Musée Grassi » de Leipzig, M; Herr 
mann Meyer, avait attiré l'attention sur Tornamentique de ces régions,^ 
s'attachant à distinguer pour chaque peuplade (Bakhairi's, Nahukua's, Auetô's, 
etc.) le produit qu'elle excelle à fabriquer (masques tissés, masques de bois, 
etc.) et dont elle a révélé le secret aux peuplades voisines, souvent très diffé- 
rentes d'elles par la race et la langue. Ces recherches brésiliennes restent assez 
périlleuses. L'explorateur y laisse souvent sa santé et, parfois, sa vie. Les 
« Indios bravos », survivant dans Tétat colombien d'Antioquia, paraissent infi- 
niment plus faciles à approcher, malgré leur surnom et la réputation terrible dé 
leurs ancêtres, que les frustes tribus du Xingu. Leurs longues sarbacanes, leurs 
flèches empoisonnées ne leur servent guère qu'à la chasse ou à la pêche (pêche 
à l'arc). Sauf qu'ils n*ont jamais pu s'élever jusqu'à l'industrie céramique, leur 
ethnographie que M. Regel produisait devant le Congrès allemand, ne les dis- 
tingue guère des autres indigènes autonomes des zones écartées de TAnde. 
C'est dire que, malgré leur humeur indépendante, ils ont fait déjà d'assez nom- 
breuses concessions aux usages civilisés. Je pensais donc, en entendant 
M. Regel, aux descriptions connexes de notre aini, M. Rivet, sur certains 
groupes « bravos » de l'Ecuador. 

A le bien prendre, les indigènes civilisés de la moyenne Amérique conservent 

Soeidi^. de$ ÁmértCAnÍ9Íet de pAri$, 9 



Digitized by 



Google 



130 MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 

beaucoup plus de traits originaux et anciens que les insoumis d*Antioquia. 
I/exposé pittoresque de M?** Seler sur le costume de la Mexicaine n'en a sem- 
blé que plus savoureux. Il s* appuyait, du reste, sur une belle collection de 
vêtements. Dans quelle mesure cet art somptuaire mexicain a-t-il varié depuis 
la conquête, c'est ce que la vaillante voyageuse s'est efforcée de montrer. Mais 
c'est ce qu'il est difficile de savoir. Le point de départ manque, c'est-à-dire la 
connaissance précise des usages précolombiens en matière de vêtements. On le 
sait, en effet, les pictographies représentent surtout des dieux et des déesses. 
Cependant, la recherche des éléments espagnols du costume actuel des Indiens 
(éléments plus ou moins adaptés au goût local) peut, par induction, fournir 
de précieux renseignements quant à la façon dont s'habillaient les contemporains 
et sujettes de Mouteczoma II. On le voit par ce court résumé, — et l'on ne s'en 
étonnera point, — M"* Seler s'intéresse autant au passé qu'au présent de l'Amé- 
rique. Il en va de même du professeur Karl Sapper de Tubingue dont la confé- 
rence concernait à la fois les Pokonchis d'aujourd'hui et ceux du xvi* siècle. Cette 
communication avait pour point de départ une série de documents inédits dont 
l'un, en langue indigène et de caractère historique, remonte à l'an 1565. 

Les temps proprement précolombiens ont, d'ailleurs, suscité en plus grand 
nombre qu'à New York, l'effort des Congressistes. Ils étaient représentés par 
onze mémoires : ceux de MM. Baessler, Bloch (Berlin), le comte de Créqui 
Montfort, W.-H. Holmes, Walter Lehmann, Clement Markham, Pablo Patrón 
(Lima), Plagemann (Hambourg), K.-T. Preuss et Seler. Tous ces travaux, sauf 
une fantaisie, vraiment extraordinaire, à l'ancienne mode sur Vescriiara gene- 
ral de America^ méritent l'attention par les détails inédits oa les aperçus origi- 
naux qu'ils contiennent. MM. Preuss et Lehman sont des dévots de la religion 
mexicaine. La foi, c'est-à-dire la méthode du premier est légèrement hétéro- 
doxe, en ce sens, qu'à des faits encore mal reconnus et classés, il applique, on 
le sait, trop volontiers, le procédé comparatif. Nous l'avons vu naguère relier 
les chorégraphies rituelles des Aztèques à l'histoire des mimes dans l'antiquité 
classique. Dans son mémoire' de Stuttgart, le « Sa((ia>v » de la comparaison l'a 
entraîné moins loin du monde occidental, — rendons-lui cette justice — , et 
c'est simplement dans la liturgie actuelle des Moquis qu'il croit avoir, rétrouvé, 
en quelque sorte, une ¡mage avant la lettre ou plus exactement, un premier état 
des fêtes solaires de Tenochtitlan. Ces idées, procèdent, en somme, des fameuses 
thèses de Lewis Morgan qui considérait le système social de toutes les tribus 
Pueblos comme représentant la première forme de l'organisation mexicaine. Le 
parallèle de M. Preuss est curieux et, sur de certains points, parait exact ; mais 
il a le tort de reposer sur un a priori. Rien, en somme, ne prouve que le sola- 
risme des Moquis soit vraiment primitif. Il est, sans doute, plus prudent 
jusqu'à nouvel ordre, d'examiner, en elles-mêmes et pour elles-mêmes, les 
croyances de l'ancien Mexique. Dès à présent, toutefois, on peut se permettre 
quelque tentative de synthèse. C'est un essai de ce genre, qu'avait envoyé notre 
collaborateur, M. W. Lehmann*. Ily résume toutes les notions théologiques four- 

i. Sonnenfesie der Altmexikaner und der Moki, 
2. Ein KapUel au$ dtr mexikanischen Mythologie, 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICA NISTES 131 

nies par les Codices^ dans une espèce de dualisme, réunissant, selon lui, le culte 
de la Terre ou de la fécondité à celui du Soleil ou de la génération. Il rappelle, 
à propos les icônes des Mss. où les deux divinités, cosmiques s'accointent à 
rOuest du monde, dans la « maison de Tombre », d'oii le soleil s'échappe au 
matin sous la forme d'un aigle. De ce « concubitus » naît, comme Ton s'en sou- 
vient, le dieu, par excellence dé la vie humaine, le «dieu des subsistances », du 
maïs. A cette idée fondamentale, M. Lehmann rattache par dérivation les 
grands traits de la légende mexicaine. N'est-ce pas de l'Ouest que viennent 
les tribus en marche ? De l'Ouest que les Toltèques tirent leur héros mythique, 
Quetzalcoatl ? Quoi qu'il en soit de ses conclusions, cet exposé, soutenu avec 
beaucoup d'érudition, fait honneur à l'École de Berlin dont M. Lehmann est 
l'un des plus brillants élèves. 

Le chef de l'école, notre collègue Seler s'est tenu, suivant son habitude en 
pareille circonstance, sur le terrain bien limité des monographies archéologiques. 
Son premier mémoire est une interprétation de l'Idole en pierre verte du musée 
de Stuttgart, décrite jadis par M. H. Fischer, dans une brochure dont M. de 
Jonghe adéjà parlé à nos lecteurs (v. Journal, i, II, nouv. sér., p. 297). Sur cette 
pièce, M. Seler reconnaît les hiéroglyphes du dieu de la planète Vénus et de 
Quetzalcoatl-Ehécatl, de Tlaloc, du Soleil et de Xolotl, le chien qui accompagne 
le soleil chez les morts, pour se changer ensuite en Nanauatzin, dieu delà syphilis. 

Ce très beau spécimen de la statuaire en pierre dure nous offre donc un nou- 
vel exemple des représentations divines polymorphes, si fréquentes dans la 
moyenne Amérique. Au point de vue de l'art, les sculptures du Castillo de Tcayo, 
décrites par M. Seler dans su seconde communication, lui sont bien inférieures. 
Mais, comme lui, elles se rattachent aux mêmes origines. Car les divinités 
(figures de Xipe-Totec et de Mixcoatl, des divinités de l'eau, et de la pluie, de 
la danse, etc.) qu'elles représentent, les signes chronologiques (année « 1 silex»; 
jour « 1 crocodile n) qui les chargent sont authentiquement mexicains. Là même, 
est leur valeur documentaire, si l'on réfléchit que la pyramide du Castillo de 
Teayo se trouve située aux environs de Tuxpan (État de Vera-Cruz), dans un 
canton habité par des populations totonaques. Ainsi, elle doit marquer le centre 
d'une colonie aztèque, abandonnée vers l'époque de la Conquête et sauvée de 
la destruction totale par l'envahissement de la forêt. Un examen plus appro- 
fondi permettra, sans doute, d'en déterminer la date exacte. 

Si les monuments mexicains portent avec eux, dans une certaine mesure, la 
signature de leurs constructeurs et les éléments d'une chronologie de leur cons- 
truction, il est loin d'en aller ainsi de ceux du Sud-Amérique. C'est la conclu- 
sion du travail communiqué par M. Plagemann sur les « Pintados » du Chili. 
Age absolu, âge relatif, sens et destination, auteurs, tout nous échappe dans 
ces pétroglyphes. M. Plagemann s'est donc attaché, avant tout, à leur technique 
et, à ce point de vue, il a coordonné les renseignements fournis par les explo- 
rations plus ou moins récentes. Personnellement, aux cinq catégories de « Pin- 
tados », catalogués jusqu'ici (monochromes, polychromes, gravés en creux, 
gravés en relief, mosaïques, etc.), il a ajouté une sixième classe d'une nature 
spéciale et assez curieuse. Les figures, en sont obtenues, en utilisant, et en arrê- 



Digitized by 



Google 



132 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DK PARIS 

tant, au moyen de contours peints ou gravés, les tons divers d*une paroi mon- 
tagneuse. Les a Pintados » de la Pampa de Tamarugal (province de Tarapacá) 
sont l'exemple le plus remarquable — et le plus développé — de ce genre d'ou- 
vrages. Comme tous les pétroglyphes, ceux-là sont à proximité de nécropoles 
indigènes. M. Plagemann en déduit qu'ils devaient avoir un caractère religieux. 
Mais ce n'est là qu'une hypothèse aussi plausible, mais non plus certaine que 
toutes celles émises à ce sujet. En tous cas, vestiges d'anciens cultes préinco- 
niques, indications topographiques à l'usage des voyageurs ou, encore, fantaisies 
sans portée spéciale de dessinateurs indiens, les pétroglyphes au Chili, comme 
tant d'autres restes du passé américain, sont en train de disparaître, détruits 
par le vandalisme des populations modernes. 

Sous ce rapport, nos lecteurs savent de quel danger la dernière mission scien- 
tifique françaises dans les Andes sauva Tiahuaoaco, le site vénérable entre tous 
du Pérou préhispanique. Par plusieurs articles de ce Journal^ ils connaissent 
aussi, dans le détail, les beaux travaux des missionnaires, soit à la colline dite 
d'Akapana, soit plus au sud, vallées de Panagua et Cagua, régions de Tarija, 
Cobrizos, Colcha» Chuquicamata, Pays calchaqui et Punas de l'Argentine. La 
première conférence, donnée à Stuttgart par le chef de l'expédition, M. Georges 
de Créqui Montfort, était simplement le résumé général de la campagne qu'il a 
si bien organisi^e et dirigée. Je ne le signale donc, aux américanistes français 
déjà avertis, que pour signaler aussi son très grand et très légitime succès devant 
le public allemand. L'autre communication du jeune explorateur a révélé des 
faits plus particuliers et moins divulgués chez nous. Il s'agissait de cette nécro- 
pole de Calama, qui, grâce à M. Eugène Sénéchal de La Grange, nous a restitué 
l'ancien peuple des « Atacamas »» ancêtres probables des Atácamenos d'aujour- 
d'hui, peuple de demi-civilisés, surtout mineurs 4 ce qu'il 'paraît, dont l'habi- 
tat très vaste semble avoir compris, avec le Désert et la Puna d'Atacama, 
partie de la Puna de Jujuy, ainsi que les provinces actuelles d'Antofagasta 
(Chili), et de Lipez (Bolivie). Una kultur^kreis» nouveau et très étendu se trouve 
dessiné sur la carte précolombienne des pays andins. L'importance de «e résul- 
tat fut fort apprécié des auditeurs de Stuttgart, parmi lesquels les illustres 
vétérans des études péruviennes, le D' Reiss et sir Clement Markham, vinrent 
féliciter chaleureusement leur jeune collègue. Sir Clement Markham, toujours 
infatigable, nous avait, d'ailleurs, à la précédente séance, communiqué la syn- 
thèse et la mise au point de ses idées sur Tiahuanaco qu'il continue à considérer 
comme le premier centro des sociétés andines civilisées et la patrie de la langue- 
mère de l'Aymara et du Quichua. Après le Pérou mégalithique et les arts de la 
pierre au Pérou, voici le Pérou de l'âge des métaux, étudié par le D^ Arthur 
Baessler de Berlin. 

Son exposé peut se ramener à deux idées fondamentales. Quant au bronze 
péruvien, M. Baessler n'y voit point le produit d un alliage intentionnel, mais 
d'un traitement imparfait des minerais de cuivre, plus ou moins chargés d'étain. 
Quant aux objets d'or et d'argent, le mélange de cuivre que Tanalyse y décèle, 
était, au contraire, voulu, en viie d'obtenir une plus grande résistance. 
Les deux mémoires dont il resterait à dire un mot, concernent, ceux-là, non 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET KOCVELLES AMÉRICANISTES 133 

plus telle région ou telle époque, mais TAmérique ancienne et générale, con- 
sidérée, toutefois, sous des aspects particuliers et parfois négligés : d'abord, la 
Dosographie. Êtes-vous, d'aventure, choqué d'entendre qualifier la syphilis 
de. . ; . . c mal français t. La contribution de M. Bloch réconfortera votre amour- 
propre national. Car l'auteur est un partisan convaincu de l'origine américaine 
du monstre vénérien. Les descriptions spéciales, du reste, très values, des écri- 
vains antérieurs à 1493, ne concernent, paraît-il, quedes affections pseudo-syphi- 
litiques. Aussi bien, selon le praticien allemand, l'ancien continent n'a jamais 
fourni de documents ostéologiques prouvant l'existence de la syphilis, avant la 
découverte du Nouveau- Monde. D'autre part, à l'époque de la première guerre 
d'Italie, sous Charles VUI, déjà les premiers compagnons de Colomb étaient 
revenus d'outr^-mer et^ par eux» avaient pu se propager les terribles « bubas » 
dans les pays de la couronne d'Espagne, notamment dans le royaume de Naples. 
Le a morbus gallicus » est donc, en réalité, un « morbus americanus », dont 
M. Bloch, tout pénétré de son sujet, peut parler pendant plusieurs heures con- 
sécutives, en public, en secret,. . et même en voyage I Avec la communication 
de M. W.-H. Holmes {Contribuii(^ of American Archaeology to the Science 
of Man) y nous nous engageons sur le terrain moins scabreux, mais aussi mou- 
vant de la sociologie. Car tel est le sens large, trop large peut-être, que le 
directeur des services scientifiques de la (f Smithsonian Institution » attribue 
au jnoi « anthropologie > et à l'expression « science of man ». De ceci, on 
déduira, probablement et tout de suite, le gros reproche que nous aurions à 
formuler contre cette conférence. L'inventaire des antiquités américaines, nous 
semble bien peu avancé encore pour fournir matière à conclusions sociales. 
Bien qu'il constitue sur ceux de Morgan et de Bandelier un réel progrès, le 
classement général des hommes, d'après leur degré de civilisation, qu'a essayé 
M. Holmes, parait donc, aujourd'hui, une construction ingénieuse de l'esprit, 
une mosaïque de vraisemblances, plutôt qu'une synthèse de réalités. N'oublions 
point, au demeurant, que notre collègue avec sa franchise intellectuelle bien 
connue, a offert sa communication comme un « essai ». 

C'est le seul cas de systématisation aussi vaste à noter danscette réunion. Ne 
nous en plaignons point. On l'a bien des fois dit et redit, à propos de circonstances 
analogues : les théories n'ont guère leur place dans nos Congrès.^les appellent 
d'interminables débats et les plus brillants ne sont pas toujours les plus instruc- 
tifs. De Stuttgart, nous conserverons — le volume des Aetes de la session 
aidant — une série abondante de monographies sur des sujets bien choisis, 
bien limités, et une gerbe lourde de documents originaux. Cela vaut bien des 
passes d'armes oratoires. I^ vue concrète des choses ne nous a pas été ména- 
gée. Rarement, Ton avait assisté à plus abondant et plus suggestif défilé de 
projections (et, à ce propos, je me reprocherais de ne pas indiquer les radios- 
copies de momies péruviennes, apportées par le D^ Baessier). On a mentionné 
plus haut la petite exposition de pièces originales organisée par M"^ Edouard 
Seler. Il convient de ne pas oublier non plus celle des plumes sacrificatoires 
des Moquis, présentées et commentées par M. Solberg de Christiania. Rendons 
dans un ordre voisin d'idées, l'hommage qu'elle mérite à Miss Adela Breton 
pour les belles reproductions, maintenant achevées, des peintures murales de 



Digitized by 



Google 



134 SOaÉTÉ DES AMÉRICANI8TE8 DE PARIS 

Chichen-Itza, dont elle nous avait montré à New- York les premières 

esquisses. Dans le vestibule du « Kônigsbau » de Stuttgart, rempli de 

ces aquarelles monumentales, je ne sais trop ce qu'on a le plus admiré : 

rintérêt documentaire, l'harmonie et Téclat polychromiques de ces vieilles 

fresques, — ou la conscience passionnée etThabileté de Tartistequi, malgré les 

obstacles, nous en donnait enfín des images adéquates. En somme, fructueux 

voyage que la haute bienveillance du roi de Wurtemberg, les efforts du comité 

d'organisation et la courtoisie de tous nos hôtes, ont rendu, depuis Stuttgart 

jusqu'à Schaffhouse, agréable autant qu'utile. 

L. Lbjbal. 



II 

Voyage du D' Koch dans tes bassins du rio Negro 
et du rio Yapurá [1903-1905). 

Le petit établissement de Sdo Felippe sur le haut rio Negro peut être consi- 
déré comme le rendez-vous des tribus indiennes de ces régions. Aussi M. Koch 
Tavait-il choisi comme quartier général de ses courses. Le 28 septembre 1903, 
il quitta cette localité et s'engagea dans le rio Içana qui çc jette dans le río 
Negro un peu en amont de Sâo Felippe. Le principal niHuenl sur la rive droite 
du nolçanaest le rio Aiary. Sur les bords de celui-ci, les Siusi's, les Huhùteni's 
et les Kobéua's continuent à mener leur vie indigène que les civilisations euro- 
péennes ont peu influencée jusqu'ici. M . Koch eut avec eux des rapports assez 
suivis et amicaux qui lui permirent de faire une foule d'observations intéres- 
santes. Il remonta la rivière jusqu'à sa source et franchit la petite distance qui 
la sépare en cet endroit du no Uaupès. En descendant cet autre àtnuent du no 
Negro, le voyageur allemand rencontra la tribu des Uanáná's qu'aucun explora- 
teur n'avait visitée jusqu'aujourd'hui ; il s'arrêta chez eux huit jours, repassa 
par terre dans le rio Içana pour regagner Sao Felippe le 8 janvier 1904. 

La deuxième exploration se place entre le 7 février et le 14 juin de la même 
année. Elle eut pour objet l'étude des nombreuses peuplades, linguisliquement 
très différentect, établies sur les rives du rio Tiguié. Ce sont les Tukáno's, les 
Desána's, les Tuyúku's, les Bará's et les Makù's ; la civilisation de ces derniers 
est encore particulièrement rudimentaire. Près des sources de cet affluent du no 
Uaupès, se trouvent des Indiens qui n'avaient pas encore vu de blancs. Il faut 
attribuer ce fait aux rapides et aux cascades qui rendent ces régions presque 
inaccessibles. Pour accomplir sa tâche, M. Koch descendit le rio Negro jusqu'au 
confluent du no Curicuriary ; il remonta celui-ci et s'engagea dans le Gapauary. 
Il passa après deux jours de marche dans un ruisseau qui le mena au- rio Uau- 
pès. Il remonta alors jusqu'aux sources du rio Tiguié, parcourut le sentier qui 
le relie à un affluent du rio Yapurá et retourna sur ses traces pour regagner 
son quartier général . 

Le mois de juillet, époque des grandes eaux^ fut utilisé à des études unguis-^ 
tiques chez les Yaviteros et Uarekéna's du groupe arovaque. Ces Indiens 



Digitized by 



Google 



o 



u 
o 
u: 

O 

Û 

O 
H 



:^ 



CO 

O 



CO 



-3 

H 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



BIÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANÍSTES 135 

habitent la localité Sao Marcellino, située au nord de Sao Felippe. Déjà le 
4 août la troisième expédition partit pour le rio Uaupès dont les rapides rendent 
la navigation difficile. M. Koch le remoi^ta jusqu'à dix journées au delà de la 
grande Cachoeira Jurupary. Il le redescendit alors pour explorer le Cuduiary sur 
les bords duquel se trouve établi la nombreuse tribu des Kobeuás. Chez eux 
Tethnographe s*arrèla plusieurs semaines et put faire des études très précises 
sur leurs croyances animisliques qui se manifestent surtout dans des danses 
masquées originales. Avec Tàide de ces Kobeua's il put remonter le Cuduiary 
jusqu'à sa source. Ici s'étend vers le sud-ouest un haut plateau avec des 
cavernes régulières et de gigantesques labyrinthes. Le retour vers Sào Felippe 
s'opéra du 12 décembre au l^*" janvier 1905. 

Le 6 février, Iç D' Koch quitta définitivement Sâo Felippe. Il remonta de 
nouveau le rio Tiguié jusqu'au sentier qu'il avait atteint lors de son deuxième 
voyage. Il passa dans yn ruisseau, tributaire du Yapura, et le descendit pendant 
quatre jours avant d'atteindre rétablissement des Tsôloa's et des Palénoa's qui 
n'avaient pas encore vu d'Européens. Le 15 mars, il entra dans le Pira-parana ; 
ici, un des canots chavira, ce qui occasionna la perte de toute la provision de 
sel. Pour comble de malheur, les Tuyuka's ne voulurent pas l'accompagner 
davantage par crainte des tribus ennemies de TApaporis. L'infatigable voyageur 
dut continuer la route seul avec un serviteur dans un grand canot. Le 21 mars, 
il atteignit le rio Apaporis et le 23 mars, après de grandes difficultés, il ren- 
contra des établissements d'Indiens, chez lesquels il passa quelques agréables 
journées en collectionnant soigneusement des vocabulaires des idiomes Yahiina, 
Kueretii, Yupaii, Yukuna, Miránya et Uitóto. Le 16 avril, il continua sa route 
sur le Yapjura et s'embarqua, le 24, sur un petit vapeur qui le conduisit à TefTe, 
sur l'Amazonas.. 

Les voyages du D'Koch montrent que les bassins du rio Negro et Yapura sont 
occupés par une population indienne relativement dense, appartenant à des 
familles linguistiques différentes. Sur le rio Içana et ses affluents nous trouvons 
des tribus du groupe arovaque ; les tribus du haut Aiar^ sont fortement influen- 
cées par le voisinage des Kobeuas. Au groupe arovaque appartiennent en outre 
les Tariána's du Uaupès et les Yukuna 's établis entre l'Apaporis et le Yapura. 
Les Kobeua's, Uanána's, Desána's, Tuyuka's, Bará's et les autres tribus du 
Uaupès présentent une parenté plus ou moins lointaine avec la grande peuplade 
des Tukána's qui occupe la meilleure partie du Uaupès et de ses affluents le 
Tiguié et le Papur^^. Brinlon a désigné ce groupe sous le nom de Betoya. Au 
même groupe se rattachent les Yahuna's, les Kueretu's et les Yupùa's, tribus 
de TApaporis et de ses affluents. Les cartes ordinaires fixent les Umáua's sur 
le haut Uaupès ; en réalité, ils habitent à plusieurs journées au sud, près des 
affluents du Yapura, mais sont en relations amicales avec les Kobeua's. Eux- 
mêmes s'appellent Hianakoto. Leur langue est un dialecte caraïbe, proche 
parent du Garijona, dontCrevaux rassembla le vocabulaire sur le haut Yapura. 
La grande masse des Uitoto's occupent encore les territoires qui séparent les 
sources du Yapura de celles de Tlça et se subdivisent en plusieurs dialectes. 
Leur langue harmonieuse ne présente aucune parenté avec la famille caraïbe à 



Digitized by 



Google 



136 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTCS DE PARIS 

laquelle on la rattache d*ordinaire. La langue des Miranga*8 qui s'appellent eux- 
mêmes Imíhitá et habitent sur le rio Cauinary, ne se rattache, elle non plus, à 
aucun groupe linguistique déterminé. Les Maku*s, qui mènent une vie nomade 
dans les forêts du rio Uaupès, ont une langue aussi rudimen taire que l'état 
général de leur civilisation. Elle présente une foule de dialectes et forme un 
groupe à part. M. Koch est tenté de voir dans ces Maku's, la population primi- 
tive de ces régions. 

De toutes ces langues, l'explorateur allemand a rassemblé un riche matériel 
grammatical avec de nombreux textes, surtout en Kobéua, en Umáua et en 
Tukáno. Des quarante vocabulaires qu'il a rapportés, de son voyage, la moitié 
sont entièrement neufs et Tun d'eux paraîtra prochainement ici. 

La collection ethnographique qui se trouve actuellement au musée de Berlin 
ne comprend pas moins de 140 masques des Kobéua's. Ces masques sont fabri- 
qués d'une écorce molle et blanche sur laquelle on a peint des ornements très 
divers et ayant chacun une signification particulière. Les hommes seuls s'en 
servent, en présence des femmes et des enfants, dans les danses qui s'exécutent 
une quinzaine de jours après un cas de décès. Ils représentent en général des 
puissances plus ou moins funestes, des esprits sous forme animale ou sous forme 
humaine, qui se logent temporairement dans le masque et s'incorporent dans le 
danseur. La collection renferme aussi de nombreux échantillons de la céramique 
et du tressage, qui sont surtout très développées chez les tribus de la famille 
arovaque, puis des échantillons d'armes, d'ustensiles et un gigantesque tambour 
des Tukano's. Plus de mille photographies bien réussies, représentant différents 
types dlndiens, leurs travaux domestiques et champêtres, leurs jeux, leurs 
danses, complètent agréablement la collection qui donne une excellente idée 
d'ensemble de ces ci^ ilisations intéressantes. 

Ed. DB JONGHB. 



m 

Sur un document céramique péruvien relatif à la lèpre précolombienne. 

La pièce qui fait l'objet de cette note provient de la collection de M. Martin 
Berendsohn de Hambourg et appartient aujourd'hui au Musée royal d'Ethno- 
graphie de Berlin (N** V* 2718). C'est un vase péruvien en terre cuite brunâtre, 
déterré auprès de Moche (province de Trujillo, département de La Libertad). 
Il a une hauteur de 19 1/2 cm. et un diam. de 9 cm. Au milieu de la tête 
humaine, dont la face forme la partie antérieure de la panse du vase, s'élève 
obliquement le tuyau d'embouchure avec une petite anse derrière. 

La tête est celle d'un honmie. Les traits et l'expression dû visage sont si vifs 
et si naturels qu'il ne s'agit point sans doute ici d'une représentation oonven- 
tionnelle, mais d'un véritable portrait très réaliste. L'expression générale de 
douleur frappe d'abord et, encore plus, l'état œdémateux du £aûi^/ spéciale- 
ment dans les régions frontale et buccale. Des ùœuds iubéreux se soccèdeni 



Digitized by 



Google 






O. .. 



■§é 



CD 

Ü 



¿ 












o :< 
o .. 

S- 

^ o 
O S 

^ § 

3 



( 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



MÉLAMGRS ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 437 

aux sourcils et de la racine du nez au milieu du front. Les linéaments du visage, 
surtout le pli naso-labial, ont été profondément accentués par Tartiste, non 
sans intention, semble-t-il. Les yeux aux paupières tuméfiées disent la souf- 
france. Les oreilles, qui n'ont été modelées qu*inférieurement, paraissent^ très 
petites et difformes. L'indication la plus remarquable, de valeur indubitablement 
pathologique, c*est la destruction considérable des ailes du nez en forme de 
triangle irrégulier et plus avancée à la partie droite qu'à la partie gauche. Men- 
tioqnons enfin des incisions, dont la plus grande s'allonge en travers de Tos zygó- 
inatique gauche. 

Qu'a voulu représenter ainsi l'artiste péruvien ? Un malade atteint d'une 
affection déterminée? Pour le médecin, la réponse affirmative n'esfpas difficile, 
tant l'aspect de celte terre cuite est palhognomonique.C est le « faciès leontina ». 
Une seule maladie peut provoquer tous les symptômes dont résulte le « façies 
leontina »^la lèpre tubéreuse (lepra tuberosa). Elle produit l'œdème du visage, 
les nœuds tubéreux typiques, développés sur le front, la rigidité des traits de 
la face et, plus tard, par suite d^aclion destructrice des nœuds, des lésions, 
seinblables à celles qu'offre le nez de notre personnage. 

Si ces dernières étaient les seules constatées, le diagnostic de la cause destruc- 
trice serait difficile et douteuse. On pourrait penser à un < lupus » tuberculeux 
ou à un processus spécifique et gommeux de la syphilis. Mais, nous le répétons, 
l'ensemble des symptômes dénoncé la lèpre tubéreuse. 

Pour comparaison, qu'on veuille bien jeter les yeux sur la seconde figure qui 
accompagne cette note. C'est la reproduction d'une planche (cuivre colorié) du 
célèbre ouvrage d'Alibertsurles maladies de la peau. Us'agit ici d'un cas authen- 
tique de lèpre léontine, observé sur un certain Joseph Dujardin, né en France, 
ayant séjourné comme domestique dans la Guyane française. Voici les conditions 
dans lesquelles fut pris le dessin qui servit pour la planche : « L'affaiblissement 
était à son comble ; les yeux abattus, larmoyants. Les croûtes s'étendirent 
considérablement et prirent, du côté de la bouche et du nez, un aspect brunâtre; 
elles étaient situées circulairement sur le côté et le long de la commissure des 
lèvres. Ces croûtes, avec les vides horribles du visage* contribuaient à imprimer 
à la physionomie du malade l'aspect du lion ^.. » La ressemblance de ce Dujfir- 
din avec la figure de notre vase péruvien n'est pas douteuse. Dans le cas décrit 
et figuré par Alibert, le nez est détruit, mais couvert encore de croûtes puru- 
lentes. Un autre cas très remarquable se trouve dans l'Atlas des maladies de la peau 
publié récemment par E. Jacobi*. Une littérature très riche existe sur cette 
matière. M. le D' R. Lehmann-Nitsche en a donné une liste dans son important 
travail : Lepra precolombiana? (in ; Revista del Museode La Plata^ t. IX, p. 3d7 
88., La Plata, 1898). Nous croyons, du reste, que plusieurs des cas expliqués 
par ce savant comme « lépreux », sont douteux, surtout ces visages dont les nez 

1« J.-L. Alibert, Description des maladies de la peau (Bruxelles, 1825), t. II, p. 140 
ss., pi. 34. . 

2. E. Jacobi, Atlas der Hautkrankheiten, II Auff:, Berlia-Wien, 1904, Taf. XVlI, 
û*30. 



( 



Digitized by 



Google 



138 SOaÉTÉ DES AMÉRICANI8TE8 DE PARIS 

ne sont pas détruits, mais exactement coupés, autant dire, au couteau, comme 
dans le visage d'une tête de mort. 

Il elt certain que les Péruviens de l'antiquité figuraient tous les états de la 
vie humaine. Ce qui nous semble affreux et repoussant ne leur répugnait 
point. Et nous n'avons pas de raison pour douter de la date précolombienne 
de ce petit vase de Moche. Nous croyons donc qu'il offre un document impor- 
tant pour la question de la lèpre américaine aux temps préhispaniques. 

D' W. Lehmann. 



IV 
Monvemenl scieniifiqae. 

Recherches récenles sur le cheval préhistorique américain. — L'état présent 
de cette importante question a été résumé par M. le professeur Henry F. Osbom 
de New- York, dans une communication faite à la Société américaine pour 
Tavancement des connaissances utiles (séance d*avril 1904, Philadelphia). 

Les premières recherches faites pour le Muséum américain d'Histoire natu- 
relle de New-Tork datent de 1901 . Elles furent dirigées dans les 'Montagnes 
Rocheuses, par le docteur J. L. Worlman. La même année, M. J. W. Giiey, 
diplômé de TUniversité de Princeton, était envoyé dans le Texas, le Colorado, 
le sud du Dakota, et le Nebraska, à la tele d'une expédition organisée grâce 
aux subsides fournis par M. William C. Whitney. 

La découverte la plus importante, en 1900, avait été celle d'un groupe de six 
spécimens appartenant à l'espèce nouvelle Equus Scotli «t donnant, pour la 
première fois, la connaissance complète de l'ostéologie du cheval américain de 
l'étage pliocène, — un animal avec une forte tête, des membres courts, ayant 
quelque peu l'apparence du zèbre. — En 1901, dans la première des expéditions 
organisées avec les subsides de M. Whitney, on découvrit, dans un dépôt de 
l'étage miocène supérieur, un Hypohippus^ ainsi nommé par Joseph Leidy. Cet 
animal fut reconnu comme appartenant à un type vivant dans les forêts. — 
En 190*2, on découvrit un nouveau genre et une nouvelle espèce de cheval^ dans 
le miocène supérieur du Nebraska occidental, qui fut nommé Neohipparion 
Whitneyi. Cet animal avait des membres très légers, ressemblait plutôt à un 
cerf et offrait quelque analogie lointaine avec Thipparion d'Europe. 

Ces explorations ont donc démontré l'existence de deux et probablement de 

trois espèces contemporaines du ProlohippuSy de qui descendait le vrai cheval. 

Les recherches continuent dans le but surtout de retrouver un squelette de 

ProlohippuSy afín de constater si celui-ci serait ou non l'ascendant direct de 

Equus Caballas, 

Comte Louis de T. 

Survivances païennes chez les Ojibways, — Il s'agit des Indiens de la « Geor- 
gian Bay », sur la rive orientale du lac Huron, Canada. L'auteur de la présente 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 139 

note, pendant un voyage de plaisance en ces parages, fit la connaissance d'une 
charmante et très intelligente femme Ojibway, appelée à Teuropéen ne Mrs John 
Wesley. Mrs Wesley, comme la plupart de ses congénères, était méthodiste, 
une dévote méthodiste, une « mère en Israël », ainsi qu'elle me le dit avec le 
plus grand sérieux. Ensemble nous assistâmes même à un meeting méthodiste 
en plein air, dans une enceinte boisée (camp-meeting) à Christian-Island (théâtre 
de la dernière rencontre des Hurons contre les Iroquois). La ferveur chrétienne 
de ma nouvelle amie ne Fempêchail point de conserver avec soin dans un casier 
de son cerveau tout le folk-lore de sa race et d'en parler volontiers. Elle s'éten- 
dait avec une complaisance particulière sur le compte de a Manaboogh », le 
héros de la vieille civilisation ojibway, le démiurge-créateur. Je sais donc aujour- 
d'hui comment « Manaboogh » créa les rochers, les eaux et la terre ; comment 
il fit pousser la vigne, les lichens et le saule rouge, et bien d'autres choses mer- 
veilleuses. Mais ce qui m'a le plus frappée, ce fut d'entendre, à la pieuse réu- 
nion dont je viens de dire un mot, Mrs. John Wesley m'expliquer que le pre- 
mier camp-meeting tire son origine de « Manaboogh » lui-même, créant, un 
beau jour, des bosquets magnifiques, les entourant d'une haie, puis appelant 
tout son peuple pour lui commander d*y tenir chaque année, en mémoire de 
lui, une assemblée. Les détails qu'elle ajoutait prouvent avec évidence que la 
jolie Indienne considérait « Manaboogh » et le Christ des hommes blancs comme 
une seule et même personne. Et il m'apparaît avec une quasi-certitude que les 
missionnaires européens, tout choqués qu'ils soient de ces assimilations, quand 
ils les constatent, ont dû,' parfois, inconsciemment, profiter de la tendance de 
leurs ouailles à confondre « Manaboog » et le bon Dieu I 

Harriet Ph. Eaton. 



American Antiquarian Society. — Le t. XVII des Proceedings de cette très 
vivante Association nous apporte un intéressant article sur l'état actuel des 
études relatives à la linguistique algonquine. L'auteur, M. Edward E. Haie, 
commence par rappeler l'achèvement de l'impression du Dictionnaire de 
Trumbull. C'est au Bureau d'Ethnologie des États-Unis qu'est due la publica- 
tion de cet important ouvrage. Feu le major Powell, alors qu'il était le chef 
eminent de ce Bureau, avait promis son concours et celui de son personnel, et il 
avait plus spécialement chargé de ce travail Térudit membre de la Société des 
Antiquaires, M. Albert S. Gatschet. Celui-ci s'en est acquitté avec le talent qui 
lui est reconnu. 

L'apparition du Dictionnaire marque véritablement une ère dans l'étude des 
langues indiennes et permet d'espérer que ce volume sera le premier de la 
série d'ouvrages prévus par la loi du 27 avril 1900. 

Sans méconnaître la valeur des publications dues au Bureau d'Ethnologie, les 
années précédentes, il est juste de constater qu'aucun ouvrage d'importance 
égale n'avait été offert au public depuis la publication faite, il y a près de soixante- 
dix ans, par la Société, des études de Gallatin. 

A cette époque, depuis longtemps déjà, des savants comme Du Ponceau (Fran- 
çais d'origine, venu en Amérique en 1777) et Pickering, en Amérique, et les grands 



Digitized by 



Google 



140 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAKISTES DB PARIS 

philologues allemands du dernier siècle, avaient reconnu Timportance des tra- 
vaux de John Eliot. Il a été à la mode, peut-être, parmi les ignorants, de dire que 
la grande traduction de la Bible, due à ce dernier, était inutile à Thumanité. Mais 
quiconque a seulement une notion des choses est obligé de reconnaitre que par 
ses travaux sur la langue des Indiens Natick, John Eliot a découvert les secrets 
de ce système de grammaire qui règne de Tocéan Arctique au cap Horn. Con- 
tinuant dans la même voie, Gallatin (Suisse débarqué dans le Maine en 1780) 
fit une étude approfondie de cette grammaire Natick et réunit un nombre con- 
sidérable des mots en usage dans les tribus établies dans les teiptoires s*éten- 
dant du Pacifique à TAtlan tique. Cest le résultat de ses recherches que la 
Société des Antiquaires a eu Thonneur de faire connaître. C*était dans sa longue 
carrière comme secrétaire de la Trésorerie que M. Gallaun, profitant de ses 
relations oflScielles avec les tribus indiennes, avait pu réunir celte masse énorme . 
de matériaux. 

Diaprés M. Edward E. Haie, ce serait grâce à la publication faite par la 
Société des Antiquaires, de Tœùvre de M. Gallatin, que l'attention a été appelée 
sur la grande étendue des territoires où était parlée la langue des Algonquins 
Lenape au Canada et aux États-Unis. 

En effet, par suite de Toccupation de la région de New-York par les Iroquois, 
dont la langue n'a pas un mot de commun avec TAIgonquin parlé au sud, à 
Test, au nord de ceHe périphérie circonscrite comme une ile, on avait conçu 
la fausse idée que la langue parlée dans la Nouvelle- Angleterre n'était usitée 
que sur un territoire limité. Gallatin n'hésita pas à reconnaître la similitude, 
pour ne pas dire Tidentité, des langues du nord-ouest avec celles de la Virginie, 
de la Pennsylvanie et de la Nouvelle- Angleterre. L'Algonquin se parlait si loin 
au sud que, selon la remarque d'un membre de la Société, le juge Forbes, dans 
une séance antérieure. Manteo, l'un des Indiens de Raleigh, de l'île Roanoke, 
aurait pu s'entretenir avec Powathan, l'Indien du capitaine Smith, avec Mas- 
sasoit, l'Indien d'Edward Winslow, et probablement il en fut ainsi. Concurrem- 
ment avec Mayhew et le plus jeune des Cotton dans la Nouvelle-Angleterre, les 
missionnaires en Pennsylvanie ont étudié la langue des Delawares et, grâce aux 
travaux d'Eliot, ainsi que de ses auxiliaires, de Heckewelder et d'autres dans le 
sud, ce que nous possédons imprimé concernant la grande race algonquine 
l'emporte de beaucoup sur ce qui a été publié sur toute autre famille indienne. 
Sur ses six cents pages, la précieuse bibliographie due à M. Pilling et faite pour 
le Bureau d'Ethnologie contient soixante pages de titres des livres consacrés aux 
Algonquins, . 

En raison de l'importance d'une langue aujourd'hui encore vivante, — elle 
est parlée par plus de 100.000 individus — , en rftison des études dont elle a été 
l'objet depuis plus de 200 ans, une mesure a été prise qu'il est utile de faire 
connaître. Sous l'inspiration et sur le conseil du D"" William Henry Holmes, le 
successeur du major Powell comme chef du Bureau d'Ethnologie, M. William 
Jones, attaché au grand Muséum américain d'Histoire naturelle de New- York, a 
été désigné par les tuteurs du u Carnegie Institution » pour faire une étude spé- 
ciale des nations algonquines et de leurs langues. Il a été mis en mesure de pou- 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AUÉRICANISTBS 141 

voir visiter les tribus dans les régions qu^elies habitent et d'étudier leur langue 
telle qu'elle est parlée dans toute sa pureté. 

Ce travail de M. Haie a été communiqué à TAmerican Antiquarian Society, 
dans son meeting semestriel de Boston, 7 avril 1904. De la séance suivante 
(Worcester, 21 octobre 1904), diverses informations utiles nous sont apportées 
parles procès-verbaux. Ainsi le D*^ Chamberlain a informé les membres de la 
Société qu*avec la collaboration de M, William Wallace looker, de Say 
Harbour, il a entrepris une édition du Livre des Proverbes^ tiré de la Bible 
indienne de Elioly avec un vocabulaire, et que ce travail est en bonne 
voie d'achèvement. D'autre part, M. Clarence W. Bowen, de New- York, a 
annoncé la découverte en Bavière, du journal tenu pendant ses campagnes en 
Amérique durant les années 1780, 1781, 1782 et 1783 par Ludwig, baron de 
Closen, aide de camp de Rochambeau. Ce document a fíguré à l'Exposition de 
Saint-Louis. Il serait désirable que copie en fût faite et conservée en Amérique. 

Comte Louis de Turennb. 



Le « Meeting anthropologique » de San-Francisco, — Nous devons à Taimable 
obligeance de nos confrères américains, MM. Geo. Grant Mac Curdy et Charles 
Peabody, secrétaires de r« American Anthropological Association », de pouvoir 
donner ici la liste complète des travaux communiqués à l'Asseñiblée générale, 
que la savante Société a tenue en août dernier, à San Francisco, et que nous 
avions signalée dans notre dernier fascicule * . Trente mémoires ont été lus dans 
cette réunion qui comptera comme Tune des plus importantes consacrées à 
l'Anthropologie par la science transatlantique : 

Séance du 29 août 1905. 

1. Prof. F. W. PuT.NAM, directeur du Museum d'Anthropologie de l'Université 
de Californie et curateur du « Peabody Museum » de la « Harvard University » : 
Exhibition of Bones ^ possibly showing the Work of Man y from Quaternary 
Caves of California (Discussion : MM. Herrick, Hill-Tout, J. C. Merriam). 

2. Charles Hill-Tout, de Fa Ethnological Survey of Canada » : Heterogeneity 
of the Culture of the Selish Tribes (Discussion : MM. Dixon, Goddard, C. Hart 
Merriam, Krœber, Barrett). 

3. D' C. Hart Merriam, chef du « Biological Survey », Washington, D. C. : 
The Aboriginal Indian Population of California (Discussion : MM. Herrick, 
MacLeod, Barrett). 

4. D' R. B. Dixon, de « Harvard University » : The Mythology of the Shasta- 
Achomawi of California (Discussion : MM. Hill-Tout, C. H. Merriam). 

5; Miss Constance Goddard Dubois : Mission Religious MythSy avec auditions 
phonographiques (Discussion í MM. C. H. Merriam, Peabody). 

1. V. Journal, nouv. sér., t, II, p. 849. 



Digitized by 



Google 



142 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 



Séance du 30 août. 

6. M»« R. F. Hbhrick : The Indians of Humboldt Bay (Discussion : MM. Hill- 
Tout, Keeler, Rust). 

7. D*^ J. C. Merbiam, de TUniversité de Galiforuie : The Exploration of the 
Quaternary Caves in Californiay avec projections (Discussion : M. Peabody). 

8. D*^ A. Hrdligka, curateur-assistant d'Anthropologie physique à Y « U. S. 
National Museum » : A Contribution to the Physical Anthropology of Cali- 
fornia, 

9. M. S. A. Barrbt, de l'Université de Californie : Presentation of a Map 
showing the Territory, Divisions^ Villages and Camp-Sites of the Porno 
Indians of California (Discussion : MM. C. H. Merriam, Dixon). 

10. D' C. Hart Mbrriam : The « Chievor of the Tongva », a mortuary Cere- 
mony (Discussion : Miss Dubois: MM. Dixon, Hill-Tout). 

11. M. P. S. Sparkman : The Grammar of the Luiseno Language of Southern 
Ca/e/brnta (Discussion : M. Hill-Tout). 

1 2. D"^ Philip Mills Jones, secrétaire de la « Medical Society of the State of 
California » : Brief Description of a Method for Preserving Shell Specimens 
(Discussion : M. Putnam). 

13. MM. Charles Pbabodv et Warren K. Moorehead : The Naming of Speci- 
mens in American Archaeology (Discussion : M. Hill-Tout). 

14. D"^ J. C. Mekriam : The Excavations at Emeryville Shellmoundy avec 
projections (Discussion : MM. Dixon, Hill-Tout, Putnam). 

15. M. H. N. Rust : A Ceremony of the Mission Indians of Southern Cali- 
fornia (Discussion : MM. Krœber, Hill-Tout, Putnam, Miss Dubois). 

16. D"" A. L. Krqrber, de l'Université de Californie : Exhibition of a Basket, 
now in the California Academy of Sciences, from ¿he Extinct Indians of San 
Nicolas Island, California (Discussion : MM. Mac Leod, Rust). 

17. M. F. I. MoNSEN : Explorations in Northern Arizona and New Mexico 
(Discussion : M. Putnam). 

Séance du SI août. 

18. D*^ A. L. Krgcber : Systematic Nomenclature in American Ethnology 
(Discussion : MM, J. C. Merriam, C. H. Merriam, Hill-Tout, Dixon, Peabody). 

19. D*^ C. Hart Merriam : Basket Cave Burial in California {Discussion : 
MM. Mac Leod, Putnam). 

20. M . H. N. Rust: The Obsidian Blades of Northern California {Discussion: 
M. Putnam). 

21. M. S. A. Barrett, de l'Université de Californie : Basket Designs of the 
Pomo Indians (Discussion : M. C. H. Merriam). 

22. D' P. E. GoDDARD, de TUniversité de Californie : Mechanical Aids to the 
Study and Recording of Language (Discussion : M. Putnam). 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 143 

23. D' J. C. Mbrriam : Some Suggestions concerning the Origin of the 
Calaveras Skull^ avec! projections (Discussion : M. Hill-Tout). 

24. M. Charles Kbelbr : Creation Myths and Folk Tales of the Manua 
Island J Samoa. 

25. M. J. T. Goodman : The Maya Dates (Discussion : M. Putnam). 

26. M. C. C. WiLLouGHBY, curateur-assistaut, Peabody Museum, Harvard 
University : Specimens in the Peabody Museum collected by the Lewis and 
Clark Expedition, 

27. M. H. N. Rust : Exhibition of Implements from San Nicholas Island 
used for Cutting and Working Shell Ornaments, 

28. Professor Howard Swan, de V « Imperial College » (Pekin) : A Syste^ 
malic Arrangement for Recording Dialects, 

29. Prof. W. H. Holmes : Antiquity of Man in North America (Discussion: 
MM. Putnam, Peabody, Swan). 

30. D' F. C. Nbwcombb '.Exhibition of Northwestern Indian Designs 
(Discussion : M. Hill-Tout). 

Voici, maintenant, le détail des principales communications américanistes qui 
n'ont pu être lues, faute de temps ou par suite de Tabsence des auteurs, mais 
qui figureront in extenso ou en analyse dans le compte rendu : 

•31. D' C. Hart Mbrriam : Basketry of California Indians. 

32. D*" A. L. Kroebbr : Indian Systems of Consanguinity in California, 

33. Miss J. E. WiBR, de Tüniversité de lÉtat de Nevada : The Washoe 
Indians of Nevada. 

34. M"* Zelia Nuttall : The earliest historical Communications between 
Japan and Mexico. 

35. M. James Monney : The Caloosa Tribe of Florida. 

36. D'J. A. Swanton : The Social Organisation of American Tribes. 

D'ores et déjà, nous pouvons constater Tintérêt offert par certaines de ces 
contributions, car r American Anthropologist en a publié quatorze dans sa livrai- 
son d'octobre-décembre 1905 (n«* 2, 3, 4, 5, 9, 11, 12, 13, 18, 20, 22, 25, 26, 
36). Nous recommanderons, parmi celles-là, quelques a papers » ayant trait à 
des sujets pratiques ou à des questions de méthode. Ainsi, dans Mechanical Aids 
to the Study and Recording of Language, M. Pliny Early Goddard expose les 
procédés inspirés par Marey, Rousselot, Hermann, Bevier, etc., qu*il applique 
à ses recherches de phonétique et linguistique californiennes. The Naming of 
Specimens in American Archaeology est une courte, mais très suggestive cri- 
tique des nomenclatures actuellement usitées pour qualifier les pièces de musée. 
Les auteurs (MM. Peabody et Moorehead)en montrent l'imprécision, les doubles 
emplois, les impropriétés. Ils leur reprochent d'être en beaucoup de cas conjec- 
turales, quant à Tusage qu'elles semblent attribuer aux objets. Enfin, elles ont 
le grave tort d'être trop strictement calquées sur la terminologie de Tarchéologie 
classique. Dans un ordre d'idées voisin, M. tCrœber {Systematic Nomenclature 
in Ethnology) essaye de fixer les principes qui doivent guider le vocabulaire et 
les classifications ethnologiques et critique sur quelques points les usages intro- 



Digitized by 



Google 



144 SOaÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

duits à cet égard par Gallatin, Haie, Powell, Brinton et M. Gatschet. Le 
mémoire de M. Ph. Mills Jones (n^ 12) propose un certain nombre de moyens 
très simples, empruntés aux laboratoires de biologie, pour la conservation des 
pièces d*ethnographie fragiles. Le travail de M. Willoughby (n* 25) est un bon 
catalogue systénoa tique, avec renseignements d*histoire, des objets rassemblés 
au début du xix^ siècle, chez lesMandans, par Lewis et Clark. Cette collection, 
peu connue, et que la disparition des Mandans rend précieuse, est aujourd'hui 
dispersée en deux ou trois musées des États-Unis. Enfin, le EK J. R. Swanton, 
sous ce titre : The Social Organisation of American Tribes^ examine dans 
quelle mesure les théories courantes sur le clan totémique, le mariage et Torga- 
nisation de la tribu, sont confirmées par Tethnologie des peuples indigènes du 
Mexique septentrional. 

L. L. 



Une inscription américaniste à Paris. — Elle se lit à l'entrée de Téglise 
Sain t-Sé vérin, sur une plaque de marbre blanc, scellée au-dessus du bénitier 
de gauche, près de la porte latérale de la rue Sai nl-Sé vérin. Elle est ainsi for- 
mulée : 

LE DERNIER JOVR DE JANVIER MDCLXXVI, 

SVR CETTE PAROISSE DE SAINT SBVERIN, 

EST MORT, RVB DES MAÇONS-SORBONNB, 

BERTRAND OGBRON, 

RIEVR DE LA BOVÈRB EN JALLAIS 

QVI, DE IIDCLXIV A MDcLxXV, 

JETE LES FONDEMENS dVnE S0CIBT¿ 

CIVILE ET RBUGIBVSE AV MILIBV DES 

FUBV8TIERS ET DES BOVCANIBRS DBS ILBS 

DE LA TORTVB ET DE SAINT DOMINGVB. 

IL PRÉFARA AINSI 

PAR LES VOIES MY8T¿RIBVSB8 DE lA PROVIDBNCB 

I.BS DESTINEES DE LA RBPVBUQUB d'hAITI. 

R. I. P. 

L*inscription se surmonte d'armoiries qui ne me semblent pas correctes 
héraldiquement et qui, sans doute, doivent être rétablies ainsi : d'argent à deux 
aiglots adossés et éployés de gaealesy à la fasce d'or chargée de trois merlettes 
de sable. D'après son style, ce petit monument ne remonte pas à plus d'une 
cinquantaine d'années. Des circonstances de son érection, je n'ai rien pu 
apprendre. Le clergé paroissial n'est pas renseigné à ce sujet. Les archives de 
l'église sont muettes, comme l'avait, avant moi, constaté le dernier et le plus 
sérieux des historiens de Saint-Séverin, M. A. Démy, d'ailleurs président du 
Conseil de Fabrique. Les derniers mots du texte feraient supposer que l'ini- 
tiative émana de la colonie haïtienne à Paris. Mais de ce côté aussi, c'est-à-dire 
du côté de la légation de la république, je n'ai pu obtenir aucun éclaifx;isse- 
ment. Quoi qu'il en toit de ses auteurs, l'hommage était un hommage mérité. 
Parmi tous nos grandi coloniaux du xvii^ siècle, Bertrand Ogeron est un des 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 145 

plus curieux et sympathiques, bien digne d'une étude en règle. On y verrait 
ce ills de bourgeois angevins démissionner, avec le grade de capitaine, après 
vingt et un ans de services au Régiment de la Marine, pour se lancer — vers 
1656 — dans la voie des entreprises lointaines. Peut-être fut-il de ceux qui, 
en 1659, assurèrent à la France la possession définitive de Tile de la Tortue. En 
tous cas, il parait avoir été Tun des premiers à fonder sur la côte N.-O. de Saint- 
Domingue des établissements agricoles français. Aussi entra-t-il en rapports 
permanents avec les terribles « Frères de la Côte », sur lesquels il acquit une 
grande influence. Dès les débuts de Colbert, Tile de la Tortue et les colonies 
libres d'Haïti furent comprises dans le domaine de la Compagnie des Indes occi- 
dentales. Mais il fallait que les boucaniers reconnussent le privilège de celle-ci. 
Le premier titre de gloire du sieur de la Bouère, devenu gouverneur royal, est 
de les y avoir décidés, en obtenant pour eux un régime spécial de commerce qui 
conciliait leurs intérêts particuliers avec les monopoles stipulés par les chartes 
de la Compagnie. Non moins honorable fut son rôle administratif: il amena ci98 
irréguliers à se fixer, en leur avançant, et souvent sur ses ressources personnelles, 
les fonds nécessaires à l'édification de villages et en favorisant l'immigration fémi- 
nine, par suite, le développement du mariage et de la famille. Entre temps, il 
profitait de la guerre de Hollande et des hostilités avec l'Espagne pour étendre 
le champ ouvert à Tactivité de ses administrés sur le territoire de Saint- 
Domingue; il s'emparait de plusieurs forts espagnols et établissait un nouveau 
centre sur la côte orientale, dans la presqu'île de Saniana. C'est dans le voyage 
f^it en France pour obtenir de Colbert la reconnaissance de cette fondation 
qu'il mourut à l'âge de 61 ans. A ce moment même, sa circonscription venait 
d'être saccagée par les Espagnols ; mais son œuvre ne devait pas périr. Sous le 
gouvernement habile de Poincy, l'un de ses neveux, les groupes français de 
Saint-Domingue se relevèrent si bien de leurs ruines qu'ils comptaient, en 1687, 
près de huit mille habitants. 

En somme, Ogeron de la Bouère, type de ce que le castillan nomme poblador^ 
semble être le véritable initiateur de notre domination à Saint-Domingue, Saint- 
Domingue, le modèle des colonies de plantations de l'ancien régime. Et cela 
justifie assez le témoignage lapidaire que lui a rendu le rédacteur anonyme de 

l'inscription de Saint-Séverin. 

L. L. 



Sur la pagination du « Codex Xoloil ». — En examinant le Codex Xolotl 
(Ms. Mex., 1-10) de la Bibliothèque nationale de Paris (collection Aubin- 
Goupil), j'ai été amené à constater que la feuille de ce document numérotée 1 
est formée, en réalité, de deux feuilles depuis longtemps collées ensemble. 
J'appellerai F. 1* cette feuille nouvelle qu'on peut complètement séparer de F.l. 
F. 1* est peint sur le verso, à la manière des anciennes pages 2, 3 et 4. Il se 
compose de deux fragments : le plus grand se trouve à gauche, montrant 
(marge droite du fragment) l'hiéroglyphe de Colhuacan; le plus petit esta 
Sociéii des Américanisiet de Paris, 10 



Digitized by 



Google 



146 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANI8TES DE PARIS 

droite. Les couleurs des peintures de ce F.' 1* (recto) se sont reportées sur F. 1 
(verso), primitivement sans couleurs ni figures. 

En somme, nous avons à présent sept feuilles, soit quatorze pages, dont onze 
seulement sont peintes. Le fait que Boturini, dans son Catalogo del Museo 
Indiano (§ III, n? 1) parle de six teuMes, peintes sur deux côtés (soit douze 
pages), me semble indiquer que déjà, au temps de Tinfortuné Milanais, le Codex 
n'avait plus sa forme matérielle d'origine et que, dès cette époque, F. 1 et F. 1* 
étaient collés ensemble. Je ne puis examiner en ces quelques lignes la question 
de savoir si le Codex Xolotl est un original ou une belle copie ancienne. Mais 
elle serait très importante pour déterminer la pagination des feuilles peintes qui^ 
telle qu'elle est actuellement, n'est pas juste^ à mon sens. 

Au Ms. Mex. 1-10 se trouve joint, dans le même carton d'archives, un petit 
fragment figuratif, sur même papier d'agave et de style tout à fait semblable. 
Cela pourrait indiquer qu'il maûque la plus grande partie d'une autre feuille. 
Je crois que celle-ci représenterait la douzième de la description de Boturini. 

D' W, Lehhann. 



Premières relations offiùielles du Mexique espagnol avec le Japon. — Sur 
cette intéressante question, nous ne possédions jusqu'ici qu'un travail spécial, 
la courte monographie écrite, en 1875, par M. Angel Nufiez Ortega * , résumé 
bien fait et assez critique, mais sans grande documentation nouvelle, du 
P. Cavo. Cette brochure, très rare aujourd'hui, après avoir insisté justement 
sur le rôle des vice-rois du Mexique (et en particulier du premier Luis de 
Velasco, 1560-1564), comme promoteurs des grandes expéditions maritimes de 
l'Espagne dans le Pacifique septentrional, fait remonter à 1610 l'origine des rap- 
ports officiels entre Mexico et le Japon. Cette année-là, un des navires 
d'Acapulco, chargés d'alimenter d'émigrants et de marchandises les îles Philip- 
pines (où la prén^ière colonie espagnole remonte, on le sait, à 1568), fut 
entraîné par la tempête sur les côtes japonaises. Les naufragés y trouvèrent 
non seulement une large hospitalité, mais tous les secours nécessaires pour 
réparer leurs avaries et regagner les possessions espagnoles. Une telle générosité 
contrastait fort avec les habitudes admises en pareil cas, à une époque où tant 
de nations européennes appliquaient encore dans toute sa rigueur \ejus UUoris,- 
L'acte frappa donc le second Luis de Velasco qui gouvernait alors Mexico, et 
d'autant plus qu'il rêvait précisément de reprendre les projets de Cortés, quant 
à rétablissement d'un grand trafic régulier entre la Nouvelle-Espagne et 
rExtrême-Orient. Aussi, usant d'un des privilèges régaliens de sa charge, 
envoya-t-il une ambassade qui arriva à destination dans Tété de 1611 ou 1612. 
Parmi les présents qu'elle apportait, figurait une horloge qui' aurait révélé aux 
industrieux Nippons l'art de l'horlogerie. Bien accueillis du shogun Fide Yosi 

L Noticia histórica sobre las Relaciones politieas y comerciales habidas entre^ 
México y el Jspón durante el êiglo XVII, 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES £T NOUVELLES AMÉRICANI8TBS 147 

qui, d^ailleurs, était chrétien et complètement soumis à Tinfluence des jésuites, 
les Mexicains reçurent la permission de pratiquer des sondages dans différents 
ports, en vue du choix d*un point d'atterrissage et, quand ils repartirent, ils 
emmenèrent avec eux plusieurs trafiquants du pays. Néanmoins, quant au but 
réel poursuivi par Velasco, la mission n'eut point de résultat. D'un côté, 
Velasco avait été remplacé par des intérimaires, puis par le marquis de Guadal- 
cazar, qui, tous, se montrèrent peu soucieux de continuer ses vastes desseins. 
La présence des Japonais à Mexico n'obtint donc qu'un succès de curiosité. 
D*un autre côté,- Fide Yosi était disparu, lui aussi, ef sous son successeur, les mis- 
sionnaires chrétiens, sinon le christianisme lui-même, étaient devenus suspects. 
Cependant, en 1614-15, on trouve encore mention d'une ambassade, japonaise 
celle-là. Mais elle émanait d'un des grands feudataires japonais, un daïmio du 
Nord, le prince de Osyú et était destinée à la cour pontificale. Si elle toucha le 
Mexique, c'est uniquement qu'un franciscain espagnol, le Fray Luis Sotelo, 
fort en faveur auprès du daïmio, lui avait suggéré de préférer la traversée du 
Pacifique à la roule par le cap de Bonne-Espérance, infestée de corsaires. Du 
reste, au moment même où elle arrivait en Europe, l'ère des Shoguns et des 
Daïmio9 chrétiens se fermait définitivement et l'ère des persécutions commençait 
contre le. catholicisme. 

Telles étaient en somme les notions apportées, il y a trente ans, sur la matière 
par M. Ortega. Un autre diplomate mexicain, M. C. A. Lera, vient de reprendre 
le sujet avec la supériorité que lui donne son séjour au Japon comme ministre 
plénipotentiaire du gouvernement de Mexico. 11 a pu consulter divers fonds 
d'archives locaux et son petit travail* n'est, à vrai dire, qu'un recueil de 
pièces d'archives, aux six collections japonaises suivantes : 

a) Nagasaki Jitsuroku (u Archivos auténticos de Nagasaki ») ; 

b} Todai Zakki(^ Anales diversos de esta época. Era de Keicho ») ; 

c) Keicho Nenroku (« Archiv.os de la era de Keicho »); 

d) Keicho Nikki (« Diario de la era de Keicho ») ; 

e) Ikoku Nikki (« Diario acerca de los paisas extranjeros »); 

f) Keicho Kembunroku (« Compilación de los sucesos de la era de Keicho »). 
M. Lera a mis en outre à profit, dans ses commentaires explicatifs, la 

récente publication officielle de textes, intitulée : Nihon Shogyoshi (« Historia 
del Comercio japonés »). En quoi le présent travail complète-t-il et rectifie-t-il 
incidemment celui de M. Ortega ? D'abord en ceci que les premières correspon- 
dances officielles échangées entre fonctionnaires espagnols et autorités japo- 
naises sont antérieures d'une dizaine d'années à la date prise comme point de 
départ par l'auteur de la Noticia histórica, et, d'autre part, en cela que la 
première initiative en revient, non aux Espagnols comme le supposait M. Ortega, 
mais aux autorités japonaises. M. Lera nous montre, en effet, dès 1598, le 
daïmio de Yedo, — qui n'était pas encore shogun^ — manifestant au mission- 
naire franciscain Jerónimo de Jesús son intention d'écrire directement au gou- 

I. Primeras Relaciones oficiales entre el Japón y España tocantes á México, Tokio, 
1905, ÍQ-i2de27 p. 

10. 



Digitized by 



Google 



148 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTËS DE PARIS 

verneur de Luçon. Le projet fui exécuté quatre ans plus tard, au mois de 
septembre de 1602, à partir duquel se succèdent neuf pièces officielles, publiées 
in extenso par M. Lera. La dernière, datée du mois de novembre 1609, est une 
permission d'accès dans tous les ports japonais à tous les navires « que dan 
vela en Luzon para la Nueva- España ». Tous ces actes sont adressés au §;ouver- 
neur de Luçon. Ainsi, et c'est le troisième fait mis en lumière par les 
recherches de M. Lera, dans rétablissement d'un courant de rapports réguliers 
entre Mexico et le Nippon, Tadministration coloniale de Manille parait avoir 
eu un rôle au moins égal à celui que M. Ortega attribuait, non sans raison du 
reste, à la vice-royauté de Mexico. D'un autre côté, Taventure de mer, que 
M. Ortega considérait comme un point de départ, s'était déjà présentée au 
moins une fois dès Tannée 1602. Au mois d'octobre de cette année-là, en effet, 
le prince japonais de Yedo écrivait à « su señoría el Gobernador » une lettre 
commençant ainsi : « A principio de este otoño, uno de vuestros bajeles mer- 
cantes que viajaba entre Luzon y la Nueva España, huyendo de una tormenta, 
abordó en la provincia de Tosa » et le datmio terminait, en assurant les maríns 
espagnols de toute la sympathie japonaise dans des cas semblables. Voilà donc 
encore une circonstance que le premier histonen des relations mexicano-japo- 
naises n'avait point connue. 

Quant au second naufrage, la version qu'en avait donnée M. Ortega semble 
également incomplète et, parfois, inexacte. Ainsi la date réelle est de 1609, au 
lieu de 1610. La gratitude de Velasco pour les bons offices rendus aux naufragés 
s'explique surtout par la qualité de ceux-ci au nombre desquels figuraient le 
gouverneur intérimaire des Philippines, Rodrigo de Vivero, et tout son état- 
major. C'est avec Vivero, el non plus tard, que partirent les marchands japonais 
dont il a été déjà question. Il est faux d'ailleurs qu'ils n'aient trouvé au Mexique 
qu'indifférence courtoise. Ils regagnèrent leur patrie avec la grande ambassade. 
Le chef de celle-ci est nettement désigné par M. Lera. C'était Sebastian 
Viczaíno. Son voyage se placeen l'année 1611, plutôt qu'en 1612. L'ambassa- 
deur fit la faute de se montrer d'une intransigeance toute castillane sur les 
questions d'étiquette. Néanmoins, M. Ortega a eu tort de croire que sa mission 
soit restée sans résultat. Tout au contraire, dès cette époque, les navigations 
entre les Philippines et Acapulco s'organisèrent selon les désirs communs des 
shoguns et des vice-rois de la Nouvelle- Espagne, c'est-à-dire avec relâche dans 
un port japonais (en l'espèce, Uraga de Miura). Et elles devaient durer sous cette 
forme jusqu'en 1636. Tout au moins, est-ce l'instant fixé par le Nigon Shogyshi 
à rinterruption des expéditions maritimes japonaises vers le Mexique. Peut- 
être l'escale du galion à Uraga avait-elle cessé un peu plus tôt. Nous voilà bien 
loin de l'interruption complète des rapports commerciaux dès le temps de 
Sotelo et de son ambassade à Mexico, à Madrid et à Rome. En réalité, ces rap- 
ports survécurent à la proscription du catholicisme au Japon et cette proscnp- 
iion fut moins brusque que ne le prétendait la brochure de 1875. Elle parait 
avoir débuté par une période de défiance, cette défiance ayant pour causes et 
les intrigues hollandaises et le zèle intempérant de quelques convertisseurs. En 
1612 déjà, au moment même où part pour le Mexique le premier galion, il 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 149 

emporte des lettres des princes japonais qui montrent la première expression de 
ce sentiment. L*une d'entre elles qui avait échappé à M. Ortega, parce qu'il ne 
la cherchait point là où elle était \ dit en propres termes : « La doctrina seguida 
en vuestro país difiere enteramente de la nuestra : por eso estoy persuadido de 
que no nos conviene. En las escrituras búdicas se dice que es difícil la conver- 
sión de quien no está dispuesto á convertirse. Más vale^ por consiguiente, dar 
fin en nuestro suelo á la predicación de esa doctrina. En cambio, multipliquen 
sus viajes los bajeles de comercio, aumentando con ellos las relaciones é inte- 
reses. » Vingt-quatre ans plus tard seulement, après une expérience prolongée 
qui leur avait prouvé sans doute que le trafic avec Mexico laissait la porte 
ouverte à la propagande religieuse, les shoguns se décidèrent à interrompre 
tout échange, sous peine de mort, soit pour les sujets, soit pour les étrangers. 
Au résumé, grâce à Tétude de M. Ortega^ et à Tutile brochure rectificative et 
complémentaire de M. Lera, on tient maintenant les grandes lignes du sujet. 
L*histoire en règle de ces très curieux rapports du Mexique et du Japon reste 
cependant à écrire. C'est une des questions qui passionnent le plus notre savant 
collègue, M"»* Nuttall. On a vu, plus haut, par un court compte rendu du 
Meeting de San-Francisco, qu'elle avait annoncé une communication sur la 

matière. Est-ce Tannonce d'un prochain volume ? 

L. Lejeal. 



Les cactées mexicaines. — Notre collègue, M. Léon Diguet, vient de leur 
consacrer une très savante et très complète étude *. Comme l'indique le titre 
queje transcris en note *, Tauteur s'est surtout placé au point de vue de Tutili- 
sation coloniale. Mais, traité par lui, le sujet devait amener nombre d'observa- 
tions intéressantes pour le Mexicanisme. Commue M. Diguet le remarque dès le 
début de son travail, il s'agit de plantes qui, bien souvent, et à toutes les 
époques de l'histoire, furent pour les indigènes une ressource précieuse dans 
les régions du Mexique désolées par la sécheresse. Nous avons donc beaucoup 
à glaner dans les cinq chapitres de ce mémoire de botanique appliquée, où sont 
successivement décrites les « cactées à fruits comestibles » ; les « cactées 
employées pour clôtures » ; les a cactées fournissant du bois pour la construc- 
tion et le chauffage » ; les « cactées fourragères et à graines comestibles » ; les 
u cactées à fibres ». 

Analyser un article qui n'est que détails serait refaire cet article, — en l'abré- 
geant. Signalons seulement quelques faits particulièrement curieux. D'abord les 
détails sur le « colonche ». L'orA//i n'était pas, comme on se l'imagine souvent, 

1. Dans la Colección de documentos inéditos^ relativos al descubrimiento^ conquista 
y organización de las antiguas posesiones españoles^ t. VIII, p. 185. 

2. Les nopals à cochenille ont cependant été laissés de côté, comme étant déjà 
introduits dans TAfrique méditerranéenne. 

3. Étude sur les principales cactées utilisées au Mexique et susceptibles d'être intro- 
duites dans les régions désertiques dos colonies françaises. Paris, au siège social de la 
« Société d'Acclimatation », 1906, in-S^ de 3t p. et M fig. 



Digitized by 



Google 



150 SOaéTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

la seule boisson fermentée d'origine végétale, connue de TanUquité. Sur les 
hauts plateaux du Nord, dans des zones réfractaires par leur climat à la culture 
de Tagavc!, le fruit de VOpuniia. cardona^ convenablement traité, donnait aux 
Chichimèques nomades une liqueur très appréciée. Les femmes, chargées de la 
préparation, avaient des recettes secrètes qui se sont perpétuées dans l'état de 
San Luis Potosí. Et c'est le « colonche » déjà nommé. Voilà, maintenant, les 
cereus à fruits comestibles, localement désignés par les noms (importés, sans 
doute, des Antilles, avec les termes « maguey », « maiz »>, « achi », etc.), de 
a pithayos » ou « pilhayas » *. I^ur variété est grande et leur rôle |dans Tali- 
mentation précolombienne du Mexique, souvent indiqué par les auteurs qui 
citent, maintes fois, le « quapetla », le v xoconochtli », le « quionochtli », lé 
u chende' », le « chichipe », etc. Grâce à M. Diguet, nous savons maintenant 
ce qué ces mots représentent botaniquement (Pitháyo de Mayo ou Céreos prui- 
nosus\ « Pithayo xoconochtie » ou Cereus Dickii\ w Chiotillo » ou Cereus 
Chioiilla \ Cereus Chende \ Cereus chichipe^ etc.). 

Dans la seconde classe de cactées, examinée par M. Diguet, V « órgano » et 
le « baboso » avec leurs hautes tiges, sont employés, depuis la plus haute 
antiquité, pour séparer les maisons et jardins, avec cette qualité, déjà remarquée 
par Hernandez, de résister, par leurs tiges gorgées d'eau, à la propagation de 
rincendie. Au contraire, le Cereus candelaber aux ramifícations puissantes, le 
« hecho » (C. peden aborigenum) servaient au chauffage et produisaient des 
planches dures et compactes. Et nous retiendrons encore le « bisnaga », c'est-à- 
dire certaines espèces d' Echinocaclus qui, débarrassés de leur armure d'aiguil- 
lons, offrent cette pulpe charnue et étonnamment aqueuse qui les avait fait qua- 
lifier de teocomiil 3 par les Nahuas. Les dernières pages de cette monographie 
s'occupent spécialement des cactées à bourres laineuses dont nous savons que 
l'antique Chimalhuacan et bien d'autres contrées tiraient toutes espèces de tis- 
sus. Pour chaque espèce, notre collègue, après avoir décrit, détermine avec 
précision l'aire de dispersion ou de culture. Et c'est encore un service qu'il 
rend à l'archéologie. Espérons qu'une seconde brochure nous apportera bientôt 
le résultat de ses recherches sur les a agaves ». 

L. L. 



XV* Congrès international des Américanistes k Québec, — La vie est courte, 
les années s'envolent et... les Congrès américanistes se succèdent. A peine ter- 
minons-nous le compte rendu de la brillante session de Stuttgart, en 1904, qu'il 
nous faut annoncer celle de 1906 qui se doit tenir du lundi 10 au samedi 15 sep- 
tembre prochain, à Québec. Le choix, proposé à New-York et ratifié à Stutt- 

1. u Pilhaya » désigne le fruit. 

2. « Chende » semble d'origine mixlèque et signifierait pourriture, visant la 
facilité avec laquelle ce Cereus se décompose. 

3. Teo, divin ou véritable ; comitl^ réservoir (ce que rhispano-mexicain désigne par 
« can turo »). 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMERICAN 18TB8 151 

gari, d*une villa de langue française comme liea de réunion, nous est, Ton n'en 
doutera pas, très sensible. Nous croyons, d'ailleurs, à Tiniérét majeur présenté 
par la visite, même sommaire, du Canada français, et parla discussion des pro* 
blêmes d'eUinographie, précolombienne ou moderne, qui touchent plus spécia* 
lement le Dominion 1 II reste à savoir si nos compatriotes pourront se rendre 
là-bas, et si les Sociétés savantes de notre pays pourront s'y faire représenter 
aussi largement que nous le désirons. Quoi qu'il en soit, on peut toujours parti- 
ciper à ia belle œuvre du Congrès par l'envoi d*un ou de plusieurs mémoires. 
Le nombre et l'étendue n'en sont pas limités. Ce qui comporte limitation, c'est 
la durée des communications orales et des discussions. A cet égard, et quant 
anx langues autorisées, rien n'est innové aux usages antérieurs. 

Comme, pour le Congrès de Stuttgart, les circulaires récemment reçues 
annoncent l'impression d'un Bulletin quotidien des séances, dont l'utilité n'est 
pas contestable, surtout si le Bureau veut bien en promettre Tenvoi aux infor- 
tunés adhérents d'Europe que le mal de mer ou toute autre raison détournera 
de la présence réelle. Pour faciliter la publication de ce précieux « Diurnal », 
les auteurs sont priés de livrer leur résumé avant le 1^ juillet prochain. Cet 
envoi devra être fait à M. le D' N. E. Dionne, secrétaire général, au Palais 
législatif, à Québec. Pour les cotisations, on s'adressera à M. Alphonse Gagnon, 
trésorier, même adresse. MM. Dionne et Gagnon sont les agents exécutifs d'un 
Comité local d'organisation qui, entres autres notabilités scientifiques^ com- 
prend : 

M. le D' R. Bell, directeur de la Commission géologique du Canada, prési- 
dent; 

Mgr J.-C.-K. Laflammb, doyen de la Faculté des Arts de l'Université I^val, 
de Québec, vice-président ; 

M. leD' BoYLB, surintendant du « Provincial Museum », de Toronto, vice- 
président; 

M. le D' Boas, professeur à « Colombia University », de New-York; 

M. le D' A.-F. Chamberlain, professeur à « Clark University », de Wor- 
cester; 

M. l'abbé Am. Gosseun^ professeur à l'Université Laval ; 

M. l'abbé V. Huast, directeur du Musée provincial de Québec ; 

M. A. JoBiif, président de l'Institut Canadien; 

M. le R. P. Lacombb, membre correspondant de la Société des Américanistes 
de Paris ; 

M. A.-R. Mac-Callum, professeur à l'Université de Toronto; 

M. H. Pbars, surintendant du « Provincial Museum », de Halifax ; 

M. le Major Wood, président de la Société littéraire et historique de Québec, 
etc. 

Les grandes Universités (Laval, Mac Gill, etc., etc.), sont spécialement 
représentées par leurs recteurs dans la Commission qui compte, en outre, un 
certain nombre de membres appartenant à la politique et à la haute adminis- 
tration. La XV* session s'annonce, en somme, comme un grand événement cana- 
dien auquel tout le pays s'intéresse. C'est dire le sympathique accueil que trou- 



Digitized by 



Google 



152 SOCftTÉ DES AMÉRICANISTIS DB PARIS 

veront à Québec les délégués européens. Ajoutons qu'une grande excursion leur 
est promise, après la clôture, dans la région du lac Saint-Jean où ils pourront 
visiter un campement d'Indiens Montagnais. Que de séductions, que d'atU- 
ranees l La vie est courte; les années s'envolent et... Québec est loin. 

N. 



Peiiies nouvelles. — Dans sa séance du 6 février, Ja Société des Américst" 
nistes^ pour succéder au regretté Jules Oppbrt, a élu membre d'honneur fran- 
çais, M. Emile LivASSBua, de P Académie des Sciences morales et politiques, 
professeur-administrateur du Collège de France, dont on connaît les nombreux 
travaux sur les États-Unis, le Brésil et, plus récemment, le Mexique. M. Levas- 
seuir est un des savants qui ont le plus contribué à révéler TAmérique moderne 
à TEurope. 

-— La récente promotion dans la Légion d'honneur, dite « promotion des 
explorateurs ^ a consacré les services scientifiques de trois de nos plus actifs 
collègues : MM. le comte G. de Créqui Montfort, Léon Digubt et le comte 
Henry de La Vaulx ont été nommés chevaliers de l'Ordre, aux applaudissements 
de tous ceux qui ont suivi les épisodes de leurs belles expéditions dans les Andes 
péruano-boliviennes, l'Amérique moyenne et l'extrême Sud^Américain. 

— La Société de Géographie de Paris a décerné le prix Jomard à notre col- 
lègue, M. Jules Humbert, docteur es lettres, professeur agrégé au Lycée de 
Bordeaux, pour ses travaux sur l'histoire de la géographie et de la colonisation 
et, spécialement, pour ses deux volumes, sur les Origines vénézuéliennes. 

Erratum. — Quelques erreurs et lacunes inévitables se sont glissées dans le 
travail de notre collaborateur, le D' W. Lehmann, sur les « Peintures Mixtéco- 
Zapotèques », publiées en octobre dernier. M. Lehmann serait heureux qu'on 
voulût bien les rectifier comme suit : 

!• Errata : 

P. 243, note 2 : 6 juillet 1529. — P. 264 (ligne 24) : Titzcuinlli (?) (chien). — 
P. 267, note 3 : res gestae.— P. 268, note (ligne 24) : qui ante.— P. 271 (ligne 2) : 
5,60 m. — P. 271 (ligne 19) : 5,20m. — P. 275, note 7 : Conférence de M. le 
prof. Selerdans la séance de Nov, de la Soc. d'Anthrop. de Berlin. — P. 257 
cligne 4) : Brudern. — P. 277 (ligne 7) : éècatl. — P. 278 (note 1) : Códice. 
— P. 278 (ligne 24) : 16 mq. 

2« Addenda : 

P. 271, ad 3. Codex Bodleianus : et 6 pages vides (deux pages avec quatre 
lignes horizontales rouges). — P. 273, ad Codex Selden 2 : et une feuille, dont 
le recto porte les hiéroglyphes 2 lecpatl 5 acatl^ dont le verso reste vide. Lon- 
gueur totale environ 5,467 m. 



Digitized by 



Google 



MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ DES AMÈRICANISTES 
Au 31 décembre 1906 

BUREAU DE LA SOCIÉTÉ 

Président d'honneur M. le duc de Loubat, correspondant de 

r Institut. 
Vice-prénidtnt d* honneur.. M. G. Maspero, membre de l'Institut. 
Président M, le D' E.-T. H amy, membre de l'Institut 

et de l'Académie de médecine. 
Vice-Presidents S. A. le Prince Roland Bonaparte. 

— M. le marquis de Peralta. 

— M. Henri Vignaud. 

Secrétaire général M. Léon Lejeal. 

Trésorier M. le duc de Bassano. 

MEMBRES DU CONSEIL 

MM. le comte D6 Charencet. MM. Gabriel MarceL. 

Désiré Charnay. Désiré Pector. 

Henri Cordier. le comte Louis de Tl* renne 

d'Aynac. 

COMMISSION DE PUBLICATION 

MM. le D-" Hamy. MM. Gabriel Marcel. 

le comte de Charencey. Lejeal. 

Henri Cordier. 



(F^es letlres H., D, et C. qui Reçurent après certains noms distin^ent les membres 
d'honneur y membres don»teur$ et membres eorrespondAnls.) 

Adam (Lucien), ancien magistrat, 30, quai S^-Cast, Rennes. 

Alvar ADO (Alejandro), attaché à la Légation de Costa-Rica, 53, avenue 

Montaigne, Paris. 
Amrrosetti (Juan), C, Museo nacional, Buenos-Ayres. 
Armocr (AllisonV.), Room 900, 87, Wabash Avenue, Chicago, 111., U. 

S.A. 



Digitized by 



Google 



154 SOaÉTÉ DBS AMÉRICAKISTES DÉ PARIS 

Bassano (Duc de), 9, rue Dumont-d'Urville, Paris. 
Bennett (James Gordon), 120, avenue des Champs-Elysées, Paris. 
Blanc (Edouard), 52, rue de Varenne, Paris. 

BoMAN (Eric), 21, rue d'Edimbourg, Paris; et 20, Upsalagatan, Stoc- 
kholm (Suède) « 
Bonaparte (Prince Roland), 10, avenue d'Iéna, Paris. 
Bourgeois (Commandant), chef de la section de géodésie du Service 

géographique de TArmée, 40, avenue Bosquet, Paris. 
BovALLius (Cari), C, Stockholm. 

BowDiTCH (Charles-P.), 28, State Street, Boston, Mass., U. S. A. 
Cameron (M"»«), 50, avenue du Bois-de-Boqlogne, Paris. 
Capitán (D'), professeur à TÉcoIe d'Anthropologie, 5, rue des Ursulines, 

Paris. 
Charencey (Comte H. de), 72, rue de l'Université, Paris. 
Charnat (Désiré), 46, rue des Marais, Paris. 
Chavero (Alfredo), C, inspector general del Museo nacional, 27, Avenida 

Madrid, Mexico. 
CoRDiEH (Henri), professeur à l'École des Langues orientales, 54, rue 

Nicolo, Paris. 
Créqui Montfort (Comte g. de), 56, rue de Londres, Paris. 
DiGUET (Léon), 16, rue Lacuée, Paris. 
Dorado (Alejandro), secrétaire à la Légation de Bolivie, 3, boulevard 

Delessert, Paris 
Ehrenreich (Paul), C, D' med. etphil., 29, Lutherstrasse, Berlin. 
Fasre (Hector), commissaire général du Dominion Canadien, 10, rue de 

Rome, Paris. 
FôRSTBMANN (D' E.), C, Wilmcrsdôrferstrasse, Charlottenburg b. Ber- 
lin (Deutschland). 
Froidevaux (Henri), docteur es lettres, bibliothécaire-archiviste de la 

Société dé Géographie, 47, rue d'Angivillers, Versailles. 
Garcia y Pimentel (Luis), 24, rue de Berri, Paris; 9, calle de Donceles, 

Mexico. 
Gatschet (Albert S.), C, 1331, F Street, Washington, D. C..(U.S. A.). 
Génin (Aug.), C, Mexico. 
GiGLiOLi (Enrico), C, professeur à l'Institut des Études supérieures, 

Firenze. 
Gonzalez (Général Manuel), C, Mexico. 

Grasserie (Raoul de Là), juge au tribunal, 14, rue de Gigant, Nantes. 
Hamy (D' E.-T.), professeur au Muséum, conservateur du Musée d'Ethno- 
graphie, 36, rue Geoflfroy-Saînt-Hilaire, Paris. 
Hérert (Jules), inspecteur au Musée d'Ethnographie, 22, ruedes Belles- 
Feuilles, Paris. 



Digitized by 



Google 



MEMBRES DE LA SOaÉTÉ 155 

Herrera (Carlos), C, Mexico. 

Holmes (W.),C., Chief of the Bureau of American EÜiHology, Smithso- 
nian Institution, Washington, D. C. (U. S. A.). 
HcLOT (Baron J.), secrétaire général de la Société de Géographie, il, 

avenue de La Bourdonnais, Paris. 
Humbert (Jules), docteur es lettres, professeur agrégé au Lycée, 3, rue 

Lamouroux, Bordeaux. 
Htde (James H.), /)., 18, rue Adolphe- Yvon, Paris. 
IzcuE (José A. de), C, Lima. 
JoNGHE (Edouard de), docteur en philosophie et lettres, Santbergen, 

Flandre orientale (Belgique). 
Kergorlat (Comte Jean de), 6, rue Mesnil, Paris. 

Lacombe(R. p.), C, Edmonton Alta, N. W. T. (Dominion Canadien). 
Laugier-Villars (Comte de), 250, boulevard Saint-Germain, Pans. 
Lehmann-Nitsche (D' Robert), chef de la section anthropologique au 

Muséum d'Histoire naturelle, La Plata (Argentine). 
Lejeal (Léon),^ chargé du cours d'Antiquités américaines au Collège de 

Prance, 14, avenue du Maine, Paris. 
LouBAT (Duc de), H.,D.y 53, rue Dumont-d'Urville, Paris. 
LuMHOLTZ (Cari), C, New- York. American Museum of Natural History, 

8^ Avenue. 
Malbr (Capitaine Teobert), C, Ticul, Yucatan (Mexico). 
Marcel (Gabriel), conservateur à la Bibliothèque nationale, 97, avenue 

du Roule, Neuilly-sur-Seine. 
Marin (Louis), député, professeur au Collège libre des Sciences sociales, 

13, avenue de TObiservatoire, Paris. 
Maspero (G.), H, y professeur au Collège de France, directeur général du 

Service des Antiquités égyptiennes, Le Caire. 
Maudslay (A. P.)» C., 32, Montpelier-Square, S. W., London. 
Mier (S.-B. de), ministre plénipotentiaire du Mexique, 19, boulevard 

Victor-Hugo, Neuilly-sur-Seine. 
MiRABADD (PaulJ, 42, avenue de Villiers, Paris. 
Mitre (Génér&lB.), H. y Buenos- Ay res. 

MoiRBAD (Auguste), agrégé de TUniversité, 61, rue de Vaugirard, Paris. 
MoNNLER (Marcel), 7, rue de Martignac, Paris. 
MoNTANÉ (D'L.), C, professeur à FUniversité, 14, calle san Ignacio, 

La Havane. 
Moreno (Fr.), C, directeur du Museum d^Histoire naturelle, La Plata 

(Argentine). 
Nuttall {M"« Zelia), C, Casa de Alvarado, Coyoacan, D. F. (Mexico). 
Panhcts (Jonk h.L. C. von), chef de bureau titulaire au ministère royal 

des Colonies, 157, Paramaribo Straat, La Haye (Hollande). 



Digitized by 



Google 



156 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

Paso y Troncoso (Francisco Del), C, director del Museo nacional de 
Mexico (en mission), offizio delle Caselli (Posta centrale), Firenze. 

Pector (Désiré), consul général, 51, rue de CUchy, Paris. 

Peralta (Marquis M. de), /)., ministre plénipotentiaire de Costa-Rica, 
53, avenue Montaigne, Paris. 

Poix (M"* la princesse de), 6, rue Paul-Baudry, Paris. 

Putnam (F.-W-.), H,^ curator of the Peabody Museum, Harvard Univer- 
sity, Cambridge, Ma., U. S. A. 

Régamet (Félix), 21, rue du Cherche-Midi, Paris. 

Reiss (W.), C, D' Phil., Geh. Regierungsrath. , Schloss Kônitz, 
Thûringen (Deutschland). 

RocKmLL (W. W.), C, ministre plénipotentiaire des Etats-Unis, Pékin 
{Chine). 

RosA (Manuel Gonzalez de La), ancien conservateur de la Bibliothèque 
nationale de Lima, 157, rue de la Convention, Paris. 

Sanz de Santa Maria (D'), 54, rue de Ponthieu. 

Saville (Marshall H.), C, professeur d'Antiquités américaines- k 
Columbia University, New-York. 

Schmidt (Waldemar),í7., professeur à l'Université, Copenhague. 

Seler (D*" Eduard), C, professor an der Universitat in Berlin, 3, Kaiser 
Wilhelmstrasse, Steglitz b. Berlin (Deutschland). 

Steinen (Karl von den), C, D*^ med. et phil., Prof.-Direckt. Assist, am 
Kônigl Museum fiir Volkerkunde, 1, Friedrichstrasse, Steglitz b. Ber- 
lin (Deutschland). 

Strebel (D** Hermann), C, 79, Papenstrasse, Hamburg (Deutschland). 

Thayer (S. van Reusselaer), villa Curial, 11, avenue Thiers, Compiègne. 

Turenne d'Aynac (Comte Louis de), 9, rue de la Bienfaisance, Paris. 

Vanderbilt(W.-K.), /)., 133, avenuedes Champs-Elysées, Paris, et 660, 
5^ Avenue, New- York. 

Vaulx (Comte Henry de La), 120, avenue des Champs-Elysées, Paris. 

Verneau (D'), professeur assistant au Muséum, directeur de V Anthropo- 
logie, 16, rue Ferrus, Paris: 

VïGNALD (Henry), premier secrétaire de l'Ambassade des États-Unis, 18, 
avenue Kléber, Paris. 

ViLi.iERS DU Terrage (Barou M.), 30, rue Barbet- de-Jouy, Paris. 



Le Gérant : Ernest LEROUX. 



MAÇON, PROTAT PRArES, IMPRIMEURS 



Digitized by 



Google 



Tomb V 

Ë.-T. Hamy. Les voyages du naturaliste Ch.- Alexandre Lesueur dans FAmé- 
rique du Nord, 1815-1837 (14 pi., 2 cartes et 14 fig.) 



DEIXIÈMK SÉRIE 



Tome [ 

L. DiGüET. Le Chimalhuacan et ses populations avant la conquête espagnole 
(3 pL, 2 cartes). — D'^ Rivkt. hlude^sur les Indiens de la région de 
Riobamba. — H. Froidevai'x. Nordenskjôld Araéricaniste. — L. Lkjeal.' 
Le Congrès de New- York. — L'exposition de la mission française de 
l'Amérique du Sud (2 pi.). — G. Marcel. Un texte ethnographique inédit 
du xvm* siècle. — R.. de La Grasserie. Les Langues de Costa Rica. — 
Eugène Beauvois. La Grande Irlande (I carte)- — Jules Humdert. 
L' « Archivo »> du Consulat de Cadix. — La première occupatioti allemande 
du Venezuela au . xvi*. siècle (1528-1556). — Henry Vignaiîd. La maison 
d'Albe et les archives colombiennes. — Désiré Charnav. Les explorations 
de Téobert Maler (2 fig.) 

Actes de la Société, — Nécrologie (Charles Maunoir; Thomas Wilson; Guido 
Boggiani ; John Wesley Powell; Tabbó Casgrain). — Bulletin critique. — 
Mélanges et Nouvelles, 



, Tome II 

Ed. de Jonghb. Histoire du Mechique, manuscrit français inédit du xvi® siècie 
(l'fîg.). — Lucien Adam. Grammaire de TAccawai. — E. Boman. Migrations 
précolombiennes dans le Nord-Ouest de TArgentine (!1 fig.). — L. Dmi'BT. 
Notes d'archéologie mixtéco-zapotèque (1 pi., 2 (ig.)- — M"*' S. Rink. Sur 
l'origine du mot « Ivàlâlek ». — D' Rivet. Les Indiens Colorados (5 pi., 
1 carte). — D"" W Lehmann. Les peintures mixtéco-zapotèques. — • H, FRomE- 
VAijx. Un épisode ignoré de la vie du P. Hennepin. 

Actes de la Société. — Nécrologie (Domenech, Baz, Nadaillac, Gravief, Qui- 
roga, Hiâstian). — Bulletin critique, — Mélanges et Nouvelles (IjCs Indiens 
Guatos par E. Monoyer, 1 carie; Deux « pierres d'éclair » du Brésil par 
E.-T. Hamy, ñg. ; L'histoire géographique et coloniale au Congrès de Stutt- 
gart par H. Froidevaux ; Anciennes sépultures indigène^ de la* Basse-Cali- 
fornie par L. Diguet, fig.; Rites phalliques, origines du théâtre et des sacri- 
fices liufrfains, ù Mexico, d'après le D' Preuss, par L. Lcjeal, etc.). 



Digitized by 



Google 



JOURNAL 

DE LA 

SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES 

DE PARIS 



SOMMAIRE DU NUMÉRO DU 15 AVRIL 1906 

TKXTK 

Sur une statuette mexicaine de la déesse Ivcuina (K.-T. H amy) 1 

Sophus Ruge et ses vues sur Colomb (Henri Vionald) 7 

Le Mixtécapan (Léon Digubti 15 

La plus ancienne ville du Continent américain, Cumanâ de Venezuela 

(Jules Humbkkt) 45 

Excursion aux Pyramides de San Juan Téotihuacan (M"* Jeanne Roux). 53 
Textes et dociiinents. Un mémoire du xvnr siècle, relatif au Texas 

(Haron M. ne N'illibrs du TKRRAGI^) 65 

Actes de la Société (année 1905) 77 

Nécrologie (Andrews, Chapman, Hatcher, Philippi, Stolpe, Saussure).. 93 

Bulletin critique 101 

Mélanges et nouvelles , 123 

ILLUSTRATIONS 

I>a déesse Ixcuina [collection Ribemont- Dessaignes J (planche hors texte). 4 

Fouilles de Téotihuacan (planche hors texte) 53 

Les voyages du D' Theodor Koch (planche hors texte) 134 

Un lépreux du Pérou Précolombien. Cas de « Lèpre Léontine »(pl.h. t.). 136 

Cprte du Mixtécapan 17 

Les communications concernant la RitlDACTION doivent être adressées à 
M. Léon LEJEAL, secrétaire, au siège de la Société, 61, rue de BufTon, Paris. 

Les demandes d ABONNEMENT ou de NUMÉROS ISOLÉS sont reçues à 
la Librairie Er?cbst LEROUX, 28, rue Bonaparte, Paris. 

Chaque numéro so rond séparémont 10 francs. — Abonnement d'un an : 20 francs. 

Un certain nombre de collections de la première Série du Journal est mis en 
vente au prix de 15 francs le volume in-4''. 

MACON\ PRUTAT FUBRBS, IMPRIMBURt. 



Reprod. fac-similé 
Paul Catín, Paris 



Digitized by 



Google 



IOS 



'■■**OiU) 



untar 



«4y 31 ,965 



JOURNAL 



DE 'i. A 



SOCIÉTÉ DES AMÉRIGANISTES 



DE PARIS 



NOUVELLE SÉRIE — TOME III — NUMERO 2 




AU SIÈGE DE LA SOCIÉTÉ 
61, BU8 i>K BurroN, 6L 



1906 



Digitized by 



Google 



PRINCIPAUX ARTICLES PARUS 

DANS LE 

JOURNAL DE LA SOCIÉTÉ DESAMÉRICANISTES 



DEUXIÈME SÉRIE \ 

TOMK 1 \ 

L. DiGUET. Le Chimalhuacan et ses populations avant la conquête espagnole 
(3 pi., .2 cartes). — D' Rivet. Etude sur les Indiens de la région de 
Riobamba. — H. Fboidevaux. Nordensk].6ld América niste. — L. Lkje.vl. 
Le Congrès de New- York. — L*ex position de îa mission française de 
TAmérique du Sud (2 pi.). — G. Marcbîl. Un texte ethnographique inédit 
du xviii* siècle. — R. de La Grasserie. Les Langues de Costa Rica. — 
Eugène Beauvois. La Grande Irlande (I carte). — Jbles Humbert. 
L* « Archivo ^ du Consulat de Cadix. — La première occupation allemande 
du Venezuela au xvi*. siècle (1528-1556). — Henry Vignaud. La maison 
d'Albe et les archives colombiennes. — Désiré Cuarnay. Les explorations 
de Téobert Maler (2 6g.) 
Actes de la Sociéîé, — Nécrologie (Charles Maunoir; Thomas Wilson; Guido. 

Boggiani ; John* Wesley Powell; Tabbé Casgrain). — Bullelin critique. — 

Mélanges et Noitvelles. 

Tome II 

Ed. de JofiGNB. Histoire du Mècbique, manuscrit français inédit du xvi® sièple 
(I fig.)'' — Lucien Adam. Grammaire de TAccawai. — E. Boman. Migrations 
précolombiennes dans le Nord-Ouest de l'Argentine (!1 fig.). — L. Digubt. 
Notes d'archéologie mixtéco-zapotèque (I pi., 2 ñg,). — M"* S. Rink. Sur 
Torigine du mot « Kâlâlek >». — D*^ Rivet. Les Indiens Colorados (5 pi., 
1 carte). — D' W. LeiImann. Les peintures mixtéco-zapolèques. — H. FRoms- 
VAUX. Un épisode ignoré de la vie du P. Hennepin. 

Actes Je la Société. — Nécrologie (Domenech, Baz, Nadaillac, Gravier, Qui- 
roga,Bastian). — Bulletin critique. — Mélanges et Nouvelles (Deux «pierres 
d'éclair » du Brésil, pai^ E. T. Hamy, fig. ; Anciennes sépultures indigènes 
de la Basse-Californie, parL. Diguet, l pi., etc. 

ToMi: 111 
Numéro du 15 avrit 1906. 

E.-T. Hamv. Sur une statuette mexicaine de la déesse Ixcuina (I pK). — Henry 
Vignaud. Sophus Ruge et ses vues sur Colomb. — Léon Digukt. Le Mixté- 



Digitized by 



Google 



LES INDIENS OUITOTOS 

Étade linguistique 
Par m. le D' Theodor KÔCH-GRUNBERG 



INTRODUCTION 

C'est sous la plume du D' Jules Crevaux que nous trouvons 
pour la première fois le nom de Ouitotos. Dans son* troisième 
voyage, ce courageux et savant explorateur visita Tlça et le Yapurá, 
affluents de gauche de TAmazonB et trouva établie sur la jive 
droite du haut Yapurá, une population très dense d'Indiens can- 
nibales- qu'il appela Ouitotos ^ S'il faut en croire les caries du 
célèbre voyageur, ces peuplades s'étendraient à peu près du 72® au 
77® degré de longitude ouest de Paris ^. Une grande partie de ce 
territoire était occupée du temps de Martius, et l'est encore aujour- 
d'hui, par les soi-disant Miranhas. Ce sont. des tribus féroces et 
anthropophages. On les reparût généralement en deux groupes prin- 
cipaux : les a Miranha-Carapana-tapuyo » qui habitent aux environs 
de la grande chute Ararakuára du haut Yapurá (75^) et les « Miranha- 
Uirauasú-tapuyo » qui sont établis sur le rio Cauinary, affluent de 
droite du Yapurá (73^30') ^. Les langues de ces deux groupea, dont 
Martius a eu soin de dresser des listes de mots, ne présentent aucun 
signe de parenté entre elles *, et sur sa carte Crevaux indique le 
premier groupe, celui de la chute Ararakuára, par les mots: 
« Indiens Ouitotos anthropophages (Miranhas) » et le second, 
celui du Cauinary, par les mots : « Ouitotos ou Miranhas » ^. 

Quant au terme « Ouitoto » lui-même, ce n'est pas à proprement 

1. J. Crevaux, Voyages dëns V Amérique du Sud, p. 368. Paris, 1883. 

2. J. Crevaux, Fleuves de V Amérique du Sud, Yapurá, Paris, 4883. 

3. Martius, Beiir&ge zur Ethnographie und Sprachenkunde Amerikas zumal Brasi- 
liens, I, p. 534-537. Leipzig, 1867. 

4. Martius, Beiirâge, etc., II, 277-281. 

5. Crevaux, Fleuves, etc., Yapurá, F"« 5 et n*« 7. t Marinhas »est une simple faute 
d'impression pour « Miranhas ». 

Soeiélé des Américanistes de Paris. Il 



Digitized by 



Google 



158 SOCIÉTÉ DBS AyÈRICANiSttô DE PARIS 

parler le* nom d'une tribu, maia plutôt un sobriquet. Il est 
emprunté au vocabulaire des tribus caraïbes de la rive gauche du 
Yapurá et signifie « ennemi », comme déjà Crevaux Ta fait remar- 
quer *. Les relations du voyage de Crevaux, ainsi que beaucoup de 
noms de localités indiquées sur la carie '^, montrent que sur le haut 
Yapurá il avait engagé comme rameurs des ** Carijonas » (c'est-à- 
dire des Caraïbes). Ceux-ci ne manquaient pas de lui indiquer 
toutes les localités dans leur langue. C'esl ainsi que les cannibales 
de la rive droite, qui vivaient en hostilités continuelles avec eux, 
reçurent tous indistinctement le nom de Ouitotos « ennemis ». De 
tout cela, il ressort que Crevaux comprend sous le terme générique 
de Ouitotos un ensemble de peuplades de langues diverses, parmi 
lesquelles les soi-disant Miranhas de la chute Ararakuára et du rio 
Cauinary , qui à cette époque étaient les ennemis mortels — « ouito- 
tos » — de leurs voisins les Caraïbes et qui le sont encore aujour- 
d'hui; car dans son « Vocabulaire Français-Roucouyenne, » Crevaux 
dit expressément : a Les Miranhas du Yapurá sont appelés par leurs 
voisins a Ouitotos ^ ». Ainsi s'explique de même coup l'extension 
colossale que prennent les «- Ouitotos » sur les cartes de Crevaux. 
A l'heure actuelle, on désigne sous le nom de Ouitotos un certain 
nombre de peuplades qui parlent des langues apparentées entre 
elles et qui occupent les régions encore peu explorées comprises 
entre le haut Yapurá et l'Içà, et surtout le Rio Carapaná et l'Igara* 
paraná, affluents de gauche de l'Içà. Quelques-uns d'entre eux se 
sont mis au service des Péruviens et des Colombiens pour l'exploi- 
tation du caoutchouc. Cela ne les empêche d'ailleurs pas d'être des 
cannibales passionnés. La population totale se monterait à 



1. Crevaux, Voyaffe$, etc., p. 368 : « Le mot « ouitoto » signifie « ennemi» dans la 
langue des Carijonas et des Roucouyennes. Ces indiens se désignent en<r« «tidjsousle 
nom deu macoutchi, macuchi ». Les Galibis appellent « ennemi » m toto, itoto, eito- 
to n ; (Ifartius, BeUrêge, etc., IÍ, p. 340) ; de môme les Roucouyennes et Trios (Crevaux 
dans Bibliothèque Linguiêtique Américaine, VIII, p. 8, 39. Paris, 1882). Les Trios 
appellent leurs voisins et ennemis les nègres Yuka : « i-toto » « mijn vijand » 
(A. Franssen Hcrdersciiee : Verslag der Tapanahoni-Expeditiej p. 129. Leiden, 1905). 
Les Bakairiappellent le jaguar u utoto » (K. v. d. Steinen ; Die Bakairi-Spraehê^ p. 36. 
L^ipsig, 1892). Les Ouitotos-Kàimç qui n*ont rien de commun avec ces dialectes 
caraïbes, donnent le nom de a uidódo » au grand moustique (cf. le Vocabulaire qui suit). 

2. P. e. M Kinoro » arara. Rapide « Ouoto Tehuru » Pierres du porc, etc. 
S. Bihiioihèque Linguiêtique Américaine^ VIII, p. 8. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 






o 

. i- 

o 

H 
P 
O 

:z 

M 

Q 
Z 



"A 

Z 



Í 



O S 

Î1 



3 








Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



a; 



^ 

;:>* 



2 ^ 

o z 

^ c 






<-o 



Digitized by 



Google 



LKS INblKNS ÜLITOTOS 159 

20.U00 âmes au moins'. On s'iinagine bien qu'ils n'aiment pas 
beaucoup le nom de « Ouilotos » que leur donnèrent d'abord leurs 
voisins du Nord et ennemis, les Caraïbes, et après ceux-ci les 
Colombiens. Ils n'ont pas de terme générique pour désigner Ten- 
semble de leur pays, mais s'appellent loujoui*s du nom de quelque 
tribu particulière comme Kàitnçy Hairtiya, YàhenCy Kottihene, Sfue/ii, 
Itbçki^^^ Af^tlyç, Bodyánisai, Uiyôkoçy Kânieni, etc. -^ 

L'année dernière, au mois d'avril, me trouvant dans une colonie 
colombienne du bas Apaporis, le plus grand affluent de gauche du 
Yapurá, j'eus le plaisir de faire la connaissance de quelques indivi- 
dus Ouitotos, deux hommes et trois femmes. Ils appartenaient à 
des tribus différentes, mais pouvaient très bien s'entendre en par- 
lant chacun son idiome propre (pi. V et VI, figures 1, 2, 3). 

Physiquement, ces Indiens sont très différents de leurs voisins. 
Ils sont en général de petite taille, mais bien proportionnés. Ils 
ont la peau foncée et la forme de leur visage rappelle celle du nègre. 
L'état de leur civilisation est inférieur à celui des autres peuplades 
de ces régions, ce qui ne les empêche pas peut-être d'avoir perfec- 
tionné d'une façon remarquable le tambour de signal. 

Je réussis à recueillir un vocabulaire de la langue des Káime. 
Mon auteur Ouitoto, ^^ Benjamin, » parlait bien l'espagnol; quoi- 
qu'il eût le visage peint en rouge, il se sentait déjà trop civilisé 
pour se laisser photographier sans chemise (figure 1). De -plus, 
j'obtins de mon compatriote M. E. Berner d'Aalén (.Wurtemberg) 
représentant de la maison colombienne « Calderón Hermanos » 
sur rigara-paraná, une petite collection de mots et de tournures 
de phrases d'un dialecte étroitement apparenté au Káime. 

Par suite de l'ignorance complète dans laquelle on se trouvait 

1. Theodor Koch-^vdnhergiZeUschrifl fur Ethnologie, XXXVIII, p. 188, Berlin, 1906; 
▼on Hassel : Boletín de la Sociedad Geográfica de Lima, Tomo XVII. Lima 1905. « Las 
tribus salvajes de la región amazónica del^Perú » p. 40: « Huitotos. Gran tribu ue 
20 à 25.000 almas, que se compone de numerosas subiribus : tiene su morada á lo 
largo del Alto Putumayo ó Icé y de la región entre este rio y la del Yapuri y por 
la derecha hasta las inmediaciones del rio Ñapo. La mayoría de los Huitotos son 
inclinados al trato con los blancos y trabajan varios miles en servicio de ellos en 
la extracción de goma. Sus armas son lanzas y rompecabezas, y hachas de piedra 
entre uñad subtribus del centro. Tienen idioma propio. » 

2. « th » comme en Anglais. 

3. L'orthographe de ces noms est la même que celle de mon vocabulaire. 



Digitized by 



Google 



16U SOaÉTÉ DES AMÉRKiANlSTKS DE PARIS 

vis-à-vis de la langue Ouilolo, on a rattaché communément celle-ci 
au groupe caraïbe. En réalité, elle n'a rien de commun avec ces 
langues, pas plus qu'avec quelque autre des groupes linguistiques 
connus de l'Amérique du sud. On serait sans doute plus près de la 
vérité si on rattachait les différents dialectes parlés dans la région 
des Ouitotos à un groupe linguistique nouveau pour lequel j'ai pro- 
posé le nom de groupe Ouitoto ^ 

Nous reconnaissons une langue du groupe Ouitoto, mais forte- 
ment mêlée d'éléments étrangers, dans la langue des soi-disant Ore- 
jones dont Castelnau ^ recueillit un vocabulaire sur le haut 
Amazone (Marañon). Les Orejones qu'il rencontra dans le village 
Oran et sur l'Ambyacu, affluent de gauche, étaient paisibles; mais 
ceux qui habitaient l'intérieur des terres, entre les rivières Iça- 
Putumayo et Napo, formaient une population dense, sauvage et 
cannibale. 

Ce sont les Espagnols qui leur appliquèrent le nom d'Orejones. 
Il faut en chercher l'explication dans la coutume qu'avaient ces 
indigènes de se percer les lobes des oreilles et de les allonger outre 
mesure par l'introduction de pendants. Ils étaient de petite stature, 
mais paraissaient avoir Tintelligence vive, surtout pour apprendre 
les langues étrangères^. J'ai comparé au vocabulaire Ouitoto-Káime, 
recueilli par moi, quarante-huit mots du vocabulaire de Castel- 
nau ^. Plus de la moitié de ces mots témoignent d'une étroite parenté 
entre ces deux langues. Je reviendrai sur ce point à la fin de cette 
étude. 

Sur tout le cours moyen de l'Içâ (du 74® au 77® degré de longi- 
tude ouest de Paris), Crevaux indique comme population delà rive 
droite, les Orejones anthropophages. Ceux-ci sont donc les plus 
proches voisins des Ouitotos modernes et peut-être même se con- 
fondent-ils en partie avec eux. C'est du moins ce que m'affirmèrent 
les Colombiens au sujet de quelques tribus Ouitotos qui, au moyen 
de pendeloques en bois, s'allongeaient les lobes des oreilles jusque 

1. Koch-GiQnberg, ZeiUchrifl fur Ethnologie, XXXVIU, p. 189. 

2. Francis de Castelnau, Expédition dans les parties centrales de V Amérique du 
Sud. V. p. 294-295 ; 6-14. Paris, 1851. 

3. Castelnau, Expédition, etc. V. p. 6, 8.' 14. Les Ouitotos aussi sont des hommes 
petits, très intelligents et très malins^ 

.4 Castelnau, Expédition, etc. V. p. 294-295. 



Digitized by 



Google 



LES IXDIKNS OUITOT08 161 

sur les épaules. Des noms « Orejones » et a Ouitotofi », Tun n'est 
pas plus significatif que l'autre. 

Nous ne pouvons regretter assez vivement que Crevaux * n'ait 
pas tenu à nous donner des échantillons de la langue de ses Ore- 
jones et que nous restions toujours dans Tignoranoe des tribus du 
rio Içâ-Putumayo et des langues qui s'y parlent. 

Comme languequi offre une parenté loin taine avecleOuitoto-K^àime 
nous citons celle des Miranha-Carapana-tapuyos qui habitent 
près de la chute Ararakmira du Yapurá et que Crevaux lappelle 
aussi Ouitotos. Quant à l'idiome des Coërunas, tribu qui étMi 4éjà 
sur le point de s'éteindre à l'époque de Martius et dont quelques 
débris habitaient près du Miriti-parana, un affluent d& gau^^s du 
Yapurá ''^, il ne présenle que des rapports très éloignés ave^ le Oui- 
toto-Káime, et ce n'est que sous les plus grandes réserves que je 
propose de le rattacher au groupe Ouitoto ^. 

1. Crevaux, Fleuves, etc. Iça. 

2. Le Miriti-parana se déverse dans le Yapurá un peu en aval de TApaporis. 

3. Martius, BeUràge, etc., II, p. 273-2'7 5, 277-279. Martius décrit ces Coërunas comme 
des hommes petits, forts, de couleur foncée, ayant le visage large et d'une expres- 
sion peu agréable. Cette description peut s'appliquer en tous points à nos Ouitotos 
modernes. 



Digitized by 



Google 



INDICATIONS PHONÉTIQUES 



Voyelles : 

a^ i = comme ep français. 

= ouvert. 

// = comme « ou » français. 

< = un ¿ palatal antérieur, ressemble à Vu anglais dans wbut». 

{ z= e fortement guttural, ressemble à Vô allemand très guttural, 
« eu » français. (Berner transcrit ce son par un e ou par un i 
ou par un u allemand (en français « ou »)). 

ç = e très ouvert à peu près comme Va allemand et V « ai » ou IV 
français dans <c père ». 

a = a long. Quand la barre manque, les voyelles se prononcent plus 
ou moins brèves. 

à = accent du mot. 

¿, j = nasalisés. Les nasalisations sont rares. 

Ü = (seulement chez Berner) = n français. 

y = la consonne de /, comme l'anglais^ dans « youth ». 

( ) =z= les voyelles placées entre parenthèses s'entendent à peine. 

Toutes les voyelles finales reçoivent un son guttural. 

Les diphtongues « ai, au, oi » comme en allemand. 

a( = se retrouve surtout à la fin des mots pour indiquer une pronon- 
ciation très contractée, de même ui. 

Les consonnes : A, d, k, tn, n\ r, 5, / se prononcent comme en français. 

g = comme en allemand. 

p = manque. 

Y = fricative gutturale douce, à peu près comme le g anglais dans 
« good » . 

^ = fricative gutturale postérieure un peu plus douce que le ch alle- 
mand dans « Nacht ». 

^ = cA allemand dans « nicht ». 

h = h allemand dans « haben ». 

h = h fortement guttural, comme l'espagnol ; . 

i = son intermédiaire entre / et r, ressemble au i polonais roulant. 

f =r son intermédiaire entre />, /et h comme un/ très doucement aspiré. 
(Berner transcrit toujours cette consonne par une simple /.) 



Digitized by 



Go( 



LES INDIfCNB OLTTOTOS 



163 



^ = y français dans « jeter ». 

ñ (seulement chez Berner) = comme en espagnol. 

u; (seulement chez Berner) = «/ anglais dans « water ». 



l'* PARTIE 

Vocabulaire de la langue Ouitóto-Káiiiif. 
(Recueilli par le D' Theodor Koch-Grûnberg dans TÀpaporis inférieur, 

Mars-Avril 1905.) 
A. — Parties du corps, Maladies. 



(g(ttl. 


langue. 


r^k^^ 


cuisse, fémur. 


?«if, 


bouche. 


yaidai. 


tibia. 


^ufitiio, 


lèvre supérieure. 


ou aussi 




iii)sif. 


dent. 


^aike. 


os. 


dó^. 


nez. 


idai. 


jambe. 


dófoi^o, 


narines. 


taisiki, 


genou. 


ííWf, 


œil. 


takfra^y 


jarret. 


Hnàbf. 


oreille. 


h^{d)yi, 


pied. 


do^runio. 


perforations des 


hiç{d)y(môdo. 


dos du pied. 




ailes du nez. 


hi({d)y(hèrai, 


plante du pied. 


doi^ófoiga. 


perforation de la 


h^ikoi. 


orteil. 




cloison nasale. 


h^^kobçda, 


ongle des orteils 


oyiko. 


front. 


i±sido, iysfdo 




(X^àgÇy 


tête. 


ou 




(X9àtif, 


cheveux. 


'x^^yf. (vM^yî^ 


mollet. 


uiyikaibf, 


sourcils. 


nehulOy 


tendon du pied. 


uigÇiy 


cils. 


çmodo. 


corps. 


oiifyoki, 


barbe. 


hamàhaidç. 


cadavre. 


húfdya^, 


poils du pectén. 


kftna{y)o; kfnm-o, 


cou. 


kákOfy 


joue. 


k{nui[-()o iysira. 


le cou entier. 


átnoiho, 


menton. 


kuç k(ma{y)o, 


mon cou. 


ffkànigo. 


épaule. 


k(maib(k^. 


nuque. 


stmi, 


tempes. 


liray^kç, 


gorge. 


ro{x)ká^k(. 


creux de Taisselle 


^ékanikOy 


omoplate. 


ro{x)kàfokanayosia 


» poilsde Vaisselle. 


kfraiko, 


côtes. 


natihçnihiy 


bras. 


hôgob^. 


poitrine. 


dag({d)yida, 


coude. 


monoi. 


mamelon. 



Digitized by 



Google 



164 



SOaÉTÉ DBS AMÉRICAMSTES DE PARIS 



àno{d)yi. 


main. 


mbnoiy 


sein. 


<mi{d)yifnâdo, 


dos de la main. 


çmodo. 


dos. 


(mi{d)y(h(rai. 


paume. 


(modoi-¿kai. 


côte vertébrale. 


ónokoij 


doigt. 


kèiù 


ventre. 


onóka^koi, 


pouce. 


mota y 


nombril. 


uidâhodyâkaçy 


index. 


Siiihy 


bassin. 


midaikaçj 


majeur. 


h(roi, 


membre viril. 


^kçikat, 


annulaire. 


hfroi<^(y 


gland. 


Hsidfjkoi^ 


auriculaire. 


héroihigoiy 


prépuce. 


onóhobfy 


ongle (des doigts) 


hin^i. 


scrotum. 


hln{g(, 


testicules. 


bodyçrakalsaikiy 


urine. 


?ito, 


membrum 


¿nùra, 


sueur. 




muliebre. 


fya;^ay 


larmes. 


slra^^ 


vagin. 


bódyiy 


excrément. 


<fÍtÓffU(, 


lèvres. 


nàtk^. 


cerveau. 


tiàUf, 


clitoris. 


bórinyOy 


morve. 


fioi. 


anus. 


^ridfy 


graisse. 


¿yaiki; fyaikf. 


os. 


hámedfy 


pet. 


d(e. 


sang. 


d(ga, 


plaie. 


n({i)guio, 


artère. 


bô^edyanom^ino y 


cicatrice. 


onédy^guidya, 


pouls. 


himuidOy 


pus. 


hs(do. 


chair. 


d{fisa{y df^isfdaç' 


une maladie des 


n{{±)guio 




Màaiay 


orteils. 


ou 




isikOy 


bec. 


tt{{i)guibaç. 


tendon. 


âmâkaçy 


queue (chez le 


nar(hçnik(, 


muscle du bras. 




chien, Toiseau, 


banók(y 


foie. 




le poisson). 


bâsahe, 


poumon. 


«i/f, 


aile. 


t(ro5iy 


estomac. 


(yaibiy 


plume. 


hibço, 


intestin. 


n^kôbfy 


nageoire. 


tuai. 


salive. 




« 




B. — Éléments et natire. 




hàçnoiy 


eau. 


^{mùnay 


saison sèche. 


çnimanç, ¡nimanç^ 


fleuve. 


niónaide. 


jour. 


%, 


ruisseau. 


ná{-f)o ; ná-Oy 


nuit. 


hôrai. 


lagune, 


hafbaka, haibaka. 


matin. 


nó^uiko, 


rapide, chute. 


foçtispy 


midi. 


rikç, 


feu. 


na{y)uidçy na-utdçy 


soir. 


o{i)dy(g(. 


fumée. 


fftÙy 


lune. 



Digitized by 



Google 



LBS INDIENS OUITOTOS 



165 



rkt^ 


bois (à brûler). 


*< nófuih » 


qui signifie 


kàkf. 


charbon. 




« montagne 


mSnuy 


ciel. 




et rapide m). 


dfisaidf. 


pluie. 


ffuikçua, 


nouvelle lune. 


ip%rf. 


vent. 


tai^d{, 


pleine lune. 


t^ridf, tfblritf. 


éclair. 


i^itaiju^ia. 


éclipse lunaire. 


gárutf, 


tonnerre. 


^fuin^nidfj 


écl^>sè solaire. 


yolio, ám^, 


arc-en-ciel. 


ckúto. 


étoUe. 


(« àmfo » = 


double arc-en- 


monaíraxkutu, 


étoile matinale, 




ciel). 


isikp^ 


constellation 


hitómUj 


soleil. 




(probablement 


blgu, 


ombre. 




« la Colombe»). 


dauidtiidçj 


année. 


soiigilii, 


constellation 


rasídfidyá^ 


saison des pluies. 


• 


(probablement 


nâ(y)o. nà-o, 


chemin. 




« le Lion ».) 


nó^uiho. 


(cf. rapide), 


úkui. 


Pléiades. 




montagne. 


(ftffy 


sol. 


hásik(j 


forêt. 


okáb({i)tuiu. 


argent. 


ii^; h90, 


. caverne. 


iÍL90\h^y 


trou. 


fnayókf, 


île. 


ra(<fúo(ya^, 


fosse. 


fcfiíyfic, 


sable, banc de 


{ra{^. 


enterrer). 




sable. 


Okàbf, 


monnaie. 


nó^uíki. 


pierre. 

(LV final 

distingue ce 

mot de 







C. — Habitation, Ustensiles, Armes, etc. 



kfnaiy 

çîrf, 

k(rfga(y 



fmfràkotaj 



ràïko, 
(dyt. 



maison. 


sina; 


hamac. 




filet. 


slnayeg 


grande corbeille 




portée par les 




iemmes. 


fogósiy 


boyau tressé pour 


hpfta^ 


comprimer le 




manioc. 




bouilloire. 


hus(do, 


plantage. 


yàiko. 



lance empoison- 
née. 

carquois pour les 
lances empoi- 
sonnées. 

hameçon. 

(espagnol : esco- 
peta), 

fusil. 

poudre. 

lacet qui soutient 
le devantier. 



Digitized by 



Google 



166 



SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 



sf(ragobç, 


port. 


ttlfSiipj 


pagne. 


yaúffna, 


hache. 


{tówi, 


peigne. 


yau^^of, 


couteau. 


Stbç, 


foyer pour le 


nôhaçy 


canot. 




manioc. 


bagà^, 


rame. 


toHkçi, 


fifre. 


sfguiko, 


arc. 


iatî^akuij 


flûte. 


hâra(, 


flèche. 


(^irisai, 


grelots attachés 


Ng(. 


massue. 




au pied. 


hâda^ 


sarbacane. 


yàçnikçy 


coifFure en 


hàra{j 


petite flèche 




plumes. 




empoisonnée 


saisáhayuj 


danse. 




(cf. flèche). 


[saidf, 


ils dansent). 


f^râ{d)yffOç, 


carquois. 


hôoi. 


grand tambour de 


W{Xç(w, 


poison pour 




bois pour faire 




flèches. 




des signaux. 



D. — Homme, Famille, Vie soqale, etc. 



tima. 


homme. 


rlnoy 


femme. 


kômfttç. 


gens. 


hitàihUo, 


jeune fille. 


fima. 


homme (mâle). 


Usa, 


fille. 


mèlaf. 


père. 


ku^hisa, 


ma fille. 


i(i)ki> 


mère. 


ôhisa. 


te fille. 


úiuf, 


enfant. 


hisaima, 


oncle. 


bítooy 


fils. 


ÚSU, 


tante. 


kufhitoo^ 


mon fils. 


ofkçsa, 


vieillard. 


góro, 


nourrisson. 


oiJ^no, 


vieille femme. 


hàbisfiritfj 


garçon. 


mdgatna, 


grand-père. 


kónirufy 


jeune homme. 


hàino, 


grandmère. 


ârnûy 


frère. 


idyà^ma, 


chef. 


ku4 ama, 


mon frère. 


rakúdya, rakút^a, 


blanc. 


mirfno, 


sœur. 








E. — Médecine. Religion. 




áima, 


médecin magi- 


husiniamui, 


dieu (héros de la 




cien. 




tribu). 


yira. 


tabac. 


tai(g)fino, 


esprit. 


yirabi, 


sauce à tabac. 


^or^no, 


fantôme (âme des 
défunts). 



Digitized by 



Google 



LES INDIENS OUITOTOS 



167 





F. -^ Mammifères. 




MPUiy 


singe. 


tn^ro, 


petit sanglier. 


iyu. 


stentor, singe 


(imo^ 


grand sanglier. 




rouge. 


yàinOj 


bradype. 


huitàkuiftOj 


chauve-souris. 


hfmi, 


Lagoihrix olivá- 


hfko, 


jaguar. 




ceas. 


hiâiçma^ 


cerf. 


kh. 


Callithrix cu- 


hitoiokçno, 


loutre. 




prea. 


tsátuma, 


tapir. 


irçno, 


tamanoir. 


(l^haino^ 


Hydrochoerus 


kaüadyoj 


chien. 




capivara. 


min^, 


rat. 


yau^troi, 


paca. 


mf^ui, 


agouti. 


9Íto, 


agouti. 


n^çnoj 


tatou. 






bainànio. 


grand tatou. 




G. —1 


Oiseaux. 




hm^ 


oiseau. 


çaifûito, 


Harpia ferox. 


h(gi. 


œuf. 


nókoy 


canard. 


Ijiidyafy 


nid d'oiseau. 


úkñgi. 


pigeon. 


ffa. 


ara. 


átaua. 


poule, coq. 


?aiUsfy 


perruche. 


^ído, 


Oriolas spec. 


kéçdo, 


perroquet. 


{d)y^p. 


inartin-pécheur. 


inogôf^, 


Pèittacus hyacin- 


ino,. 


urubu noir. 




thinuSy Macro- 


utúainOj 


urubu blanc. 




cercas. 


nokaidoy 


toucan. 


{b) akfta, ^ 


wakfta^ agami. 


fisfdoy 


colibri. 


àX9àH. 


hocco. 


mârusu, 


Nyciibias spec. 


9^r{b^i. 


CraxUrumutum. 


m(nt^ 


héron blanc. 


(gui. 


Penelope Marail. 


kótoma, 


perdrix. 


tnuidokfj 


Penelope cuma- 


ytriQjiymo, 


petite hirondelle. 




nensis Jaçq. 


hifi()kâkano, 


caciio (portugais 




H. — Poissons, Reptiles, BATRAaENs. 


yàsiii, 


poisson. 


too. 


gymnote. 


tfgàkoç. 


arêtes. 


núiOy 


serpent d^eaXi. 


karçbe 


raie. 


oino, t(kçio. 


grenouille. 


bust. 


souroubi. 


yàgçma. 


Bagras reticala- 


fmtno. 


piraigne. 




tas Kner. 



Digitized by 



Google 



168 


SOQÉTÉ DRS AMÉR1CAN1STB8 DR PARÍS 




ná(¿)ma, 


alligator, 


tffúbfnOy 


pacou. 




caïman. 


âmima. 


Corimbata spec. 


mptino. 


tortue. 


iâma, 


Erythrinus spec. 


núio. 


serpent. 


Uuána, 


Cophias atrox. 




I. — Insectes, etc. 




kârof. 


termite. 


omógCy 


Cryptocerus 


fnikf. 


piaô. 




atraías. 


uidódo. 


moustique. 


disfra. 


•moustique de 


dikyti, 


Atta spec. 




jour. 


(mokf. 


abeille. 


gónani, (sinoç^ 


Ixodes spec. 


gii^f 


abeille. 


(boç, 


pou. 


risi. 


sauterelle verte. 


ffùiràda, 


puce. 


fiado. 


sauterelle d*un 


(b^kftto, 


araignée. 




brun noirâtre. 


(kôsç. 


écrevisse. 


ún(k(. 


guêpe. 


bir^y 


maringouin. 


titfk. 


papillon. 


árodyf. 


puce pénétrante. 


mtíu)dya(. 


Tabanas. 


akaido. 


scorpion. 


n^ikfno. 


Atta cephahtes. 


^(sio. 


scolopendre. 




K. — 1 


Plantes. 




am^. 


arbre. 


kàhuna^ 


arbre à caout- 


ràb{\ 


feuille. 




chouc. 


«àffiOf, 


branche. 


ka^u. 


pâte de caout- 


am^igof. 


écorce. 




chouc. 


tífkÚtO, 


racine. 


hls{rf, 


arbre gonmiifère. 


((do. 


épine. 


nanókf, 


roucou, rou$ou- 


riàraç. 


fruit. 




yer. 


bidyai. 


maïs. 


nfmàbuj 


calebasse. 




(fruit mûr dun 


húiofj 


Palliniap innata. 




jaune rougeâtre). 


k(ico, 


Liana. 


bfdyádo. 


maïs (encore 


nftta, 


Palmier(Euterpe) 




blanc). 


dóiina. 


— [Iriartea ex- 


b(dydgro. 


pédoncule de l'épi 




orhiza). 




de maïs. 


blagtna^ 


— ^ {Iriartea wen- 


hodyfsflf. 


manioc. 




tricosa). 


furinya. 


farine de manioc. 


*^» 


— [Maaritia fie- 


Sóbf, 


cassave. 




xaosa). 


i. lU appellent 


de même le papier. 







Digitized by 



Google 





LES INDIENS 0UIT0T08 


16 


¿godo. 


banane. 


n<x)kiro, 


— {Astroca- 


rfyif, dúnat. 


patate. 




ryum). 


hákaif, 


cara. 


hintfnay 


— (Guilielma 


Wñf, 


coca. 




speciosa). 


hi<fis(i. 


piment. 








L. - 


- Numération. 




dáhf. 


un. 


ip'Ciyf^ Í(iÍLd{^ 


beaucoup. 


m^nabf, 


deux. 


h(uid(. 




dahfánutni^j 


trois. 


Ôruidf^, 


plein. 


úah(, 


peu. 


nâhfii, 


tout. 






dama, dàntahai, 


seul. 




M. 


— Pronoms. 




tóf, 


moi. 


baifnak(. 


celui-là. 


¿, 


toi. 


náisa, 


même. 


bányffnaj 


lui. 


h(aintah(, 


autres. 


n(a)ainifw, 


elle. 


ku^uiko, 


mon arc. 


káf, 


nous. 


ósfguikoy 


ton arc. 


ómf, 


vous. 


artiós(guiko, 


sonare. 


haiómt. 


allez ! vous ! 


kdçho^j 


notre maison. 


naimakf, 


Us. 


omófho^j 


votre maison. 


bisa, 


celui-ci. 


naimakçho^j 


leur maison. 




N. - 


- Adjectifs. 




á(í)dyu(, 


grand. 


W(^OyMf*f, 


malade. 


btsidf. 


petit. 


aidyohi(d)yó' 


(ahi ! je suis ma- 


ài(.-Ùk. 


haut. 


ftfdçkfy 


lade). 


anàidf^^ anái(x)df 


en bas. 


hàmàdf. 


mort. 



i. NumératioQ recueillie d'ua Indien Ouitoio-Séuçni : 

1. ddkfdf, ^ 

2. tnfnçdf. 

3. dahfdmani. 

4. nagàmaganù 

5. di&fkuiro. 

6. fnfffjfçikuirodamffuaidf, 
10. nága^^kuiro. 

Cf. la numération recueillie par M. E. Berner. 

S. G>nUeni probablement le mot : « ¿(t)^, ifdf^ idf =« il y a, c'est, il est. n 

3. Contient probablement le mot : « idf^ K'/Ù^f = *< >1 y a» c^est, il est ». 



Digitized by 



Google 



470 


SOCIÉTÉ DKS AMÉlClCANWTliS bB PAHiS 




h^ç. 


profond. 


uhiih), 


aveugle. 


àkhf. 


long. 


kakànçdfkf'^, 


sourd. 


á(i)dyuf, 


large. 


sônaidç^y 


muet. 


^r^ioUk\ 


gras. 


mal^pçmare. 


c'est beau. 


yçkinaK±)dç\ 


maigre. 




est-ce beau ? 


yàffai. 


lourd. 


^aainino' 


je suis fatigué, 


^goha, 


léger. 


komuidçkç. 


je ne puis pas j 


bâkarfy 


très gros. 




avancer. 


ffáeg(ha, 


droit. 


taidya(taid{^ , 


paralysé. 


nffidç, 


rond. 


ttatfiokçnOy 


enceinte. 


rosira^ 


froid. 


ináí{h(, 


bon. 


usiraj 


chaud. 


ràainçdfy 


mauvais. 


n^itdf'. 


sec. 


idyàitçtçy 


lâche. , 


yinaira. 


humide. 


iik{Udf'y 


1 


soràdf, 


pourri. 




1 




0. - 


Couleurs. 




us^rûy 


blanc. 


nont'i(y 


i*ouge. 


hitáid(j 


noir. 


ifiôkola, 


bleu. 


hitçra. 


obscur. 


nâ^upmokolay 


vert. 


kldyçdf, 


sale. 


(gid{, 


jaune. 




P. — 


Adverbes. 






1. 


Temps. 




ná((^aiy 


hier. 


hàrirfy 


aussitôt, vite. 


ba{naç<^iy 


avant-hier. 


hárühári! 


vite ! vite ! 


haçbaka, 


demain. 


harirçatç 1 


apporte vite ! 


iaha^aka 


après-demain. 


manya manya 


en avant ! cou- 


hifoi^ 


aujourd'hui. 


harirf! 


rage! (exclama- 


i(fèd(, 


toujours. 




tion pour exci- 


hàbi, 


maintenant. 




1er). 



1. Contient probablement le mot : « û/f, î(x)/f, iCAVf =^ « Ü y a, c'est, il est ».. 

2. Forme verbale = je n'entends pas. 



Digitized by 



Google 



LES iNblENS 0UIT0T08 



171 



2. Lieu. 



9^k(ha, 


k droite. 


hfnâhobçi, 


en arrière. 


bçno, 


ici. 


(Tohçbçi, 


devant. 


bfinómtf. 


là. 


fnihçhçko, 


derrière. 


iá(r(i; yá(r(i, 


près. 


hô^ (mÔdotnOj 


sur la maison. 


bá(ii±)tf 


loin (= il est 


api^nauiko^ 


au sommet de 




loin). 




l'arbre. 


bflnomohai ! 


va par là. 


anàhfbçi. 


en dessous. 






hô^ h^flmOy 


à rintérieur de la 


bainomori bttf 


il vient de là. 




maison. 






hinohai 1 


sors ! 


(ritohali 


avance! 








3. Affirmation. 




hi;htb(, 


oui. 


h^niarf^ niaiorf. 


peut-être. 


yábf. 


non. 


l^nfdfk^y Hdfutarf 


qui sait ! 



Q. 



Verbes et phrases. 



airç^f 


travailler. 


ax^àd^k^ 


je bâille. 


bax9Írfk(, 


respirer. 




donner. 


à^akuida, 


lève-toi! 


ku^haistyç. 


je donne. 


u^ridfj wfridf, 


coïter ! 


noitabairitf, 


enfanter. 






ha(a)hlnólnt(, 


naître. 


kuffiftanf hàrir( ' 


/ viens vite. 


haÎkoçd(y 


aller. 


nabaidfkf, 


je prends un bain . 


yinotf, 


saisir. 


h(ta, 


toucher. 


9ào\ 


battre. 


màf, 


Uer. 


kakàdçkfy 


j'entends. 






kakâta^y 


entendre. 


inoil 


reste! 


aimçtaid(k{j 


j'ai faim. 


tàfrtfj úsitUj 


brûler. 


t{ttd(kf, 


je tousse. 






bodyisaidçk( 


je chie. 


r^fuáí^ií 


apporte du bois ! 


àçdckf, 


je mâche. 


r(g(àt(l 




^uindfy 


lutter. 



i. Se dit à une femme avec laquelle ou désire avoir des rapports d'intimité. 

t. Signifia probablement : c tu bata ». 

3. Signifie probablement : « tu entends » ou m tu as entendu ». 



Digitized by 



Google 



172 



SOCIÉTÉ DES AMÉr'CAMISTES OK PARIS 



komfkç ol( Uiaudçkç penser =^deinaiv 


kii^ya, 


je viens. 




der le cœur. 


âhaidfy 


grimper. 


ka^ui^^ 


manger. 


^áka. 


coûter. 


ka^uisahait 


mangeons ! 


hórotayidey 


ramper (se dit 


uaidf, 


tomber. 




d'un petit en- 


uald{k(y 


je suis tombé. 




fant). 


okamisa uaia 2, 


ta chemise est 


raçnâtaxd^j 


ramper (quand 




tombée. 




l'enfant peut 


hàisidç, 


rire. 




déjà s'asseoir). 


^uaû 


faire. 






^âd{, 


moudre. 


ràdado ku^ 


je te bats. 


hfrid^. 


peindre. 


^àuadç. 




asfridf, 


étemuer. 


o^oma ^ia. 


l'oiseau vole. 


bodyirakalsaïkf^ 


pisser. 






iûtukodçkfl 


je dois pisser. 


iyftua, 


le ruisseau coule. 


s(tótad{j 


tirer du fusil. 


nófuiko (tatç^^ 


le , rapide est 


sçkuidfy 


tirer de Tare. 


nófuiko fâira^ 


rapace. 


hUdf. 


nager. 


ha(màtaçdçk(dbrç. 


je me réjouis. 


àri-id^, 


parler. 


hiidyyèfifdçk, 


je sens des dou- 


àriidçkfj 


je parle, 




leurs. 




je m'entretiens. 


i(d)yuin{idçkçy 


je crains. 


nyhtàdf, 


flairer. 


haka iÇd)yuinainç' 


je ne crains rien. 


hady^aj 


puer. 


à(ki i(J[)yuinçi' 




kainiâray 


sentir bon. 


nfdçkf. 




hàç, 


ramer. 


rókoy 


bouillir. 


Wiy^Km. 




fui, 


cuire. 


y^ahai. 


fumer. 


ofmáhaij 


pécher. 


budàdf, 


plonger. 


hahàdç, 


suer. 


hâ(noi uàhaij 


puiser de Teau 


hiroakâdfkfy 


je veux boire. 


hibifdúi, 


manger du coca. 


sokàdf, 


sauter. 


ii^àrof, 


creuser. 


aised^y 


courir. 


kôrôdf, 


ronfler. 


alsç l ais( l 


cours ! cours ! 


htdaisai, 


appeler. 


háfnahaid§k{^ 


je meurs. 


^id(, 


voir. 


no(x)kainbtyay 


couler à fond. 


ràtdf, 


être assis. 




= le bateau 


raçnàda^ 


s'asseoir. 




coule à fond. 


¿miy 


dormir. 


horobaid{k(y 


je me noie. 



1. SigniÛc proprement : « nous mangeons ». 

2. Se dit à une femme qui suspend du linge lavé. 

3. En portugais: cachoeira. 



Digitized by 



Google 





LES KNDIENâ 


OUITOTOS 


173 


Niânyakf (nçail 


dormons (littéra- 


sairid{, 


croître (d'un en- 




lement : « al- 




fant). 




lons ! dor- 


kçnaitnai'j(dfy 


faire un hamac. 




mons! ») 


(d(. 


pleurer. 


kàçda^ 


couper (du bois). 


(foçrino/df, 


jeter. 


d(i, 


couper (de la 


kufi, 


je désire. 




viande). 


(roi, 


montrer. 


yo^i hikofy 


aiguiser (le cou- 


liafnànOy 


tirer. 




teau). 


bfrçridf, 


trembler. 


naidaidf, 


être debout. 


rosina^dçkfy 


je tremble de 


h(kui, 


tuer. 




froid. 


sarçfdf. 


être triste. 


ma(x)akdçk(, 


je veux dormir. 


hlroj 


boire. 


roi. 


chanter. 


dÓbaida, 


se retourner. 


^ui(x)kaidf, 


siffler. 


ab(dobidf. 


retourner (par- 


fáuai, 


chasser. 




lant d'une route). 


tnanyaakçhal ! 


en avant ! Cou- 


5&itàd(, 


piquer. 




rage ! 



manyakfhai makàyado ^uirçfro^ ' 

aUons Macaya jusqu^â en aval 

rakúdya (niniani niori hitf. 

blanc ÇaqueU du venait 

rfk^ka ! 

feu fais 

ornó ho^àmç (nfokadçkof^ 

votre maison dans dormir voulons nous 

mçkànf bitaido ? 

que veuz-iu ? 

nfgáhfitómoc ? n^ah(h(inçaçi(j()t^ ? 

combien ¿tes-vous?- Combien hommes déjà 

bofómf? 
maison dans 

n(gâb( rifumfa{i(ji)tfy 

eombien femmes déjà y*a4-U.' 

rbum^ t(d)y(mo noiri(j()t{ 
femmi^'ruisieau dans se baignent il-y-a ? 

riiio kfnaimo fnfuj 
femme hamac dans dort 



allons (naviguons) jusqu'au Ma- 

caya! 
le blanc venait du Caqueta. 

fais du feu. 

nous voulons dormir dans la maison. 

que veux-tu ? 

combien d*hommes y a-t-il dans la 
maison ? 

combien de femmes sont venues? 

les femmes se baignent . dans le 

fleuve, 
la femme, dort dans le hamac. 



^ i. Ces phrases rendent la forme dans laquelle j*ai posé mes questions. La traduc- 
tion littérale montre que le texte indien s écarte souvent de la forme que j*avais 



donnée à ma question 

Société deê AméricMniêtêê dé Paris. 



t3 



Digitized by 



Google 



174 



je coupe couteau avec 

hinaianah(bainio r(kç dciçh^a^ 

lianiac sous cluns feu brûle 

rakiidyayai haik^ korintotnOj 

blancs avec je vais Ginnto à 

Ôgtifiç hîçi, 
bananes je désire 

mçkatwgiif kaid^dofuoij 

cfuc bananes voire i.?) 

cassave il y'a 
ku^otnoç sób(i(^ 

je désire votre cassave 

yir{i(j()i{ sóbf, 

il y 'a cassave 

hábi sua halde^ 

maintenant 

hô^o (tnôdodo ô^oma ^f okaidfy 

maison au-dessus oiseau vole arrive 

hàç haçyf nû(x)kiifdo^ 

nous ramons canot avec, dans 

hàH i(d)y{ uinuaid(, 

maintenant ruisseau il saute 

komfnç nia rin(d(nç, 

gens ne pas 

hàbiri oxkaidfj 

justement ils arrivent \'?i 

tn^saipnèdo hainohèn^. 

table sur va mettre 

anáhfbaímo hon^x)doj 

sous tu as mis 

m^sai(k(hoit^xyi{k{^ 

table à côté j*ai mis 

atimdf çlma yásHi^ 

nan pas apporté homme poissons 

^ayaln(d(, 

no pas péché 



SOCIÉTÉ DE8 AMKRICAMSTRS DE PARIS 

je coupe avec mon couteau, 
le feu brûle sous le hamac. 



j'accompagne les blancs à Corinto. 

donne-moi des bananes. 

tu ne veux pas me donner des 

bananes. 
y a-t-il du cassave ? 

donne-moi du cassave. 

il n'y a pas de cassave. 

maintenant nous ferons (du cassave). 

Toiseau vole au-dessus de la maison. 

nous ramons dans le canot. 

il saute dans Teau. 

les gens ne sont pas venus. 

ils arrivent justement. 

mets le couteau sur le banc.. 

tu as mis le couteau sous le banc. 

j'ai mis le couteau à côté du banc. 

rhomme n^a pas apporté de pois- 
sons. 



Digitized by 



Google 



LES INDIENS OUITOTOS 



175 



II« PARTIE. 

Vocabulaire de la langue OuitótOj 
recueilli par M. Ernst Berner dans Tlgara-paranâ, affluent du 

Putumayo . 



A. 



Parties du corps. 



iyefi, 

fue, 

dôfo, 

uise 

hefo, 



hainoéy 
idîc 



langue. 

bouche. 

nez. 

œil. 

oreille. 


ifotiré, 
onod^j^y 
d!(aikopegui, 
digaide^y 


cheveux, 
main, 
pied, 
sang. 


B. — 


Éléments et Nature. 




eau. 


ameoj 


arc-en-ciel 


ruisseau. 







C. — Habitation, Ustensiles, Armes, etc. 



hofo, 
tsieragopCy 

idiù 

hlnai, 

goguiro 

diobedlaiki, 



maison. 


garda, 


ciseaux. 


port. 


iponcy 


peigne. 


plantation. 


màhay 


lumière. 


hamac. 


rape\ 


papier. 


pilier (d'une 


dapwekogy 


beurre. 


maison). 


raike huent. 


feu (du foyer) 


marteau. 







D. — Médecine, Religion. 



usinamuûy 
taifiy 


dieu, 
esprit. 


Mnahay 
tiùwty 


fantôme 
tabac. 




E. 


— Insectes, etc. 




iponuiy 
faûrâta, 


pou. 
puce. 


guidorenOy 


blatte. 



1. Ceci est probablement une forme verbale et doit se traduire par « saigner » 

2. La '* feuille » de la plante porte le même nom. 



Digitized by 



Google 



476 



âOCiÉTÉ biiS AÜÉRlCANlSlISS DE PAHlS 



F. — Plantbs. 



husipue^ scion de manioc. . ogopekij 

maikapuiy scion de manioc <^apekui, 

doux. pedí^to 



scion de banane. 



mais. 





G. 


— Numération. 




dáhe, 


mi. 


enehepai dàÎ^, 


six. 


mena, 


deux. 


endjtmena faike, 


sept. 


daf?eatnani, 


trois. 


tnehedà^ amani 




nagaaganiay 


quatre 


faike, 


huit. 


nakuirOj 


quatre. 


nagàagama faîkte. 


neuf. 


dapekuiro, 


cinq. 


nagahe pekuiro^ , 


dix. 



H. 



Pronoms. 



kue, 


moi. 


witnue, 


celui-ci. 


0, 


toi. 


imue, 


celui-là 


naimue^ 


lui. 







tamaide, 



I. — Advsrbbs. 



ne. 



pas. 





K. 


*— Adjectifs. 




feko, 


lent. 


nmmiretty 


doux. 


bijaidty 


ivre, fou. 


ucuHe, 


qui a perdu un 


gmne, 


dur. 




œil. 


eriraite, 


aigre. 







L. — Adverbes de temps. 



ihmonai, 

benumaiy 

yenumai 



demain. naifai, 

après-demain. nam, 

après-demain. huaütisi. 



hier. 

hier dans la auit« 

midi. 



U Cf. la numération en Ouitoto-S^uçni ; v. plus haut, p. 17Î(, note 1. 



Digitized by 



Google 



LES INDIENS ODITOTOS 



177 



M. — Adverbes de lieu. 



«» 


sur (la table). 


ate pene, 


apporte ici ! 


afaim. 


en haut. 


penehai, 


va ici ! 


burine wite^ 


ils viennent d'en 


painomo hme, 


mets-le là ! 




bas. 


penomo hotte j 


mets-le ici ! 


ana iter 


il est en bas. 


(mi hone, 


enlève-le de là. 


petiomoj 


ici. 


ad^e wite. 


il est venu de là. 




N. — Formes 


d'interrogation. 




negahe, 


. combien ? 


mue kaned^y 


pourquoi (veux- 


ningal^ ipañega^ 


combien n*as-tu 




tu avoir cela) ? 




pas payé ? 


wu pid^j 


qui vient ? 


nufai wite^ 


quand est-il 


ne nomo ite^ 


où est-il ? 




venu ? 


une buye, 


à qui cela appar- 


nufai haite, 


quand va-t-il ? 




tient-il ? 


miJuí muitohaitioj 


pourquoi va-t-il? 


butika haito, 


avec qui va-t-il ? 


tnuka guitekue^ 


quemangé-je? 


ni f ode, 


pourquoi ? 


muka mameke^ 


comment t'appel- 


ni fodote, 


que dit-U ? 


mameke um, 


les-tu ? 








0. — Verbes 


\ ET PHRASES. 




ehmOn 


ouvrir. 


haisineno, haisihete 


ne ris pas. . 


ipaiy 


fermer. 


guai naite, 


obéir. 


ñuikta^ 


glisser. 


kue guai náiñete, 


il ne m'obéit pas. 


rckanoy 


soulever. 


mare ipuino 


iU parlent bien. 


ñenoy füino. 


faire. 


naktomo, 




tiikairite 


rêver. 


ñakñenol 


ne parlez pas ! 


inite, 


dormir. 


toyjañeno ! 


ne jetez pas (de 


kaheykasite,kaside, 


veiller. 




côté) ! 


gaita, 


toucher. 


ñeheno! 


ne touchez pas ! 


^nOj 


traîner. 


uritamo ! 


soyez tranquilles. 


paiyefàhe. 


tuer celui-là. 


kákare! 


silence ! écoutez 1 


kaita, 


couper. 


kakáto, 


as-tu entendu? 


hikagmine, 


compléter. 


kakañete, 


je n'ai pas en- 


napaiy 


apprêter; 




tendu. 


1 


compléter. 


okiódo, 


as-tu vu ? 


saiñetej komuiñete, 


qp n'est pas prêt. 


¿roi, 


vois ! 


háisite, 


rire. 


dónete, 


il ne dit rien. 



Digitized by 



Google 



178 


SOaÉTÉ DES AMÉR1CAMSTB8 DR PARÍS 




hue ikiriñete, 


je ne suis pas 


inirai duno. 


débarrasse-toi de 




méchant. 




tes habits (sales). 


at higa, 


je lui ai déjîi 


topeñOj 


retoume-le. 




donné. 


d^irto, 


tiens ! 


ni iñega, 


il ne lui a pas 


aie. 


apporte ! 




donné. 


uño, 


emporte-le ! 


nadare id^e, 


je te donnerai 


haino. 


rame! 




plus tard (at- 


rarisai, 


allez au travail ! 




tends ! je te 


raitifoaij 


allez abattre une 




donne). 




forêt! 


hue id3;lOy 


je te donne. 


surisai. 


allez tirer le ma- 


maiyorfj 


je ne sais pas. 




nioc. 


hai metaite hue, 


j'ai faim. 


id\i aetiéka, 


as-tu déjà pré- 


íte, 


il est, elle est, ils 




paré une plan- 




sont, il y a. 




tation ? 


iñéte. 


il n'est pas, elle 


iiehéga. 


je ne l'ai pas (en- 




n'est pas, ils 




core) préparée. 




ne sont pas, il 


ha idf^i fiedle, 


maintenant ils 




n'y a pas. 




vont préparer 


guiahatekuc. 


je veux manger. 




une plantation. 


odueruitekey 


je t'aime bien. 


kued^añena haiñeno 


n'allez pas sans 


nagaltihe, 


tu me plais. 




me le dire. 


isirede tsirete. 


cela me fait de la 
peine. 







Digitized by 



Google 



LES IND1KNS OUITOTOB 179 



1II« PARTIE 
NOTES GRAMMATICALES. 

I. — Des pronoms. 
Des pronoms personnels. 

Koch: Berner : 

Sing. 1. kú{ = moi. kue = moi. 

— 11. á == toi. = toi. 
m. hànyema = lui. naiviue = lui. 

— n(a)ainino = elle. 

Plur. \. kàç = nous. 

— II. ôniç == vous. 

— ni. naifnak( = ils. 

De naimakç rapprochez balmakç, celui-là; hçalmakç, autre. Il semble, 
diaprés cela, que la terminaison mak( indique une autre personne. A 
naimue, Ini^ on peut comparer wimtu^ celui-ci, imue^ celui-là. Ici, la termi- 
naison mue indiquerait une troisième personne qui se tient dans le voisi- 
nage de ceux qui parlent. 

La syllabe initiale nai- dans le mot naimut^ lui, du vocabulaire de Berner, 
se retrouve aussi dans les expressions nainino, elle, et naitnakç, ils, de mon 
vocabulaire. 



Des pronoms possessifs. 

La possession s*exprime analytiquement en préposant aux noms les 
pronoms personnels ; p. e. Koch : hi^ k{tna{'y)Oj mon cou ; ku^ hUoo, mon 
fils; ku^ amûy mon frère ; ku^ hisa, ma fille; ku( sç^uiko^ mon arc; ôhisa, ta 
fille; ó SfguikOf ton arc; ornó s^guikoQ), son ore; kaç ho^o, notre maison; 
omoçho^j votre maison; naifnak( hofO, leni luaison. Berner: oinamekcy ton 
nom. 

Les préfixes pronominaux nexistent pas en Káime ; de même les suf 
fixes feraient totalement défaut. 



Digitized by 



Google 



180 SOCIÉTÉ DES AMERICAN 18TRS DE PARIS 

Des pronoms démonstratifs, 

J*ai noté deux pronoms démonstratifs dans la langue Kaimç : bisa^ 
celui-ci, et baimakç^ celui-là. A la syllabe ¿ai, il faut comparer les syl- 
labes ¿ai, Ap, ba(^ dans les expressions suivantes : bçinomt^^ là, Mf-¿(x)^' 
(il est) loin ; b^nomo-hai, va par là; bainoniori-bitç, il vient de là, et chez 
Berner : painomo honCy mets-le là ! Ce qui porte à supposer que ce préfixe 
exprimerait Téloignement dans Tespace. Berner, lui aussi, donne deux 
pronoms démonstratifs : xvimufy celui-ci, et imue, celui-là. En parlant des 
pronoms personnels nous avons déjà indiqué le rapport de ces pronoms 
avec naimue, lui. 

Des pronoms interrogatifs. 

Kocb ; mfkinç, que? Ex. : mçkânç hitaido, que veux-tu ? nçgàhç, combien? 
Ex. : nfgàhç itomoçy combien êtes-voiLs? nç^àhç hçin^ a{i(x)t{i ho^àniç, com- 
bien d'hommes y a-t-il déjà dans la maison ?n^á/i^ ^inonçaçiÇy^ie^ combien 
de femmes sont déjà venues ? 

Berner: «/«, qui? Ex.: wu pidi^a, qui vient? o inamekeivn, comment 
t'appelles-tu? (littéralement : ton nom quel ?) ; twV, à qui? Ex. : xvie buye, 
à qui cela appartient-il? butika (wiitika)^ avec qui? Ex. : bntika haitio^ avec 
qui va-t-il ? muka^ que? Ex. : viuka guitekuey que mangé-je ? muka marnelu^ 
comment t'appelles-tu ? (littéralement : que nom ?) muha muito, pourquoi ? 
Ex. : muka muito haitiOy pourquoi va-t-il? mue y pourquoi? Ex.; mue 
kañedí^y pourquoi (veux-tu avoir cela)? nenomOy où? Ex.: nenomo ite^ où 
est-il ? nufai, quand? Ex. : nujaiunte, quand est-il wenu'! nufai haite, quand 
va-t-il ? negahey ningàlpey combien ? Ex. : negahe, combien ? ningàhe ipañ^a, 
combien n'as-tu pas payé ? 

Je ne puis pas expliquer à mon entière satisfaction les expressions 
suivantes que je trouve dans Berner : ni fode, pourquoi ? nifodotey.que dit- 
il? nifodotese compose de nifode, pourquoi, que ? et dote, il dit (cf. dónete^ il 
ne dit rien). 



II. — Dû Verre. 

Conjugaison. 

En règle générale, les pronoms personnels sont postposés au verbe 
qu'ils accompagnent. La postposition fait subir à la première personne 



Digitized by 



Google 



LBS INDIENS OtITOTOS 181 

du singulier ht( la réduction au kfy p. e. Koch : bi(d)yónfd(k(^ je suis 
malade ; kakânfdçkf (je suis) sourd ; ndsaidçkfy je prends un bain ; naidçkfy 
je suis tombé ; ayj^Ad^kf, je bâille ; kakâdçkf, j*entends ; ûimftaidtkf, j'ai 
faim ; tffUfkf, je tousse ; b$dyisaid(k(, je chie ; ¿^füi^, je mâche ; iuiukodçkf, 
je dois pisser ; uriy^dçkç^ je m'entretiens ; bi((i)yûn^(kç, je sens des dou- 
leiu^s ; i(d)yuifiçiaçkf, je crains ; htroaiàdçkfy je veux boire ; bâmahaidfkf, je 
meurs ; korobaidçkçy je me noie ; roAnaçdçkç^ je tremble de froid ; fn(íi(x)iá- 
d(k(^ je veux dormir ; (ttçakadçkaçy nous voulons dormir ; hènç(y()dçkf, j ai 
mis. Berner: o dueruiteke^ je t'aime bien y o nagaltike^ tu me plais: 

Dans trois cas, le vocabulaire de Berner montre comme postposition la 
forme intégrale du pronom personnel kue^ p. e., hai metaile ibe. j'ai faim ; 
guia hate kue, je veux manger ; muka guite kuCy que mangé-je ? • 

Le pronom personnel se trouve aussi, quoique plus rarement, préposé 
à son verbe, p. e. 

Koch : ku^haisçyf, je donne ; ku^lñdya, je viens ; kiifi, je désire ; kufdfdyf, 
je coupe ; kâfbofyf, nous ramons ; kaçhai, allons. 

Berner : kueidijo^ je te donne ; kuetkirintte^ je ne suis pas méchant. 
. A cette construction, appartient aussi le mot kofgui, qu'on m'a dit avoir, 
le sens de manger, mais qui signifie sans aucun doute : nous mangeons; 
de même ka^huisahai^ nous mangeons. 

On peut considérer comme parente de gui, manger, la fonne dui dans 
hibif dui, manger du coca. 

La terminaison o de la 2^ personne du singulier dérive sans doute du 
pronom personnel o, tu ; p. e. Koch : kakâto, tu entends, ou tu as entendu ; 
lAn^jDdOy tu a mis ; m^nç hitaido, que veux-tu ? Berner : kakàto^ as-tu 
entendu ? okiódo, as-tu vu ? 

La troisième personne singulière au présent des verbes actifs se ter- 
mine en -a. J*en ai noté quelques exemples : f^a^ il vole. Ex. : o^hna 
^(ia, l'oiseau vole ; tûa^ il c^ule. Ex. : iyftua^ le ruisseau <^oule ; oáira, il 
est rapace. Ex. : nifuHo ^ra^ le rapide est rapace ; buiya, il coule h 
fond. Ex. : no(x)kai buiya, le bateau coule à fond ; fn^, elle dorL Ex. : 
rino kfnaimo fn(a, la femme dort dans le hamac ; da^hfa^ il brûle. Ex. : 
k(nai anah(baimo rfl^ dâ(h(a, le feu brûle sous 1^ hamac ; uaia, elle est tom- 
bée. Ex. : ckamisa ttáia^isí chemise est tombée. 

Les expressions hady^a eikaiamâraj qu'on me disait signifier « puer » 
et « sentir bon » sont bien aussi des troisièmes personnes dii singulier 
et doivent se traduire par « il pue » et « il sent bon />. 



Digitized by 



Google 



I 



182 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAMSTES DE PARIS 



Du verbe négatif. 

La négation verbale s'exprime par Tincorporation de la particule nfj 
ou (d'après Berner) ne^ qui se place immédiatement après la racine ▼er- 
baie ; p^ e. Koch : kakàdfkf^ j entends ; kakánfdfkfy je n'entends pas, je suis 
sourd, i(d)yuin{idfkf, je crains ; i(d)yuln{in(dfk{, je ne crains rien ; atfn^. ¡1 
n'a pas apporté ; ^yainfdfy il n'a pas péché. 

De même l'expression kfônfdçkf qu'on me donna comme équivalente de 
l'expression espagnole: quien sabe (qui sait !) doit se traduire littérale- 
ment par : je ne sais pas. 

Berner écrit toujours fie; cela doit s'attribuer sans doute à des diffé- 
rences dialectales, car il ne recueillit pas son vocabulaire chez les Ouito- 
tos-Kaimç, mais chez une autre horde de Ouitotos, p. e. Berner : guainaitty 
obéir I hu guainaineUy il ne m'obéit pas ; kue ikiriñeie, je ne suis pas 
méchant ; ae higa^ je lui ai déjà donné ; ni iñega^ il ne lui a pas donné ; 
ite, il y a ; inéte^ il n'y a pas ; ipanega^ tu n'as pas payé ; sainete^ hmuineie^ 
ce n'est pas prêt ; toytañenOy ne jetez pas ; neheno^ ne touchez pas (yfnotf, 
saisir, d'après mon vocabulaire) ; ñakñeno, ne parlez pas ; (idi;i âe tiéka^ as-tu 
déjà préparé une plantation ?) tienda, je ne l'ai pas encore préparée ; hai- 
ñetio, n'allez pas ; haisite, rire ; haisinete^ haisiñeno^ ne ris pas ; kakañeie, 
je n'ai pas entendu. 

Intention. 

L'infixé ka, placé immédiatement après la racine verbale, sert à expri- 
mer l'intention ; p. e. Koch : hiraakadçk{, je veux boire ; {n(a(x)kád{k^, je 
veux dormir ; çn(akâd§ka(^ nous voulons dormir. 

Berner : gtdakatekue^ je veux manger. 



Impératif, 

L'impératif s'exprime le plus souvent par les terminaisons ai ou f , qui 
sont des réductions de la forme ¿m. Celle-ci est la forme imperative de 
haikfj je vais, comme le montrent de nombreux exemples empruntés aux 
deux vocabulaires. Cette construction répond à peu près au français : aller 
faire quelque chose, p. e. Koch : bçinomohai^ va par là ; çrSto hai^ avance ; 
hinohai, sors ; manya kafhai, en avant allons ; manyakç hai, en avant allons ; 
kàçgulsahai, mangeons. 



Digitized by 



Google 



LES INDIENS OUITOTOS 183 

Berner : pene hai^ va ici ; maña hókohai, allons ; rarisaU allez au travail ; 
raitifoaiy allez abattre (une forêt) ; surisaiy allez tirer le manioc ! 

La orme imperative réduite se trouve dans les exemples suivants : 
Koch : inoi, reste ; r^gç uàhi^ apporte du bois ; Berner : ¿roiy vois (^m , 
montrer, d*après mon vocabulaire). 

La terminaison /dans hu(i^ je désire, indique aussi Tintention et elle ne 
parait pas entièrement étrangère à la forme imperative hai^ ai, i. 

EnRn nous trouvons probablement des formes imperatives < dans les 
expressions suivantes : Koch : y^ràhai, fumer ; hàçnoi uâhai, puiser de Teau ; 
hfdaisait appeler (à quelqu'un) ; ráuai^ chasser ; açmàhaiy pêcher ; ^fnuai, 
faire (quelque chose) ; (nçai, dormir 2. 

Quelquefois l'impératif s'exprime par la terminaison f ou f. On en 
trouve des exemples dans les deux vocabulaires : Koch : r^gç àt(y appor- 
te du bois ; harirfatç, apporte vite ; aisç, cours ; Berner : ate^ apporte ! ate 
pene, apporte ici ! painomo hane, mets-le là ! kàkare^ silence ! écoutez ! hai- 
siftete, ne ris pas ! 

On m'a cité deux formes imperatives avec la terminaison a : anuida, 
lève-toi ! r^ ikâ, fais du feu ! 

Berner donne un certain nombre d'impératifs terminés en ff(7 ouo, p. e. : 
toytañeno^ ne jetez pas ! ñeñeno, ne touchez pas ; ñakñeno^ ne parlez pas ; 
diJnOy tiens ; haino, rame {há{, ramer, d'après mon vocabulaire) ; haiñeno, 
n'allez pas ; haisineno, ne ris pas ; uritamo, soyez tranquilles ; iopeno^ 
retourne-le ; uño, emporte-le ; iniroi dunOy débarrasse-toi de tes habits 
(sales) ! 

A cette place, il convient de citer aussi la forme haino, va, (dans le voca- 
bulaire Koch) et haitto hônç, mets ! (littéralement : va mettre). C'est une 
forme assez rare qui remplace l'impératif ordinaire hai^ va I 

Nous voudrions reconnaître aussi des formes imperatives dans les 
expressions : Berner : rokano, soulever ; ñeno, fuino, faire (quelque chose) ; 
ekono, ouvrir ; eño, traîner. 

I^ terminaison o dans toutes ces formes imperatives doit se rattacher 
peut-être au pronom personnel de la deuxième personne singulière, 
0, toi. 



i. Première personne plurielle. 

2. Cette forme /ir^ai' signifie probablement « dormons » comme je le montrerai plus 
loin. Car, dans mon vocabulaire, on la trouve aussi jointe à mdnyakç\ allons. Cf; les 
remarques sur Tlnfinitif. 



Digitized by 



Google 



184 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAN1STE8 DE -PARI^ 



Infinitif. 

Beaucoup de verbes dont la racine se termine par une voyelle forment 
leur infinitif en ajoutant 4a particule de on tek la racine proprement dite ; 
p. e. : Koch : tifride, coïter; uaide^ tomber (cf. uai-a, elle est tombée); 
noitabairitf, enianier; ha(a)hinôbit{^ naître; haikoçd(y aller; yfnotf, saisir; 
ffuMdf, lutter; âbatdf, grimper; hárota(;j¡)dc^ ^^K^^Kx)^* ramper; baçsidç, 
îfire^ Y^df, moudre; kfrid^j peindre; as^ridf^ étemuer; sftôtadç, tirer du 
fusil; S(kúidfi tirer de Tare ; Af^, nager; ûri(j)d(^ parler; ais^^ courir 
(cf. alsçy cours!); nylftàdf, flairer; ha^y^i(j{}d^, ramer; hidàdç^ plonger ; 
káródf, Tonûer; fnidfj voir; raîdf, être assis ; naidaidf^ être debout ; sarçidfy 
être triste ; aVfdobidf^ retourner, etc. 

Berner : nikairite, rêver ; iniie, dormir * ; kasite, veiller ; i!wwi>, rire; ^uai- 
mite, obéir; etc. 



m. — Du NOM. 



La langue Káime ne semble pas distinguer le genre. 

Le suffixe -n( sert probablement k indiquer le pluriel : rino^ la femme ; 
riftMfy les femmes. Ex. : nçgâhç rinonf flfi(i)^> combien de femmes y a-t- 
il déjà ? rifiohf Í(jí)yfino nolri(ji)fç, les femmes se baignent dans le ruisseau ; 
n(gàh{ h(in(ap(j()tç hoifomç^ combien d'hommes y a-t-il dans la maison? 

firtf est une fornie abrégée de (iman^ = hommes {i^ma = homme). 

Entre n(gàh( et çinf^ on a inséré une h pour éviter Thiatus. 

Accusatif : Le complément direct se place devant son verbe. 

Ex. : Koch: r(g{ uàhi^ apporte du bois; hàçnoi uâhai, puisez de Teau; 
htbif düi, manger du cocà ;yo^fa{i hikaçy aiguiser (le couteau) ; kçnai mai'xd{, 
faire uii hamac ; r^k^ka^ fais du feu ; bgu^ kuç^'je désire des bananes. 

Berner : idi^i ae tiéka, as-tu déjà préparé une plantation ? ha idj^i tied^^ 
maintenant ils vont préparer une plantation ; o //«^ru/Zf^^, je t'aime bien; 
nagaitikcy tu me plais (= je te vois avec plaisir). 

Datif : Cette relation s'exprime comme la précédente. 

i. L*ezpression (n^i que Ton me dit significar dormir est sans nul doute une forme 
imperative qui signifie ionnof». Cela ressort déjà delà phrase mdnyakf (nfoi ^ dormons ! 
(littéralement : allons ! dormons !). La racine proprement dite est donc : çh§ ou inL 
Voir plus haut les remarques concernant Fimpératif. 



Digitized by 



Google 



LES iNDtËNft OÜItOtOA i8& 

Ex. : Berner : kue guainaiñeUy il ne m*obéit pas ; kue dUpnetia baiñeno^ 
n'allez pas sans me le dire ! 

Comitatif: Cette relation s'exprime au moyen du suffixe -yai. 

Ex. : rakúdyayai halkç koríntomo, j'accompagne (je vais avec) les blancs à 
Gorinto. 

Une apparence de déclinaison, mais fort discutable, se trouve dans le 
suf&xe "ie qui pourrait indiquer l'accusatif. 

Ex. : éguçif ku(i, je désire des bananes ; kuéi omoç sóbfif, je désire votre 
cassa ve (Nominatif: soif. Ex. : sob^(j()tf, y a-t-il du cassave ?). 

Locatif. 

Cette relation s'exprime la plupart du temps au moyen du suffixe -nw 
(^-mUy-mf) ; p. e. Koch : ho^m^^ dans la maison ; t(d)yfmOy dans le ruisseau ; 
kfnaimo, dans le hamac ; korintomo, à Corinto ; bçinomu, là ; bfinomo hai^ 
Va par là ; ho^hçrflmo, à l'intérieurde la maison ; hóf0(miklomo sur la mai- 
son (fmido, dos) ;k(nai anah^im^ sous le hamac ; tnpai anâhçbaimo^ sous la 
table ; (nimani mori, du Caqueta ; bainomori bttf, il vient de là. 

Berner : penomo, ici ; penotno hone^ mets-le ici ; painomo hotte, mets-le .là ; 
nenortto ite, où est-il ? 

Quelquefois^, pour exprimer la relation locale, le suffíxe -do est ajouté 
au nom ; p. e. Koch : makâyado, jusqu'au M acaya ; nc(x)kàfdOy dans le 
canot ; bó^ {tnidodo, au-dessus de la maison ; tn^ai ftnôdo, sur la table 
(gmèdo, dos). 

Le même suffixe ^do lié au nom peut exprimer la relation instrumentale ; 
p. e. Koch : yo((^ido, avec (mon) couteau. 



Composition. 

Le Kaimç possède un grand nombre de noms composés. Ex. : oni{d)yç- 
modo (main-dos), dos de la main ; h^d)yçmodo (pied-dos), dos du pied ; 
tnôdoikaç (dos-doigt), majeur, doigt du milieu ; hisidçkaç (petit-doigt), auri- 
culaire ; fitâ-fitf (metnbrum muliebre -bouche) lèvres ; dahf-atnatii (un- 
deux) trois. 

Quelques noms qui renferment l'idée de profondeur ou de cavUé se 
terminent par la syllabe ^, qui est la partie principale du mot iji^fo, ix^y 
trou, caverne. Ex. : dô^-fo (nez-trou), narine ; takfra-^, jarret ; siror^o, 
vagin ; rof^úofya-^ {ratify enterrer), fosse ; hô-^y maison ; gfi-^y abeille 
(qui fait le nid dans le creux d*un arbre) 



Digitized by 



Google 



188 



SOUÉTÂ OKS AMÉhiCAMSTES DE PARIS 



3 



X -j» V» ••» ^ Q ^ 5 






«51 ^ 






'S 



lll"iî 



I 



S 











^5 1 ?^ 



fc »« »Ci S *» 

; ^ 'S> »5i 




e 
o 

I 



I i 






§1 



s 

à 

•3 
o 




fi^î* 




I 






g-.|§¿|otl||J| 



.SJ.fc i 

M S 



49 o 



tù 






Digitized by 



Google 



LES INDIENS 0L1T0T08 



i 89 



-1 



^ Se 



•1 § 

«55 •** 









-5 ■!, 









a|--^<2 i § s ^ 

^ Il 2-«i 



"^ ^ is '^ ^ ê 

g S g.?: -2 

^ Q c: 5 •* Y 



-§ 



è> 






I 






^ as 5 Q fl O C»^ ^ 

§ s ^ «^«S s .-a 
2 



6« 



^5-. 



J 2i|s a 



4^ 

g 
Ji 

fe-0 

llf 



e 



2, 



« a s s 
g ii 3 -ë 



,^ -îî .^ '5 -^ 
i^ "^ ^ *S "§ *- 



-- ^ S 
5 s 2 



a ^ ? $:,-§ ^ 
s: .^ 

5 ^ 



•5 










(Ü ^ 






g 



^ d o 



o; 

d 
o^ es 



tí ^ 
o tí 












Ou 



O-i CA 









* o -s 
c g2 



ce 



Société des Américnnistes de Paris. 



12 



Digitized by 



Google 



188 



SOUÉTÂ DES AMÉtllCAMStES 1>E PAAIS 



I 



I 

I 
I 

s 

I 
3 



2r V S ^ S «^ ^i. ^ *ti *<* 2 *r «» 32 r* i^ 7^ *^ t* 




I 



s 








i 







Si 




ffi}^ 



iîîf 






g 

^ 



£ 










Digitized by 



5|€gîe I 



LES INDIANS 0LIT0T08 



189 



-at 

-il 



•i 'i l-2|a ^"i 



'55 






J 



Ç*.' 



^è 








-Q *** Its '^ *ti 5 






t= 



••^■§ 



il 



~ "S 







g 
lit 



e 









^ "^ ^ 'S -§ .-^ 
5 g 5^ « .9 



.2 $ 2 



Va Q ••-^ 



s: 




§.» 



55 

cr 

es 






S a.? 



.:Î.S fl 



^ .S Si" 
^ 5: >- 






II 

3 es 
B « 



09 



^ 



iliii 




g^ ce C8 Cfi 2^ 









Société des AméricRnintes de Paris. 



12 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Journal de la Société des Américanistes de Paris 



RULNES 1)1 iN 



Digitized by 



Google 



Tome III (Nouvelle série). PI. V/I 



A TU LOOM 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LES RUINES DE TULOOM 

D'APRÈS JOHN L. STEPHENS 
Par m. Désibé CHARNAY, 

Membre de la Société des Américanisles. 



Il est une série de monuments parmi les ruines des anciennes 
villes yucatèques qui sont presque inconnues du public et qui sont 
cependant des plus intéressantes, je veux parler des ruines de 
Tuloom que Stephens fut peut-être le seul à explorer, la révolte 
indienne ayant, depuis cette époque jusqu'à ces tout derniers 
temps, isolé toute la côte orientale de la presqu'île. Cette ville est 
en effet située sur la côte, au bord delà mer en face de l'île de 
Cozumel et fait partie du territoire indien. 

Elle se composait alors, il y a près de soixante ans (c'était en 
1847), d'une douzaine d'édifices divers, enclos dans une muraille 
en pierres sèches d'une- épaisseur moyenne de trois mètres avec 
deux petits édifices formant corps de garde aux deux angles de la 
muraille occidentale. 

Le plus important de ces édifices que Stephens appelle le cas- 
iillo^ s^élève en bordure sur les rochers qui dominent la mer. Il 
est formé d'un édifice central flanqué de deux ailes d'un développe- 
ment d'environ trente-cinq mètres. Celte partie centrale est beau- 
coup plus haute que les ailes, et Tinlérieur, avec sa voûte indienne 
en encorbellement, est en parfait état de conservation, tandis que 
les salles formant les intérieurs des deux ailés avaient leurs toits 
effondrés. Ici, pas de voûte indienne, mais des murs perpendicu- 
laires dont les hauts percés de trous indiquaient que les toits for- 
maient plafonds et avaient été supportés par des poutres en bois. 

Il y a donc là un élément nouveau qui s'est introduit dans l'ar- 
chitecture tolteco-maya. Car jamais, à aucune époque, en aucun 
centre habité de l'Amérique centrale, dans les pays de terre 
chaude, nous n'avons trouvé pour les intérieurs des palais, autre 
chose que la voûte en encorbellement. 



Digitized by 



Google 



192 SOCIÉTÉ DES AMERICAN ISTIAS DE PARIS 

Le plafond droit soutenu par des poulres apparlienl aux terres 
froides, à Mexico comme aux villes des hauts plateaux du Guate- 
mala, sans pour cela que ce plafond ait influé sur le profil extérieur 
des monuments qui se trouve partout le même, — profil consacré 
dans les manuscrits par le signe Cnili, temple, maison, palais. 

Ce plafond dont Stephens constate Texistence dans un autre édi- 
fice, constitue une exception unique pour les centaines de temples 
et de palais qui peuplent les forêts du Tabasco, du Yucatan et du 
Guatemala. 

Si nous découvrons .d'où vient ce plafond et qui l'introduisit à 
Tuloom, nous aurons une date pour Térection des monuments, 
comme nous en avons eu pour la destruction de Majapan. Pour 
nous, ces deux événements se touchent et doivent être contem- 
porains. Nous savons en effet que le « Tutul-xiu », souverain de 
Maya pan, craignant de succomber sous les coups des caciques 
alliés, s'adressa à Montezuma le Vieux qui régnait à Mexico, le 
priant de lui envoyer des secours. Or le monarque aztec qui régna- 
de 1440 à 1460, ne fut guère en état de lui envoyer des troupes que 
vers l'année 1450 au plus tard, ce qui s'accorde du reste avec le 
manuscrit maya traduit par Don Pio Perez qui fait remonter la 
chute de Mayapan vers cette même époque, en affirmant que la 
ville fut prise et détruite soixante ans avant l'arrivée des Espa- 
gnols *. Cela donnerait même une date plus récente : 1455 à 1457. 
Or, les Mexicains envoyés au secours de Mayapan, la ville détruite 
et la guerre terminée, se fixèrent au Yucatan, dans le village de 
Maxcanu. N'est*il pas probable que dans le corps d' Aztecs, il y 
avait non seulement des soldats et des officiers, mais des artistes et 
des architectes et qu'ils durent prendre part à l'érection de ces 
temples et de ces palais qui, selon les historiens, s'élevèrent de 
tous côtés, de sorte que la péninsule semblait ne former qu'une 
ville continue? 

Mais pourquoi ne trouve-t-on nulle part au Yucatan un autre 
exemple de cette architecture nouvelle? C'est que les caciques vain- 
queurs occupaient toute la partie centrale et occidentale de la 



1. Principales époques de V ancienne histoire du Yucatan^ manuscrit en langue maya, 
traitant des diverses époques de r histoire de la Péninsule avant la conquête^ aveceont" 
men taires^ \mv Don Pio Percz. 



Digitized by 



Google 



LES RUINES DE TCLOOM 193 

presqu'île, tandis que les a Tulul-xius », réfugiés à Mani après 
leur défaite, en occupaient la partie orientale et ne devaient con- 
server que peu de rapports avec leurs vainqueurs. De sorte que, 
ayant à leur service des officiers et des architectes mexicains, ces 
derniers purent travailler aux monuments nouveaux, en même 
temps que leurs amis yucatèques, et y auraient introduit le plafond 
droit qui était le plafond en usage dans les palais et maisons de 
Mexico. Nous serions donc là en présence de monuments modernes 
datant de 4455 à 1460. monuments habités comme les palais et les 
temples de Labna, Kabah, Uxmal, etc., et qui appartiendraient à 
la même époque. 

C'est aussi Tavis de Stephens qui, en terminant le chapitre relatif 
àTuloom, conclut en disant: « C'est ma ferme conviction que cette 
ville continua d'être habitée longtemps après la conquête, car Gri- 
jalva, revenant de la baie de T Ascension, ne 'débarqua pas à 
Tuloom dont il vit en passant les monuments, et les Espagnols, 
après la désastreuse retraite de Montejo, ne s'occupèrent aucune- 
ment des habitants de cette côte, de sorte que les indigènes purent 
habiter longtemps là ville sans être inquiétés. Et l'impression que 
j'éprouve ^'une récente occupation de ces monuments me vient de 
l'aspect des monuments eux-mêmes, qui, encore que fort endom- 
magés par l'exubérante- végétation des tropiques, conservent néan- 
moins un air de jeunesse et de fraîcheur qui contraste avec la 
solitude et la désolation des alentours. 

«< Je crois également que dans le voisinage, d'autres villes sem- 
blables à celles dont nous avons visité les ruines, furent occupées 
longtemps, peut-être un siècle ou deux après la conquête et que 
les Indiens y menaient la même existence qu'autrefois K 

a ATuloom, j'ai terminé mes longues explorations et je crois 
avoir atteint mon but: j'ai retrouvé abandonnés et en ruines leu 
mêmes monuments que les Espagnols trouvèrent debout et habi- 
tés et j'ai pu me convaincre qu'ils étaient l'œuvre de ces mêmes 
Indiens qui les habitaient. » 

Du reste, les preuves de cette modernité s'accumulent dans les 
quatre volumes que l'auteur a consacrés à ses explorations et il y 
a mis tant d'humour, d'esprit de recherche et d'inaltérable bon 

i. Témoin Taynsal qui fut dótruilc par Don Marlin Ursna en 1690. 



Digitized by 



Google 



194 SOCIÉTÉ DES AMERICINISTES DE PARIS 

sen0, qu*il ferait un américaniste du plus indifférent des hommes. 

A Mani, il découvre une carte des différents villages groopés 
autour de cette ville, chaque village s y trouve désigné par ane 
église, moins Uxmai qu'on a représenté par le dessin d*un palais 
indien. U'après ce document daté de 1557, quatorze ans après la fon- 
dation de M érida, tous les villages désignés par une église auraient 
été convertis au christianisme et se trouvaient sous la tutelle d'un 
prêtre espagnol, moins la ville d'Uxmal: et la preuve, c'est que, 
d'après la charte faisant partie du manuscrit, un certain juge. Don 
Felipe Manrique, chargé des intérêts de ces communautés, aurait 
été envoyé à Uxmal et en revint, accompagné d'un interprète 
Don Antonio Gaspar. 

Que représentait donc Uxmal à cette époque? Il est hors de 
doute, dit Stephens, que c'était un centre de population où l'on 
pouvait se rendre, y rester et d^oii l'on pouvait revenir : qu'il était 
habité, puisque le juge Felipe Manrique avait besoin d'un inter- 
prète pour communiquer avec les habilants qui, n'ayant point 
d'églises, fréquentaient leurs temples et leurs palais. 

Voilà qui est assez clair, mais il y a mieux : 

Se trouvant à Mérida, Stephens reçut de Don Simon Péon 
diverses pièces de ses archives, ayant trait à sa propriété d'Uxmal, 
qui, primitivement, en i(i73, fut attribuée au regidor Don Lorenzo 
de Evia, pour y établir une hacienda de bestiaux, « ce qui ne pou- 
vait, dit le texte manuscrit, faire de tort à personne mais bien au 
contraire rendre service au culte de Dieu notre seigneur, car l'éta- 
blissement de cette hacienda, empêcherait les Indiens de la 
région d'adorer le diable dans les temples qui s'élèvent sur l'em- 
placement de celte ville ; temples où ils offrent de l'encens à leurs 
idoles, tout en se livrant à d'autres détestables cérémonies, comme 
ils le font notoirement et publiquement chaque jour » ^ 

D'autres documents datant de 1688, confirment la donation de 
cette propriété et la prise de possession dans les termes suivants : 
« Dans la place surnommée les édifices d'Uxmal, le troisième jour 
du mois de janvier 1688, en vertu des pouvoirs que m.'a confiés le 
gouverneur, j'ai pris par la main le dit Lorenzo de Evia, que j'ai 
conduit à travers les édifices d'Uxmal, où f ouvris et fermai 

\. Inriflents of Trnveh Vurntan, by John L. Stephen»^ vol. I, chap, xr, p. 323. 



Digitized by 



Google 



LES RUINES DE TU LOOM 195 

diverses portes^ qui répondaient à divers appartements; là^ j'ai fait 
couper certains arbres, ramassé diverses pierres que j'ai jetées, 
tiré de l'eau de l'une des citernes de cette ville d'Uxmal, me 
livrant à d'autres actes de possession, etc., c< Voici donc, ajoute Ste- 
phens, des témoins irrécusables qui nous certifient, que cent qua- 
rante ans après la fondation de Mérida, les édifices d'Uxmal étaient 
en grande vénération parmi les Indiens de la région et qu'il y avait 
là un groupe de population qui, loin des regards espagnols, se 
livrait encore à tous les exercices de son ancienne religion *. » Ne 
8ont-ce pas là des preuves évidentes de modernité? 

Mais l'auteur des « Incidents de voyage au Yucatan » ne négli- 
gera pas les moindres de ces incidents qui viendront à l'appui de sa 
théorie. La découverte singulière du curé de Chemax, qu'il a con- 
signée, en est une nouvelle preuve. 

Ce curé, chez lequel Stephens séjourna, était propriétaire d'une 
hacienda à Kantunile (dans la région de Tuloom et d'Aké où 
batailla Don Francisco de Montejo, lors de sa première visite au 
Yucatan), station où se trouvaient diverses pyramides indiennes autre- 
fois, surmontées de monuments. Il fit évenlrer Tune de ces pyra- 
mides pour en utiliser les matériaux et découvrit une tombe où se 
trouvaient trois squelettes, un homme, une femme et un enfant, 
près des têtes des squelettes. Il découvrit deux grands vases en 
terre cuite, et, dans l'un d'eux, une collection d'ornements indiens, 
perles pour colliers, coquilles sculptées et têtes de flèches, telles 
qu'on en trouve partout dans les tombes indiennes; mais l'objet le 
plus intéressant et le plus curieux, fut un couteau à manche de 
corne dont le manche et la lame étaient en. fort mauvais état, c'est 
que le couteau datait de loin : c'était en effet un trophée conquis 
sur l'un des soldats du conquérant par le cacique de Tendroit et 
que, selon la coutume indienne, on avait enseveli avec lui. 

Je pourrais dire que c'est un couteau fossile, comme la dent de 
cheval, trouvée dans des circonstances identiques par la commission 
américaine dans la tombe des caciques à Copan. Je laisse le soin 
de résoudre la question au lecteur, pour qui ce couteau et la dent 
de cheval ne représentent qu'une seule et même époque, une seule 
et même date, date toute moderne, c'est évident. 

1. Incidenin nf Traveln in YiicRtnn hy John L» Stephens, vol. I, chap, xv, p. 324. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER iMEXIGAIN 

ESSAI DE SYNTHÈSE ET DE COOIIDINATION 
Par m. Edouard de JONGHE, 

Docteur en philosophie et lellres, 
Membre de la Sociale des Américanistes. 



Basé sur des observations astronomiques sérieuses, le calendrier 
mexicain était surtout étudié par la caste des prêtres qui rensei- 
gnaient dans leurs écoles. Sur lui se réglaient les présages, les 
actes magiques, les fêtes rituelles, ainsi i|ue la plupart des actes 
de la vie privée et publique*. Nous examinerons successive- 
ment les points que voici : 

1^ Rapports entre le Tonalamail et Tannée solaire. 

2® Succession des fêtes rituelles, 

3^ Synchronologie. 



I 



Le comput des anciens Mexicains repose à la fois sur une période 
de 260 jours qui se subdivise en 20 treizaines et. sur une période 

A. Les principaux ouvrages récents sur le calendrier mexicain sont: D. Brinton, 
The native calendar of Central America and Mexico. Philadelphia, 1893. — Nultall 
(Zelia), Note on the ancient Mexican CalendarrnyntenXy communicated to theX"» intern. 
Congres of Americanists, Stockholm, 1894 ; et « The periodical adjustments of the 
ancient Mexican Calendar », dans American Anthropologist y n. s., vol. vi, n^ 4, 1904, 
pp. 486-500. — Seler (Ed.), Gesammelte Abhandlungen zur Amerikanischen Sprach- 
und Alterthumskunde, I, Berlin, 1902, pp. 173-183,447-503,507-554; Id. « DieKorrek- 
turen der Jahreslftuge und der Veuusperiode in den mexikanischen Bildersch rifle n » 
{Zeitschrift fur Ethnologie, 1903. Heft 1, 27-49). Enfin, sous le titre : Mexican and 
Central American antiquitieê, calendar-ayêtenu and hiêtory, la Smithsonan Inêti- 
tution (Washington, 1904) vient de publier la traduction anglaised'un certain nombre 
des travaux de MM. Seler, Fôrstemann, Schellhas, Sapper et Dieseldorf. 



Digitized by 



Google 



198 SOCIÉTÉ DES AMÉRtCANISTES OE PARIS 

de 365 jours qui se décompose en 18 vingtaines plus 5 jours appe- 
lés nemoniemi, La première période s'appelle Tonalamail (livre 
des jours), et nous en possédons de beaux spécimens dans le Codex 
Borbonicus^ le Tonalamatl Aubin, le Codex Telleriano-Remensis^ 
et le Vaticnnus A d'une pari, et dans le Codex Borgia, le Vati- 
canus B et le Códice di Bologna d'autre part. La seconde période 
s'appelle Tonalpoualli ^ et est généralemement représentée sous la 
forme d'une roue. Ces représentations comme celles de Valadès, 
de Duran, de J. de la Serna, etc., sont de date plus récente. Pour 
donner une idée plus claire de ces deux périodes, nous les expri- 
mons ici par des chiffres : 

Tonalamatl = 260 jours: 13 x 20). 

ou 5 (4 X 13). 
Tonalpoualli = 36H jours (18 x 20) + 5) . 

ou (28 X 13) + 1. 

La question de l'origine du Tonalamatl serait de la plus haute 
importance pour nous éclairer sur les rapports qui existaient entre 
ces deux périodes. Malheureusement sa solution se heurte à des 
difficultés jusqu'à ce jour insurmontables. Les anciens auteurs ont, 
en général, pensé que la période de 260 jours avait été inventée 
pour les besoins de la magie. Les pictographies, dont nous avons 
conservé un petit nombre, et qui nous présentent le Tonalamafl 
avant tout comme un livre d'horoscopes, étaient bien faites pour 
les entretenir dans cette idée. Il est peu probable cependant que le 
Tonalamatl ait eu dès, ses débuts, les caractères magiques que nous 
lui trouvons à Tépoque de la conquête. 11 est bien plus vraisem- 
blable qu'à Torigine, il ait servi à compter le temps d'une façon 
approximative. Quelques-uns, tel Orozco y Berra '^, à la suite de 
Leon y Gama, ont pensé que ce compte est basé sur les mouve- 
ments de la lune. Le nombre 13 serait né de l'observation de la lune 
croissante [Ixtoçoliztli:=àe^\\ie\o) et de la lune décroissante [Cochi^ 
liztli ^^ueño). Si nous nous refusons, avec Brinton \ à adop- 

1. Tonalpoualli (compte des jours). 

2. Historia antigua de Mexico, II, p. 11. Cf. Ganm, Dpsrripcion hLntoricà y cronoló- 
gica de la» doi piedras.., Mexico, 1792, p. 27. 

3. The nativo calendar of central America and Mexico. Philadelphia, 1893, p. 9. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 199 

ter cette explication du nombre 13, nous sommes assez disposé à 
admettre, avec M"*® Zelia Nuttall * , que la période de 260 jours repré- 
sente une façon assez primitive de compter le temps, celle qui se cal- 
cule sur la durée approximative d'une gestation. Dans cette hypo- 
thèse le nombre 9 aurait joué un certain rôle ; chacune des 9 lunai- 
sons aurait été placée sous le patronage spécial d'une divinité et, 
plus tard, quand à ce comput primitif s'est substitué un compte plus 
exact basé sur le mouvement apparent du soleil, ce compte aurait 
pris au comput primitif, avec ses éléments 13 et 20, aussi les neuf 
divinités. Ce sont celles qui nous sont connues sous le nom de 
« señores de la noche » et qui furent surtout, pour ne pas dire 
exclusivement, utilisées pour les besoins de la magie. Quant au 
nombre 13 lui-même, il serait né simplement de la division de la 
période en vingtaines, ce qui est très naturel puisque les peuples de 
l'Amérique moyenne possédaient le système vigesimal depuis une 
très haute antiquité. Quoi qu'il en soil de ces hypothèses sur l'ori- 
gine du Tonalamatl, une chose est certaine à notre avis, c'est que 
le Tonalamatl date de très loin. Le fait que nous le trouvons, avec 
sa subdivision en vingtaines, chez toutes les tribus du groffpe 
Nahua comme du groupe Maya, permet même d'induire qu'il 
était possession commune de ces peuplades, avant l'époque de leur 
dispersion. 

D'après cela, le Tonalpoualli se présente comme un développe- 
ment du Tonalamatl dont il emprunta les vingtaines, les treizaines, 
voire les neu vaines. A côlé des mouvements apparents du soleil, 
les anciens mexicains observaient aussi les révolutions synodiques 
de la planète Vénus, et il se trouve précisément que la période de 
260 jours était admirablement choisie pour compter tout ensemble 
le cours de ces deux corps célestes. Cela ressort des égalités sui- 
vantes : 

584 = 2 (20 X 13) + (4 x 13) -f 12 
365 = (20 X 13) + (8 X 13) +M , et : 

1. Nous ne croyons pas, cependant (comme M"^* Nuttall le pense on s'appuyant 
sur une assertion de J. de la Sema), que les Mexicains aient perfectionné le TonuU- 
mail au moyen d*une intercalation de 5 jours. Voir The periodical adjuêtment» of 
the ancient Mexican Calendar,,,, p. 495 et 500. (Cf. Brinton, The native Calendar.,., 
p. 9.) 



Digitized by 



Google 



200 



S0CIÉ1É DE^¡¡AMÉR1CANISTRS DE PARIS 



5 X 584 = 8 X 365, d'où : 
13 (5 X 584) = 13 ( 8 X 365) = 146 X 260 = 
104 an8, c'est-à-dire le grand cycle mexicain Ueuetiliztli (la 
vieillesse) au bout duquel les 3 périodes reviennent à leur point de 
départ. Le petit cycle de 52 ans [Xippoualli^ le compte des années) 
est calculé uniquement sur la concordance du Tonalamatl avec le 
Tondlpoualli (52 x 365 = 73 x 260). Tout cela montre que le 
Tonalamall du temps de la conquête n'était pas un calendrier à 
l'usage des magiciens, mais bien une espèce de mesure de l'année 
solaire et une espèce de commune mesure pour l'année solaire et 
les périodes Vénusiennes. Nous insistons sur ce fait parce qu'il 
éclaire d'une façon notoire la question de Tintercalation et aussi 
la question de savoir par quel jour du Tonalamatl commence 
l'année solaire. Avant de passer à l'examen de cette question, je 
crois utile de donner ici la série des années qui composent le Xip- 
pôualli et la série des périodes Vénusiennes qui constituent le 
Ueuetiliztli. 

5, Les 5Î ans du Xippoualli. 





l" Ualpilli. 


2* tlalpilli. 


3- tlalpilli. 


4- tlalpilli. 


1 


Acatl XIII * 


Tecpatl XVIII 


Calli ui 


Tochtli VIII 


2 


Tecpatl XVIII 


Calli m 


Tochtli VIII 


Acatl XIII 


3 


Calli III 


Tochtli VIII 


Acatl XIII 


Tecpatl XVIII 


4 


Tochtli VIII 


Acall XIII 


Tecpatl xviir 


Calli III 


5 


Acatl XIII 


Tecpatl XVIII 


Calli m 


Tochtli VIII 


6 


Tecpatl XVIII 


Calli III 


Tochtli VIII 


Acatl XIII 


7 


Calli III 


Tochtli viii 


Acatl XIII 


Tecpatl XVIII 



1. Les chiffres romains indiquent la place des signes dans la série de 20 jours. Ces 
signes sont : 

1 Cipactli. 6 Miquiztli. li Oçomàtli. 

2 EècaU. 7 Maçatl. 12 Malinalli. 

3 Calli. 8 Tochtli. 13 Acatl. 

4 Cuelzpalin. 9 Atl. 14 Oceloll. 

5 Couatl. 10 ItzcuinUi. 15 Quauhtii 

L'égalité (18x20j +5=365 a comme corollaire que, si la première année commence 
par le signe xitt, la deuxième commencera par le signe xviii, la troisième par le 
signe ill, etc., et l'égalité (28X13) +1=365 explique que, si lu première année 
commence par 1-xiii, la deuxième commence par 2-xviii, etc. 



16 Cozcaquauhtli. 

17 Olin. 

18 Tecpatl. 

19 Quiauitl. 

20 Xóchitl. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 



201 



8 
9 
10 
11 
12 
13 



Tochtii VIII 
Acail ziii 
Tecpatl XVIII 
Calli III 
Tochtii VIII 
Acati XIII 



Acatl XIII 
Tecpatl XVIII 
Calli III 
Tochtii nu 
Acall XIII 
Tecpatl XVIII 



Tecpatl XVIII 
Calli III 
Tochtii VIII 
Acatl XIII 
Tecpatl XVIII 
Calli III 



Calli III 
Tochtii VIII 
Acatl XIII 
Tecpatl XVIII 
Calli III 
Tochtii VIII 



Les 65 périodes Vénusiennes du Ueuelilizti. 





1" trcixainc. 


3* treizainc. 


3* treizaioe. . 


4* treizainc. 


5* treizaine. 


1 


Cipactli i * 


Acatl xiix 


Couatl V 


Olin XVIII 


AU IX 


13 


Couatl V 


Olin XVII 


AU IX 


CipacUi I 


Acatl XIII 


12 


Atlix 


Cipactli I 


Acatl XIII 


CouaU V 


Olin XVII 


11 


Acatl XIII 


CouaU V 


Oiin XVII 


AU IX 


Cipactli I 


10 


Olin XVII 


AU IX 


Cipactli I 


Acatl XIII 


CouaU V 


9 


Cipactli I 


Acatl XIII 


CouaU V 


Olin XVII 


AU IX 


8 


Couatl V 


Olin XVII 


AU IX 


CipacUi 1 


Acatl XIII 


7 


AU IX 


Cipactli I 


Acatl XIII 


Couatl V 


Olin XVII 


6 


Acatl XIII 


CouaU V 


Olin XVII 


AU IX 


CipacUi 1 


5 


Olin XVII 


AU IX 


CipacUi I 


Acatl XIII 


CouaU V 


4 


Cipactli 1 


. Acatl XIII 


CouaU V 


Olin XVII 


AU IX 


3 


Couati V 


Olin XVII 


AU IX 


CipacUi I 


AcaU XIII 


2 


AU IX 


CipacUi I 


AciiU XIII 


CouaU V 


Olin XVII 



Si le Totuilamull est une mesure de Tannée solaire, il faut se 
demander comment elle s'applique sur cette année. La première 
année du cycle commence-t-elle par le premier jour du Tonalkmatl 
ou commence-t-elle par le jour dont elle porte le nom ? 

Ce problème a reçu des réponses assez diverses. La plus 
ancienne indication que je connaisse remonte à un auteur ano- 
nyme qui écrivit en 1549 et dont une roue cyclique est publiée à 
la suite de Tédition des Memoriales de Mololinia par M. L. Gar- 
cia Pimentel 2. La partie concernant le calendrier, qui occupe les 
pages 48-53 de la susdite édition, appartient selon toute vraisem- 
blance au même auteur. Nous y lisons page 50 : « No solamente 

1. L'égalité (29X20)4-4=584 entraîne le résultat suivant : si la première période 
commence par i, la .deuxième commencera par v^ la troisième, par ix, la quatrième, 
par XIII, la cinquième, par xvii, etc.; de même comme suite de Tégalité (44 X 13) + 
12 = 584, nous voyons que, si la première période commencé par l-I, la deuxième 
commence par 13-V, la troisième, par Í2-IX, etc. 

2. Mexico, Paris et Madrid, 1903. 



Digitized by 



Google 



i 



202 SOCIÉTÉ DES AMÉR1CAN18TES DE PARIS 

comienzan en las dichas cualro figuras los años, pero también sin 
excepción todos los meses... » Cette assertion est répétée à la 
page 52 et sur la roue cyclique elle-même. Dans le même 
ouvrage, nous trouvons un passage qui donne la même indication. 
Il ne semble paí^ appartenir au même auteur, ni à Motolinia. 
Page 43, nous lisons : « porque el año toma nombre de su primero 
dia ». Des études synchronologiques montrent que Sahagun, Chi- 
malpain, comme Ixllilxochitl, commencent Tannée par les signes 
Acatl, Tecpaily Calli, Tochtli. 

Duran n'est pas du même avis. Il dit expressément que le 
premier jour du mois et conséquemment de Tannée appartient au 
signe cipaclli: « Y para que con mas claridad lo intendamos y con 
mas facilidad, es de saber que el primer dia del mes se llamaba 
cipactly » ^ 

Gemelli Carreri se guidant sur IdCifflogra/iH Indiana^ malheureu- 
sement introuvable jusqu'à ce jour, de Siguenza y Gongora, et suivi 
en bien des points par Clavigero, prétend que Tannée/ Tochtli com- 
mence par le jour / cipaclli^ /Aca// par le jour / miquiszfli, 1 Ter- 
patlpsiv le jour / oçomatli, 1 Calli par le jour / cozcaquauhili^. 

Boturini et Veytia à sa suite font commencer Tannée par le 
jour dont elle porte le nom. Sur la base d'études astronomiques 
approfondies, Lebn y Gama construisit un système de calendrier 
mexicain très ingénieux, mais qui ne tient pas toujours compte des 
faits. Ce système eut beaucoup de succès. Alexandre de Humboldt, 
J. F. Ramirez, Aubin, Boban et bien d'autres Tadoptèrent. D'après 
Gama, toutes les années commencent indistinctement par / cipac- 
lli et finissent par Í couatl^. Je suis porté à croire que Gama con- 
çut son système pour expliquer la fameuse date de la prise de 
Mexico que les auteurs indigènes placent unanimement au jour 
/ couatL Comme il ne parvenait pas à identifier cette date avec le 
13 août, il recourut à une interprétation métaphorique. Si / couall 
est le dernier jour de toute année, c'est aussi le dernier jour des 
nemontemi et, comme tel, il est néfaste. Ce caractère de dernier 



i. Historia de la Nueva España y islas de Tierra firme, éd. J. Feni. Ramírez, Mexico, 
Andrade y Escalante, 1867-1880. Tome II, p. 265, cf. p. 2a6. 

2. Gemelli Carreri, Giro del mundo, Venise, 1719. Livre VI, p. 43 s. 

3. Descripción histórica y cronológica de las dos piedras... Mexico, 1792, p. 63-76. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 203 

jour de Tannée et de néfaste explique suffisamment aux yeux de 
Gama que les auteurs mexicains aient appelé / couhîI le jour 
funeste qui mit fin à la domination de Mexico-Tenochtitlan. D'autre 
part, il est plus que probable que Cristobal del Castillo, la princi- 
pale source de Gama, faisait déjà, lui aussi, commencer Tannée 
par cipacili. 

Orozco y Berra ne fut pas satisfait du calendrier de Gama et en 
construisit un autre basé sur Tidentification du signe / couafl avec 
le 12 août. Il admet que les années 3 ChIU commencent par le 
jour Í? oçomatli^ 4 Tochtli par S cozcaquauhtli * ; il échappe donc 
au grave défaut de Gama qui consiste à faire du Tonalamall une 
mesure non continue et, par conséquent, bien imparfaite de Tannée 
solaire. 

Enfin M°*® Zelia Nuttall crut avoir trouvé la cIcfî de Ténigme. 
Elle mit à profit la malheureuse distinction entre année rituelle et 
année civile, introduite par Hoturini, et adoptée par Granados y 
Galvez et par Veytia. Les années .le//// commenceraient par (Hpac- 
tli^ mais, dans cette année, le cinquante troisième jour marqué 
du signe acatl introduit une année rituelle à Tintérieur de Tannée 
civile 2. De cette façon on s'expliquerait que le jour acatl donne 
son nom à Tannée, quoique celle-ci commence par cipacili. Seule- 
ment cette théorie est en contradiction avec un grand nombre de 
faits établies. 

L'étude d'un important document de la collection Humboldt 
fournit à M. Selerla preuve, convaincante à mon avis, que Tannée 
commence par le jour dont elle porte le nom. Dans ce document 
se trouve peinte une série de fêtes se succédant pendant l'espace 
de 19 ans à raison de 4 par an. La fête Etzalqualizlli y est indiquée 
par les dates : /Í? o/in, IS éècall^ i maçatl^ 3 malinalli^ etc., c'est- 
à-dire les jours qui précèdent immédiatement 43 tecpatl, 1 calli, 
3 tochilij 3 acatl. Étant donné que les fêtes se célébraient régu- 
lièrement au dernier jour de la vihgtaine qui porte leur nom (ce qui 
est confirmé aussi par le précieux document), nous sommes forcé 
de conclure avec M. Seler que les jours initiaux des années sont : 
acd//, tecpatl. calli^ tochtli et non pas cipacili^ miquiztliy oçoma- 

i. Htsioria antigua de Mexico, II, 75. 

2, Noie on the ancient mexican calendar ayslem, p. 8. 



Digitized by 



Google 



204 SOCIÉTÉ DES AMÉHir:A!<tlSTt:S DE PARIS 

//Í, cozcaquauhtli qui sont respectivement les jours initiaux des 
quatre quarts du Tonnhmail. M. Seler trouva la confirmation de 
cette conclusion dans la comparaison avec d'autres calendriers 
cenlro-américains, et dans les études de synchronologie dont 
nous aurons à parler plus loin *. 

Sur les feuilles 21-22 du magnifique Codex liorbonicus, publié 
sur rinitiative du duc de Loubat, avec un commentaire très savant 
du D"^ K. T. Hamy ^, j'ai cru trouver à mon tour la preuve que 
Tannée mexicaine commençait par le jour dont elle porte le nom. 
Nous y voyons figurée la série des 52 ans du cycle mexicain 
autour de deux groupes centraux formés de Cipnctonal et Oxomoco 
(f. 21), et Quetzalcouatl et TezcatlipocH dansants (f. 22). Chaque 
année y est accompagnée d'une des 9 figures que nous connaissons 
sous le nom de señores de la noche et dont nous avons déjà, 
parlé. En haut de la feuille 21, partant de la droite, nous trouvons 
la série des années commençant par / Acail^ répondant générale- 
ment à TEst : 

i. Acatl (xiii), iepeyolloll — h 

2. Tecpatl (xvm), mictlanleculli — e 

3. Calli (m), pillzinleoil — c 

4. TochUi (viii), llaloc — i 

5. Acatl (xiii), chalchiuhtlicue — f 

6. Tecpatl (xvin), cinleoll — d 

7. Calli (m), xiuhleculli — a 

8. Tochtli (yiii), Iepeyolloll — h 

9. Acalt (xiii), micilanieculli — e 
10. Tecpatl (xviii), iizlli — i> 

il. CalU (m), lUloc ~ i 

12. Tochtli (vui), ch&lchiuhllicue — 1 

13. Acatl (xiii), cinieoil — d 

Continuant au bas de la feuille 22 et allant de gauche à droite, 
nous rencontrons latreizaine commençant par / Tecpatl^ répondant 
généralement au Nord. 

1. u Die mexikaoischen Bilderhandschriften Al. von Humboldt's iu der kgl Biblio- 
thek zu Berlin >>. Berlin, 1893, dans Gesammelte Abhandlungcn, II, p. 173-183. 

2. Codex Borbonicus, Manuêcrit mexicain de la Bibliothèque du Palais Bourbon, 
Paris, E. Leroux, 1899, ch. iir, i4-lü. Cf. Seler, Ges, Abh,, I, 512-513, et 
Fr. del Paso y Troncoso, Descripción histórica y exposición del códice pictórico de los 
iinfiguos náuiís. Florencia, 1898, p. 70-97. 



Digitized by 



Google 



LE CÀIJâNDtUKH MEXICAIN 205 

Í, Tecpatl (xviiO, xiuhtecuili — a 

2. GalU (m), llaçoUeoU — g 

3. Tochtli (viii), mictlanleculli — 1 

4. AcaU (xni), iizili — b* 

5. Tecpatl (xviii), Ihloc — ¡ 

6. Calli (m), chalchiuhllicue — f 

7. Tochtli (viii), piltzinteoll — c 

8. Acatl (xiii), xiuhleculli — a 

9. Tecpatl (xvin), lUçoUeotl — g 

10. Calli (m), micllaniecuUi — o 

11. TochUi (viii), ilztli — b 

12. Acatl (xiii), tepeyolloll — h 

13. Tecpatl (xvin), chalchiuhtlicue — f 

Nous continuons sur la même feuille 22, au haut à droite et nous 
comptons la Ireizaine qui commence par / Calli et qui répond à 
l'Ouest: 

1. Calli (m), pillzinteoU — c 

2. Tochtli (viii), xiuhleculli — a 

3. Acatl (xiii), llaçolleoU — h 

4. Tecpatl (xviii), cinteotl — d 

5. CaUi (m), Uztli — b 

6. Tochtli (viii), lepeyollotl — h 

7. Acatl (xiii), chaichiuhlltcue — f 

8. Tecpatl (xviii), pillzinleoll — c 

9. CaUi (m), iUloc — i 

10. Tochtli (viii), llaçolleoU — ^ 

11. Acatl (xni), cinleoll — d 

12. Tecpatl (xviii), ilzlli — b 

13. CaUi (iii)\ tepeyolloll — h 

Retournant à la feuille 21, nous trouvons au bas de la page, 
rangé de gauche à droite, le tlàlpilli commençant par 1 Tochtli 
répondant au Sud : 

1. Tochtli (viii), micllanleculli — e 

2. Acatl (xiii), pillzinteoU — c 

3. Tecpatl (zviii), llaloc — i 

4. Calli (m), îlaçolteoH — g 

5. Tochtli (viii), cinteotl^ d 

6. Acatl (xni), xiuhleculli — a 

7. Tecpatl (xvm), iepeyollotl — b 

8. Calli (m), mictlanleculli — c 

Société dei Américanittes de Paru. U 



Digitized by 



Google 



20G SOCIÉTÉ DES AMÉRICAIN ISTËS DK PARIS 

9. Tochtli (viii), pillzinteoll — c 

10. Acatl (xiii), llaioc — ï 

a. Tecpatl (xviii), chalchiuhtUcue — f 

la! GaUi (m), cinteotl — il 

13. Tochtli (xiii), xiuhlevüíU — a 

Le tableau ci-joiitt représente un Tonalamall à la façon despido- 
grapiesdii groupe Borgia, c'est-à-dire, sur cinq rangées horizontales 
de 52 jours, que, pour la facilité du lecteur, nous avons ordonnées de 
gauche à droite. Les signes diurnaux sont indiqués par des chiffres 
romains, et les señores de la noche par les 9 premières lettres 
de Talphabet, de telle façon que Xiuhtecutli = a, Itzili = b, 
Pillzinleotl z=, c, Cinteotl z=, d, Mictlantecutli = e, Chalchiuhili- 
cue = f, Tlaçolleotl =g, Tepeyollotl=h, Tlaloc = i. Ce tableau 
montre quel critère a guidé le pictographe dans le choix de la 
combinaison des señores de la noche avec les années. 

Chaque signe d'année est combiné avec la figure qui, dans le 
Tonalamatly accompagne le jour dont elle porte le nom. Ce fait a 
son importance. Il indique, en effet, que ce jour est le premier de 
Tannée, Pourquoi combine-t-on dans l'indication dû cycle ces 
signes d'années avec les figures de leurs jours ? C'est que, comme 
on peut le voir au Tonalamatl théorique, la série des neuvaines 
appliquée . au Tonalamatl donne un reste de un, de sorte que 
si le premier jour porte la figure a, le dernier ne portera pas la 
figure Í, mais bien h. Comme pour mesurer l'année, le Tonalamatl 
a besoin de se développer plus d une fois, il arrive que les jours 
qui suivent le 13 xochitl ne pourront plus, à moins de bri- 
ser la série des neuvaines, coïncider avec les figures qu'elles 
portent dans le Tonalamatl théorique. Donc le jour 1 cipactli qui, 
dans la première révolution du Tonalamatl^ est combiné avec Xii/A- 
tecutliy reparaîtra en combinaison avec Tlaloc ^ dans la deuxième. 
De plus, les nemontemi ne sont pas affectées des figures détermi- 
irantes, ce que les auteurs expriment généralement en disant de ces 
jours qu'ils ne sont pas comptés, lien résulte qu'au commencement 
de la deuxième année il se sera produit un désaccord d'au moins 
6 jours entre les signes diurnaux et les figures qui leur reviennent 

1. La non divisibilité de 260 par neuf permet ainsi de distinguer entre eux les 
jours de Tannée qui portent le même nom. Cf. Orozço y Berra, o. c, p. 42. 



Digitized by 



Google 



DELA NOCHE» 



IS 


13 


1 


2 


3 


4 


b 


e 


7 


8 


9 


10 


11 


12 


13 




GvS! 

16 


XIX 

e 


XX 

d 


I 
e 


II 1 III 


fî 


V 


VI VII 

a b 


VIII 

C 
XX 

a 


IX 

d 


X 
6 i 


XI 


ZII 

9 




X 

Î 


XI 

• 


XII 

b 


XIII 



XIV 1 XV XVI 

die f 


XVII 

. 9 


X\1II XIX 


I 
b 


II 

C 


III 
d 


IV 

• 




r^! 


UI 

h 


IV 

4 


V 

• 


VI VII 1 

* c 1 


villi IX 

d 1 6 


X XI 

f ff 


XII 

h 


XIII 

i 


XIV 

a 


XV 

b 


XVI 




" 


XV 

f 


XVI 


XVII 

h 


IKVIII XIX 

* « 


XX 1 

b c 


11 III 
d e 


IV V 

f 9. 


VI 

h 


VII 


T| 1 


!;■ 


VII 

d 


VIII 

e 


IX 

f 


X XI 1 XII Ixiit 
ff h\ i la 


XIV 


XV 

c 


XVI Ijrviil 

d r« 1 


xviit Ixix 


XX 












--J-g 


J 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 207 

de par le Tonalamatl, De cette façon la manipulation du livre 
deviendrait très difficile, si le tonalpouhqui (celui qui compte les 
jours) n'y remédiait par cette loi très simple : le premier jour de 
tannée rétablit l'équilibre entre les signes diurnaux et la série 
des « señores de la noche », en ce sens qu'il est combiné avec la 
figure qui lui revient normalement de par le Tonalamatl. A notre 
avis, les feuilles 21-22 du Codex Borbonicus^ placées immédiate- 
ment à la suite du Tonalamatl, ne sont autre chose que Texpres- 
sion de cette loi ; elles montrent comment il faut se servir de ce 
livre et prouvent par conséquent que les jours qui ont donné leur 
nom aux années sont, en qualité de régulateurs, les jours initiaux 
de ces années. 



II 

Comme nous Tavons exprimé plus haut en chiffres, Tannée mexi- 
caine se répartissait en 18 vingtaines, au bout desquelles se célé- 
braient régulièrement des fêles liturgiques. A ces vingtaines nous 
appliquons, bien qu'improprement, le terme de mois. Ces mois se 
succèdent dans Tordre suivant : 

AUcaualOy fête de Tlaloc 

Tlacaxipeualiztli, fête de Xipe 

Toçoziontli, fête de Cinteotl 

UeitoçozLli, fête de Cinteotl 

Toxcatl, fête de Tezcatlipoca* 

ElzalqualizUi, fête de Tlaloc 

TecuilhuitoniU^ fête de Uixtociuatl 

Ueitecuilhuill, fête de Xochipilli 

MiccailhuUzinlli (ou Tlaxochimacoi, petite fête des morts 

Ueimiccailhaitl (ou Xocouetzi), grande fête des morts 

Ochpaniztli, fête de Toei 

Teotleco, fête de Tezcatlipoca 

Tepeilhuitl, fête de Tlaloc 

Quecholli, fête de Mixcouatl 

Panquelzaliztli, fête de Uitzilopochtli 

Atemoztli, fête de Tlaloc 

Titill, fête de ilamatecutli 

Itzcalli, fête de Xiuhtecutli * 

1. L*indication des fêles est donnée ici diaprés les códice» VaticnmiH A et Telle- 



Digitized by 



Google 



â08 SOCIÉTÉ DËâ ÀHÉRlCÀiNtSTEd DE PARU 

Si nous sommes bien orientés sur la succession des mois, nous 
le sommes malheureusement de façon beaucoup moins parfaite sur 
le mois initial. Les plus anciens documents indiquent comme mois 
initial Atlcaualo ou Tlacaxipeualiztli. Parmi ceux qui font com- 
mencer Tannée par Atlcaualo^ nous pouvons citer Sahagun, Torquè- 
mada, le Codex IxtlilxochitL les interprètes du Telleriano-Remen- 
sis et du Vaticanas A, le Codex 1576 d'Aubin^ Duran, Martin 
de Leon, Vetancourt, Clavigero, Granados y Valdès, etc. ; tandis 
que Motolinia, le Codex Magliabecchi^ Gomara, Vaiadès, Ixtlilxo- 
chill, J. de la Serna, et, à la suite probablement de Siguensa y 
Gongora, Gemelli Carreri se prononcent pour le mois de Tlacaxi- 
peualiztli. Madame Zelia Nuttall adopte ce dernier avis. 

L'auleur du calendrier publié à la suite de Fédition des Memo- 
ríales de Motolinia par le M. L. Garcia Pimentel se distingue assez 
sensiblement des autres auteurs du xvi® siècle. Il fait apparemment 
commencer Tannée par le mois de Titilla mais il semble bien qu'il n'a 
en faisant cela d autre but que de faire coïncider la nouvelle année 
mexicaine avec la nouvelle année européenne K II n'est pas impos- 
sible que Cristobal del Castillo se soit inspiré des idées de cette 
école. En tout cas, Leon y Gama qui nous le présente comme sa 
principale source, adopta lui aussi le mois de Tititl comme pre- 
mier mois de son année; Dans la seconde moitié du xvii^ siècle, 
furent copiés ou composés un grand nombre de calendriers qui 
font commencer Tannée par Atemoztli ; et nous retrouvons le 
même mois initial dans l'édition des lettres de Cortés parLorenzana 
en 1770^. Il restait Itzcatli; celui-ci fut placé en tête des mois par 
Orozco y Berra. 

Ces discordances sont assez suggestives. Elles me font penser que 
chez les anciens Mexicains le passage de Tannée ancienne à une 
année nouvelle n'était pas aussi marqué que nous le croyons. Ils 
avaient une série continue de Tonalamatls; ces séries étaient jalon- 
nées tous les 365 jours par un signe qui donnait son nom à la 
période suivante. La présence de ce signe constitue proprement le 

rUtnO'Remenêia, colla lionnes avec le Codex MagliabecchLCt, Seler, Eine Liste der- 
Mexikanischen Monatsfeste, Gesammelte Abhandlungen^ I, p. 145, 151. 

1. Nous trouvons la même préoccupation chez Fauteur anonyme contre leque 
Sahagun mène la polémique de son Appendice au livre IV. 

2. Historia de Naeva Enpafla^ Mexico, Hogal, 1770. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 209 

cojmmencement de l'année. Tous les 52 ans, la série de7S Tonala-- 
niatU recommence, ce qui donne lieu à la grande fête du renouvel- 
lement du feu. Cette fête constitue le commencement d'un cycle et, 
à fortiori, le commencement d'une année. 

Pour connaître le mois initial d'une année, il nous faut donc 
chercher à quel mois correspond dans une année / Acatl^ le jour 
/ acatl^ et dans quel mois se célèbre la fameuse fête cyclique. A la 
suite d'une étude savamment conduite sur laquelle nous revien- 
drons à propos de la syncbronologie*, le professeur Seler montra 
que dans Tannée S Calli (1524 ) le jour ^ calli devait coïncider avec 
le premier jour de Toxcatl. Cette conclusion avait quelque chose 
de surprenant au premier abord. En réalité, elle n'est que très 
naturelle, puisque le mois Toxcatl est aussi celui où avait lieu le 
renouvellement du feu. L'étude des cérémonies qui caractérisent 
cette fête liturgique ne laisse pas de doute à cet égard ^. 

L'historien Chimalpain donne une indication très curieuse au 
sujet de la dernière fête cyclique qui eut lieu avant l'arrivée des 
Espagnols en l'année 1507 : « II acatl xihuitl. 1507 años. Ypan 
in toxiuh molpilli Huixachtecatl. yn icpac huetz tlecuahuitl ; ye 
nauhtetl yn quilpillico mexicayye ixquichica cate Tenuch tillan;... 
ypan cem ilhuitonalli nahui acatl. [Année deux roseau. 1507. Alors 
eut lieu la ligature de nos années sur le Huixachtecatl où fut 
allumé le feu ; ce fut la quat|*ième ligature que faisaient les Mexi- 
cains depuis qu*ils étaient à Tenochlitlan... dans le compte des 
jours au jour quatre roseau ^.] Ce passage dit clairement, semble-t- 
il, que la cérémonie du renouvellement du feu s'accomplit en 
1507 au jour 4 acatl. Faut-il en conclure ou bien que l'année 
i Acatl commençait au jour 4 acatly ou bien que la grande fête 
cyclique ne se célébrait pas au commencement de l'année? Nous 
ne le croyons pas. Si nous plaçons en tête des mois, comme Chi- 
malpain le faisait probablement, le mois d'Atlcaualo avec, comme 
signe initial, S acatl^ nous obtenons précisément 4 acatl comme 
premier jour du mois de Toxcatl. Nous ne pensons pas que Chi- 

1. Gesammelie Abhandlungen„.j\, p. Í73-Í83. 

2. Ed. Seler« « Die Aclitzehn Jahresfeste dei* Mexikaner ». Verô/fcntltchungen aus 
dtm Kgl. Mus. f. Vôlkerkunde, Berlin, VI, Heft 2/4, p. 130. 

3. Rémi Simeon, Annale» de Domingo Francisco de San Anton Muñoz Chimalpa- 
hin Qnanhthhuanitzin , 6* et 1' relations, Pari», 1899, p. 177. 



Digitized by 



Google 



210 SOCIÉTÉ DBS AMÉIUCANISTE8 DE PARIS 

malpain ait trouvé dans ses sources pictographiques Tindicatiou du 
jour 4 acatl. Il est plus vraisemblable qu'il y ait trouvé Tindication 
du mois ToxcatL et qu*il aU voulu transcrire celte donnée, en indi- 
quant le jour auquel la fête s'est accomplie. Ce procédé n'a rien 
d'extraordinaire chez les historiens qui commentent des docu- 
ments pictographiques. Seulement, Chimalpain s'est trompé dans 
l'identification du jour, en partant de l'idée fausse que Tannée 
commençàft au mois d'Aflcaualo. 

Nous trouvons aussi une allusion au mois initial de l'année mexi- 
caine dans le précieux document de la collection Humboldt dont 
nous pariions plus haut. La série des quatre fêtes annuelles, qui 
s'étend sur dix-neuf années, commence par Etzalqualiztli^ c'est-à- 
dire celle qui tombe au deuxième mois, si l'on commence l'année au 
premier ToxcatL Si l'année mexicaine avait commencé par Atlcauao 
ou par Tlacaxipeualiztli, il n*est pas probable que celte dernière 
fête eût figuré en quatrième lieu. Mais Thistorien Sahagun nous 
fournit une preuve plus convaincante que Tannée mexicaine com- 
mence plus tard qu'on ne Ta admis jusqu'ici. Au livre XII, ch. 3, 
il rapporte que Cortés arriva sur les côtes du Mexique vers la fin de 
Tannée IS Tochtli. Or l'arrivée de Cortés se place vers le milieu 
d'avril. Ce texte ne peut se comprendre que si Ton admet que le pas- 
sage de IS Tochtli k 1 Acatl a lieu au mois de Toxcatl ^ Vu l'impor- 
tance dece texte, je tiens aie transcrire en náhuatl. M. Seler Tacopié, 
il y a quelques années, du manuscrit de Madrid ; il Ta cité dans un 
de ses cours sur l'histoire de la conquête, et il a eu l'extrême obli- 
geance de mettre sa copie à ma disposition : « Auh niman ie mocuepa 
in xiuitl ie imonamicioc in matlactli omei Tochtli : auh ie tlamiz- 
nequi ie zonquizian in xiuitl omei Tochtli in quiçaco in ienoceppa 
ittoque [« et là-dessus déjà retourne Tannée, à Tépoque où déjà se 
rencontre 13 Lapin : et déjà est sur le point de se terminer, c'est 
déjà le moment où prend fin Tannée 13 Lapin, alors ils arrivent, 
alors ils sont vus de nouveau. »] 

1. Dans sa traduction du texte de Sahagun, p. 799, Rémi Simeon dit en note que 
ce texte est confus. Il serait exact pourTarrivée de Grijalva mais ne pourrait se com- 
prendre pour rarrivée do Cortes qui arriva en 1519. On voit au contraire que ce 
texte est très net et très précis. Il prouve simplement que Tannée 1 Acatl ne coïncide 
pas entièrement avec Tannée 1519, mais qu*elle commence en mai 1519 pour finir en 
mai 1520. Ce passage, comme une foule d'autres, montre que la publication critique 
du texte náhuatl de Sahagun répondrait h un réol bo«^oindos études mexicaines. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 211 

Il est une question connexe de celle de la succession des moid, 
c'est celle de la place des 5 nemontemi qui n'appartiennent à aucun 
mois. Ici les mexicanistes sont d accord pour placer ces jours 
immédiatement avant le commencement de Tannée nouvelle. Mais 
cet accord n'est qu'apparent, puisque ces jours se placent, tantôt 
avant Atlcaualo^ tantôt avant Tlacaxipeualiztli, suivant le mois 
qu'on considère comme initial. Nous avons établi avec M. Seler 
que le premier mois de l'année mexicaine est ToxCaiL Faut-il en 
conclure que les /lemo/i^emi précédaient immédiatement le premier 
jour de ce mois? Pas nécessairement. Si les nemontemi avaient 
occupé cette place, il est évident qu*ils auraient contribué à 
mettre en relief le premier jour de l'an et, dans ces conditions, 
on ne comprendrait pas qu'aucun auteur ancien ne parle de Toxcall 
comme mois initial de Tannée, ni des nemontemi comme le précé- 
dant immédiatement. Il me paraît bien plus vraisemblable d'ad- 
mettre que la place des nemontemi était déterminée par le Tonala- 
matly plutôt que par les fêtes liturgiques de Tannée. Je me suis 
livré sur ce point à quelques expériences, et le schéma de Tannée 
mexicaine qui me plait le plus est celui qui place les nemontemi 
immédiatement avant le jour / cipactli dans une année / Acatl^ 
immédiatement avant le jour î miquiztli dans une année ^ Tecpatl^ 
avant le jour S oçomàtli dans une année S Gallic avant le jour 
4 cozcaquauhtli dsins une année 4 Tochtli^ etc. De cette façon, les 
/lemo/iiemi tomberaient régulièrement les ,204, 205, 206, 207 et 
208®" jours de Tannée, immédiatement après le 3® jour de Panquet- 
zaliztli. A titre de curiosité, je donne, page suivante, un schéma. 

Ma construction aurait l'avantage d*expliquer l'incertitude qui 
régnait au sujet du commencement de Tannée. Le premier jour de 
Tan n'est pas mis en vedette, parce que certains mois de Tannée 
/ Aca// commencent par acatlei d'autres par tecpatl, certains mois 
de 3 Tecpatl commencent par tecpatl et d'autres par calii. De plus, 
elle expliquerait comment certains auteurs ont pu considérer les 
jours cipactli^ miquiztli^ oçomàtli el cozcaquauhtli, respectivement, 
comme jours iniliaux des années Acatl, Tecpatl, Calli et Tochtli. 
Mais, je le confesse volontiers, je n'ai trouvé jusqu'ici aucun fait 
positif qui me permette d'imposer mon schéma avec quelque chance 
de succès. Je constate donc que sur ce point notre ignorance est 
absolue. Au point de vue synchronologique, cela ne nous gène pas 



Digitized by 



Google 



212 



SOCIÉTÉ DES AMÉRlCAMSTIùS DE PARIS 



beaucoup ; mais, pour le déchiflrement des pictographies, il impor- 
terait que nous puissions avec quelque sûreté combiner les signes 
diurnaux d'une année quelconque et le « señor de la noche », avec 
lequel les prêtres et les devins les meltaient en rapport. A cette con- 
dition, il nous serait peut-être possible de pénétrer quelquefois le 





s 

1 


3 

N 

s 
cr 

1 


1 

S 

JZ 

1 


1 

'3 

s 


a 

1 

3 

î 


3 

'S 

1 

Ê 


2 

i 

JZ 

o 

o 


1 

V 

H 


'3 

1 
¿5 


"c 

3 


c 


3 
< 


2 


1 


o 

le 
s 

1 

< 


1 
1 

1 


13 

H 


'Z 


2 


XUI 








9 


3 


10 


4 


n 


5 




6 


















XIV 








10 




11 


5 


12 







7 


















XV 




10 




11 




12 


6 


13 


7 




8 


















XVI 




11 




13 




13 


7 


1 


8 




9 


















XVII 




13 




13 




1 


8 


2 


9 




to 


















XVIII 




13 




1 




2 


9 


^ 


10 




11 


5 


12 


6 


13 


7 




8 


3 


XIX 








i 




3 


10 


4 


11 




12 




13 


7 


1 


8 




9 




XX 








3 


10 


4 


11 


5 


12 




13 






8 


2 


9 




to 




I 






10 


A 


11 


5 


12 


6 


13 




1 






9 


3 


10 




11 




II 


10 


4 


11 


5 


12 


6 


13 


7 


1 




2 






10 


4 


11 




12 




ni 


It 




n 





13 


7 


1 


8 


2 




3 


10 




11 


5 


12 




13 




IV 


13 


6 


13 


7 




8 


2 


9 


3 




4 


11 




12 





13 




1 




V 


13 






8 




9 


3 


10 


4 




5 


12 




13 


7 


1 




2 




VI 








9 




10 


4 


11 


5 







13 




1 


8 


2 




3 




VII 








10 




11 


5 


12 


6 




7 




8 


2 


9 


3 


10 


4 




VIII 




10 




11 




12 


6 


13 


7 




8 




9 


3 


10 


4 


11 


5 




IX 




11 




13 




13 


7 


1 


8 




9 




10 


4 


11 


5 


12 


6 




.X 




12 




13 




1 


8 


2 


9 




10 




11 


5 


12 


6 


13 


7 




XI 




13 




1 


8 


2 


9 


3 


10 




11 




12 


6 


13 


7 




K 




XII 








2 


9 


3 


10 


4 


11 




12 




13 


7 


1 


8 




9 




XIII 






















13 




1 


8 


2 


9 




10 




XIV 






















1 




2 


9 


3 


10 




11 




XV 






















2 




3 


10 


4 


11 




12 


1 


XVI 






















3 


10 


4 


11 


5 


12 




13 




1 XVII 



















sss 


jg_^ 




4 


11 


5 


12 


6 


13 


. '^ 


1 


^j_ 



profond mystère qui enveloppe les dates combinées d'années et de 
jours que nous trouvons dans le Codex Vindobonensis^ dans le 
Codex Nuttall^ dans le Codex Bodleianus. etc. 



III 



Avant d'aborder la question la plus importante au point de vue 
historique, celle de la concordance du calendrier mexicain avec le 
calendrier européen, il convient d'examiner les rapports de Tannée 
mexicaine avec Tannée solaire réelle. Composée de 365 jours, elle 
était plus courte de quelques heures que Tannée solaire, et nous ne 



Digitized by 



Google 



LE CALEiNDRlKR MEXICAIN 213 

doutons pas que les anciens Mexicains, en bons astronomes et en 
bons mathématiciens qu'ils étaient, ne se soient aperçus du désac- 
cord qui résulte de ce fait entre leur année et Tannée solaire. Mais 
il importe surtout de savoir s'ils ont fait quelque chose pour réparer 
ce désaccord. A cette question, différents auteurs ont répondu de 
façon différente. 

Motolinia dit expressément que les anciens Mexicains ne connais- 
saient pas Fintercalalion et qu'il se produit un glissement lent mais 
continu de leur année sur Tannée solaire K Torquemada, ainsi que 
Fauteur de la Crónica de la S. Provincia del santísimo nombre de 
Jesus de Guatemala (de l'année 1683), est du même avis*^. Saha- 
gun, auquel nous devons nos renseignements les plus précieux sur 
les anciennes civilisations du Mexique, dit que les Mexicains inter- 
calaient un jour tous les quatre ans. M. Seler pense que c'est là 
une hypothèse personnelle de l'auteur ^.. M*"® Zelia Nuttall 
s'appuyant sur l'appendice du livre quatrième, conteste l'interpré- 
tation de M. Seler '*. Cet appendice constitue une polémique contre 
un auteur anonyme qui avait écrit sur le calendrier. L'auteur ano- 
nyme avait prétendu que l'année bissextile échappa aux Mexicains 
et Sahagun dit que c'est faux, « parce que ce qui s'appelait chez eux 
le calendrier véritable comptait trois cent soixante-cinq jours et trois 
cent soixante-six tous les quatre ans, le jour additionnel servant à 
une fête périodique » ^. Je ferai remarquer que tout cet appendice 
repose moins sur des informations prises auprès des Indiens que 
sur des opinions personnelles de Sahagun. C'est une des parties les 
plus faibles de l'importante œuvre encyclopédique du P. Sahagun. 
Elle nous révèle que, malgré ses recherches méthodiques, le bon 
missionnaire ne s'était pas fait une idée exacte des rapports qui 
existent entre le Tonalamatl et le calendrier solaire. Il les consi- 



i, L.Garcia Pimentel, Memoria le» de Fray Toribio de Motolinia, Mexico, 1903, 
p. 36. 

2. Ed. Seler, « Die Korrekluren der Jahreslftnge »... ZeiUchrift fur Ethnologie, 
Í903, 1, p. 28. 

3. Ed. Seler, Ibid., p. 27. 

4. Zelia NuttaU. « The periodical adjustments of the ancient Mexican Calendar », 
dans : American A nth ropo log ist^ vol. VI, n® 4, 1904, p. 487. 

5. HiÈtoire générale des choses de la Nouvelle Espagne, trad. Jourdanet, Paris, 
Masson, 1880, p. 287. 



Digitized by 



Google 



214 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

dère comme deux choses essentiellement différentes, condamne le 
premier comme une invention diabolique et semble ne pas s'être 
aperçu qu'en réalité le Xippoualli ne s'est jamais compté qu'à 
l'aide du TonalamatL Bref, nous persistons à croire que les œuvres 
de Sahagun ne permettent pas de conclure que les anciens Mexi- 
cains aient corrigé leur année de 365 jours par des intercalations 
périodiques quelconques. 

Au XVI® siècle, il existait donc deux théories sur la question de 
rintercalation : la première la niait catégoriquement, la deuxième 
l'affirmait. Les premiers avaient raison, en disant que les anciens 
Mexicains, avant leur contact avec les Européens, n'avaient pas 
senti le besoin de mettre par l'intercalation d'un jour tous les 
quatre ans leur année d'accord avec l'année Julienne ; les deuxièmes 
n'avaient pas tort en affirmant que, depuis une certaine époque, 
l'intercalation bissextile se pratiquait. En effet, aussitôt après la 
conquête, uncertain nombre de missionnaires ont pensé qu'il fallait 
conserver aux indigènes leur comput national et que, pour ce 
faire, il était nécessaire d'intercaler tous les quatre ans un jour et 
de pratiquer cette intercalation au mois de février dans les années 
Tecpatl^ c'est-à-dire dans les années où l'intercalation a lieu dans 
le calendrier julien. 

Ce fait nous est prouvé par le texte suivant : « De manera que 
sobre esta figura se haràn dos dias con el numero que le cupiere, 
como se hacen dos dias la segunda. Haciéndose asi nunca mas 
terna confusion .como hasta aqui han tenido por la falta del 
bisexto ^ » Dans la première moitié du xvi® siècle un grand nombre 
de calendriers ont été composés dans le but évident de mettre 
Tannée mexicaine d'accord avec Tannée Julienne. Mendieta * parle 
d'un de ces calendriers, rédigé sous la forme d'une roue : « Este 
calendario saco cierto religioso en rueda con mucha curiosidad y sub- 
tileza, conformándolo con la cuenta de nuestro calendario^ y era 
cosa bien de ver : yo lo vi y tuve en mi poder en una tabla mas hà 
de cuarenta años en el convento de Tlaxcala. Mas porque era cosa 

1. Ce texte est publié dans les Memoriales de Motolinia à la page 53. Il provient 
selon toute vraisemblance du même auteur que la roue fîjçurée à la suite de cet impor- 
tant document. 

2. Historia Kcclesiasticn indiana, éd. J. Garcia Icazbalceta. Mexico, 4870. Livre II, 
ch. 15, p. 98. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 215 

peligrosa que anduviese entre los Indios, trayendoles à la memoria 
las cosas de su infidelidad y idolairia antigua (porque en cada dia 
tenian su fiesta y idolo á quien la haoian con sus ritos y ceremo- 
nias), por tanto, con mucha razón fué mandado que el tal calenda- 
rio se extirpase del todo, y no pareciese, como el dia de hoy no 
parece, ni hay memoria. de él. Aunque es verdad que algunos 
Indios viejos y otros curiosos tienen aun al presente en la memo- 
ria los dichos meses y sus nombres, y los han pintado en algunas 
partes, y eh particular en la portería del convento de Coatlinchan. » 
Ce passage de Mendieta fait allusion à un calendrier conçu sous forme 
d'une roue, analogue à celui qui se trouve publié à la suite, des 
Memoriales de Motolinia et à celui publié par Valadès dans sa 
Rheiorica. Ces deux derniers calendriers peuvent remonter, comme 
nous le montrerons plus loin, le premier aux années 1528-1532 
et le deuxième aux années 1532-1536. 

Vers cette époque, nous pouvons placer de multiples tentatives 
synchronologiques et Tintroduction d'une intercalation tous les 
quatre ans. L'intercalation ne fut acceptée que par les Indiens 
hispanisés, tandis que les autres continuèrent à compter suivant 
leurs vieux usages ; de plus, les Indiens hispanisés eux-mêmes 
n'ont pas toujours pu se mettre d'accord sur la méthode d'intercala- 
tion et de cet ensemble de faits est née l'extrême difficulté que 
nous éprouvons quand nous voulons étudier le calendrier mexicain 
à l'aide des documents du xvi® siècle. 

Le XVII® engendra de nouvelles théories. J. de la Sema * ne crut 
pas à Tinte rcalation de tous les quatre ans et imagina que les 
anciens iViexicains attendaient la fin de leur cycle de 52 ans pour 
rétablir l'équilibre entre leur année et l'année solaire réelle. Telle 
est aussi la théorie de Siguenza y Gongora dont nous ne possé- 
dons malheureusement plus les œuvres, de Glavigero et d'un grand 
nombre d'autres mexicanistes. L'intercalation de 13 jours tous les 
52 ans donne le même résultat que celle d'un jour tous les 4 ans, 
c'est-à-dire qu'au bout de 1.040 ans, on a intercalé un certain 
nombre de jours, en trop. 

Le célèbre Leon y Gama, pour arriver à ujie exactitude plus 

i. « Manual de los Ministros de Indias >». Anale» del museo nacional deMexicOf t. VI, 
4900, p. 323. 



Digitized by 



Google 



216 SOaÉTÉ *DES AMÉRICAMSTES DE PARIS 

grande, voulut que Tintercalation ait été de 13 jours au bout d'un 
cycle ordinaire et de 12 jours au bout d'un grand cycle. De cette 
façon, on eût intercalé 250 jours dans Tespace de 1 .040 ans. Ceci non 
plus ne représente pas la plus grande exactitude. Aussi Fabrega 
et Huiiiboldt, s'appíuyánt à torl sur un passage du Codex Borgia^ 
admettent rintercalation de 13 jours tous les 52 ans, à condition 
dé retrancher 7 jours au b6ut d'une période de 1.040 ans. Au lieu 
de 7 jours, M. Oro7.co y Berra propose de retrancher 8 jours. 
M"™« Zelia Nu.ttall adopte aussi le système de Tintercalation de 
13 jours tous les 52 ans et montre très ingénieusement comment 
les anciens Mexicains auraient pu développer leur admirable corn- 
put et se créer une véritable ère. Mais le grand défaut de tous ces 
systèmes est de donner libre cours à l'imagination et de ne pas s'en 
tenir aux faits: ils tiennent plus compte de ce que les anciens 
Mexicains auraient pu faire que de ce que qu'ils ont fait en réalité. 
Jusqu'ici aucun renseignement positif n'atteste que les anciens 
Mexicains aient distingué entre eux leurs différents cycles et se 
soient créé une ère. Les documents pictographiques, autant que 
la connaissance que nous en avons nous permet de l'affirmer, 
ne portent aucune trace d'une intercalation de 13 jours qui aurait 
précédé la cérémonie du renouvellement du feu. Dans son étude 
sur les documents de la collection Humboldt à Berlin *, M. Seler 
aboutit à la conclusion que les anciens Mexicains n'avaient pas 
connu rintercalation. En effet la date que la conférence des Indiens 
convoqués par Sahagun assigna comme jour initial de l'année, 
tombe 10 jours plus tôt qu'à Tépoque de la conquête. C'est précisé- 
ment le nombre des jours intercalés dans l'intervalle par l'année 
Julienne. Plus tard, cependant M. Seler émit lui aussi une hypo- 
thèse d'intercalation ^ ; d'après lui, rintercalation serait do 10 jours 
après une période de 42 ans. Cette hypothèse 8*appuie sur l'étude 
comparative et l'interprétation de certains documents pictogra- 
phiques ; mais elle ne résiste malheureusement pas à une critique 
rigoureuse. Sur les feuilles 26-29 du Codex Fejérvary-Mayer^ 

1. u Die mexikanischen Bilderhandschriften Alexander von HumboldCs in dcr 
Kgl. Bibl. zu Berlin ». Berlin, 1893. Voir Gesammelte Abhandlungen, I, p. 481. 

2. Ed. Seler, « Die Korrekturen der Jahresl&nge und der Lftnge der Venusperiode 
in den mexikanischen Bildersctiriflen ». Zeihchrift fur Ethnologie, 1903, Heft I, 
p. 27-49. 



Digitized by 



Google 



LK CALENDRIER MEXICAIN 217 

M. Seler crut trouver Tindicâtion d'une période de 59 jours ; 
ces 59 jours mullipliés par 260 jours produisent 42 ans plus 10 jours. 
Les feuiles 26-29 du Codea: Fejervary semblent donc indiquer une 
période de temps de 42 ans au bout de laquelle les anciens Mexi- 
cains pratiquaient une intercalation de 10 jours. Cette interca- 
lation serait indiquée également dans des passages parallèles du 
même Codex Fejerva^ry-Mayer^ du Códice di Bologna et sur les 
feuilles 49-52 du Codex Borgia. Dans le Codex Nultall, il fau- 
drait lire une correction de Tannée solaire au bout d*une période 
de 82 ans et une correction des périodes vénusiennes au bout de 
88 ans. 

Nous croyons que les feuilles 26-29 du Codex Fèjérvary. Mayer ^ 
qui forment la base de Targumentalion de M. Seler, permettent une 
interprétation différente de celle du savant professeur de mexica- 
nisme. Pour obtenir la période de 59 jours, il est obligé de combi- 
ner successivement avec les signés cipactli^ acatl, couatl, olin, ail 
les disques en couleurs qui se trouvent sur la partie inférieure des 
dites feuilles, en ayant soin d'insérer à chaque feuille un signe qui 
ne se trouve nulle part indiqué. En réalité, les disques sont au 
nombre de 51 ; pour obtenir le nombre 59, il faut donc y ajouter 
un des 5 signes susmentionnés, et 7 autres signes. Les 5 séries, 
qu'on forme ainsi, el qui sont dominées par les signes de la f. 26, 
ont rinconvénient de ne pas s'enchaîner entre elles. La série com- 
mençant par cipacUi ne se raccorda pas à celle commençant par 
acatl^ pas plus que cette dernière à celle commençant par 
couatl. Nous préférons voir dans les représentations des feuilles 
indiquées plus haut, non pas une série de 59 jours, mais un Tonala- 
mail abrégé, divisé en 5 séries de 52 jours. Les signes cipactli, 
acatlj couatl y olin^ ail, sont respectivement les signes initiaux 
de ces séries. Si Ton combine le signe cipactli avec le nombre 1 , et 
que Ton compte un signe sur chacun des disques en couleurs, on 
retournera au bout de 52 joui*s au signe acally combiné avec le 
nombre 1, etc. On obtient ainsi le schéma suivant'. Ce n'est 



1. i 


8 


13 


6 


2 


10 7 


CipacUi 


TochUi 


AcaU 


Quiavitl 


Tochtli 


Cozcaquauhtli Miquizlli 


AcaU 


Xóchitl 


CouaU 


Oçomàtli 


Xóchitl 


TochUU Tccpati 


Couall 


MâlinaUi 


Olin 


Calli 


Malinalli 


Xóchitl itzcuintli 


Olin 


Cuetzpalin 


AU 


QuauhUi 


Cuetzpalin 


Malioalli Éècatl 



Atl Cozcaquauht CipacUi Maçatl Cozcaquatihtïi Cuetzpalin Ocolotl 



Digitized by 



Google 



218 SOUÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

pas le moment ici de nous étendre sur le symbolisme des figures 
qui accompagnent les divisions de ce Tonalamatl et qui sont jus- 
qu'ici très énigmatiques ; mais nous croyons pouvoir dire avec cer- 
titude que ces feuilles sont une représentation abrégée ou simpli- 
fiée, si Ton veut, du Tonalamatl. 

Je tiens à faire remarquer aussi que la période de 82 ans que 
M. Seler croit reconnaître sur les premières feuilles du Codes 
Nattai/^ ne répond en aucune façon à la période de 42 ans, mais 
permettrait de supposer plutôt une période de 41 ans. De plus, les 
figures représentées dans le Codex Nuttall sont encore tout enve- 
loppées de mystère. Je vais donc me permettre quelques observa- 
tions au sujet de Tinterprétation des feuilles 1-3 tentée par M. Seler. 
La répétition sur la première feuille des signes 1 Acatl^ i cipactli et 
7 lecpatl-1 o¿m n'est pas, à mon sens, suffisamment motivée. Dans 
toute cette période de 82 ans, 4 ans seulement sont indiqués : 
/ Acatl^ 7 Tecpatl, 3 Acatl^ 5 Calli. Pour obtenir une série conti- 
nue, on est obligé d'admettre que les deux dernières années appar- 
tiennent à un deuxième cycle ; il faut donc leur ajouter 52 ans. Cette 
addition de 52 ans nous laisserait moins sceptique si la série des 
années était plus nombreuse. Comme il n'y a que deux ans apparte- 
nant au deuxième cycle, il se peut très bien que ce soit par un simple 
hasard qu'ils forment une série continue au moyen de l'insertion 
d'un cycle de 52 ans. D'ailleurs ces deux années 3 Acatl^ 5 Calli 
reviennent combinées avec des jours différents. Cela ne permet-il 
pas de supposer que le peintre a voulu exprimer autre chose 
qu'une période de 82 ans ^ ? Quant à la correction de la période 
Vénusienne, elle est indiquée, chose assez bizarre, comme devant 
s'accomplir après 88 ans + 361 jours, et pour obtenir cette 
période il faut lire la feuille 4 dans une autre direction que les 
feuilles 1-3. 

Nous persistons à croire que, jusqu'ici, aucun renseignement posi- 
tif ne prouve que les anciens Mexicains aient corrigé la durée de 
leur année. Comme ils comptaient simultanément le cours du soleil 
et de la planète Vénus, toute correction aurait même abouti à com- 

1. La date 5 Calli^ 7 couatl peut signifiei* aussi bien le 263« jour que le 3« jour de 
cette année. 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MEXICAIN 219 

pliquer outre mesure leur système chronologique. En effet, s'ils 
intercalaient, ils ne comptaient pas les jours intercalaires. Car, s'ils 
les avaient comptés, leur année n'aurait pas pu garderie même jour 
initial et ce fait serait d'une portée trop grande pour que nous n'en 
trouvions pas de traces dans les manuscrits pictographiques. 
S'ils intercalaient des jours sans les compter, il s'établissait' un 
comput solaire différent du comput vénusien. Supposons que le 
dernier signe diurnal de la dernière année du cycle {i Tochtliy 
/ malinallî) s'applique à chacun des 13 jours intercalaires qui le 
suivent, le premier jour de Tannée orne Acatl devra s'appeler 
orne miquiztli dans le comput vénusien. A partir de ce moment, 
chaque jour aura un nom différent dans le calendrier solaire et 
dans le calendrier de la planète Vénus et, au moment où il faudra 
corriger ce dernier calendrier, l'harmonie sera brisée encore 
davantage. Rien n'atteste que lés anciens Mexicains aient com- 
pliqué de cette façon leur calendrier et il est bien plus raison- 
nable d'admettre qu'ils se sont contentés de fixer dans leurs pic- 
tographies les rapports réelt existant à un moment déterminé entre 
le cours des corps célestes. 

Nous nous sommes arrêté plus longuement sur la question de 
rintercalation. Elle est d'une grande importance non seulement 
pour la synchronologie, mais aussi pour l'interprétation .des céré- 
monies qui s'accomplissent aux différentes fêtes. S'il est vrai que 
les Mexicains ne pratiquaient pas l'intercalalion, leurs fêtes se 
déplaçaient continuellement par rapport au cours apparent du 
soleil. Ainsi telle fête qui, du temps de la conquête, se célébrait à 
Téquinoxe du printemps se serait célébrée vers le solstice d'été 
quatre siècles plus tôt, à moins que le calendrier n'ait été rema- 
nié dans l'intervalle. Dans ces conditions, il n'est évidemment pas . 
permis de chercher dans le caractère de la saison où elles se 
célèbrent, l'explication de toutes les cérémonies qui accompagnent 
les fêtes. 

Nous arrivons à la synchronologie. La concordance des années 
mexicaines avec les années européennes ne nous occupera pas Ion- 
temps, Il existe cependant à son sujet quelques divergences parmi 
les anciens auteurs. Les interprètes du Codex Mendoza se sont 
trompés sur l'identification de la date i Calli indiquée dans ce 
Codex comme l'année de la fondation de Mexico-Tenochtitlan. 



Digitized by 



Google 



220 SOCIÉTÉ uEâ AMERICAN IStlâS UK PaAIS 

Siguenza y Gongora * idenlilie l'annexe 1520 avec / Acalla alors 
qu'en réalité / Acatl s'étend de mai 1519 au mois de mai 1520. 
D'après le calendrier toltèque de Boturini 2, l'année 1520 répon- 
drait à l'année /5 Acatl du calendrier indien. Mais cette question 
semble définitivement résolue. Aujourd'hui on est d'accord pour 
identifier l'année 1519 avec l'année indienne, ce Acatl. 

L'identification des jours du calendrier mexicain avec ceux de 
notre calendrier donne lieu à des difficultés plus sérieuses. Celles- 
ci résultent en partie de Tincertilude qui a régné sur le jour ini- 
tial, sur le mois initial de l'année ainsi que sur Fintercalation. Je 
ne parle pas des différences locales qui peuvent avoir existé. La 
correction Grégorienne qui rétablit Téquilibre entre Tannée euro- 
péenne et l'année solaire réelle, ne contribue pas à simplifier la 
concordance du calendrier mexicain javec notre calendrier. Les plus 
grandes divergences sont nées peut-être du fait que la plupart des 
historiens ont interprété à leur façon les dates qu'ils trouvaient 
indiquées dans leurs sources. 

La date qui présente le plus de garaiflies pour les études synchro- 
nologiques est celle de la prise de Mexico. Les auteurs Espagnols 
sont ici d'une grande précision et placent cet événement mémorable 
le 13 août de l'année 1521, tandis que les auteurs indigènes lui 
assignent le jour / couatl de l'année S Calli. Leon y Gama semble 
avoir songé à prendre cette date comme base de ses études ; mais 
ne parvenant pas à l'expliquer, il lui a cherché un sens métapho- 
rique. D'après lui, le jour / couatl désigne simplement un jour 
néfaste. En effet, dans le système de calendrier dont il est l'auteur, 
/ couatl^ 105® jour du Tonalamatl^ est toujours le dernier des 
5 nemontemi et par conséquent funeste. Il cite à ce propos le pas- 
sage suivant de Cristobal del Castillo ^ « : Ca iniquac tzonquiz in 
necaliliztli in moman in chimalli ; izceuh in teoatl tlachinolli, inic 
poliuhque in Tenuchca Tlatilolca. Auh ca huel iquac in oncalac tona- 
tiuh yehuatl izcemilhui-tonalpohualli ca yehuatl iz ce cohuatl ini- 
quechol atl, oncan tlatoa in Huei Tlalloc moncahuia yaomalinal- 

1. Voir Veta ncurt, Teatro Mexicano^ 2« partie, tome II, chop. 7, pp. 66-68. 

2. Bustamaule, Historia de las conquistas de Hernando Cortés, écrite par Gomara 
et traduite en mexicain par Chimalpain, I, p. 193-211. 

3. Gama, Descripción histórica y cronológica de las dos pi<*dras,,, Mexico, 1792, 
p. 83-81, note V. 



Digitized by 



Google 



22 (3 mai). 



s 



.s 



9 

cr 

I 

M 



9 
M 

9 
O 

*5 

D 



s 

I 

9 

8 
s 



o 
o 



9 
M 



8 

a 



"F 



S 

a 

M 

o 
O 



o 

H 



*9 

1 

H 



O 



o 

9 

a 



.a 
I 

g- 

c 



t 
a 
I 



o 
B 

< 



e 



;3 






9 

u 



9 

S. 



S 

8 






— 


4 
9 
5 
/k 

6 
i 

1 

* 

/» 

9 
C 

10 
d 

11 

e 

12 


11. 

i 

12 

a 

la 
/> 

1 
c 

2 

d 

3 

e 

T 

6 


5 

6 
c 


12 

d 

13 
é 


6 

/• 
7 
9 


13 

1 
i 

2 

a 

"3" 
/> 

4 
c 

& 
d 

6 

"« 

"T 
il 

8 


7 

a 

9 

C 

10 
d 

11 

e 

12 

13 

1 
h 

2 


7 
_d 

8 

e 

"S" 

f 

10 

11 

12 
i 

13 


1 II 8 


2 

3 

4 
i 

* 

b 

7 


9 

i 

10 

* 

11 

b 

12 
c 

li" 
d 

1 



1 


8 


C 


e 


2 


9 


d 


/• 


3 


10 


e 


9 



? I 3 I 





8 




9 






b 




r 






9 




10 






c 




9 






10 




11 






d 




/k 




4 


H 


» 


12 





Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



LE CALENDRIER MBXICAIK 



221 



lezahiûll. Auh inipan inillapohuallo in xiuhtlapohualli ca yei Calli 
in xihuitl. » [« Lorsque prit fin la bataille, alors on reposa le bou- 
clier, la guerre se refroidit ; sur cela furent vaincus les Mexicains, 
les Tlatelolcans. Et c'était exactement lorsque le soleil descendit à 
rOccident dans leur compte des jours le signe un serpent dont le 
quecholli (c.-a.-d. le « señor de la noche * ») est Chalchiuhtlicue ; 
alors parla le grand-prêlre de Tlaloc : il s'arrête le mauvais pré- 
sage de la guerre. Et dans leur compte des années, c'était l'année 
trois Maison, »] 

Ce passage indique que le jour ce cou at l avait comme seflor 
de la noche, Chalchiuhtlicue qui s'appelle aussi simplement atl 
Gama en fut d'abord quelque peu embarrassé, puisqu'il savait que 
les nemontemi étaient dépourvus de toute figure augúrale. Mais il 
trouva, pour ce fait, encore une explication métaphorique et y 
vit une simple allusion à la pluie qui tomba ce jour. Ces interpré- 
tations nous paraissent inadmissibles. Le grand historien Orozco y 
Berra, pour expliquer la date / couatl, imagine une année S Calli 
commençant au mois d'Itzcalli par le jour 9 oçomotli. Pour que 
le jour / couatl soit déterminé par Chalchiuhtlicue il combine 
le jour initial de son année avec la figure Xiuhtecutli. Cela nous 
paraît purement' arbitraire ; car, dans le Tonalamatl théorique, ce 
jour est accompagné de Tlaloc, Orozco y Berra prétend en outre, 
contrairement à notre interprétation des feuilles 21-22 du Codex 
Borbonicus, que la combinaison c|es señores de la noçhe avec les 
signes diurnaux est la même pour toutes les années indistincte- 
ment. 

M°>® Zelia Nuttall identifie le 13 août 1521 avec le jour / couatl, 
15® du mois de Tlaxochimaco ^'une année 3 Calli dont le jour 
initial serait S oçomotli = l®*" de Tlacaxipeualistli, 11 mars du 
calendrier Julien. Cette synchronologié.a l'avantage de s'accorder 
avec rhistorien Chimalpain ^ qui place la prise de Mexico au mois 
de Tlaxochimaco {miccailhuitzintli) ; mais elle a l'inconvénient 
de ne pas tenir compte de l'indication de Cristobal del Castillo qui 

i, Leon y Gama {De$cripcion histórica y cronológica,,, p. 34) dit : '< Hacian los 
Indios tanto aprecio de los nueve acomp^fiados, que les daban, por autonomasia, el 
titulo de quecholli, nombre de un pajaro de. rica y hermosa pluma... » 

2. R. Simeon, Annales de D, F* de 5. Anton Muñón Chimalpahin, -r Bibliothèque 
linguistique américaine, XII. Paris. Maisonneuve, 1889, p. 494. 

SaeiM des Américanistes de Paris, i% 



Digitized by 



Google 



222 SOCIÉTÉ DES AMÉRÍCANISTES DE PARIS 

veut que / couatl soit déterminé par Chalchiuhtlicue^ et l'incon- 
vénient plus grave, selon nous, de considérer les années Acail 
comme commençant par cipactli et comme renfermant, du 53® jour 
jusqu'au 313®, une année liturgique qui commencerait par âCd//. 

Le système synchronologique de M. Seler repose sur une étude 
systématique de l'histoire de Sahagun, confrontée selon les règles 
d'une bonne critique avec les données d^d autres historiens '. Dans 
ce système, le 13 août de Tannée 1521 répond au jour 1 couail^ 
3® du mois de XocouetziiUei miccsdlhuitl) ^ et Tannée 3 Calli dont 
le jour initial porte le même signe, commence au l®*" Toxcatl qui 
équivaut au 3 mai. On pourrait objecter à cette synchronologie de 
ne pas tenir compte de l'indication de Chimalpain qui place la date 
de la prise de Mexico un mois plus tôt, au mois de Tlaxochimaco. 
Mais il est très probable que Chimalpain n'a pas pris cette indica- 
tion dans ses sources ; il aura plutôt calculé lui-même le mois dans 
lequel cet événement devait avoir eu lieu. Dans ce calcul il sera parti 
d'un système de calendrier analogue à celui du Codex Magliabecchi^ 
du Codex Vaticanus A, dlxtlilxochitl, etc. Il a ainsi posé en prin- 
cipe que le premier jour de Tlacaxipeualiztli doit se placer vers 
le 20 mars et que le 13 août ne peut tomber qu'au mois de Tlaxo- 
chimaco. L'indication du mois complétant celle du signe diurnal 
/ couaíl n'est d'ailleurs pas superflue ; car ce signe apparaît deux 
fois dans une année 3 Çalli. Cristobal del Castillo a senti, lui aussi, 
le besoin de distinguer le jour / couatl de son homonyme et il le 
fait en indiquant le sefior de la noche qui le détermine. Cette 
indication : « / couatl dont la figure déterminante est Chalchiuhtli- 
cue » nous parait importante. Elle prouve «n effet que Tannée com- 
mençait au jour 5 calli (c'est-à-dire au l'^^jour de Toxcatl) et pas 
avant. En effet, si nous la faisions remonter de 3 jours plus haut, 
nous arriverions au jour initial du Tonalamatl^ / cipactli.Or, ce 
jour, comme nous avons déjà eu Toccasion de le montrer, entratne 
fatalement un désaccord entre la série des treizaines et des neu- 
vaines. Si donc / couatl. est combiné avec Chalchiuhtlicue^ la 
figure qui lui revient, de par le Tonalamatl théorique, c'est que le 
jour initial [3 calli) de Tannée 3 Calli a rétabli l'équilibre entre les 
treizaines et les neuvaines, conformément aux indications des 
f. 21-22, du Codex Borbonicus. 

1. Sc]Qr,G6f 4mme//e i4Mafi(//ufi^eii, I, p. i77-i83« 



Digitized by 



Google 



LE CALBMDRIBB llBXlGAIN 223 

Il me reste à dire un mot de la synchronologie. des anciens his- 
toriens du Mexique. Pour simplifier cet exposé, je tâcherai de les 
ranger en groupes et de rattacher leurs systèmes, autant que 
cela m'est possible, aux années pour lesquelles il sont exacts, en 
supposant que les différences proviennent de Tabsence d'intercala- 
tion *. La liste ci-dessous indique la concordance du l*' jour de 

Toxcatl avec Tannée européenne, «dans la période de temps qui 

suit la conquête : 

1520-1524 — 3 mai 
1524-1528 — 2 mai 

a) 1528-1532 — 1«' mai 

b) 1532-1536 — 30 avril 
1536-1540 — 29 avril 
1540-1544 — 28 avril 
1544-1548 — 27 avril 

c) 1548-1552 — 26 avril 
1552-1556 — 25 avril 
1556-1560 — 24 avril 

d) 1560-1564 — 23 avrjl 
1564-1568 — 22 avril 

e) 1568-1572 — 21 avril 

Le calendrier publié à la suite des Memoriales de Motolinia^ 
publiés par M. L. Garcia Pimentel et dont nous avons parlé plus 
haut, se vérifie pour les années 1528-1532. Il est daté cependant 
de 1549; ipais Tauteur a soin d'indiquer que ^intercalation se fait 
dans chaque année Tecpail^ au mois de février. Ce serait entre 
1528 et 1532 que cette méthode d'intercalation aurait été intro- 
duite pour maintenir le. calendrier de cette époque en équilibre 
avec Tannée européenne. L'identification de ce calendrier avec 
celi^i des années 1528-1532, suppose que le mois initial de 
celte année soit TilitV Le motif de ce choix est très clair. En ces 
années, il se trouvait précisément que le premier jour du mois de 

i. Ce groupement des systèmes chronologiques qV (^Tun caractère provisoii*e. 
Bien d*autres causes ont pu produire la diÎTérence que nous y trouvons. Il est pro- 
bable, par exemple, que quelques-uns de ces systèmes sont nés de tentatives 
malheureuses de concordance entre certaines dates. 



Digitized by 



Google 



2â4 SOCIÉTÉ DES AllAiaCAlflSTBS DE PAAI8 

rî/i7/ coïncidait avec la nouvelle année européenne, et il n'en fal- 
lait pas davantage pour avancer que Tannée indienne commençait 
par ce mois. Si Ton place T<Vii/ comme mois initial, Toxcatl vient 
en septième lieu et commence le l^^ mai. 

A ce ^;roupe que nous avons désigné par la lettre d, nous ratta- 
chons le calendrier de Duran, celui du Codex Ixtlilxochiil, du 
Cocheo? Afa^/id^eccAi et celui du Codex 1576 d^ Aubin. Le Codea: 
Ixtillxochitl et le Codex Afagliabecchi disent expressément que 
la fête de Tlacaxipeualiztli se célébrait le 21 mars ; dé cette fa<;on, 
Toxcatl tombe le 20 mai. Mais les fêtes se célébraient à la fin de la 
période de 20 jours, de sorte qu*en réalité, d'après Tindication de ces 
codices, le mois Toxcatl commence le l^^ mai. On conçoit très bien 
que certains historiens aient confondu le jour initial du mois avec le 
jour de la fête proprement dite et qu'ils se soient constitué un calen- 
drier où les mois tombent dix-neuf jours plus tard que dan» la réalité. 

Le Codex 1576 d* Aubin offre très peu d'éléments dont nous 
puissions nous servir pour nos études synchronologiques. En 
nous appuyant sur la date qu'il assigne à la première entrée des 
Espagnols à Mexico, nous pouvons rattacher sa chronologie au sys- 
tème des calendriers que nousavons groupés sous le rubrique a. En 
effet, il y est dit ; « In ipan acico castillan tlaca ye cempoualli 
omacuilli de Noviembre ypan Quecholli, oquiuh matlaquilhuitl 
tacizque in Quecholli. » [Lorsqu'arrivèrent les Espagnols, c'était le 
25 novembre, au mois de Quecholli, et encore dix jours nous serons 
à la fête de Quecholli ^] La plupart des historiens sont d'accord pour 
placer cet événement vers le 10 du mois de Quecholli et Bernai 
Diaz nous apprend qu'il eut lieu le 8 novembre. Comment l'auteur 
du Codex Aubin est-il arrivé à placer ce fait le 25 novembre? En 
supposant qu'il ait tenu compte de la rectification de l'année Gré- 
gorienne, on ne parvient pas à l'expliquer. Nous croyons que la 
vérité est plus simple. L'auteur avait un calendrier indiquant que 
le premier jour de Ailcaualo * coïncidait avec le i^' mars 

i . J.-M.-A.-Aubiiï, Hiêtoire de la nAÎion mexicAine depuu le départ d^ÁMtUn yvfl- 
qu'à l'arrivée des conquérante espagnole [et au delà 4607), Paris, Leroux, 1893, p. 82, 

2. Nous supposons que le premier mois de Tanaée soit ici Atlcaualo ; cependant 
riqdication de la page 87 « que Quauhtemoc devint roi aux nemontemi de QuaviU 
leva n s*expliquerait, aussi bien dans l*hypothèse des nemontemi suivant QuavitUua 
que dans celle des nemontemi procodant ce mois. Dans le pre ¡nier cas, nous 
aurions comme mois initial Atlcaualo, dans le second, Tlacaxipeualiitli* 



Digitized by 



Google 



LB CALBNDRIKR MBXICAIK 8S5 

[système erroné de synchronologie né probablement de la confusion 
du jour de la fête proprement dite avec le jour initial du mois]. 
Trouvant dans les documents indigènes que Tenirée des Espagnols 
à Mexico eut lieu le 10 Quecholliy il a chercbé Téquivalent de ce 
jour dans son calendrier et ti*ouvé le 25 novembre. C'est le même 
procédé que nous avons prêté plus haut à Chimalpain, pour expli- 
quer comment il a pu placer la prise de Mexico au mois de Tlaxo- 
chim&co. 

Dans sa Rhetorica Christiana ^ Valadès publia sans commentaire 
un calendrier qui est exact pour les années 4532-1536. Le commen- 
cement de Tannée est placé au premier jour de Tlacaxipeualizili 
qui coïncide avec notre . 1^' mars. De cette façon le mois de 
ToxcsUl commence le 30 avril. Il est probable que l'original de 
ce calendrier remonte aux premiers temps de la conquête. Il 
répond assez bien au calendrier dont parle Mendieta. Il est conçu 
sous la forme d'une roue, ou plutôt d'une double roue. Il constitue 
une tentative de synchroaologie et est exécuté avec beaucoup de 
soin; de plus, les symboles païens des mois sont remplacés par de 
simples tètes humaines, ce qui permet de supposer queerest l'œuvre 
d'un moine qui essaya de christianiser le calendrier des anciens 
Mexicains. 

Un troisième groupe de calendriers, que nous avons désigné par 
la lettre c, répond aux années 1548-1552. Il comprend les inter- 
prètes des codices Vaticanas A et Telleriano Remensis. Atlcaualo 
y figure en tète de là liste des mois avec la date du 24 février. Tox- 
oatl tomberait ainsi lé 15 mai. Nous croyons devoir admettre que 
les interprètes ont confondu le jour initial du mois avec celui de la 
fête proprement dite. Dans cette hypothèse, le mois de Toxcatl 
commencerait le 26 avril, ce qui est exact pour les années 1548- 
1552. 

Le quatrième groupe {d) a comme principal représentant Sahagun. 
La conférence d'Indiens réunis par lui pour discuter la question 
synchronologique, déclara que le premier jour à' Atlcaualo tombait 
le 2 février. La discussion eut lieu probablement entre Indiens qui 
avaient adopté le calendrier modifié sous l'influence européenne, et 
entre Indiens qui avaient conservé le comput ancien, sans interca- 

i. Mexico, 4579, p. 400. 



Digitized by 



Google 



226 SOCIÉTÉ DBS ÁBCÉRICAKISTES DE PARIS 

latioii. Ce sont ces derniers qui l'emportèrent. Pour eux le mois 
A'Atlcaualo commençait, lors de la conférence, le 2 février, et le 
mois de Toxcatl^ le 23 avril. Cela nous permet d^affirmer que la 
dite conférence eut lieu entre les années 1560 et 1564. A ce groupe 
appartiennent aussi les calendriers de Torquemada, de Fr. Martin 
de Leon, de Vetancourt, de Véytia, etc. 

Le calendrier de Leon y Gama remonte, au moins dans ses 
grandes lignes, à Cristobal del Castillo qui mourut, à un Age très 
avancé, dans les premières années du xvii^ siècle. Son année com- 
mence par / cipactli, coïncidant avec le 9 janvier. Cette coïnci- 
dence semble indiquer les années// Tecpatl-ISCalli. L'année pré- 
sentée comme typique et invariable par Gama se place en 1568- 
1569. Si Ton admet que les nemonlemi tombent au mois de Pan- 
quetzalixtli^ le jour / ctpací/í arrive vers la fin du mois de TitUl. 
Cela n'explique-t-il pas pourquoi le premier mois de l'année de 
Gama s'appelle au lieu de Tidily tout court, Tiiitl-itzcalli f 

La chronologie dlxtlilxochitl mériterait une étude spéciale. 
Nous devons nous contenter ici de quelques simples remarques. 
Son calendrier est considéré généralement comme représentant une 
particularité lezcocane * . Cela ne parait pas impossible a priori ; 
mais, quand on y regarde de près, on a plutôt l'impression de 
se trouver devant un système particulier créé par l'auteur. Son 
année commence invariablement au mois de Tlacaa^ipeualiztli et 
au ¿Omars. Le 20 mars porte le signe diuriial de l'année qui com- 
mence. D'après cette méthode uniforme, Ixtlilxochitt calcule toutes 
les dates qu'il trouve mentionnées dans ses Sources et commet par- 
fois de petites erreurs de négligence ^. Déjà Leon y Gama a fait 
remarquer qu^l tient compte de la rectification Grégorienne. Ce 
fait étant admi9, le calendrier d'Ixtlitxochitl correspond eûtière- 

i. Orozco y Berra, HUtorist antigua de Mexico, t. II, p. Í 35-136. 

2. Dans Horriblei crueldades.., (édition C. Bustamailte, Mexico, Valdès, 1829, 
p. 23), il dit que les Espagnols après un séjour de cinq mois, quittent Tezcuco j^ur 
entreprendre les expéditions préparatoires au siège de Mexico : u al onceno dia de su 
tercer mes llamado huey tezoztli, que quiere decir vigilia mayor y al deceno (lisez 
doceno) de su semana llamado matlactliomome calli (casa numero 12) que ajustado 
con nuestro calendirio cae comunmente a 10 de mayo. ...» Cet événement se place 
dans Tannée 1521. Or les calculs sont faits comme si Ton était encore en 1 Acatl^= 
1519. D'après ces calculs le jour initial de Tannée 3 Calli serait affecté du signe 
1 acatl = 21 mars 1521. 



Digitized by 



Google 



LB CALENDRIER MEXICAIN 



227 



ment à celui de l'anonyme cité par J. de la Serna ^ . Celui-ci place 
le commencement de Tannée au 10 mars. Le 10 mars serait le pre- 
mier jour du mois de r/dcda?i/>e£id/rz//i et aurait en Tannée 1519 
porté le signe / acail. C'est de plus, d'après un document 
cité par Gama, la date de Tarrivée de Corlas à Vera-Cruz. Ce 
dernier événemerit constitue pour Tanonyme de Serna le com- 
mencement d'une ère nouvelle et se trouve à la base de sa chrono- 
logie. Ixtlilxochill s'est contenté de mettre celte chronologie d'ac- 
cord avec Tannée Grégorienne en identifiant / Acatl-I acàtl avec le 
20 mars, au lieu du 10 mars 1519. Or, le document cité par Gama 
comme plaçant Tarrivée de Cortés à Vera-Cruz au jour / acatl 
de Tannée / Acatl a vraisemblablement été composé par un 
habitant de Tezcuco. Faut-il y voir la preuve que la chronologie 
Tezcocane faisait commencer Tannée au mois de Tlacaxipeualiztli^ 
au 10 mars de Tannée Julienne et au 20 mars de Tannée Grégo- 
rienne? Nous ne le croyons pas. Nous savons en effet que les 
Mexibains considérèrent l'arrivée de Cortés comme le retour de 
Quetzalcouall. Or, Quetzalcouatl avait disparu le jour / acatl^ avec 
promesse formelle de revenir. Nous serions donc très disposé à 
admettre que l'auteur du document en question a voulu exprimer 
moins le jour exact de Tarrivée des Espagnols sur les côtes mexi- 
caines qu'une allusion aux croyances mythologiques qui jouèrent 
un si grand rôle dans la conquête du pays. 

i. a Manual de los ministros de Indias ». (A/ia/es dtl Museo nacional de Mexico, VI, 
1900, p. 323, 328 et 344). 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



CINQ ANS D'ÉTUDES ANTHROPOLOGIQUES 
DANS LA RÉPUBLIQUE DE L'EQUATEUR 

(1901-1906) 



RÉSUMÉ PBÉZJMINAJRB 
Par m. le D' RIVET 

Módecin de la Mission géodésiquc française. 



Pour bien comprendre Tanthropologie équatopîenne, il est indis- 
pensable de connaître avec exactitude, d'une part, la configura- 
tion physique de cette région américaine, et, d'autre part, les 
rares faits certains que Thistoire nous fournit pour la période pré- 
colombienne. 

La configuration physique du territoire équatorien est des plus 
caractéristiques. Courant du Nord au Sud, deux énormes chaînes de 
montagnes parallèles, les Andes, enserrent entre elles un étroit cou- 
loir situé à trois mille mètres d'altitude en moyenne, le haut pla- 
teau interandin. Ce plateau s*étend presque sans interruption du 
Sud de la Colombie jusqu'au Pérou où il se prolonge, formant en 
quelque sorte une route, destinée par la nature aux migrations des 
peuples, et offrant ce curieux spectacle, en pleine zone tropicale, 
d^une région où la température oscille autour de 15<> au-dessus de 
zéro toute Tannée, où le climat est sain et où de grandes plaines, 
facilement cultivables, donnaient aux peuplecr primitifs de pasteurs 
et d'agriculteurs des ressources de vie suffisantes. De chaque côté, 
la Cordillère, avec ses pics neigeux de cinq et de six mille mètres, 
reliés entre eux par de vastes solitudes mornes, froides et humides, 
les « paramos », déserts où ne pousse qu'une herbe dure et peu 
nutritive, s'opposait comme une barrière imposante aux idées 
d'expansion pacifique ou aux rêves de conquête, soit vers les 



Digitized by 



Google 



230 SOCIÉTÉ oes amékicanistes de paris 

régions plus riches du versant amazonien, soit vers celles des cotes 
du Grand Océan. 

Certes, cette double barrière n^est pas continue : des rivières, 
nées dans le plateau interandin même, ont créé, soit dans la Cordil- 
lère orientale, soit dans la Cordillère occidentale, des brèches qui, 
sur la carte; paraissent des voies d'accès tout indiquées. Mais dans 
ces vallées profondes, lé climat tropical fait brusquement irruption, 
plus terrible, plus meurtrier que dans les parties plus basses de 
Touest et de Test, son domaine normal. Le long des torrents 
enserrés entre des parois à pic, la chaleur est insupportable ; les 
fièvres paludéennes, la dysenterie régnent à Tétat endémique, 
frappant avec plus de force les individus habitués au climat égal et 
doux de la Sierra. Les « Quebradas d, sablonneuses et brûlées par 
un soleil impitoyable, n'ont donc servi, sans doute, que très excep- 
tionnellement, de route d'émigration vers l'Océan ou l'Amazonie 
auK peuples venus du Nord ou du Sud par le couloir interandin. 
On comprendrait mieux, par contre, qu'elles aient oflFert un pas- 
sage à des invasions arrivant du littoral ou des plaines de l'Est 
vers l'Entre-Sierra. 

On se représenterait à tort. le haut plateau équatorien coitime un 
chemin ouvert sans obstacles du Nord au Sud. En réalité, les Cor- 
dillères s'unissent de temps à autre par des lignes transversales, 
véritables nœuds qu'il faut franchir par des cols parfois élevés de 
quatre mille mètres et qui morcèlent la région interandine d'une 
série de zones distinctes et séparées les unes des autres. Cependant, 
la route naturelle Nord-Sud en Equateur est le long et étroit couloir 
qu'enferment et qu'isolent les deux Cordillères. 

A l'Ouest et à l'Est, les contreforts des Andes vont rapidement 
s'abattre vers le Pacifique et vers la vallée amazonienne, en de 
vastes régions couvertes d'immenses forêts vierges, où la flore et la 
faune tropicales se révèlent dans toute leur exubérance, régions 
chaudes et humides, souvent malsaines, mais où le sol est riche et 
la nature prodigue. De grands fleuves y constituent les seules routes 
praticables, et vont, à TOuest, se perdre dans le Pacifique, à l'Est, 
conduisent à la grande artère américaine, le Marañon. 

En somme, il faut distinguer en Equateur trois zones très 
nettes : 

1** la région interandine ; 



Digitized by 



Google 



CINQ ANS d'études ANTHROPOLOGIQUES 231 

2^ la région des plaines inclinées qui, de la Cordillère occiden- 
tale, aboulissént au Pacifique*; 

. 3^ la région des plaines abaissées du pied de la Cordillère orien- 
tale, vers la vallée amazonienne. 

De tout temps, le plateau interandin a été le siège d'une civili- 
sation plus avancée que lea deux autres contrées. Encore aeluellcr 
ment, c'est là que se trouvent situées les principales villes équato- 
riennes, c'est-à-dire du Nord au Sud :Tulcan-Harra, Otavalo, Quito, 
Latacunga, Ambatp, Riobamba, Cuenca et Loja. Au surplus, nous 
verrons plus loin combien a d'importance la division géographique 
sur laquelle je viens d'insister. 

Après les renseignements fournis par la nature, ceux de l'histoire. 
Ils sont, malheureusement, peu nombreux et peu certains. Quelques 
faits, pourtant, semblent hors de doute. 

Cent ans avant ^a^rivée des Espagnols au Pérou, les territoires 
actuels de la République de l'Equateur étaient occupés par une 
série de tribus sana Hens étroits les unes avec les autres. On pour- 
rait appeler ces tribus « autochtones », puisqu'elles représentent 
les premiers habitants de cette contrée dont l'histoire ait conservé 
4es noms. Dans la vallée interandine, les principales étaient : les 
Quillacuigas, au nord; les Quitos et les Puruhaes, au centre; les 
Cafiaris, au sud ; enfin, les Paltas, près de la frontière actuelle du 
Pérou. 

Dans les régions orientales et occidentales, un grand notnbre de 
tribus à l'état sauvage habitaient les forêts vierges. L0br liste, que 
les premiers historiens semblent avoir allongée à plaisir, serait 
interminable. 

Vers le milieu du xv® siècle, les Incas entreprirent la conquête 
du royaume de Quito et, vers ce but, empruntèrent le chemin de la 
vallée interandine. Leur domination s'étendit sur toute cette Vallée 
jusqu'aux portes dé la Colombie actuelle, mais, il faut le faire 
remarquer, dans les provinces du Nord, elle fiit éphémè're et paùp- 
fois, purement théorique. Quant aux contrées tropicales voisines, 
jamais elles ne furent soumises par les souverains du Cuzco ; l'his- 
toire garde le souvenir des résultats désastreux de leurs invasions, 
soit à l'est^ soit à l'ouest de la Cordillère. Seule, la zone où est 
bâtie actuellement Guayaquil, accepta )a suprématie plus nominale 
qu'effective des rois incas. 



Digitized by 



Google 



232 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANI8TE8 DE PáRI^ 

Aussi, à mon sens, ne doit-on pas rattacher elhnologiquement les 
peuples qui ont habité les territoires actuels de la République 
de rÉquateur aux peuples péruviens. Le flot envahisseur qui, 
du Pérou, déferla vers le Nord, fut en quelque sorte cana- 
lisé par la vallée interandine et respecta les régions basses, et, 
même dans le haut plateau, la race péruvienne semble avoir dominé 
trop peu de temps pour avoir modifié radicalement et absorbé les 
races subjuguées, que j'ai appelées par opposition races « autoch- 
tones » * . Cette assertion se trouve confirmée par le fait suivant : 
au moment de la conquête espagnole, malgré les efforts que les 
Incas avaient faits, selon leur habitude, pour imposer leur langue, 
à leurs nouveaux sujets, le quichua ne s'était pas généralisé et les 
diverses -peuplades parlaient encore leurs idiomes particuliers. 
L'apparence d'uniformité que donna aux tribus andines là conquête 
péruvienne, ne doit donc pas tromper Tethnologue et, comme en de 
vieux parchemins monastiques les paléographes retrouvent, sous 
l'écriture médiévale plus récenle, d'anciens texleslatins encore nette- 
ment visibles, de même, le voyageur retrouvera sous les manifestations 
de la culture et de la civilisation incaaiques. les civilisations locales 
antérieures dans toute leur originalité. 

Vers le milieu du xvi® siècle, la domination espagnole s'établit 
en Equateur. Ici, l'histoire nous fournit d^abondants détails. Elle 
nous apprend que les nouveaux maîtres du pays ne se contentaient 
pas d'occuper, comme l'avaient fait les Incas, la région haute, mais, 
queb qu'aient été leurs efi'orts, on doit reconnaître que leurs essais 
de colonisation des régions occidentales et surtout orientales n'ont 
pae donné de bien grands résultats. Toute la vaste contrée qui 
s'étend entre la Cordillère occidentale et le Pacifique est encore fort 
peu connue et peu peuplée, sauf dans le voisinage immédiat de la 
côte et le long des principaux fleuves navigables. Sur le versant 
amazonien, on peut dire que l'œuvre de pénétration, si hàrdimept 
inaugurée au xviu^ siècle par les missions des Jésuites, et depuis 

1. Les Incas avaient, il est vrai, un procédé de colonisation, qui changeait complè- 
tement rethoologie des provinces où il était appliqué. Ce procédé consistait à faire 
émigrer les tribus dont la soumission paraissait précaire, vers des régions situées 
fort loin de leur pays natal et k les remplacer par çl' autres colons venus d*autres con- 
trées. Par bonheur, on connait pour l'Equateur, la plupart de ceb colonies 4et 
« mitimaes ». 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




Digitized by 



Google 



^ç s CHE M AT; 

^^^ DELA ^^ 



DIAPRES WOLF, 



é»êêtn4» pmi» Í* 0«rg4i%l L0 p m mi 

JhUi ¿M CêrdiUérttt 991U rm p ré ami è^a tm 
tm» trmU» moiré totfifuaiif l'mHtgmUittm «m wt aft i» 




Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



CINQ ANS d'études ANTHROPOLOGIQUES 233 

lors abandonnée, est à Theure actuelle à peine commencée. C'est 
encore dans la vallée îtiterandine que, comme au temps des Incas, 
rinfluence des conquérants espagnols se fait sentir de la façon la 
plus manifesté. Est-ce à dire que Tlndien du haut plateau ait perdu 
son originalité ethnique d'une façon absolue? Non, une haine de 
races a survécu à la lutte armée qui se termina par Tasservissement 
des indigène» et a contribué dans une très large mesure à conser- 
ver aussi intact que possible le type primitif. Race conquérante et 
race conquise ont vécu côte à côte, pendant trois siècles, sans se 
mélanger. Souvent Tlndien de la Sierra, même à Tépoque actuelle, 
ne parle pas respagnol. Volontairement, il est resté fidèle à sa 
langue maternelle, de même qu'il est resté fidèle à toutes ses cou- 
tumes ancestrales. De cette résistance obstinée à Thispanisation, 
résulte que Tétude anthropologique de cet Indien (qu'on pourrait 
appeler « civilisé ») n'est pas sans intérêt et qu'on pourra en tirer, 
malgré un métissage indéniable, des conclusions^ d'un réel intérêt. 

Tels sont, ^ mon sens, les principaux faits qui dominent l'ethno- 
logie équatorienne et que le voyageur ne doit jamais oublier : d'une 
part, la configuration naturelle si caractéristique du pays, qui a dû 
certainement déterminer les routes suivies par le& migrations des 
peuples, favoriser ou empêcher leur mélange ; d'autre part, l'exis- 
tence de civilisations^ antérieures à la civilisation incasique, qui 
n'ont pas pu être profondément modifiées par celle-ci : et, enfin, ce 
fait que la région interandine a été un lieu de passage oii diverses 
influences successives se sont exercées, tandis que les régions orien- 
tales et occidentales sont restées au contraire dans un isolement 
relatif, conservant à leurs divers éléments ethniques, une pureté 
presque absolue. 

Le problème ethnologique est donc particulièrement complexe 
sur les hauts plateaux. C'est une zone que j'ai surtout explorée, 
pendant mes cinq années de séjour en Equateur, comme médecin 
de la Mission géodésique française, chargée de mesurer l'are du 
méridien de Quito. Tout le long de la vallée interandine, par une 
série de fouilles méthodiques, j'ai pu me procurer une quantité 
considérable de crânes et squelettes d'aborigènes, toujours accom- 
pagnés de poteries, armes, bijoux, ustensiles variés, etc.. que les 
parents du mort plaçaient à ses côtés dans la tombe, par suite de. 
la croyance générale des peuplades primitives à une autrevie. 



Digitized by 



Google 



234 SOCIÉTÉ DES AMÉHICAM8TE8 DE PAKIS 

Seul, le disposilif varié des tombes, suivant les régions, suffirait 
à affirmer la diversité des hommes dont nous exhumons les 
restes, après des siècles. Tantôt la sépulture est une fosse 
profonde ; tantôt elle est constituée par un motilicule {tola) ; 
tantôt c'est un abri formé par des rochers ébranlés. Mais, où cette 
diversité nous apparaît de la façon la plus évidente, c'est lorsque 
nous jetons un coup d'oeil d'ensemble sur led objets fabriqués, en 
particulier, sur les poteries. Des types de vase, éminemment carac- 
téristiques, se localisent à une région donnée. Telle forme de 
poterie, extrêmement commune aux environs de Tulcan, ne se 
retrouve plus du côté de Quito. Dans la province qui a pour centre 
Cuenca, une autre forme apparaît absolument dissemblable et 
aucune de ces formes localisées ne ressemble aux poteries bien con- 
nues de la Sierra péruvienne. Par contre, partout, au Nord comme 
au Sud de la vallée interandine, plus fréquemment cependant dans 
les provinces méridionales, On trouve des objets de céramique, 
non pas semblables, mais identiques aux objets de fabricationinca- 
sique. Ce sont les vestiges laissés par les conquérants, à côté des 
vestiges des peuples conquis. La race guerrière des Incas a laissé 
aussi d'autres souvenirs attestant la nécessité qui s'imposait à 
elle de surveiller les peuplades soumises h son joug. Je veux parler 
des monuments qui semblent avoir été des forteresses et dont j'ai 
pris, chaque fois que cela m'a été possible, le plan détaillé et des ^ 
photographies ^ A côté de ces constructions stratégiques, sub- 
sistentaussi des ruines de « tambos » ou auberges qui permettaient au 
voyageur de trouver un gîte sûr à la fin de l'étape. Ces tambos, soi- 
gneusement repérés, serviront à déterminer, d'une façon précise, les 
routes suivies par les Incas dans leur voyage en Equateur. 

A côté de ces recherches dans le passé, je me suis occupé de 
Tétude des Indiens actuels de* la Sierra, étude dont j'ai déjà indi- 
qué l'intérêt, et, dans ce but, j'ai recueilli sur eux les renseigne- 
ments ethnographiques les plus circonstanciés et j'ai pratiqué plus 

4. Les levers de forteresses et de • tambos » que j'ai pu faire sont les suivants: 
plan de Tlngapirca (forteresse près de Cañar) ; plan de Flngachungana (près 
du précédent) ; plan des ruines de Hompe (tambo ?) ; plan de i-uines situées entre 
Cuenca et Pucará (tambo) ; plan de ruines situées entre Cuenca et Deleg (tambo) ; 
plan des ruinos de Minas (sur les bords du rio Jubones) ; plan des ruines de SumaT- 
pamba (sur les bords du rio Jubones). 



Digitized by 



Google 



CINQ AMâ D*ÉtUDE8 ANTHROPOLOGIQUES 235 

de deux cent^ mensurations complètes, d'après les mëlhodes bien 
connues de Broca, sur des individus des deux sexes et de tous âges, 
le plus souvent avec photographie à Tappui. 

Je n'ai pas réuni de vocabulaire quichua, la langue parlée par les 
Indiens de la Sierra, puisque cetle langue est d'origine péruvienne 
et ne saurait rentrer dans le cadre de mes études sur TÉqualeur. 

En ce qui concerne les régions orientales et occidentales, j'ai 
déjà dit pourquoi le problème semble se présenter avec moins de 
complexité. Malheureusement, je n'ai pu, en raison de leur éloigne- 
ment des centres d'opération de la Mission géodésique, y procéder 
à des fouilles méthodiques analogues à celles pratiquées dansl £ntre- 
Sierra. Il en résulte queje n'ai pu réunir que fort peu de docu- 
ments sur les anciennes civilisations qui y oui dû laisser des ves- 
tiges. Par contre, il me fut donné d'étudier assez complètement 
une partie des tribus qui y vivaient à l'état demi-sauvage et qui, 
ainsi que je l'ai déjà dit, ont gardé une grande pureté ethnique. 

Entre la Cordillère occidentale et le Pacifique, deux tribus 
indiennes représentent les derniers survivants des peuplades nom- 
breuses, fixées dans cette région il y a trois siècles : ce sont les Colo- 
rados et lés Cayapas. Refoulés de la côte où le blanc s'est établi, les 
premiers se sont réfugiés ou cantonnés dans le haut Manabi ; les 
seconds, dans le haut Esmeraldas. Sur les Colorados, j'ai pu 
recueillir d'abondants renseignements ethnographiques, anthropo- 
métriques (une trentaine de mensurations complètes et deux sque- 
lettes) et linguistiques ; sur les Cayapas, ma récolte s'est limitée à 
l'ethnographie et à la linguistique. 

Du côté du versant amazonien, on rencontre également deux 
tribus principales : au nord, en face de Quito, les Indiens du Napo; 
au sud, les Jibaros. Sur les premiei*s, j'ai pu pratiquer une ving- 
taine de mensurations, parce qu'ils venaient assez fréquemment à 
Quito pour y chercher des objets de première nécessité, en échange 
des produits de leurs forêts. J'ai également recueilli des renseigne- 
ments d'ethnographie à leur sujet. Leur langue est comme celle 
des Indiens de l'intérieur, le quichua. 

Plus intéressants sont les Jibaros, parce qu'ils sont moins con- 
nus et moins accessibles. Je rapporte sur eux les éléments d'une 
étude ethnographique complète et j'ai pu réunir un vocabulaire très 



Digitized by 



Google 



236 soaiTÉ DBS am^icanistes de paris 

aboildani dé Tidiome tout particulier qu'ils parlent. Par contre, je 
n*ai pu mensurer que deux hommes venus à Riobamba de la 
<i Jibaria » de Macas. 

D autres peuplades vivent plus avant vers TKst, dans les forêts 
tropicales amazoniennes. Mais les quelques renseignements ethno- 
graphiques ou linguistiques que je me suis procurés ne sauraient 
suffire pour un travail d'ensemble. 

Tellci est en somme la tâche accomplie au cours de mes cinq 
années passées en Equateur. Je ne parle pas des collections d'his- 
toire naturelle réunies, ni des documents recueillis tant sur Tagri- 
culture que sur le commerce ou l'industrie de ce pays, cet exposé 
ne s'appliquant qu'aux résultats anthropologiques obtenus. L'utili- 
sation des matériaux rapportés va être poussée aussi activement 
que possible. La publication comprendra, ainsi qu'il résulte des 
explications plus haut données : 

1® des études d'archéologie ; 

2^ des études anatomiques portant sur les races disparues et sur 
les races actuelles; 

3^ des études d'ethnographie ancienne et actuelle ^ ; 

4^ des études de linguistique. 

Nous n'espérons pas résoudre le gros problème, si obscur 
encore, des migrations américaines. Notre seul désir est de jeter 
quelque lumière sur une région peu connue, ethnologiquement par- 
lant, de contribuer à relier les travaux faits par d'autres en Bolivie, 
au Pérou ou en Colombie. Le jour où des explorateurs métho- 
diques auront ressuscité le passé de chacune de ces contrées, le 
mystère irritant qui enveloppe les origines de cette partie du Nou- 
veau Monde sera bientôt près de s'éclaircir. Ce travail d'analyse, 
parfois ingrat, mais indispensable, doit nécessairement précéder 

1. Étude sur les Indiens de la région de Riobamba, Journal de U Société de$ Amé- 
ricani9te$ de ParU, nouvelle série, t. I, n« 1. 

Les Indiens Colorados. Récit de voyage et étude ethnologique, Journal des Amé- 
ricaniêlety nouvelle série, t. II, n^t. 

Les Indiens de Mallasquer. Étude ethnologique, Bulletin et Mémoire$ de la Société 
d'anthropologie de Parit, 1904. V« série, t. V, fascicule 2. 

Le (( Huicho >» des Indiens Colorados, Bulletin et Mémoire$ de la Société d'anthro- 
pologie de Paris, 1904. V« série, t. V, fascicule 2, p. 116. 

Le' Christianisme et les Indiens de la République de TÉquateur, VAnthropologiel 
lOOe, t. XVII, n«» 1-2. 



Digitized by 



Google 



CINQ ANS D*Él'UDeS ANTHROPOLOGIQUES 237 

loute tentative de synthèse. Avant de généralisel*, il faut accumuler 
le plus grand nombre possible de faits, et on est malheureusement 
forcé de reconnaître que, pour Téthnologie de TAmérique méridio- 
nale, ce sont les faits qui manquent le plus, alors qu'abondent les 
théories séduisantes ou les hypothèses suggestives. 

Paris, octobre 1906. 



Société des Ániérivnnistes de Pari». 16 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



TEXTES ET DOCUMENTS 



TRADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 

Texte inédit et original en langue náhuatl avec traduction en latin 

Pa» m. le D' Walter LEHMANN, 

Assislant au Musée Royal d'Ethnographie de Berlin. 



Ayant donné une esquisse de l'histoire des manuscrits mexi* 
cains conservés à la Bibliothèque Nationale de Paris (collection 
Aubin-Goupil) dans la « Zeitschrift ffir Ethnologie-Berlin » (1906), 
je puis me borner en cet article aux notions les plus impor- 
tantes. 

Avant tout, je saisis l'occasion d'exprimer ici ma gratitude pro- 
fonde et cordiale pour l'amabilité avec laquelle M. Omont, conser- 
vateur à la Bibliothèque Nationale de Paris, a mis à ma dispo- 
sition ses inappréciables manuscrits. A sa bienveillance aussi, j'ai 
dû la permission d'entreprendre la publication dont on trouvera 
ici une minime partie. 

Les manuscrits étudiés par moi à Paris, sont les numéros 304, 
312, 334, 335 et 336 du fond mexicain ^ ; ils représentent des copies 
faites par Pichardo, Leon y Gama, Brasseur de Bourbôurg et Aubin 
sur un manuscrit plus ancien dont il existait deux copies : Tune, 
faite par Boturini ^, a disparu autrefois de la collection Aubin ; l'autre, 
faite probablement par Ixtlilxochitl, se trouve acluelleniMü au 
Mexique. L'original même s^èst perdu depuis longtemps. 

Quant aux manuscrits 335-336, ils sont d'un intérêt inférieur ; plus 
important est le texte mexicain du manuscrit 334, copié par Brasseur 

i. Cf. H. Omont, CëUlogue det M$$. mexic*inM de U Bibl. N*UoMle, Paris, 4899. 
2. Botttrini, CMUlogo del Muteo Indiano. Madrid, 1746, § VIII, n« 13. InvenUno 2« 
(17 Mpt. 1743), n» 16 (Pefiaflel, Monument, del arte ant. mex., 1890, cap. XIL. 



Digitized by 



Google 



240 SOCIÉTÉ DES AMÉRlCAlSIëTES DE PàHIS 

de Boiirbourg, en 1850, au couvent de San Gregorio de Mexico et 
appelé par lui « Codex Chimalpopoca » *. 

Les traductions risquées par Aubin et lui ne sont quédese essais ». 
Il vaut mieux, du reste, que Brasseur, si digne d^estime, n'ait 
pas publié le Codex Chimalpopoca avec sa traduction, puisque, dans 
les dernières années de sa vie, il avait la persuasion bizarre de pou- 
voir traduire ces textes mexicains de deux manières : au sens 
propre et au sens géologique^. 

J'appelle, conformément au Catálogo del Museo Indiano de 
Boturini (§ VIII, M. 13), le manuscrit dont je ne publie ici qu'un 
petit fragment, « Historia de Colhuacan y de México ». 

Un morceau de la première partie de ce manuscrit a été publié 
avec d'innombrables fautes d'impression, beaucoup de lacunes et 
deux « traductions » très défectueuses au volume III (App.) des 
Anales del Museo Nacional de México ^ sous le titre un peu 
arbitraire : « Anales de Quauhtitlan >>. 

J'espère que le document donné dans les pages suivantes sera 
utile aux études mexicanistes. Il contient beaucoup de traditions 
très importantes et nouvelles'. Il est apparenté étroitement au 
Codex Zumarraga {Historia de los Mexicanos por sus pinturas) ^ 
représentant lui aussi l'ancienne interprétation d'une peinture 
mexicaine peut-être semblable au Codex Vat. A (i^ partie) et à 
l'histoire du Mexique (Tfaévet), publiée ici même par M. de Jonghe 
{Journ. Soc. des Am,^ n. s., II, n® 1, 1905). 

Je ne puis me dissimuler les grandes difficultés d'un texte mexi- 
cain qui a été d'ailleurs corrompu par les méprises ou l'ignorance 
des copistes,. Je me suis efforcé de traduire aussi exactement que 
possible et d expliquer, comme nous disons en allemand, les réa- 
lités. Enfin j'ai préféré la traduction en langue latine pour faciliter 
Tusage de mon travail aux adeptes de notre science internationale. 

1. Cf. BrdSieur de Bourboarg, Hi»t. des nations civil, du Mexique^ I, p. lxxyiii 
ssq.; ibid. y p. ix, note i, xiii et xxxiîi. 

2. Voir : Quatre lettres surle Mexique^ Paris, 1868, p. ix. P. 425, on lit: « Le Codex 
Chimalpopoca, dont j'achève la double interprétation, donnera les preuves les plus 
complètes de ce système extraordinaire ». 

3. Déjà, mon maître, M. le prof. Seler a cru devoir s'en servir pour le deuxième 
volume de son grand commentaire du Codex Borgia. Berlin, 1906, voir pp. 42, 79, 
86,143-446,247. 



Digitized by 



Google 



TRADITION'S DES ANCIENS MEXICAINS 241 

§ 1 . In nican ca tlamachiliztla- § 1 . Haec est narratio edocens 

tolçaçanilli * ye huecauh mochiuh atque jucunda olim esse factum ut 

inic inama[n]ca^ tlalli cecentétP tellus strueretur, idque singulis 

ini[c] tlainama[n]ca inic peuh in aetatibus. Sic structa est, sic coepit, 

zan yuh. Macho ^ iniquitzintic ^ in tantummodo sic. Inilium omnium 

izquitetl in oma[n]ca tonatiuh chi- aetatum quae evenerunt nunca, d. 

cuacentzon xihuitl ipan macuii- XI Kalendas Maias anno Domini 

pohual xilniitl ipan matlac xihuitl 1358 duo miliaquingentostredecim 

omey ^ axcan ipan Mayo ic 22 ilhui- (MMDXIII) annos fuisse notum 

lia de 1558 años^. est. 

§ 2. Inin tonatiuh nahui ocelotl § 2. Haec aetas, 4 tigris, per 

1. tlamachiliz'tlatol'çaçanillij com|)osé de i/a-mac/n7i2//t\ substantif en-s///, signi- 
fiant Taction d'instruire^quelqu'un, de tlatol-li « palabra, platica, o habla > (Molina) 
et de çaçanilli « consejuelas para liazer reyr >»; généralement çaçanilU signifie un 
« curieux récit, un roman ». 

2. mama[/i]ca, plus-que-parfait dérive du verbe intransitif mani « se trouver, être 
placé ») (objets grands et larges} ; puisque lo texte parle de plusieurs, w edades », la 
forme verbale est reduplicative. (Cf. Olmos, edid. Rémi Simeon, p. IH.; 

3. Il faut y ajouter un substantif comme ionatiuh ou ilamanili. 

4. macho, passif impersonnel dérivé de mati, « on sait >». Cf. ila-niacho ou tla- 
matiua « todos saben » (Olmos, p. 404; cf. § 32). 

5. in i-qvi'tzin-it'C combinaison d'une forme verbale de tzin-iia «« commencer 
quelque chose » et d'un pronom possessif t a son ». Desfoitnes semblables se retrouvent 
aussi par occasion en d'autres textes; i se rattache à in izquileil in omanca tonatiuh, 

6. om-ey « plus trois », ne pas confondre avec orne « deux ». 

7. Ces dates sont tout à fait curieuses. D'abord elles nous appi*ennent que le texte ci- 
jointfut écrit (ou copié)le22raai 1558, c'est-¿i-direa que époque où lesanciennes tradi- 
tions populaires étaient encore absolument vivantes. La durée des quatre soleils 
(676 4- 364 + 312 -f 676) étant égale à 2028 années (39.52), ce qui correspond exacle- 
tement aux indications du Codex Zumarraga (Í547), il nous faut soustraire ces 2028 
de 2513 égales à 485 années. Ce serait la durée de Thistoire mexicaine. D'autre part 
4558 — 485 donne la date 4073 qui correspondrait à l'émigration d'A si/an. Teçoçomoc 
indique 4064 {ce lecpatl) (Leon y Gama, 1. c, p. 19, 23), Dans l'histojTe du Mexique " 
de Thévet (edid. de Jonghe, Journ. Soc. Am., N. S., H, N° 4, p. 8) p. e., nous avons 
pour le même événement la date 4085. Chimalpain (Ms. Bot. § viii, n»» 6 et 42) cite 
4091 = 2 acatl comme Tannée du commencement de la chronologie et de l'histoire 
mexicaines. Il n'est pas possible d'examiner dons le cadre limité de ce travail les 
différentes sources et les questions intéressantes qu'elles soulèvent pour la chrono- 
logie el la synchronologie mexicaines. Mais je veux relever ici que les Mayas, eux 
aussi, dans les inscriptions sculptées en pierre, ont vraisemblablement compté les 
années de la création du monde jusqu'à l'érection des monunients en question» p. e., 
3596, 3744, 3867 années. On peut espérer trouver un jour la concordance entre la 
chronologie mexicaine et maya, toujours obscure jusqu'à l'heure présente. 



Digitized by 



Google 



242 soaÉTÉ OES américanistes de paris 

caica 676 años *. Iniquac^ in izce- DCLXXVI annos duravit. Cum ii 

pan onoca oceloqualloque ipan qui primo terra incolebant ab tigri* 

nahui ocelotl in tonatiuh ; auh in bus devora ti sunt, aetas fuit 4 tigris. 

quiquaya chicóme malinalli ^ in Quod edebant, 7 malinalli cibus 

i[n]tonacayouh catea ; auh ini[n] fuit eorum ; quae generatio per 

nenque * centzon xihuitl ipan ma- DCLXXVI annos yixit. 
tlacpohual xihuitl ipan yepohual 
xihuitl ipan ye no caxtol xihuitl 
oce ^. 

i. La légende des 4 soleils se trouve aussi eu Motoiinia « Memoriales » 
(edid. Luis Garcia Pimente!, Méjico, 1903), pt. II, cap. 28, p. 346-348; Thévet (edid. 
de Jonghe l. c.) p. 25-26; Codex Zumarraga (Anales del Mus. Nac. México, vol. II, 
capit. 3 à 4 ; Historia de Colhuacan y de México (i* partie de notre ms.) § 10-15 
(diaprés ma copie faite à Paris sur celle de Leon y Gama); Codex Vatieanu» A (3738) 
fol. 4 V. à 7 r. ; Gomara, Crónica delà Nueva España (edid. Barcia, Madrid, 1749) 
tome II, chap. 192, p. 208; Torquemada^ Mon. Ind., Il, chap, iliv, p. 79 (a): /«¿/il- 
xochiil^ Relaciones (edid. Chavero, México, 1891), tome I, p. 11-15, p. 19-21. Historia 
Chichimeca (edid. Chavero, México, 1892), tome \\\ p. 21-25; Gregorio Garcia^ 
Origen de los Indios (Madrid, 1729) lib. V, cap. VI p. 329; Bolurini^ Idea de una 
Historia general de la America Septentrional, Madrid, 1746, p. 3; Clavigero, Storia 
antica del Messico, Cesena 1780-81, II, p. 57. cf. aussi J. G. MQller, Geschichte der 
amerikanischen Urreligionen. Basel, 1855, § 100, p. 507-521. Gustav BrQhl, Die Cul- 
turvôlker Alt-Amerika's. Nev7-York, 1875-87, p. 398 ss. ; II. de Charencey : Des âges 
ou soleils d'après la mythologie des peuples de la Noiiv. Espagne. Madrid, 1883; 
id. Chronologie des âges ou soleils d'après la mythologie mexicaine. Caen, 1878; P. 
Ehrenreich : die My then und Legenden der südamerikanischen Urvôlker... Beriin, 
1905, p. 30 ss; F. del Paso y Troncóse, Leyenda de los Soles, continuada con otras 
leyendas y noticias, delación anónima escrita en lengua mexicana 1558. Florence, 
1903. 

Il y a, outre les peintures du Cod. Vat. A, quelques représentations de ces quatre 
soleils sculptées en pierre: tel est le <t calendario azteca • (trouvé en 1790 sous la 
Plaza mayor de la capitale de México (cf. Seler ges. Abhdlg., II, p. 796 suiv.). Les 
excavations faites aulieu du « Centro Mercantil » de México depuis 1900 ont mis au 
jour une pierre quadrilatère avec les dates 4 ocelotl^ 4 éecatl^ 4 quiauitl et 4 ail, (Cf. 
Seler, ges. Abhdlg., p. 832, Ggures, p. 835.) 

Un récit de ces âges, se trouve également dans les mythes des Quichés conservés 
par «le « Popol Vuh* (edid. Brasseur de Bourbourg, Paris, 1861, p. 6 ss.). 

2. Sur ce passage jusqu'au § 1 1 (inic poliuhque), cf. Leon y Gama a Dos Piedras • 
edidit Bustamante, México, 1832, p. 96, note \ de la page 95. 

3. 7 malinalli est le septième jour de la VI« des 20 divisions de 13 jours, le 72* jour 
du ionalamatl (de 260 jours). Cette VI* « treizaine o est dominée par Teceixlecatl ou 
Tezcatlipoca ; à 7 ma/iaa//i correspondent dans le Codex Ziimarra^a(cap. 3) les» vello- 
tasde enzinas », et en Thévet (1. c. p. 26) ce mirre et résine de pins ». 

4. Leon y Gama« Dos piedras», 1. c, écrit inic nenque a ils vécurent ainsi », inin 
nenque signifie <c ceux qui vivaient ». 

5. oce <^ozce < on ce par assimilation. 



Digitized by 



Google 



TBADinONS DES ANQEMS MEXICAINS 



243 



§ 3. Auh ink tequanqualloque ^ 
mailac xihuitl ¡pan ye xihuitl in ic 
popoUuhque; inic tlamito ^. 

§ 4. Auh iquacpoUiuh in tona- 
tiiih auh ininxiuh catea ce acaíl. 
Auh inin peuhque in qualloque in 
cemilhuitonalli nahui ocelotl ^, can 
ye inic tlamito, in ic popoliuh- 
que. 

§ 5. Inintonatiuh nauhecatl itoca 
inique^ inic oppa onoca yécato- 
coque ^ ; ipan nauh écatl ^ in tona- 
tiuh catea. Auh inin poliuhque 
yécatocoque, oçomatin mocuepque ; 
inincal ininquauh moch écatococ ; 
auh inin tonatiuh can no yécatococ 



§ 6. Auh in quiquaya matlactli 
omome cohuall ^ in intonacoyuh 
catea ; auh inic nenca caxtol pohual 
xihuitl ipan yepohual xihuitl ye no 
ipan nahui xihuitl ; inic popoliuhque 



§ 3. Sic homines ab tigribus 
devorati sunt per XIII annos, hoc 
modo perierunt, hoc modo finem 
ceperunt. 

§ 4. Ac cum aetas et anni eorum 
perierunt, annus fuit / acatl. Et 
devoran (ab tigribus) coepti sunt 
uno die dominante signo 4 ocelotl ; 
sic tantummodo finem ceperunt, 
sic perierunt. 

§ 5. Haec aetas appelatur 4 éécail. 
Qui secundo terra incolebant, a tem- 
pestate rapti sunt. Id factum est in 
aetate 4 éécail \ atque perierunt, 
lempestate rapti in simias mutati 
sunt « domus silvaeque eorum, 
omnia a tempestate rapta sunt. 
Quae aetas eodem modo tempesta- 
tibus periit. 

§ 6. Quo vescebantur, iS couatl 
fuit cibus eorum. Ac viguerunt per 
CCCLXIV annos. Hoc modo uno 
die a tempestate rapti sunt, die 
dominante signo 4 éêcati, hoc modo 



i. tequën-qua-lo-que « ils furent mangés par les tigres ». te-qua-m « celui qui 
mange les hommes (ie) » est une qualiOcation générale du tigre. 

2. tUmirto forme verbale en to prêt, de tiuh, signifie u ils allèrent... » 

3. 4 oeelotl est le 134« jour du tonalamatl. 

4. inique (ou iniquey) pluriel de inin « celui-ci », inique-i a ajouté encore un i 
démonstratif. 

5. Beaucoup de mots qui commencent par une voyelle y ajoutent par devant la 
demi*voyelle i ou y ; yecatocoque dérive donc de éeca-ti « vent » et de toca « pour- 
suivre ». 

6. nauh eeatl ^ naui éecall « 4 vent », 82" jour du tonalamatl. 

7. 12 eohuall est le 12* jour de la II« division de 13 jours, le 25* jour du tonalamatl. 
Le a Seftor >* de cette II* division est le dieu des vents Quetzalcohuatl (9 éecatl). Le 

Codex Zum^rraga ici n'offre pas de correspondance, mais Thévet (1. c, p. 26) raconte 
qu'ils « se noarrissoient de un fruict qui vient en une arbre nomée mizquiil (Prosopls 
dalcis), de la quelle a grand nombre en la nouvelle Espagne, du quel fruict les 
Indiens font grand estime, et en font de pains pour porter en cheminant, et pour 
garder pour le long de Tannée .. • Dans le Cod. Vai. A. fol. 6 r. on trouve acolzintle 
•i la représentation d'un arbre semblable au « mezquite ». 



Digitized by 



Google 



244 



soaéTé OES américamstbs de paris 



çan cemilhuitl, in écatocoque nauh 
écati ipan ceinilhuitonal[l]i, inic 
poliuhque ; auh inxiuh caica ce tec- 
patl. 

§ 7. Inin tonatiuh nahui qnia-- 
huitl * inicey ^ ¡nie ^ tlamanii- 
nenca nahui quiahuitl in tonatiuh 
ipan. Auh inic poliuhque : tlequia- 
huiloque, totolme mocuepque. 
Auh in ollatlac in tonatiuh, moch 
tiatlac in incal ^. 

§8. Auh inin nenca caxtolpohual 
xîhuitl ipan matlac xihuitl omome ; 
auh inic popoliuhque ça cemilhuitl 
in tlequiyauh. 

§ 9. Auh in quiquaya chicóme 
tecpatl'* in intonacayouh catea. 
Auh in inxiuh ce tecpatl ; auh 
icemilhuitonalflji nahui quiahuitl. 
Inic popoliuhque pipiltin ^ catea ; 



períenint ; atque annus eonim fuit 
/ íecpall. 



§ 7. Haec aetas 4 quiahuitl, li, 
(id est tertium) hominum genus, in 
aetate 4 quiahuitl vixit. Atque hoc 
modo perierunt : imbri igneo deleti 
in aves mutati sunt. Ac cum sol 
(illius aetatis) ustus est, omnes 
illorum domus conflagraverunt. 

Î5 8. Ac vixerunt per CCCXU 
annos, atque hoc modo omnes per- 
ierunt imbri igneo per unum diem 
decidente. 

§ y. Quo vescebantur, 7 tecpall 
cibus eorum fuit; quorum annus 
/ tecpatl et dies dominante signo 
4 quiahuitl. Hoc modo omnes 
perierunt; principes (uerunt, qua m 



1. Nahui quiahuitl « 4 pluic • est le 199* jour du tonalamntl. 

2. inieey =z inique-i (Leon y Gama « Dos Piedras >», p.06écriti/iiç(je/ii). 

3. Il y faut ajouter eyu 3 », cf, § iO inicey inic nauhtlamanti. Leon y Gama (1 c.} a 
la variante iniquehiinic etlamanti ; e ou ye(i) est « 3 ». Tlamanti est pluriel en ti < 
¿1/1, du verbe mani ou mana d'une part. pass. « ce qui est placé, la troupe »; cf. p. 
e., Sahagun Ms. = X, 29 § 12 : Allan acalliea in uallaquc miec tlamanti : « Il vint de 
la mer, avec des navires, beaucoup de tix>upes d'hommes ». 

4. Ceci est, avec plus dedétails, décrit dans ]a« Historia deColhuncan»§13:ipa/imyn 
mochiuh in ipan tlequiauh in onoca ye tlatlaque ihuan ipan xaltequiauh conitohua 
iquac niotepeuh in xaltetl [inticitta] ihuan popoçoçac in tcçontli ihuan iquac ino- 
maman in texealli chiehichiliuhticac « dans cette ère il se Gt une pluie de feu, 
les hommes de cette ère brûlèrent et dans cetle ère il y avait pluie de cendre 
volcanique (lapilli), on dit, quand la cendre volcanique fut dispersée [que nous voyons] 
et quand le tuf écuma et quand les roches rouges se formèrent. «> Dans le Cod, Vat. A 
(fol. 6 V.) cette période s'appelle Tle-quiyahuillo et tzonchichiltique{zzz Izonchiehiltic), 

5. 7 tecpatl est le 7« jour de la VIII* division de 13 jours dominjepar Mayauel ; c*est 
le 98* jour du tonalaúiatl. 

Dans le Codex Zumarraga (chap. 4) les homniies de ce soleil (sol Tlalocatecli) 
mangeaient açiçiahtli « que es una simiente como de trigo que nace en el agua ». 
Thevet (1. c.) parle de aci^htliy «et touts vivoyenl de une herbe de rivière nomée 
aciantli •. Tous ces mots sont des formes corrompues de acecentli (ecicintli)^ *< mais 
de Teau » dont Hernandez fait mention. Le Cod. Vat, A (fol. 4 v.) montre Thiéro- 
glyphe d'atzitzintli, 

6. pipiltin, pluriel de pilli «c noble, prince » ; pipilpipil « muchachuelos >' (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 



245 



ye ica in axcan ic monotza cocone 
pipilpipil *. 

§ i 0. Inin tonatiuh nahuiatl itoca. 
Auh inic manca ail ompohua] 
xihuîtl on matlactli omome ^\ Inicey 
inic nauh ilamanti nenca ipan nahui 
atl in tonatiuh catea. Auh inic nen- 
ca centzon xihuitl ipan matlacpohual 
xihuitl ipan epohual xihuitl ic no 
ipan caxtol xihuitl oce. Auh inic 
popoliuhque apachiuhque ^ mocuep- 
que mimichtin. 

§11. Hualpachiuh in ilhuicatl ; ça 
cemilhiull in poliuhque ; auh inqui- 
qua va nahui xochitl ^ in intonaca- 
youh catea. Auh in inxiuh catea 
ce calli auhincemilhuitonalli nahui 
atl ^ ; inic poliuhque, moch poliuh 
in tepetl. Auh inic manca ompo- 
hual xihuitl on matlactli omome. 

§ 12. Auh inic tzonquiça ^ in in- 
xiuh , niman ye quinahuatia ' in [ij- 
titla[njhuan ^ in itoca Nota ^ auh 



ob rem nunc infantes pipilpil appe- 
lantur. 

§ 10. Haec aetas appelatur 4 atl. 
Atque aqua abunda vit per LU 
annos. li, (idest) quantum hominum 
genus in aetate 4 quiahaitl vixit. 
Atque hoc modo vixerunt per 
DCLXXVI annos, atque hoc modo 
exstincti sunt in aqua pereuntes, 
in pisces sese converterunt. 



§ 11. Coelum corruit, uno die 
perierunt ; quo vescebantur, 4 xo- 
chitl cibus eorum fuit ; annus eorum 
y calli et dies signo dominante 
4 atl. Hoc modo perierunt, omnes 
montes perierunt, Atque (aqua) 
abundavit per LU annos. 

§ 12. Atque hoc modo anni 
eorum fînem ceperunt tum vero 
(deus) subjectissuis nomine Nota et 



\, Le sens de ce dernier passage estun peu obscur. Cependant, l'expression pipiltin 
« princes » correspond à tololme mocuepque (§ 7), car on croyait que les âmes des 
noblesse transibrmaient en oiseaux précieux (Mendicla, Hist, ecclesiast. Indiana* 
livre Ily chap. xiii). Le c tertium coniparationis » entre cocone (pluriel de conefl 
« enfant >»), et pipilpipil est un jeu de mots ; c*est peut-être Tidéc de jeunesse qui 
évoque celle de noblesse (pilU) (cf. le nom du dieu Tezcallipoca «< jeune homme de 
miroir » eitelpochtli « jeune homme »). 

2. 52 années représentent un cycle de la chronologie mexicaine. 

3. apachiu/iquCj cf. Molina (pt. I) « anegarse todoy henchii^se de agua apachiui,,, » 
Cette période s'appelle dans le Codex Vat. A, (fol. 4 v.) Apachihuilliztli, 

4. 4 Xochitl est le 4« jour de la XIII» division de 13 jours, le 160* jour du Tonala- 
matl ; la XIII* division est dominée par la déesse Tlaçolteotl, 

5. 4 atl est le 69« jour du tonalaroatl. 

6. tzonquiça dérive de tzontli « cabello o pelo », [c'est la ñn de la tète, le bout,] et 
de quiza « sortir ». 

7. Il faut y ajouter comme sujet : « le dieu » {teotl), 

8. in^i'litlan huan c ses vass(^ux », dérive de tillanlli « mensajero, o embajador » 
(Mol. II). 

Ô. Nota « mon père ». 



Digitized by 



Google 



246 SOaÉTÉ DBS AMÉBICANISTES de PABIS 

in icihuauh itoca Nona ^ quimilhui : feminae eius nomine Nona iussit 

« ma ca ^ octle, xictlaçotlaca[n] ^ dixiique : ne sit ulla res, agite, 

xiccoyonican in cenca huei in ahue- cavale taxodium permagnum quo 

huetl ^, auh ompa oncallaquizque intrabitis festi tempore iozoztUy ibi 

iniquac in To^ztli ^ in huahual- cœlum corniet ! 
pachilihuiz ^ in ilhuicatl. 

§Í3. Auhoncan callacque, niman § 13. Atque intraverunt ; turn 

ye quinpepechoa quimilhui ^ : « can (deus) eos inclusit, dixit : unicum 

centetl in ticquaz in tlaoUi, no cen- zeae granum edes, etiaro unum 

tetl in mocihuauh. mulier tua. 

§ 14. Auh in oquitlamique ^, § 14. Quod çum edissent, in 

oxalquizque^ oncan coyahuactiuh^^ syrtem inciderunt, ubi aqua est 

in atl. Aocmo molinia in quahuitl; tenuis. Non jam arbor sese movit ; 

niman ye motlapoa, niman ye turn se apeniit, tum pisceis viderunt. 
quitta in michin. 

§ 15. Niman ye tlequauhtlaça ^*, § 1K. Tum ignem fecerunt tere- 

1. Nona « ma mère ». Ces noms sont très significatifs pour le premier coufde 
d*hommes; le premier est composé de no a mon » et de të <^U'tli « père », le deuxième 
de no et de na < nan-tli « mère ». D'après d'autres traditions Thomme qui échappe 
du déluge s'appelle Cocxox, Mexieoch etc. 

2. maca, particule du vétatif < maeamo^ octle « encore quelque chose ». 

3. xie tlazoUacan est un synonyme de xiccoyonican ei doit avoir le sens de t creu- 
ser » (coy o/iia) ; je crois pouvoir dériver la forme du verbe iço<(a qui, en réfléchi, 
signifie « gomitar », içolU, nino^ ou du causa tif ixochlia, nino (Mol. I et II] ; içotU 
(transitif) aurait le sens de « arracher quelque chose, faire sortir le bois de Tarbre è 
coups de hache >. 

4* ahuehuetli= Tazodium mexicanum. Les derniers hommes se sauvèrent dans une 
arche aussi, d'après l'interprète du Cod, Val, A (fol. 4 v.) : « e venendo questo gran 
diluvio... dicono li più delli vecchij, che Aieâ?icoc^ scapp<) di questo diluvio un solo 
huomo e una donna, da li quali fù di poi mnltiplicato il gêner humano. L'arbore in 
che scappomo chiamano A huehuetl.,. ». 

5. roço2</c (dérivé de tozoa « velar »)est le nom ¿oitde la II!* division Totoziontli 
soit de la IV* Haey Tozoztli, C'étaient les fêtes des semailles du maYs. 

6. hua'hual'pachilihui'Z indique une réduplication incomplète de huai au com- 
mencement. 

7. Le sujet de cette phrase est le Dieu (teoll). 

8. o-qui'tlami-que 3* pers plur. prêt, de tlamia. nitla ■ consumir o acabar toda la 
comida y beuida que tenia delante • (Mol. II). 

9. o-xal^uiz-que de xalli « sable » et quiça c sortir ». 

10. Coyauac'liuh cf. coyauac « cosa ancha, assi como cafio de agua, o ventana ». 
(Mol. II), coyaua • ensancharse el agujero ». 

li. tté-quauh'tlaça u jeter le tison », c'est le terminus technicus pour signifier 
« Feuer bohren » (synonyme : mamali • taladrar, o barrenar algo. Mol. II). Cf. Codex 
Í$7S (Aubin-Goupil), p. ^i.tlazqueyn tlequahuUln ilsjetèrent le tison ». Cf. Hymnat 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES AMCIEKS MEXICAINS 247 

ftuh niman ye quimoxquia * íd brando lignum, dein piscas frixe- 

iXiiYTiichiin. Niman ye huallachia ' runt. Conspicati id dei Citla- 

iix teteo in Ciilalinicue, in CitlalU' Unicue, Citlallatonac dixerunt : o 

iansc^ quitoque : « leteoyé, aquin dei,. quis comburit, quis coelum 

ye tlallaiia ? aquin ye quipochehua * fumiga! ? 
ixk ilhuicail ? » 

§ 16. Auh niman ic hualtemoc in § 16. Ac dein TitlacakaAn-Tezca- 

T^iilacahuan^ in Tezatlipocay nimsLn tlipoca descendit, eos objurgavit 

ye quimahua * quilhui : « Tlei nit- dixitque : quid video, quid fit ? 
[t]a, tle[i]mai?7. 

§ 17. Niman ^quimonquequech- §17. Tum illis colla amputa vit, 

coton ^ in tzintlan quimontlatlal- capita eorum natibus apposuit ; 

lili^ inin tzontecon *^ ic chichime*^ hoc modo in canes mutati sunt, 

mocuepque. Auh inic pocheuh in G>elumfumigatum est anno ^aca/i. 
ilhuicatl ome calli xihuitl. 

§ 18. Izcatqui iye tehuantin inic § 18. Haec est (narratio) quo 

ye tonoque *^ inic huetz in tlequa- modo domicilium terra constitui- 

huiti ^^. Izcatqui inifc] huetz tlequa- mus, quomodo terebra [qua ignis 

huiti, iquac nez^^ in tieti, auh inic fieri solet] decidit. Haec est (narra- 

de Sahagun, XIX, 4 (Seler, ges. Abhdlg. II, p. 1098) : ni-qui-ya- tUça-z ni-qui-ya- 
mainali'Z u je jetterai le tison •, cf. ttiè-quauitl u artificio de palo para sacar fuego, o 
tizón »;.(Mol. II). Cf. ici § 18 et § 78 (mamaU), Cf. Olmos (I.e., p. 227) : mamalhuaxtii 
tepan quimollaxilia, 

i. qui'mO'{i)xquia^ 3« pers. plur. prêt, réflech. dérivé du verbe îxca ; ixquia-ninotU 
« asar huevos, o batatas para si... » (Mol. II). 

2. huallachiaáe huai-íla-chia « regarder q. ch. ». 

3. CUlalin-i-cue, CHlalla^tonac a femme à Tenagua d^étoiles ». (= « via láctea >»» 
Cod, Vat, A. fol. 7 r.) correspondent aux divinités génératrices du ciel OmecwM 
et Ometecùtliy ou Tonacaciuatl et Tonacalecùtli. 

4. pocheua. nilla c ahumar algo » (Mol. II). 

5. Titlacahuan < li't-ilaca-huan a nous [sommes] ses vassaux » epitheton de 7es- 
catlipoca. Cf. Sahagun II, cap. 5. 

6. quim-ahua cf. aua. niie « reftir à otro » (Mol. II). 

7. mai dérive du verbe réfléchi ai « faire ». m-ai « il se fait »; cf. m-ac-/îa, ici § 68. 

8. quim-on-quequech-coton <c il leur coupa le cou » ; on signifie la direction, en ce 
lieu-là ; quequech pluriel de quechtli « cou », cotona « couper ». 

9. quim-on-tlatlalli-li dérive du verbe réduplié tlalia « placer » tlali-lia « placer 
pour quelqu'un ». 

10. in-lzontecon « leur tête »; tzontecomatl « tète ». 

1 1. chichi-me pluriel de chichi a perro » (qui tête, du verbe chichi « mamar» ). 

12. t-^noque du verbe onoc (o/i-o^) • ester echada alguna persona o madero... » 
(Mol. II). 

1 3. huetzi in tiêquauUl^ c*ëst le passif de tlequauh-tUça, 

li. net prêt, du verbe neçi « paraître, être inventé », cf. Tactif !!««<«• « detcubrri 
o manifestar algo » íMol. II). 



Digitized by 



Google 



248 



SOCIÉTÉ DES AMÉRICAMSTES DE PARIS 



tlayohuatimanca * cempohual 
huiil ipan macuil xihuitl -, 



XI- 



§ 19. Auh inic momàn in iihui- 
catl ce tochtli^ xihuitl. Auh inomo- 
man auh niman ye quipochehua in 
chichime in yuh omito in nipa. 
Auh ca çat^pan in huetz intlequa- 
huitl, in tlequauhtlaz in Tezcatli- 
pocBj in ye no ceppa ic quipocheuh 
in ilhuicatl ipan xihuitl orne 
acatl *. 

§ 20. Auh niman ye mononotza 
in teteo quitoque : « Aqui in onoz ? 
ca omonian in ilhuicatl, ca omo- 
man in ilalteuctli ^. Aqui onoz, 
teteoyé ? Ic üentlamati * in Citla- 
linicue, in CUlallatonac^ in Apan- 
teuctli ^, Tepanquizqui ^, Tlal- 



tiô), quomodo terebra decidit, tem- 
pore quo ignis inventus est, ac 
quomodo per XXV annos creperum 
fuit. 

§ 19. Ac coelum oonstnictum est 
anno / tochtli. Quod cum construe- 
tum esset, canes illud ut supra dic- 
tum fumigaverunt. Ac postquam 
terebra decidit, Tezcailipoca igtiem 
terebravit, eâ iterum coelum fami- 
gavit anno ? acatl. 



§ 20. Ac dein dei consuluerunt 
dixerunt : a quiserit qui terra inco- 
lat? constructum est coelum, cons- 
true ta terra. Quis (mundo) iiabita- 
bit, o dei ? Id curae est deis Ciila- 
linicue^ CitlallaionaCy Apantecatli^ 
Tepanquizqui^ Tlallamanqui, Hu- 



i. tltL-yokua'ti-mance « il était nuit»; combinaison des rerbes youa et mani par la 
ligature tL 

2. Sur cette obscurité de 25 ans, cf. Thévet (1. c.) chapitre viii, Cod, Zumarrëgà, 
chap. 7. Cf. Cod. Telferiano-fíemensis <« en una .cafta fué criado el cielo ; y los ani- 
males en un pedernal, y la terra en un conejo ». Cf. historia de Colhuacan (Anales 
de Quauhtitlan) §9,§ 16 (création de la teri'e en 726 après J.-Chr.et du soleil en 751). 

3. L*année 1 ochtli (lapin) est la 40* du cycle de 52 années commençant par 1 acall 
(canne). 

4. L'année 2 acatl suit immédiatement Tannée 1 lochtli. La chronologie mexicaine 
commence par cette année qui se répétait tous les 52 ans et où Ton faisait de 
grandes cérénionieâ. 

5. Tlaltecùtli a le sens simple de tlalli « terre •. 

6. nentlamati, ni « estar descontento y afligido, o hazer lo que es ensi en algún 
negocio » (Mol. H). 

7. Apantecàtli était le dieu d'un barrio de México. Cf. Tezozomoc crónica Mexi- 
cana, 69 (p 504) et 70 (p. 515). 

8. Tepanquizqui {te-pan-quiz-qui « celui qui se précipite sur les hommes ») est le 
surnom d' UUzilopochtli^ dieu de la guerre, spécialement des Aztèques. Cf. Hymnes 
I, 3. (Seler, ges. Abhdlg., U, p. 965). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 249 

lam&nqui \ H uictlollinqui 2, icflolinquLQaetzalcohuaÜ^Titlaca" 

Queizalcohuatl ^, Tiilacahuan ^. )> huan, 

§21. Auh niman ye yauh in § 21. \c Afán Quetzalcohuail m 

Queizalcohuatl ^ in Micilan ^ ; orcum digressus Mictlanlecùtli et 

iiech acico [in] Mictlanteuctli^ in Micllancihuail invenit dixitque : 

Mictlancihuatl, niman quilhui : veni ossis gemmei causa quod cus- 

< Cayehuatl^ ic nihualla in chai- todis, veni enim utauferam. 

chiuhomitl in licmopicllia ^, ca 

niccuico • »• 

§ 22. Auh niman quilhui :« Tiei § 22. Ac dein dixit: quid eo 

ticchihuaz ? » Queizalcohuatl auh faciès ? Queizalcohuatl respondit : 

ye no ceppa quilhui : « ca yehuatl curae est deis quis terra incolat. 

ic nentlaitiati in teteo aquin onoz 

in tlalticpac *^. 

§ 23. Auh ye no ceppa quito in § 23. Atqueiterum Miçtluntecùtli 

Micilanieuctli^^ : « ca yé qualli, dixit: bene habet: infla concham 

tlaxoconpitza ^^ in notecciz ^^ auh 

1. r/a//ama/içu{ composé de llalli n terre » et nianqui participe de niani pu nianá. 
Il est difficile d'identifier cette divinité. V. Tlallamatnac^ plus bas § 31. 

2. Huictlollinqui composé de huiclli « coa para labrar latierra » et olini u courber »». 
Le nom est seulement connu comme nom propre (juge à Tlatelolco au temps de 
Motecuzoma, cf. Sahagun 8, chap. 15). 

3. Queizalcohuatl « serpent aux plumes », ou « jumeau précieux », dieu de Tair 
(voir eêcatlj chiconaui éécall), 

4. Voir note 5, ad § 16. 

5. Cette tradition offre plusieurs variantes : tantôt Queizalcohuatl descend aux 
enfers, tantôt c'est Ehecatl, tantôt, Xololl, Voir Thévet(l. c), chap, vit (p^ 28), Tor- 
quemada, Mon. Ind ,. II, chap, xli), p. 76-77. Mcndieta, llist. ecclesiast. indian. 2, 
cap. 1 (d*après Olmos). 

6. Mictlatiy région de la mort, de Mictlanlecùtli et MictlanciuatL 

7. yehuatl précise chalchiuh-omitl <* c'est Tos précieux c'est pourquoi je suis 
venu ». 

8. tírc-mo-pieMia forme révérentielle et réfléchie du verbe pia « garder quelque 
chose ». 

9. ni'C-cui-'CO forme en eo, prêt, de quiuh, « je suis venu le prendre ». 

10. Le sens est donc: les dieux ont besoin de l'os précieux pour créer les hommes 
qui doivent habiter sur la terre. 

11. Mictlantecùtlile seigneur des enfers. 

12. lia x*o^-on'pitza « veuille sonner de la trompette » ! lia est particule de ro;)ta- 
tif (voir Olmos, grammaire de la langue Náhuatl p, 81, 123); xo ou a;i, particule de 
l'impératif mise au lieu des pronoms de la 2* personne; la voyelle o (au lieu d't) se 
trouve à cause d'une « Vocal-harmonie » de ia part de la particule on qui suit (cf. 
Olmos, p. 127). (Cf. §24 xo^-on-cui, xocon-ilhuitin, § 25; voir note 1 ad § 93). 

13. tecciz'tli « trompette de coquille -». 



Digitized by 



Google 



2M êOatTt MS AMÉUCAKimS DK PAUS 

nctilips * xicUayahoa ^ cochtt ^ in meam atque qoater sepolerom cir- 

oochalchaihteyahaalco *. » cumi loco niiiri ma gemmô! 

« Auh amo maco ^ je neqai ini- Nonne vero opus est coDckae? 
lecetz ^ ? » 

§ 34. Niman je qoinnotza in § 24. Dein arcessiyit Termes; 

oooilme ^ qnicocojoniqoe, niman je cavaTerant, tnm in trave nmt ves- 

ic ompa callaqui in xicoii ^ in pae, ftpes. Tom inflavit; audmi 

pipiolme *. Niman je quipitza, qui- eom MieiUniecàtli. Atqne itemm 

hoalcac^^in i/íú:/¿a/itocic//f. Auh je hic (Mictiantecùili) dixH : bene 

no ceppa qniUioia' in MiclUnteuc- habei, aofer (os) ! 

iU: « ca je qaalli xoconcui 'M » § 25. Ac dein MiciUntecàtli sab- 

§ 29. Auh niman je quimilhni in jecios suos allocntos est : dicite, o 

itiila[n]htian in Afietlanteuctli in dei : nempe id (nobis) referí, 
micteca*^ : « xoconilhaiiin<^,teteoé*^, 
can qoicahuaquinh^^!» 

§26. Auh in Quetzalcohu^tl §26.AcdeinQiie/sa¿coAiiaí/dixit: 

1. nAuh-pà forme ancienne de n^ppà « naupà) « quatre fois », a avant p assimilé 
très sourent à p. 

2. xt-^^tU-yûhuû ; la racine y^huë (cf. yëualiuhqui « cosa redonda... n^ymuMlhuU 
M rodear...» etc.) signifie « circumire » « cerner. » 

3. c ochii, il faut lire cochtli ; cochtli ou te-cochtli (composé de ietl <c pierre » et eoch- 
tli) est la sépulture, « hoyo... » (Mol. II), substantif dérivé du verbe coc/it u dormir ». 

4. no-chëlchiuh'lê'yëhuël'Co dérivé de chalchiuh-teyahualli ; teyëhualli est un 
yahualli de pierres (¿ei/); un cercle de pierres, une muraille circulaire. — Il faut 
s'imaginer que le sépulcre où se trouve Tos précieux de pierre verte est entouré 
d*un cercle, et que Quetzalcohuatl doit faire quatre fois le tour de cette muraille ou 
du tombeau. 

5. maço « peut-être, en quelque façon ». 

6. nequi initecciz ; il faut lire nequi inotecciz ou nequi moleccU « mais n*y art-il 
pas besoin de ma (ou de ta) trompette de coquille? » 

7. acuilme pluriel de ocuilin « gusano » (Mol. II). 

8. xicoU = xico-tin pluriel dexicô-Ui u abeja grande de miel que horada los arbolas» 
o abejón » (Mol. II). 

9. pipiohne pluriel de pipiol-in c< a veja montesa que haze miel » (Mol. II). 
iO. qui'hual'Cac « il l'entendit » prêt, du verbe hual»caquL 

11. xo'C'on'Cui « prends-le » ! œo, cf. note 12 ad g 23. 

12. Mi/cieca^ les habitants de Mictlan, lés sujets de MictUnUeàtlû 

13. xo^-on-Uhui-'iin « dites ! », tin au lieu de can ; cf« Olmos (1. c. p. 71), p. e.: 
ina'XitUpialin « gardez ». 

14. Meoé pluriel du vocatif en é dérivé de ieo-tl « dieu »« 

15. .cahua-quiuh « il vient rapporter » ; cahua. m*¿/a«dezar algo, o llevar algun cost 
k otra parte » (Molina II). Le sens de ce passage est double : Queizalcohuatl vient 
prendre ou rapporter, Tos. Mais, puisque AÍM</afi¿aeú¿/¿ veut consoler sas sujetada 
la- perte de Tos, il faut choisir la traduction « rapporter » (voir § 26). 



Digitized by 



Google 



TEABmOKS BBS AMCIEN8 MBX1CA1M8 



251 



nimmo quihuallito * : «' Camo^ ca 
ye iccen^ niquitqui. » Auh niman 
quUhuia in inahual ^ : ca xiquimon- 
ilhui ^ ;« -can niccahuaquiuh. » 
Niman quihualilhui inquitzatzili- 
tiuh : « ca can niccahuaquiuh ^. » 

§ 27. Auh ye nel ^ ontlecoc ^. 
Niman ye ic ye concui in chalchiuh- 
omiti, cecni ® temi in oquichtli ini- 
yomio ^, no cecni temi in cihuatl 
iyomio. Niman ic concuic, niman 
ye ic quiquimilloa '* in Quetzalco- 
haati^ niman ye ic quitquitz ^^. 

§ 28. Auh ye no ceppa quimilhui 
in MicilanteucUi initiüahuan ^^ : 
« teteoyé ^^, ye nelli quitqui in 
Quetzalcohuatl in chalchiuhomitL 
Teteoyé, xichuallalilitin^^tlaxapoch- 



minime vero, certe id aufero. Ac 
dein naualli eius dixit : die illis, 
nempe id refero. Dein dixit, clama- 
vit : nempe id refero. 



§ 27. Tum vero prudenter ascen- 
dit. Dein os gemmeum cepit, partim 
CQmpoaitum fuit viri, partim 
mulieris oise ; cepit, involvit illud 
Quetzalcohaatl^ dein abntuUt. 



§28. Atqueiterum Mictlantecà- 
tli subjectoa suoi allocutus est : o 
dei, profecto Qaeizalcohuatl os 
gemmeum aufert ! o dei, facite ei fo- 
veami Tum fecerunt'fpveam ei, 



1. quihuallUo =:: qui-huël^Uo. 

2. camo =: ca amo u no, o no es assi » (Mol. It). 

3. iecen « altimadamente n (Mol. II). 

4. i-nahual « soa nagual ». NahualU signifie tantôt le sorcier, tantôt le masque, 
le déguisement. 

5. dPÎ-çiiîm-oA-tiAifî. 

«. Voirnotel5ad§25. 

7. nei «c ser diligente y cuidadoso » (Mol. II). 

8. on^Uco-c c< il monta y>, voir tleeo, m « subir arriba » (Mol. II). 

9.. ceeni t en otra parte o lugar, o en cierta parte, o por si aparte » (Mol. II). 

10. in oquichtli in i-iy)omi--o « l*o6sement d^un homme » *, onU^il est Tos, i le pronom . 
possessif de la 3* personne du singulier, y est proposé à omiii par Tinfluence de la 
voyelle t du pronom possessif ; omi'yotl ( « ossement » ) est la forme abstraite en 
•yoil du mot omitl ( f< os » ). i-yonU^ serait donc « son ossement » (= iromi-yo, et 
plus coirectement encore: i-omi-yo'uh). 

il. quiquimiUoa fréquentatif du verbe quimUoa» nitla « liar, o embolver algo en 
manta » (Mol. II). 

12. qu^tqui'tx est grammaticalement un futur en iz au Heu de s (cf. ui-tt < ui-z ; 
uetzi'U < uetzi-z; qûeiza-tz <, qualza-z etc., voir note 7 ad § 42. Voir aussi § 88, 
note lOi Le sens eft : il enveloppa Tos pour remporter là-dessus. 

13. il faut lire : iu Utitlan-huan, 

14. ieieoyéy vocatif =teteoé, voir note 14 ad § 25. 

15. xirC''huaUtali4l'Hn impératif (2*. personne du pluriel) du verbe huaUlali'lia 
<huat+tlalilia (« placer quelque cbose pour quelqu*un »). 



Digitized by 



Google 



252 SOCIÉTÉ DES AMÉRlCAxMSTES DE PARIS 

tli K Ninian contlallilito - inic on- pedem ofTendit, sese impegit, atqoe 

can motlaxapochui -^ mollah uitec * coturnices eum prae metu paene 

ihuan quiniauhtique ^ çoçoitin ^ mortuum terrueinint. 
mictihue[t]z ^. 

Auh in chalchiuhomitl niman ic Osgemmeum prosiravit, vorave- 

quicenmaniihuetx ^, niman quiqua- runt coturnices, cum rostris suis 

quaque^ in çoçoitin quiteteitzque *^. tutuderunt. 

§ 29. Auh niman ic hualmozcal- § 29. Ac dein Quetzalcohuatl se 

li *Mn Qt/c/3aZco/iüaí/, niman ye ic recreavit (ex timoré), ploravit, 

choca niman ye quilhuia in inahual : naualli suo dixit : mi naualli, quo- 

« No-nahualé que[n] ^'^ yezi * ^ ? » modo res erit ? Ac dein dixit (naual- 

Auh niman ye quilhuia : « quenin li) : qmmiodo erit, maie res cecidit; 

yez*? ca nel** otlatlacauh''' ; maço nel age, sit sicut it ! 
yuhqui yauh ^^ ! » 

§ 30. Auh niman ye connechi- § 30. Ac dein os sustulit, frag- 

coa *^, conpepen *^, conquimillo ; menta coUegit, involvit, turn in 



4. tlaxapochtli « hoyo » (Mol. Il), part. pass, de xapotla « ci*euser ». 

2. c-on-tialli-U'io prót. de ilali'li-liuh » aller placer quelque chose pour 
quelqu'un ». 

3. mo'ílaxapochui prêt, de tlaxapochuia, nino n caer en hoyo, o abarrancarse » 
(Mol. II). 

4. mo-tla-huilec de uilequi u herir >» (Mol. 11). 

5. qut-mauhti^quc de niauhlia. niíe <« espantar à olrô » (Mol. II). 

6. çoçol'tin pluriel de rol-in « caille ». 

7. mic-li'huelz composé de miqui « mourir >» et.de huelzi « lomber » par la liga- 
ture IL 

8. qui-^en-man-U'hueiz composé de ccninana+huetzi^ccmtnana <« esparzir, derra- 
mar, o echar algo por el suelo » (Mol. II). 

9. qui-quaqua-que fréquentatif de qua « manger ». 

10. qui-teteilz-que de teíeitza, níílu « roer huesso » (Mol. II). 

11. hual'mO'{i)%calli de ízcalia, niño « abiuar, tomar ensi, o resuscitar • (Mol. II). 

12. que était vraisemblablement écrit dans l'original que:=zquen, «de que manera, 
o como, s. acaeció esso ? » (Mol. II) ; voir plus bas, dans ce même § 29 quenin « de 
que manera, o como es esso ? » (Mol. II). 

13. yeii futur du verbe ca « être » ; i est une apposition démonstrative. 

14. canel, « pues es assi, o pues assi es » (Mol. II). 

15. o-tlailacauh prêt, de tlatlacaui, Daftarse y echarse a perder el negocio, » o otra 
cosa » (Mol. II). 

10. Cf. maço iuhqui « sea como fuere, o sea tal qual » (Mol. II). nel=^nelU, cierto, 
ciertamente ». yauh « aller ». 

17. C'on-nechicoa du verbe nechícou, nilla « ayuntar o recoger algo, » (Mol. II). 

18. c-on-pepcn de pepena, nitla « escoger algo, o arrebañar y recoger lo espartido 
|K)r el suelo » ^Mol. II). 



Digitized by 



Google 



m 



TRADITIONS DES âKCUSNS MEXICAINS 253 

niman icquitquic in 7amoancAa/i ^ Tamoanchan portavit. Quo cum 

A.uh in oonaxili ^niman ye quiteci ^ venisset, dea nomine Quilaztli^ id 

itoca Quilachtli ^ yehuatl iz Cihua- est Cihuacohuatl, os conirivit, turn 

cohuatl ^. Niman ye ic quitema in deposuit in Chalchiuhapazco^ dein 

Chalchiuhapazco ^auh niman mote- Quetzalcohuatl sanguinem extraxit 

poliço ' in Quetzalcohuatl, ex pene suo. 

§ 31. Niman mochintin llama- § 31. Tum omnes dei qui supra 



1. Tëmoanchan nom mythique de Touest; région où la déesse de la terre enfante 
le dieu du maïs; v. Hymn. XIV, 3; Seler, ges« Abhdlg., II, p. i057; Tétymologie 
de ce mot est difficile. Feut-éti*e u'est-il pas de la langue mexicaine, mais de la 
langue maya (cf.moan oiseau de la nuit avec la préposition <a/i, les deux combinés 
avec le mot mexicain chan « maison »). A Tëmo^neh^n correspond aussi Cinefico 
c dans la maison du mais. » v. Sahag. XII, chap, 9; Seler, comm. (¡od. Borgia, 
II. p. 56. V. plus bas % 32, note 6. 

2. o-on-axi'li prêt, de axilia, applicatif du verbe aci « arriver » ; on attendrait ici 
une forme réfléchie comme o-on>m-ajrê-lc, ou bien il faut lire : o-m-ëxi-U au lieu de 
o-on-axilL . 

3. L*os est réduit en poudre. Les autres traditions parlent presque toutes de cendre 
(Torquemada, Thévet, etc.). Dans « Thistoire^eColbuacan y de México » i^ partie § iO 
il est dit que Quelzalcohuëtl créa les hommes en les faisant de /lex^/i (cendre); 
dans le Lienzo de Cucuiéeato les premiers hommes sont appelés nexiUpicli{n) 
« hommes faits de cendre », Cf. Seler, ges. Abbdlg. III, p. 46. 

4. QuUachili= Quilazili est la même déesse que Cihüacohuuily une divinité ter- 
restre de Colhuacan (voir Hymne XIII ; cf. Seler, ges. Abhdlg., vol. II, p. 1051- 
1053}. Colhuacan est aussi un synonyme de Touest, du domicile des ancêtres repré- 
senté sur la pierre de Huitzuco (voir Seler, ges. Abhdlg., II, p. 757 ; ici note 7 ad 
§ '6). 

5. iz Cihuacohuati < in Cihuacohuatl par assimilation. 

6. Chalchiuhapazco « dans le vase de jade » (chaichiah-apaz-co), cf. apaz-tli n lebril- 
lo, o barrefton grande de barro » (Mol. II). Dans le Lienzo de Cucuiàcato « Chalchiaih^ 
tlahpazco » est représenté comme la caverne d*ongine des hommes qui, sur le dos 
de tortues, arrivent à la côte de « Chalchicueyehcan » (c'est la côte de Vera Cruz) 
accompagnés par un chien (xololl), Chalchiuhapazco est donCy diaprés cette tradition, 
situé dans la mer de Test. Cf. Seler, ges. Abhdlg., III p. 44-49; Commentar zum 
Codex Borgia, II, p. 269-270. Parces faits, le passage corrompu du ms. de Thévet (1. c.) 
s'éclaircit : « il dont aporta le reste de Tos' et de la cendre et se en alla à une 
pazlli^ que veut dire grand libre, en le quel appelle touts les aultres dieux pour la 
creación du premier homme... n ; pazlli^ c'est apazlli « lebrillo », pris par Thévet 
pour « librillo = libre ». 

7. mo- tepol-iço ; tepolli ou tepulli « miembro de varon » (Mol. II). ¿ço. nin « san- 
grarse par enfermedad, o sacrificarte delante los Ídolos » (Mol. II). 

Les hommes sont ainsi créés de la poudre de Tos de jade et du sang dé Quetzal- 
cohuatl, Dans^n ms. inédit de Chimalpain (Paris, Bibl. Nat., fond mex. n» 74) les 
hommes sont appelés ex-tlapietin u crées de sang ». Dans le Popol Vu h les 
hommes aontoré^ du maïs et du sang de serpent. 

Société des Américanistes de Pari$, 17 



Digitized by 



Google 



254 



SOCIÉTÉ DES AilÉMCAMSTES DE PAJUS 



cebua * in teteo in nipa ornóte- 
nenhque * ; in Apanieuctli^ in Huic- 
tloUinqui, Tepanquizqai, TUlla- 
nuímaCy Tzontemoc techiquania ^ 
in Quetzalcohuatl. Auh niman 
quitoque : « otlacatque in teteo in 
macehualtin ^ ye ica in otopan tla- 
maceuhque ^. » Ye no ceppa qui- 
toque : Tlein quiquazque, teteoyé, 
ye tla ^ temohua in tonacayotl ! » 
§ 32. Auh niman quimito in 
azcatl : « In tlaoUi in itic Tona- 
catepetl 7. » Auh niman ye quina- 
miqui in azcatl * in Quetzalcohu&H 
quilhui : « Canoticcuito ^ ?xi[nech]- 
ilhui ! » Auh amo quilhuiznequi ; 
cenca quitequitlatlania *^. Niman ic 
quilhuia : « Ca nechca. » Niman 
ye quihuica auh niman ic tlilaz- 
call 11 mocuep in Quetzalcohuatl^ 



dicti sunt cerimonias conficemnt 
(sanguinem extrahendo), Apante- 
cùtliy Huictlolinqui^ Tepanquizqui^ 
TlallamarnaCj Tzontemoc.,. Quet- 
zalcohuatl. Ac dein dixerunt ; nati 
sunt dei, homines, cum illi supra 
nos ceremonias facerent. Iterum 
dixerunt : quid edant, o dei ; quae 
rant zeam ! 

§ 32. Ac dein formicae us dixit : 
frumentüm est in ventre montis 
Tonacatepetl ;diC dein formicae inci- 
dit Quetzalcohuatl, dixit : unde 
cepisti (zeam), die mihi ! Attamen 
dicere noluit ; rogavit atque obsec- 
ravit eam, tum dixit (fomûca) : hoc 
loco est. Tum comitatus eam 
Quetzalcohuatl in formicam nigram 
sese convertit ; timi eam comitatus 



1. ilaniMceu A, (aire des cérémonies, cf, tlamaceuani a penitente, o el que haee 
algunos exercicios para merecer, hermitaño o beata » (Mol. II). 

2. in nipa o-mo-teneuh-que « (les dieux) nommés plus haut ». Voir §20. Tzontemoc, 
correspondant ici à Titlacëhuan (Tezcatlipoca), est « celui qui précipite avec la 
tète », 

3. lechiquania e%i oh^cvLT et peut-être corrompu. Doit-on y chercher • tçua/iû. 
nile. « apartar á otro, o deponerlo y privarlo de su officio » ? (Mol. II). Le sens est 
certainement ceci : les autres dieux suivent Texemple de Quetzalcohudtl en se tirant 
du sang comme sacrifice. 

4. maceual'tin « les vassaux, les sujets •. Les hommes sont les vassaux des dieux, 
s. o-to-pan^tla-maceuh-que = topan otlamaceuhque, ils s'ótaient du SUng sur nous 

comme sacrifice. Cf. Torquemada, II, XLI p. 76 : a y que sobre ellos sacrificasen ». 
0. lia, particule de Toptatif, voir note 12 ad § 23. 

7. Tonaca-lepell, « mont de mais ». Cf. Jacinto de La Sema 1 § 4(p. 23-24) : « Tam- 
poco estaban olvidado de sus dioses antiguos, entre los cuales veneraban la Sierra 
Nevada, que es junto el volcán, por decir, allí estaban y tenían su habitación los 
dioses suyos Chicomecoally la diosa de los panes, y así llamaban á la sierra Tonaca- 
lepell, que q. d. monte de los mioses, ô de los mantemientos ». 

8. azeall u fouimi » est Tobjet de la phrase . 

9. O'li-C'cui lo « tu es alié le prendre ». 

10. qui'iequi'Hailania « il la pria instamment » ; du verbe llallania.niie a preguntar 
algo ù otro... » (Mol. II) combiné avec lequL Cf. Olmos (1. c, p. 186) : u lequi, siemprt 
se entrepone al verbo y significa mucho, ex. nitequUlaqua « como mucho »• 

il. liil-azcall de l/i7/t « tinta », ct.llillic « noir » et azcatl. 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS OES AMCIBNS MEXICAINS 255 

oiman ye quihuica. Niman ye ic est ; dein (montem) intraverunt, 
callaqui ^ niman ye ic qniçaçaca ^ dein ambo frumentum atiraxerunt. 
nehuan. In tlatlauht/ui ^ azcatl^ in Formica rubra, ut sciunt, comitata 
macho, quihuicac in Queizalcohuatl est Quetzalcohuatl usque ad montis 
tlatempan ^ quihuallalalia ^ in tlaol- marginem, frumentum (ibi) ei depo- 
li niman ye quitqui in Tamoan- suit, dein (Q.) in Tamoanchan por- 
chan ^. tavit. 

§ 33. Auh niman ye quiquaqua § 33. Ac dein id dei ederunt 

in teteo '^, niman ye ic totenco ^ (praemandantes), tum in os nos- 

quitlalia, inic titohuapahuaque ^. trum posuerunt, hoc modo corrobo- 

Aùh niman ye quitoa : « Quen rati sumus. Ac dein dixerunt : quid 

iicchihuazque *^ in Tonacatepetl ? » faciamus monte Tonacatepetl ? Ac 

Auh niman çan ye quimamazne- dein Quetzalcohuatl eum dorso ges- 

qui ^^ in Quetzalcohuatl quimeca- tare voluit^ (j^"^) funes applicavit; 

yoti *2 ; auh amo queuh *3. nequevero sufferrepotuit. 

§ 34. Auh niman ye quitlapo- § 34. Ac dein Oxomoco sortem 

huia^^Oaromoco^^, auh niman ye qui- consuluit; et Cipactonal femina 

1. càll-aquif Quetzalcohuëtl et la fourmi entrent dans le inout de maïs. 

2. çëçaca. niilë « acarrear algo » (Mol. II). 

3. tl&tlauhqui c< rouge ». 

4. tlatempan « jusqu'au mais amassé », de — pan postposition et tlatentli « floca- 
dura de vestidura, o mayz, trigo frísoles o cosa semejante echada y puesto en algún 
lugar » (part. pass, de tema « déposer ») (Mol. II), Le sujet de la phrase est la rouge 
fourmi. 

5. qui'hual'lalalia; il faut lire qnihualla-lilia a elle le déposa pour lui ». Voir note 
15 ad §28. 

6. Tamoanchan voir note 1 ad § 30. 

7. Les dieux mâchent donc d'abord le mais pour Tamollirel le donner ensuite 
aux hommes. 

8. tO'ten-co «. dans nos lèvres, dans notre bouche » ten-tli « lèvre ». 

9. ti-to-huapahua-que a nous sommes devenus forts » du verbe réfléchi uapaua, 
nino . crecer en edad, o esforçarse y animarse » (Mol. II). Cf. note 6 ad § 76. 

10. ti-C'chiuhua-z-que « nous ferons ». 

11. quirmama-z-'nequi u il voulait le porter sur le dos ». 

12. mecayotia. niila («..atar algo con cordeles » (Mol. II). 

13. qu-eühy prêt, du verbe eha « 41evar alguna cosa pesada » (Mol. 11)^ 

14. qui-4lapohuia du verbe tlapouia. nite « echar suerte á otro el héchizero ó ago- 
rero con mayz » (Mol. II). 

15. Oxomoco ei Cipactonal, homme et femme, sont les vieux sorciers, les savants 
qui consultent les oracles du maïs et du calendrier sacré (tona/aiiuU/| ; voir Sahagun, 
IV, chap. I ; X, chap. 29, § 1 et § 12 (ici Sahagun nommé aussi parmi les quatre savants 
restés à Tamoanchan Oxomoco ei C^actonal), Cipactonat sigmñe*^\e ¡our crocodile», 
(premier jour du tonalamatl) ; Tétymologie d'Oxomoco est obscure. Peut-être y a-t-il 
des relations avec amoxlli « livre », ou avec un mot maya ixim « mais ». 



Digitized by 



Google 



256 SOCIÉTÉ DES AJlÉaiCAJIlSTES DE f ABI8 

tonalpohuia * in CipMctoruil ^, inici- homiois Oxomoeo^ lilmun Tatii 
huanh Oxomoco ; ca cihaaü Ciprnc- nam consoluit ; Cipmctorud eoim 



ton^l, Aoh DÎman qoitoqoe [in] mulier. Ac dein Oxomoco et Cipmc- 

Oxomoco in CipacioiuU : « ca çan torutl dixeront : soins Nzn^humll 

quihuiteqniz ' in Naruihuail ^ in montem TonMcatepeU enndeabtt. 

TonacMÎepetl n, Ca oqnitlapo- Pro eo enim sortent consalœrani. 
huique. 

§ 35. Anh niman ye netlallilo ^ § 35. Ac dein dei pluvii conse- 

in Tlaloque^j in xozonhqoi Tla- demnt, TUloqae virides, albi, 

loqne, iztac Tlaloque, coçauhqni flavi, robri. Tnni IS'anMha^l moQ> 

Tlaloqne, tlatlanhqui Tlaloque. Ni- tem enucleavit. Ac dein finunen- 

man ye quihnitequi in NanshaaiL torn ab diis pluviis raptnm est : 

Anh niman ye namoyallo in 7*¿a- Zeaalba, nigra, flava, rubra ; fabae, 

loque in tonacayotl ^, in iztac, in alopecurus, chia, miehiuautli, om- 

i. ionMl-pohuU, a consulter les sorts ». 

2. Voir note 45 page precedente. 

3. qai-^aiieqai-z ; hailequi, nitU a desgranar semillas con raras O palos » (Mol. II). 
Cest NMnMUMtzin-Xolotl en dieu de foudre qui est le plus propre è « desgranar », le 
mont de maU. Cf. Seler, Commentar zum. Borgia, vol. 11, 1906, p. 42) ; cf. Mendieta, 
Hist. eccl.Ind. 2, chap. 1 ; Tbévet(l. c), cfaap. 7. 

' 4. NënshaûU (aussi appelé Nanahunton et N^n^husLtzin) est « le buboso » le pauvre 
dieu difforme de la syphilis. C'est une forme du dieu XoUUl qui accompagne 
le soleil en ouest dans les enfers, où le soleil gagne nouvelle vie par la mort de 
QuetzëleohuaU qui s'est consumé par le feu; ce nouveau soleil conduit XoloU-Na- 
nauaizin{ qui se consume lui aussi), au ciel (vers Test). Dans les mythes NanmuaUin 
devient lui-même le soleil, et nous le voyons représenté dans la belle feuille 42 du 
Codex BorgUt (cf. Seler, Commentar zum Codex Borgia, I, p. 190-200, II, p. 52, 54-55, 
p. 265 ; Compte rendu, Congr. des .Vm-, XI V« session, Stuttgart, 1905 : Das Grûnsteinidol 
des Stuttgarter Museums, p. 241-261). Surle texte de ce passage, voir la note de Leon y 
Ganu [1. c, p. 36) : Despues introduce la fábula del buboso, de que hacenmencion Tor- 
quemada Boturini y Clavigero, contrayéndola à la generación del V sol, al cual nombra 
con el número y titulo que corresponde al 4* dia de la segunda trecena que es el mismo 
Nahuiolin. Cf. Boturini, Idea p. 37-38; Camargo, 1. c, p. 131-132. Sahagun Vil, 2. 

5. r^'tlalli-lo passif de tlalia en lo combiné avec le pronom réQéchi indéterminé 
ne ; c'est une construction extraordinaiœ. Peut-être faut-il corriger le texte: ne-tlaUi- 
to « ils allèrent s'établir ». C?. nepantillo, § 46. 

6. Tlaloque, pluriel de Tlaloc (participe de tlaloa « se hÂter »), Dieu de pluie. Ici 
les Tlaloque sont disposés d'après les quatre directions cardinales et leur couleurs. 
Dans le Cod, Vat, B. (fol. 69) on voit quatre Tlaloque correspondant aux quatre 
années et aux quatre divisions du lonalamatl avec un cinquième Tlaloc qui signifie le 
milieu (cf. aussi Cod. Borgia, fol. 27).* Ici le vert correspondrait à Test, le blanc au 
nord, le jaune à l'ouest, le rouge au sud. 

7. Cette phrase est une «anacoluthe » : et alors il fut enlevé (volé) le maïs les dieux 
de pluie, c'est-à-dire le maïs fut volé parles dieux de pluie, namoyallo =znamoya'lo 



Digitized by 



Google 



TPADITIONS DES ANXIENS MEXICAINS 257 

yahuitl ^, in coztic, in xiuhioctli ^, nia frumenta (ab diis pluviis) rapta 

in eil, in huauhtli ^, in chian ^, in sunt, 
michihuauhtli ^, izquich namoya- 
loc in tonacayotl. 

§ 36. Inin tonatiuh ^ itoca nahui § 36. Haecaetasappelatur -^o/in. 

olin ^. Inin ye tehuanti[n] totona- Haec est aetas nostra in qua nunc 

tiuh in tonnemi ^ axcan. Auh inin vitam agimus. Atque haec sole 

inezca ^ in nican ca inic tlapan- considete montiuoi cacumine (in 

huetz *^ in tonatiuh in teotexcalco ** terra) apparuit saxo deorum, ubi 

du verbe namoya, nilla « arrebatar o robar algo >». Suivent ici les difTérentes formes 
du mais mûrissant. 

1. yahuUl « mayz moreno ó negro » (Mol. II). 

2. xiuh'toctlij cf. xiuh'loc-tlaulli a mayz colorado », et xiuh ioo-tepiil, u mayz que se 
haze en sesenta dias » (Mol. II). 

3. huauhlli « arroche » (bledos, Mol. II, Chenopodium ?), cf. Hernandez (Nova 
plantàrum, animalium et mineralium Mcxicanorum historia. Romae, 1648, fol., 
p. 269 ; édition de Madrid 4790, vol. II, p. 340-341); on cultivait plusieurs espèces de 
huautU dans les jardins tels ilapahoaquilili^ Nexhoauili Chichie-goautli Michi- 
huautli... « Semen cum aqua mulsa potum regium morbum [maladie des princes, 
cf. teepit-nanauail = syphilis] sanat, et vocatos morbillos adcutim pulso humore 
curat. Parant Mexicani e duorum primorum generum semine glóbulos, ac potionem 
Michihouatli vocatam, qua utuntur veluti gratissimo cibo. » Le huauhiH fut vénéré 
comme VoloUuhqui^ pegote et pisiete d'après Jacinto de la Sema, chap. 15, § 1, p. 160, 
§ 2; p. 161-162. I! servait aussi à la préparation d*une statuette en pâte d'UitzUopochili 
pendant la fête de Toxcall (Sahagun 12, 19). 

4. chian (chien) est la sauge (salvia), dont les graines servaient d'aliment et de 
boisson. Voir Molina (\l)chia « cierta semilla de que sacan azeite » Cf. Sahagun, 2. 23, 

5. michi'huauhfli Yo'ir y note 3, ci-dessus : cf. Sahagun II, 23. 

6. C'est le cinquième soleil; voir Historia de Colhuacan y de México^ 1«* pariie,§ 15; 
Inic macuili tonatiuh. Nahui olin in itonal miton Ollintonatiuh ipampa molini in 
otlatoca, auh in yuh conitoiihui inhuehuetqueipan inin mochiuaz tlalloliniz mayanaloz 
in ic tipoliuizque. 

7. Nahui Ollin «. 4 mouvements » ; c'est le symbole de Xolotl-Nanahuatzin régent 
du 17« signe diurnal olin et dominant la 16« treizaine [voir Codex Borgia^ feuille 65 
au-dessus], le signe du soleil (cf. le fond du quauhxicalli de Berlin, Seler ges. 
Abhd., Il, p. 708), le jour où on célébrait une fête en Thonneurdu soleil (Sahagun II, 
19, l*). 

8. t-on-nemi « nous passons la vie » ; pour nous qui vivons maintenant, c'est 
notre soleil. 

9. i-nez-ca combinaison d'une forme originairement verbale avec un possessif : 
verbalement à traduire par « son apparition était » c.-à-d. il apparut. Ainsi l'on dit 
i»nenca u il vécut » etc. ; no-yol-ca^ mi mantimiento y substancia (Mol. Il), no^uel- 
nez-ca mi bien parecer, gentileza, galania, y lindeza (Mol. II). 

10. tlapan-huetz ù il s'établit sur la montagne », cf. ilapan-hueiz-yan u cumbre de 
monte, o de sierra y puerto » (Mol. II). 

11. teo'texcal^o « au lieu de la roche du dieu (du soleil) », situé auprès de Teoti- 
huacan (Sahagun, VII, 2). 



Digitized by 



Google 



258 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAN18TK8 DE PARIS 

in oncan in Teo/iAfiacan ^ Ye no ye est Teotihuacan. Haec etiam fuit 

iionatiuh catea in Topiltzin^ in aetas principia Tollan^ Queixml^ 

Tollan 3 in Quetzalcohuatl, Auh cohuatl. Nondum vero appelata eSst 

inin in ayamo tonatiuh itoca catea « sol » eo tempore quo Nanahuail^ 

iniquac in Nanahuatl ompa ichan domicilium habuit Tamoanchan. 
catea in Tamoanchan. 

§ 37. Quauhtli ocelotl S tlôtli ^ § 37. Aquila, tigris, accipiter, 



i. r«o¿¿Aaaca/i ;* Tétymologie de ce mot est difficile: 1) lieu où Ton fait le soleil 
(passif du verbe ieotia)\ 2) lieu des (rois) morts,. du verbe teo-ii « devenir dieu — 
mourir ». 3) lieu de ceux qui ont le dieu, lieu des prêtres ; de teo^il + Àita (particule 
indiquant la possession) par la ligature H ; cf. p. e. des formations comme noqaiehti'^ 
hoM (mes frères atnés), etc. du moi ^oquicK^ili. Sur Teotihuacan, situé « seis leguas 
de Mexico » (Torq., II, , p. xlii 77), ancien cimetière des rois, localité des pyramides 
du soleil et de la lune, lieu où les dieux s'assemblaient pour consulter qui devait être 
soleU, voir : Sahagun X, 29 § 12 et VH, 2 ; III, 1 § 1. Torquem., 3, 18, 1, p. 278 ; 3, 10, 
I, p. 261 ; II, p. 77. Mendieta, 2. 7, p. 87 ; Fr. Alonso Ponce 1586 (colecc. Docum. 
inédit. Hist., Esp., 57, p. 214-216). D'après Chimalpain (VII, 103), QuetzalmamalUzin 
était le premier roi de Teotihuacan (8 acatl ^ 1435) prenant le titre d'Atecpanecatl. 
Le nom Teutiiaccaa se retrouve dans la Province d'i4ca(a/i, au sud du Rio Usumacinta 
(Cortés, V« lettre). Les dernières fouilles faites par M. Batres à Teotihuacan ont 
prouvé la beauté grandiose de ces ruines si importantes pour rarchéologie mexicaine 
(cf. Leopoldo Batres w Teotihuacan ». Mexico, 1906). 

2. To'pil'4zin « notre seigneur » c*estle surnom de Quetzalcohuatl, héros de Tollan. 
Dans la première partie de V Historia de Colhuacan y de México, il s*appeUe « TopUtzin 
Tlamacazqui ce acatl Quetzalcohuatl (§24) « Notre Seigneur le prêtre 1 canne Quetzal- 
cohuatl ». Chimalpain, dans son « Memorial breve acerca de la fundación de la ciudad 
de Culhuacan » (Ms. inédit. Bibl. Nat. Paris, fond mex. n« 74), parle régulièrement de 
Topiltzin Acxiil Quetzalcohuatl, où acxitl semble correspondre à icxiil, « pied » (voir 
le nom Acxomocuil c privé du pied » (u Huracán » 1 son pied, TezcalUpoca), et 
acxolma, Hymne XIII, 2. (Cf. Selerges. Abhdlg., IV, 1055.) 

3. Tollan (Tula) u lieu des joncs », nom de la célèbre ville de Quetzalcohuatl, roi, 
prêtre et héros des Toltèques, d*un peuple civilisé protohistorique. Les ruines de 
Tula sont situées au nord de Mexique dans la contrée des Otomiz ; on y a trouvé les 
cariatides et colonnes à serpent dont parle Sahagun (Sahagun X, 29 ; cf. Pefiaficl, 
Monumentos del arte Mexicano antiguo, vol. 1, pi. 148-150). Des cariatides ana- 
logues ont été découvertes par Teobert Maler à Chichen-Uza dans le Yucatan, et des 
piliers à serpent ici et h Uxmal, 

4. Aigle et tigre sont les bêtes féroces et courageuses {quauhtli signiÛe aussi le 
guerrier). Ils combattent les victimes captives sur le temalacatl dans le célèbre 
« sacrificio gladiatorio ». 

5. Tlôtli « Tépervier *» est le messager des dieux ; il indique de la part de la mère 
divine Citlalicue comment les 1600 dieux (ce sont les 4 fois 400 !) pourraient créer 
des hommes (Mendteia, Hist, eccles. Ind., 2, 1, p. 78; ; voir noté 13, ad g 44. Sur le 
tlôtli (gauilan, falco columbarius), voir Hernandez, 1646, Hist, avium Nov. Hisp. 
Tract. II, fol. 49, cap, 176. 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 259 

cuitlachtli ^, in Chicuacen éécatl ^, caudivolvulus, 6 éècail^ 6 xochitl 

in Chicuacen xochitl ^ iyonteixti[n] utrumque soli est nomen. Hic fac- 

in ^ itoca in tonatiuh. Auh in turn esse dicitur ut deorum saxum 

nican catqui motenehua teotex- per quatuor annos ureret. 
calli ^ nauh xihuitl in tlatlac. 

§ 38. Auh in Tonacaieuctli ^, § 38. Ac Tonacalecàili et Xiuh» 

ihuan in Xiuhteuctli "' niman ye /ecà^iî turn iVanaAua^i mandarunt, 

qiii[na]huatia in Nanahuail quil- dixerunt : tu adhuc custodies cœ- 

huique : <c Oc iehuatl ticpiaz ^ inin lum et terram. At ille maeruit 

ilhuicatl in tialli. Auh niman cen- dixitque : quid dicunt ? nempe dei 

tlaocox * quito : « Tlein quitoa ? ca exstant, nempe ego sum homo 

nemi in teteo, ca ni cocoxcatzin- aegrotus ac miserabilis ! 
tli Í0. » . 

§ 39. Auh no nipa quinahua- § 39. Atque advoca verunt hue 

tia ^^ in Nahuitecpatl ^^ yehuatl in 4 tecpatly id est lunam. Advocavit 

1. cuitlachtli (ou cuet(achtli) n lobo » (Mol.) ; c'est le cercolepies caadivolvulus 
B. D. (voir Alf. Herrera, ^tal. Mus. Nac. Mex.), Cf. Sabagun XI, 1, § 1 ; Hernandex 1. 
c, fol. 7, cap. 23. Herrera, Decades 2, 7, 9, p. 184. Le ùuetlachtli tire la corde des 
victuailles [tonac&mecatl) dans le sacrificio gladiatorio en cuitlachuêhuê (Sahag^n, H, 
21), saos doute parce que sa longue queue ressemble à cette corde. 

2. 6 éecatl « 6 veni » est le 6* jour de la XIII« treizaine présidée par Tlaçolteotl^ 
le 162« jour du tonalamatl. 

3. 6 xochitl « 6 fleur» est le 6f jour de la XIX* treizaine présidée par Xochiquetzal 
(la jeune forme de la déesse terrestre Ttaçolteàil), le 240« jour du tonalamatl. 

4. iyonteixtiriy cf. « ambosados » yonteixtin (Molina I, fol. 12, v.), dérivé de orne 
(racine on-) « deux »>. 

5. texcalli « peñasco, risco, 6 homo » (Mol. II) dérivé de tctl u pierre m et istca 
a cuire ». 

6. To~naca-tecà~tii « le seigneur de notre viande (du mats) », dieu créateur habi- 
tant dans le 13* ciel (Omeyocan)^ correspond à CUlallatonac (voir note 3 ad § 15j. 

7. Xiuh'tecùtli « seigneur des turquoises », est le dieu du feu. 

8. tehuatl pronom absolu de la 2« personne du singulier (ti) « toi », tehuatl tire- 
piaz « 6*est toi qui garderas ». Cette forme relève la personne, (voir Olmos, 1. c, 
p. 15 (16) ; cf. note 1. ad § 81). Cf. p. e.. Hymne m, 3, ca nelli teuatl ticmochiuUia in 
motonacayouh » vraiment, c'est toi qui fais ton mais » ; M. Preuss croit pouvoir trou- 

' ver ici te Teau divine » [teo-atl) ! ce qui est une erreur absolue, de même que toutes 
les conclusions qu'il en tire (Preuss « FeuergOtter » Mittlg. anthrop. Ges. Wien, 1903, 
p. 228). 

9. cen-tia-ocox de centlaocoya a être complètement (een) triste ». 

10. Le sens de ce passage est ironique : il y a donc des dieux I je suis seulement 
un pauvre malade ; pourquoi ne me donne-t-on point de relâche? 

11. L'objet de cette phrase est la lune. 

12. 4 teepatl <c 4 silex » est le 4* jour de la XIX* treizaine présidée par Xoehique^ 
tzalf le 838* jour du tonalamatl. C'est une signification de la lune. Cf. Seler, 
Comment, zum Cod. Borgia II (1906), p. 79. 



Digitized by 



Google 



260 SOaÉTÉ DES AXÉRICAIflSTBS DE PARIS 

metzlli\ yehuatl in qninahnati enmTUlocantecùtlieiNapaieeàili. 

Tlalocanteuctli^ ihuan NapateactUr. Ac Nanahuatl dein cibo abstínuit, 

Auh in Nanahuatl niman ye moça- spinas suas cepit ramosque pino- 

hua ^, concuic inihuitz ^, iniacxo- mm, turn etiam luna ea àttolit 

yauh ^ ; niman ye conitquitia in caeremoniasque confecit. 
metzili quimacebua ^\ 

§ 40. Niman ye maltia ' in íYa/ia- § 40. Tum Nanahuall (id est) 

huatl in chicóme acatl ^, aub çate- 7 acatl lâvit, et postea lAvit luna ; 

pan^ in maltia in metzili. Quetzalli quetzal plumae virides rami sont 

iniacxoyauh, chalchibuitl inihuitz, eius, gemmae virides spinae eias, 

chalchibuitl in quitlamamaca ^. gemmas preciosas oiTert. 

§ 41. Aub in oquiz nauilhuitl, § 41. Ac quatuor diebuspraeteri- 

niman ye quipotonia ^^ ye quitiça- tis Nanahuatl plumis eum contexit 



1. TMocan-tecùtli « le seigneur de TialocAn. » 

2. Napa-leuctli < nappa — < nauh-pa-ieuctU « quati'e fois seigneur »>. Ce dieu est 
d'après Sahagun (I, chap, xx) le dieu des gens qui font des nattes de feuilles aqua- 
tiques et il est du nombre de ceux qu*on appelle Tlaloque. Dans Thymne III, 1 dédie 
au Tlaloc, on chante : Amapamitl anauhcanpaye moqueizquell « le drapeau de papier 
a été élevé vers les quatre directions du ciel » (cf. Seler, ges. Abhdl. II, p. 978). Du 
reste, Nappatecùtli est aussi le titre des principaux d'Acolhuacan et de Tacuha { Tla- 
copan) d*après Tezozomoc, Chronica mex. 55, p. 436. Cf. aussi orne tochili Nappatecù- 
tli (Sahagun II, Apend., § 9). 

3. Il faut lire mo~çahua au lieu de mo-cahua ; çahua. nino signifie « jeûner ». 

4. huitz-tli sont les épines de Tagave avec lesquelles on se perce pour sacrifier 
du sang. 

5. acxoyatl a tiges des pins », voir Hernandez (Romae 1646), fol. 348 (Madrid, 
1790) ; I, p. 24 ; Sahagun II, chap. 4, II Apend. = oyametl u aciprès montesino » 
(Tezozomoc, 1. c, chap. 63). La combinaison de huUzlli et acxoyatl fait penser ici à 
la cérémonie appelée acxoya-tema-liztli et décrite par Sahagun II, App., § 6. 

6. Toujours la lune ici imite le soleil (Nanahuatl), Tune suit Taulre. Cf. Cod. Zumar- 
raga, cap 7^ « y la luna començô á andar tras él [el sol] y nunca le alcanza, y andan 
por el aire sin que lleguen á los cielos ». 

7. allia, nino « bañarse » (Mol. II;. 

8. 7 acall « 7 canne » nom de Nanahuatl, 7« jour de la III* treizaine dominée par 
Tepeyolloll, 33« jour du tonalamatl. Une divinité 7 acatl se trouve dans le Cad. Bolo- 
gna 3 i (cf. Seler, Comment, zum Codex Féjerváry-Mayer, 1901, p. 53). 

9. qui-tla-mamaca m il les offre » ; du verbe fréquentatif ma maca ; cf. maca 
« donner ». 

10. potonia, nitia ó nite « poner à otro bizma con pluma menuda sobre la tremen- 
tina, ô emplumar à otro ». 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DBS ANQENS MEXICAINS 261 

huia ^ in Nanahuatl^^. Niman ye creiaque oblevit, dein abiit ut in 

ic yaub in tleco huetziz ^. Auh in ignem saliret. Ac 4 tecpatl eiiam 

Nahui tecpatl oc quicihuapancui- cecinit instar mulieris. Dein Nana- 

oatia ^, niman ic huetziio Nana- huatl in ignem saluit. 
huatl in lleco ^. 

§ 42. Auh in metztli niman ye ic § 42. Attamen luna iit ui in 

yauh ca nexpan ^ in huelzitz 7. Auh cinerem solum caderet ; aquila 

in ye yauh auh in quauhtli huel quoque iit, ei fîrmiter adhaeruit, 

quimotzollo ^, huel quihuicac. Auh una cum itfo transiit. Tigris autem 

in ocelotl amo huel quihuicac, can sequi eum non potuit, tantum 

quicholhui ^ itech '^ moquetz in transsiluit illo adhaerescens ; ignis 

tletlinic euicuiliuh^L Quin^^oncan exarduit, quam ob rem est macu* 

pochehuac'^ in tlótli , quin oncan losus. Deinde accipiter aliquantum 

chicbinouh ^^ in cuetlachtli^ amo fumigatus est, deinde falco adussit ; 

huel quihuicaque inim eixtin ^^. tres illi eum comitart nonpotuerunt. 

I. tiçahuia (cf. nilla) « embarnizar con barniz blanco ». L'eipression potonia tic»- 
huia correspond à la phrase métaphorique tiçail iuiil « craie et plumes », avec les- 
quelles on ornait les victimes. Donner de la craie et des plumes à quelqu^un signifie 
donc faire la guerre (car la guerre fournit des captifs pour les sacrifices) ou sacrifier 
quelqu'un ; dans la langue commune, le sens s'est modifié en « dar à otro buen consejo 
y aviso, ô dar buen exemplo » {tiçail yuUl nic-llalia. Mol. 11). 

%. Nanahuatl est le sujet de la phrase. 

3. iH-co huetU « sauter dans le feu ». kuelzi-z est le futur « il alla pour sauter 
dans le feu ». 

4. qui-cihuapan-cuicaiia, cf. cuicatia, nite « dar música à otros ». cihuapan « en 
femme, sous la forme d'une femme ». 

5. Cf. Thevet (1. c, p. 32) où Nanauton saute dans le feu. 

6. nesf-lli H cendre ». La lune tombe dans la cendre, elle ne peut pas se brûler 
entièrement, cela explique, d'après Boturini (« Idea », p. 41), la couleur cendrée de la 
lune. Cf. Cod, Zumarraga^ cap. 7». 

7. huetzi'tz =z huetzi'Z, futur en iz, voir note 12 ad § 27. 

8. Cf. tzoloa, nitla « estrechar, o ensangostar algo ». (Mol. \Í);tzoloa. niño serait 
« se cramponner à quelq'un ». 

9. cholhuia. nic vel niila « saltar arroyo o acequia » (Mol. 11). 

10. i-teçh a avec luí » (cf. Olmos, 1. c. p. 176). 

II. caicuiliuh i< ¡1 est maculé» ; cf. cuicuil-chapullic « cosa pintada de diversos 
colores » (Mol. II). Cuiculiuh dérive de cuicuiliui «être peint çà et là», probablement 
verbe reduplié et in transitif dont la forme simple et active est euiloa « peindre». 
Cuieuiioa. nino a être peint de diverses couleurs >\ Les flammes du feu font des 
taches dans la peau du tigre. — Cette tradition se trouve aussi chez Sahagun^ VII, 2. 

12. quin « despues » (Mol. II). 

13. pochehuaCy cf. pocheua « ahumarse alguna cosa ô pared..., abochonarse los 
panes ». Cela se rattache à la couleur brunâtre de l'épervier. 

14. chichinouh du verbe chichinoua {chichinoa <^ ehinoa) au sens réfléchi comme 
chichinoa. nino « chamuscarse, o quemarse» (Mol. II). 

15. inin eixiin « tous ces trois », cf. ym-extin « todos tres » (Mol. I, fol. 121 v.). 



Digitized by 



Google 



262 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAÑ18TBS DE PARIS 

§43. Aubin oacic ^ in jlbuicac, § 43. Ac postquam in coelum 

niman ye ic caltia ^ in Tonacateuc- advenit, Tonacaiecàfli et TofiAca- 

tli^ in Ton&cacihuatl^y miadJi y% cihuatl euni lâverunt, in sedem 

ic quitlallia quecholicpalpan ^, ni- regiam exornatam quechol plumis 

man tentlapaltica ^ quiquaquimil- imposuoiunt, frontem eius vitta 

loque ®, niman ye mocahua "^ in margine rubra redimiverunt, per 

nabuilhuitl in ilbuicac. quattuor dies in coelo commoraios 

est. 

§44. Aub niman ic ipan momana- 

CO 8. Na[ui]ollin ^, aub nabuilbuitl § 44. Ac dein Nauiolin jacoit, 

in amo ollin^^, in can mani^^ Niman per qpattuor dies sese non commo- 

ye quitoa in teteo : « tleica in amo vit, tantummodo jacuit, loquuntur 

ollini? » Niman ye conibua *2 in dei: cur non se movet? Turn falco- 

tlótli *^, quilbuito ** in tonatiub , qui- nem miserunt , ut soli sese eum roga- 

tlatlanito ** quilbuia : « quibuali- turn iisse diceret. Deosbuic dicere, 

toa in teteo tlatocan ^^ tlatlani inquit, ut reges quaerentes, cur Ule 



4. o-aci-< prêt, du rerbe act « arriver ». 

2. c-aliia « ils le baignèrent » ; c'est Tindication de Tobjet [Nahuiolin] auprès du 
verb«. 

3. Le couple de ces vieux dieux demeure dans le 43", le ciel suprême. 

4. quechol'icpalli « trône de plumes de quecholU » ; quecholU ou ^leuh-queehol 
est le platalea ajaja (cf. Hernandez, 1. c, de Hist, avium, p. 49, cap. 478). 

5. ien»Uapal-tica instrumental en tica : ien-ili « lèvre )),tlapalli « couleur rouge » ; 
« avec une toile (ruban) rouge au bord ». Sur le ienllapalli, cf. aussi Seler Veràff. 
Kgl. Mus. f. Vôlkkd. Berlin, I, 4, p. 428. 

6. qui-qua-quimillo-que « ils lui couvraient le front ». qua-itl « front ». Quimiloa 
« couvrir, envelopper ». 

7. cahua, nino u s'arrêter » (quedarse en algun lugar... Mol. II). 

8. Il faut lire mo-maca-co « il venait s'arrêter » ; cT. momanâ « enroscarse la culebra, 
6 repressarse el agua », voir note 6 ad § 45. 

9. Sahagun II, chap. 49, 1«, écrit aussi Naolin ce qui correspond à Nahui-oiin 
(voir note 6 ad § 36). 

40. 01 [lin] prêt, du verbe intransitif o/me « se mouvoir ». 
44. mani verbe intransif « être étendu ». 

42. Q-on-ikua « ils envoyaient » ; du verbe ihua avec la particule on qui signifie la 
direction. 

43. Sur Tépervier dans le rôle de messager des dieux, cf. Mendieta; Hist, eccles. Ind., 
2, 2, p. 79 : « viendo los dichos dioses que no hacia [el sol] su curso, acordaron de 
enviar à Tlótli por su mensagero, que de su parte le dijese y mandasse, hiciese su 
curso ».( Voir note 5 ad § 37. 

44. 'to (prêt, de tiuh) équivaut ici au futur de V « oratio obliqua ». 

45. tlatoea [n T] tlatani « ils demandent en rois » ; une construction analogue est p. e. 
« te-tlaçotla^ca-ni-nerni bivo amorosamente » (Olmos 1. c. p. 470). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANQENS MEXICAINS 263 

t.leica in amo oUini. » Níman (A^AUío/ifi) non se moveat?Tum8ol 

ye quito in tonatiuh : « auh tleica dixit : quo jure autem id dominus 

oa no conitlani inin yeco inin tía- ille nobilis ac superbus postulat ? 
pallo ^ inin tlatoca ? » 

§ 45. Niman ye mononotza in § 45. Deinde consuluerunt dei, 

teteo, auh niman ye quallani '^ in Tlauizcalpantecùtli mius est dixit- 

Tlahuizcalpaníeuctli ^ ye quitoa : que : cur autem (in solem) tela 

« Auh tleica ma ^ nicmina? M a ^ non conjicio? ne insistât statim 

ça ce niman momanaco ^. Niman omnino ! Dein tefum conjecit, 

ye quimina : amo huel quimin : ye at (solem) ferire non potuit. 

ye quimina in Tlahuizcalpanteuc- Jam telum conjecit in Tlahuizcal- 

ili : ye ic quimina in[i] cueçalma- pantecùtli^ conjecit sagittam suam 

mazço ^ in imiuh tonaliuh. Auh obductam plumis flammeis, sagit- 

niman ic quihualixtlapacho ^ in tam phoebi. Facie eum ad terram 

Chiucnauhapan ^ yuhqui ca ye- jactavit, ad orci flumen [Chiconau- 

huatl in Tlahuizcalpanteuctli in hapan)^ ut est Tlauizcalpantecùtli 

Ceil ^0. frigoris deitas. 

§ 46. Auh niman ye nepan tillo ^* ^ 46. Ac dein ordine dei se 

1. inin yezo inin tlûpaHo, forme abstraite á*ezíli u sang » et iUpalli « couleur 
rouge » ; eztli tUpalli^ le « dvandva » (du sanskrit), signiÛe « sangre-generosa »(Mol. 
II) ; ctJe-ezo ie-ilupallo u hijo ô hija de nobles ca valleros » (Mol. II). Le sens est 
ironique. 

2. quallani i= qualani « enojarse ». 

3. Tiahuizcalpanleuctii est le seigneur de Faube du jour, la planète Vénus. 

4. tleica ma le sens est ; tleican amo u ne pourquoi pas » ? Sur ce passage (§ 45), 
cf. aussi Seler, Commentar zum Codex Borgia, H, p. 145. 

5. ma, particule vé ta tivc. 11 faut probablement lire :maçaço (au lieu de maçace) 
«... no se haga caso » (Mol. II). 

6. Voir note 8 ad § 44. 

7. caeçal-mamazço forme abstraite de mamaz^iliu cafioncon pluma » (Mol. II), com- 
posée avec cueça/m (plume rouge d*arrara » [du Guacamayo [alo] ], deToiseau du dieu 
du soleil). Cf. Seler, Verôff. Kg!. Mus f, Vôlkkd, Berlin, I, 4, p. 427-128 ; Sahag., 
XI,2,§2;X,29,§8. 

8. qui'hual'ix'tlapacho « il le jeta avec la face vers », dérivé du verbe llapachoa : 
huai signiGe la direction ; ix-tli « face ». 

9. Chiucnauhapan < au lieu des 9 eaux » ; signification du fteuvc des enfers, 
(voir Sahagun, III, Append, i). 

10. Le dieu Tlauizcalpantecùtli est le même que Cetl <( yelo, o carámbano » 
(Mol II). Sans doute ce nom Cetl correspond à citli {*< lièvre ») de la tradition ana- 
logue de Mendieta (Hist, eccles., Il, chap. 2). Citli est corrompu de cetl. De plus, 
Cetl ou Itztlacoliuhqui porte dans les peintures (cod. Borgia 69 ; cod, Borbon 12, 
Tonalamatl Aubin 12, etc.), la ftèche danslacoifTure courbée et dentelée de sa tète. 

11. ne-panti-'llo passif formé comme ne-tlali-lo, cf. § 34 (note 5). « lisse placèrent 
en ordre >k Cf. tecpana. nile « poner en orden la gente » (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



264 SOCIÉTÉ OES AMÉRICANISTES DR PARIS 

in teteoin Titlacahuan /in Huitzill- posueruni Titlacahuan, Huitzilo- 

opochtli * auh in cihua Xochique- pochtli et feminae Xochiquetzal, 

tzal 2, Yapalliicue 3, Nochpallicue * Yappalliicue, Nochpalliicue. Turn 

Niman ye ic teomicohua ^ in ye ye demum factum est, ut dei sese sacri- 

oncan in Teotihuacan. ficarent Teoiihuacan. 

§ 47. Auh ihiquac inic y a in § 47. Ac cumita sol in coelo iit, 

Uhuicac- in tonatiuh, niman ye luna etiam iit quae in cinerem 

•yaub in metztU, çan uexpan in solum ceciderat. Quae cum coeli 

hueizito. Auh in onacic in ilhuica- mai^inem advenisset, Papaztaç 

tenco ^\ niman tochtecomatica ^ faciem eîus papyro instar amphorae 

cónixamauico ^ in Papaziac ^. vinariae velavit. 

§48. Auh niman connamiquico ^*' § 48. Ac dein larvae nocturnae, 

omaxac in tzitzimime^^ in cocolle- maniae trivio in eum incidenmt et 

tin ^^ nuh conilhuique : « Ca ye dixerunt : nempe hic ibis. Ibi eum 



i. Huitzil-opochtli « le colibri du Sud » (opochtli « gauche » signifie le sud), est le 
nom du dieu national des Aztèques ; c^est le dieu de la guerre et originairement une 
divinité solaire. 

2. Xochiquelzal est la déesse des fleurs, une forme plus jeune de Tanctenne 
déesse terrestre Teieoihnan ou TlaçoUeoti, 

3. Yapallicue <^ vapp&iii'i-cuej « son enagua est de couleur brunâtre », yauhlii 
[iyauhtli) n herbe d'encens », voir Sahagun XI, 7 § 7. 

4. Nochpalli'i-cue « son enagua est de couleur de cochenille ». Nochtli est le cactus 
(tuna) sur lequel on cultivait les pucerons qui produisent le noch-ezli (u sang du 
tuna » ou cochenille). 

5. teo-micphua, il avait lieu le sacrifice des dieux. Cf. teomicque, %c captivos aacrt- 
ûcados y muertos ante los Ídolos » (Mol. II). Micohua est le passif de la personne 
indéterminée (en-oua). 

6. ilhoica-len^cOy « au bord {len-tli) du ciel ». 

7. loch-tecoma-iica « avec la cruche de pulque ». íecomall « vaso de barro, como 
taca honda » (Mol. II). tochtli « lapin » signifie le pulque et les officiants du pulque. 
Cf. ome-tochtli (prêtre du dieu du viu Sahagun II, Append. § 9) et centzon totochtin 
(les dieux du vin, Sahagun II, Apend. § 3). lica est T instrumental. 

8. c-on-ix-amaui-co « il (lui) couvrit la face avec du papier » ; on signifie la direction, 
ix-tli « la face » ; ama-tl « papier » ; amauia « empapelar » (Mol. II), co prêt, de quiuh. 

9. Papaztac est un dieu du pulque ; cf. Cod. Magliab. fol. 48 v. « que era unos de 
quatro cientos dioses borrachos •> ; voir Sahagun 1, 22 ; II Apend., § 9 ; X, 29, § 12. Papaz^ 
tac ou Papatztac est « celui qui parle confusément. Cf. papaua « celui qui a les che- 
veux embrouillés — prêtre ». (« guedejudo »?, Mol. II); papàtli «< cabellos enhetrados 
y largos de los idoles (Mol. II) ; papal v parlón » ; papalea « parlar mucho ». (Mol. II). 

10. c-on-namiqui'Co « il rencontra ». 

11. tzitzimime pluriel de tzitzimi-tl (i) « nombre de demonio » (Mol. I et II). Cf. 
Sahagun, VI, 8; VIII, 1 ; ce sont les démons des ténèbres, les étoiles qui paraissent 
aux éclipses de soleil (cf. Chimalpain. Relac. VII, anno 1478). 

12. eoeolUtin, pluriel de colelélli (coleleclli) « cierto demonio » (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS OES ANCIENS MBXICAIM8 265 

ñipa in timohuicaz K Oc ompa qui- din detinuerunt, pannis solum eum 

liuecahuaio ^ can tzotzomatli ^ in coliigaverunt. Eodem tempore quo 

coniilpillito ^. Aub iniquac in huel soI(ide8t)iVaAiiio2minsiitit,lunam 

moman ^ tonatiuh in Nauhollin^ retinuerunt, idque post solis ocoa- 

can no iquac in conmanaco ^ ye sum. 
ieotlac '. 

§ 49. Auh inic nenca Mixcouatl ^ § 49. Atque ita Mixcouatl XXXIX 

cempohual xihuitl ipan caxtol xi- annos vixerat, feminaeiusappelatur 

huitl ye no ipan naubxihuitl auh Chimalman. 
in icihuauh itoca Chimalman *. 

§ 50. Ce iecpatl xihuitl in ipan § 50. Anno / tecpatl Mixcohua 

tlacatque in Mixcohua *^, inic qui- nàti sunt. Hoc modo facti sunt. 

c\k\\k\i€[àe : Istac Chalcfúuhtlicue^^ Alba aquae dea Calchiuiílicue 

ye quincbibua in Mixcohua cen- fecit CCCC J/¿rcoAua. Deindomum 



1. ti'tno-huica^Zj (uiuv de huica. nino, forme révérentielle , signifiant « se porter, 
aller ». 

2. qui-huecahua-to ; huecaua, a arrêter quelqu'un ». 
3» tzotzomatli « trapo, o handrajo » (Mol. II). 

4. c-on-iilpilli-to « ils rattachèrent » ; dérivé du verbe applicatif et fréquentatif 
iUpi-lia (cf. ilpia), 

5. mo-man prét. de mana, niño, 

6. c-on-mana-co « ils Tarrêtèrent ». 

7. teotl-ac (prét. de teotl-aqui) « le dieu (c*est le soleil) est entré (dans la maison 
de la terre) — le coucher de soleil, Touest. Le sens du paragraphe 48 est : on arrête 
la lune afin qu'elle reste en arrière du soleil ; et p3n hnt que le soleil s'arrête 
pendant le jour, la lune s*arrête pendant la nuit. 

8. Mix-cohuail c serpent de nuage » ; c'est le dieu delà chasse et des Chichinièqucs 
qui vivent en nomades dans les landes du nord (voir Sahagun II, 14 ; VI, 7 ; Seler, 
comment, z. Cod. Borgia, I, p. 260, 263. 

9. Chimal-man « le bouclier étendu » (voir ici, § 70).r D'après Thévet (1. c. X, 
p. 36), Chimalma est la femme de Camaxlli qui est à identifier à Mixcohuatl, la 
mère de Quetzalcohuatl, D'après Sahagun (Seler, Verôff, I, 4, p. 156, note 1) la femme 
de Mixcoall est Yeuatl-y-cue « peau est son enagua ». Dans Thistoire de la Nation 
mexicaine dépuis le départ d'Aztlan (Cod, ^576), publiée en 1893 (Paris), p. 7, 8, 
Chimalman est la sœur aînée des Mimixcoua : Xiuhnel et Mimich, D*après le Codex 
Zumàrraga (chap. 8), Camaxlli descend dans le 8* ciel et crée alors, en l'année l lecpaUy 
(« silex ») 4 hommes et une femme, qui font la guerre pour pouvoir nourrir le soleil 
avec du sang. Dans notre récit aussi, 5 Mimixcohaa naissent en / lecpatl (§ 50) ; 
dans le Codex Zumarraga (cap. 6<») Tezcallipoca fait 4Ô0 hommes et 5 femmes pour 
en nourrir le soleil. D'après Motolinia (1. c. p. 12) Chimalmatl et Iztacmixcoalth sont 
les parents de Quetzalcohuatl. Cf. Cod. Zumarraga, cap. 8<^. 

10. Le pluriel régulier est Mimixcoua . 

11. Ilztac Chalchiuitlicue « la blanche déesse de l'eau ; la couleur blanche fait pro- 
bablement allusion aux anciens temps (cf. Itzac MLrcohuafl, etc.). 



Digitized by 



Google 



266 soaÉTÉ DES américanistes de paris 

tzontli ^Nimanye callaqui^, yeno sese abdidit. Iterum mater illo- 

cepa TDopilhuati ^ in innan. Niman rum liberospeperii. Quinqué (liberi) 

tlacati macuiliin çan no Mixcohua : nati sunt, item Mixcohua^ primus 

inic ce itoca Quauhtliçohuauh^ ^ nomine Quaahtliçohuauhj secun- 

inic ome itoca Mixcohuatl^ inic ey dus nomine Mixcohuatlj teriius 

cihuatl itoca Cuitlachcihuatl'-' ^ inic femina nomine Cuitlaehcihuatl^ 

nahui itoca Tlotepe[tl] ^, inic ma- quartus nomine Tlotepetly quintos 

cuil[l]i itoca Apanteuctli ^. nomine Apaniecùtli. 

§ 51. Auh iniquac otlacatque, §51.Quicumnatiessent,inaquam 
atlan callacque, atlan moteuque ^, introierunt, aqua consedenint^ per 
nahuilhuitique ^ in atlan. Âuh quatuor dies in aqua conmiorati 
niman hualquizque, niman ye sunt. AcdeinegressosAfeci/iîuberi- 
quinchichiti ^^ in Mecitli^^, yehuatl bus suis aluit. Haec Mecitli est dea 
in . Tlalieuctli in Mecitli. Auh terrae. Quam ob rem Mexicani, qui 
ye icai n axcan ti Mexica *2, ye ce ^^ nunc vivimus, non « Mexica », sed 
amo ti Mexica^ ca ti Mexitin ^^. « Mexitin » sumus. 



1. Cenizon Mixcohua, « les 400 serpents de nuage », ils représentent de même que 
les 400 Cenizon Uitznahua dans le mythe à'UitzilopochUi les étoiles vaincues parle 
soleil (Cf. Seler, Comment. Cod. Borgia, I, p. 264). 

2. Cal'Aqui, » rentrer ». La déesse se retire dans la maison pour enfanter une 
autre fois. 

3. du verbe pilhuatia. nino. « enfanter ». 

4. Quauhtliçohuauh = Quauhtli-i-cohua-uh, « la femme (çohuatl) de Taigle ». 

5. Cuitlach'cihuall composé de cihuatl « femme » et cuetlachlli » cercoleptes cau- 
divolvulus. 

6. Tlo-tepetl « montagne de Tépervier ». 

7. Apan-leuclli composé de teuctli «< seigneur » et apan u dans Teau ». 

8. no'len-que prêt, de tema. 

9. naku-ilhuili-que de nahuilhuitia « rester quatre jours ». 

iO. quin-<hichUi prêt, dechichitia. nite » dar à mamar » (Mol. II). 

11. Mecitli formé de metl c< maguey » eicilli c lièvre. » Cf. Sahagun X, 29, §12. 
L'étymologie donnée par Thévet (¿. c. III, p. 16 et 19) dérive aussi le mot de metl. 
Cf. Clavigero I, 168 et 169 (note). 

12. Mexica pluriel de Mexicatl « homme de Mexico » ; d'après d*autres explications, 
Mexico est le « lieu du dieu de la guerre Mexitli » (Clavigero). 

13. peut-être faut-il lire îe au lieu de ce :ye ic amo ti Mexica, f< c'est pourquoi nous 
ne sommes pas Mexica ...» 

14. Chimalpain, en effet, parle des Teochichimeca Azteca Mexitin Chicomoztoca 
(Breve Relación acerca de la fundación de la ciudad de Culhuacan ; Ms. inéd. Bibl. 
Nat. Paris, anno / aeatl=z 1051). 

Il dit (ibidem anno / ¿ecpa¿/=1064) : ypan in yn ompa hualquizque yn chan A%t- 
lan yn Mexitin Azteca Chichimeca yn axcan ye motenehua Tenuchca, il ajoute expres- 
sément plus tard : yhuan ayamo yn toca catea yn Mexica, yn achtopa ca çan oc yn 
toca catea Mexitin. auh ynic Mexitin quitoznequi. » Dans cette année vinrent les Mexi- 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANQEMS MEXICAINS 267 

§ 52. Auh niman ye quinnabua- §52. Acdein sol Mixcohua man- 

lia in Tonatiuh in centzontin Mix- davit, sagittas iis dedit dixitque : 

coAua, ye quinmaca in mill ^ quim- Hoc est insirumentum quo mihi 

ilhui : izcatqui inic annechatli- bibere, quo mihi edere daiuri estis, 

tizque^, inic annechtlamacazque '"^f scutaque (iis dedit). Ac sagittae 

ihuan chimalli ; auh in mitl tlaço- fuerunt exornatae pennis pretiosis, 

mitl ^, quetzalmamaço , aztama- calamis instructis plumis quetzal, 

maco, çaquanmamaço, tlequechol- aztatl, çaquan, tlauhquechol, tie- 

mamaço, tlauhquecholmamaço , quechol et xiuhtototl. 

xiuhtotomamazço ^. § 53 Neque vero vixit dominus 

§ 53. Auh no yehuatl in amo terrae. Neque fecerunt quod jussi 

[nen i] ^ nohi Tlalteuctli. Auh erant ; in aves enim tela conjicie- 

amo quichiuhque in innahuatil ^, bant, eo delectabantur, quo ex 

ca ye ic totomimina, ca ye ic ma- tempore appelantur TotomiiL Non- 

huiltia ^ quin oncan mito ^ in Toto- numquani tigridem venando nancti 

mitl^^. Quem[mJ**an cana*'inoce- soli non dederunt. Plumas potius 



iin Aztèques Chichimèques, qui s'appellent actuellement Tenochca [habitants de 
TenochtUUn] de leur patrie AztUn,., et leur nom premier n'était pas Mexicà ; ils 
s'appelaient seulement MexUin^-ei c'est pourquoi il faut dire « Mexitin ». Cf. Duran, 
I, p. 19; Torquemada, I, p. 293. II, p. 145 ; Gomara (édid. Barcia), cap. 78, p. .80; 
Tezozomoc, cap. I. II, Codex Mendoza, 4* pt. I, 5. 

1. il faut construire ainsi : ye quinmaca in mill.,, ihuan chimalli n il leur donna 
la flèche et le bouclier » quimilhui u il parla. . . » 

2. an-nech-atUi-ii-z-que « vous me donnerez à boire » (Cf. alUi a botre »). 

3. an-nech-llamaca-z-que u vous me donnerez à manger ». 

4. </aço-/in// « flèche précieuse » dérivé de ¿/aço</a c aimer », tlaçoti « valoir ». 
Cf. ilazo-tetl <c piedra preciosa » (Mol. 11), ilaço-làtzin « cher père » etc.. 

5. Les flèches étaient ornées avec les plumes des oiseaux quetzal, attail, çaquan, 
tlauhquechol, tlequechol eixiuhtotoll; quetzalli = Pharomacrus Mocinno. aztatl Ardea 
candidissima, çaquan (ou çaquametl)^ Icterus gularis (Stoll, Guatemala, p. 208). Cf. 
Sahag. X, 29 § 10 ; XI, 2, § 1, etc. 

tlauhquechol = Platalea ajaja. (s. Mol. II, Torquemala, X, 35 (II, p. 299). tlequechol 
est une espèce de quechol moins connue, xiuhtototl = Cotinga cincta (Sahag. X,- 
29, § 10). 

6. Je conjecture amo neni tlalteuctli = amo nen in Tlaltecùtli « il ne vivait pas 
encore le seigneur de la terre ». 

7. in in-nahuatil « leurs ordres ». 

8. m-ahàil'tia « ils se réjouissaient ». 

9. m-ito du verbe i^oa. nino « être dit » (s'appeler). 

10. Toto-mitl a flèche des oiseaux ». Probablement c'est une étymologie du nom 
connu des Otomis (Otomill), tribu très dispersée et sauvage. Les Otorois s*appellent 
eux-mêmes Hiahiu ou ñahnu. Quant à la perte de la consonne t au commencement 
de ce mot, je renvoie à tocuiltecall, toeuilcoyotl et ocuilin, 

11. quemman « algunas vezes... » (Mol. II). 

12. c-ana a ils prenaient », c se rattache à l'objet, ocelotl « tigre ». 



Digitized by 



Google 



268 SOCl^É DES AMÉRlCANIS'raS DE PAHI8 

loti, amo quimaca in tonatiuh. Ni- sibi agglulinaveruut. Post<|tia m ti- 
man ye mopotonia ; in ocacique ^ gridem ceperunt, cum feroinis con- 
in ocelotl, niman ye cihuacochi ^, cuberunt, plumas sibi agglutinave- 
mopotonitoque ^, niman ye tzi- runt, sucum tsihuac potaverunt ; 
huac ^ tlahuana ^, can cenxoco- ebrii facti sunt, sensibus orbati 
mictinemi ^, can cenihuintitine- vinoque sepulti. 



mi 



7 



§ 54. Auh niman ye no quin- § 54 Ac dein sol quinqué illis quo- 

nahuatia in Tonatiuh in macuiltin que postea natis mandavit. Turn iis 

izçatepan^ tlacatque. Niman ye sagiltam spinosam dedit scutumque 

quinmaeaintzihuacmitl^,quinmaca pulverulentum dixit : o mi liberi 

teuhchimalli *^, quimilhui : « No- quid est ? scitisne vos nuflc CCCC 

pilhuané, lie anquimati *^ in axcan Mixcohua esse deleturos? quippe 

in Centzon ^Vimîxco Ai/a anquipo- qui non dicant: o mater nostra, pater 

polozque*^ amo quitoa : in tonan, in noster ! 
iota «. 

§ 55. Niman mizquiticpac <^ mo- § 55. Turn CCCC Mixcohua super 

i. o^c^aci-qui « ils gagnaient >». 

2. cihua-cochi c coucher avec une femme >». 

3. mo-poloni'ío-que n ils allaient se couvrir de plumes ». 

4. tzibuHC est une plante épineuse, espèce d'agave croissant dans les landes du nord. 
Cf. Sahagun, X, 29, §2; H, Apcnd. ; cf. rhiéroglyphe dq lieu Tziuac-tepeil (Cod. 
Tell. Rem., f. 25) ; v. Hymne Vil, où il est dit que Mixcouall est originaire de Tzi- 
uactillan (v. 2). Lui, et les autres dieux chichimèques Otonlecáili et Amimitl portent 
aussi des flèches de iziuac {iziuacmUl, Iztuac tlacochlli)^ cf. ici, § 54 et § 68. Hernan- 
dez mentionne une espèce appelée telziuaclli. 

5. llahuana, ni « bevcr vino o emborracharse templadamente » (Mol. II). D'après 
le Cod. Zumarraga Camaxtli invente le pulque avec lequel les Chichimèques 
s'enivrent (cap. 8*). 

6. cen^xocomic-U'nemi, « ils s'enivraient complètement ; du verbe xocomiquL ni 
« embeodarse » (Mol. H) ; nemi signifie la coutume » ils avaient la coutume de s'eni- 
vrer complètement >». 

7. cen^ihuinti^li-nenii du verbe iuiniia, hin, « emborra chai*se » (Mol. II). 

8. iz çalepan < in çaiepan par assimilation des consonnes. 

0. Izihuac-mitl « flèche de la plante épineuse » voir note 4 ad $ 53. 

10. leuh'chimalli « bouclier dépoussière )*{teuh-tli). Certainement cela fait allusion 
aux déserts du nord. 

il. én-qui-mati, Tobjet qui indique la phrase suivante : in axcan incenizon Mimix- 
cohua anqui[m] popolozque, 

12. 11 faut lire an^quim-popolo-z^ue « vous les détruirez •». 

13. Dans VHistoria Tolteca Chichimeca, ms. inédit de la Bibl. Nat. de Paris, le 
soleil qui s'arrêta quatre jours et nuits sur la terre, poilele nom m iota in toiepeuh 
« notre père, notre seigneur », 

14. nthqüi^iicpac a sur les acacias»; mizquill << nrbol de goma para tii|to » 
i Mol. II). Cf, Sahagun, Xï, 6, § 7. 



Digitized by 



Google 



TBADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 



269 



tanque, níman ye oncan quimiita, 
niman ye quitoa : « aquique in ca 
can motenque^ Niman ye oncan 
moyaochihua, niman quahuiil iiic ^ 
<^lac in Quauhtliçohuauh, Auh 
Mixcohuail tlalloncallac 3, auh in 
Tlotepe[tl] itic callac tepetl ^, ni- 
man alian moquetz in Apanteuctli^ 
auh in ihueltiuh ^ in Cuitlach- 
cihuatl Üachco moquetz. 

§ 56. Niman ye qui[njyahual- 
loa **, aocaque ^ in ompa tenca ^ in 
mizquiticpac, matlahuacalco ^ in 
tenca. Niman ye ic nanatzca ^^ in. 
quahuitl, niman ye ic inpan'* ma^ 
tzayani ^^, niman ye hualquiza in 
QuauhÜizohuauh in quahuiil itic. 
Auh niman ye tlalolini, niman ye 
hualquiça in Mixcohuatl in ilallan 
callacca^^. Auh ninian ye xitini^% 
niman ye huitomi in tepetl, niman 
ye hualquiça in Tloiepetl. Auh 
niman ye poçoni ^^ in a ti, niman 
ye hualquiça in Apantéuctli. Auh 



acaciis consederunt, tum ibi visi 
sunt, dixerunt (quinqué Mixcohua): 
qui sunt qui ibi oonsederint? Tum 
ibi bellum est ortum, tum Qumuh- 
lliçohuauh (interiorem partem) 
arboris iniit. Ac Mixcohuatl terram 
introiit, et Tloiepetl interiorem par- 
teiti montis intravit, dein Apante- 
cu tli aqua et sóror eius major. natu 
Cuitlachcihuatl loco pila ludendi 
sese erexerunt. 



§ 56. Tum bellüm iis intulerunt, 
ñeque vero jam super acaciis fue- 
runt, sed (arte mágica) in plagis 
infuerunt. Dein arbbr fragorem 
dedit, super eos confregit, tum 
Quauhtliçohuauh ex interiore parte 
montis evenit. Ac dein ierra mota 
est, evenit Mixcohuatl qui terram 
introierat. Ac dein mons corruit, 
discessit, ac Tloiepetl evenit. Ac 
dein spumavit aqua, evenit Apan- 
tecùtli. Ac dein illos (CCCC 



1. moíeuhque du ras, ne donne pas de sens. Il faut lire, mo-ton-çue. 

2. Ui-c « dans le ventre, au dedans de. . . » 

3. iM-^^n-'eallac « Il entra dans la terre », 

4. iepell'Ui'e ea/Zac, « Il entra dans la montagne ». 

5. ueltiah'ili « sœur aînée ». 

6. qoiyëhualloa <, qviyyahualloa < quin-yahualloa par assimiktion. 

7. Ápca^qüt « ils n*y étaient plus » pluriel du verbe aocae » no esta )UUqui 9 
(Mol. II). 

8. tenca, cf. mo^Un^ue-; tenea du verbe temi «être établi, se trouver », intransi- 
tif du verbe lema « placer quelque chose ». 

9. matlahuacal-co « dans les rets » ; matlakuaealli «red de cacaxtles » (Mol. II) 

10. n^nattca a rechinari o cruzir algo » (Mol. II). 

11. in-pan «sur eux. » 

12. maizayani « abrirse la pared o el cielo. . . «> (Mol. II). 

13. ca(í-ac-ca, plus-que-parfait de cal-aqui, 

14. aoUini « caerse o deshazerse la pared o sierra. . . » (Mol. II). 
15* poçoni i< henchirse de enojo, o de yra. » (jeter de Técume). 

Soeiété até Áméricanistu de Parit. 18 



Digitized by 



Google 



270 



SOCIÉTÉ DES AMÉR1CAN18TES DE PARIS 



niman ye quinpehua ^ auh quinpo- 
loque. 



§ 57. Auh quia iquac quitlama- 
caque ^ catliiique ^ in Tonatiuhy 
auh occequintin in mocauhque^; 
niman ye huitze^ quintlatlauh- 
tizque ^ ic quin yolcehuia ^ , niman 
quiioque : « Otamech to teopohui- 
lique ^,' ma ximohuicacan ^ in Chi- 
comoztoc^^^ cayeamoztotzin**! ma 
xiroocallaquican, ca ye amochan- 
tzinco *2. Auh ^ cuix quin ye 
toztouh? Ca ye ipa ioziouh, ca 
tochan, ca tonquitlaçoque ^^, ca ça 
ozto iempan titoüalizque ^^. 

§ 58. Auh niman ye temo ^^ in 



Mixcohua) vicenint atque deleve- 
runt. 

§ 57. Tum demum soli [camem 
et sanguinem sacrifîcatorum] cibom 
potumque suppeditaverunt, alii au- 
tem resta venint ; ac dein vénérant 
ut iis concionem haberent eo(|ue 
modo solatium praeberent; dixe- 
runt : vos in deorum nostronim 
numero retulimus, conferte vos 
CAîcomos/oc, ibi est caverna vestra, 
introite, ibi est domus vestra. 
[dicunt illi] Quid vero^ nonne haer 
erit caverna nostra ? [respondent :] 
— certe, est nostra caverna, est 
nostra domus, locum delegimus, 
cavemae margine solum conside- 
mus. 

§58. Acdeindescendenmt(coelo) 



i . Le sujet sont les 5 Mimixcohua, 

2. a. note 3 ad §52. 

3. c-all-i'ti-que; cf. note 2 ad § 52. Cf. Cod. Zumarraga, cap. 8« « y Dista que se 
cumplió el quinto trece después del diluvio siempre hizo Cama$ale guerra, y con eUa 
dio de comer al sol ». 

D'après le Cod. Zumarraga, cap. 8«, ti*ois Chlchimèques échappèrent seulement 
(Xiuhnel, Mimich et Camaxtli). 

4. Dé ceux qui restèrent descendirent les Chichimèques. 

5. uitze « ils venaient ». (cf. Olmos, 1. c. p. 120). Cf. ici § 59. 

6. tlailauhiia « hacer oración » (Mol. II). 

7. yolceuia, niíe « aplacar à otro » (Mol. II). 

8. o-t-amech-UO'leo-pohui'li-que « nous vous avons compté parmi nos dieux », 
pohui'lia applicatif de pohua « compter. » 

9. xi'tno^huica-can a allez », cf. note 1 ad § 48. 

10. Chicom-ozto^ a lieu des 7 cavernes », célèbre demeure originelle des tribus* 
mexicaines ou Naua, située au nord et dont toutes les sources font mention. 

11. am-ozlo-lzin a votre caverne » ; tzin a un sens tantôt révérentiel, tantôt dédai- 
gneux. 

12. anuhchan-tzin-co « lieu de votre maison ». 

13. On peut ajouter ici : alors ils disent : 

14. Le passage semble être corrompu ; t-on^ui^ilaço-que a le sens « nous Tavont 
choisie (la caverne), mesuré (le sol) ». Cttlaco-tli « cosa preeiosa, o cara » et tlaçotU 
a aimer ». 

15. ti'to^ilali-z-que « nous nous établirons ». 

16. temo « descendre ». 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DBS ANCIENS MEXICAINS 271 

mamaça ^ oontetl in intzontecon ^ duo cervi bicípites. Fuenint etiam 

onteme ^. Auh no omentin inin duo Jdixcohaa^ primus nomine 

Mixeohaëj izce ^ itoca Xiuhnel ^^ Xiuhnel^ secundus nomine Mimich. 

aoh inic ome itoca AfîmicA^; aami^ Venan soient campis desertis et 

ieotlalli^ itic. Niman ye quintoca^ abditis. Timi Xiahnel et Mimich 

in mamaça in Xiuhnel in Mimich cervos persecuti sunt ictu eos inter- 

quinminaznequi ^?. fioiendi cupidi. 

§ 59. Ce yohual in quintocaque, § 59. Per noctem unam persecuti 

ye no ipan cemilhuitl ye teotlac sunt etiam per diem unum, usque 

in quinciauhcauhque *^ Niman ye ad solis occasum eos defatigave- 

quimolhuia. « Nica[n] ompa xi- runt. Tum (cervi) dixerunt : fac 



i . numëZM pluriel de m^çMtl « cerf ». 

2. in-ttoniecon « leurs têtes «, roir ixoniêeomàtl c tète ». 

3. on-te-me « deux ». te-me pluriel du mot cUssiflcatif teiL Sur cette tradition, 
cf. Cod. Zumtrraga cap. 8* : En el 4* afio del 4* treae despues del diluvio uto un 
gran ruido del cielo, y cayó un venado de dos cabeças... »>(qui devint le dieu des 
CuUlauacM), On voit représenté dans les peintures de la cour du palais II J de Mitla 
(la c6te occidentale, c'est-à-dire la région de Mitla, était dédiée à Mixcouail)^ le cerf 
à double tête couvert avec une enagua, c'est-à-dire en fenune (voir Seler, Wandma- 
lereien von Mitla, Berlin, 1895, pi. III, 6 et 7). Dans la cosmogonie mixtèque, d'après 
la tradition des habitants de CuilapM^ le couple des dieux créateurs se présente sous 
forme de cerfs (v. Fr. Gregorio Garcia, Origen de los Indios, Madrid, 1729, libro 5, 
cap. 4, p. 327 as., 4», Clavigero, I, 164, 345). 

4. tace < în ce « Tun % par assimilation. 

5. Xiuh-nel « la véritable turquoise' ». 

6. Mimich « poisson », cf. mieh-in « poisson ». 

Xiuhnel et Mimich sont les deux représentants bien connus des Chichimèques. On 
les voit vêtus avec des peaux et peints dans le Cocf. Boturini (éd. Kingsborough, f. 9) 
comme MÛBcouaf/ avec le ¿¿ay^^ua//î autour des yeux. Cf. Cod.1S76 (7)... yehuMn- 
iin yn quintocMyolia Mimixcoua yn ce tUctUl y toca XiuhnelUin ynic orne ytocM Mi- 
miisin [^Mimieh'txin] iniqaey in çiuatl yn ueltiuh [QuiUxtli] « ceux qu'on appela 
Mimixeohuû^ le premier nommé Xiuhnelixiny le deuxième MimiUin, la troisième, leur 
sœur aînée... » 

D*après Muftox Camargo (Hist, de Tlaxcala, I, chap. 5) les tribus migratrices 
vinrent de Chicomozioc à iiaça<«pec « montagne deacerfst, où Ton se sépara d7<a/o/<c et 
de Xiahnel^ pendant que Mimich tuait le démon lízpapalotl avec des flèches. Cf. aussi 
Cod. Zumarraga cap. 8«, voir note 81 ad § 64. Voir une autre version dans THist. de 
Colhuacan y de México, 1^* partie, p. 3. 

7. ëami^ du verbe ami « chasser ». 

8. Cf. Tédifice appelé Teotlalpan (ce qui signifie lé nord, la région des landea), 
Sahagun II, Ap. g 3, No. 10. 

9. loca « poursuivre ». 

10. quin-mina-z-nequi ; nequi « vouloir » avec le futur d'un verbe en-s. 

11. quin-^iaahcatth-que dii verbe ciauAcaua « fatiguer », v. ciauhcaua, nino t enha- 
darse, 6 cansarse » (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



272 



SOCIÉTÉ DES AMERICAN ISTKft DE PAKIS 



hualmoxacalti ^ on *-\ iz ^ [ni]no 
xacaltia ^ a ^ ye huiize tlahuelilo- 
que *. » 

§ 60. Auh niman quiçaio in ma- 
niaca catea ye cihua in omoeuep- 
que. 

Tzatziiihui ^ quitohua : « Xiuh- 
neltzin^ Mimichizin'^^ can in an- 
éate ^? Ma ximolhuian^, ma xatli- 
quî*^, ma ximotlaqualtiqui ** ! » 

§ 61 . Auh in oquieaeque *^, ni- 
man ye quimolhuia : » Nica ma ti- 
quinnotz '^ ! 

Auh niman za^^ ye quinnotza 
in XiuuNEL quimilhui : xihuallauh 
nohuellihué, Niman ye quilhuia : 
XiUHNBLTZiN maxatU^^, 

Auh in XiUHNEL nima[n] ye coni ^^ 
ineztli^ niman ye ic iilan moieca **; 
auh in oquitecac^^y niman ipan 



easani ibi, hic ego casam factam. 
Malevoli iam adsunt. 

§ 60. Ac dein venenmt ii qui 
cervi erant, iam in feminas sese 
converterunt. Ctamaverunt, dixe- 
runt : o Xiuhnelizin^ o Mimichzin, 
ubi estis ? utinam loquamini, uti- 
nam veniatis aquam potum et ali- 
quid esum! 

§ 61. Quod cum audissent, dixe- 
runt : Ne respondeas (respondea- 
• mus) ! 

Dein autem Xiuhnel solus iis 
respondit dixitque : ^' adveni o 
sóror mea! ''Tumei dixit [femina] : 
^^ Xiuhneltzin^ utinam aquam 
bibas! 

Ac dein Xiuhnel sanguinem 
potat, dein feminae concumbit. 



1. xi'huàUmo'X^cal'ti « fais ë ton tour une hutte ». x&cálli » choca, bohio à casa 
de paja » (Mol. II). 

2. on particule de la direction (démonstrative). 

3. iz « ici » = /ifca/i, et. Olmos (1. c), p. 188. 

4. a ; faut-il corriger et lire in ? peut-être est-ce une interjection comme aya dans 
les hymnes. Quelquefois an se trouve au lieu du démonstratif in. En ce cas il faudrait 
lire ay ye <^ an ye 9 ceux-ci déjà • . . . 

5. Plurîel en-que de llaueliloc « malvado, 6 vellaoo » (Mol. II). 

6. Izatzi'l'ihui « ils vont crier ». 

7. tzin est particule révérentielle. 

8. can in an-cate « où êtes- vous ? 

9. On attendis forme xf-mo-[i] Ihuia-can, ou ximolhuiâ. 

10. x-all-i^quC « venez donc boire ». 

11. xi-mo-lla-qualti-quî 91 venez donc manger quelque chose ». 

12. o^qui-cac-que ; cac prêt, de ca^iii « entendre ». 

13. Prohibitivus {ma avec le prêt, du verbe nolza) ; nolza a ici le sens de « répondre. » 
Cf. § 62 : auh in Miinich amo quinotza « et Mimich ne répondit point ». 

14. Za ye < zan ye par assimilation. 

15. Mi x-â-U'i *^ que tu boives de Teau ! '' Voir plus haut note 10 ad § 60. 

16. C'on-i ** il le boit'' ; on signifie la direction. 

17. i'Uan mo-leca *' il se couche auprès d'elle " Voir § 75 de notre texte : Ulan 
moiecac, 

18. o-qui-leca-c, prêt, du verbe (eca ** étendre ''. 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 



273 



hualmixtlapachcuep^^ niman ye 
quicua ^ qualcoyonia ^. 



§ 62. Auh niman ye quitoa in 
Mimich : « lyo, ca ye quallo * inin 
nachcauh! » Auh in occe cihuatl no 
çan quinotzticac ^ quilhuia : « No- 
quichpiltzin ^, ma ximotlaqualti ! >^ 
Auk in Mimich amo quinotza ". 
Auh niman ye tléquauhtlaça, ni- 
man ye quitlallia in tletl ; auh in 
oquiilalli, niman ompa motlaI(l)o 
ticalac ^ in Mimich. 

§ 63. Auh i[z] cihuatl ompa qui- 
tocaiicallac ^ in tleco; ye(ce) yo- 



Quam cum prosiravisset, supra eam 
sese effudit (ut vas in vas effasum) 
faciem apprimens, tum [femina] 
eum devoravit, perforavit. 

§ 62. Ac dein Mimich dixit : 
eheu, frater meus devoratus est ! 
Alia femina item eum vocavit dixit- 
que : o mi fíli, utinam edas aliquid ! 
Neque vero Mimich respondit. Ac 
dein ignem terebrando fecit, ignem 
accendit. Ac cum accendisset, Mi- 
mich intrare (in ignem) propera- 
vit. 

§ 63. Ac femina in ignem eum 
subsecuta est. Per noctem unam 



1. huiil'in-iœ-tlûpach'Cuep, prêt, du verbe ixllapach-cuepà. nitla *' embrocar " 
oponer las vasijas boca baxo'' (Mol. II), hual indique la direction ; voir qui-hual- 
ixiU'paehOf note 40 ad § 45. 

Cette union de Xii/hnel et de la femme de cerf rappelle les représentations d'un 
couple d'bomme et de femme dans les *' codices *\ où Ton voit le couple uni sous une 
couverture précieuse. De plus, on y trouve un courant rouge passant de la bouche de 
Tun à la bouche de Tautrc, ce qui indique symboliquement Tunion sexuelle des deux; 
cf. Codex Borgia (rédition du duc de Loubat), f. 61 en bas, agauche; comparer Codex 
Borgia, f. %; eod. Vat. B. f. 28, f. 87; cod. Vat. A. f. 12 v» ; cod. Borbonicus, f. 19, 
etc. 

2. qui'cua ou qui-qua, voir qui-cua-^z-^ue, note 7 ad. § 104. 

3. qualcoyonia offre quelques difficultés. Peut-être ce passage est«-il corrompu. 
Je ne crois pas qu'il y avait dans le manuscrit original la version : Qualcoyonia ou 
qui^ual-coyonia. En ce cas, d'après Torthographe de Fauteur anonyme on attendrait 
Qualcoyonia (qui-hual^coyonia). Qualcoyonia serait une combinaison de .quai et 
coyonia ** perforer '', où quai pourrait avoir le sens de ** bien, complètement **. 

D'autre part, on pourrait soupçonner une faute du copiste et au lieu de qualcoyonia, 
il. faudrait lire quelcoyonia, qu-el^coyonia^*^ elle lui perfora (en le mangeant) le foie". 

Enfin, il serait possible, ce que je ne crois pas, de lire : qui-cuaqual-coyonia. Quoi- 
qu'il en soit» le sens est toujours : **elle le dévora '\ 

4. quallo ; qua-lo « il fut mangé ». 

5. qui'notX't'icac ; les verbes combinés avec icac (ajouté par la ligature l ou ti) en 
reçoivent un caract^ie de parjtiqipe. Cf. Olmos, p. 154 ; cf. plus bas note 3, ad §70 ; 
10ad§74; 12 ad § 90. 

6. N-oquieh'pil'tzin » o mon fils j» ; oquich-ili est « l'homme », 

7. Cf. p. 274, note 13, ad §61. 

8. mo-ilaHo-t^-callac, combinaison des verbes tlaloa. nino « s'empresser », cf. T/a- 
Uhc) et caUqui t entrer » par la ligature H, 

^9. qui-locñ-ti-cñllac cf. note précédente; combinaif^on de toca |>oursuivre el cnlaqni. 



Digitized by 



Google 



274 SOCIÉTÉ DBS AMÉIUCANISTES DB PARIS 

huai quitocac ipan ye no nepantla secuta est eum etiamque ad meii- 

tonatiuh in quitocac. Auh ye on- diem. Ac turn descendit, super me- 

can in nepantla temoc^ in teoco- diumcactumrotundumcecidit. It^n 

mitl ^, ipan onhuetzito. Iz cihuatl femina post eum cecidit. Qui cum 

yuhqui in tzacpan ^ ohuetz. Auh in maniam cecidisse videret, sagitUs 

oquittac tzitzimitl in huetztoc ^, ni- in earn conjecit ibique est reversus. 

man ye quimina can oncan huai- Ac dein venit, brachium involvit, 

mocuep. Niman ye ic huitz tla- capillos [ut miles] substrinxit, sese 

matzantihuitz ^, tlatzonilpitihuitz ^, pinxit, ploravit quod frater suus 

tlamachiotitihuitz ^, chocatihuitz, devoratus erat. 
in oqualloc ^ in iyachcauh. 

§ 64. Auh niman ye conca- § 64. Ac dein id dei, dei -ignis, 

qui in teteo, in Xiuhteteuctin^j audiverunt ; venerunt illi, vocave- 

niman ye huica [quijnotzque in nmt feminam Itzpapalotl. Mimich 

cihuatl in ItzpapaloiV^ teyacan- antegressusest[exsequia8]. Accum 



1. Le sujet est Mimich. 

2. teo-comitl a espino grande » (Mol.). Dans le Codex Boturini (fol. 9) on voit 
Xiuhnel et Quilazlli étendus sur 4es teocomiil, Mimich étendu sur un arbre mizquilL 
Dans lai* partie de THist. de Colh. et de México (§ 82), lesToltèques emigrants arrivent 
à Teocompan; cf. Cod, 1576, p. 7 et 8 ; teocomitl correspond à ueycomUlouuei noch- 
tu (Hernandez, p. 176-177) ; dans Thymne IV, 5, on trouve teu contli, 

3. Izac'pan a derrière », cf. ila-tzac-can h alcabo, alfín, 6 a la postre » (Mol. II). 

4. huetz'ioc ; cf. ni-huetz-toc « estoi echado, o caydo » (Olmos, p. 154). combi- 
naison des verbes huelzi et oc ionoc). 

5. tla'matzan-'ti'huitz composition des verbes tlamatzana et huitz. Le verbe £¿a- 
matzanaue se trouve pas dans le vocabulaire de Molina, ma si^ifie la main, le bras. 
Puisque Mimich se prépare aux funérailles de son frère, on peut conjecturer que 
^^Imatzana signifie : orner le bras de quelque chose (envelopper avec des rubans, 
prendre un bracelet, etc.). 

6. tla-tzon-ilpi'ti-huitz « il se retroussa les cheveux » à la niode des guerriers. 

7. tla-machioti-ti-huitz H il se peignit », cf. machiotia, ni7/a reglar papel, odebuxar 
algo » (Mol. II). 

8. o^ua-lo-c « il fut mangé' ». 

9. Xiuh'teuc'tin pluriel de Xiuh-leuctli « seigneur de la turquoise ». C*est le 
dieu du feu. 

10. Itzpapalotl « papillon d'obsidienne ». Cette déesse chichimèque en forme de 
papillon et a tec le .tatouage du dieu du feu, dominant le IG*' signe diurnal eozca- 
quauhtli, servante à Tamoanchan, est la déesse sacrifiée, qui est morte en guerrier 
(mbciuaquetzqui), et qui correspond à Ciuateotl (voir aussi Seler, comment. Cod. 
Borgia I, p. 180 ss.) ; elle est sacrifiée (Camargo I, cap, 5») par Mimich, Très impor- 
.tant est rhymne IV, dédié a Teteoinnan (vers 5, 6 et 8) : ^.^Ahuiya ohoya teutl 
ca teucontlipaca tona aya Itzpapalotii « ô le dieu vint, sur le cactus, notre mère, 
le papillon d'obsidienne ». — 6. Ao avà ticyaitaca chieonauixtlauatla maeatl i 
yollo yca mozcaltizqui tonan ttaUecù/li c 6 tu as vu les 9 landes, notre mère, la 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANCISMS MEXICAINS 



275 



lia ^ in MimicK auh in ocanato 2, 
luman ye quitlatiya. 

§ 65. Niman ye cuecueponi^ in 
yancuican cuepon xoxouhqui tec- 
paü ^j inio op[p]a cuepon iztac tec* 
patl. Auh niman conanque^ in 
iztac, niman ye quiqnimiloa ^, 
Auh inic expa cuepon cozautiqui 
lecpatl ; amo no conanque ; çan 
conitoque ^. Auh inic nauhpa cue- 
pon tktlauhqui tecpati, amo no 
canque. Inic macuiipa cuepon 
yayauhqui ^ tecpati, amo no c- 
anaque. 

§ 66. Auh in iztac tecpati ni- 
man ye quimoteotia ^ in Mix^ 
cohuatl. Niman quiquimiloque, ni- 
man ye quimama, niman ye yauh 



funus (corpus mortuum Xiuhnel) 
adepti essent, cremaverunt. 

§ 65. Turn denuo germinavit ; ger- 
minavit silex viridis, iterum germi- 
navit silex albus. Ac dein silicem 
album ceperunt, involverunt. Ac 
tertium germinavit silex flavus. 
Neque ceperunt. Hune solum voca- 
verunt. Acquartum germinavit silex 
ruber, neque ceperunt. Quintum 
geminavit silex niger, neque cepe- 
runt. 



§ 66. Silicem album autem pos- 
tea Mixcohuatl ut deum veneratus 
est ; turn involverunt, dorso (in 
sarcina) sustulit, dein profectus est 



déesse terrestre, se nourrit des cœurs de cerfs >». -^ %, Aho maçatl moehiuhea 
têuilalipan miizi y a no iitaeo yeva Xiuhnello yeva Mimkha : changée en cerf citaient 
Xiuhnel et Mimieh qui te voyaient dans les landes du nord ». (Cf. Seler, ges. Abhdlg. 
I, p. 994 ss.). — En effet, Xiuhnel a des relations avec le dieu du feu ; cf. Historia de 
Colbuacan y de Mexico l'* part., § 2 : Mixeoatl^ Tbspanet Ihuitl qui doivent donner 
leur proie de chasse au Xiuhtecùili (Huehueteotl) : yehuantin iniotoca in ienamaztU 
eteme «c ils sont les noms des 3 pierres de Tàtre » et, } 20 : .... in quipiazque 
Xiuhteciàtlif in Tozpan ihuan JhuUl ihuan Xiuhnel « ceux qui garderont le dieu du 
feu, Tozpan et JhuUl et XiuhneL 

i. to-yaca/i-<ia « il les conduisit ». 

2. ih€''ana'4q, 

3. euecueponi verbe intensif de eueponi a abrirse y abrotar la flor... » (Mol. II). 

4. Diaprés Mendieta (Hist, eccles, 77-82) Citlalicue enfante un silex que ses fils 
furieux jettent sur la torre où le silex éclate et les 4,400 dieux en sortent à Chioo^ 
mozioe, 

5. e-on-an-çiie prêt, du verbe ana « saisir ». 

6. quimiloâ « envelopper » signifie le faisceau, dans lequel on porte sur le dos 
ridole en migration. C'est pourquoi le teo-mamá « celui qui porte Tidole du dieu sur 
le dos » est le nom d*un prêtre. Cf. sur ce point aussi § 66 de notre texte. 

7. Selon moi e-on-Uo^ue es prêt, du verbe itoa au lieu de conitaque. 

8. yayauhqui a noir », la racine yauh cf, yap-paUi (< yauh^palli) » color negro » 
(Mol. II). 

9. qui^moieotia du verbe íeotia, nicno c tener o adorar algima cosa por dios » 
(Mol. II). 



Digitized by 



Google 



276 



SOaÉTÉ OB8 AKÉR1CAM8TB8 DE PAtI8 



in tepehuaz itocayocan Comallan ^ 
quimamatiuh in tecpatl initeouh^ 
in Itzpapalotl. 

§ 67. Auh in oquimatque Comal- 
teca ^ connamiquico ^ in Mixco- 
huatl. Niman ye quitlaqualiequi- 
llia ^, çanic conyolcehuique ^. 

§ 68. Auh niman ye yauh in 
Teconma ^, çan no yolcehuiquequi- 
ioque : « Tie maillia ^ in tlacatl ^ ? 
Ma nican mohuicatz '^ auh xiqual- 
[mo] cuilia^* in itzihuactzin, ma 
nican no quitzotilli ^^. » 

§ 69. Auh niman ye yauh in 
Colhuacan ^^ quin ompa hualiepeuh. 
Auh in ontepeuh in Colhuacan^ ni- 
man ye yauh in Huehuetocan *S ni- 
man ye yauh in Pochtlan **, no 
hualiepeuh. 



Comallan expu^atum. lizpapatoil 
silicem, deum suum, dorso sosiii- 
lit. 

§ 67. Quod com Comalteca aoeî- 
perent, obviam. Mixcoha^tl pro- 
cesserunt; cibum ei déposuerunt, 
hoc modo solum ei satiâfecerunt. 

§ 68. Ac dein Teconman profec- 
tus est, eodem modo ei satisfece- 
runt, dixerunt : quid principi faceré 
placet ? Utinam eo veniat et sagii- 
tam plantae spinosae suam capiat, 
ne eam inquinet (?) ! 

§ 69. Ac dein Colhuacan picfçc- 
ius est. Inde demum expugnator 
venit. Ac cum Colhuacan expugna- 
visset, Huehuetocan profectus est, 
Pochtlan iit, quod oppidum item 
expugnavit. 



1. Comallan a lieu du comal ». D'après Camargo (cap. v edid. Cha vero p. 40) les 
TlaxcAlièques étnigrants passent à Comayan ou Comallan. 

2. in-i-leo-uheñi attributif : Itzpapalotl porta le silex blanc, son dieu. 

3. Comal-teca « les habitants de Comallan ». 

4. c-on-namiqui-co « ils venaient le rencontrer ». 

5. qui'tlaqual'tequi'lia, applicatif du verbe tecau déposer >». 

6. C'On-yolcehui-que « ils Tapaisèrent ». 

7. Teconma =■ Teconman « lieu où se trouve le vase d*argile ». 

8. m-ai-Ua^ forme révérentielle (réfléchie et applicative) du verbe ai « faire ». 

9. tlacatl « seigneur ». 

iO. mo-huica-tz voir note 12 ad § 27. 

li. Il faut lire et ajouter : xi-c-hual-mo-cui-lia, 

12. Ce passage est obscur et semble être corrompu. Tzoll ou IzoeuUlatl « la 
sueur », (Voir itzoca^ n, « tener suzia la cara », Mol. II). tzo-ti-lia serait Tapplicatif, 
ce qui signifie peut-être « salir ». Tzotilia, nino signifie « se peindre en guerrier des 
lignes noires à la face. 

13. Colhuacan, « lieu des ancêtres, ou lieu de la courbe ». Il y a deux localités 
de ce nom, Tune mythique (v. Teo-colhuacan)^ le domicile originel spécial des Mexi- 
cains ,situé dans Touest. (Cf. Seler, ges. Abhdlg. Il, p. 757), et Tautre, historique, 
située au sud de la capitale, Mexico, sur la rive septentrionale du lac de Xoehimileo, 
cf. Camargo(HÍ8t. de Tlaxcala edid.-Chavero, p. 40). 

14. Wiehuetocan ; d'après le Codex Oiana (34 v.), un lieu de ce nom est situé dans 
la seigneurie de QuauhtUlàn, 

15. PocA</anestle nom connu d'un des sept « barrios » de marchands ou càlpulli de 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANQENS MEXICAINS 



277 



§ 70. Auh niman ye yauh in 
Mixcohuütl in tepehua in Huitz- 
nahuac ^ Quihuatnamic in Chi- 
malmAn cihuatl, niman ye quima- 
na in ichimal, niman ye quitema 
in imiuh ihnan in iyatlauh^ can 
petlaohiicac^, atle icue, atle ihui- 
pil. 

§ 71. Auh in oquittac in Mixùo^ 
huatl^ niman ye quimimina. In[ic] 
ce quitlaxilli ^ can icpac quiz '% 
can mopacho^. Inic op[p]a quitla- 
xilli iyomotlan ^ onquiz, can ila- 
<nielo^. Auh inic expa quitlaxilli, 
can quimacuic ^. Auh inic na[p]pa 
quitlaxilli initzallan ^^ inquiquixti ^K 
Auh in ye yuhqui no nauhpa qui- 
min, niman ye ic mocuepa in Mix- 
cohuatl niman ye ic yauh. 

§ 72. Auh in cihuatl niman ic 
chollo ^^ motlalito oztotl atlatlauh- 
can ^^ in ya auh ye no cepa mochi- 



§ 70. Acdein Mixcohuatl^proiec- 
tus est Huitznahuac expugna vit. 
Feminam Chimalman nanctus est ; 
tum ilia scutum suum deposuit, 
sagittam tabulamque jaculatoriam 
suam collocavit. Plane nuda fuit, 
sine vestimento, sine tunica ulla. 

§ '71 . Quam cum Mixœhaatl vi- 
disset, tela in eam conjecit. Primum 
contendit, attamen superiit (sa- 
gitta) subsidente ea. Iterum telum 
in eam conjecit, latiis icit, ea autem 
(sagittam) solum incurvavit. Ter- 
tium conjecit, sagittam manu exce- 
pit. Quartum conjecit, mediameam 
icit. Quo modo cum qua ter in eam 
conjecisset, Mixcohaall reversus 
est, abut. 

§ 72. Femina autem tum effugit, 
spelunca quadam quae erat in fau- 
ibus arenaceis consedit. Atque 



TUielolco (Cf. Sahag. IX, 3). Ici le nom semble iodiquer une autre localité difficile à 
déterminer. Pochtlan est aussi un « barrio » de ffuexotzinco, d^Almoy&uâcan, 
etc. 

1. HuUznàhuac « auprès des épines » signifie généralement le sud, spécialement 
le temple de TezcatUpoca. 

2. in-iy-aila-uh ; atlatl est « amiento » (Mol. II). 

3. peilauhticac forme analogue à quinotziicac (cf. note 5 ad § 62, 10 ad § 74) ; 
peilaua, nino « detpojarme^ o desnudarme » ; petlauh-l-oc. ni, estar echado y descu- 
bierto, sin ropa alguna » (Mol. II). 

4. qui'tlaxi'li, applicatif en iiâ du verbe tUça « jeter, tirer des flèches ». 

5. quit prêt, de quizá m sortir ». 

6. mo-pacho prêt, depachoa. nino « abaxarse, inclinando el cuerpo... » (Mol. II). 

7. i-yomotlan^ son c6té » ; yomotlantU « costado de persona,.. » (Mol. II). 

8. iU-cuelo prêt, de euêloa. niila « doblegar vara *> (Mel. II). 

9. çuî-nui-ciii-c « elle la prit avec la main ». 

iO. i'tzalan ; cf. izalan, te u entre algunos, o por medio dellos ». 
It. qui-^uix-ti prêt, de quix-tia, causatif de quicé. 

12. chollo prêt, de cholea « fuir ». 

13, ailallauh-can « au lieu des ravines » (ailatlauh'lli). 



Digitized by 



Google 



278 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DR PARIS 

cbihuaco ' in Mixcohuatl in omicti- iterum Mixcohuatl sese ad pugnam 

CO 2 [^mictico]. omavit ut earn inierficeret. 

§ 73. Auh niman ye nocepa ye § 73. Ac dein iterum earn quae- 

quitemoto ^ ; in acoac ^ quitta, ni- situm iit. Quam cum iam non vide- 

man ye quinmimictia ^ in Haitzna- ret, feminas Huitznahua interfecit. 

hua cihua ^\ Auh niman quitoque Ac dein feminae Huitznahua dixe- 

in Huitznahua cihua: « Ma tite- funt : Nequaeras! lUam (C^'umZ- 

mo ^ », concanato ^ quilhuique : man) ampuerunt, dixerunt : Af¿r^ 

« mitz temoa in Mixcohuatl^ mo- eoftif«// te quaerit, tua causa sórores 

pampa quinmimictia in mi[c]u- tuas interficit. 
huan ^. » 

§ 74. Niman ic canato hualla in § 74. Tum illam arripuerunt, 

Huitznahuac. Auh ye no cepa ya Huitznahuac ierunt. Atque iterum 

in Mixcohuatl ye no cepa qui- Mixcohuatl iit, iterum in earn inci- 

namiqui, can no maxauhticac *^, dit, subligaculo solo vestitam ; item 

can no quiman in chimalU in illa scutum deposuit sag^ttamqae 



i. mo^hiehihua-^o « ü se prépara, orna au combat ». chichiua niño « adereçarse, . 
componerse, o ataviarse ». 

2. o-mic'li-co sans doute, c^estune faute de lecture du copiste. Dans Toriginal était 
écrit, on le peut conjecturer avec raison : ^mictico (= qui-mic-ti-cô) ; le copiste a lu o 
au lieu de jr ; mochichihuaco in Mixcohuatl in quimiciico « se. prépara au combat 
pour tuer la femme ». 

Z, qui-temo-to « il alla le cbercber », prêt, du verbe temoa, « cberher ». 

4. aocae « no esta ya aqui » (Mol. II). 

5. quin-mimic'tia, verbe réduplié de mic-tia « tuer ». 

6. Huitznahua [c\ cihua «les femmesdu sud ». L'interprétation de cet intéressant 
passage offre des difficultés. Les femmes du sud, les sœurs de la Chimalman, cor- 
respondent peut-être aux 400 gargons du Sud {centzon Uitznahua), 

7. ma^d-temo, « probibitivus », « ne cbercbe point ! • 

8. e^n^^na^to u elles la saisirent » ; Tobjet est deux fois indiqué par c, ou il 
faudrait lire o-on-c-a/ia to, 

9. miuhuan ne donne pas de sens. Je conjecture : micuhuan < m'icuh':huan a mes 
sœurs » ; cf. icuh. h. u mi hermana menor [dice la hermana mayorj » (Mol. II). 

10. maxauh't'ica-c (cf. petlauhticac etc. voir note 5 ad g 62, 3 ad § 70), « elle 
n^avait qu'un max<fa¿/(max¿/a¿/« bragas», Mol. II). Cette forme correspond exactement 
kia-maxa-uh-ti-nen-caa ils vivaient sans maxi/a^/» (dit des Huaxtèques, Sahagun Ms. — 
livre X, chap. 29, g 12) ; la racine de maxtlatl^ max —- est apparentée à une autre 
racine maxa : cf. à-maxa-^ « lugar donde se divide el rio en muchas partes » ; à-maxa- 
c ou à^maxal-co «f encrucijada de caminos » (Mol. II) ; il est probable que la racine 
maxa, maxa, maxal" est composée des deux racines ma et xal ; cf. maxaloa «apartarse 
de un camino », maxaliic « cosa divisa como camino, o horcajadura de árbol » ; la 
racine ma est <c main », xal « diviser », cf. xaUli « sable » (ce qui est divisé, pulvé- 
risé), xeloa <c partir, rajar à dividir algo » (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANCIENS MEXICAINS 



279 



imiuh. Auh ye no cepa icpacpa 
quüz in mitl, îhuan ce iyomotlan, 
iliiian ce quiinacuicihuaninic [nap- 
j[>a] tzallan quiz. 

§ 75. Auhniman in ye yuhqui, 
iiiina[n] ye iccana, ittan motecac in 
cihuatl in Huftznahuac *,cayehuatl 
in Chimalmsuï ^. Auh niman ye ic 
otzti^. Auh iniquac ilacat nahuil- 
liuitli cenca quitoUini ^ in inantzin, 
in nima[n] ye ic tlacati i[z] ce 
Acatl^. Auh in otlacai, niman ye 
ic onmiquiin inantzin. 

§ 76. Auh in ce Acatl ye quihua- 
pahua® in QuiUaztli' in Cihuaco- 
huatl. Auhinye qualton^, nimanye 
quihuica in itàtzin in tepehua. Auh 
inic moyaomamachti * itocayocan 
Xihuacan ^^ [Xiuhácan)^ ompa 
tlama ^^ Auh in ce A call oncan 
itlàhuan in Centzon Mixcohua^ ni- 
ma[n] ye quicocollia ** quimictique 
in itàtzin. 



suam. Atque iterum primum sagit- 
ta superiit, una latus icit, et alte* 
ram manu excepitquartumque me- 
diam eam icit. 

§ 75. Ac dein cum ita res se ha- 
beret, feminam cepit, cum femina 
Huitznahuac^ id est Chimalman, 
concubavit. Ac dein gravida facta 
est. Cum nasceretur (filius), mater 
eius per quatuor dies máximos do- 
lores perpassa est, tum peperit [in- 
fantem nomine] Ce Acatl. Quo nato 
mater est mortua. 

§ 76. Ac [infanti] Ce Acatl dea 
Quilaztli'Cihuacohuatl mammam 
dédit. Qui cum adolevisset, pater 
eius expugnator eum secum duxit. 
Quo modo omnes belli artes 
edoctus est loco nomine Xiuhacan ; 
ibi homines bello capti sunt. Patrui 
autem (juvenis) Ce Acatly CCCC 
Mixcohua^ patrem eius oderunt, in- 
terfecerunt. 



i . i'tlan-mo^íeca-c in cihuatl in Huiiznahu&c « il se coucha à côté de la femme du sud ». 

2. ce Aeatl (Quetutlcohuatl) est donc le fils de Mixcouatl et de Chimalman (cf. 
note 9 ad § 49. 

3. otzii prêt, du verbe olzlia « devenir enceinte ». 

4. qui'tolini^ du verbe tolinia, nite « afligir o maltratar à otro » (Mol. Il) ; la nais- 
sance de l'enfant causa de grandes douleurs à sa mère. 

5. ce Acatl a 1 canne » est, nous Tavons déjà dit, un nom connu de Quelzalcohuatl 
qui était né et mort dans une annéeee acatl (cf. Historia de Colhuacan y de México, 
l'^part., §24et§41\ 

6. qoi-huapahua « i) le nourrit », cf. uapaua, nite « criar niños, ô esforçar y animar 
à otro ». (Mol. II). Cf. note 9 ad § 33. 

7. QuiUttli cf. QuilachtU, note 4 ad § 30. 

8. quai-ton « pubère, viril » ; cf. ye qualton ichcatl « borrego » (Mol. II). 

9. mo-yao-mamachti; yaotl « ennemi» ; mamaehtia. nino «ensayarse 6 imponerse » 
(Mol. II). ♦ 

10. xiuh-á^an « au lieu du sang » ; xiuh-étl (cf. chalchiuh-êtl) t< Teau de turquoise, 
Teau précieuse, le sang ». 

11. tla*rna « on fit des prisonniers », impersonel; cf. Olmos, p. 76 ss. 

12. qui-cocolia « Us le haïssaient », cùcoUa, nite « aborrecer o querer mal a otro » 
fyioL H) 



Digitized by 



Google 



280 



SOCIÉTÉ DES AMÉRICAM8TE8 OE PARIS 



§ 77. Auh in oquimictique, ni- 
man xaliitlan ^ caquito ^. Auh in 
ce Acatl ye quitemohua itàtzin ye 
quitoa': f< Catli in notàtzin ? » Auh 
niman ye quilhuia in Cozcaquauh- 
tli ^ : a ca oquimictique in motà- 
izin, ca nechca in onoc in oquito- 
cato. » 

Auh niman canato^ itic quiilalli 
in iteocaK' in MixcoatepetP . 

§ 78; Auh in itlàhuan ^ in oqui- 
mictique in itàtzin, in itoca Apane- 
catl^ ihuan Çolton^^ ihuan Cuil- 
ton *^ niman ye quitoa : « Tlein ic*^ 
[tlein ic nic?J mamaliz in iteocal ? 
intla^' çan tochin '^ intla çan co- 
huatl ? Xiquallanizque ^^ ye qualli. 



§ 77. Quem cum interfecissent 
sábulo humaverunt. Ce Acatl dMieux 
patrem suumquaesivit, dixit: quis 
est pater meus 7 Ac dein dixit sar- 
coramphus : illi (CCCC Mixcohua) 
patrem tuuminterfecerunt, hic vero 
jacet, (hic) humaverunt. Ac dein 
corpus exemit patrem tuum tem- 
plo<|ue Mixcoaiepetl intulit. 



§ 78. Sed cum patrui nomine 
Apanecatl et Cotton et Cuilton pa- 
trem eius interfecissent, dixit : quo 
modo terebrando templum roeum 
aperiam ? Num cuniculo, nun> ser- 
pente? Ac dein dixerunt : hoc ar- 



1. xal-titl&n « au sable ». 

2. C'ûqui'to, prêt, du verbe aquia, nitla «... meter algo en agujero » (Mol. II). 

3. Le même détail se trouve daos V « Histoire de Colhuacan et de Mexico » 
f r« part., § 25 ; ici ce Acatl n'avait que neuf ans quand il reciierchait son père. 

4. cozcaquauhtli « aigle à collier », ici nom propre? 

5. c-ana-lo « il le tira de... » 

6. Il faut combiner Hic in iteocal « au dedans du temple ». 

7. Mixcoaiepetl « montagne de Mixcoatl », ici nom dn temple, où le corps du père 
de Quetzalcohuatl est enterré, est aussi (d*après Thymne XIX, 4) la montagne, où Ton 
fait du feu par le frottement de deux bois, M ixcoatl, le représentant des Chichîmèques 
chasseurs est, d'après d'autres tradition^, celui qui produit du feu par frottement, car 
la flèche ressemble au bois frottant, (cf. Cod. Zumarraga, chap. vi). 

8. Ces oncles portent les noms suivants : Apanecatl^ Collón et Cuilton, 

9. Apanecatl « qui habite la rive ». Le nom est d'ailleurs connu comme celui d'une 
de ces quatre personnages qui portaient sur le dos l'idole de Huitzilopochlli peùdant 
la migration des Aztèques. (Cf. Cod. Bot. feuille 1,2; Codex 1576, p. 5). 

10. Çol'ton « la petite caille » (çol-in), 

il. Cuil'ton est peut-être le diminutif de cuitli a autour ». Sur cuitli^ cf. Seler, 
ges Abdhdlg. I, p. 238. 

12. Il faut lire : tlein ic nicmamoliz in noteàcal «avec quoi dois-je ouvrir mon temple 
en produisant du feu par frottement ? », car, § 79, il est dit : amoea nicmamaliz in 
noteocal « avec vous j'ouvrirai mon tenlple en produisant du feu par frottement » ! 

13. intla, particule conditionnelle. Il faut ajouter : nicmamaliz, 

1 4. tochin = tochtli « lapin ». 

15. Cette phrase a été altérée probablement par un copiste. 11 faut construire 
ainsi : Auh nitnan quilhuique : xiquallanizque ! ye qualli in oce/o</, in quauhtli, in 
cuetlachtli; xiquallanizque = xi^e-hual-llani-z-que ; hual-lani c aller chercher ». 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DBS ANCIENS MEXICAINS 



281 



InoceIoiI,.in quauhtli, in cuetla- 
chtli ^ Auh^niman quilhuique. 

§ 79. Quilo in ce Acatly quimil- 
hui : « ca ye qualli, ca yehuatl ^ 
yaz. » 

Niman ye quinotza in ocelotl, in 
quauhtli, in cuitlachtli^ quimil- 
hui: (' Xihualhuican ^, notlàhuan- 
[é], quiH amoca ^ nicmamaliz in 
noteocal ca amo anmiquizque, ca 
ye anteqnazque^ yehuantin inca^ 
nic mamaliz in noteocal, in notlk- 
huan[é]. Auh can nenpanca * te- 
quechmecayotilloc ^. 

§ 80. Auh in ce Acatl niman ye 
quinnotza in totoça[n]me '^ quimil- 
huT : « Notlàhuané, xihualhui- 
yan **, xicoyonizque *^ in toteocal. » 
Auh in totoça[n]me niman ye tla- 
tolocaquili '^, coyonique inic ompa 
cállac in ce Acatl, icpacpa quiçato 
in iteocal. 



cessunto I idonei sunt tigris, aquila, 
Caudivolvulus. 

§ 79. Locutus est Ce Acail iisque 
dixit : bene se habet, eunto ! Tum 
tigridem, aquilam, caudivolvutum 
vocavit iisque dixit : advenite^ o 
mipatrui, vobiscumtemplummeum 
terebrando me esse aperiturum di- 
cunt. Neque vero moriamini, quin 
etiam eos quibuscum templum 
meum terebrando aperiam devora- 
bitis, o mi avunculi ! Simulate la- 
queis animalium gulae compressae 
sunt. 

§ 80. Ac Ce Acatl dein talpas 
vocavit iisque dixit : o mi avunculi, 
advenite, cávate templum nostrum! 
Ac talpae dicto audientes excava- 
tionem fecerunt per quamCe Acatl 
intravit summoque templo egres- 
sus est. 



1. Ce sontlà les mêmes animaux qui sautèrent dans le feu, en suivant Nanahuailf cf. 
§42. 

2. Les animaux sont regardés comme des objets; on attendrait la forme : ca yehuan^ 
tin yazque. 

3. xi'hual'hui'Can « allez ici ! ». 

4. quU « on dit ». 

5. anuh-ca « avec vous ». . 

6. an-te-qua-z-que c vous mangerez les hommes ». 

7. m-ca • avec lesquels ». 

8. nenpanca ; cf. nem panca « cosa sin provecho », nen « en vano, por demás, o sin 
provecho » (Mol. II). Cela veut dire : On ût semblant de les étrangler. 

9. te^uech-mecayo'ti'lo-c « on les étrangla »'. 

10. Il faut lire : iotoçan-me, pluriel reduplic et en me du mot toçan « taupe >>. 

11. Xi'hual' hui-yan = xi-hual-hui-can << allez ici »} c s'amollit souvent en y, 

12. Il est mieux de lire : ti-eoyoni-z-que « nous voulons creuser ». 

13. tlaiol-o-caqui'liz^: o-tlatlol-caqui-lif prêt, de tUlol-caquilia. nile « dar crédito y 
oyr lo que me dizen » ; comme Ton attendrait le pluriel ilaiolocaqaUi-que (à cause de 
coyo/iî^iie), on peut croire que le copiste a omis là co^ syllabe par laquelle commence 
aussi le mot suivant. Je propose donc : ilatolocaquUico coyonique,,, » ils venaient 
lui obéir, ils creusèrent... ». 



Digitized by 



Google 



282 



SOaÉTÉ DBS AMÉRICANI8TES DE PARIS 



§ 81. Auh in quitoque in itlà- 
huan : « In tehuantin ^ titlequauh- 
tlaçaa^e. » In icpuc cenca papa- 
qui^in oquimiitaque in ocelotl, in 
quauhtli, in caiilachtli in e cho- 
quiltico '. 

§ 82. Auh in hualmozcaltique ^, 
ye tiequauhtaça in ce Acail. Auh 
niman cenca ye qualani in itlà- 
huan. Niman ye hueyacatiuh ^ in 
Apanecatl, niman ye tlecotihueizi ^. 

§ 83. Auh in ce Acatl niman ye 
hualmoquetz, niman ye quixama- 
nia "^ [in] tezcailcomatica ^, niman 
ye ic hualhuetzi in tlatzintlan ^. 
Niman ye tzi[t]zquia^^ in Çolion, in 
Cuilton, Niman ye tiapitza in te- 
quanime'^, niman ye quimictia ; 
chilli quimoniemilliiihui ^^, in achi 
contequi ^' in innacayo. Auh in o- 



§ 81 . Ac patrui eius locuti sunt : 
Nos ignem terebrando íaciamus. In 
superiori parte templi valde gesti- 
verunt.cum tigridem a({uilam eau- 
divolvulum vidèrent qui jam [sese 
esse moribundos] plorabant. 

§ 82. Sed cum [animalia] rem 
veram intèlligerent, Ce Acatl iam 
ignem terebrando fecit. Ac dein 
patrui eius valde irati sunt. Turn 
Apanecatl longe surrexit, dein ce- 
leriter ascendit. 



§ 83. Ac Ce Acatl sese erexit, 
tumeum serpente speculis exórna- 
te contudit, turn deorsum decidit. 
Dein successerunt Çolton et Cuil- 
ton. Tîgrides (tibiis) oecinerunt, 
tum illos [ut sacerdotum administri] 
necaverunt, pipere condivçrunt, car- 



1. tehuantin, pronom absolu de la !'• personne du pluriel sorte de révérentiél 
qui relève la phrase. Cf note 8 ad § 38. 

2. papaquL ni « tomar plaxer y alegrarse » (Mol. II). 

3. m ye choqui-ti^o « qui déjà venaient pleurer (leui* mort) ». 

4. hual'mo{i)%cali'que « ils revenaient à eux wa ici le sens : il apercevaient ce dont il 
s'agissait (qu'on ne voulait pas les étrangler véritablement). 

5. hueyacatiuh « il se vanta ». Cf. ueya. ni « baxerse grande ó crecer en honra y 
dignidad » (Mol. II). 

6. tleco-ti'huetzi, combinaison des verbes tleeo. ni « subir arriba » et haetxi par la 
ligature ti : c< il s'empressa de monter ». 

7. xamania .nitla « caxcar o quebrantar cabeça o vaso de xical » (Mol. II). 

8. Il faut très probablement lire : tezcatlcohuaiica s tezea-coua-tiea « avec le 
serpent à miroir ». Ceci rappelle le serpent à turquoises (Xiuhcouatl du mythe de 
Huitzilopochtli (Sahagun, III, 1, § i). 

9. tlatzintlan « abaxo, ó debaxo (Mol. II). 

10. tzitzquia. nite « asir de alguna persona » (Mol. II) , ils se joignaient à lui ; 
Çolton et Cuilton sont le sujet de la phrase. 

11. tequanime « les tigres » (te-qua-ni « qui mange les hommes = tigre »). Cea 
bétes sont présentes ici comme prêtres. 

12. quim-^n-tenti'li'ti'hui, verbe applicatif en /ta, combiné (par ti) avec un verbe 
de mouvement, dérivé de tema « placer ». 

13. achi c-on-tequi « couper quelque chose en petits morceaux ». 



Digitized by 



Google 



TBAOmONS DES ANCIEMS 11BX1CAIK8 283 

quintoneubque S niina[ii] ye ic nemminutatim consecuerunt. Quos 

quimaltequia ^. cum coxissent jurulentos ederunt. 

§ 84. Auh in ce Acatl niman ye § 84. Ac Ce Acatl iterum locum 

no cepa tepehua itocayocan Ayo- nomine Ayotlan expugnavit. Quo 

ilan ^. Auh in ooniepeuh, niman ye expúgnalo Chalco^ Xicco est profec- 

yaoh in CAa/co ^ in A'icco "^ no onte- tus, quae loca etiam expugnavit. 

peuh. Quibus expugna tis Cuixcoc pro- 

Auh in oontepeub, niman ye fectus est, item expugnavit. Ac 

yauh in Cuixcoc • no tepeuh. Auh dein Ç&conco [?] profectus item ex- 

niroan ye yauh in Çaconco ' no te- pugnavit. Tum Maçatzonco profec- 

peuh. Niman ye yauh in Maca- tus item omnino expugnavit ; tum 

izonco **, no huel tepeuh. Niman Tzapotlan profectus item omnino 

ye yauh in Tzapotlan ^, no huel expugnavit ; tum profectus Acallan 

tepeuh. Niman ye yauh in i4ca¿/an *o ubi flumen transiit item omnino 



i. th-quin-toMuh-que ; cf. loneu^ « bouillir, cuire ». 

2. quim-ñUequiaf « Us les mangeaient arec uno sauce ». 

alieqùia = a tequia, nitla u regar » (Mol. II). le premier élément « est la racine du 
mota<i « eau »; en composition quelquefois on trouve a/. Cf. altU « bañarse », altepetl 
<i village » « atl'tepettjf Almoyauacan < Atlmot/auacariy etc. 

3. Ayotlan « lieu de tortue » désigne en général (cf. Anauac Ayollan) la côte 
Pacifique où les marchands mexicains, au temps du roi Abuitiotl (1497), entreprirent 
des expéditions guerrières (Sahagun, IX, 2). Une autre localité de ce nom. est située 
au bord septentrional du lac de Chalco, 

4. Chal-co, ville célèbre sur la rive orientale du lac de Chalco. 

5. Xicco M au lieu du nombril », petit lieu sur lé lac de Chalco^ domicile d'origine 
d*Acapo/, fondateur de la tribu des Chalca (cf. Hist, de Colhuacan et do Mexico, 
i^ partie, § 75. Cf. ibid., § 69). 

6. Cuixcoc est difficile à déterminer. DansrilistoireToltécochichimèifUe (Ms. Paris 
Bibl. Nation.), les Cuixcoca (habitants de Cuîxcoc) sont mentionnés à propos des habi- 
tants des 20 villes-filles des Toltèques. 

7. Çaconco est, sans doute, corrompu. Le fait que Maçatzonco suit immédiatement, 
me porte à conjecturer que çaconco est une corruption de ce dernier mot. D'autre 
part, on pourrait penser à Çacatzonco^ etc. 

8. Maçatzonco a lieu des cheveux de cerf ». Cette localité est mentionnée 
avec Tzapotlan^ Acallan et Tlapallan, Je suppose donc que Maçatzonco correspond 
à Mazatlan^ dont la première partie de VHistoria de Colhuacan y México fait mention 
comme lieu traversé par les Toltèques emigrant de CAo/o//arr jusqu'à Ayotlan, Maza- 
tlan{L c, §85) est situé(cf. Codez Mendoza, 49, 5) dans les environs de Xoconochco 
(Soconusco). 

9. Tzapotlan, Il est peu probable que cette localité soit celle située dans Jalisco. 
Elle correspond plutôt à Teotzapotlan^ la capitale des Tzapotèques. 

10. Acallan « pays des navires » signifie une localité à Test du Rio Usurracinta, 
à rancien chemin de commerce reliant Tabas^co (Xicalanco), Peten et lo Gi)ifo Uulco. 
Dans une chanson (éditée par Brinton : Ancient Náhuatl Poetry, Philad., 189d, 



Digitized by 



Google 



284 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

in oncan ic panoc, no huel tepeuh. expugnavit ; hoc modo TUpsdUtn 

inic acito Tlapallan '. pervenii« 

§8S. Auh niman ye oncan mo- § 85. Ac dein ibi aegrotavit, per 

cocoa, macuil [il] huitl * in mococo, quinqué dies aegrotavit, turn mor- 



XVIII, avec une « traduction » très arbitraire, et par Antonio Peftafiel : colección de 
documentos para la hist. Mexicana, Méx., 1899, Cantares, N^ XLV, p. 38 [sans tra- 
duction]), on trouve Tintci^essant passage qui suil : 

yaqui yacauhtehuac Nacxitl TopiUzin,onquiquizlic^ yechoquililo in (opUhuAnahuay 
ye y auh in poliliuitiuh nechcan Tlapallan hoay « il s*eu est allé, il est parti, NmexUl 
Topiltsin [Quelzalcohuatl) ; ils sont sortis [les Toltt^ques), nos seigneurs, qui furent 
déplorés, hélas ! il va mourir à Tlapallan ». 

Ntichcayan Cholollan oncan ionquizaya Poyauhlecatitlan in quiya-panohuiya y 
Acallan,.. « Il étaitàC/io/o/(an, tii quittas Poy«u^/«ea<c7/aii, il passa Veau k Acallan.., n. 

1. Tlapallan « lieu de la couleur rouge ». On trouve d^autres synonymes tels 
que Tlillan Tlapallan « pays de la couleur noire et rouge » (pays des peintures, des 
Mayas) ; Tlatlayan c lieu de brûlement » ; Tlillapan Tizapan ; Nonoualco {Onoaaieo) 
ilahlolli ymocuehcuepyan « pays des étrangers, où la langue est changée », 
au sens de Yucatan, Tabasco et Campeche. » Cf. Torquem, II, 45, p. 79 ; III, 3 (I, 
p. 256);Chimalpain,VlI,p.28, 29, 37;Sahagun, X, 29,§3; Cod. Vat., A., 15; premiere 
partie de THistoria de Colhuacan y de México, § 53. Malheureusement juste a ce 
point le récit de Thévet (edid. de Jonghe, 1. c, p. 40) est tronqué. Cod» Zumarrags, 
ch; 8 ; Motolinia, 1. c, 1, cap. 30, p. 48 ; Ixtlilx., Relac, tomo I, p. 55-5^ ; Hist. Chi- 
chimeca,p. 24, etc. Très importantes pour cettequestion senties dernières recherches 
faites par M. Seler, voir Commentar-zum Cod. Borgia, vol. II, p. i ss., et cr Einiges 
über die natürlichen Grundiagen mexikanischer Mythen », Zts. f. Etkn., Berlin, 
vol. XXXVII (1906). 

Il faut distinguer les Toltèques mythiques des Toltèques protohistoriques et histo- 
riques. Il est possible que la substance des légendes de Quetzalcohuatl soit d'un carac- 
tère lunaire, mais cela n'explique pas tous les traits, tous les détails des traditions. 
Le grand et très difficile problème de Torigine des Toltèques et de leur cul- 
ture n'est pas encore résolu : les Mexicains ont-ils adopté la civilation toltèque ou 
Tont-ils développée eux-mêmes? Les Toltèques sont-ils venus de Torient, de Touest, 
du nord? Sont-ils les propagateurs d'une culture semblable à celle des peuples du 
Yucatan ou sont-ils les véritables inventeurs d'un fond de civilisation commun à 
toutes les cultures mexicaines et centro-américaines unies par les idées religieuses, 
le culte, les sciences, mais, pour la plus grande partie, absolument différentes quant 
aux langues ? 

Dans notre texte, la migration de Topiltzin porte des caractères plus historiques que 
dans la première partie de THistoria de Colhuacan y de México (§ 53). Elle correspond 
à la migration des Toltèques (ibid., §82-85), qui en 1064 (ce tecpatl) sortent et se 
dispersent sur Cintoc.,. Chapollepec.,. Colhuacan, Cholollan, Teohuacan, Cozemi" 
lan, Nonohualco, Teotiilan, vers les pays des tierras calientes, Tabasco (Co»p¿ico) et 
Soconusco [Ayollan^ Mazallan). 

i. Cf. mist, de Colh. y de México, l'« partie, §52 : Quetzalcohuatl^ avant 8amort,8e 
couche dans une caisse pendant quatre jours {auh çan nauilhuitl yn iepetUcaloo 
onoça). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DBS AIiaBNS MBXIGAUIB 285 

ninia[nj yeicmiqui. Auh in oonmo^ tuus est. Quo mortuo corpus cre- 

miquUli, niman icquiüaüque * tlac*- maverunt. 
tlac «. 

g 86. Aubin Topiltzin ^ ompo- § 86. Ac Topiïizin LVI annos 

hual xiuhti on caxtoUi ipan ce xi- naius erat. Eodem anno 1 acuil 

huitl^; can noceaca/ZinicoUin inic [quo natus] in viam se dedil, ur- 

ya inic quicauh in ialtepeuh in To/- bem suam Tollan reliquit^ aique 

(an, auh inic mic nahui tochtli in anno 4 iochili TUpallan mortuus 

ompa TUpülUn. est. 

§ Q7. Auh in Tollan niman ye § 87. Neque To/(a/i ulli principes 

aoc tlatlaca^ mamani,tlatohuaniti ^ [antiqui] fuerunt, recentes reges 

inic ce [i] toca Huemac'^y inic omey facti sunt: primus nomine Huemac 

Nequameti^fiaicey TlatlacaUin^^ secundus nomine Nequametl^ iér- 

inic nahui itoca Huiizilpopoca ^^, tius [nomine] r(a//Acal2Í/i,quartu8 



i . Dans la i'* partie de 1*HÍ8Í. de Colh. y de Mexico, c*est Queiztílcohuatl qui se brûle 
lui-mèine et meurt. Ici on brûle son cadavre (cf. IxUilxocbitl, Relaciones, 1. c, p. 55 : 
M y él fué el primero que fué quemado »>). 

2. Ce mot semble corrompu. On attend : qui-tlaii-que yn í-íImc; Ifacilî « le corps». 

3. TàrpU-Uin « notre cher Seigneur », nom de QuetxaleohuM (Hist, de Colh. et de 
Mexico, 1" partie, § 24). 

4. TopiUzin était âgé de 56 ans (lorsqu'il mourut). Il était né en ce Acall. Il mourut 
en \ iQthtlic, celsi fait en effet un cycle de 52 années et 4 années de plus. D*après 
la l'« partie de THist. de Colh. et y México, il était né et mort en ce- acali, il 
auraii donc vécu de 843 (p. Chr.) à 895 (ibid., § 24 et 54). Ibid., § 59, on lit qu'il éUit 
âgé de 53 ans. Mais d'après la tradition de Teizcoeo (ibid., § 32), il serait mort dès 
2 acal/, 883 p. Chr. (2 ftcail Teizcoeo tUiolli ypan mic QuetzuhohuaH TopUtzin ToiUn 
ColhuMcan), 

5. Le texte distingue entre tUcail « seigneur ueiiUUohuftni m roi te. Aoc ¿iallaca» il 
n'y avait plus de seigneurs de l'antiquité » ; les autres représentent une nouvelle 
série. Cf. note 1 page suivante. 

6. tUtohuani-ii (c devenir roi ». 

7. HuemfLC ; l'étymologie de ce nom est difficile. D'après la l'* partie de l'Hist. de 
Colh. y de México \% 68*89), ilaurait régné de 994 (p. Chr.) à 1070. Sous lui, oa sépara 
de la royauté la suprématie sacerdotale qui y avait été réunie par QuetoaícoAual/. 
Une grande famine causa les sacrifices d'hommes (le tUcalUixtli et le tUcMxipoua^ 
liziU) ; sous lui, les Toltèques commencèrent à se disperser et, fâché de cela, il se 
pendit dans la caverne Cincaleo auprès de ChapoUepec. D'après d'autres sources, 
Huemac serait à identifier à Quelzalcohuatl même ; mais, d'après Torquemada (3, 7 
I p. 256), Huema^ est l'ennemi de Que/xa/co/iua</. 

8. Nequa-metl « mellis potatrix ». Cf. Hemandei (Romae, 1651), fol. 273. Ici nom 
propre. 

9. Tlailaeaizinj nom propre, composé de llacatl « seigneur • et du révérenlicl tzin. 
iO, HuUzil'popoeat nom propre, composé de huUzilin v colibri » et de popoca 

«fumer. » 

Société du Américaniiiu de Parié. 10 



Digitized by 



Google 



286 



SOCIÉTÉ DES ÁMÉRICAN1STE8 DE PARIS 



OC no iz nahuiniin in i[n]toca in 
quincauhtia Topiltzin ^ 

§ 88. Auh Nonohualco^ tlato- 
huani iioca Huetzin ^, niman ye 
motetzahuia ^j ye quitto [quitta] 
in tlacanexquimilli ^ in tlaca hue- 
yac 6. Auh niman ye yehuatl in 
aquin ^ tequaya. Auh niman ye 
quitoa in Tolteca : « Toltecayé, 
aquin ye n[te] qua? » Niman ic 
quipiafchia] ^, niman canque. 
Auh in ocanque, telpochitontli 
amo tlanetentzotzoyotian ^, niman 
ye quimictia. 

§ 89. Auh in oquimictiqne, ni- 
man ye ontlachia in itic a tie iy ol- 
io, atle icuitlaxcol, atle iyezo *'-. 
Niman ye iyaya ^K Auh in aquin 
quin[m] ocui'^ ic miqui, auh in aca 



nomine Huitzilpopoca, Eadem qua- 
tuor nomina sunt eorum qui Topil- 
tzin suecesserunt. 

§ 88. Ac dein Nonohualco prin- 
ceps nomine Huetzin portenium 
accepit. Vidit omen TUcanexqui- 
milli, fascem longum et vividum. 
Ac dein id homines devoravit. Ac 
dein Tolleca dixerunt : o Tolteca^ 
quis homines dévorât ? Turn id 
viderunt, ceperunt. Quod cum ce- 
pissent, puerulus fuit aetatis qua 
imberbes sunt pueri. Turn eum 
mactaverunt. 

§ 89. Quo necato in ventre eius 
nullum cor, nulla intestina, nullum 
.sanguinem conspexerunt. Turn pu- 
tuit. Quiscumque eum tetigit, ob 
eam causam mortuus est. Eorum 



1. Dans la I''* partie de THist. de Colb. et de Mexico, les successeurs de Qaeizal- 
cohuall avant Huemac sont : Matlacxochitl (895-930), Nauhyotzin (930-933), Afaííacoc- 
tzin (933-973), Tlilcoaizin (973-994). Ils seraient les tlallaca ». Cf. note 5. ad §87. 

2. Ici Nonoualco ne signifierait pas les pays de Yucatan, Tabasco et Campeche, mais 
une localité aux environs de Tollan, Cf. p. e. le quartier Nonoalco cité par Sahagun, 
II, 34 ; IX, 14. 

3. Huetzin est nommé comme un seigneur de Colhuacan dans THist. de Colb. y de 
México, l'* partie, § 96, comme le 3« roi des Toltèques à Tollan (Torquem, I, 14, 
I, p. 37). Huetzin Nonoualcatl, comme 5« roi de Tollan (Torquem., III, 7, I, p. 254). 

4. nw-tetzahuia de tetzauUl « portentum ». 

5. Tlacanexquimilli^ fantôme qui parait la nuit. Cf. Sahagun, V, 12. Cf. TeotUcanex- 
quimilli «vulto ceniciento... o Dios sin pies ni cabeza... » ; Boturini, « Idea »,p. 16-17. 

6. ¿A tlaca hueyac^ on peut traduire : ils voyaient, les (hommes) un fantôme, un 
grand ; les hommes voyaient un fantôme, un grand ; où : Huetzin vit un fantôme, un 
grand, vivant. Je ne sais pas si le terme tlaca-hueyac existe. Je préfère ilaca comme 
sujet de la phrase. 

7. in aquin « celui qui «. 

8. pia ne donne pas de sens. Il faut lire chia « voir ». 

9. amo tla-ne-tentzofzoyo-ti-an^^ amo tla-ne-tentzotzonyo-ti-yan « temps où Ton n*t 
pas de barbe »> ; tentzontli « barbe », tentzon^yo « ayant barbe ». — Yan signifie le 
temps. 

10. i-yfizo « son sang », forme abstraite en yotl du mot eztU ou yezili « sang », 
il. iyaya, n « heder, o tener mal olor » (Mol. II). 

12. Il faut lire qui-mO'Cui ou qui-on-cui. 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ÁNQENS MEXICAINS 



287 



amo qui nequi in itlan quiça, auh 
in je cenca ic micohua *, Niman 
je quihuillana ^ amo huellolini. 
Auh in cotoni^ mecatl in quexquich 
huetsi oncan miqui. Auh iniquac 
olliniy in quexquich ipan ye[a]- 
uh * ixquich miquti[oJ ^ , ixquich 
quiqua« 

§ 90. Auh iniquac in huell ool- 
lin quicencauhque * ye ixquich in 
tiapolihui '^ in btiehueizin, in pi- 
piltzintli, in cibuatzintli. Chicuei 
in mecaÜ ic quimecayotique, nima 
[n] ye ¡c quihuillana. In ocaxi- 
tíque ^ in lizocan ^, niman ye ma- 
cocui 1^, auh in quihuillanaya, amo 
quicauhque ^* in mecatl ; çan iiech 
pipicaticaque ^^ auh in aca ca con- 
pic*3 in itech onmopillo** in mecatl, 
niman ic quihuicac in aco ^^. 



etiam qui ad eum propius accederé 
nolebant multi mottui sunt. Tum 
trahere eum conati sunt, moveri 
autem non potuit. Funis dirupit ; 
quisquis cecidit, ibi est mortuus. 
Cum vero sese moveret, omnes 
quicumque adfuerunt mortui sunt, 
omnes devora vit. 

§ 90. Cum is moveri posset, 
omnes qui hoc fecerunt, senes, in- 
fantes, feminae perierunt. Funi- 
bus octo eum constrinxerunt, tum 
traxerunt. Cum Itzocan eum trans- 
portassent, in sublime sublatus est. 
li autem qui eum traxerunt, funes 
dimittere non potuerunt iisque de- 
pendebant et quisquis funem pre- 
hendit, ei adhaesit, tum eum in su- 
blime sustidit. 



1. micohua « on mourut », passif iodéierminé en oua. 

2. Cf. uilana.nUla « arrastrar algo » (Mol. II). 

3. colonic quebrarse la cuerda o el hilo, soga » (Mol. II). 

4. in quexquich ipán y auh « tous ceux qui étaient là présents ». Cf. ipan niauh 
[n-iauh] « atinar o acestar en algo, o passar por donde otro está, o encontrar con el » 
(Mol. II). 

5. miquUf ü faut lire miquillo. 

6. qui-eencauh-que, cencaua « finir, achever ». 

7. tla-polihui « on périt » (des vieillards, des femmes, des enfants). 

8. o^'axi4i'quey verbe causatif en tia du verbe aci ; axi-tia « faire arriver, trans- 
porter ». 

9. Itzocan -=. lizizocan (aujourd'hui Isucar) ; dans le Codex Mendoza (44, 11) ce lieu 
est cité avec Quauhquechollan. 

10. m-8co-cifî« se lever en haut ». Cf. aco « arriba, o en lo alto » (Mol. II). 
il. qui'Cauh-que, caua « quitter, abandonner, lâcher ». 

12. pipica-t'ica-que, cf. pipicaticac « estar goteando alguna cosa » (Mol. II). 

13. Au lieu de conpic on pourrait lire c-o/i-cai-c ; conpic dériverait de pi « pelar, o 
sacar de rayt los pelos, o coger yervas sin arrancar las rayzes délias » (Mol. II). On 
peut traduire : chacun de ceux qui voulaient se détacher (co/ipîc), ou chacun de ceux 
qui touchaient la corde {concuic). La narration de Tenfant puant est relatée par Tor- 
qiiemada (I, 14, I p. 37, 38). 

14. on-mo-piloy cf. pi7oa. nino « agorcarse, o colgarse j) (Mol. II). 

15. Il est bien remarquable que le même épisode de Tenfant sans cœur, etc., qui ne 
peut pas être entraîné par des cordes, figure parmi les traditions toltèques dans le 
Cod. Vatic, A (3738), fol. 8 v. 



Digitized by 



Google 



288 



SOaÉTÉ DBS AMÉBICA14ISTES DE PARIS 



§ 91. Auh niman ye otlaina * in 
Huemàc quimótlani ^ in Tlaloque. 
Niman quilhuique in Tlaloque : 
« Tlein tictlani? Niman quito in 
Huemac : « Nochalchiuh noque- 
tzal. » Aub ye no ceppa quilhuique 
in Huemac : « Çan ye no yehuatl 
in tictlani tochalchiuh toquetzal. » 



§ 92. Auh niman ye otlania onte- 
tlan 3 in Huemac, Niman ye hui 
in Tlalloque in quipatlazque ^ in 
/Tuemacinquimacazque yehuatl ^ in 
ellotl; auh in inquetzal tocquiz- 
huatl ^ ipan tentiuh ^ in ellotl. 

§ 93. Auh amo quicelli quito : 
« Cuix yehuatl in onictlan, cuixamo 
chalchihuitl in quetzalli ? Auh inin 
xicitquican ^ ! » Auh niman qui- 
toque in Tlalloque : « Caye qualli. 
Xoconmacacan in chalchihuitl in 
quetzalli, auh xoconcuican in to- 
chalchiuh in toquetzal ^ ! » Niman 
concuique, niman ye hui, niman 
quitoque : « Ca ye qualli ; ça oc 



§ 91. Ac dein Huemac homines 
cepit. Deos pluvios lusu superayii ; 
tum Tlaloque dixerant : in quid 
lusisti? ffiiemac dixit: in gemmas 
meas virides measque plumas 
quetzal. Atque iterum Huemac 
dixenint [ Tlaloque] : Nonne est hôc 
solum in quod lusisti, in gemmas 
nostras virides nostrasque plumas 
quetzal ? 

§ 92. Ac aún Huemac praemium 
in quod luserat abstulit. Tum Tla- 
loque ienint ut Huemac rem pretio- 
sam vicissim darent, ut ei zeae pa- 
niculam donarent. Plumae quetzal 
enim eorum folia sunt zeae ruiicum 
in quibus paniculae succrescunt. 

§ 93. Ille autem non cepit dixit- 
que; Num hoc illud est in quod 
lusi^ num haec sunt gemmae viri- 
des plumaeque quetzal ? Haec po» 
tins affertote ! Tum tlaloque 
dixerunt : bene se habet : date [ve- 
ras] gemmas virides plumasque 
quetzal^ auferte autem ab eo nos- 
tras gemmas nostrasque plumas 
[idest zeam] ! Tum abstulerunt, 



1. O'iU'ina « il fit des prisonniers », tU signifie les esclaves. 

2. tlàniy cf. tUnL nite « ganar à otro -jugando, o eo juego » (Mol. II).â,cf. Carochi^ 
p. 200. 

3. on-te-'tUn « il avait joué arec les (TUloqu9t). >. 

4. patU « changer, donner un objet précieux en échange ». 

5. ^eAiia^/ signifie Tobjet ellotl {elotl) « maçorca de mayz verde que tiene ya qua- 
jados los granos » (Mol. II). 

6. locqüizhuail =z toc + izhuall ; toctli « porreta ó mata de mays, antesque 
espigue » (Mol. II), izhuatl « feuille ». 

7. tentiuh « croître ». Cf. tentiuiliztli « avenida o crecimiento de rio » (Mol. II). 

8. xi-c-itqui-eaity il serait plus correct d'écrire xiquitquican « apportex-Ies ! » (cf, 
note 2 ad § 97). 

9. Le sens est celui-ci : donnez-lui les véritables pierres et plumes vertes, mais 
6tez-lui le mais ! 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DES ANaBNS MEXICAINS 289 

tocontlatia ^ in tochalchuih, oc ilaii- ierunt, dixerunt : bene se habet, 

hiouiz 2 in Toltecatl çan tel ^ nauh- nunc gemmas nostras [zeam] re- 

xihuitl. » condimus. Nae, Tolteca porro per 

annos quatuor inopiam patientur! 

§ 94. Ach niman ye cehuetzi; § 94 Primo dein glacies cecidit. 

auh inic huetz in cetl, centla- Glacie cadente frumentum (zea) in 

nauatl ^ poUiuh in tonacayotl, teci- orbe terrarum periit, grando ceci- 

huitl ^ cehuetz. Auh çan iyoca ^ in dit. In urbe Tollan sola calor solis 

Tallan intla tonal man 7. Mochi fuit talis ut exarescerent arbores, 

huac^ in quahuitl, in nopalli ^, in cacti, aloae. Atque omnes lapides 

metl ; auh in tetl moch xixitin *^ calore dirupuerunt, dissilœrunt. 
tlatlapan ^^ tonaltica. 

§ 95. Auh in ye tlaiyohuica in § 95. Ac Tolteca multa passi, 

Tolteca in ye apizmiqui. Niman fame mortui sunt. Si forte quem 

ye xochimiqui *^, in aço ca ca [captivum] pater habet, sacrifica- 

it(l)atzin quimopiellia *^. Niman ye tur [captivusj. 

quimocohuia ^^ in totoltzin, niman Turn aves miseros empserunt, 

i. tiy-c-on-tUtia =: tUc-on-ílatia par harmonie des voyelles (voir note iSadj 23) 
« nous cachons » (le mais), c*est-à-dire : il y aura une famine parmi les Toltèques. 

2. ttû'iihioui-x « il souffre ». Cf. iUyhiouUiztli « tormento, fatiga à pena que se 
padece ». Racine oui « cosa dificultosa, o peligrosa » (Mol. II). 

3. tel t< empero, más » (Mol. It). 

4. Centlanauatl « entier, dans tout le monde ». Cf. cemanauac « el mundo n^ cem* 
anauatl « (idem) » (Mol. II). Sur Tétymologie de ce mot très intéressant, cf. Saler, Ges. 
Abhdlg., II, p. 49-77. 

5. teeihuiU « granizo » (Mol. II). 

6. iyoca « seulement \k Cf. çan iyuca « solamente à particularmente t (Mol. I). 

7. Ce passage offre des difficultés. Tonalman est le prêt. d*un verbe ionalmani 
« la chaleur règne » (cf. ioaalqaiça, « estar en alguna parte e tiempo que no lleve o e 
estio » (Mol. II); intla indique une relation conditionnelle; la phrase suivante: mocki 
huac.,, est la conclusion. On pourrait traduire : Ce n*était qu*à Tollan que U chaleur 
était si grande que toutes .les plan tes se séchaient. 

8. kuac^ prêt, de kuaqui « se sécher ». 

9. nopalli « tuna » (espèce de cactus rond). 

10. xixUini u deshacerse, o caerse pared^ o sierros ». 
il. tlatlapani « hazerse pedaçosalgo ». 

Í2. xochi-miqui, expression métaphorique qui signifie : sacrifier symboliquement. 
Cf. le participe xochi-miç-^ue « captivos en guerra, los quales eran sacrificados y muer- 
tos delante los Ídolos » (Mol. II). Cf. xoeki-yaoyotl « guerre feinte ». 

13. Il faut lire probablement : in aço ça ca itàtzin quimopiellia. Le sens de la phrase 
entière Seibble le suivant : si le père tient quelqu^un (esclave) en prison, celui-ci (le 
prisonnier) est sacrifié (pour apaiser la divinité) ». 

14. qui-mo^ohuia^ verbe réfléchi et causatif, a le sens du verbe simple coua. nitla 
«comprar algo » (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



290 



SOCIÉTÉ DBS AMÉRICANISTES DE PARIS 



ye motamalhuia, niman ye tla- 
qua ^ 

§ 96. Auh Chapoltepec^cmÜeL" 
pilco ^ motlalli inpan ^ namaca 
illamaton ^. Niina[n] ye commoco- 
huia in panitl ^, niman ye yauh in 
ipan miquiz in techcatl. Auh in 
oacic in nauhxihuiil, in oma- 
yanque ^, niman moteitiitique ^ in 
Tlalloque oncan in ChapoUepec in 
oncan ca ail. Niman ye hualpan- 
huetzi ^ in xillotl in tlaquaqualli ^^. 
Auh oncan ca ce tlacail Toltecatl 
quitztica ^^ Niman ye concui in tla- 
quaqualli, niman quiquaqua. 

§ 97. Auh niman oncan atlan 
hualquiz *^ ce ilamacazqui Tlalloc^ 
niman ye quilhuia : « Macehuallé, 
ticiximatici*'.? » 

Niman quito in Toltecatl : ca 
quamaca toteoyé ! ca ye huecauh in 



tamales sibi paraverant, turn id 
ederunt. 

§ 96'. Atque fine Chapolie.pec ve- 
tula quaedam consedit inter hoaii- 
nes vendens. Tum vexilia empse- 
runt, tum ierunt morituii super la- 
pidem sacrifica torium. 

Sed cum quartus annus advenis- 
set, cum famem passi essent, Tlar- 
loque hominibus sese ostenderunt 
ChapoUepec^ ubi est aqua. Tum e 
profundo prosiluit panicula zeae, 
cibus. Ibique To/^eca// quidam fuit, 
praeteriit. Tum cibum cepit avî- 
dusque edit. 

§ 97. Ac dein ex aqua Tlaloc 
sacerdos evenit, tum dixit : o sub- 
jects hoccene tibi est notum ? 
Tum To/^eca// dixit : sanequidem, 
o deus noster ! Nempe jam diu ea re 
privati sumus. Ac dein dixit, bene 



i. On ne mange que de misérables oiseaux et des tamales à cause de la famine. 

2. Chapol-tepec « lieu de sauterelle », nom d'une roche et localité située au bord 
occidental du grand lac de Mexico où la branche méridionale de la digue touche la 
rive. 

3. cuitlapiUi «queue », cuiilapilco a à la ñn de... j>. 

4. in-pan « entre eux ». 

5. illama-ton « vieille femme », ilamatl avec le diminutif /o/i. 

6. panitl [panlli ou pamitt) « drapeau » est le symbole du sacrifice. 

7. o-mayari'que, ^véi, de may ana « souffrir famine». 

8. mO'te-Ulïrti'que^ réfléchi du verbe ittUia, causatif d*c7/a c< voir ». 

9. huai -panuelzi, cf. panuelzi.ni.ual « salir de baxo del agua » (Mol. II). 

10. tlaquaqualli u la nourriture ». Cf. tlaqualli « comida (ó vianda) » (Mol. II). 

11. qu-itzti-ca ; Uztia (causatif d' iita) et lYz^iut signifient « aller, se promener ». Cf. 
Sal^agun, Ms. (Ill, 1, § 1) : cemilhuitl quitztica ompa nenca ciuatl.,, « un jour y alla 
une femme ». 

12. Cette tradition rappelle celle du Codex de 1576 qui traite de la fondation de hi 
capitale Tenochtitlan ; d'après ce récit, Axolohua descend dans Teau et y voit le Tlaloc 
(Cod. 1576, p. 46). 

13. li'C'iximaticin connais-tu cela ici? » ; iximati.nitla « conocer algo generalmente» 
(Mol. II) ; ci = ici (iz'i) u aqui, aca » (cf. Paredes, Compendio,'^. 154). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DBS ANCIENS MEXICAINS 



291 



tictopolhuique ^ Auh niman quil- 
kui : « Ca ye qualli, oc ximoüalli, 
oc nicilhui ^ in tlacatl. 

§ 98. Auh ye no cepa callao in 
alian. Auh amo hueca huato, niman 
ye no cepa hualquiz in quihualit- 
quic yellotl ? cenmalcochili *. Ni- 
man je quilhui : « Macehuallé, 
izca xicmaca in Huem&c ! » 

§ 99. Auh conitlani ^ in teteo in 
Tozcuecutx ^ ichpoch in Mexitin^ 
ca oc yehuantin in quiquazque, in 
achitzin in conquatiaz ^ in Toltecaíl^ 
ca ye polihuiz in ToUecatl^ ca ye 
onoz in Mexicatl ^. 

§ 100. Auh nechca in quimacati- 
hui oncan in Chalchiuhcoliuhyan^ 
in Pantitlan, auh niman ye quino- 
notzaio *^ in Huemac^ yuh quilhui, 



se habei ; conside, cum principe 
ipse coUoquar. 

§ 98. Atque iterum in aquam 
intravit. Haud ita multo post re- 
diit, paniculas zeae attulit quantum 
brachium capit. Tum dixit : o sub- 
jecte, hocce da Huemac. 

§ 99. Ac dein a Toscuecuex 
puellam Mexicanorum petiverunt. 
Nam et ii edent, paulum autem e- 
det ToUecail ; Toliecatl enim peii- 
bit, Mexicatl pro eo in terra in- 
colet. 

§ 100. Eamque [puellam] hue de- 
dit Chalchiuhco'iuhyan, Pandilan, 
Ac dein ille id Huemac narravit, 
ita dixit ut Tlaloc ei jusserat. Ac 



1. ti-C'to-polhui-que^ verbe réQéchiet applicatif de polotL « perdre, déli*uire ». Cf. 
popolkuilié.nitetla « détruire quelque chose à qi]e]qu*uo ». 

2. ni-^'ilhuif il serait mieux d'écrire ni-qu-ilhui (cf. note 8 ad § 93). 

3. y^lloilwm tloH u mais ». 

4. een maUochtli « une brassée », part, passif de malcochoa, nitla « abarcar algo » 
(Mol. II). 

5. c-on-UIdni ; Ulani a prier ». 

6. To^ueeuex « qni porte un bracelet de plumes jaunes ». Le nom, qui est aussi 
connu comme celui d'un chef des Mexicains emigrants (Cbimalpain, p. 270). se trouve 
aussi dans le 3« hymne (v! 7) dédié au dieu de la pluie, Tlalac (cf. Seler, Ces. Abhdlg., 
p. 980). Il est donc certain que Tozcuecuex a des relations avec le Tlaloc. Dans notre 
textej Tozenecuex sacrifie la petite fille QuetzalxochUzin en Thonneur de Tlaloe. 
Il faut remarquer à ce propos que les Mexicains, aux temps historiques, pendant la 
fête Atleaulo {Quauiil eua), sacrifiaient à la montagne de Tepetzinco une enfant 
nommée Quetzalxoch (Sahagun, II, 20), Cette fête était célébrée en Thonneur des 
Tlaloqueê. 

7. e-o/i-^ua-^ca-2 u il ira manger ». Cf. quatiaz, nie « yo ire comiendo » (Mol. II). 

8. Ici lés Mexicains sont pris pour les successeurs directs des Toltèqucs. 

9. Chalchtuhcoliuhyan est synonyme de Pantitlan (ou aozioc) ; ce dernier nom 
signifie un tourbillon au milieudu lac deMexico (cf. Sahag., 1,21 ; II, 25; Tezozomoc^ 
1. c, chap. 70, p. 517) où Ton sacrifiait pendant la fête i4</câua/o des enfants (Duran, II, 
p. 142; Sahag., II, 20). Chalchiuh-coliuh'yan semble indiquer ce même tourbillon: 
« lieu de Tondulation verte ». 

.10. qui-nonotza-to, cf. nonotza, niila « informar, 6 contar y relatar historia » (Mol. IT). 



Digitized by 



Google 



292 



SOCIÉTÉ DBS AMÉRICAfilSTES DE PARIS 



in O yuhqui nahuati in Tlalloc ^ 
Auh niman ye ilaocoja in Huemac; 
niroan ye yuhqui ^ onca ye yax ^ in 
ToUecatlj onca ye poUihuiz in 
Tallan. 

§ 101 . Auh niman quimonihua ^, 
quimoniiilanomentin itiila[n]huan 
*n ompa Xicococ^ itoca Chiconco- 
huatl^ ihuan CuetlachcohuatP 
quitlanito in Mexiiin imichpoch 
itoca Otie/2a¿rocAi¿2in^,ayainohuei 
oc piltzintli. 

§ 102. Auh niman onyaque in 
ompa XicocoCj niman ye quimil- 
huia : « Ca techihua' ca conitoa ca 
omoteitiitique *^ in Tlalloque, qui- 
tlani ^* in imichpoch in Mexica, » 

§ 1 03. Auh nima[n] ye mo[ç]ahua*2 
naub ilhuiil in quineçabuillique ^^ in 



dein Huemac maestus fuit ; turn eo 
res progressae sunt, ut Toltecail 
abiturus et urbs Tollan peritura es^ 
set. 

§ 101. Ac dein clientium suo- 
rum duos nomine Chiconcohuatl 
et Cueilachcohuatl misit atque le- 
ga vit, ut puellam nomine Queízal-- 
xàchitzin iamnon adultam,jam to- 
fantem, a mexicanis peterent. 

§ 102. Ac dein \Arîeococ profecti 
sunt iisque dixerunt : raittunt nos, 
dicunt : Tlaloqae hominibus sese 
ostenderunt, petunt Mexicanorum 
puellam. 

§ 10«^. Ac dein Mexicani per 
quatuor dies cibo abstinuerunt, 



i. La construction est la suivante : yuh in yuhqui o nnhuati « il parla ainsi, ainsi 
que le Tlaloc lui avait mandé ». 

2. niman ye yuhqui « alors il en venait au point a, 

3. ya « marcher ». Cf. yaqui « emigrant ». 

4. Le sujet est toujours Huemac, 

5. Xicococ semble correspondre à une des quatre montagnes nommée Xieoeoil où 
Queizalcohuail dépose ses épines d!agave (Hist, de Colh. y de Mexico, i^ p., § 32), 
située au près de Tollan, Xicotl et Xocotl sont, vanatile» d'une même racine ; les 
voyelles î et o se changent aussi en d'autres cas {^náxiílazlH et maxoiUzUi « anillo 
de dedo » Mol., camilehua et camolehua « se brunir »). 

Ainsi Xicocotitlan correspond à Xocotitlan où arrivent les Toltèques, emigrant de 
Tullantzinco, avant de s'établir à Tollan (Sahag., X, 29). 
ô. Chicon-^ohuatl « 7 serpent >», nom propre. 

7. Cuetlachcoatl, nom propre composé de cuetlachtli « lobo » et coati « serpent ». 

8. QuetzalxochUzin « fleur qui s'est élevée », nom propre ; spécialement nom de 
la victime filiale sacrifiée en l'honneur de Tlaloc (voir note (J ad § M). Sur Torigine 
de tels sacrifices d'enfants, cf. la Í" partie de l'Hist. de Colhuacan y de México, 
§ 70. Ici les enfants des seigneurs sont tués à Xochiquetzaly yapan, à Huitzeoe et à 
Xieoc, 

9. tech-ihùa « ils nous envoient », 

10. Cf. note 8 ad § 96. 

11. qu'iilani u ils demandent ». 

12. Il faut lire mo-çaua « il jeûna ». 

13. qui-ne^huilirque, prêt, de neçauilia. nite « traer luto por muerto » (Mol. II). 



Digitized by 



Google 



TRADITIONS DBS ANaSNS MEXICAINS 



293 



Mexica. Auh io otlan ^ nauhilhuiti, 
niman ye quihuioa in PantitUn 
quihuicac in itàtzin, niroan ye qni- 
mictia. 

§ 104. Auh ye no ceppa oncan 
quimottitique ^ in Ttalloque quil- 
huique in Tozcuecuex : « Tozcue- 
cueyé, ma ca xitlaocoya ^, centic- 
huica ^ in mochpoch, xictlapo ^ in 
miyeieco[n] ^. » Oncan quihualla- 
lique in iyoUo in iehpoch ihuan in 
ixquich nepapan ionacayoil, quil- 
huique : « Nican ca in quicuazque ^ 
in Mexica^ ca ye pollihuiz in Tolte- 
catl ». 

§ 105. Auh niman ye ic hualr 
mixtemi ^ o nima[n]yeic quiyahui ^ 
cenca tillahua ^^ nahuilhuitl in qui- 
yauh. Cecemilhuitl, cece[y]yohual 
ipan ail quallo^^ Nima[a] ye ixhua^^ 
in nepapan quilliil^^, in ye ixquich 
in xihuitl ^^ in çacatl ^'. Auh can 
nen <^ moyocox in ixhuac in tona* 



vesiesque lugubres induerunt. Ac 
diebus quatuor transacUs pater fí- 
liam suam Paniitlan duxit, tum 
earn necavit. 

§ 104. Atque iterum Tlaloque 
sese ostenderunt, dixerunt Tozcue- 
cuex : o Tozcuecuex , ne maestus 
sis, iiliam tuam adducas, reclude 
tabaci receptaculum tuum ! Ibi 
filiae cor deposuerunt una cum 
omnibus variis zeae speciebus, di* 
xerunt : hocce est quo Mexica ni 
vescentur, quia homini Toltecatl 
pereundum est. 

§ 105. Ac deiu [coelum] nubi- 
bus obductum est, tum pluit, ma- 
gna vis imbrium eíTusa est, per 
quatuor dies pluit. Unoquoque die, 
unaquaque nocte tota aqua sucta 
est. Tum varia viridia germinave* 
runt, omnes herbae, omnia grami- 
na. Zen autem sterilis orta est ere- 



i. o-^AA, prêt, du yerbe tUmi « être fini ». 

2. qui-mo^i^ttUk-que « ils se le montrèrent ». 

3. Le sens est prohibitif quoique la conjonction maca ne soit pas construite avec 
le prétérit du verbe {xUla-oeoya ; on attendrait xitU-f^ox). 

4. Le verbe est eenrhuica « accompagner ». 

5. xi'C'tUpo « ouvre ! ». 

6. ni'iye-tecon « ta calebasse de tabac », ietl « tabac », iecom-atl « vase, bofte ». 
Le yetecomatl est un symbole de |a fécondité (cf. Seler. Comment, z. ; God. Vat. B. , 
Beiiin, 1902, p. 255). 

7. On écrirait mieux qui-qua-x-que, 

8. mixtemi « hazer fiublado » (Mol. II). 

9. quiyahui z=z quiahui « il pleuvait », du verbe quiaui « llover » (Mol. I). 

10. tiiaua « Uover mucho» (Mol. II), « llover reziamente » (Mol. II). 

11. atl qua-lo « Feau est mangée », c*est-à-dire <« tout ce qui était tombé de pluie, 
chaque jour et chaque nuit, fut absorbé (par la terre) ». 

12. Cf. ixua f< nacer la planta, o brotar la semilla » (Mol. II). 

13. quÜUl << verdura, o yerras comestibles », xikuitl « yerva », çaeatl » paja » 
(de mato) (Mol. III). 

14. nen « en vain », c*est-à-dire « sans fruit, vide ». 



Digitized by 



Google 



294 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTBS DE PARIS 

cay oil. Aiihniman ye toca * in Toi- vilque in altitudinem. Ac dein no- 
neca// in cempoalli in ompohualli^ biscum Tólteca^ cum viginii, qua- 
cacique^yecuel * yahuallihui ^, can draginta hominibus humum fecun- 
cuel iu mochiuh in tonacayotl orne daverunt ; celeríter zeae frútices 
ítcatl inic ipan xiuhtonallí. se rotundaverunt, celerriine zea 

provenit, idque anno 2 acail. 
§ 106. Auh ipan ce tecp&tl ^ in 

ye poUihui Toltec&tl ye iquac in § t06. Atque anno / tecpatl 

callao in Cincalco '* in Huemac. Tolteca perierunt eo tempore quo 

Auh niman cequi[n]ti[n] temo cuep- Huemac [cavemam] Cincalco intra- 

que, auh cequintin in nohuiancen- vit. Ac dein alii re versi, alii quoquo- 

manque ^. versum divisi sunt. 



1. to-ea « avec nous » (« de nosotros», Mol. II). 

2. in cempoalli in ompohualli « vingt, quarante » est Fattribut de ToHecatl ; « avec 
nous »| c'est-à-dire avec 20 ou 40 Tchèques. . . 

3. c-^ei-que ; le verbe aci a ici un sens spécial : act signifie non seulement « arri- 
ver », mais aussi ce ayuntarse camalmente el varon con la muger » {ie-tech n^^ci) 
(Mol. l) ; on peut traduire ici « féconder la terre » (avec le sang de 20 ou 40 Tol- 
tèques). Cf. la l'* partie de l'Historia de Ck>lhuacan y de México (§ 76), où Tintrodue- 
tion des sacrifices d'hommes de la Huaxteca est relatée ; voici le passage le plus 
remarquable : ca ye tihui yn ToUan amo^a tlaUtech t-acirz-que « nous allons main- 
tenant avec vous à Tollan pour féconder avec vous la terre ». 

4. cuel signifie « vite, hàtif » (des fruits, du blé) . Cf. çaneuelcayoil « temprana, 
fruta » (Mol. 1), çancuelyoil u fruta ô otra cosa temprana » (Mol. II). 

5. yahuallihui cf. yaualiui « hazerse redonda la mata de mayz antes que haga 
cafia » (Mol. TI). 

6. Celte indication est d'accord avec la i*^ partie de l'Historia de Colhuacan y de 
México (§ 82) ; au dernier ms. l'année ce tecpatl (i silex) correspond, à 1064 de l'ère 
chrétienne. 

7. Cincalco « lieu de la maison de mais », nom d'une caverne auprès de ChapoUe^ 
pec où, d'après la 1'* partie de THist. de Colh. y de México (§ 89), Huemac se pend 
(en 1070). Sur cette caverne, cf. Sahagun, XII, 9; Tezozomoc, 1. c, cap. 103-105; 
Duran, 1. c, I, cap. 67 ; cf. Seler, Comment, z. ; Cod. Borgia, II, p. 56. 

8. mo-cuep^que n ils retournaient» ; te semble être corrompu, mais je n'ose pas don- 
ner une conjecture; cen^man-que du verbe cen-/na/i{« apartarse los que estaban jun- 
tos yéndose cada uno por su parte » (Mol. II). Les Toltèques se dispersent donc par- 
tout. Cf. I'* partie de THist. de Colh. y de México (g 85). D'après ce document, il 
viennent jusqu'aux pays des Anauaca où ils habiteraient encore aujourd'hui (ce 
seraient donc les habitants d^Anauac Xicalanco et Anauac Ayotlan == c&te du golfe 
mexicain (Tabasco, Campeche) et côte pacifique (Soconusco, etc.). 



Digitized by 



Google 



SOaÉTÉ DES AXÉRICANISTES DE PARIS 



295 



INDEX 



Ae^lUn, § 84. 

Apan^eMil, § 78, 82. 
ApMteuciU, §20, 31, 50, 55, 5«. 
ilyo/lan, §84. 
MWttl, § 32. 



eaeolletin, § 48. 
eoçMuhqui Ucpatlf § SS. 
eoçauhqui TUloque, § 35. 
eoAuali, §78. 
ColhuacMn, § 59. 
ConuilUn, § 57. 
Coma<<eca,§57. 
coxcaquauhtU^ § 77. 
CiieliaeA<H>^ua<i, § 101. 
ciie/íacA<íl,§42, 78, 79, 81. 
Cui7<Qn,§78, 83, 
Cuî<(aeAcîAuaf(, § 50, 55. 
Cuûrcoc, § 84. 



Çaconco [.»], § 84. 

ce acatl, § 4, 85. 

ce Acatl (= QuetxkkohuëH), § 75, 75, 77, 

79, 80, 82, 83, 84. 
ce cam, §11. 

ceníxon AíixcoAua, § 50, 52, 54, 76. 
ce leepatl, § 6, 9, 50, 106. 
Cetl (= TlahuizealpanteuctU), § 45. 
eetoehtU,% 19. 
Cî/ioacoibuali H Qui'iacAliî, QuuUUU) 

§30,76. 
Cincalco, §106. 
Cipactonal, §34. 
CUUlUionMc, § 15, 20. 
Cîlialmleoe, §15,20. 
çoçoUinj S 28. 
(;oifon,§ 78, 83. 



Ch 

CAaZco, § 84. 

Chàkhiuhapézeo, § 30. 

ChalckiuhcoUukyan (= Paniîllan), § 100. 

cAaicAiuAomi/<, § 21, 27, 28. 

Chàkkiukieyahualeo, § 23. 

ChapoUepee, § 96. 

eAian, § 35. 

chicóme aeatl (^ Nanahuatl), § 40. 

chicóme malinalli^ § 2. 

chicóme tecpatl^ § 9. 

Chicomoztoc^ § 57. 

CAiconcoAua<i, §101. 

cAtciiac«/i «calí (= Tonatiuh),% 37. 

cAîeuacen xocAii/ (= Tonaiiuh), §37. 

chichime, § 17. 

CAtmalman (cf. JfuiteiiaAuac ciAuali), 

§49,70,75. 
ChiucnauhSpan^ § 45. 



ei<o<{, §92,98. 
etl, § 35. 



H 



huaahtU, § 35. 
£rueAue<oeaii,§ 69. 
Jfuemac, § 87,91, 92, 98, 100, 106. 
Huetzin, § 88. 
Huicilollinqui%20,Zi. 
Httiizilopochai,% 46. 
HüiizUpopoea^ § 87. 
HuUxnahuac, § 70, 74. 
HuUznahuac cihua (cf. CAimalman) § 73, 
75. 



1 



ilhtticatl, i ii y 12,15,19,20. 
lUoean, § 90. 
Itapapalotl, § 64, 66. 
Uiac Çhakhiohtlieue,^^. 



Digitized by 



Google 



296 

IxUe teepatl, § 65, 66. 
UUe r¿ii/ocutf, § 35. 



Maçatsoneo, § 84. 

mamaça (oontetl in intxontecon), § 58, 60. 

mailactli omomt cohuatl^ § 6. 

MecUli(TlaUeuctli) § 5i. 

MetzUi(QLnahui tecpail), § 39, 40, 42, 47. 

Mexica, §51, W, i02, i03, 104. 

Jllcír*<ítt,§51,99,101, 

Micteca^ g 25, 

Mieilan,i2i. 

Micilancihuatl, § 21. 

MictlanUuctU, § 21 , 23, 24, 25, 28. 

michihuauhtli^ § 35. 

Mimieh {ct. Mimixeohua), g 58, 60,62, M. 

mimichiin^ § 10, 14, 15. 

Mixeoaiepetl^%n, 

Mixcohuatl, g 49, 50, 55, 56, 66, 70, 71, 

72,73,74. 
Mixcokua (cf. Munich, Xiuhnel, eenlxon 

^'h § 50, 58. 
mizquitl, § 55, 

N 

nahualli (de Quetzalcohuatl), g 26, 29. 

iuiAuîa«,g 10. 

imAiiî oeeloil, g 2. 

naAoi o<m (cf. ToiM^itiA), g 36, 44, 48. 

nahui quiahuUl, g 7. 

nahui tecpatl, g 39, 41, 

nahui tochtli, g 86. 

nahui xochitl^ g H. 

Nanahuatl (cf. chicóme acatl), g 34, 35, 

36,38,39,40,41. 
Napateuctli,^ 39. 
naiiA ?ca//, g 5. 
ATeçciamel/, g 87. 
Nochpallicue^ g 46. 
Nona, g 12. 
NonohuakOf g 88. 
iVo/8, gl2. 



acuilme, g 24. 

oc*ío/í, g 37, 42, 53, 78, 79, 81 (cf. tequa- 
nime). 



THADITI0N8 DES ANCIENS MEXICAINS 



oçomaiin, g 5. 
omaxac, g 48. 
orne aca//, g 19, 105. 
orne calli, g 17. 
Oxomoco, g 34. 
oxtotl, g 72. 



Pantitlan{cL Chalchiuhcoliuhyan), g 100, 

103. 
Papaxtac, g 47. 
pipilpipil, g 9. 
pipiltin, g 9. 
pipiolme, g 24. 
Pochtlan, g 69. 



çuaiiAi/î, g 37, 42, 78, 79, 81. 
QuauAf/tçoAciaciA, g 50, 55, 56. 
quecholicpalli, g 43. 
Quetxalcohuatl (cf. ice ^ea//, Topiltxin, 

UiUzcatl,% 20, 21, 22, 26, 27, 29, 30, 

31, 32, 33, 36. 
Quetxalxoehiizin, g 101. 
QuiUchili (= QuilUxili, cf. CiAoacoAua//), 

§30. 
Quillaztli (= QuilachiU), g 76. 



TamoancAan, g 30, 32, 36. 

tecciztli, g 23. 

reco/ima, g 68. 

techcatl, g 96. 

tentlapalli, g 43. 

teocomitl, g 63. 

ieomicohua, g ^6. 

TeotexcaUiy g 36, 37. 

Teotihuacan, g 36, 46. 

/eo/¿ac, g 48, 59. 

ieollalli, g 58. 

Tepanquizqui, g 20, 31. 

tequanime (cf. ocelotl), g 83. 

texcacohuatl, g 83. 

Texcatlipoca (cf. TUlâeahuan), g 16, 19. 

TUlacahuan (cf. fesca^Ji^poea), g 16, 20, 

46. 
llacanexquimilli, g 88. 



Digitized by 



Google 



SOCltTá DES AMÂRICANISTES DE PARIS 



297 



Topilizin (cf. QnettalcohutLtl)^ % 36, 86, 

87. 
ToU, § 54. 
totoçanme, § 80. 
iotolme^ § 7. 
7otomi<i, §53. 
7o«cii«cuex, § 99, i04. 
TxapotUn, % 84. 
txihuac, § 53. 
ixihuacmitl^ § 54. 
IxîaîimiiM, §48, 63. 
rso/itomoo,§3i. 



TUhuizcalpanteuctli (cf. Ce</), § 45. 

7"lai(amamac,§ 31. 

Tl^lUmanqui^ § 20. 

<£Am,§1. 

7*¿aloc (¿(amacaxçuî), § 97, iOO. 

TUlotanteucili, § 39. 

TUloque, §35, 91, 92, 93, 96, 102, 104. 

TUUeuctU, § 20, 51, 53. 

<lao/iî, § 13, 32. 

TUpalUn, § 84, 86. 

TUtUeatxin, § 87. 

tUtUuhqui ateatl, § 32. 

ilatlauhqui Ucpatl, § 65. 

tlatUuhqui Tlaloque, §35. 

¿leçuaAuît/, §18. 

ilequiahuitlf § 7. 

tliUzcatl (= Queizalcohuall), § 32. 

TfofopetI, § 50, 55, 56. 

Tíó/ii,§37, 42, 44. 
iochtecomatl, § 47 . 
<ocA<iî, § 78. 

7oçoi//c, §12. 

7oUaii,§36,86, 87, 94.( 

Totteca, § 88, 93, 95, 96, 97, 99, 100, 104, xiuhtoctli, § 35 
105,106. Xochiquetzal.^i^. 

Tonacaeihuail^ § 43. xoxouhqui tecpatl, § 65. 

Tonacaiepetl, § 32, 33, 34. œoxouhqui Tlaloque, § 35 

roiMCjU6ue¿ii, § 38, 43. 

tonacayo//, § 35, 94, 104, 105, Y 

ro/ta/i, § 54. 
"Tanaliuh (cf. ehieuacen éëcatl, chicuacen Yapalliicue^ § 46. 

xoehiil, nakui olin), § 36, 44, 45, 47, yayauhqm iecpail, §65. 
48, 52, 53, 54, 57 . yeieeomatl, § 104. 



Xietio, § 84. 

Jieoeoc, § toi, 102. 

mieotin^ § 24. 

xî;<oI<,§96. 

jr¿uAica/i, §76. 

XUthnel (cf. AfîxcoAita), § 58, 60, 61. 

Xiuhteteuetin, § 64. 

XiuhteuclU, § 38. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA SOCIÉTÉ 



SÉANCE DU MARDI 9 JANVIER 1906 

Pr¿sidbnce de m. le D' E.-T. Haut, mbxbhb db l'Institut 
ET DE l'Académie de MéoECiNE. 

Le procès-verbal de la séance du 5 décembre 1905, rédigé par M. Froidevaux, 
est lu et adopté après quelques rectifications de détail proposées par MM. Mar- 
cel, Boman et Diguet. 

M. Lbjeal procède au dépouillement delà correspondance. La correspondance 
imprimée se compose des périodiques et ouvrages suivants: Glohas (t. 
LXXXVIII, n- 21 à 24, t. LXXXIX n» 1) : Ymer (collection complète de 1898 
à 1905); Bulletin of the American Geographical Society (t. 37, n» 12, 
décembre 1905); Bulletin of the Brown University (vol. 11, n* 4); Univer- 
sity of Pennsylvania, — Transactions of the Department of Archaeology 
(vol. 1, part. II) ; Anales del Museo nacional de México ( t. II, n^ 10) ; Boletín 
del Cuerpo de Ingenieros del Peru (n** 26) ; Bevisla de la Facultad de Letras y 
Ciencias de La Habana (novembre 1905) ; Museon (t. VI, n^* 3 et 4) ; Bulletin 
de r École d'Anthropologie de Paris {décembre 1905) ; Les études géographiques 
et historiques de Felix de Azara^ par Luis Maria Torres ; La Edad de la 
Piedra en Patagonia^ par Felix F. Outès. 

La correspondance manuscrite, outre les excuses de MM. le duc de Bassano, 
le comte de Charencet, le comte de Cr¿qui Monfort et Froiobvaux, comprend : 
P des lettres ou dépêches de MM. Boman et de Villiers ou Tbrragb^ relatives à 
Torganisation de la séance ; 2o, de M. de La Rosa, relative à uhe prochaine 
communication sur les premières fondations de cités espagnoles en Amérique; 
3®, de M. Charles Ph. Peabody, à propos du meeting de VAmerican Anthro- 
pological Association^ tenu en août 1905, à San Francisco ; 4o, de M. le baron 
HuLOT, au sujet d'une demande de renseignements, formulée par M. Tabbé Bos- 
CARY, curé de Palenque (Chiapas) ; 5^^ de M. Raoul de la Gràssbrib, relative à 
un projet d'article ; 0^, de notre collaborateur, M. le D' Rivet, donnant des 
nouvelles de son exploration péruvienne ; 7**, du vice-président du XV* Con- 
grès international des Américanisleé à Québec, à propos de l'organisation de la 
session; 8^ delà bibliothèque de Stuttgart et de la Columbia University ^ con« 
cernant le service des échanges. 

Le Président ou le secrétaire, après chacune de ces lettres, communique 
la solution donnée à Taffaire en cause. M. Lbjeal fait ainsi approuver un 



Digitized by 



Google 



300 ñoatrÉ des anericanistes de paris 

léger changement dans le mode d'envoi du Journal aux correspondants de la 
Société à Tétranger. 

Il lit plusieurs passages d'une correspondance de Mexico, émanée de M**Roux. 

M. le Président souhaite alors la bienvenue à M. le D' Walter Leumann, 
assistant à la section américaine du Musée royal d* Ethnographie de Berlin. Avant 
de passer aux communications inscrites à Tordre du jour, M. Hamy fait renvoyer 
à la réunion de février l'élection pour la place de membre d'honneur, vacante 
par le décès de M. Jules Oppbrt. 

Il prend ensuite la parole pour la lecture de son travail sur la déesse mexicaine 
Yxcuina* et présentela très belle pièce enweméritequi faitTobjet de cette lec- 
ture. La statuette présentée, aujourd'hui en la possession du D' Ribemont- 
Dessaignes, provient delà galerie du célèbre collectionneur Damour. C^estuo 
chef-d'œuvre de la sculpture en pierre dure qui offre le grand intérêt de corres- 
pondre exactement à la monographie de Sahagun sur la déesse aztèque des 
accouchements et à la planche du Borbonicus qui développe la Treizaine 
rituelle présidée par Yxcuina. 

Après cette communication très appréciée, M. le D** Lbhmann lit Tétude pré- 
vue au programme sur la mosaïque mexicaine^ ses procédés et ses prinoîpalet 
Oeuvres connues. M. Lehmann insiste sur les pièces de la a Christy's collection )» 
(Londres), le Xoloil du Musée de Vienne et le « double Jaguar > de Berlin. 
La conférence est complétée par une série de très beaux dessins et d'aquarelles. 

Une seconde communication du D' Lehmann a pour objet une curieuse terre 
cuite à face humaine de Moche (province de Trujillo, Pérou), aujourd'hui con- 
servée au Musée de Berlin qui la tient de M. Martin Berendsohn. En compa* 
rant les altérations du visage à différentes planches de l'ouvrage d'Alibert sur 
les maladies de la peau. M, Lehmann arrive à cette conclusion qu'on se trouve en 
présence d'un cas de lèpre tuberculeuse précolombienne. 

M. Hamy exprime à M. Lehmann les remerciements de l'assemblée pour ses 
deux très attachantes lectures. Un échange de vues auquel prend part aussi 
M. Vbrneau, s'engage entre le Président et le conférencier, à propos de la 
seconde des deux notes qui sera insérée au Journal^ avec planchea l'appui'. 

Vu l'heure avancée, M. Lejbal se borne à déposer sur le bureau son compte 
rendu de l'œuvre archéologique et mexicaniste du Congrès de Stut^art'. Il 
attire l'attention de l'Assemblée sur les recherches récentes de M. de La Roncierb 
relativement aux captures de galères espagnoles par les corsaires françaisdu 
XVI* siècle. A l'aide d'inventaires et de pièces d'archives, M. de La Roncière 
est parvenu à fixer la destinée de quelques-uns des objets d'art mexicains enlevés 
par nos marins aux flottes de l'Espagne. M. Hamy se joint à M. I^jefrl pour 
appuyer sur l'importance de ces résultats et, sur sa proposition, la Société 
décide d'inviter M. de La Roncière à venir personnellement faire un exposé sur 
cette curieuse <]ue8tion. 

La séance est levée à 6 heures 10 minutes. 

1. V. Journal, nouv. sér. t. III, p. 7. 

2. V.Journsl, nouv. sér., t, lîl, p. 136. 

3. V. Journal, nouv. séi., t. lII, p. Í23* 



Digitized by 



Google 



ACTES DE LA BOClÉntÈ 301 



SÉANCE DU MARDI 6 FÉVRIER 1906 

PftiiSIOBNGB DE M. LE D' K.-T. HaMY, MEMBRE DE l'InSTITUT 
ET DE L*ACAD¿M1B DE M¿DBCINE 

La séance est ouverte par la lecture du procès-verbal de la réunion du 9 jan- 
vier qui est adopté. Le secrétaire dépouille ensuite la correspondance. La cor- 
respondance manuscrite se compose, outre les excuses de MM. le duc de Bassano 
et Henri Froidevaux, d'accusés de réception du Journal, et de lettres de 
MM. de Bassano, Protat, de Jonghb, Vignaud, Koch, relatives soit à l'adminis- 
tration, soit à la rédaction de notre périodique. La correspondance imprimée 
comprend : 

G/oAii«(1906, t. LXXXIX, n*» 2-3-4-5) ;i4/iiencan Anthropologist (octobre- 
décembre \d05); American Antiquarian and Oriental Journal {novembre- 
décembre I90b) ; Smithsonian Institution, Annual fíeport {\90i) ; University of 
California, Bulletin (septembre 1905) ; University of California, Begister [\^Ar 
1905); Boletín del Cuerpo de Ingenieros de Minas del Peru (n«» 27-28); Bulle- 
tin et Mémoires de la société d'Anthropologie (1905, n*>3); Bévue de t École 
(t Anthropologie (janvier 1906). 

Ont été reçus, en outre, les hommages suivants : Mémoires de Boussingault, 
offerts par M. Htoltzer ; The Huntington California Expedition by Franz Boas 
(envoi d'auteur) ; Die Mylhen und Legenden der Sûdamerikanischen Urvôlr 
ker von D' Paul Ehrenreich (envoi d*auteur) ; The Morphology of the Hupa 
Language by Pliny Early Goddard (envoi d'auteur) ; Basket Designs of the 
Northwestern Californie by A. L. Kroeber (envoi d'auteur). Enfin la « Smith- 
sonian Institution » fait hommage de son dernier iln/ioa/ Beport et la « Library 
of Congress », de sa Want List of American Historical Serials, 

M. le Président prend la parole pour diverses communications. Il signale 
d'abord la fête commemorative, organisée par VAmerican Philosophical Society 
et rUniversité de Pennsylvania pour le 200* anniversaire de la naissance de 
Franklin. Cette fête aura lieu à Philadelphie, les 17, 18, 19 et 20 avril. M. Hamy 
regrette, à ce propos, que la Société des Américanistes et, surtout, le Museum 
n'aient pas encore été avisés delà solennité, ce qui jusqu'à nouvel ordre, ajourne 
toute manifestation officielle. Pendant son séjour en France, Franklin a eu de 
fréquents rapports avec le Jardin du Roi et a suivi le cours de Brongniart en 
1769. M. Hamy rappelle, d'autre part, la mort récente du général Mitbb, 
membre d'honneur de la Société depuis sa fondation. Une lettre de condoléances 
sera adressée à la famille de Tillustre homme d'État, qui fut aussi un des pro- 
moteurs des études américanistes en Argentine. Enfin, le Président propose, ce 
qui est adopté, l'envoi d'une lettre de félicitations collectives à M. le duc de 
Loubat, pour sa récente promotion au grade de commandeur de la Légion d'hdn- 
neur. 

Soeiéié des Ániéric&nisíesí de Paris, 



Digitized by 



Google 



302 SOaÉTÉ DBS AMÉRICANISTES DE PARIS 

L'ordre du jour appelant la nomination d'un membre d'honneur en rempla- 
cement de M. JulesrOppERT, M. Kmile Levasselr, membre de Tlnstilut, adminis- 
trateur du Collège de France, est élu à Tunanimité. Divers úoms sont rois ea 
avant pour la succession du général Mitre, à laquelle il sera pourvu ultérieurement. 

M. de ViLiBHDU Tbrrage, conformément à Tordre du jour, donne lecture, 
en le commentant, d'un document inédit du xviii" siècle relatif au Texas. 
C'est un mémoire rédigé et envoyé à Paris, en 1753, par Kerlerec, gouverneur 
de la Louisiane française, en vue d'un projet d'alliance avec les Cannécis, peu- 
plade indigène habitant les sources de la Rivière Rouge et voisine par consé- 
quent de la frontière franco-espagnole. En dehors de son intérêt pour l'hisloire 
des relations coloniales entre les deux pui&sances, ce texte permet de localiser 
un certain nombre de tribus indigènes et de postes européens situés aux con- 
tins de la Louisiane et du Texas. 

M. Lbjeal, après avoir, au nom de l'auteur, présenté l'ouvrage du D' Theodor 
KocH intitulé Anfànge der Kunsl im Urwald^donne lecture d'une communica- 
tion de M"** Jeanne Roux, de Mexico, sur l'état actuel des fouilles deTeotihuacan 
Ce travail, illustré de plusieurs photographies, fournit des détails précis sur la 
construction des pyramides et sur la méthode employée pour leur conservation. 
Il sera de même que le document apporté par M. de Villiers du Terrage, inséré 
dans Tun des prochains numéros d u Journal '. 

En fin de séance, M. Hamy fait part des récentes nouvelles qu'il a reçues, de 
M. le D' Rivet et annonce que notre collaborateur va très probablement pou- 
voir entreprendre une expédition complémentaire dans le bassin du Rio Napo. 

La réunion se sépare à 6 h. 15 après quelques échanges d'observations, sur 
la correspondance de Boussingault, dont M. le comte Ae Turenne Veut bien 
accepter de rendre compte. 



SÉANCE DU MARDI 6 MARS 1906 

Présidence de M. le D' E.-T. Hamy, membre db l^Institut 
ET DE l'Académie de médecine 

Le procès-verbal de la séance du 6 février est lu et adopté. M. Lbjeal ana- 
lyse ensuite la correspondance manuscrite qui comprend, outre cinq lettres 
d'excuses, des lettres relatives à l'organisation de la séance et à 1% rédaction du 
Joarnal. En outre, M. Emile Levasseur remercie la Société de son élection 
comme membre d'honneur, et M. le Duc de Loubat, des félicitations qui lui ont 
été adressées pour sa promotion au grade de Commandeur de la Légion d'hon- 
neur. La correspondance imprimée se cpmpose des périodiques suivants : 

Revue de rÉcole d'Anthropologie (février 1906) ; Bulletin et Mémoires de 

1. V. Journal, nouv. sér., t. III, pp. 53 et 65. 



Digitized by 



Google 



ÁCTB8 DE LA SOCIÉTÉ 303 

là Sociéié d^Anihfopologie (1905, n® 4) ; Rendiconti de U fíemle Accëdemia 
dei Uncei (1905, n^ 7 et 8); Globus (t. LXXXIX, n^ 6, 7 et 8) ; Ymer (1906, 
WÊfi 4)^ Balleiin of the AmericMn ënd geographicël Society (t. 79, 1906) ; Ame^ 
ricMn mnd AntiqaMtUn Journal (janvier-février, 1906); Revista de la Univers 
'aidad de La Habana (1906, q<» 1) ; Analfis del Museo nacional de México (1905, 
ft«^ Il et 12) ; RevisU del Museo nacional Salvadoreño (n»« 13-15). 

M. Lbjbal présente à T Assemblée le premier numéro du nouveau périodique, 
AfUhropoSy rédigé par un groupe de missionnaires catholiques. 11 propose, ce 
qui est accepté, d'établir l'échange avec cette revue qui promet d'être très 
utile. 

M . le Président annonce que les thèses et travaux de-notre collègue, M. Jules 
Humbert, viennent d'être honorés du prii Jemard, par la Société de Géogra* 
pbie< A propos d'une lettre de M. le baron H«lot, il revient brièvement 
sur le prétendu manuscrit de Taddeo Viseo de Gênes (texte et carte), relatif 
à une découverte antécolombienne de TAmérique, ou, tout au moins, des 
Antilles. 

L'ordre du jour appelle la lecture de M. Henri Vignaud sur le professeur 
Sophus Ruge et son œuvre ^ Dans ce mémoire, qui sera publié au numéro 
d'avril, l'auteur, après avoir indiqué les différentes questions d'histoire de la 
géographie sur lesquelles s'est portée la grande activité de l'érudit ail^n^nd, 
s'attache particulièrement à montrer les idées nouvelles, introduites par 
M. Ruge dans l'histoire critique de Christophe Colomb. Ruge fut le premier, 
ou l'un des premiers, à suspecter et à vérifier la légende de Colomb, cosmo- 
graphe Savant. Le premier, ou Tun des premiers en Allemagne, il a dépouiUé 
la navigateur génois de Tàuréole de sainteté et de vertu Wrale dont la tradi* 
lion l'avait indûment gratifié. Par là, il a jeté les bases d'une histoire colom- 
bienne vraiment scientifique et ouvert une voie nouvelle aux recherches sur la 
découverte de l'Amérique. 

Après M. Vignaud, M. Charles de La RoitciàaB communique le résultat de 
ses récents travaux sur « la conquête des trésors du Mexique et les expéditions 
de Veraziano en Amérique »>. La principale nouveauté de cet exposé porte sur 
trois points distincts : 1* un grand nombre de richesses (objets d'or et d'argent, 
mosaïques, tapisseries de plumes, manuscrits) du Mexique, envoyés au roi 
d'Espagne par Cortés et ses successeurs, ont été détournés par les flibustiers 
français; 2« le plus actif de ces corsaires fut. Jean Fleury, auquel M. de La 
Roncière a pu restituer sa véritable personnalité, trop souvent confondue, au 
moins pour certains voyages et expéditions de course, avec divers aventuriers 
de mer, notamment avec Verazzano; 3® aux entreprises des Dieppois vers 
l'Amérique, il faut opposer celles d'un syndicat de marchands lyonnais, très 
Iterdis, pendant le premier tiers du x^i* siècle. Pour illustrer ces démonstra- 
tions, en ce qui concerne la Course du capitaine Fleury et la défaite de l'escadre 
de Mendoza, en 1523, an large des Acores, M. de la Roncière présente la pho- 

1. V. /ottrna¿, nouv. sér., . III, p. 7. 



Digitized by 



Google 



304 SOCIÉTÉ DE» AMÉRlCàNISTJBS DE PARIS 

tographie d*ua vitrail de Téglise de Villeqaier (Seine-Inférieure) qui figure trèt 
probablement la capture des caravelles espagnoles. 

M. Haut remercie M. de La Roncière d'avoir bien voulu donner à la Soeiéié 
des AméricanUies la primeur d'une étude qui doit bientôt paraître au tome III 
de V Histoire de la marine française. M. Hamy adresse, ainsi que MM* Lshmaioi 
et Lbjbal, quelques questions à Torateur, au sujet de la destinée ultérieure dee 
trésors capturés par les Français. Car c'est là, dans la lecture qui vient d*ètre 
faite, un des points qui intéresse particulièrement le Mexicanisme. 

En fin de séance, M. Lehmann explique à l'Assemblée comment Tétude du 
Codex Xolotl de la Nationale (F. Aubin-Goupil, n** 1-10) Ta conduit à rectifier 
la pagination de ce document et à découvrir une page supplémentaire, facticemenl 
réunie à une autre feuille ^ Puis M. LiBjbal rend compte rapidement d'un travail 
manuscrit sur l'antiquité mexicaine, confié à l'examen de la Société par un 
correspondant de La Rochelle. Ce qu'il y a de plus intéressant dans ce cahier, 
ce sont les notes de voyage, annexées à l'exposé principal et qui ont le mérite de 
faire connaître Tétat, entre 1854 et 1860, d'un certain nombre de sites archéo- 
logiques importants. 

La séance est levée à 5 heures 55 minutes. 

1. V. /oornai, nouv. sér., t. III, p. 145. 



Digitized by 



Google 



NÉCROLOGIE 



Washington MATTHEWS 

Washington Matthews, un des représentants les pliis considérables de 
TAméricanisme aux États-Unis, était originaire d'Irlande. Né à Killiney, comté 
de Dublin, le t7 juillet 1843, il est mort à Washington, le 29 avril 1905. Fils 
d*un médecin émigré en Amérique, vers 1847, il fut dirigé par son père vers 
les études médicales qui lui inspirèrent un goût très vif pour l'anthropologie et, 
de 1860 à 1863, conquit ses grades à TUniversité de TÉUt d*lowa. Peu de 
temps après, il entrait comme volontaire, dans le corps des chirurgiens de Tar- 
mée. La Guerre de Sécession battait son plein,. Il y fit vaillamment son devoir et. 
Tordre rétabli, resta au service où il trouva une carrière très honorable, sinon 
la plus chère occupation de sa vie. C'est en 1865, à Ppri^Union, Montana, que 
se confirma sa vocation d'ethnographe. Médecin de ^talion militaire ( « post 
surgeon »), il prit contact avec les Hidatsa (Minnetareès et Grosventres) du 
Missouri, les Arickarees, les survivant de la tribu des Mandans qu'il observa 
avec diligence et sympathie pendant près de sii^ années. De ces premières 
études sortit le livre intitulé Grammar and Dictionary of the Hidatsa (New- 
York 1873, zxv-158 p.; .2^ édition, aux frais du gouvernement fédéral, dans les 
¿7. S, geological and geographical Survey Mi$e, Publications^ Washington, 
1877, 239 p. in-8^, sous le titre de : Ethnography and Philology of the Hida- 
tsa Indians), dont on a pu écrire : a , , ,tbe most important memoir on our 
aboriginal languages that had appared ^inre the ^rejat Dakota dictionary of 
RiggSf twenty six years before ». Cette œuvre signala Matthews à l'attention 
du Bureau of American Ethnology et de son chef PoweU, ce merveilleux devi- 
neur d'hommes. Sur le conseil de celui-ci, le jeune savant se fit désigner pour 
une garnison très lointaine. Fort Wingate, Nouveau-Mexique. 11 devait y 
passer quatre ans (1880-84), pour y revenir dix ans plus tard (1890-94), pendant 
une nouvelle période de quatre ans . Ces deux séjours tiennent une place capi- 
tale dans le labeur scientifique de Matthews. On leur doit repoKer la genèse 
des livres et des articles qur établirent définitivement sa réputation : 

M Navajo Silversmiths» {J^^ Ann. Rep. Bur. Ethnol.^p. 167-178, pi. 16-^20, 
Washington, 1883) ; 

« A part of the Navajo Mythology » (Amer. Antiquarian, t. V, p. 207-224, 
Chicago^ 1883); 

« Navajo Weavers »> (3^ Ann. Rep. Bur. EthnoL, p. 371-391, pi. 24-38, 
Washington, 1883) ; 

« Mythological Dry-painting of the Navajos » [Trans, Anthr. soc. Washing^ 
ton, vol. Ill, p. 139-140, Washington, 1885) et « Mythic Dry-paintings of the 
Navajos» (Amer. Naturalist, t. XIX, p. 931-939, Philadelphia, 1885): 



Digitized by 



Google 



306 SOCIÉTÉ DBS AMÉRICA.NISTE8 DE PARIS 

(1 Some Deities and Demons of the Navajos » {Amer. NaiurëUêt.^ i. XX, 
p. 841-850, 1886) ; 

« The Mountain Chant : A Navajo Ceremony » {5^ Ann, Rep. Bur. Etkn.^ 
p. 379-467, pi. 10-18, Washington, 1887); 

« The Rreiyer of a Navajo Shaman s (Amer. Anthropologist^ vol. I, p. 140- 
170, Washington, 1888) ; 

c Navajo gambling Songs » (Amer. Anthropologist^ vol. 11, p. 1-19, Was- 
hington, 1889) ; 

« The gentile system of thé Navajo Indians » (Joamsti Amer. Folk-Lore^ 
vol. Ill, p. 89-1 10, Boston, New- York, 1890) ; 

(( Navaho Legends » {Mem. Amer. Folk-Lore Society, U V, VI 11-299 p. in- 
8*, 7 pi. et 1 carte, Boston, New-York, 1897). 

tt The Night Chant ; a Navaho ceremony n {Mem. Amer. Museum ofNstturMl 
History, vol. V, Anthropological Series, XVI-332 p . , in-4'», 8 pi., New- York, 1902). 

Cette dernière publication est très caractéristique de Tesprit en^ partie non- 
veau, introduit aux États-Unis dans les recherches de folk-lore et de mydio^ 
logie, par Matthews et ceux qui, avec lui, fondèrent PAmerican Folk-Lore 
Society, destinée par la suite à une si grande prospérité. Avant eux, ces parties 
de Tethnographie étaient explorées surtout comme provinces de la littérature. 
Matthews et sa génération surent démontrer au public américain que Tintéréi 
d*un mythe ou d'une légende n'est pas seulement dans leur beauté esthétique, 
mais aussi dans leur valeur documentaire, dans leur importance religieuse et 
sociale. Le « Night chant i>, la monumentale monographie, publiée par le 
Museum of Natural History de New- York est, à cet égard, un modèle. Elle 
restitue la religion presqu'entière, les grands traits de Torganisation 
tribale de Navahos, par une série d'analyses minutieuses. Les proceden 
qu'elle applique sont, en somme, ceux du laboratoire. Et Matthews était, en 
effet, un homme de laboratoire, dont d'autres travaux purement somatolo- 
giques disent la rigoureuse méthode scientifique. La plupart furent réalisés par 
lui pendant son passage à V Army Medical Museum de Washington. De cette 
bibliographie si touffue, l'on ne rappellera ici que les « Human bones of the 
Hememway Collection » {Mem. National Academy of Sciences, vol. VI, p. 139- 
286, 57 pi., Washington, 1893). C'est, au point de vue de l'anthropologie phy- 
sique, le bilan de la grande ^t Southwestern Archeological Expedition ». On 
pourrait ajouter les articles de revues sur la consomption chez les Indi«>ns, les 
recherches sur les applications de la photographie à l'étude du crâne humain, 
l'invention connexe d'un nouveau système de craniométrie, etc... 

Ce genre d'étude et d'écrits et les recherches folkloriques ou religieuses men- 
tionnées plus haut, dérivent du même amour des faits précis et concrets. Si, 
d'ailleurs, Matthews observait, recueillait, disséquait sans amplifier, sans 
embellir, en naturaliste et en médecin, les traditions, les rites, les coutumes, 
il les sentait et les aimait et en artiste et en poète. Poète, il le fut aussi, pro- 
fondément. Il a chanté avec émotion, par exemple, la fin du paganisme améri- 
cain, la mort^es dieux aborigènes tués par le christianisme ^ 

1. Voir le poème intitulé « the Pagaq martyrs n. 



Digitized by 



Google 



NÉCROLOGÍE 307 

Sa bonté touchante, son amour des faibles^ le plaisir qu'il trouvait dans la 
société des enfants, le dévouement professionnel dont il fit preuve vis-à-vis des 
blessés de la grande guerre et dans plusieurs graves épidémies d'Indiens, le soin 
dont il entourait les animaux, enfin le courage résigné avec lequel il supporta 
les souffrances de ses dernières années complètent harmonieusement le por- 
trait moT^l de ce travailleur acharné, modeste et probe. 

L. LVBAL 

Girard de RIALLE 

Julien GnuBD db Riallb, né à Paris, le 27 septembre 1841, a' représenté la 
France dans la péninsule des Balkans, en Allemagne et auprès de diverses 
républiques sud-américaines. Un court passage dans Tadministration préfecto- 
rale, sous la Présidence de Thiers, puis à la tête des Archives du ministère des 
Affaires étrangères, complète sa carrière très honorable d'homme public. Peu de 
fonctionnaires et de diplomates ont rempli aussi studieusement leurs loisirs. A 
la Revue de Linguistique et à V Intermédiaire de$ Chercheurs et des Curieux 
qu*il dirigea pendant plusieurs années, il donna nombre d'importants articles 
qui témoignent d'un savoir varié, joint à une grande vigueur de pensée. M. Girard 
de Rialle s'était consacré principalement à la graminaire et à la mythologie com- 
parées, à l'ethnographie générale. Sous ces divers aspects, il étudia surtout l'Inde 
védique, la Perse ancienne et la préhistoire de la France. Mais il laisse aussi 
des écrits américanistes estimables.. Sans parler d'une étude sur les langues du 
Mexique (1867) et d'un Commentaire du Manuscrit Troano (1872) qu'on doit, 
aujourd'hui, juger un peu surannés, il y a d'excellentes choses dans le petit 
livre sur les peuples de l'Amérique, bien qu'il s'agisse d'un traité de vulgarisa- 
tion. Et la Mythologie comparée (1878), dont le seul volume paru est presque 
tout entier consacré à l'Amérique, a beau se réclamer modestement de l'auto- 
rité de Mûller de Baie, c'est un travail original, d'une documentation lé plus 
souvent personnelle, et fortement composé. L'idée maîtresse de l'œuvre, c'est 
que toutes les conceptions religieuses de l'humanité sont sorties, par voie d'évo- 
lution, d'un primitif fétichisme. De ce point de vue, les polythéismes anciens du 
Mexique, de l'Amérique centrale, de la Colombie et du Pérou sont décrits avec 
logique, clarté, exactitude et précision. Dans un autre ordre d'idées, M. de 
Rialle devait ajouter à nos connaissances sur la conquête du nouveau monde. 
Sous le titre : ic Sébastian Cabot et Charles Quint », il inséra, en 1890, au 
Bulletin de Géographie historique et descriptive (p. 24-34 et 282), un très bon 
travail, relatif au projet d'expédition contre le Pérou, par l'Amazone, qu'avaient 
préparés l'ambassadeur français en Angleterre, Boisdauphin, et John Dudley, 
duc de Northumberland. 

L^heure de la retraite venait de sonner pour M. Girard de Rialle. Il allait 
quitter la légation française de Santiago qu'il dirigeait depuis 1898, heureux de 
pouvoir se livrer désormais tout entier à ses études préférées, lorsqu'il est mort 
âgé de soixante-quatre ans. 

Nous avons appris, dans le même moment, qu'il désirait devenir des nôtres 
et qu'il n'était plus. Aux regrets de ses amis il nous sera permis de joindre 
ceux d*une Société qui se réjouissait d'acquérir en lui un adhérent laborieux, 
distingué et savant. 

h. Lbjbal 



Digitized by 



Google 



308 



SOaÉTÉ DRS ÁNÉR1CAMSTKS DE PARIS 



Jules OPPERT 



Nous ne nous proposons point, dans cette courte note, de refaire la biogra* 
phie, tant de fois écrite, ni d'exposer Tœuvre, tant d^ fois appréciée depuis un 
an, du grand assyriologue. Nous voulons simplement dire les liens qui nous 
unissaient à lui et offrir à sa mémoire Thommage que la dispersion des vacances 
nous empêcha, en août 1905, d'apporler sur sa tombe. 

Jules Oppert était Tun des fondateurs de la Sociéiédes Américanisles de Parié. 
Il en fut pendant dix années, Tun des vice-présidents d'honneur ; il y donnait 
l'exemple d*une rare assiduité. Il avait, de même, adhéré à presque tous les 
Congrès internationaux d'Américanisme, au milieu desquels il représenta sou- 
vent rinstitut de France. C'est une preuve, entre tant d'aulres, de l'intérêt que 
cet esprit d'une culture encyclopédique et d'une si belle activité portait á toutes 
les parties de l'histoire. 

Quand il prenait part à un débat d'américanistes, Oppert commençait, d'or- 
dinaire, par s'excuser avec une modestie un peu narquoise. « Je cherche à 
m'instruire m, disait-il. Mais le soi-disant amateur se révélait vite, à qui aurait 
eu la naïveté ou commis l'ignorance de le prendre au mot, comme admirable- 
ment instruit de l'archéologie précolombienne, des problèmes qu'elle soulève et 
de l'abondante littérature quails inspirent. Oppert affectionnait spécialement les 
discussions de chronologie et de linguistique. C'étaient aussi, on le sait, les 
sujets préférés de ses recherches d'assyriologue. Sur ce terrain, en Amérique 
comme en Orient, sa science de mathématicien et son génie philologique bien 
servis, d'ailleurs, par une force et une verve singulières d'argumentation le ren- 
daient redoutable. 

Oppert posait, sur le mode socratique, au « préopinant » qu'il voulait réduire, 
quelques questions d'allure inoffensive, puis, de question en réponse, dévoilait 
ses objections, presque toujours victorieuses. Que de thèses nous vîmes ainsi, 
par lui, s'effondrer en poussière et quels vilains quarts d*heure il lit passer à 
quelques-uns ! Il poursuivait surtout ceux qu'il appelait les « messieurs à sys- 
tèmes », défenseurs ou contempteurs des dogmes, et qui confondent Tapologé- 
iique avec l'histoire. Par cette attitude, sans avoir jamais publié aucun travail 
d'Américanisme, Oppert a certainement exercé une magistrature des plus fruc- 
tueuses sur le progrès de nos études. En confirmant les uns dans les bonnes 
méthodes, en y amenant les autres, sa critique fut salutaire à tous les travail- 
leurs. Elle était parfois un peu rude; elle n'était jamais malveillante; elle fai- 
sait des victimes, mais ne faisait pas de rancunes ; car elle savait toujours^ par 
un mot spirituel ou malicieux, atténuer les brutalités de l'attaque. Personne 
n'oubliera, chez nous, l'illustre collègue qui, dans nos réunions, apportait un 
si haul savoir et tant de bonne humeur. 

hi Lbjbal. 



Digitized by 



Google 



7<ÊCR0L0G1E 



309 



LE DUC DE BASSANO 

Hugues-Napoléon Marel, troisième duc de Bassano, mort à Paris, le 8 mai 
1906, éuit né k Meysse, le 8 novembre 1844. 

Il est des hommes qui n'ont que des amis. M. de Bassano, bien que son amitié 
ne fûl pas banale, était de ces hommes. A tous ceux qui rapprochaient, l'éléva- 
tion de son caractère, la finesse et la culture de son esprit, le charme de son 
commerce inspiraient biea vite un sincère attachement. Pour chacun d'entre 
nous, ce fut une douleur très personnelle de le voir emporté, avant Tâge, par un 
mal insidieux dont les alternatives avaient, à diverses reprises* donné Tcspoir 
d^une guérison. Après six mois, nos regrets sont devenus plus vifs encore, car 
nous apprécions plus exactement le rôle essentiel, dissimulé par sa modestie, 
que notre cher collègue tenait dans notre Société. 

Plusieurs séjours en Amérique avaient, dès sa jeunesse, inspiré la dbriosité 
des choses de l'Américanisme à M. de Bassano. Quand le duc de Loubat, son 
ami de quarante ans, et le D'' Hamy réalisèrent leur projet d'une association 
vouée à l'étude du monde ihdigène américain, le duc de Bassano se joignit à eux 
sur-le-champ. Il prit pour lui, dès l'origine, les ingrates fonctions de trésorier 
et, pendant onze ans, il les garda. Depuis plus longtemps encore, il intervenait 
dans l'administration de la Société de Géographie. A gérer ainsi de modestes 
intérêts scientifiques, il mettait le même zèle scrupuleux qu'avait apporté, 
avant lui, ceux de son nom aux grandes charges de l'Îitat. 

Toute son existence n'a été, du reste, qu'une longue * fidélité et un long 
dévouement. Entré en 1863, à dix-neuf ans, dans la diplomatie, attaché d'am- 
bassade à Turin et à Washington, puis rappelé à Paris auprès d'un ministre des 
Affaires étrangères qui avait distingué ses belles qualités, enfin, secrétaire à 
l'ambassade de Constantinople, il avait devant lui un brillant avenir d'homme 
public. Au 4 septembre, il sacrifia, sans hésiter, sa carrière à ses convictions 
politiques et il démissionna. 

Dès lors, il fit deux parts de sa vie. Il fut, auprès des princes qu'il aimait, le 
courtisan du malheur, dans la plus noble et la plus touchante acception du terme. 
Il accompagna l'impératrice Eugénie pendant son tragique pèlerinage du Zou- 
louland, en 1879. Mais il n'oubliait pas la France. 11 l'avait défendue en 1870-71, 
comme lieutenant de mobiles et sa conduite sur les champs de bataille autour 
de Paris, lui avait valu une proposition pour la croix. En se vouant, par la 
suite. Tun des premiers, à l'expansion coloniale, de la façon la plus généreuse 
et la plus éclairée, il a rendu à son pays de réels services, trop ignorés. 

Puissent ces souvenirs et Texpression émue de notre respectueuse sympathie 
être doux à la famille qui le pleure I 

La Sociéré des AMéaiCANiSTBs. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUE 



J. Garcia Icazbalgbta : VocabaUrio de Mexicanismos (Jules Humbert). — 
D' Th. Koctt : Anfànge der Kunsi im Urw&ld (Ed. de Jonghe). — D^^P. Ehrbn- 
RBicH : Die My then and Legenden der Sâdamerikanischen Urvôlker (L. Lejeal). 

Joaquin Garcia Igazbalgeta. Vocabulario de Mexicanismos^ por 
D. Joaquín Garcia Icazbalceta, obra postuma publicada por su 
hijo, Luis Garcia Pimentel. México, Tip. y Lit. <i La Europea », 
1905, in-8« da xvin.241 p; 

Ce livre de Garcia Icazbalceta complète la série des dictionnaires spéciaux 
que possèdent déjà la plupart des nations hispano-américaines. L'auteur a voulu 
faire pour le Mexique ce qui a été fait, pour le Costa-Rica, par M. J.-F. Perraz, 
dans ses NahuatlUmos ; pour la Colombie, par M. Cuervo, dans ses Apuntacione» 
crííicassobre el lenguaje Bogotano^ pour le Chili,'par M. Zorobabel Rodriguez, 
dans son « Diccionario de Chilenismos » ; pour le Pérou, par Juan de Arona 
(< Diccionario de Peruanismos ») ; pour Tile de Cuba, par Esteban Pichardo (« Die* 
cionario razonado de vozes cubanas »), etc. Une récente publication de \9l Revue 
hispanique sur les provincialismes argentins et boliviens montre Timportance 
que les milieux scientifiques attachent à ces recherches. Il est regrettable que 
la mort ait surpris le grand érudit mexicain avant qu*il ail achevé son œuvre, 
et il est à souhaiter que son fils, M. Garcia Pimentel, puisse achever, avec les 
matériaux paternels, et livrer au public le Vocabulaire des Mexicanismes dont 
le premier volume seul (A-G) a été publié jusqu'à ce jour. 

Dans la préface, M. Garcia Icazbalceta expose son but et retrace Thistoire 
des provincialismes mexicains. — Un dictionnaire de provincialismes ne doit 
pas ressembler à un dictionnaire de la langue officielle. Tandis que ce dernier 
est contraint à une grande sévérité ù«ius Tadmission des articles, le premier ne 
doit pas hésiter à tout prendre, le bon et le mauvais, le propre et Timpropre, 
le familier, le vulgaire même et le trivial ; il doH, en un mot, refléter, comme en 
un miroir, le parler populaire et c'est ce qui fait Tintérêt d'un ouvrage de ce genre. 

Quelle est lorigine des provincialismes hispano-américains? Beaucoup qui 
semblent nés sur le sol du nouveau monde, sont tirés de l'espagnol même ; 
mais ils ont disparu de la patrie primitive. Quelques-uns se retrouvent encore 
dans certaines provinces de TEspagne, en Andalousie surtout. Les conquiiia- 
dorei, en effet, et les pobladores avaient apporté avec eux la langue vulguire 
qu'ils parlaient dans leur pays 7 ils la répandirent partout, en l'augmentant de 
mots qu'ils inventaient pour suppléer à Tinsuffisance de leur propre idiome ou 
qi»1)t empruntaient aux langues indigènes pour désigner des objets inconnus ou 



Digitized by 



Google 



312 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAMISTES DE PARIS 

des idées nouvelles. Les colons espagnols, en passant d'une contrée à Tautre* 
portaient ces mois avec eux. C'est pourquoi les provîncialismes que Ton pour- 
rait croire spéciaux à une province,' se retrouvent dans des pays très différeots. 
Il est même arrivé, chose curieuse, que beaucoup sont revenus en Espagne, toit 
avec les colons, à leur retour, soit dans les actes administratifs et dans let 
pièces de toutes sortes, privées ou non ; c*est ainsi que nombre de mots améri- 
cains ont pris racine dans la péninsule. 

Tous les dialectes américains ont donc des provincialism es communs. Partout 
les procédés de formation ou de dérivation de mots se ressemblent. Un des plut 
heureux est la facilité avec laquelle les noms forment des verbes ; on a ainsi : 
festinar à côté de festinación, agredir à côté de agresión, extorsionar tiré de 
extorsion, harnear de harnero, etc. On trouve même chez les Hispano-Améri- 
cains des défauts identiques de prononciation : tous, par exemple, donnent le 
même son à c, «, et 2, à // et à y, ou encore ils unissent les voyelles qui en 
castillan ne forment pas des diphtongues, disant cài^ màiz, pàis^ en une seule 
émission de voix. Cette manière générale de parler, ainsi que la douceur du 
langage, remarquable surtout chez les femmes, sont dues apparemment à Tin* 
fluence des Andalous qui, dès les premiers temps de la conquête, vinrent nom- 
breux en Amérique. 

A côté des provincia lismes généraux, il n y en a pas moins, dans chaque con- 
trée, des idiotismes particuliers dus aux influences locales ou voisines. Au 
Mexique, les gens de Vera-Cruz parlent avec Taccent cubain ; dans les États 
de Jalisco et de Morelos, on rencontre beaucoup de mots aztèques ; dans celui 
d'Oajaca, des mots zapotèques, et dans le Yucatan, Tinfluence de la langue maya 
est considérable, même sur les pei^onnnes très instruites. Les autres langues 
européennes ont même contribué à modifier la langue primitive, et les États 
frontière du Nord du Mexique, par exemple, subissent la contagion inévitable 
de Tangíais. 

De là, une foule de disparates américains et une matière des plus fécondes 
pour un dictionnaire de provincialismes. 

Quant au fond même de Touvrage, il est des mieux conçus. Les diverses 
acceptions de mots sont nettement établies, et les différences de sens sont subti- 
lement analysées. Des exemples bien choisis font saisir les distinctions, même 
les plus légères (v. par exemple, à l'article cambiar,^ la discussion sur la confu- 
sion faite parfois entre cambiar et mudar ^ ; à Tarticle calmado^ la précision de 
la nuance entre calmudo et calmoso^ etc.). 

M. Garcia Icazbalceta ne borne pas ses recherches au Mexique ; il les étend aux 
autres pays hispano-américains. Les mêmes mots se retrouvent dans différentes 
contrées avec le même sens : c'est le cas de anchar, qui a remplacé partout 
ensanchar; ou bien ils ont passé d'un pays á un autre en changeant de signifi- 

I. Nous donnons une idée des citations faites à ce propos par Garcia Icazbalceta. . 
— u Aviso à Ud. que ayer cambié — • Como î No comprendo. — Quiero decir que me 
he* mudado : que me he ido à vivir à olra casa. >» — « Aguárdeme üd. un poco, que 
voy ft cambiarme. -^ Por quien ? — Digo que voy ¿ mudarme, à mudar la ropa. i> 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CRITIQUB 313 

cation, tel que china qui, au Pérou, désigne une indienne ou une métisse 
employée comme domestique, dans TÉquateur, une servante, dans le sens géné- 
ral, au Mexique, une femme du peuple de mœurs légères, tandis qu*à Cuba, au 
Guatemala, le mot est devenu simplement un terme de tendresse entre femmes. 

Parfois, les mots espagnols se sont déformés : c&iredal a pris la place de 
catedral^ dace celle de dalce, ciénega celle de ciénaga^ et M. Garcia Icazbalceta 
retrouve la même déformation en Colombie, au Venezuela, au Chili, dans 
l'Argentine. Souvent le sens des mots s*est étendu : amarrar embrasse au 
Mexique comme au Pérou et au Chili, tous les sens de atar^ et capaz s'em- 
ploie pour poiible et probable. 

A côté de ces di»parate$ de mots, M. Garcia Icazbalceta réserve une grande 
place aux locutions familières, et on trouve dans son livre Texplication, appuyée 
sur d'intéressantes citations, d'expressions comme : No es mala ánchela, ou vaya 
ona ancheta, qui s'emploie à propos des corvées ennuyeuses, ande Ud, ou 
ándele, pour amener quelqu'un à faire une chose, vaya Ud à freir chongos, 
pour congédier quelqu'un avec dédain, dar ou hacer carita, démontrer par des 
signes extérieurs que l'on répond à l'affection de quelqu'un, miren que caso! 
exclamation de surprise, angela maria, interjection d'approbation oa d'admi- 
ration, etc. 

Quant aux etymologies, et surtout les mexicaines, M. Grarcia Icazbalceta les 
discute savamment et ne les accepte qu'avec la plus extrême réserve (v. par ex. 
art. : chocolate, galpón, guachimango). 

Enfin, un des. côtés qui n'est pas le moins intéressant du livre, c'est la partie 
technique et historique. A propoa de termes particuliers, l'auteur entre dans de 
longs développements, sur les plantes spéciales du Mexique, par exemple (v. art. : 
granadita, amole, etc.), les animaux (art. : ahuizote, centzontle, etc.), la géo- 
logie {ceboruco), ou bien encore il nous donne de curieux détails sur les mœurs, 
les institutions politiques de l'ancien Mexique, son histoire et son organisation 
sociale (v. par ex. les art. : calpixque, guanaja, castas, etc.). 

Le Vocabulaire de Mexicanismes de Garcia Icazbalceta, s'il était achevé, ne 
serait donc pas un livre de pur^ linguistique d'une lecture fatigante, mais un 
ouvrage intéressant à consulter. Dans ce que nous en donne, aujourd'hui, la 
piété filiale, le savant, l'historien, le moraliste trouvent leur compte aussi bien 
que le grammairien ; bref, c'est une sorte de musée où l'auteur projetait de 
conserver « como oro en paño » le trésor de sa langue nationale et le souvenir 
des usages mexicains. 

Jules Humbert. 

D^ Th. Kogh-Grunbbrg. Anfànge der Kunsi im Urwald. India- 
nerzeichnungen auf seinen ReiseninBrasiliengesammelt. Berlin, 
Ernst Wasmuth, s. d. [1906], in- 8« obi. de xv-TO p., 63 pi., 
2 c. h. t., Itfig. d. 1. t. 

Ce serait une erreur de croire que, sous le titre de <c Débuts de l'art dans la 



Digitized by 



Google 



314 SOCIÉTÉ DBS ÁMÉAlCAinSTES DE PARIS 

Forêt Vierge », M. Koch ait voulu aousprésenter quelque dissertaiioa, quelque 
théorie nouvelle sur les origines de Tart. Rien de cela dans le beau volume 
sorti des presses de E. Wasmuth. C'est une importante contribution à Tétude 
concrète de Testhétique chez les peuplades qui habitent le haut Rio Negro et 
le Rio Yapura ; et cet art n*est primitif que pour autant que nous en comparons 
les caractères à Tart de l'époque préhistorique ou à Tart chez les enfants. 

Le livre de M. Koch vient à son heure. Depuis quelque temps, Tethnogra-* 
phie s'est attachée résolument el systématiquement à Tétude de la vie psy- 
chique des peuples de civilisation inférieure. Aucune forme de la vie des peuples 
ne la laisse indifférente ; mais il est indéniable, qu'en ces dernières années, les 
phénomènes religieux et les phénomènes esthétiques ont eu le privilège de 
passionner ses recherches d'une façon toute particulière. 

Comme l'indique le sous-titre, l'auteur s'est borné à l'art du dessin. Son 
étude estd'autant plus intéressante que, pour cet art, nous disposons de certains 
éléments de comparaison. En effet, Jules Crevaux s'était déjà décidé à publier 
certains dessins indigènes; dans la relation de son deuxième voyage, M. Karl 
von den Steinen leur consacre un important chapitre, et, tout demièremeut, 
M. Max Schmidt, dans le livre que nous avons analysé au numéro précédent 
de ce journal ^ étudie de plus près quelques spécimens de l'art du dessin chea 
les indigènes du Xingu. M. Koch est le premier, je crois, qui collectionna systé- 
matiquement des dessins ei en fit l'objet d'une publication particulière. 

Son livre se compose de deux parties bien distinctes : la première est un 
consciencieux espai d'étude dû à la plume de M. Koch. La seconde est la repro- 
duction fidèle des dessins que les indigènes avaient tracés au crayon dans les. 
carnets de M. Koch. Ces dessins appartiennent aux peuplades les plus diverses, 
telles que les Baré du Casiquiaire, les Baniwa du rio Guainfa, les Siusi et les Kâua 
du rio Aiar;^, les Tukáno, les Uanána, les Kobéua, les Bahúna, les Tuyûka du 
rio Caiar^-Uaupés et de ses affluents, les Umána du rio Macáya, toutes 
peuplades du haut Rio Negro et du Yapura que M. Koch visita en 1903-1905. 
Nous trouvons, en outre, des dessins appartenant à des Ipuriná du Rio Punis, 
que l'auteur recueillit à Manaos, et des dessins de Bakairi du Paranatinya et du 
haut Xingu, recueillis lors de l'expédition qu'il entreprit dans cette région, en 
compagnie du D*" Hermann Meyer de Leipzig (1899). 

Toutes ces tribus ont pour le dessin des capacités différentes. De plus, à 
l'intérieur d'une même tribu, on peut constater des différences individuelles. 
Pour que Ton saisisse plus facilement les caractéristiques du talent de ses 
divers artistes, M. Koch a eu soin de faire reproduire fidèlement ses carnets, 
de telle sorte que chaque feuille du livre reproduise exactement et en grandeur 
réelle une feuille de ses carnets. L'exécution est très soignée. Au bas de chaque 
feuille, on trouve l'indication de la tribu, le nom du dessinateur, l'endroit exact 
où le dessin fui recueilli, enfin le sens général de la représentation. 

Une table placée à la fin du livre met chaque dessin en rapport avec les pas- 
sages dû texte de M. Koch qui s'y rapportent. Ce texte qui constitue la pre- 

I. Voir Journal j avril I90S, p. 109. 



Digitized by 



Google 



BüLUnN CUTIQOI 3i5 

iQtère partie du livre est un essai de coordination, subdivisé en ([uinze chapitrés 
qui traitent successivement des contours, des dessins où la face et le profil se 
trouvent mêlés, des dessins où certaines parties du corps sont omises, des dessins 
où d*autres parties sont indûment ajoutées, des dessins où des parties du corps 
sont représentées isolées, des représentations de choses que Tœil ne peut 
apercevoir, de Tachèvement des dessins, des animaux inférieurs, des plantes, 
des scènes à personnages, des représentations d^esprits, de masques, de cartes 
géographiques, de cartes célestes et finalement des ornements Ces chapitres 
sont écrits peut-être un peu rapidement, mais ils contiennent de nombreuses 
considérations,souvent très intéressantes et toujours judicieuses. Leur impor- 
tance la plus grande leur vient de ce que M. Koch a eu 1 excellente idée de nous 
faire assister à la genèse même de bon nombre de dessins qui, sans cela, 
seraient inintelligibles. 

De ces chapitres, les sept premiers s'octupent des caractères généraux des 
dessins; les huit derniers sont groupés d'après le sujet de la représentation. La 
simple enumeration des objets traités par M. Koch suiBt à montrer que cet art 
est loin d'en être à ses débuts. Le répertoire de Tartiste indien est des plus 
vaste ; il dessine à peu près tout ce sur quoi son attention se porte. De préfé- 
rence — reste cependant pour chaque cas à déterminer jusqu'à quel point le 
choix du dessinateur peut avoir été influencé par M. Koch — il reproduit 
rhomme, les animaux, en particulier ceux qu'il rencontre à la chasse et à la 
pêche. Quant aux petits animaux, leur représentation est moins fréquente 
et plus imparfaite; sauf, cependant, quand il s^agit des petits animaux 
malfaisants. Les plantes ne semblent pas du tout attirer le dessinateur non 
civilisé; c'est un des multiples traits qu'il a de commun avec l'enfant. Il aime à 
dessiner des scènes de chasse, de pêche, de danse. Enfin, les représentations 
d'esprits et démasques, les cartes géographiques et, surtout, les cartes Célestes 
et les ornements, présentent un très grand intérêt. 

C'est surtout dans les représentations d'hommes et de grands animaux, ainsi 
que dans les scènes de chasse et de pêche, qu'on peut le mieux saisir la carac- 
téristique de tous ces dessins. Le dessin chez le non-civilisé, Andrée et 
Steinen ont déjà insisté sur ce point, est avant tout l'auxiliaire du langage, il 
est descriptif. Comme l'enfant, le a Naturmensch » dessine, moins avec l'inten- 
tion de rendre un objet avec exactitude ou de provoquer un sentiment esthé- 
tique, que pour exprimer une idée. De plus, il ignore complètement la perspec- 
tive ; et ainsi s'explique qu'il représente généralement les hommes de face et 
les animaux de profil, à moins qu'il ne s'agisse de reptiles (ceux-ci sont vus et 
dessinés de dos). 

Quand on tient compte de ces deux remarques générales, les imperfections 
des dessins indiens deviennent moins choquantes. Au lieu de les voir avec des 
yeux d'Européens, de sourire et de passer outre, on se sent irrésistiblement 
porté à les regarder de plus près, à les étudier afin d'y découvrir quelque 
manifestation particulière de la mentalité des peuples ou des individus. Nous 
croyons tjue non seulement les ethnographes de profession, mais aussi les psy- 



Digitized by 



Google 



346 sociAté des améiucaíiistbs di páaib 

chologuas et les historiens de l'art liront avec le plus vif intérêt les conai- 
derations dictées à M. Koch par Tétude comparative des dessins qu*il a re- 
cueillis. 

Ed. DB JoifOHB. 



D' Paul Ehrbnreigh. Die My then und Legenden der Sûdamerik»" 
nUchen Urvôlker und ihre Beziehungen zu denen Nordamerikas 
und der alten Welt. Berlin, Vèrlag von A. Asher & C®, 1905, 
in-8<> (Supplement zu Zeitschrift fur Ethnologie) de Í08 p. 

Cette brochure, presque équivalente, par son impression très compacte, à un 
gros livre, contient trois et même quatre choses : 1^ tableau général des mytho- 
logies de r Amérique méridionale (p. 10-29) ; 2"* inventaire analytique détaillé 
(p. 29 ssq.) des mythes sud-américains qui se groupent, géographiquement, en 
uncertain nombre de cycles (Sagenkreise) ou de provinces mythiques, rare- 
ment isolées les unes des autres ; localisation des points de contact entre ces 
Sagenkreise (p* 60 sqq.); 3^ rapports analogiques entre les mythologies des 
deux continents colombiens (p. 66) ; 4® rapports entre mythes de l'Amérique et 
mythes de TAsie (p. 77). On voit, par ce court résumé, que M. le D*" Paul 
Ehrenreich ne craint pas les sujets difficiles. Mais on peut aussi pressentir les 
côtés faibles de sa construction. 

Les relations, ou plus exactement, les similitudes et lés parentés signalées 
dans les seconde, troisième et quatrième parties de son travail, sont expliquées, 
surtout, par des My thenwanderungen^ des migrations de mythes, elles-mêmes 
parallèles aux mouvements et aux rencontres des peuples. Or, on sait combien 
resten leagues encore nos certitudes sur les marches et contre-marches de 
Thumanité américaine, combien d'anneaux encore manquent à la chaîne de ses 
voyages, combien einfín est illusoire et fragmentaire la chronologie, même relaT 
live, de ceux-ci. D*autre part, et ce n'est pas d'hier qu'on Ta remarqué, la 
méthode comparative en mythologie n'offre point toutes les garanties qu'on lui 
attribue. L'obligation préliminaire, obligatoire, qu'elle comporte et qui consiste 
à dégager, dans les mythes ou groupes mythiques envisagés, lé thème foncier, 
le noyau primitif du récit, des motifs secondaires, est une besogne hasardeuse. 
Les combinaisons de la pensée humaine, même chez les « Naturvôlker », ne 
s'épluchent pas comme un fruit, ne se dissèquent pas comme un organisme, ne 
se décomposent point comme un agrégat. Ce genre d'analyses, pour la pré- 
cision des procédés et des résultats, ne ressemble que très vaguement au travail 
du laboratoire. Supposons pourtant à cette chimie folk-^orique une rigueur 
qu'elle ne saurait posséder; supposons le thème mythique isolé des inventions, 
des épisodes secondaires qui l'enveloppent; — son idedliléendeux mythes ou 
groupes de mythes doit-elle être considérée comme un phénomène historique 
(généalogie, contact, emprunt), ou comme un fait psychologique (identité des 
modes de la pensée humaine) ? La première de ces deux solutions est celle de 



Digitized by 



Google 



BULLETIN CEITIQUE 317 

M. Khrenreich. Sed adhuc $ubjudice lis est. Son travail repose donc sur une 
pétition de principes. 

L'einploi de l'a priori s'y retrouve, du reste, à chaque pas. A priori dans 
Fexposition, puisque l'examen général des mythologies sud-américaines précède 
leur analyse détaillée ; a priori encore, dans une gerbe d affirmations dont il 
faut citer quelques exemples. I^s peuples « d*une culture inférieure » ne sont ' 
arrivés à l'idée d'un dieu que par emprunt aux peuples civilisés (page 10). — 
Les mythes relatifs aux phénomènes météorologiques sont rares, presque absents, 
dans l'Amériique méridionale (p. 15). Admettons ici que le Thunder-bird 
nord-américain ne se manifeste pas dans le Sud (bien que certains américanistes 
aient cru l'apercevoir réfugié chez les Galchaquis). Cette lacune supprime-t-elle 
vingt autres cas bien caractérisés où les forces de Tatmosphère ont été trans- 
formées en mythes (mythes du vent dans les zones andines ou pays limi- 
trophes, en particulier, le Huayrapouca^ etc.)? Une observation de même nature 
s'appliquerait à ce que M. Ehrenreich dit de la rareté des mythes de l'ori- 
gine du feu (p. 17). Ces généralisations regrettables voisinent, d'ailleurs, avec 
maintes remarques ingénieuses et fines, maints aperçus originaux et justes dont 
il importe aussi de donner une idée. Telles que nous les connaissons, les mytho- 
logies du Sud-Amérique sont moins systématisées, moins cohérentes que 
celles du Nord. Parallèlement, le sacerdoce (sauf chez Péruviens, Chibchas, 
Muyscas) s'y affirme moins organisé, moins distinct du shamanisme, et la magie 
s'y montre plus souvent confondue avec le rite religieux. L'Amérique du Sud* 
(le monde ando-péru vien toujours excepté) accuse une certaine hésitation à 
personnifier sous une forme concrète, c'esUà-dire, par des personnages 
mythiques, des abstractions telles que la lumière et l'obscurité (p. 11 et 12). 
Des réalités matérielles et concrètes, hiais générales, ainsi la terre et le ciel, 
sont mythiquement exprimées sous une forme assez humble et particulière, 
séjour ou patrie des ancêtres (p. 14). La série mythologique que l'auteur 
dénomme « Sagen von politischen Charakter » et qui enveloppe, en d'autres 
termes, les événements de Thistoire, n'apparaît guère que chez les Andins 
(p. 17), etc., etc. 

Le catalogue mythologique de Nf. Ehrenreich intéressera et servira encore 
plus que les p^ges un peu mélangées de sa première partie. Il fait la véritable 
valeur de ce travail, et il est, à ma connaissance^ le premier essai de ce genre. 
En toute équité, on doit souligner les difficultés de l'entreprise, réfléchir à la 
dispersion dès éléments naturels qu'exige une pareille classification ^ à la masse 
énorme de recherches et de lectures qu'elle implique. De plus, pour bien des 
faits, M. Ehrenreich parle avec l'autorité de l'observateur sur place. Ses inven- 
taires nous présentent successivement : mythes de la création (p. 29); mythes 
de cataclysmes, inondations, incendies, spécialement incendies forestiers(p. 30); 
mythes de la terre, du ciel et de l'origine des êtres vivants (p. 32) ; mythes 
solaires et lunaires (p. 34), stellaires (p. 37), d'une infinie variété; mythes rela- 
tifs aux ancêtres et aux héros (p. 40), dont, assez judicieusement, sont séparés 
les « KuUurheroen », les héros civilisateurs (p. 35); mythes des jumeaux 

Société de$ Américàiiiste* de Purit. 3f 



Digitized by 



Google 



318 SOaÉTÉ DES AMÉRICÀMISTE8 DB PAR19 

(p. 44), très fréquents dans ce folk-lore et dont nous rencontrons^ ici un bilan 
fort complet. 

Voici venir, pourtant, le redoutable problème des parentés. Le chapitre qui 
s'ouvre alors, a pour principal mérite d'établir des cycles légendaires dans TAroé- 
rique du Sud, au nombre de cinq (Tupi-Guarani, Arouaque, Caraïbe, Gês, 
Ando-Péruvien ; — ce dernier se subdivise à son tour, en provinces qui se 
divisent, elles-mêmes, en cycles locaux ; le cycle régional Chibcha se trouve 
ainsi décomposé en deux secteurs, ceux de Tunja et de Bogota ; le cycle 
péruvien comprend les trois secteurs Yunca, Kolya et Chimu). D'un cycle et 
d'une province à l'autre, il y a eu des points de contact que, d'après les rela- 
tions de commerce, M. Ehrenreich essaye de localiser. Iles et côtes de la mer 
des Antilles, Guyane et bassin de l'Orénoque, pour les tribus caraïbes, arouaques 
et guárannos ; cours moyen du rio Negro,* pour les Caraïbes, les Arouaques et 
les Betoyas ; fleuves Tabajoz et Xingu, pour les Arouaques, les Caraïbes, les 
Ces et les Trumaï; Bolivie orientale, pour les Yuracares, les Tupi et les Gua^ 
rayos; tels auraient été ces marchés de marchandises et d'idées. Les lieux de 
rencontre et d'échange pour les mythes de l'Ouest montagneux et ceux de la 
Silve orientale, n'ont pu être précisés. Il ^ a des degrés dans l'hypothèse. 
Celles-ci fondées sur des faits économiques certains semblent légitimes et vrai- 
semblables. 

Mais, par certaines analogies du stock mythique des rameaux tupi-guarani et 
arouaques et du trésor légendaire des indigènes de la côte nord-ouest du Paci- 
fique, M. Ehrenreich a ensuite édifié, régressivement, des « Mythenwande- 
rungen », encore plus vastes que ceux dont il vient d'être traité. A la poursuite 
des thèmes primordiaux, on nous conduit, en s'appuyant sur les travaux de la 
« Morris Jesup Expedition » jusqu'au Japon, et de là, avec M. Siecke pour 
guide, jusqu'en Babylonie. N'objectez point que le Mexique, avec sa mythologie 
si personnelle, — et si complexe — ; le Pérou, avec ses légendes divines, assez 
pures, semble-t-il, d'emprunts septentrionaux, s'interposent dans ce trajet 
immense. On vous répondra que de telles idiosyncrasies dérivent d'une influence 
sacerdotale. 

Ces Mylhen und Legenden ont été présentés au Congrès de Stuttgart et 
dans mon article sur la session, j'en avais déjà dit un mot * . J'ai peur d'être accusé 
aujourd'hui de contradictions. Je prie donc le lecteur de se rappeler que mon 
appréciation antérieure portait sur l'analyse orale que M. Ehrenreich, à Stutt- 
gart, nous donna de son mémoire, et sur le résumé qu'en avaient publié les ordiAes 
du jour détaillés du Congrès. Ainsi s'explique comment la pensée de l'auteuravait 
pu m'apparaitre, sous cette première forme (en quelque sorte provisoire), enve- 
loppée de réserves, d'atténuations que le texte définitif n'a point respectées. Je 
le répète, d'ailleurs, les théories d'origine, formulées par notre collègue, pour- 
ront soulever (et ont soulevé, ailleurs qu'ici) de fortes réserves. Mais la recen- 
sion mythique qui forme l'essentiel du livre, reste un effort de synthèse des plus 
intéressants, un manuel des plus utiles, et, jusqu'à présent, unique en son genre. 

L. LaiBAL; 

i. V. Journal, avril 1906, p. 128. 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 



¿e# volcans de nie Jan Mayen etla ^ Relation » des Zeni, — Récente décou- 
verte archéologique dans t Ontario, — Une œuvre peu connue du P. Hennepin, 
— Proceedings of the Royal Society of Canada, — Sociographie de la famille 
Salish, — Proceedings of the American Association for the Advancement of 
Science. — Proceedings of the Antiquarian and Numismatic Society of Phi- 
ladelphia. — Smithsonian Institution, — American Antiquarian Society. — 
Le jubilé du professeur Putnam. — Ethnographie religieuse des Indiens Pue- 
hlos. — Les deux « Atlatl » de Florence. — Une description inédite de « Guien- 
gola ». — Une exploration française dans le Yucatan. — Quelques travaux 
récents sur P Amérique moyenne. — Les derniers Guaranis de Sao Paulo. — 
Un mémoire italien sur V anthropologie du Sud-Amérique. — Organisation 
nouvelle du <t Museo nacional ^ de La Plata. — Mouvement péruaniste ao 
Pérou. — Collections américanistes dans les musées provinciaux français. — 
Périodiques nouveaux» — Petites Nouvelles. 



Les volcans de File Jan Mayen et la Relation des Zeni. — Notre collabora- 
teur et ami, M. Eugène Beauvois, a donné à la Revue des Questions scienti- 
fiques de Bruxelles (3* série, t. VIII, p. 417-464) et, ultérieurement, publié en 
tirage à part (Louvain et Bruxelles, Polleunis et Ceuteriok, 42 p. in-8<>), un 
article intitulé : a Le Monastère de Saint-Thomas et ses serres chaudes au pied 
du glacier de l'île de Jan Mayen ». Un sous-titre annonce les sources de ce tra- 
vail : « la Relation des Zeno, confirmée par la Pérégrination de Saint Brendan 
et des documents anciens et modernes. » Cest dire qu'il s'agit encore ici d'une 
thèse chère à M. Beauvois, celle de la véracité des frères Zeni et de l'exacti- 
tude de leurs notions sur les pays transatlantiques. Nous ne surprendrons per- 
sonne en constatant que, comme tous les écrits de Tauteur, celui-ci est d'une 
lecture fort attachante, d'une grande érudition de textes, d'un art acheva dans 
le groupement des sources et l'exposition des faits. Mais, comme la question abor- 
dée dans cette brochure est au nombre des plus controversées, l'analyse que 
nous voulons en insérer ici doit être aussi objective que possible. D'ailleurs, les 
interprétations et solutions présentées par M. Beauvois, quant aux rapports des 
indigènes de l'Extrême Nord-Est Américain avec l'Ancien Monde, avant Chris- 
tophe Colomb, font, de son propre aveu, partie d'un système historique complet 
où se trouvent engagés tout le vaste problème de l'origine des religions et des 
civilisations précolombiennes et le problème, plus ample encore, de l'origine de 
races indigènes de l'Amérique. Après quarante ans d'études, M. Beauvois nous 



Digitized by 



Google 



320 SOCitTÉ DES AMÉRICANI8TB8 DE PABIS 

annonce la publication imminente d*une synthèse où seront reprises et reliées, 
en vue d*une démonstration d'ensemble, toutes les propositions de détail for- 
mulées par notre confrère en une centaine de mémoires fragmentaires. Quand 
nous aurons en main ce livre, — le livre de toute une vie — , mais alors seule- 
ment, la critique, à notre sens, pourra s'occuper M. de Beauvois, non plus 
seulement pour analyser, mais aussi pour juger et discuter. Jusque-là, les 
appréciations nous paraissent comporter un double inconvénient : elogíense, 
elles influencent le débat futur, — et, espérons-le, prochain — , sur les 
théories de M. Beau vois ; défavorables, elles deviennent trop facilement, vu 
la gravité du sujet, injustes à Tégard d'an travailleur que son labeur désin* 
téressé, la conscience de sa recherche et Toriginalité de son esprit rendent 
digne de tout respect. 

Le point précis, traité par M. Beau vois dans le « Monastère de Saint-Thomas > 
est le suivant. Lorsque Nicolo Zeno eut été nommé par le prince Zichmni, gou- 
verneur de Eres dans TËstland, il aurait voulu profíter, à ce qu'il explique, de 
son indépendance — et de son isolement — y pour tenter de nouvelles décou- 
vertes. Il aurait donc équipé Irois navires qui, en juillet 1395, auraient abordé 
en « Engrouelant ». Les nouveaux venus trouvèrent là un couvent de moines, 
dédié à saint Thomas, près d'un volcan qui, non seulement fournissait des 
pierres dures de construction et des pierres légères pour préparer la chaux, 
mais aussi une source d'eau bouillante, canalisée et employée par les religieux 
pour la cuisine, le chauffage de l'église, du dortoir et du réfectoire, et, aussi, 
pour la culture en serre des fleurs et des fruits. Or, le monastère de Saint- 
Thomas n'ayant jamais été retrouvé et, d'autre part, le Groenland n'ayant pas 
de volcan en activité, l'histoire de la « serre chaude » est un des points dont 
l'érudition s'est emparée pour mettre en doute la véracité des frères Zeni. 

Voici maintenant, comment M. Beauvois reprend et complète la thèse 
adverse déjà soutenue par lui (en 1890) dans Les voyages iransàiUniiqaes des 
Zeno ^ . Il part de l'identité du volcan mentionné par Nicolo avec un autre pic 
crateriforme décrit dans la Peregrinaiio dite de « Saint Brendan » (Brennain 
Mac-Figlona), dont le premier manuscrit connu est du xi* siècle. Ce dernier vol- 
can était situé à huit jours d'une navigation rapide au nord d'un point de 
l'Atlantique dont il est assez facile de fixer le site, puisqu'il se dressait sous une 
latitude où le soleil brillait encore après neuf heures du.soir. Le volcan ne peut 
être un des volcans de l'Islande (trop rapprochés du 60* parallèle). Or, au delà 
il n'est pas d'autre volcan, dans FOcéan boréal, que le Beerenberg, au N.-E. de 
l'île Jan Mayen. Longtemps avant les voyages de Jan Mayen et de Hudson 
(1610-11), on savait, du reste, en Europe, qu'un tlót de la mer norvégienne se 
caractérisait par un mont ignivomc, vomissant sur ses flancs, deux sources, l'une 
brûlante, l'autre glaciale. Quant aux serres chauffées par une eau d'éruption, 

1. V. aussi la broccure plus récente, publiée par M. Beauvois, sous ce litre : Le$ 
notions des Zeno sur les Pays transatlantiques, — Nouvelles preuves de leur véracUi^ 
Lawaín, Polleunís et Ceuterick, 1904, in-8« de 66 p. (extrait de la Revue des Quesiiont 
scientifiques, S' série, t. VI, juillet-octobre 1904). 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 321 

que les détracteurs des Zeni se plurent à regarder comme de pure invention, 
DP n*ignore pas que les Dominicains (ordre fort répandu dans la province de 
Dàciû, ou Scandinavie) avaient, en Norvège, Thabitude de chauffer leur réfec- 
toire avec des tiiermosiphons. 

Au surplus, au moyen âge, l'existence de chrétiens, perdus dans une localité 
boréale (si éloignée qu*on ne la pouvait joindre qu'après une longue navigation 
en passant par Plslande et le Groenland), était tellement bien admise, que Vlti- 
néraire brageois des pèlerins (ziv^sièle), ouvrage pourtant sec et positif, signale 
(sous le nom de Jnegelberch) cette bourgade lointaine et d'un accès très difficile. 
Pourquoi ep est-il question ? Ce ne peut être à titre de curiosité, de terre ina- 
bordable ; il y en avait tant pour les navigateurs contemporains ! Mais c'est, 
évidemment, parce qu'il y avait là des chrétiens, mêlés aux monstrueux Careli 
infidèles (les Esquimaux), comme l'attestent les Zcni, et qu'il fallait leur signaler 
les moyens d'aller à Jérusalem, à Saint-Jacques de Compostelle, à Rome, etc. 
Ou bien, hypothèse aussi plausible (puisque le guide indique l'itinéraire pour 
aller, plutôt que celui du retour), c'est que la future terre de Jan Mayen possé- 
dait, soit un sanctuaire, comme le curieux monastère de Saint-Thomas décrit 
par les Zeni, soit, tout au moins, un établissement de chrétiens qui, selon 
Fr. Irenicus, <« étaient plus religieux que les autres mortels », à cause du spec- 
tacle grandiose de la montagne aux deux sources et des bruits effrayants qu'elle 
exhalait. 

En somme, si nous avons bien compris Targumentation de M. Eugène Beau- 
vois, elle repose sur l'accord >de documents (tout à fait indépendants les 
uns des autres et qui n'ont pu se copier, car ils disent les mêmes choses en 
termes tout à fait différents). Tous prouveraient que l'époque médiévale con- 
naissait Jan Mayen et ses volcans et que, quant à ceux-ci, la relation des Zeni 
n'est pas imaginaire, pas même invraisetiiblable. 

L. L. 



Récente découverte archéologique dans r Ontario, — 1^ 19 septembre dernier, 
sous la direction de l'assistant-curateur du « Provincial Museum » de Toronto, 
M. W. C. P. Phillips, ont été ouverts plusieurs « mounds », situés à Humbers- 
tone-Club, près de Port Colborne (Ont.). L'un d'eux a livré des richesses peu 
fréquentes en cette région : neuf squelettes (disposés, nous dit-on, dans la posi- 
tion accroupie), de nombreux bracelets d'os, des colliers de perles céramiques, 
des tomahawks, une abondante collection de pipes en pierre (argilite ?), trois 
grands vases de terre cuite et un petit vase de cuivre. Pour le prochain 
« Report » du « Museum », M. Phillips prépare l'inventaire détaillé, somatolo- 
gique et archéologique de cette importante trouvaille qui lui paraît, nous 
annonce-t-on sans plus de détails. Se rattacher au précolombien. 



Une œuvre peu connue du Père Hennepin- — Dans son curieux article, paru 



Digitized by 



Google 



322 SOaÉTÉ DBS AMÉRICANISTKS de PAA18 

ici même, M. Henri Eroidevaux étudiait, l'aq dernier % le séjour du remuant 
Récoliet en Hollande et ses démarches en partie double : auprès du roi d'An- 
gleterre et du gouvernement des Provinces-Unies pour inviter les Anglais et 
Hollandais à des entreprises canadiennes où il aurait eu sa paK ; auprès de 
l'ambassadeur français à La Haye, pour obtenir de Louis XIV la permission de 
retourner au Canada, d'où l'avaient expulsé des intrigues depuis longtemps, 
connues. Les lignes qui suivent ont pour but de compléter, par un petit rensei- 
gnement bibliographique u cet épisode ignoré de la vie du P. Hennepin » et 
de montrer quelles furent ses occupations, sous une autre forme, en HoUandSi 

J'ai en ma possession un exemplaire, probablement unique, d'un petit volume 
dont voici le titre : 

« La morale pratique | du | Jansénisme | ou | Appel comme d'abus | «A notre 
Souverain Seigneur le | Pape Innocent XII. | Interjette | par le | R. P. Louis 
Hennepin, | Missionnaire Recollect, Notaire apostolique | , Chapelain de Son 
Altesse Electorale de | Bavière. | Contre les oppressions et vexations du sieur 
Cats I Prestre, se disant Souvicaire Exécuteur des Ordres | de Monseigneur 
Pierre de Codde, Archevêque de Sébaste et vicaire général d' Utrecht. 

« L'autheur de ce livre et de la Découverte de la | Louisiane, a les Exem- 
plaires, et demeure 

« Chez de * Veuve Renswou, près de l'Église de St. Jacques audit Utrecht | , 
M.DC.XCVm. » 

Titre : verso blanc. Avis au lecteur, 11 p. n. c. ; 3 autres p. n. c. ; texte, 
1-207 p., petit in-12. 

Voici un très court résumé, d'après l'auteuf lui-même, de l'objet de ce petit 
livre qui nous montre Hennepin mêlé, au milieu de ses menées politiques, aux 
querelles du catholicisme hollandais à cette époque. Le séjour d'Hennepio à 
Utrecht coïncide avec ce moment de l'histoire religieuse où, pour des raisons 
trop longues et inutiles à détailler dans un journal d'américanisme, le Saint- 
Siège venait d'enlever aux chapitres épiscopaux de Hollande le droit d'élire 
leurs évêques. C'est le fait primordial qui devait déterminer la constitution de 
la communauté hétérodoxe, nommée officiellement « Vieille église épiscopale 
néerlandaise » et dont on fait généralement, mais à tort, une église janséniste 
(à cause, sans doute, de l'hospitalité qu'elle accorda aux jansénistes poursuivis 
par le gouvernement français). Or, cette église dissidente était loin de repré- 
senter l'unanimité des catholiques d'Utrecht, surtout parmi ceux de langue 
française. Wallons ou Belges. Probablement en raison de leur méfiance ortho- 
doxe, vis-à-vis de l'administrateur, Pierre de Codde, bénéficiaire du" schisme 
imminent, ces catholiques de langue française lui présentèrent requête, dès 
l'arrivée du Père Hennepin, pour obtenir que ce dernier reçût licence de « faire 
les fonctions ordinaires de missionnaire, prêcher, entendre les confessions, caté- 



1. V. Journal^ nouv. sér., t. II, n"» 1, p. 281. 

2. Sic. Faute d'impression probable qui a subsitué un article hollandais à ^article 
français U, 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRIGANISTES 323 

chiser les enfants, rendre visite aux malades, le tout dans la langue française 
qui est la seule qu'ils comprennent )>. Dans son peut factum, Hennepin raconte 
que le sieur Cats, sous-vicaire du vicaire général, a engagé son supérieur à ne 
pas lui permettre de dire la messe et de prêcher et qu'il a fait adresser défense 
aux Dominicains d'Utrécht de l'admettre à célébrer dans leur chapelle. C'est alors 
qu'Hennepin se serait retiré chez une veuve orthodoxe (la veuve « Renswou ») 
où il remplit, nonobstant la défense, les fonctions sacerdotales; alors, aussi, il 
se serait décidé à en appeler au Pape comme d'abu^, en élargissant, d'ailleurs, 
son conflit tout personnel avec Cats et en portant contre l'église d'Utrecht 
(probablement l'un des premiers) l'accusation de jansénisme. 

Phil. Gaonon (Québec). 



Proceedings of the Royal Society of Canada (Réunion de juin 1904, saint 
John, New Brunswick). — Dans le premier volume qui nous est parvenu, nous 
devons signaler les travaux suivants : 

l^ United Empire Loyalists and their Influence upon the History of this Con- 
tinent par le L^-Colonel G. T. Denison, président de la société. L'auteur, ou 
plutôt l'orateur, car il s'agit de l'allocution qu'il a dû prononcer à l'ouverture 
du meeting, l'orateur, descendant de l'un de ces sujets fídeles à leur roi, qui 
débarquèrent à Saint-John en mai 1723 et, plus tard, se frayèrent une route 
vers le nord du Canada, souligne d'abord l'intérêt qu'il trouve à venir retracer 
les luttes, les souffrances, les vicissitudes de toute espèce subies par ces hommes 
devant les petits-fils des loyalistes restés au Nouveau Brunswick. Les uqs et 
les autres avaient, dans leurs épreuves, été soutenus par les mêmes sentiments 
de fidélité et de patriotisme. Puis, prenant l'histoire de la Révolution à son 
origine en 1765, il montre que la révolte fut singulièrement favorisée par la 
conduite folle et inconsidérée du gouvernement anglais, par l'indifférence et 
Textraordinaîre manque de prévoyance et de jugement des loyalistes au 
début. Il signale les fautes sans nombre commises tant au point de vue politique 
qu'au point de vue militaire ou naval, l'incapacité de sir William Howe qui 
aurait pu écraser la rebellion avant l'intervention de la France. La lutte achevée, 
les vainqueurs usèrent brutalement de leur force pour sévir contre les vaincus et 
chassèrent tous ceux d'entre ceux-ci qui possédaient quelque chose ou mon- 
traient quelque énergie. Dans ces emigrants involontaires toutes les classes 
étaient représentées et leur expulsion fit subir aux Etats-Unis une perte qui se 
peut comparer à celle que coûta à la France la révocation de l'édit de Nantes. 

M. le lieutenant-colonel Denison fait ensuite le tableau de l'infiuence exercée 
par les loyalistes d'abord au point de vue social, sur la population des provinces 
anglaises dans lesquelles ils s'établirent, puis au point de vue politique, sur le 
continent américain tout entier. Il montre que, lors de la guerre de 1812 avec les 
États-Unis, ce furent le? loyalistes et les canadiens français dont la fidélité à 
toute épreuve était partagée par le clergé, qui permirent de faire face au dan- 
ger de la première heure. Une nouvelle crise survint en 1837: des immigrés, des 



Digitized by 



Google 



324 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

descendants de ceux qui, en 1812, avaient pactisé avec les ennemis, firent une 
tentalive pour renverser le gouvernement établi et proclamer la république; il 
ny avait pas un soldat anglais dans le Haut-Canada. Spontanément les habi- 
tants loyalistes se portèrent sur Toronto en nombre tel que les rebelles fureal 
dispersés sans coup férir et que dans les diverses localités où les mécontents 
essayèrent des soulèvements, ils furent rapidement rais à la raison. En 1842, 
lors des difficultés qui surgirent à Toccasion de la délimitation de la frontière 
du Maine, la guerre fut évitée grâce à la ferme attitude des loyalistes du Nou- 
veau-Brunswick et de la Nouvel le- Ecosse, lün 1866, quand les Fenians ten- 
tèrent leur « raid», les milices du Nouveau-Brunswick, de TOntario, de la pro- 
vince de Québec eurent tôt fait de repousser les envahisseurs. Lors de TaiTaire 
du Trent, Tattitude déterminée et fidèle des Canadiens ne contribua pas peu à 
empêcher la guerre et ses conséquences désastreuses. Ces divers exemples 
montrent assez l'importance de Taction exercée par les loyalistes de TEmpire 
Uni dans les questions militaires et politiques. Elle ne fut pas moindre dans les 
questions commerciales dont la politique n'était pas exclue : en 1849, quand, 
par suite de la crise, conséquence du changement du régime fiscal en Angle- 
terre, un certain nombre de personnes dans les affaires à Montréal, signèrent 
un manifeste demandant Tannexion aux E.-U.; en 1866, quand le traité de 
réciprocité avec les E.-Ü. eut été dénoncé; en 1887, quand fut proposé une 
union commerciale entre les E.-U. elle Canada. Dans toutes les circonstances 
les loyalistes canadiens sont restés fidèles aux traditions de leurs pères. Nul 
ne saurait nier qu'ils ne soient pour beaucoup dans Tétat actuel des choses et 
que leur exemple a inspiré l'histoire de plusieurs des colonies anglaises. 

2? Le Haul-Canada avant iôiô^ par M. Benjamin Suite, président de la 
société royale pour 1904-1905, mémoire fort instructif, bourré de faits précis et 
qu'il importe de signaler. 

3* A monography of the origins of Settlements in the Protnnce of Neto 
Brunswick^ par M. William F. Ganong, maître ès-arts, docteur en philosophie. 
I^ distribution des colonies sur la surface du Nouveau-Brunswick est d'une 
irrégularité remarquable, et non moins surprenante, la diversité de l'origine pre- 
mière des habitants, au point de vue de leur nationalité. En certains endroits, la 
population est agglomérée comme elle léserait dans une grande ville, sa densité 
est variable en maints autres points et elle fait entièrement défaut sur de vastes 
étendues. Les colonies d'Indiens, d'Acadiens français, d'Anglais de la Nouvelle- 
Angleterre, de loyalistes anglais, d'Écossais, d'Irlandais, de Danois et de répré- 
sentants d'autres pays encore sont enchevêtrées d'une façon qui paraît tout à 
fait arbitraire. Et cependant, la position géographique, la dimension, la 
nationalité de chaque colonie, petite ou grande, est la conséquence de causes 
parfaitement définies, causes de milieu, causes historiques et sociologique». Le 
but de l'auteur a été de montrer ces causes, de démêler leur action réciproque 
d'expliquer pourquoi chaque colonie se trouve précisément où elle est et ce 
qu'elle est aujourd'hui. C'est un travail des plus importants accompagnés de 
cartes, suivi d'une liste des diverses localités, avec des renseignements sur cha- 
cune, et terminé par un appendice indiquant les sources où a puisé l'auteur. 



Digitized by 



Google 



/ 

/ 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES' 325 

4" RadUson in the Northwest, i 66 i -63, par M. B. Suite. L*auieur commu- 
nique le texte même de la relation écrile par Pierre Esprit Radièfon, de son 
quatrième voyage, dans lequel, accompagné par son beau-frère Chouart, il attei- 
gnit la baie d' Hudson par terre. Parti en 1661, il remonta la rivière Ottawa, 
atteignit le Sault Sainte-Marie, puis la baie de Chagouamîgon. 11 hiverna aux 
Mille Lacs et pendant Tété atteignit James Ray. A son retour, il hiverna à Cha- 
gouamîgon.. Durant le printemps de 1663, il ñt témoigner aux Assiniboines son 
regret de ne pouvoir aller les visiter et de ne pouvoir voir le lac qu'ils affirmaient 
être plus grand que le lac Supérieur. Il dit aux indigènes de Chagouamigon 
qu'il avait instruit ceux de James Bay de son projet de revenir par TAtlantiquev 
vers eux les habitants du pays qu*il qualifia « le pays par excellehce des cas- 
tors » et il rentra àQuébecpar le Sault Çainte-Marie, le lac Nipissing et la rivière 
Ottawa. M. B. Suite a joint au texte de cette relation un nombre considérable 
de notes explicatives qui en rendent la lecture des plus attrayantes. 

5® ThomAB Pownel. — His pari in the conquest of Canada, par M. W. D. 
f^ighthall, mattre ès-arts . Lesdivers plans de campagne des Anglais pour conquérir 
le Canada, en 1689*90, 1710-11 et 1759-6Ó,ont toujours été identiques et conçus 
par des hommes liés par le sang ou par le mariage. L'auteur du premier plan 
fut, en réalité, le colonel Peter Schuyler, d*Albany; le projet d'invasion de 1710- 
11 était du colonel Samuel Vetch qui avait épousé la nièce de Schuyler, fille 
de Robert Livingstone et qui vivait également a Albany; enfin le plan d'où 
résulta la prise de Québec qui avait été adopté par William Pitt et dont l'exé- 
cution fut confiée par lui à Amherst et Wolfe, émanait du lieu tena ni gouver- 
neur de Lancey, petit-neveu de Pierre Schuyler. Mais de Lancey, lieutenant- 
gouverneur de New- York, n'avait pas une situation assez prépondérante pour 
faire accepter ses vues et ce fut grâce à son ami, Thomas Pownall, gouverneur 
du Massachusetts et lieutenant-gouverneur de New-Jersey frère du secrétaire 
du conseil du Commerce et ami du comte de Halifax, président de ce conseil, 
que fut adopté le plan destiné à amener le triomphe définitif des Anglais. 
Pownall était né en Angleterre en 1722. 11 mourut en 1805. C'était un homme 
doué de toutes les qualités du cœur et dé l'esprit, un intime ami de Benjamin 
Franklin, avec lequel il resta lié mênie durant la guerre de l'Indépendance et 
après la proclamation de la République. Si on l'avait écouté, il est possible que 
la Révolution n'eût pas éclaté. 

6® The Progress of vertebrate Palœontology in Canada, par M- Lawrence 
M. Lambe, membre de la société géologique. L'auteur fait un résumé des 
découvertes paléontologiques depuis celles de sir William E. Logan, en 1841, 
dans la Nouvelle-Ecosse. Il conclut que les travaux exécutés ne sont pas sans 
importance, eu égard au petit nombre des personnes qui dans le u Dominion », 
ont consacré leur temps à l'étude des fossiles vertébrés de la ri^gion, mais que 
cela ne constitue qu'un début. Cet article est suivi d'un tableau des espèces 
rangées suivant leur âge géologique et d*une bibliographie relative aux publica- 
tions les plus importantes sur les espèces trouvées au Canada. 

7® Notes on tertiary Plants from Canada and the United States, par M. D. 



Digitized by 



Google 



326 SOCIÉTÉ DBS AMÉRICANI8TE8 DR PARIS 

P. Penhailow. M. Penhailow rend compte de Texamen des derniers spécimens 
qui n'avaient pas été classés, da Peter Redpatle Museum. Ces spécimens étaient 
en générai en mauvais état de conservation et silioifiés au point de rendre leur 
classification difficile. 

— 8^ A^etü species anda new Gênas of Batrachian Fottprintsof the carbonic 
ferons System in eastern Canada, 

Nouvelle espèce et genre nouveau d^empreintes de pied de batraciens de Tétage 
carbonifère dans le Canada oriental, par M. G. P. Matthew, docteur es sciences, 
docteur en droit. Cet article, accompagné de nombreuses planches, a pour 
objet la description d*un nouveau genre d'empreintes paiéozoîques recueillies 
dans le terrain carbonifère inférieur et conservées dans les musées de Tuniver- 
sité Mac Gill, à Toronto, et de Tlnspection géologique, à Ottawa. 

Le volume II des procès-verbaux de la société royale ne se prête point à 
l'analyse; mais réjouira tousles chercheurs. Dû&ùIKN, E. Dionne, le savant 
bibliothécaire de l'Assemblée législative de la province de Québec, désigné 
comme secrétaire général du XV* congrès international des Américanistes, ce 
volumi renferme rinyentaire chronologique et très complet(plus de 3.000 notices) 
délivres, brochures, journaux et revues, publiés dans la Province entre 1764 
et 1904. Nous sommes heureux de signaler que la Bibliothèque Nationale de 
Paris a souscrit au tirage à part de cet excellent répertoire. 

L. DE T. 



Sociographie de la famille Salish (Colombie Britannique), — A ce sujet, 
durant ces deux dernières années, M. C. Hili-Tout a consacré trois importants 
articles dans le Journal of the Anthropological Institute of Great Britain and 
Ireland. Le premier (1904, vol. XXVIV, p. 20-92) est une monographie de la 
tribu des « Siciatl » ; le second (ibid., p. 31 1-376) traite des Indiens « Steë^lis » 
et « Skaulits » ; le dernier (1905, vol. XXXV, p. 126-218, une carte) des « Sla- 
tiimh ». Leplan, sinon très méthodique, du moins très complet, de ces travaux, les 
rendra précieux à consulter. Il comprend : histoire et régime social des tribus, 
mariage, puberté, coutumes de la mort, de la naissance et de l'imposition du 
nom ; tabous et prohibitions, totémisme, danses, idées religieuses, schamanisme 
ethnographie domestique, connaissancesastronomiques, linguistique (textesindi- 
gènes avec traduction anglaisçinterlinéaire), mythes et traditionsî Chacune de ces 
rubriques sont, d'ailleurs, inégalement développées. On remarquera, ainsi, dans 
le premier article^ le caractère superficiel de l'ethnographie funéraire et, dans 
les deux premiers, une trop grande brièveté en ce qui concerne Tanatomie de la 
« maison commune » (long house). Ces points, nous l'espérons, pourront être 
ultérieurement repris par l'auteur. Malgré tout, il s'agit là de contributions très 
méritoires dont il est utile de dégager quelques faits intéressants. Quant aux 
M Siciatl », c'est une tribu maritime, dont la double caractéristique est d'avoir 
autrefois, «ubi l'influence des Kwakiutl etd'être aujourd'hui catholique. Socia- 
lement, elle comprend une noblesse fortement organisée, mais ignore les coo- 



Digitized by 



Google 



MÉLANGIS RT NOUVELLES AMÉR1CAN18TE8 327 

fréries religieuses. Elle ne connaît pas non plus ou ne semble pas connaître les 
totems, et c'est, dans ce milieu, un trait à retenir. Chez les « Steê'lis » et 
« Skaúlits », qui appartiennent à la branche dialectale « Haikomelem » de 
la souche Salish, on se trouve en présence de tribus continentales, assez diffé- 
rentes de la précédente, par la décadence de la classe nobiliaire, par le régime 
matrimonial qui. moins que celui des « Siciatl », se resseixt de Thabitude du 
mariage par achat et par troc, et, enfin, par l'existence d'une organisation toté- 
mique plus marquée. M. Hill-Tout entre dans des détails relatifs au totem per- 
sonnel ou sália et aii totem collectif ou de confrérie. Ici donc, les emprunts 
sociaux aux Kwakiutl sont encore plus accusés que chez les individus de la 
côte. Ils s'afiirment par de nombreux rites confraternels, tout à fait comparables 
à ceux des Kwakiutl. Au demeurant ce rameau de la famille Salish ne repré- 
sente plus qu'un chétif groupement dé deux ou trois cents âmes. Les « Slatumh » 
dispersés dans une trentaine de villages, sur les ri ves du Liloet-river et autres 
affluents du Fraser, sont beaucoup plus nombreux et toute fait intéressants par 
le contraste de leurs habitudes politiques avec celles de leurs congénères. 

La peuplade « Slatumh i» a bien, elle aussi, gardé des familles de chefs héré- 
ditaires ; mais elle ^, en quelque sorte, démocratisé l'institution, en ce sens que 
les plus importantes expéditions de guerre ou de chasse ne sont pas toujours 
commandéeflT par le chef que désigne l'hérédité. Des conducteurs a(/ Aoc peuvent 
être désignés, en telle circonstance donnée, par l'élection. Au point de vue 
matrimonial, le fait le plus remarquable est celui-ci : le prétendant s'il est agrée 
est invité à s'asseoir et à manger avec la famille delà fille. Il doit ensuite rester 
quelques ^ours avant le mariage, dans la hutte de son futur beau-père. M. Hill- 
Tout voitdanscettepaKicularité, — non sans raison, croyons- nous, — le souvenir 
symbolique d'un matriarcat antérieur. De fait, c'est le « long house » du clan 
de Tépousée qui devient la demeure olFicielle, ou» si l'on veut, le domicile légal 
du jeune ménage, sauf séjours plus ou moins prolongés dans le « winter house» 
souterrain et le « summer lodge », selon les saisons. A noter encore dans ce 
copieux travail, un chapitre sur quelques rites de la puberté féminine. Au 
moment de devenir pubère, la jeune fille est enfermée par sa mère, dans une 
sorte de puits surmonté d'un auvent, et dans lequel le corps doit disparaître 
jusqu'aux seins. La patiente doit passer de huit jours à six mois dans cet état 
de réclusion, avec défense de manger de la viande fraîche. Les cérémonies de 
purification permettent de constater le grand rôle joué dans celte société pri- 
mitive, parles shamans. Ils président aussi aux funérailles et interprètent en 
outre, les rêves d'après lequel s'acquiert le totem personnel. Des trois groupes 
salish, étudiés par M. Hill-Tout, le groupe « Satlúmh ** paraît bien celui qui a 
a le plus perfectionné l'institution totémique. 

L. L. 



Proceedings of American Asiociation for the Advancement of the Science 
[XLIX^ Meeting, Netv-York, June i 900), — Cette société occupa une situa- 



Digitized by 



Google 



328 soaÉTÉ DES américanistes de paris 

lion toute spéciale parmi les associations scientifiques des États-Unis. EUen*ett 
limitée ni dans le nombre de ses membres, ni dans Tobjet de ses études ; elle 
fait appel à toutes les coopérations, à toutes les intelligences et le champ de ses 
investigations n*est pas circonscrit. D*où résulte que, dans ce volume déplus de 
400 pages, maintes questions des plus diverses sont traitées et souvent de It 
façon la plus remarquable. On se bornera ici à signaler les articles relatifs aui 
sujets plus particulièrement utiles aux américanistes. 

l^ Traps of 4ke Amerinds. A study in Psychology and Inveniíon par 
M. Otis T. Mason^ du Museum National des E.-U., à Washington. L auteur de 
cette note commence par rappeler qu'« Amerind » ou « Amerindian » est une 
abréviation, passée dans Tusage, de « American Indian n. Puis, il donne sur les 
pièges, leur origine, leur emploi, une foule d'indications curieuses. Il faut 
remarquerqu*en ce qui concerne rhameçon il est rarement employé en Amé- 
rique et qu'il fait entièrement défaut dans les anciens tumuli ou dépôts d'objets 
analogues. On n'en voit pas l'image reproduite ni dans un codex mexicain ni 
dans un codex maya. 

2*> The ancient Aztec obsidian Mines of the State of Hidalgo, par M. W. 
H. Holmes, du Muséum National des E.-U., à Washington. L'usage de 
l'obsidienne était très général au Mexique. La seule coulée importante 
qui ait été découverte jusqu'ici, est celle de Hidalgo, à 100 milles de 
Mexico. En ce point, les travaux exécutés l'ont été sur une vaste échelle et les 
puits, encore profonds parfois de 20 pieds, couvrent une superficie de un 
mille carré sur le flanc de la colline. L'exploitation des puits par les Aztèques est 
démontrée par la présence de spécimens caractéristiques de leur poterie au 
milieu des débris. 

3^ The obsidian Razor of the Aztecs, par M. George Grant Mac Curdy, 
répétiteur d'anthropologie préhistorique à l'université de Yale. La différence 
qui existe entre la cassure de l'obsidienne et celle du silex explique l'avan- 
tage de l'emploi de l'obsidienne pour fabriquer les rasoirs ou couteaux. 

40 The Cairns of British Columbia and Washington, parM. Harlan I. Smith, 
du Muséum de New- York. Les cairns de pierres étaient, longtemps avant l'arri- 
vée des blancs^ un des modes de sépulture en usage dans la région sud-est 
de l'Ile de Vancouver en Colombie Britannique, dans l'archipel de San Juan, 
ainsi que dans l'île Whidbey de l'État de Washington. Ces constructions, eo 
général, étaient placées sur des pentes de collines, sur un sol mêlé de gravier, 
parsemé de cailloux anguleux et près de la mer. .\utant que l'auteur a pu le 
constater, ils se trouvent toujours dans un rayon d'un mille d'amas de coquilles. 
M. Harlan I, Smith donne des détails intéressants sur la façon dont ces cairus 
sont construits, sur l'état des squelettes trouvés et sur Icfur position. Quelques 
rares ornements en cuivre ont été recueillis ainsi qu'un spécimen de pierre tail- 
lée. On rencontre quelques squelettes qui ont été brûlés, mais il ne semble pas 
qu*on puisse en conclure que les corps fussent incinérés sous la voûte formée 
par l'assemblage des pierres. I^s Indiens actuels ne font pas usage de caimset 
n'ont aucun souvenir de ceux qui pratiquaient ce mode de sépulture. 



Digitized by 



Google 



1ÍÉI.ANGB8 ET NOUVBLLBS AMÉRICAKISTBS 329 

5* TheSedna Cifcle: aStady in Myth Evolutiony par M. H. Newell Wardie, 
de Philadelphie, (le cycle Sediia : étude sur le développement d*un mythe). 

Celte étude a été publiée in extenso dans le vol. II, juillet-sept. 1900 de 
r « American Anlhropoloffisln, Ëlleapour objet de montrer le caractère véritable 
des conceptions que la fantaisie imaginative des Skuits a entremêlées dans le 
chants et l'histoire du groupe Seduce. 

6" A Xavaho Iniliation par M. le D' W. Matthews, Washington. D. C. 
L*auteur décrit comment les enfants, chez les Navahos, sont initiés à la con- 
naissances des mystères du «yebitsai»ou «yaybitchy», grand père maternel dés 
dieux. 

7" The Meaning of the ancient Mexican Calendar — Stone par Mrs Zelia Nut- 
tall. Mrs. Nuttall rappelle d'abord ce qui a été dit par feu Frank Gushing du 
système du monde adopté chez les Zuñis, de l'organisation sociale de ceux-ci et 
de la topographie de leur capitale. Puis elle montre que ce même système est 
celui qui a été admis dans Tancien Mexique, au Yucatan, dans l'Amérique cen- 
trale, au Pérou ; qu*un seul système a donc prévalu dans toute Tancienne Amé- 
rique. Mrs. Nattai] croit avoir constaté que ce système est identique à celui qui, 
dans l'antiquité la plus reculée a été admis en Egypte, en Assyrie, dans la Baby- 
lonie, en Perse, dans Tlnde, en Chine et également en Grèce et en Italie» 
Elle communique des dessins qui représentent les anciennes fígurations de ce 
système du monde en Assyrie et en Egypte, puis celles qu'on retrouve dans 
les aûciens Codices mexicains ou gravés siir pierre. Elle essaye de démontrer que 
la «grande pierre gravée de México nest la représentation la plus complète con- 
nue de ce syAtèmCr base commune de l'ancienne civilisation du. vieux et 
du nouveau monde. 

S^ The Peruvian Star-chart of Salcamayhna^ par M. Stansbury Hagar, 
secrétaire du Brooklyn Institute, section d'archéologie. 11 y a 30 ans environ, 
un certain nombre de manuscrits ayant trait aux connaissances des premiers 
Péruviens, étaient découverts dans la Bibliothèque nationale de Madrid, 
par don Pascual<^ de Gayangos. Parmi ces manuscrits se trouvait un mémoire 
sur les antiquités du Pérou, écrit vers Tan 1610, par un aymara ou colla 
de pure origine et de noble lignage, don Juan de Santa-Cruz Pachacuti Yam- 
qui Salcamayhua. Ce manuscrit fut traduit pour la première fois par sir Cle- 
nientsR. Markham et publié par la société Hakluyten 1873. Six ans plus tard 
une version espagnole fut publiée àMadridpàr M, Marcos Jimenez de la Espada, 
en un volume portant le titre de « Tres relaciones de antigüedades peruanas ». 
Ce manuscrit renferme une carte stellaire qui est une véritable clef de Tas- 
tronomie synibolique de Tempire des Incas. L'attention de M. Stansbui^ 
Hagor a été appelée sur cette carte par feu le major W. S. Beebe, de Thomp- 
son, Coun, qui a consacré de longues années à Tétude de Tancien Pérou. En 
1892, le major Beebe a communiqué à un cercle très restreint un résumé de 
ses travaux dans lequel fígurait une traduction du manuscrit et un^court com- 
mentaire sur la carte. Mais le major n'apportait aucun document à Tappui de 
ses dires ou, du moins, il n'en avait pas fait connaître, et c'est là ce qui a engagé 



Digitized by 



Google 



330 SOCIÉTÉ DES ÀMÉRICANHTES DE PARIS 

M. Stansbury Hagar à se livrer à des recherches nouvelles et approfondies. 
Ces recherches Tont amené à des conclusions sensiblement conformes à celles 
du major en ce qui touche la carte, bien qu'il diffère avec celui-ci sur quelques 
points de détail. 11 a trouvé des arguments concluants dans des documents 
émanant des plus anciens écrivains sur le Pérou et aussi dans ceux qui nous 
ont conservé les rites des Péruviens, dont la base était un symbolisme astro- 
nomique, comme M. Stansbury Hagar espère le démontrer plus tard. Les 
deux lignes qui se trouvent dans le haut de la carte représentent le ciel 
et leur point de rencontre, le pôle sud. Immédiatement au-dessous de ce poiift, 
figurent les cinq étoiles de la Croix du Sud avec trois étoiles placées verticale- 
ment, qui marquent le pole. Au-dessous, se trouve représenté un gros œuf. 
symbole de TEsprit universel appelle llla-licci-hayra-cocha. Esprit du feu, de 
la terre, deTairet de Teau, d'où tout est sorti comme issu d'un œuf. A là gauche 
de Fœuf, le soleil est personnifié par un homme avecTétoile du matin au des- 
sous de lui; à la droite une femme personnifie la lune; elle a Tétoile du soir à 
ses pieds. Au-dessous du centre de la carte, les douze signes du Zodiaque sont 
disposés sur trois colonnes verticales. Ajoutons que les principaux résultats de 
M. Stambury Hagar avaient été déjà publiés dans son mémoire, inséré au 
Compte Rendu du Congrès internalional des Américanistet {XI I^ session, 
Paris, 1900), Paris, Leroux, 1902, p. 271. 

L. DB T. 



Proceedings of the Antiquarian and Numismatic Society of Philadelphia 
{1902-1903), — Des nombreuses communications faites dans les diverses 
réunions de cette société, durant la dernière période précitée, une seule a trait 
à une question d'histoire américaine. Elle est intitulée : the ceramic Literature 
of the Pennsylvania germans» (Productions littéraires céramiques des allemands 
de Pennsylvanie), par M. Edwin Atlee Barber, conservateur du Musée de Penn- 
sylvanie. Ce que l'auteur de cette note ne mentionne pas et qu'il semble utile d'in- 
diquer en passant, c'est qu'entre les années 1700 et 1728, quarante mille emigrants 
allemands vinrent s'établir en Pennsylvanie. La plupart étaient originaires du 
Palatinat et de religion luthérienne ou réformée. M. Edwin Atlee Barber com- 
mence par montrer, en citant divers exemples, que toute œuvre sortie des 
mains du potier, offre un intérêt spécial, soit au point de vue historique, soit à 
celui de la forme (ou bizarre ou artistique), de la décoration, du vernis, etc. 
Les faïences des potiers allemands de Pennsylvanie sont .des plus remarquables 
par la diversité des traits qui les caractérisent. Plus que les produits similaires 
des peuples civilisés, elles dénotent chez leurs auteurs une aptitude particulière 
s'inspirer de l'esprit du temps, du milieu dans lequel ils vivaient. Ces potiers à 
ont fait de leurs faïences un moyen de transmettre à la postérité l'histoire 
de toute une période, celle du xviii'^ siècle^ pendant laquelle, dans cette 
région, le niveau de la culture intellectuelle était en général très peu élevé. 
Grâce à une décoration des plus expressives, à des légendes parfois assez 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ST NOUVELLES AMÉRIGANISTES 331 

difficiles à déchiffrer^ car elles sont souvent écrites phonétiquement, ils ont 
enregistré les coutumes, les modifications apportées dans Tétat social et le 
folk-lore de leurs concitoyens. M. Edwin Atlee Barber cite une foule de 
renseignement, accompagnés de reproductions gravées, qui donnent à son article 
une valeur documentaire de premier ordre. 

L.niT. 



Smithsonian institution. Annaal Report {1903), — Les matières très 
variées traitées dans ce rapport, forment un volume de près de 900 pages d'un 
texte serré. Laissant de côté les communications nombreuses qui ne rentrent 
pas dans le cadre de ce Journal, on se bornera à signaler ici quelques travaux 
remarquables. 

An Exploration to mount Mac, Kinley, Americas Highest Mountain par 
M. Alfred H Brooks. Dans un style sans emphase, alerte, qui respire la vail- 
lance et la bonne humeur, l'auteur rend compte des difficultés que ses compa- 
gnons et lui-même ont eu à surmonter au cours de cette exploration, la plus 
considérable faite dans T Alaska. Elle dura 105 jours durant lesquels fut parcou- 
rue une distance de plus de 800 milles. Cette narration donne une idée exacte de 
cette région bien peu connue et habitée par de rares Indiens. M. Alfred H. 
Brooks, avec la mission dont il était chef, arriva jusqu'au pied du mont Mac- 
Kinley dont la hauteur est estimée à plus de 20.000 pieds. Il n'en tenta pas 
Fascension, cela sortait du programme qui lui avait été donné et le temps, d*ail- 
leurs, lui aurait fait défaut. Des photographies très curieuses accompagnent le 
texte. 

North pole Exploration : Field work of the Peary artic Club, 1897-1902, 
par le commander H. E. Peary, de la marine des Ë.-U. Appuyé par le t Peary 
artic club », fondation de MM. Morris K. Jesup, Henry W. Cannon, H. L. 
Bridgman, tous trois amis personnels du commander R. E. Peary, celui-ci 
exécuta la magnifique exploration qui, commencée le 4 juin 1898, se termina vir- 
tuellement le 8 août 1902, quand, à Payer Harbour, baie de Ule d'ElIesmere 
où Feary et ses compagnons se préparaient à un nouvel hivernage, arriva le 
petit vapeur Windmard qui, avec des ravitaillements, amenait Mrs. Peary 
elle-même ainsi que sa petite-fille. Dans sa communication, accompagnée d'une 
carte et de photographies très bien venues, M. Peary, avec une simplicité qui 
souligne son courage, son énergie^ son endurance et les mêmes rares qualité 
chez ses compagnons, donne un résumé complet de sa longue campagne dans 
les ^aces et des vicissitudes subies. Le 21 avril 1902, il est arrivé à la latitude 
la plus élevée à laquelle il pourra atteindre, 84^17, et, dans son journal, il écrit: 

« La partie est perdue. Je suis arrivé au terme d'un rêve caressé depuis seize 
« ans. Le temps s'est éclairci pendant la nuit. Nous nous sommes mis en route 
u ce matin. Neige profonde. Deux petites et anciennes banquises. Puis un large 
« espace de glace en fragments et de neige profonde. Du haut d^une eminence, 
« j*Axamine la vaste étendue autour de moi. Les deux banquises que nous venons 



Digitized by 



Google 



332 SOQÉTÉ DES ABfÉRICANISTBS DE PARIS 

« de passer sont les seules en vue. La roule est impraticable et je donne Tordre 
« de camper. J ai lutté du mieux que j'ai pu. Je crois que j'ai combattu un bon 
« combat. Mais je ne puis faire Timposáible ». 

Quelques heures après que Tordre de camper eut été donné, venait, du Nord, 
comme un bruit de mer sur des brisants. C'étaient les banquises qui, sous Tin- 
fluence du vent^ s'écroulaient les unes contre les autres. Vers minuit, le 21, il 
fallut reprendre le chemin parcouru au prix de tant d'efforts et tâcher de rega • 
gner Payer Harbour où la petite troupe arriva le 17 mai 1902. 

Food Plañís of ancient America, par M. 0. F. Cook, du département de Tagri- 
culture aux E.-U. M. Gook après avoir consacré quelques pages aux plantes ali- 
mentaires cultivées dans les ilesdu Pacifique, conclut que les plus importantes, 
pour les races polynésiennes, étaient au nombre de sept : le taro [arum esculen" 
¿om), le yam {discorea aUía)^ la patate, là canne à sucre, le bananier, Tarbre 
à pain et le cocotier, dont six, — Tarbre à pain étant excepté, — existaient 
en Amérique avant Tarrivée de Colomb et dont cinq, — le cocotier faisant 
exception, — étaient reproduites ou plutôt propagées par boutures. Il cons- 
tate que sauf pour le bananier, la botanique offre bien des arguqaents tendant 
à faire admettre la thèse que les plantes alimentaires, trouvées tant dans 
Tancienne Amérique qu'en Polynésie, et sous les tropiques, dans le vieux 
monde, auraient eu le nouveau i;nonde comme pays d^origine. Il ajoute que 
la difficulté, l'impossibilité même pour certaines de ces espèces de se reproduire 
par graines, parait démontrer que leur dissémination a été Tœuvre d'hommes 
vivant à une époque très reculée. 

Les ethnologues ne se refuseront peut-être pas à admettre que, dans le vieux 
monde, cette dissémination a été due aux ancêtres des Polynésiens dont on 
trouve trace dans toute la région comprise entre les iles Hawaî, Tile de Pâques, 
là Nouvelle-Zélande, Formóse, la Malaisie, Madagascar. Mais il n*a été donné 
aucune explication sur Texistence de ces plantes alimentaires en Amérique, les 
ethnologues n^dmettant pas que les migrations des Polynésiens, dirigées tou- 
jours vers TEst, aient pu s'effectuer vers le Nouveau-Continent. 

M. Cook cite Tafíirmatíon catégorique de M. Brinton, au Congrès interna- 
tional d'Anthropologie, tenu à Chicago en 1894 : « Jusqu^à ce jour on n'a pas 
u découveK un dialecte, un art, une institution, un mythe, un rite religieux, 
« ni une plante cultivée ou un animal .domestiqué, ni un outil, une arme, un 
« symbole en usage en Amérique à Tépoque de sa découverte, qui, antéricure- 
« ment à cette date, ait été importé soit d'Asie, soit d'une région quelconque du 
« vieux monde », et il en conclut que si cette affirmation est admise comme 
l'expression de la réalité, les plantes alimentaires des deux hémisphères ont eu 
leur origine évidente en Amérique. 11 ajoute que cette, conséquence ne semble 
pas avoir été étudiée, en se conformant aux méthodes de Tethnologie moderne, 
mais qu'on peut affirnier qu'il n'existe pas en Asie d'arguments aussi sérieux qu'en 
Amérique pour refuser d'attribuer à une origine étrangère les civilisations les 
plus anciennes de ces continents. Si, fait remarquer plus loin M. Cook, il est 
conforme à la raison d'admettre que les plantes alimentaires communes aux Poly- 



Digitized by 



Google 



MÊLANGB8 ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 333 

nésiens et aux peuples vivaiil sou» les tropiques dans les deux continents, furent 
importées de Polynésie à travers le Pacifique, il est également raisonnable de 
chercher Torigiue de ces espèces si universellement répandues sur le continent 
qui, indubitablement, a été le berceau de Tagriculture et c'est à la démonstration 
de cette assertion dernière que Tauteur consacre la plus grande partie d'une 
communication pleine d aperçus et d'indication dignes d'une sérieuse attention. 

— Central American Hieroglyphic Writing^ par M. Gyrus Thomas. Cest 
une intéressante et rapide esquisse, accompagnée de reproductions photogra- 
phiques, du mode d'écriture adopté par les Mayas du Yucatan, du Chiapas, du 
Guatemala et du Honduras occidenUl. 

— Traces of aboriginal Operations in an Iron mine near Leslie^ Missouri. 
parM. W. H. Holmes. Dims les premiers jours d'avril 1903, le Bureau d'Eth- 
nologie reçut, du D*^ S. W. Cox, de Cuba, Mo., avis qu^il avait découvert des 
vestiges de travaux anciens dans une mine de fer exploitée par lui, près de 
Leslie, dans le Franklin County. Cette nouvelle ayant été confirmée par M. D.I. 
Bushnell et d*autres archéologues de Saint- Louis, l'auteur se rendit sur les lieux. 
11 constata que les mineurs avaient rencontré une masse de minerai d'épaisseur 
et de largeur indéterminées, sise à une petite profondeur, sur une pente douce, 
aux bords du « Big Creek », un añluent de la « Bourbois River » et qu'ils avaient 
enlevé le minerai sur un espace long de cent cinquante pieds, large de cent 
pieds, et sur une profondeur, dans la partie la plus épaisse, de quinze à vingt 
pieds. Au commencement des travaux, on avait reconnûtes vestiges d'anciennes 
excavations, faites dans le sol recouvrant le minerai, et profondes de un à cinq 
pieds; puis, au fur et à mesure de ra\ancement de l'exploitation, la masse 
était criblée de trous creusés par les indigènes, leurs galeries passant même au- 
dessous du sol de la galerie actuelle. 11 y avait un grand nombredeces galeries 
partiellement comblées. Elles étaient, en général, étroites et sinueuses, mais 
elles s'élargissaient de place en place et, en deux endroits, assez pour permettre 
à un homme de travailler debout. 

Parmi les débris de ces anciennes excavations, on a trouvé un grand 
nombre de grossiers marteaux de pierre et les mineurs en avaient réuni plus 
d'un millier en un tas à l'orilice de la mine. Ces marteaux sont formés de cail- 
loux ou de fragments d'hématite pesant de une à cinq livres, grossièrement 
évidés ou entaillés, pour permettre de fixer un manche avec des liens d'osier. 
De ces manches il n'a été découvert aucun spécimen. I^ grand nombre des outils 
démontraient l'importance de l'exploitation par les aborigènes, mais il n'était 
pas facile d'en déterminer l'objet. Au premier abord, on crut que le minerai 
était utilisé pour la fabrication d'outils analogues à ceux qui furent en usage 
chez beaucoup de tribus de la vallée du Mississipi, mais après examen, il fut 
reconnu qu'il n'y avait que de très rares spécimens portant trace de façon autre 
que celle indispensable pour faire des marteaux analogues à ceux trouvés dans 
la mine. En brisant le minerai, les ouvriers actuellement employés rencontrèrent 
des silex en couches peu considérables et irrégulières. Mais ils étaient de nature 
trop cassante pour avoir été utilisés. et, bien qu'on ait rencontré, dans tes débris 
Soc¿4té des Américanistes de Pari», 22 



Digitized by 



Google 



334 SOCIÉTÉ OES AMÉRICAMSTES DE PARfô 

comblant quelques-unes des excavations de la surface, des pointes de lances et 
de flèches en silex, il semble bien que le ^n*and travail souterrain exécuté par les 
Indiens n'ait pas eu pour but de recueillir des éclats de cette pierre d'ailleurs 
très abondante dans le voisinage. 

D'autre part, on constata qu'aux abords de la ruine le minerai exposé à Tair et 
le sol même était d'un rouge brillant. Les ouvriers, également, étaient colorés 
en rouge des pieds à la tête et quiconque prenait dans ses mains du minerai 
les avait tachées par du peroxyde de fer ; il fallait des lavages répétés pour 
enlever les taches. Cette constatation suggéra aussitôt l'impression qu'on était en 
présence d'une mine qui avait été exploitée en raison de la couleur tirée de son 
minerai, couleur très recherchée par les aborigènes et objet d'un commerce 
important. 

L'examen des parois delà mine montra, d'une part, que les couches offraient 
du minerai de couleur et de résistance différentes suivant le degré d'oxydation 
et, d'autre part, que, lorsqu'il était mêlé au quartz et au silex, il était plus dur 
et d'une couleur plus foncée. Les couches ainsi composées n'avaient pas été 
exploitées par les aborigènes. 

On put acquérir aussi la conviction que les excavations rencontrées à la sur- 
face correspondaient avec les anciennes galeries. 

— The Republic of Panama^ par le professeur H. Burr, membre de la com- 
mission du Canal. Notice courte mais substantielle sur la république du Panama. 
L'auteur commence par faire brièvement l'historique de la région depuis l'ar- 
rivée des Espagnols en 1499 jusqu'à la proclamation de la République de 
Panama, le 3 novembre 1903, puis, après avoir déterminé les limitesde celle-ci, 
il en trace les caractèi*es géographiques, orographiques et ethnographiques ; il 
donne un aperçu du chemin de fer, du transit qui s'effectue par cette voie ; enfin, 
il s'étend plus longuement sur le canal et sur son achèvement prochain. 

L. DB T. 

American Antiquarian Society {Semi-annual Meeting ; Boston^ April 7, 
1904). — Le rapport du conseil renferme, entre autres indications intéressantes, 
des renseignements relatifs au Catalogue-Index of Manuscripts in the Archives 
of England^ France^ Holland and Spain relating to America {1765 to Í783), 
Cette œuvre monumentale représente trente ans de travail. L'auteur, feu Benja- 
min Franklin Stevens, estimait à près de 100.000 dollars les frais de tout genre 
qu'avaient occasionnés ses recherches. Le catalogue, achevé par Mrs Stevens 
avec le concours des anciens collaborateurs de son mari, forme, en l'état actuel, 
180 volumes in-folio, de 500 pages chacun, et donne, en plus de 160.000 numé- 
ros, l'inventaire descriptif raisonné de tous les documents officiels existant en 
Europe, sur la Révolution américaine et les traités conclus ^ Tissue de la guerre 
de l'Indépendance. V American Antiquarian Society émet le vœu (auquel tous 
les travailleurs s'associeront) que ce précieux répertoire soit acquis par l'État ou 
quelque généreux particulier, pour être conservé dans la « Library of Congress » 
ou tout autre dépôt public. 

L. DB T. 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES Et NOUVELLES AMÉRICANiSTBS 335 

Le jubilé du professeur Putnam. — Le professeur F.-W. Putnam a célébré, 
en ces derniers mois, le cinquantième anniversaire de son entrée dans le per- 
sonnel enseignant de Harvard University. M. Putnam appartient à notre 
Société, comme membre d'honneur américain, depuis la fondation. Ce nous est 
un devoir, en même temps qu'un plaisir très agréable^ de joindre nos félicita- 
tions, — accompagnées de souhaits amicaux, — à toutes celles que Téminent 
jubilaire a dû recevoir en la circonstance. La presse scientifique des États-Unis 
lui a consacré de nombreuses et longues notices. Son activité, Finfluence 
qu'il a exercée et exerce sur ses élèves, le rôle qu'il a joué dans la fondation 
des principaux musées anthropologiques de l'Union et dans l'organisation 
du travail américaniste au delà de l'Atlantique, la part qui lui revient ainsi 
dans les progrès intellectuels de son pays, tout cela a été dit, redit, et bien dit. 
Notre hommage amical prendra la forme concise et quasi militaire d'un 
« état de services i>. Et c'est après tout la meilleure manière d'honorer un 
vétéran : 

Né à Salem (Mass.) en 1839. 

Conservateur et bibliothécaire de r« Essex Institute », 1853; 

Dresse le Catalogue of Birds of Essex Country^ 1856 ; 

Attaché au laboratoire d'Agassiz à Harvard, 1856; 

Assistant au « Museum of Comparative Zoology », 1857 ; 

Organisateur du « Peabody Museum of American Archœology and Ethno- 
logy », 1867-1875 ; 

« Curator » du « Peabody Museum », 1875; 

Secrétaire perpétuel de V« American Association for the advancement of 
Science », 1873-1898; 

Chef du Département ethnologique de l'Exposition de Chicago, 1893; 

Curator of the Department of Anthropology in the « Museum of Natural 
History », New York, 1 894-1903 ; 

Professeur d'Anthropologie et chef du Département anthropologique à 
rUniversité de Californie, 1903; 

Organisateur et vice-président regnicole du XIII* Congrès international des 
Américanistes, 1902; 

Fondateur et président local (« Boston Branch » ; « California Branch ») de 
l'u American Folk-Lore Society », 1888-1905 ; 

Chevalier de la Légion d'Honneur, 1889. 



Ethnographie religieuse des Indiens Pueblos, — La littérature de cette ques- 
tion vient de s'enrichir de deux mémoires considérables, dus à M. 0. Solberg, 
lé premier, inséré par la Zeitschrift fur Ethnologie (t. 37, 1905, p. 626) ; le 
second, paru dans Archiv fur Anthropologie (t. IV, 1905, p. 48). Sous le titre : 
a Ueber Gebraüche der Mittelmesa-Hopi (Moqui) bei Namengebung, Heirat 
und Tod A, l'auleur adressé, d'après les observations éparses dans les meilleurs 
récits de voyage, le tableau synthétique des rites relatifs à la naissance, au 



Digitized by 



Google 



336 sogiétA des ánéricáni8té& de paris 

mariage et à la mort parmi les tribus et clans de Mishongnovi et Shipaulovi 
(Tusayan). L'aatre travail (intitulé : a Ueber die Bahos der Hopi ») traita des 
bâtons cérémoniels et de leurs usages chez les mêmes peuples. 

Quant au mariage, les points culminants de sa liturgie se ramènent : l*à 
xine puri6cation de' la chevelure des conjoints, après laquelle Tépousée adopte la 
coiffure spéciale aux femmes mariées ; 2® à un repas nuptial dont les prémiceé 
sont consacrées aux divinités. Les villages de la Mesa moyenne y ajoutent une 
fonction bizarre qui consiste, pour les a89Í8tants, à asperger de boue les mariés. 
Cette dernière coutume n^apparalt qu'à titre exceptionnel dans la Mesa orien- 
tale et au « pueblo » Oraibi. La situation de Tenfant dans la famille ne parait 
point dépendre de ces actes liturgiques. La jeune fille Hopi se donne souvent 
^vant le mariage. Elle n'épouse pas toujours Thomme qui Ta déflorée et rendue 
mère. Mais ses fils naturels sont traités comme ceux qui naissent après mariage. 
Une autre particularité intéressante, c'est que la femme reçoit son trouaseau 
(couvertures de coton, nattes, mocassins) des parents de son mari. La fabrica- 
tion de ces objets est réglée parle rite et rentre aussi dans, la liturgie nuptiale. 
En échange, la rnariée offre solennellement une provision de farine à sa nou- 
velle famille. Remarquons enfin que le nouveau couple réside toujours cher les 
parents de la femme. Maip le mari est un peu considéré par ceux-ci comme 
un étranger (ainsi, en cas de maladie, il est reconduit aux siens poup ¿tre aoi- 
j^né). Tout cela est-il un reste de matriarcat? Les rites de naissance qui inté^ 
ressent à la fois la mère et Tenfant, se déroulent, de cinq en cinq jours, pendant 
vingt jours. Sous la direction de Taleule paternelle du nouveau-né (seule 
parente du mari qui participe au rite), les femmes aspergent d'eau avec Tépi 
^ de maïs les pieds, les jambes et les cuisses de l'accouchée ; elles lui lavent la. 
chevelure avec une racine de saponaire. Elles passent quatre fois de suite de la 
farine au-dessus du corps de l'enfant, de la téie aux pieds. La quatrième puri- 
fication, celle du vingtième jour, se termine par l'imposition des noms (de plante 
et d'animal). Chaque marraine en donne un. Le nom usuel et définitif est déter- 
miné plus tard. Comme épilogue de ces cérémonies, on enterre solennellement 
le placenta, enfermé 4en0 un panier, et les matrones vont planter, au soleil 
levant, à l'orient du c< pueblo »« en récitant des prières, les « bahos » de l'ac- 
couchée et de son rejeton. Dans le rituel funéraire, assez simple, décrit par 
M. Solberg, on relève surtout un nouvel et copieux emploi des « bahos ». 

L'usage des « bahos » qu'on rencontre partout, dans les champs, au creux 
des rochers, dans les habitations, et qu'on rencontre aussi sur les cadavres, est 
un phénomène ethnographique d'une, rare extension. Sous d'^autres noms, 
Lumholtz, Diguet et bien d'autres explorateurs l'ont constaté chez tous les 
peuples du Mexique septentrional. Les cavernes du rio Gila et du Colorado 
témoignent de son ancienneté. Avec la plupart des observateurs, M. Solberg 
incline à y voir une matérialisation ou, plus exactement, une commémoraisoo 
de la prière. Les dieux, ne peuvent être présenta partout. Il convient, au cas de 
leur absence, de leur laisser un signe tangible des supplications qu^on leur a 
adressées; Pour Pewkes, contesté, du reste^ par Solberg, le « babo » serait mime 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 337 

plus qu'une prière, <— un sacrifice. Les « bahos »> qui se présentent, en général, 
par couples, se fabriquent, d*ordinaire, de bois de peuplier et de saule, coupé 
en des endroits consacrés. Us se surmontent de plumes de jeune aiglon, arra- 
chées à des époques fixes. Ils sont enluminés de couleurs éclatantes, préparées 
selon des règles traditionnelles. Leur fabrication, en des chambres spéciales du 
« pueblo », constitue toute une liturgie, riche en purifications et en formules. 
La recherche et la réunion des éléments composants du « baho » en est la pre- 
mière phase. Vert ou jaune, le « baho » perpétue des prières pour les récoltes. 
11 a le même sens, 8*il est accompagné d'une touffe d'herbe ou d'un petit sac de 
mais. Certains signes (anneaux ou spirales) peints en noir lui donnent une vertu 
évocâtrice de la pluie. Il varie de forme, selon le sexe de la personne qui rem- 
ployé. Est-il bien certain qu'un « baho », pour avoir toute sa valeur utile, ne 
doive pas être planté par celui qui l'a fabriqué ? 

Quoi qu'il en. soit, cette excellente monographie du « baho », éclairée de 
bonnes figures, me fait désirer, comme les rites Hopi dont nous parlions en 
commençant, que M. Solberg entreprenne maintenant un autre travail. Ce 
serait la comparaison de ces usages du pays Pueblo avec certains détails relatés 
du Mexique précolombien par Sahagun. 11 y aurait là, je crois, matière à rap- 
prochements nombreux et fort instructifs, pourvu qu'ils tinssent compte des 
différences de peuple, de temps et de lieux. 

L. L. 



Lei deux a Ailatl » de Florence, — Sous ce tHre « Two ancient Mexican 
Atlatl », M. D.-J. Bushnell qui, depuis quelques années, s'occupe des objets d'ar- 
chéologie précolombienne conservés dans les Musées d'Kurope, signale (i4me- 
rican Anthropologisl^ vol. 7, p. 218-221, pi. XXI-XXII) deux pièces intéres- 
santes, entrées depuis quatre ou cinq ans, par les soins du professeur Mantegazza, 
dans les vitrines du Musée national d'Anthropologie et d'Ethnologie de P Institut 
des Études supérieures à Florence, Leur histoire est inconnue. Il paraît très 
probable qu'elles durent faire partie du trésor mexicain, envové par Cortés à 
Charles-Quint et auraient été offertes par ce prince au pape Clément VII de 
Médicis. Au rebours du spécimen similaire appartenant au Musée Britannique ^ 
les « Atlatl » de Florence présentent, l'un et l'autre, sur les deux faces, des 
sculptures d'une grande finesse, profondément creusées dans un bois dur à grain 
très fin, d'une teinte rouge noirîitre. Comme V u Atlatl » du Musée Kircher 
de Rome, jadis publié par Mrs Nuttall *, ils étaient recouverts d'une mince 
couche d'or qui en épousait tous les contours décoratifs et dont une partie adhère 
encore. La longueur totale est respectivement de 605 et 575 mm., dont 355 et 

i. Décrit et figuré par le D' Stolpe dans Internationalei Arehiv fur Ethnographie, 
vol. III, 1890, p. 234. 

2. Daos Archeological and Ethnological Papers of the Peabody Museum, vol. I, 
n* 3, 1891, sous le titré : « Atlatl or S pear- Thrower. » 



Digitized by 



Google 



338 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAMSTBS DE PARIS 

378 mm., entièrement fouillée, face et revers, par l'outil. Une monographie 
complète sur ce sujet serait désirable, accompagnée de reproductions plus 
nettes et plus détaillées. D'après les clichés de M. Bushnell, on croit aperce- 
voir seulement que Tornementation d'une des deux pièces semble reproduire 
un sacrifice et Ton devine aussi, plutôt qu'on ne led constate, à la partie infé- 
rieure et sur l'autre côté, la fígure et les attributs de Mîctlanteuctli. Pour la 
pièce B, l'intervention d'une divinité à forme animale, est le seul trait percep- 
tible. Quoi qu'il en soit, d'après l'aspect général, on est tenté de souiscrire au 
jugement de iauleur : « true gems of ancient Aztec art... These specimens are 
probably the liaest existing examples of the throwing-sticks of the ancient 
Mexicans. » 

L. .L. 



Les ruines de <* Quie-ngola » en 1854, — De « Quie-ngola », la fameuse 
place fortifiée où le roi des Zapotèques, Gozijo-eza, soutint, pendant cinq ans, 
Teifort des Mexicains dWhuitzotl, nous possédons aujourd'hui au moins une 
description vraiment scientifique : celle du professeur Seler, publiée, en 1896, 
dans le volume offert à Hastian pour son TO' anniversaire de naissance, et 
insérée, depuis lors, par l'auteur au tome II de ses Abhandlungen^ pp. 185-199 ^ 
Mais M. Seler y constate lui-même l'état de profonde dégradation des monu- 
ments, dont plusieurs ont même complètement disparu, depuis l'époque où le 
P. Burgoa les vit et les étudia pour la première fois. C'est à ce titre qu'il nous 
parait curieux de reproduire ici le récit d'une visite faite à Quie-ngola en 1854. 
retrouvé récemment dans les papiers inédits d'un français. G.-E. Trusson, auquel 
nous faisons cet emprunt, n'était pas un spécialiste, ni même un homme de 
science, mais un modeste commerçant. Sa petite monographie, dont on a res- 
pecté, comme il convenait, la forme et l'orthographie, est donc visiblement fau- 
tive par plus d'un point et, toujours, assez superficielle. En beaucoup d'en- 
droits, cependant, ce petit travail, par la date même de sa composition, com- 
plétera les remarques judicieuses de M. Seler et même pourrait contribuer à 
éclaircir quelques-unes des questions posées par le professeur de Berlin à propos 
de la topographie de « Quie-ngola ». 

« La plus grande curiosité antique à 5 lieues nord-ouest de la ville de Téhuan- 
tépec, est la colline Dani Quien-Gola (montagne, grosse pierre, en zapoteco). 
Cette montagne, ou grande colline, est célèbre pour avoir été, il y a des siècles, 
habitée par une très grande population. La preuve en est palpable par les 
immenses monceaux de ruines qu'on trouve de tous côtés sur cette colline. Il y 
a une muraille massive de plusieurs lieues d'étendue, bâtie au fond d'un préci- 
pice et traversant un ravin qui sépare le Quien-Gola de la chaîne principale. 
Dans l'enclos de cette mui*ailie, on voit les ruines de plusieurs maisons bâties 
en petites pierres de moellon et au-dessus un glacis en pierre à chaux. Pres- 

1. Voir aussi quelques pages, surtout anecdotiques et pittoresques, dans Auf 
alten Wegen in Mexico, par Caecilie Seler (Berlin, Í900), p. 83 ss. 



Digitized by 



Google 



MtLANOES ET NOUVELLES ÁMÉRICANISTB8 339 

qu'au sommet, il y a une caverne, Tentrée en est petite et la profondeur peut 
être d'environ 180 pieds. Une immense quantité de stalactites, de diverses 
formes, sont suspendues à la voûte peu élevée, de couleurs différentes, blanc, 
^s, bleuâtre, quelques-unes presque transparentes. M. W., venu avec moi de 
Téhuantépec, en emporta plusieurs; nous pHmes aussi des fragments de pots de 
terre rouge, des lambeaux de peau de daim ornées de pointes de porc-épic, 
preuve incontestable d'habitants dans cette caverne. Dans quelques parties de la 
cave, il y a de grosses stalagmites adhérentes au sol ; il y a plusieurs chambres 
ou ouvertures ; elles varient de 3 à 8 pieds de large. 

Au coucher du soleil, nous arrivâmes au bord du précipice de pierre à chaux 
et entrâmes dans une vallée qui s^étend sur plus de 600 mètres de largeur, 
2 1/2 kilomètres de longueur et se termine sur la gauche par une profonde 
ravine. Là, nous trouvâmes les ruines d'un temple bâti en petites pierres 
plates, solides partout et en parfait état, moins la chaux dont les murailles 
étaient enduites. Le temps a passé par là. Nous passâmes la nuit dans le temple... 
La forme du temple est oblongue : 11 mètres de haut, 35 de longueur à la 
base et 30 mètres de large ; en haut, il y a 25 mètres de long et 15 de large. Il 
y a 4 terrasses qui entourent Touvrage; chaque terrasse peut avoir 2 mètres de 
hauteur. En face de la vallée, il y a des escaliers, 8 mètres d'un bout de la marche 
à l'autre ; ils mènent au-dessus du temple, et à chaque coin*, il y en a de petits, 
pour descendre. Le *temple est à côté d'un enclos barré (qui couvre environ trois 
hectares de terrain), et dont la muraille a 2 1 /2 mètres de hauteur et 3 de large. 
Cette structure servait probablement pour les sacrifices. Exactement vis-à-vis 
de l'autre côté de la vallée, nous découvrîmes un autre temple très pareil au 
premier, mais d'un tiers plîis grand. Ce second avait, au^essus, plusieurs mai- 
sons en ruines et bâties en briques. En parcourant la vallée, nous trouvâmes 
partout des ruines de maisons, même sur le flanc escarpé de la montagne. Cette 
vallée peut avoir 350 mètres d'élévation au-dessus de la plaine. Avant de sortir 
de la vallée, nous découvrîmes un monceau de ruines qui pouvait couvrir un 
hectare, mais les pierres en étaient si brisées que nous ne pûmes nous faire une 
Idée de leur première forme. Nous campâmes de nouveau pour la nuit et, au 
point du jour, nous commençâmes à gravir la colline, ce qui nous occupa jus- 
qu'à 7 heures du matin... J'ai rarement vu quelque chose d'aussi beau. A dis- 
tance, Timmense golfe de Téhuantépec ; le lac argenté de Téléma; de tous côtés, 
une immense plaine, et de distance en distance, de petites collines s'élevant 
comme des lies; des champs couverts d^ moissons; les clochers brillants de la 
ville, et tout autour^ les haies verdoyantes couvertes de fleurs sur les bords de 
la rivière. 

En revenant, nous passâmes près d'autres ruines de peut-être 8 hectares 
d'étendue et en partie entourées d'un mur de 3 1/2 mètres de haut et de plus 
d'un mètre d'épaisseur. Dans cette enceinte, le sol était pavé de petites pierres 
en parfait état de cont^ervation. Dans le milieu, il y a deux monuments, l'un 
carré, l'autre rond, ayant le premier, 6 mètres à sa base, le second, 6 mètres aussi 
de diamètre. Leur hauteur, au-dessus du pavé, est d'environ 3 mètres; les 



Digitized by 



Google 



340 SOCIÉTÉ PES AMÉRlCANfSTES DE PáR^ 

ruines annoncent qu'elle devait être beaucoup plus grande. H y a des marches 
tout autour du rond ou du carré. Notre guide voulait nous mener dans d*autres 
parties de la colline : « Partout, nous dit-ril, vous trouverez des ruines de l'es- 
pèce de celles que vous avez déjà visitées... 

Les Indiens croienl que le diable habite sur la colline, de manière que noire 
guide se tenait toujours serré contre nous... Une tradition de luchilan, ville 
éloignée de 7 lieues N.-E. de Téhuantépec, fait remonter la dépopulation de 
Quien-Gola au moins à 360 ans. A quelle époque ces immenses ouvrages furent- 
ils construits ? Voilà ce qui reste dans Tobscurité. 

G.-E. Tbusson. 



f'ne exploration &u Yucatan, — Le comte Maurice de Périgny dont on n'a 
pas oublié les débuts de conférencier, au dernier printemps, a bien voulu, dans 
une lettre récente, résumer, à Tintention de nos lecteurs, ses précédentes 
excursions yucatèques et le programme de l'expédition, plus développée, qu'il 
vient d'entreprendre dans le Centre-Amérique : 

« Venu au Mexique, en octobre 1904, avec le VIII* Congrès International 
de Géographie, j y ai séjourné quatre mois. Je passai tout le mois de janvier 
1905 à visiter les principales ruines du Yucatan, Chichen-Itza, Uxmal, Kabah, 
Labua, Izamal et Aké. 

De retour à Paris, encouragé par M. Henri Cordier et mon ami Guillaume 
Grandidier, je me décidai à retourner au Yucatan, mais, cette fois, pour un 
voyage original. La Société de Géographie me confia une mission bénévole, 
ainsi que le Ministère de Tlnstruction publique, grâce au rapport de M. le 
D' Hamy. Voulant parcourir une région encore inconnue ou mal connue, j'étu- 
diai les divers itinéraires des précédents voyageurs. 

Et dans les premiers jours de novembre 1905, je quittai TUsumacinta à 
Batanean, pour remonter le Rio San Pedro en cayuco. Je le remontai jusqu'à la 
frontière du Guatemala, à Progreso. N'ayant point retrouvé de ruines, sauf 
quelques monticules, j'avais donc atteint mon but.de savoir que cette région 
n'avait pas été, selon toute vraisemblance, habitée par les anciens Indiens, à 
cause des eaux calcaires du fleuve. Aussi je rejoignis à travers bois la route de 
Tenosique à La Libertad, pour arriver ensuite à Flores. Obligé d'abandonner 
mes gros bagages, envoyés directement à El Cayo (Honduras Britannique), faute 
derpules, je partis avec deux cargadores pour visiter le grand temple de Yax-ha 
et de là me rendre à Benque Viego où je devais trouver un Indien connais- 
sant le chemin de Uacun. Apk*è8 quatre jours dans la forêt, nous arrivâmes, le 
25 décembre, au pied d'une immense pyramide. Personne à ma connaissance, 
sauf -fUelques Indiens chasseurs, n'était encore venu visiter cette pyramide de 
Watun. Je me réjouissais, comme Français, d'avoir été le premier à découvrir 
ce site qui est certainement celui d'une importante cité. En effet, dans le temps 
très bref de mon séjour, je n'ai pas compté moins de trente édifices imposants 
assez bien conservés. 



Digitized by 



Google 



MELANGES ET NOüVfiiXES AMÉRICAN1S1Ï8 341 

... Nous revînmes sur Yaloché, en passant par Holmul (six pyramides, dont 
Tune surmontée d'édifices). Je me proposais de continuer vers le Nord pour 
voir d*aulres monuments indiqués par mon guide, mais mes deux poKeurs 
m'abandonnèrent à Yaloché, refusant d'aller plus loin et voulant retourner cbex 
eux. Force me fut donc de cesser mon voyage et de revenir à El Cayo, d'où je 
gagnai Belize en descendant la rivière de Belize. A Payo Obispo, je rentrais sur. 
le terrain mexicain. Avec une escorte, je me rendis à Bacalat, qui joua un rôle 
si important dans les guerres des Indiens, puis à Santa Cruz de Bravo, Tan- 
eienne Chan Santa Cruz, capitale actuelle du teritoire, récemment organisé, de 
Quintano Roo. Puis, en compagnie du général Bravo, j'allai jusqu'à Peto, avec; 
étape aux divers postes militaires échelonnés sur ce parcours, depuis la dernière 
campagne de 1900-1901... 

...Je rentrai à Mérida le P' février 1906. 

...Je compte repartir en novembre pour un prochain voyage d'au moins six 
mois et essayer d'éclaicir le mystère de Watun... 

M. PB P¿R1GIiir. 



Quelques travaux récents sur r Amérique moyenne. — Dans « .\ztekische 
Ortsnamen in Mittelatoenca » (Zeitschrift fur Ethnologie, t. XXXVII, p. 1002- 
1007), M. Karl Sapper a donné une liste commentée des noms de lieux d'ori- 
gine aztèque dans l'Amérique centrale. \}i\e partie de ces noms serait, selon 
l'auteur, imputable (dans le Salvador) aux Pipils envahisseurs ; une autre trahi- 
rait l'influence des commerçants de Tenochtitlan ; une troisième enfin, la plus 
récente, aurait peut-être été imposée par les Espagnols (M. Sapper admet donc 
chez les conquérants, et surtout, chez les missionnaires, un efibrt pour implanter 
et étendre l'usage du náhuatl comme langue générale dans les régions 
isthmiques). — Les Archaeological and Anthropological Papers of the Peabody 
Museum (vol, 1, n^ 7) nous ont apporté la dissertation que notre collègue, 
Mrs Z. Nuttall, avait présentée au Congrès international de New- York. Quand 
ce mémoire fut produit pour la première fois, de fortes objections furent émises 
contre le titre qu'il porte : « A Penitential Rite of the ancient Mexicans ». 
Penitential implique^ en effet, le caractère expiatoire de tous les rites aztèques 
d'oblation du sang. Or, si Sahagun rattache, en effet, les scarifications et l'offrande 
du sang, à une sorte de sacrement de pénitence. Duran, par contre, stipule 
sans ambiguïté que c'étaient des actions de grâce. F.n réalité, les circonstances 
étaient multiples dans lesquelles on se tirait du sang, pour l'offrir aux dieux. 
On trouve des cas où l'offrande est faite en vue du succès à la chasse ou à la 
guerre (à ce dernier point de vue, la scarification était pratiquement imposée à 
certaines catégories de guerriers) ; le prêtre se scarifie, avant d'immoler là 
victime à de certaines vigiles; les tlatohani^ au moment d'être intronisés; 
les captifs, quand ils sont présentés au dieu, devant le teocalli \ le peuple, 
enfin, se mutile en masse, à de certaines cérémonies, comme pour participer au 
sacrifice célébré par l'officiant. Millier et Réville ont donc pu, jadis, 



Digitized by 



Google 



342 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

classer Facte, avec une certaine raison, parmi les rites propitiatoires (on a dit, 
dapuis, les rites (tentrée). Mais, d'une manière générale, le sens qui lui était 
attribué, devait varier selon Toccasion. Quoi qu'il en soit de la manière dont 
Mrs Nuttall, -^ sans la trop justifier —, prend partie, à ce point de vue, pour 
Sahagun contre Duran, on constatera que son travail, sous la forme définitive 
q4i*elle lui a donnée, représente maintenant une bonne monographie de la 
question. Elle n'examine pas seulement les détails liturgiques du rite, mais 
aussi les divers instruments du sacrifice (épines de maguey, pointes d'os, plumes 
de grands oiseaux). La comparaison des représentations pictographiques de 
Toblation du sang est assez loin poussée (incomplète toutefois). Enfin, au même 
usage religieux, M*»* N. rattache, — et c'est la partie la plus originale^ de sa 
brochure, — quelques pièces archéologiques jusqu'ici difficiles à expliquer. Il 
s'agit notamment de ces coffres de pierre, assez «ombreux au musée de Mexico, 
qui portent figurées en bas-reliefs des scènes de scarification. Il se pourrait que 
ces petits monuments aient été destinés à renfermer les outils de la « pénitence » 
et qu'ils commémorassent des sacrifices individuels. 

Dans Globus (t. L, LXXXVIII, p. 285), notre collaborateur, M. W. Lehmann 
a consacré un intéressant article (« Altmexicanische Muschelzierate in durch- 
brochener Arbeit ») à un ornement en coquillages, provenant de Tampico, que 
possède le Museum fur Vôlkerkundey de Berlin. M. Lehmanti compare cette 
pièce à d'autres analogues, provenant du Guerrero, du Michoacan et de l'État 
de Vera-Cruz, et . fait aussi ressortir la ressen^blance de tous ces objets avec les 
« Shellgorgets » de la région des Mounds-builders. 

. Du Dr G. V. Callegari, de Padoue, nous avons reçu un petit travail, intitulé 
U TrsLdizione azteca del Diluvio (Rovereto, Ugo Grundi, 16 p.. in 8®). Cette 
brochure ale tort déconsidérer comme définitives, l'interprétation qu'Humboldt 
a donnée de certaines planches du Valicanus-fítos et la traduction du Codex 
Chimalpopoca^ par Brasseur. M. Callegari en arrive ainsi à admettre l'identité de 
VatonaUuhy Soleil de l'eau, avec le Déluge biblique. Nata (Coxcox) se trouve 
donc assimilé à une espèce de Noé mexicain. U y a bien longtemps que Ramírez a 
montré tout ce qu'il y avait d'arbitraire dans ce rapprochement et cette traduc- 
tion des peintures. Rappelons, d'autre part, que le caractère aztèque de « l'his- 
toire des soleils » n'est pas autrement démontré et que certains américanistes 
autorisés la regardent, tout au contraire, comme prémexicaine, à cause du 
maigre rôle qu'elle aésigne dans ses versions les plus authentiques, aux dieux 
mexicains proprement dits. 

Le D*^ Santiago J. Barbarena a fait paraître : El Popol-Vuh o Libro sagrado 
de los antiguos voténides^ precedido de un estudio preliminar. San Salvador, 
Centro-América, Dutriz hermanos, 1905, 3 vol. in-12 de80-80-72 p.. La préface 
de ce «^ documento de capital importancia para el estudio de la historia preco- 
lombina » ne nous explique pas pourquoi l'éditeur-traducteur (car il ne s'agit ici 
que d'une traduction) a préféré au vocable modeste de « Manuscrit de Chichicas- 
tenango » le terme plus ronflant, mais controuvé de Popol Vuh ; ni, surtout, 
comment, instruit (v. p. 3, note 1) du sens exact de cette dernière expression, 



Digitized by 



Google 



mAlamges et nouvelles américánistes 343 

il la rend par a libro sagrado » au lieu de u libro nacional » ou « libro del pue- 
blo ». L'apparition des « antiguos volánides » en cette affaire est une autre sin- 
gularité. Les pages liminaires de M. Barbarena renferment, du reste, de bons 
détails sur le découvreur du texte quiche, le Ximenez du xviii* siècle, et le 
distinguent de ses deux principaux homonymes, celui du xvi^ siècle, Ximenes, 
compagnon de Martin de Valence, plus tardévêque d'Oaxaca, qui s'appelait aussi 
François, mais était franciscain ; celui du xvn^, Ximenez, le moine du couvent 
de Xuaxtepu, dominicain comme le prieur de Chichicastenango, mais frère- 
lai et non religieux profès, et qui vulgarisa les travaux d'histoire naturelle de . 
üemandez. Ce dernier Ximenez portait le prénom de Martin. La traduction de 
M. Barbarena est, autant qu'il semble, un terme moyen entre la version fran- 
çaise de Brasseur de Bourbourg et le texte espagnol de Ximenez, publié en 1854 
par Scherzer. Les notes explicatives sont, pour une paKie, empruntées, au 
Popolr-Vuhde Brasseur, pour une autre partie, à des historiographes espagnols, 
et quelques-unes, de M. Barbarena lui-même. Il ajoute qu'il a introduit pour 
son compte : « las concordancias que se encuentran entre las Santas Escrituras 
y el libro que publicamos, analogias de suma importancia que vienen a dar 
un grado de fuerza incalculable à las bases fírmisimas en que descansa la 
inspiración divina de nuestro» sagrados libros y verdad de la religion crin- 
tiana » ! Nous ignorions que ces raisonnements un peu désuets fussent encore 
en honneur parmi les catholiques instruits du Salvador. Les citations 
bibliques auront, au moins, cet avantage de mieux souligner les altérations 
que la Science monastique a introduites dans les traditions indigènes. On s'asso- 
ciera, d'ailleurs, aux vœux du traducteur, en souhaitant avec lui que sa petite 
publication inspire aux jeunes gens de son pays le goût des études locales. 

u Voici une autre traduction en espagnol, susceptible de remplir parfaitement 
ce but auprès du public hispano-américain : El México Desconocido. Cinco 
Años de exploración entre las Tribus de la Sierra Madre occidental; en la 
Tierra Caliente de Tepic y Jalisco y entre los Tarascos de Michoacán, Cette 
translation de l'œuvre de M. Lumholtz est due à M. Balbino Dâvalos (Nueva 
York, Chas. Scribner's sons, 2 vol. in-4® de xxv + 516 p., 6 pi. h. t., le. — 
xxvm -j- 516, 9 pi. fa. t., 2 c, fíg.). L'illustration très abondante reproduit celle 
de l'édition anglaise. 

On a traduit, plus récemment, aux États-Unis, d'autres travaux européens de 
Mexicanisme. Le Bulletin 28 du Bureau of American Ethnology (gr. in-8**, 682 
p., 59pl. h. t., 134 fig.) contient, sous le titre deMexicanand central American 
Antiquities^ Calendar System and History, vingt-quatre des mémoires jugés les 
plus importants parmi ceux parus en .Allemagne en ces dernières années. Cette 
édition, dirigée par notre collègue, M. Chas. P. Bowditch, sera très utile aux tra- 
vailleurs qui ne lisent que l'anglais. Voici, à leur intention, le sommaire du 
contenu: 1. The Mexican Chronology (Selbb); 2. Ancient Mexican feather orna- 
ments (id»); 2. Antiquities of Guatemala (id.) ; 3, Alexander von Humboldfa 
picture manuscripts in the Royal Library at Berlin (id.) ; 4. The-bat god of the 
Maya race (id.) ; 5. The wall paintings of Mitla (id.) ; 6. The significance of the 



Digitized by 



Google 



344 SOCIÉTÉ OES AMÉBICAN1STR8 DE PARIS . 

Maya calendar for historic chronology (id.) ; 7* The temple pyramid of Tepotxlan 
(id.) ; 8. The Venus period in the Borgian codex group ; 9. Aids to the deciphe- 
ring of the Maya manuscripis (E. Fôrstemann) ; 10. Maya Chronology (id.) ; 11. 
Time periods of the Mayas (id.); 12. Maya hieroglyphs (id.); 13. The Central 
American calendar (id.); 14. The Pleiades (id.); 15. The Central American 
tonalamatl (id.); t6. Recent Maya investigations (id.); 17. The inscription on 
the Cross of Palenque (id.); 18. The day-gods of the Mayas (id.) ; 19. From the 
Temple of Inscriptions at Palenque (id.); 20. Three inscriptions of Palenque (id.); 
21. Comparative studies in the fíeld of Maya antiquities (Paul Schelhuas); 22. 
The independent states of Yucatan (Carl Sapper); 23. Two vases from Chama 
(E. P. DnsBLDORTF, Ed. Sblbr, E. Forstemann). 



Les derniers Gaaranis de Sao Paulo, — Les Guaranis de sang pur qui, jadis, 
formaient, en majeure partie, la population indigène de Tactuél État de 
SSo Paulo (Brésil), sont, aujourd'hui, presque tous disparus. Leur descendance 
ne subsiste que métissée d'éléments blancs et nègres. Deux groupes, cependant, 
survivent moins mélangés, Fun au pied de la Serra do Mar, sur les RiosPreto et 
Braqco (aiQuents du Rio de Conceiçao), Tautre, au nord de la Serra dos Itatins, 
sur les Rios Itariri et Peixe. M. Richard Krone, chargé, parle gouvernement de 
Saint-Paul, d'une exploration anthropologique de la région, vient d'étudier le 
second des deux groupes et h rendu compte dç ses recherches dans un des der- 
niers fascicules des Milteilungen der anthropologischen Gesellschafi in Wiei 
(t. XXXVI, p. 130-146, 1906), sous le litre de: « Die Guarany Indianer des 
Aldeamento do Rio Itariri im Staate von Sâo Paulo. « Ces Guaranis du Roi 
Itariri habitent normalement une « réserve », à eux concédée par les pouvoirs 
publics en 1840; mais ils circulent dans la forêt, souvent à de longues distances 
de leur habitat légal. En 1870, la '< réserve » comprenait environ 200 individus. 
En 1903, cette population se réduisait à 14 familles, comptant, au total, 79 per- 
sonnes. Sur ce nombre, du rçste, bien peu sont de vrais Guaranis, car la petite 
colonie a reçu un certain contingent de métis brésiliens. Selon M. Krone, qui 
a soigneusement étudié la généalogie de Valdeamenlo, quand Tactuelle généra- 
tion sera disparue, il n'y aura plus un seul individu de race pure dans la 
« réserve ». La langue guaranie, au surplus, ny est aujourd'hui parlée que par 
dix individus. Les autres ont adopté le portugais. Tous ont abandonné leurs 
anciennes mœurs et cérémonies. Toutefois, deux de ces Indiens s en rappelaient 
quelque chose et ont donné à M. Krone des détails intéressants sur le culte du 
soleil, salué chaque matin par leurs pères, aux joui^ de leur enfance, dans une 
cérémonie spéciale. 

M. Krone a mensuré n^uf indiens de race pure, dont six hommes et trois 
femmes, et quatre métis, dont deux hommes et une femme, suivant la méthode 
employée par lihrenreich (cf. Die Urbewôhner Brasiliens). Les indices 
céphaliques obtenus sont les suivants (pour les individus de pur sang^ : 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES . AMERICAN ISTES 345 

Hommes : 8Í , «1 , 81 . 8, 83. 3, 75. 6, 81 ; moyenne : 80, 6. 

Femmes : 83. 3, 82, 85. 3 ; moyenne : 83, 9. 

Donc, qaalre crânes masculins sont sous-bracfaycéphales ; un est brachycé- 
phale, et le sixième, sous-dolichocéphale accentué. Les femmes sont plus bra- 
chycéphales queTbomme^cequi avait été déjk attesté par plusieurs peuplades 
sud-américaines. 

I^s Guaranis d'itariri sont dune taille très basse, celle des six hommes mesu- 
rés atteignant seulement la moyenne de I m. 53, et celle des trois femmes, la 
moyenne de 1 m*. 43. Ainsi, ces sujets se trouveraient parmi les Indien^ les 
plus petits connus. 

Le travail de M. Krone se présente accompagné de tableaux antbropomé-. 
triques complets et de bonnes photographies (huit hommes et cinq femmes, vus 
de face et de profil). M. C. Toldt, en un supplément à Particle ci-dçssus, a 
décrit et mesuré un crâne guarani de la même localité (Rio Itariri), conservé 
dans les collections de l'Académie Impériale des Sciences à Vienne. L*indice 
céphalique de ce crâne est de 86, 06. 

L. L. 



Un mémoire italien sur l'anthropologie du Sud -A mérique, -^11 nous est en voyé 
par le jeune et actif secrétaire de la Société romaine d'anthropologie. Sous ce 
titre Quattro scheletri d i In ¡iani Gavinas {Scanssino [Grosseto], Tipofie Edi- 
trice degli Olmidi Carlo Tessitori, 1906, in-8^ 21 p. ), M. le D. V. Giuffnda- 
Ruggeri étudiequatre squelettes rapportés du Sud-Amérique central et offerts 
par M. Luigi Balzan à Tlnstitut anthropologique de TUniversité de Rome. Ces 
quatre squelettes proviennent tous d'individus adultes^ deux féminins, un mas- 
culin et le quatrième douteux. M. GiuiFreda Ruggeri les a mesurés et décrits 
complètement. D'après les indices céphaliques (80.2, 78.4, 76.7 et 80.1), deux 
des crânes sont brachycéjphales et les deux autres mesaticéphales. La taille, caU 
culée suivant laméthodede Manouvrier, donne, Respectivement, 1 m. 57, 1 m. 63, 
1 m. 52, 1 m. 58. J*ai, d'ailleurs, cherché en vain dans cette petite brochure les 
raisonsquiidentifientcesrestescommeceuxd'IndiensCavinas.Onaoubliédenous 
donner les détails nécessaires de provenance. Proviennent-ils de ce confluent du Rio 
Béni et du Rio Madidi où Balzan dit avoir trouvé dix-sept familles survivantes 
delà tribu desCavinsh. ? On sait que ces peuplades habitaient autrefois la rive 
gauche du Rio Madre de Dios. D'Orbigny les apparentait linguistiquement au 
groupe des Tacanas. L'évêque missionnaire Armendia voit dans leur langage 
actuel un mélange de tacana, arauna et pecañara (?), ce qui confirme, en somme, le 
classification de d'Orbigny, puisque Tarauna n*est qu'un dialecte du tacana. 

L. L. 



Nouvelle organisation du Musée de La Plata. -^ Le D' Francisco P. Moreno 
vient d'abandonner la direction du Musée de La Plata» II peut emporter dans 



Digitized by 



Google 



346 SOCIÉTÉ DES AMÉRICAlflSTES DE PARIS 

sa retraite la conscience d^avoir créé et mis en train la plus belle institution 
scientiBque sud-américaine en son genre. Le Musée de La Plata est vraiment 
un musée modèle qui ferait honneur, comme édifice, k beaucoup de capitales 
européennes. Or, c'est Moreno lui-même qui en traça le plan et qui en surreilla 
la construction dont les plus petits détails se trouvent ainsi adaptés à leur fin. 
Dans ce cadre, à la fois élégant et pratique, furent ensuite classées avec une 
méthode sérieuse les amples collections particulières du nouveau directeur, 
auxquelles vinrent, dans la suite, s'ajouter, comme on le sait, tant de trésors 
pour Tanthropologiste, Tethnographe, le paléontologiste, Tarchéologue, trésors 
variés, car tout le vaste territoire de la République Argentine est représenle 
dans ces séries. Outre sa valeur comme Musée, le rôle de rétablissement de La 
Plata, comme centre d^études, est bien connu de tous les Américanistes. Là 
naquit, il y a environ trente ans, dé le rayonna Je mouvement qui a fait entrer 
la préhistoire et Thistoire ancienne de l'Argentine dans le domaine de la 
science. Moreno, aussi, à ce point de vue, fut un véritable créateur, un initia- 
teur. Les missions archéologiques suscitées par le Musée, les Mémoires publiés 
sous ses auspices et mis, par voie d'échange, à la disposition du public ainéri- 
caniste, tout cela, c'est son œuvre. Il partageait, d'ailleurs, avec ses confrères 
des États-Unis, les Powell, les Putnam, regardés à si juste titre comme chefs 
d'école, l'art précieux de savoir choisir ses collaborateurs et il, forma ainsi 
une école incomparable de travailleurs. 11 ne me déplait pas de constater, dans 
ce recueil français, que M. Moreno se forma à Paris à la connaissance des 
antiquités argentines et j'ai aussi le désir de rappeler l'accueil, l'aide, la protec- 
tion accordées par M. Moreno à toutes les expéditions scientifiques euro- 
péennes qui visitèrent son pays. Cette large entente de la fraternité intellec- 
tuelle est une forme très élevée du patriotisme. 

Le D' Moreno servit sa patrie d'une autre façon, dans ces temps derniers. 
Chargé des intérêts de l'Argentine dans les graves questions de la délimitation 
des frontières avec le Chili, il sut faire prévaloir ses vues et sauva, peut-on dire, 
les deux grands États sud-américains d'une guerre imminente. De sa mission 
politique, il sut, d'ailleurs, faire profiter la science par l'étude approfondie delà 
géographie, presque inconnue auparavant, de la Patagonie. Malheureusement, 
les forces humaines ont leurs limites. La conscience professionnelle de M. Moreno 
lui rendait pénible d'être obligé de se moins occuper que par le passé de son 
cher Musée. C'est à ce scrupule, autant qu'à la fatigue denses nombreux voyages 
de diplomate-explorateur, aux déserts antarctiques et aux capitales de l'Europe, 
qu'il faut attribuer sa récente retraite. 

Le départ du fondateur a provoqué une nouvelle organisation du Musée. 
Celui-ci cessant d'être un organisme provincial appartiendra désormais au gou- 
vernement fédéral argentin qui assume toutes les charges de son existence et 
de son fonctionnement. Ce changement résoudra, sans doute, certaines diffi- 
cultés financières, rencontrées en ces dernières années par l'administration du 
grand Institut. D'autre part, le Musée devient une Faculté de sciences natu- 
relles, agrégée à l'Université nationale, récemment fondée, de La Plata, Les 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 347 

diverses sections du Musée se grouperont dorénavant en cinq écoles (sciences 
géologiques, biologiques, anthropologiques, géographiques et chimiques), diri- 
gées, respectivement, par les anciens chefs de section, devenus professeurs en 
titre. Le nouveau directeur, M. Samuel A. Lafone-Quevedo, n'a pas besoin 
d*être présenté au lecteur. On doit se réjouir pour la science de voir passer la 
succession de M. Moreno au linguiste érudit qui a sauvé de Toubli tant de 
langues indigènes deTAmérique méridionale. Les études de M. Lafone-Quevedo 
sur le Iule, le vilela, le mocovi, le toba, le mataco, le nocten, le vejon, le chañes, 
le tacana, ses recherches sur le quichua de la République Argentine, sont clas- 
siques. Notre collègue et ami, le D' Robert Lehmann-Nitsche, ancien chef de la 
section anthropologique, devient titulaire de la chaire d'anthropologie, d'où ses 
leçons formeront certainement des élèves brillants. M. Félix Outes, dont nous 
analysions ici naguère plusieurs publications, est nommé professeur-adjoint 
d'ethnographie et, en- même temps, est chargé du secrétariat général. Comme 
professeur-adjoint également, M. Luis- Maria Torres enseignera Tarchéologie. 
Ses voyages dans le delta du rio de La Plata et la région entre Parana et Uru- 
guay ont, en effet, mis au jour des vestiges jusqu'ici tout è fait ignorés. Dans 
les mêmes pays, M. Torres a été récemment chargé par le gouvernement argen- 
tin d'un relevé systématique des tumulus et paraderos dont nous attendons 
beaucoup. 

Archéologue aussi, M. Carlos Bruch, quoique professeur de zoologie, dont 
je rappelle les mémoires intéressants sur les antiquités delà province de Cata- 
marca. Archéologue encore, le professeur de cartographie, M. G. Lange, 
ancien officier de l'armée norvégienne, auteur de plans très précieux, publiés 
jadis par les Anales del Moseo, des ruines de Batungasta et de l'ancienne forte- 
resse de Pucará del Aconquija. 

E. BoMAIf. 



Mouvement péru&nisie au Pérou. — De Lima nous arrive la nouvelle qu'une 
loi, votée par le Parlement, vient d'interdire l'exportation des antiques et, 
même, toute exploration archéologique par des savants étrangers, non pourvus 
d'une mission du Musée national du Pérou. Ce dernier établissement a, depuis 
peu de temps, à sa tête, le D*^ Max Uhlb, ancien lecteur d'archéologie péruvienne 
à l'Université de Californie. Ceci compense un peu cela. Puisque Lima veut 
conserver pour soi le contrôle des recherches scientifiques dans la région andine, 
il importe au moins que celui-ci soit dirigé par un spécialiste compétent. M« la 
D*" Uhle a été solennellement installé dans ses fonctions, le dimanche 29 juillet, 
en présence du Président de la République et des membres du cabinet péru- 
vien. Nous devons à l'obligeance de notre collègue, M. M. Gonzalez db La Rosa, 
communication du discours prononcé, en la circonstance, par le nouveau fonc- 
tionnaire. I^ place nous manque pour reproduire in extenso ce document-pro- 
gramme qui tient un peu du manifeste. Au point de vue pratique, l'orateur 
annonce une série méthodique de fouilles très prochaines, aux frais du gouver- 



Digitized by 



Google 



348 ROCláTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

nemeni péril vieA, rorgainisation de conférences publiques sur les antiquités 
nationales, la publication d'une revue historique par lés soins du Musée, etc. 
Au point de vue théorique, M. de La Rosa appelle Tallention du lecteur sur ud 
certain nombre de thèses péruanistes,. formulées par M. Uhle dans son dis- 
cours. M. de LaRosa a traduit et résumé ces thèses ainsi qu'il suit : 



1 . Les Incas n'étaient point le seuj peuple civilisé du Pérou, loin de là ; ils 
avaient été précédés par d'autres civilisations qu'ils ont perfectionnées. 

2. Les anciens peuples du Pérou ont été quelquefois unis, mais ils avaient 
des formes variées de culture. 

3. A une époque très reculée, avant celle des Incas, est passé sur le Pérou 
un grand courant de civilisation homogène^ dont les plus beaux monuments 
sont ceux de Tiahuanaco, et dont Tinlluence s'est prolongée jusqu'à l'Equa- 
teur. 

4. Mais Ton ne doit pas croire que la civilisation de Tiahuanaco qui date 
peut-être de 1.500 ans avant l'ère des Incas, soit la plus ancienne du pays. Elle 
a été précédée d'une autre dont les admirables restes viennent d'être découverts 
à Ica et Nazca ; ceux-ci ne sont, d'ailleurs, que les fragments d'un ensemble dont 
nous trouvons aussi les traces au nord de Lima, depuis Chancay jusqu'à 
Samanco et Trujillo. 

Jusqu'à présent, lea Péruanistcs attribuaient aux Chinois les monuments de 
Trujillo ; mais, aujourd'hui, nous savons qu'ils sont d'une époque antérieure à 
ceux de Tiahuanaco. 

I:.es restes de la plus ancienne civilisation et dont la parenté est visible sont 
ceux de la côte, à savoir : ceux de Nazca, Ica et les' vallées adjacentes ; ceux de 
la vallée du Rimac ; de Chancay et Samanco, au Nord, après lesquels sont 
venus ceux de Tiahuanaco, et, longtemps plus tard, ceux des Incas. 

5. A cette même période précédèrent sur la côte les civilisés des anthropo- 
phages de grande taille qui occupaient les plages, du moins die Chorril- 
los, près de Lima et au sud de cette ville, jusqu'à Pativilca, au nord de 
Chancay. 

Le matériel ethnographique laissé par ces anthropophages résiste à toute ten- 
tative de rapprochement avec les cl^uvrcs laissées par les populations civilisées 
qui s'établirent ensuite dans les mêmes parages^ Ils ressemblaient, plusqu'aux 
autres péruviens, aux pêcheui*s du Chili et de la Terre de Feu. Ils confection- 
naient quelques objets en céramique, des tissus en bambou, des filets et des 
outils en os (parfois avec des ossements humains). 

On attendra, d'ailleurs, avec curiosité, pour discuter ces vues dont la nou- 
veauté est évidente, qu'elles se soient produites avec leur appareil de preuves. 



Colleclion.s amèritanfsles dam les musées provinciaux français, — Nous 
avons souvent déploré, ici même, l'absence d'un catalogue succinct, mais précis, 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTKS 349 

des objets d'ethnographie américaine épars dans nos musées de province. 
L'entreprise serait intéressante pour tous les travailleurs. Certaines galeries pro- 
vinciales renferment, en effet, des pièces de première valeur, presque entièrement 
pêrdue5>pour l'étude, parce qu'en général, les spécialistes compétents ignorenf 
leur existence et leur... exil. Pour ne citer qu'un exemple, on se souvient de la 
collection de vases péruviens « Rosamel », dont notre président, M. E. T. Hamy, 
révéla naguère la richesse à beaucoup d'entre nous, dans le musée municipal de 
Boulogne-sur-Mer ^ De même, des musées comme ceux de Besançon, Dijon 
d'autres encore, doivent posséder un matériel américaniste, plus ou moins 
étendu, mais curieux, légué par de braves officiers de marine, médecins colo- 
niaux, missionnaires, etc., qui auraient mieux fait peut-être d'en gratifier le 
Trocadéro. Afin de contribuer, dans la n.esure du possible, à la constitution de 
l'inventaire rêvé, nous accueillerons avec gratitude et nous nous empresserons 
de publier dans le Journal toutes les indications relatives au sujet. Et, grâce à 
l'obligeance de M. le professeur Georges Pariset, nous pouvons aujourd'hui 
commencer par quelques renseignements, hélas I très superficiels, concernant le 
Musée de Nancy {Musée historique lorrain). Malgré la création, décidée lors du 
premier Congrès des. Américanistes en 1875, d'un musée américain, Nancy 
n'offre d'ailleurs encore que quelques numéros américanistes à notre curiosité. 
Nous les indiquons, d'après le classement, sans doute contestable, du catalogue 
local (parLucien Wiener, 7* édit., Nancy, 1895, in-8**, 320 pp.) : 

A. Préhistorique, 

34. Éclats de silex (5 pièces). Vallée du M!ssissipi. 

35. Silex taillés, pointes de flèches, etc. (8 pièces). Amérique du Nord (!) ; don 
de M. Vagner, de Philadelphie. 

36. Grains de colliers en lest de coquilles, de forme cylindrique ou en forme 
de rondelles (25 pièces); — pointes de fièches (15 pièces). Sépultures de 
Saint-Clair river (Oregon) ; don de Oscar W. Collet, secrétaire de la Société 
historique du Missouri, à Saint-Louis (Missouri). 

B. Antiquités, 

567. Céramique péruvienne (Incas !). Vase de formes variées. Idole en terre. 
Figurine en jade (?) avec des yeux d'émeraude (?). 

C. Armes, 

1150. Trousse indienne en cuir, renfermant un coutelas à lame courbe avec 
poignées de bois et un petit couteau à manche de bois. 

L. L. 



Périodiques nouveaux. — Anfhropos. Avec Tannée 1906 est parue à Salr- 
bourg (Autriche) une nouvelle « Revue internationale d'ethnologie et de linguis- 
tique » qui promet d'être originale. Cosmopolite par les langues employées 
dans sa rédaction (latin, français, italien, espagnol, allemand et anglais), 
Anthropos (tel est son titre) sera l'organe des missions catholiques de tout pays 

1. V. « Vases peints d'Ica, Pérou moyen », in : Decades Americanm^ III-IV, p. 133. 
SoeiéU des ÁméricanUtes de Paris. 33 



Digitized by 



Google 



350 SOCIÉTÉ DE9 AMÉBICAN1STE8 DE PARIS 

et, en particulier, des sociétés bien connues 'de missionnaires allemands, « Leo 
Gesellschaft » (Autriche) et « Gœrres Gesellschaft » (Allemagne). La circulaipe- 
programme annonce la forte conviction de Taccord possible entre la révélation 
surnaturelle et la vérité scientifique. Dans le premier numéro, Mgr A. Le Roy, 
supérieur général de la Congrégation du Saint-Esprit, est revenu sur cette idée, 
en quelques pages qui esquissent le rôle scientifique du missionnaire. La même 
livraison contient, entre autres articles relatifs à raméricanismè : « Mythen 
und alte Volkssagen aus Brasilien », par le P. C. Teschauer, S. J[. (p. 24r35), 
Le P. Teschauer groupe par cycles les différentes légendes qui ont cours au 
Brésil ; il en examine Textension territoriale et se sert avantageusement des 
écrits des anciens, surtout de Léry, Anchieta, Nobrega, Hans Staden, etc. Il 
coinmence par les légendes concernant les esprits : le cycle du <t Korupira » et 
celui du (c Yurupari ». Ces deux êtres jouent un très grand rôle dans la vie des 
indigènes et le P. Teschauer s*est demandé quelle idée ils s'en font, si ce sont 
de véritables dieux ou simplement des esprits malfaisants. Cette intéressante 
étude se produit au deuxième numéro (p. 185-194) par une série de contes qui 
ont des animaux pour objet. Nous attirons surtout Tattention sur les fables de 
la tortue (Jabuti). Celles-ci avaient été, du reste, publiées une première fois 
par le D' Magalhaes, en 1876. 

Dans le premier numéro d'Anlhropos encore (p. 35-48), le P. Benjamin Santin, 
de Tordre des Capucins, raconte en italien une expédition chez les Coroados qui 
habitent TlUat de S. Paulo au Brésil. Ces peuplades sont restées réfractaires 
jusqu'ici à toute influence civilisatrice. 

Le deuxième numéro (229-277) contient aussi une étude de longue haleine 
qui concerne spécialement l'ethnographie de l'Amérique septentrionale. Elle est 
écrite en anglais par le missionnaire français, bien connu de nos lecteurs, le 
P. I. A. G. Morice O. M. I., et porte le titre « the gréai Déné Race »; Un pre- 
mier chapitre est consacré au nom et à Thabitat ; un deuxième examine spécia- 
lement la distribution territoriale des familles qui habitent les régions les plus 
septentrionales. De bonnes et nombreuses gravures illustrent cet article. 

Ce qui précède montre suffisamment que l'Amérique du Nord, comme celle 
du Sud, est très bien représentée dans les deux premiers fascicules d'Anthrôpos. 
Il manquait l'Amérique Centrale ; mais le Directeur du recueil, le P. G. Schmidt 
a réussi à y pourvoir de la façon la plus heureuserll publie lui-même (p.202-317) 
un texte espagnol inédit, une importante contribution aux études de critique 
historique qui préoccupent de plus en plus vivement et ajuste titre les mexi- 
canistes. Ce texte, découvert au Vatican, appartient au grand historien Sahagun. 
Il porte comme titre : « Un breve compendio de los ritos é ydolaírias que los 
Yndios des la Nueva España usaran en el tiempo de su infidelidad ». La com- 
paraison de ce document avec la « Historia general », éditée par BuBtamante 
(Madrid, 1829), s'imposait et le P. Schmidt l'a faite minutieusement. La pre- 
mière partie, outre une adresse au pape, comprend un « Samario del primero 
libro » qui est un résumé du premier livre de la « Historia ». Les variantes 
sont assez nombreuses pour que le P. Schmidt ait jugé utile de les publier. La 



Digitized by 



Google 



biélaWgés et nouvelles américanistbs 351 

geconde partie comprend le prologue du deuxième livre et le calendrier des 
fêtes. Fait important, la rédaction de cette partie fut achevée le 20 mai i^IO. 
alors que la traduction du grand ouvrage de Sahagun ne date que de 1577 Cela 
n^empéche pas que le texte ne soit presque littéralement le même que celui de 
la « Historia », et le P. Schmidt s'est contenté de signaler les variantes. 

Quelle est la portée de ce document ? S'agirait-il du « Samario de iodos los 
Ubros » dont il est question au prologo (Bustamante, p. vi) ? Assurément non. 
Le P. Schmrdt a émis ëur la nature de cette pièce une hypothèse assez plausible. 
Le chapitre provincial avait jugé que la publication de grands ouvrages comme 
celui de Sahagun était contraire à la pratique de la pauv;*eté. A la suite de cette 
décision, le bon religieux dut laisser reposer son œuvre pendant cinq ans. Dans 
sa détresse, il aurait composé un mémoire qui pût donner une idée de son livre 
et l'aurait adressé au pape dans le but d'obtenir, sinon un secours eiBcace, du 
moins un encouragement moral. Cette hypothèse concorde bien avec Tobjet du 
document, avec la date de sa composition et avec le caractère de Sahagun. Par 
ce qui précède, on le voit, nous pouvons saluer, avec plaisir, Tapparition 
âCAnthropos^ en lui souhaitant une brillante carrière et nous nous proposons 
d'entretenir, au moins une fois par an, nos lecteurs des travaux de ce pério- 
dique peu banal par Tesprit et la situation de ses collaborateurs. 

Ed. DE Jonche. 



Cultura cspaîiola. — L'année 1906 a vu se créer à Madrid une importante 
revue trimestrielle, Cultura española^ dirigée par les sommités littéraires et 
artistiques de TEspagne; La revue est divisée en sections, ayant chacune à sa 
tête un ou plusieurs éminents spécialistes : Thistoire, R. Altamira et E. Ybarra 
Rodríguez; la littérature, moderne, E. Gómez de Raquero et R. D. Perés; la 
philologie et l'histoire littéraire, R. Menéndez Pidal ; les beaux-arts, V. Lam- 
pérez ; la philosophie, A. Gómez Izquierdo et M. Asín ; les questions interna^ 
tionales, G. Maura y Gamazo, et la pédagogie, Julián Ribera. Ajoutons que 
Cultura española consacre aux études américanistes une place d'honneur, et 
que, dans cette partie, elle fait appel aux lumières des savants des deux 
mondes. 

Le premier numéro contient une étude de M. Menéndez Pidal sur Los 
romances tradicionales en América, Les auteurs qui, jusqu^ici, s'étaient occupés 
des romances américaines (Vergara, Azara et Valderrama) les déclaraient origi- 
nales et niaient qu'elles remontassent aux premiers colonisateurs du pays. 
M. Menéndez Pidal s'étonne de cette opinion. Les premiers colonisateurs par- 
tirent d'Espagne à la ñn du xv* siècle, ou au commencement du xvi®, c'est-à- 
dire à une époque où la romance était en grande vogue dans toutes les classes 
sociales de la péninsule. Bien plus, on a la preuve, par les historiens de la con- 
quête, que les Conquistadores aimaient à déclamer les vers du Romancero ou à 
fredonner les couplets d*une chanson du pays. C'est ainsi que Bernai Diaz del 
Castillo, citant des souvenirs personnels, nous représente Cortés chantonnant. 



Digitized by 



Google 



352 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTBS DE PARIS 

en mainte circonstance, avec ses ofTiciers, des passages de vieilles romances 
espagnoles ^ Est-il rien en effet, qui rappelle mieux la patrie éloignée que la 
chanson apprise dès Tenfance, et n'était- il pas naturel que, dans les moments 
de joie comme aux jours de tristesse, le colon espagnol établi en Amérique redit 
les couplets gravés dans sa mémoire et apprit à ses enfants les ritournelles évo- 
quant le passé toujours cher et le souvenir des cieux toujours vénérés ? 

Ce sont les traces de ces romances traditionnelles que M. Menéndez Pidal a 
recherchées dans TAmérique du Sud. Au cours de plusieurs voyages dans 
rÉquateur, au Chili, au Pérou, dans la République Argentine, TUruguay et la 
Bolivie, il a fait une enquête patiente et des plus sérieuses, non seulement 
auprès des savants de ces pays, mais surtout auprès des gens du peuple qu'il a 
interrogés, et il a recueilli ainsi un grand nombre de romances, chantées en 
Amérique, qui ne sont autres que d'anciennes chansons espagnoles, transplan- 
tées souvent sans aucune modification, quelquefois avec quelques déformations, 
ou plus simplement quelques suppressions, dues à la défaillance de la mémoire. 
Il est même des cas où la chanson s'est conservée plus complète en Amérique 
qu'en Espagne, telle, la romance intitulée ; Las serías del marido^ connue au 
Pérou et au Chili. Les deux derniers couplets, de sept vers chacun, qui faisaient 
probablement partie de la version primitive, ne sont plus représentés dans la 
péninsule que par quatre vers. 

On voit quelle est l'importance de Tétude de M. Menéndez Pidal, non seule- 
ment au point de vue de la tradition hispano-américaine, mais même pour la 
reconstitution des romances traditionnelles en Espagne. 

Parmi les chansons chiliennes citées par lauteur, on lira surtout avec intérêt : 
la Adultera^ chantée presque sans variante au Chili, comme en Castille, et dont 
il existe une version catalane et une portugaise ; J?/anca Flor y Filomena ; El 
Conde Alarcos ; la Magdalena ; El galán y la calavera que M. Menéndez Pidal 
a entendu chanter par un certain Ño José Valerio Vallejo, de Santa Maria, pro- 
vince d'Aconcagua, et dont l'original se retrouve en Espagne, dans la province 
de Léon. La version chilienne ressemble tellement à l'espagnole que, sauf 
quelques passages estropiés par Ño José, on aurait pu croire, dit M. Menéndez 
Pidal, qu'il l'avait apprise dans le tome X de V Antología publiée en 1900 par 
M. Menéndez y Pelayo. 

Mentionnons enfin Delgadina^ La Aparición, Escogiendo novia^ romances 
recueillies dans TArgentine, Muerte de Elena, Silvana, en Uruguay, El Novio 
español et El Rescate de Alahaalpa (cette dernière certainement plus locale) en 
Bolivie 

Jules Humbert. 



— Notre collègue M. Jules Humbert, dans la note ci-dessus n'a oublié qu'un des 
collaborateurs de Cultura española et c'est lui-même. Au n** 3 du nouveau pério- 

4. Conquista de Nueca España, Biblioteca de Autores españoles, t. XXVI, p. 31. 



Digitized by 



Google 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTE8 353 

dique il a donné une très substantielle étude de folk-lore, intitulée « El Arbol de la 
Vida en Orinoco ». L'arbre de vie des régions de TOrénoque, c'est le palmier 
moriche (« mburiti », Tarbre élevé de Taliment) qui fournit à l'Indien le fruit 
pour se nourrir, la ñbre pour tisser son vêtement et son hamac, le bois pour 
construire sa case, — donc Tarbre divin quasi dieu, le père des premiers 
hommes. En effet, les Tamanacos pensent qu'à Tâge des eaux, quand les vagues 
de rOcéan venaient déferler, à Tintérieur des terres, contre les montagnes de 
la Encamarada, tous les Indiens périrent. Seuls un homme et une femme se 
purent réfugier sur la haute montagne de Tamacú, aux rives du Rio Cuchivero. 
Là, tous deux se mirent à lancer, au loin, par-dessus leur tête, les fruits du 
moriche et des grains de ces fruits sortit la race humaine actuelle. Sans s'attar- 
der à la comparaison trop facile de cette tradition avec tous les mythes d'ori- 
gine où jouent un rôle les déluges et les cataclysmes marins dans la disparition 
des premiers hommes, et où l'humanité nouvelle naît, tantôt de la pierre, tantôt 
d'un germe végétal, jetés et plantés dans le sol, M. Humbert montre alors la 
parenté de la légende du moriche avec celle d*Amalivaca. C'est sur les conseils 
d'Amalivaca que le couple survivant a cueilli le fruit du palmier et s'en est 
servi pour repeupler la terre. On voit ensuite le héros réglant le cours de l'Oré- 
noque, gravant sur les rochers des fígures symboliques, brisant les jambes de 
ses deux filles pour les fíxer à jamais dans le pays des Tamanacos. Sur l'essence 
réelle d'Amalivaca, prophète civilisateur divinisé ou personnage mythique, 
M. Humbert parait adopter une solution mixte. « S'il a existé, dit-il, en sub- 
stance, dans la région de TOrénoque, un antique législateur du nom d'Amalivaca, 
les Indiens ont fíni par le confondre avec le Soleil, le grand bienfaiteur des 
hommes. Les fígures tracées sur la pierre peinte Tepumereme ne sont autres 
alors que les symboles éternels du dieu solaire et de son frère Vochi, la Lune a. 

L. L. 



Petites nouvelles, — A la suite du remaniement, amené par la mort de 
Bastian, dans le haut personnel et l'orj^anisation du « Museum fur Vôlker- 
kunde », de Berlin, notre sympathique collègue, M. le professeur Karl von den 
Steinen a cessé, le 1^ avril dernier, ses fonctions de Directeur-assistant du 
a Muséum », pour la section sud-américaine. Il serait, dit-on, prochainement 
remplacé par M. le D*" Paul Ehrenreich, comme lui, membre correspondant de 
la Société des Amér.icanistes. Cette retraite, prématurée et complète (car 
M. Von den Steinen a également abandonné sa chaire d'ethnologie à l'Univer- 
sité), a été surtout inspirée par le désir de mener à bonne fin des travaux per- 
sonnels, depuis longtemps projetés, mais peu compatibles avec l'enseignement 
et l'administration. 

— Parmi les ouvrages assez nombreux, communiqués à la Société dans le 
courant des derniers mois, nous signalerons aujourd'hui, particulièrement, la 
BihliogràfiA délie Polémica concernente Paolo Toscanelli e Cristo foro Colombo 



Digitized by 



Google 



354 SOQÉTÉ DES AMÉRICANI8TES DE PARIS 

origínalo dalle eommunicazíoní di Gonzalez de Lañosa e di Enrico Vignaud, 
Saggio compílalo de Enrico Vignand^ iradotto con îotroduzione e aggiunie da 
Gustavo Uzielli ; Napoli, Up. éd. A. Tocco^Saiviati, in-8*de 36 p. Cet opuscule 
sera fort utile aux travailleurs pour s'orienter dans une littérature déjà fort 
touffue. 

— Le f septembre dernier, est paru, en Allemagne, le compte rendu du 
XIV* Congrès international des AméricanÍ8ies(1904), Stuttgart, Berlin u. Leip- 
zig, Verlag von W. Kohlhammer. 2 vol. in-8«et un 8upplément(t. î, p. i-lxxxv 
et p. 1-320; t. II, p. 321-706; supp., p. 1-88), avec nomb)*euses planches hors 
texte et illustrations. 

— En même terop« que la nouvelle du désastre de Californie, nous recevions^ 
au printemps dernier, Tassurance qu'il n*avait atteint directement aucun de nos 
collègues ou confrères, habitant San Francisco. Notre cordiale satisfaction s'ao- 
crolt aujourd'hui de savoir que la catastrophe fut relativement clémente aux 
grands établissements scientifiques de la ville. On a, sans doute, à déplorer la 
perte à peu près complète de plusieurs grandes bibliothèques et, ce qui est 
irréparable, celle des Archives du « Surveyor general of California » qui conte- 
naient des documents espagnols d'une réelle importance pour l'histoire et l'ethno- 
logie. Détruits également, la « California Academy of Sciences • et le « Mechanic 
Institute » qui venait d'être reconstruit (« absoolutely fire proof », — bien 
entendu I) Mais les bâtiments de l'Université, son Museum, son département 
d'anthropologie, ses collections si riches de livres (celle d'Hubert Bancroft, en 
particulier, acquise dans les tout dernier^ temps), ont échappé à cette ruine qui 
n'a suspendu que quelques semaines l'existence normale de la jeune et vigou- 
reuse institution. Et ce nous est une joie d'avoir à l'annoncer. 

' — Une lettre récente nous apporte des nouvelles de notre confrère, 
M. H. PiTTiER DB Pabrega, naguère directeur de l'Institut physico-géogra- 
Ighique », de Costa Rica, aujourd'hui attaché au « Bureau of Plant Industry, 
CI. S. A. Department of Agriculture (Washington, D. C.) », et bien connu pour 
ses travaux sur la linguistique de l'Amérique centrale. Tout en préparant un 
lexique et une grammaire des langues « Brunka » et a K&bé-Kar » (ou Cabécar), 
M. Pittier a passé plusieurs semaines, en janvier dernier, chez les Paecos ou 
PaeceSf du Cauca (Colombie) où il recueillit une liste de près de 500 mots. Le 
26 mai dernier, il a dû se diriger vers la Sierra Nevada de Santa Marta pour 
continuer ses travaux linguistiques et étudier les cultures primitives qui 
subsistent dans les vallées du Sinù et de l'Atrato. 

— Le D' A.-L. Kbobbbr, de l'Université de Californie, a été élu président de 
VAmerican-Folk-Lore-Sociely, dont il était, jusqu'ici, secrétaire. M. W.-C. 
Fababbb, de Haward University, et Mrs Zelia Nuttall, deviennent vice-prési- 
dents de cette active Association, dont les autres « officiers » élus sont : MM. Fr. 



Digitized by 



Google^ 



MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 355 

Boas, T.-F. Cbanb (Cornell University, Ithaca, N. Y.) et J. Dynblby Pbincs 
(Columbia University). 

— A la suite des publications de Miss Fletcher et de M. Francis La Flesche, 
l'Administration fédérale des Affaires indiennes de Washihgton a décidé d'insti- 
tuer une grande enquête sur la musique indigène dont a été èhargé M. H. -A. 
Losing. M. Loring met actuellement la dernière main à un travail qui résume 
le résultat de ses premières investigations chee les Sioux. 

— Une circulaire, venue de Chicago, a fait récemment connaître que, dési- 
reux d'étendre et de caractériser son activité, le « Field. Columbian Museum » 
de cette ville prendra désormais le titre de « Field Museum of the natural 
History ». 

— La Société d'Ethnologie de New- York, récemment réorganisée (MM. J. 
Grant Wilson, président; Fr. Boas, vice-président; Harlan Î. Smith, Marshall 
H. Savillb, secrétaires; Geo. H. Peppbb, trésorier), annonce Tapparition pro- 
chaine des publications suivantes : Fox Texts (by D' W. Jones) ; The Upper 
Chinook (by Edw. Sapir); Myths of the Maidu Indians (by prof. Roland 
B. Dixon) ; Myths of the Shasta Indians (id.) ; Myths of the Tsimshian Indians 
(by prof Boas) ; The Alsea Indians of Oregon (by D' Livingston Farrand), etc. 
Cette collection est éditée par la librairie E.-J. Brill, de Leyde. On compté 
faire paraître deux volumes par an, 

— Notre collègue, M. Marshall H. Savillb, professeur d'archéologie améri- 
caine è Columbia University, vient de rentrer à New- York après un voyage 
archéologique en Colombie qui a duré presque tout l'été et dont le compte rendu 
e^t impatiemment attendu. 

— A la liste, donnée dans notre dernier numéro, des distinctions honorifiques 
conférées à plusieurs de nos collègues, nous sommes heureux d'ajouter les noms 
de MM. le duc de Loubat et le D' R. Vbhnbau. M. de Loubat a été promu com- 
mandeur ; M. Verneau (promotion des « explorateurs »), nommé chevalier de 
la Légion d*honneur. Dans une revue d'Américanisme^ ces nominations n'ont 
pas à être commentées et tous nos lecteurs applaudiront avec nous. 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIÈRES DU TOME III 

(NOUVELLE SÉRIE) 



MÉMOIRES 



Sur une statuette mexicaine de la déesse Ixcuina, par M. le D' E.-T. Hamy . . 1 

Sophus Ruge et ses vues sur Colomb, par M. Henry Vignaud 7 

Contribution à Tétude géographique du Mexique précolombien. — Le Mixtéca- 

pan, par M. Léon Diguet 15 

La plus ancienne ville du Continent Américain. — Cumané de Venezuela, par 

M. Jules Humbert 45 

Excursion aux Pyramides de San Juan Teotihuacan, par M** Jeanne Roux ... 53 
Les Indiens Ouitotos, étude linguistique par M. le D*" Theodor Koch-Grûn- 

berg 15T 

Les Ruines de Tuloom d'après John L. Stephens, par M. Désiré Charnay . ... 191 
Le Calendrier Mexicain, essai de synthèse et de coordination, par M. Edouard 

de Jonghe 197 

Cinq ans d'études anthropologiques en Equateur, résumé préliminaire, par 

M. le D' Rivet 229 



TEXTES ET DOCUMENTS 

Un mémoire politique du xvfii* siècle relatif au Texas, par M. le baron Marc 
de Villiers du Terrage 65 

Tradition des anciens Mexicains d'après la « Historia de Colhuacan y de 
Mexico », texte original et inédit en langue naht atl avec traduction latine et 
commentaire, publié par M. le D** Walter Lehmann 239 



ACTES DE LA SOCIÉTÉ 



Séance du mardi 10 janvier 1903 77 

— 7 février 1905 79 

— 14 mars 1905 81 

— 4 avril 1935 83 



Digitized by 



Google 



358 SOCIÉTÉ DES AMÉRICANISTES DE PARIS 

Séance du mardi 3 mai 1905 84 

— 20 juin 1905 86 

— 7 novembre 1905 88 

— 5 décembre 1905 90 

— 9 janvier 1906 29fr 

— 6 février 1906 301 

— 6 mars 1906 302 



NÉCROLOGIE 



Edm. Andrews, E.-J. Chapman, J.-B. Hatcher, R.-A. Philippi (D' E.-T. Hamy). . 93 

Hjalmar Slolpe (Eric Boman) 94 

Henri de Saussure (L. Lejeal) 97 

Washington Matthews (L. Lejeal) , 305 

Girard de Rialle (L. Lejeal) 307 

Jules Oppert (L. Lejeal) 308 

Le duc de Bassano 309 



BULLETIN CRITIQUE 



H. P. Stebsnby : On Eêkimo Kulturens Oprindelte (D' W. Lehmann) 101 

Baron M. de Villiers du Tbrraob : Les dernières années de la Louisiane fran- 
çaise (L. Lejeal) 103 

D' Nicolas Lbón : Los Popolocas (L. Lejeal) 105 

D' Paul ScHBLLUAS : Die Gôitergestallen der Mayahandschriflen (L. Lejeal). . . 107 

— Bepre$enlation of Deities of ike ¡áaya Manuscripts 

(L. Lejeal) 107 

Manuel Rejón Garcia : Los Mayas primitivos (L. Lejeal) 108 

— Supersticiones y Leyendas Mayas (L. Lejeal) 108 

D*" Max Schmidt : Indianer Studien in xentral Brasilien (Ed. de Jonghe) 109 

Azara : Geografía física y esférica de las provincias del Paraguay, — Edit. Rod. 

R. Schullbr (Gabriel Marcel) 113 

Luia Maria Torres : La Geografía física y esférica de D. Felix de Azara 

(Gabriel Marcel) 113 

Bolivia-Brasil (Gabriel Marcel) 117 

Bautista Saavbdra : El litigio Peru-Boliviano (Gabriel Marcel) 117 

Felix P. OuTBs : La edad de la Piedra en Patagonia (Eric Boman). 119 

Daniel Garcia Acbvbdo : Contribución al estudio de la cartografía de los países 

del Bio de La PUta (Gabriel Marcel) 121 

Joaquin Garcia Icazbalcbta : Vocabulario de Mexicanismos (J. Humbert) 311 

O' Th. Koch GrOnbbro : An fange der Kunst im Urwald (Ed. de Jonghe) 313 

D' P. Ehrbnrbigh : Die My then und Legenden der Sudamerikanischen UrvàU 

ker (L. Lejeal) 3l6 



Digitized by 



Google 



TABLE DES MATIÈRES Dû TOME 11 359 

MÉLANGES ET NOUVELLES AMÉRICANISTES 

Pages 
Le Congrès de Stuttgart. — Ethnographie moderne et questions précolom- 
biennes (I^. Lejeal) 123 

Voyage du D** Koch dans les bassins du rio Negro et du rio Yapura, 1903-1905 

(Ed. de Jonghe) 134 

Sur un document céramique péruvien relatif à la lèpre précolombienne 

(D' W. Lehmann) 136 

Recherches récentes sur le cheval préhistorique américain (Comte Louis de 

Turenoe) 1 38 

Survivances païennes chez les Ojibways (Harriet Ph. Eaton) 138 

« American Antiquarian Society » (Comté Louis de Turenne) 139 

Le « Meeting anthropologique de San Francisco » (L. Lejeal) 141 

Une inscription américaniste à Paris (L. Lejeal) "..... 144 

Sur la pagination du Codex Xolotl fD' W. Lehmann) 145 

Premières relations officielles du Mexique espagnol avec le Japon (L. Lejeal). 146 

Les cactées mexicaines (L. Lejeal) 149 

XV* Congrès international des Américanistes à Québec 150 

Petites Nouvelles 152 

Les volcans de Tile de Jan Mayen et la « Relation n dés Zeni (L. Lejeal) 319 

Récente découverte archéologique dans TOntario (L. Lejeal) 321 

Une œuvre peu connue du P. Hennepin (Phil. Gagnon) 321 

« Proceedings of the Royal Society of Canada » (Comte Louis de Turenne).. . 323 

Sociographie de la famille Salish (L. Lejeal) 326 

Proceedings of the American Association for the Advancement of the Science 

(Comte Louis de Turenne) 327 

Proceedings of the Antiquarian and Numismatic Society of Philadelphia 

(Comte Louis de Turenne) 330 

« Smithsonian Institution » — Annual Report (Comte Louis de Turenne)*. . . . 331 
<f American Antiquarian Society » — Semi-Annual Meeting (Comte Louis de 

Turenne) 334 

Le jubilé du professeur Putnam *. 335 

Ethnographie religieuse des Indiens Pueblos (L. Lejeal) \ : . . . 335 

Les deux « Atlatl » de Florence (L. Lejeal) * 337 

Une description inédite des ruines de «t Guie^ngola » (G.-E. Trusson) 338 

Une exploration française dans le Yuca^n (Maurice de Périgny) 340 

Quelques travaux récents sur l'Amérique moyenne (L. Lejeal) 341 

Les derniers Guarani» de Sio Paulo (L. Lejeal) 344 

Un mémoire italien sur Tanthropologie du Sud-Amérique (L. Lejeal) 345 

Organisation nouvelle du « Museo nacional » de La Plata (Eric Boman) 345 

Mouvement péruaniste au Pérou ; . . ! 347 

Collections américanistes dans les musées provinciaux français 348 

Périodiques nouveaux : « Anthropos » (Ed. de Jonghe) 349 

« Cultura Española » (J. Humbert et L. Lejeal) 35t 

Petites NouveUe» 353 



Digitized by 



Google 



360 SOQÉTÉ DES AMÉRICANI8TES DE PARIS 



ILLUSTRATIONS ET CARTES 

Pages 

La déesse Ixcuina [collection Ribemont-Dessaignes] (planche hors texte) 4 

Fouilles de Téotihuacan (planche hors texte) 56 

Les voyages du D' Theodor Koch (planche hors texte) 134 

Un lépreux du Pérou précolombien. — Cas moderne de « Lèpre Léontine » 

(planche hors texte) '. 136 

Carte du Mixtécapan 17 

Indiens et Indiennes Ouitoto (planches hors texte) 156 et 158 

Un temple à Tuloom (planche hors texte) 191 

Carte schématique de la République de TÉquateur, d'après Wolf 232 

Membres de la Société des Américanistes au 31 décembre 1905 i 53 

Table des matières du tome III (nouvelle série, 1906) • 355 



Le Gérant : Ernest LEROUX. 



MACONy PROTAT FR¿RBS, IMPRIMEURS 



Digitized by 



Google 



capan (1 carte). — Jules Humbert. La plus ancienne ville du continent amé- 
ricain. Cumaná de Venezuela. — M^ Jeanne Roux. Excursion aux Pyramides 
de Sant Juau Téolihuacan {1 pi.). — Textes et Documenta. Un mémoire du 
xviii^ siècle re}¡atif au Texas, publié par le baron M. de VaLiteas du Terragb. 
Actes de la Société (année 1905). — Nécrologie (Andrews, Chapman, Hatcher, 
Philippi, Stolpe, Saussure). — Bulletin critique. — Mélanges et Nouvelles 
(Le Congrès de 5tull|^art. Ethno^p^phie moderne et questions précolombiennes, 
par L. Lejeal; les Voyages du D' Koch, par Ed. de Jonghe, avec 1 pi. ; Sur 
un document céramique péruvien relatif à la lèpre précolombienne, par le 
D*' W. Lehmann, avec 1 pi., etc.). 



VIENT DE PARAITRE: 

D' E.-T. Hamy, membre de l'Institut et de l'Académie de médecine, profes- 
seur au Muséum, président de la Spciété des Américanistes de Paris. Lettres 
américaines d Alexandre de Humboldt {i79S'iS07)y précédées d'une notice 
de J.-C. Delamétherie, et suivies d'un choix de documents en partie inédits, 
publiées avec Une introduction et des notes. Un volume in-S**, broché, avec 
unexrarte et l'itinéraire de Humboldt (Paris, Guilnloto) 7 50 

Joseph Dombey^ médecin^ naturaliste, archéologue, explorateur du Pérou, du 
Chili et du Brésil {^7-78-17 85), Sa vie, son œuvre, sa correspondance, 
suivis d'un choix de pièces relatives à sa mission. Un volume in-8°, avec une 
carte et cinq planches hors texle.(Paris, Guilmoto) 7 50 

Aimé Bonpland, médecin et naturaliste, explorateur de V. Amérique du Sud. Sa 
vie, son œuvre, sa correspondance, avec un choix de pièces relatives à sa 
biographie, un portrait et une carte. Un volume in-S** broché (Paris, Guil- 
moto) *. , T 50 

Emile Salonb, docteur es lettres, professeur agrégé d'histoire au lycée Condor- 
cet. La colonisation de la Nouvelle-France. Étude sur les origines de la Nation 
canadienne-française. Un vol. in-S®, broché, avec une carte (Paris, Guilmoto). 

7 50 



Digitized by 



Google 






JOIRNAL 

UK LA 

SOCIÉTÉ DES AMÉRIGANISTES 

DE PARIS 



SOMMAIRE DU NUMÉKO DU 15 OCTOBRE 1906 

TEXTE 

Pages 

Les Indiens Quitólos, élude linguistique (D'' Theodor Kocu-Gbûnbbbo) . . 157 

Les ruines de Tuloom d*après John L. Stephens ^Désiré Chamnat) 191 

Le Calendrier mexicain, e^sai de synthèse et de coordination (Edouard 

DB Jonghb) 197 

Cinq ans d eludes anthropolo|fiques dans la République de l'Equateur 

(1901-1906). Résumé préliminaire (D' Rivet) 229 

Telles et documents. Traditions des anciens Mexicains, texte inédit et 

original en langue náhuatl avec traduction latine et notes (D' Walter 

Lbhmanu) 239 

Actes de la Société (janvier-mars 1906) '. Î99 

Nécrologie (Washington Matthews, Girard de Rialle, Jules Oppert, le 

duc de, Bassano) 305 

Bulletin critique 311 

Mélanges et nouvelles américanistes 319 

Table des matière» du tome III (nouvelle série). 357 

ILLUSTR.AllONS 

Ruines d'un temple à Tuloom (planche hors texte). . .-. 191 

Indiens et Indiennes Quitólos (planche hors texte) 159 

— — (planche hors texte) 159 

L^s communications concernant la RÉDACTION doivent être adressées à 
M. Léon LEJE.AL, secrétaire, au siège de la Société, 61, rue de HuiTon, Paris. 

Les démandes d'ABQNiNEMENT ou de NUMÉROS ISOLftS sont reçues à 
la Librairie Ehscbst LEROUX, 28, rue Bonaparte, Paris. 

Chaque numéro se vend séparément 10 francs. — Abonnement d'un an : 20 franos. 

Un certain nombre de collections de la' première Série du Journal est mis en 
vente au prix de 15 francs le volume in-4". 

MAÇON. PROTAT PRRRBS. IM PRIMEURS. 



Reprod. fac-similé 
Paul Catín. Paris 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 



Digitized by 



Google 




3 bios 007 271 ASI 



?/î> ."73o b 
A/S 





Datt Due 





























































































STANFORD UNIVERSITY LIBRARIES 

SIANFORD. CALIFORNIA 

94505 



Digitized by ^ 



Gpogle 



Digitized by 



Google